Archives par mot-clé : Vladimir Nabokov

Compte rendu : Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018.

Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018, 198 p. ISBN : 978-2-05-102824-0.

S’ouvrant par une évocation de L’Analphabèted’Agota Kristof (Genève, Zoé, 2004), ce livre, intitulé Mémoires d’outre-langue par Alain Ausoni, est consacré aux écrivains translingues, ayant pratiqué « l’écriture de soi pour explorer la relation singulière qu’ils entretiennent avec leur langue d’adoption » (p. 7-8). Bien écrit, composé avec soin, il s’ouvre par un tableau de Chagall qui illustre la dualité du créateur bilingue dont le monde se nomme de deux manières.

« Ecrivains translingues » et « écriture de soi » : c’est en croisant ces deux fils directeurs que l’auteur définit son corpus.

Des écrivains translingues

Ces écrivains, que l’auteur choisit d’appeler translingues, suivant une terminologie anglo-saxonne, proposée par Steven G. Kellman (The Translingual imagination, Londres, University of Nebrasca Press, 2000) plutôt que plurilinguessont originaires de pays où le français ne fait pas quotidiennement partie du répertoire langagier, il s’agit donc pour eux d’une langue étrangère

Le terme translinguepermet donc de marquer la spécificité de ces écrivains par rapport à des écrivains ayant grandi dans un pays francophone plurilingue. Le terme translingue permet en même temps d’insister sur l’idée de passage au français, de manière plus ou moins abrupte, plus ou moins choisie, pour des raisons diverses, généralement liées à leur migration en France ou dans un pays francophone comme la Suisse romande ou le Québec, tout en évitant des termes plus connotés, tels écrivains en exil ou écrivains migrants. Cependant, les raisons de leur passage au français sont au centre de cette étude, car elles déterminent grandement la posture d’écrivainqu’ils vont adopter par rapport au français.

L’écriture de soi

Le corpus étudié est constitué par des œuvres relevant de « l’écriture de soi », terme choisi par Alain Ausoni pour englober les écrits autobiographiques, affichés comme tels, les essais autoréflexifs et les romans qui s’apparentent aux romans de formation ou d’advenue à l’écriture, où la question linguistique est présentée comme centrale, et dont tout porte à penser qu’ils sont inspirés par la biographie de l’auteur.

Après une introduction qui souligne l’intérêt que portent à ces écrivains, la critique, les prix littéraires et la recherche depuis une quinzaine d’années, Alain Ausoni propose d’établir ce qu’il appelle une « cartographie » de l’écriture translingue. Bien entendu, il ne s’agit pas de classer ces écrivains selon leur pays d’origine, mais par une cartographie mentale, de cerner les spécificités de l’écriture translingue, c’est-à-dire, selon la manière dont la conçoit Alain Ausoni, les différents types de relationau français que l’écriture de soi « décrypte et module à la fois » (p. 43) et les différentes poétiques qui leur sont liées.

Les six chapitres qui composent le livre proposent, deux par deux, d’explorer ainsi trois postures d’écrivains, allant de la plus grande révérence vers la plus grande distance affichée envers à la fois la France, la littérature et la langue française : « conversions », « libérations », « robinsons ».

Conversions : Makine et Bianciotti

Du côté de la conversion, sont choisis comme auteurs emblématiques Andreï Makine et Hector Bianciotti. Ils ont en commun de construire dans leurs œuvres une image de la France et du français qui fonctionne comme un idéal forgé à distance, appuyé sur des modèles littéraires. Makine compose la figure du transplanté, qui relie Aliocha, le héros russe du Testament français, initié à la France par sa grand-mère dans les plaines de Sibérie, à des figures d’écrivains assimilés, comme Henri Troyat, dont le roman autobiographique publié en 1991 est intitulé Aliocha, ou comme Romain Gary pour qui, dans La Promesse de l’aube(1960), la France est présentée avant tout comme l’objet de l’inconditionnel amour maternel. 

Bianciotti, dont la trilogie autobiographique (Ce que la nuit raconte au jour, 1992, Le Pas si lent de l’amour, 1995, Comme la trace de l’oiseau dans l’air, 1999) raconte le voyage initiatique vers une identité d’écrivain marquée par le modèle littéraire de Paul Valéry, distingue sa langue natale – l’espagnol de l’Argentine où il est né, différent de l’espagnol castillan – sa langue maternelle – dialecte de l’Italie piémontaise d’où sa famille est originaire, qui était vécu sur le mode de l’interdit – et le français qui devient sa langue d’écriture. De manière significative c’est en français qu’il passe à l’écriture de soi, à la première personne, suivant en cela un auguste modèle d’écriture autobiographie, celui du récit de conversion inauguré par Saint Augustin dans les Confessions, soulignant le parallélisme entre la vocation littéraire et la vocation religieuse ou spirituelle. Bianciotti présente son passage au français comme une forme de renaissance. Comme Claude Esteban, dont Le Partage des mots exprime la douloureuse perception d’une dichotomie de la perception induite par les mots, Bianciotti illustre, par l’opposition de oiseauet pájaro, le sentiment d’avoir rencontré avec le français une langue qui lui correspondait plus intimement.

Libérations : Alexakis et Huston

A la différence de ces écrivains, qui semblent appelés par la figure idéalisée de la France littéraire et de sa langue, Alain Ausoni repère pour d’autres écrivains la libérationque le passage au français permet. Pour ces écrivains, c’est le fait d’écrire dans une langue seconde plus que les caractéristiques du français en lui-même qui donne une liberté : liberté par rapport à un passé biographique, à une tradition d’écriture, mais aussi aux affects qui sont liés à la langue première en tant qu’elle est la langue de l’enfance. Chez Alexakis, dont on peut rappeler que l’arrivée en France a été au sens propre une libération pour le jeune journaliste fuyant la dictature étouffant l’expression publique dans son pays, l’expérience de la liberté est aussi celle des allers-retours entre le français et le grec à travers la pratique de l’autotraduction. Si nombre de ses romans évoquent la question du choix des langues et de l’apprentissage, c’est dans son texte autobiographique Paris-Athènesqu’il thématise cette liberté d’aller et venir entre les langues comme entre deux femmes, entre deux histoires, entre deux âges.

Pour Nancy Huston, qui pratique également l’auto-traduction, l’arrivée en France est une libération d’une enfance marquée par la séparation de ses parents et une forme d’instabilité. Le court récit autobiographique, Nord perdu, constitue à la fois une réflexion sur le destin d’écrivain bilingue (elle a, par ailleurs, consacré des essais à Romain Gary et Samuel Beckett) et une réflexion sur son rapport au français, langue qu’elle perçoit comme dénuée de la violence affective qui marque pour elle l’usage de sa langue maternelle. Ausoni rappelle, sur ce point, que l’anglais aussi a pu être décrit comme une langue « froide » et sans affects, mais par des écrivains pour lesquels c’était une langue seconde comme Eva Hoffman (Lost in Translation. A Life in a new Language, 1989).

La liberté prise est aussi celle qu’elle se permet face à la langue française, dont elle perçoit le caractère artificiel et construit. Mais ce caractère artificiel, c’est aussi celui de l’étrangère, qui porte un masque et joue un rôle, devant sans cesse justifier son existence et trouver sa légitimité.

Robinsons : Kristof et Molnár

La dernière partie s’ouvre par une citation de Barthes, qui justifie le titre de cette section, puisque pour un nouveau Robinson, Barthes indique qu’au lieu d’une ile perdue, il choisirait une ville étrangère.

Elle est consacrée à deux écrivains d’origine hongroise pour lesquelles le français est « langue de hasard » (p. 165).

Pour Agota Kristof, il s’agissait de fuir la répression soviétique de 1956, et, tandis que, déjà auteure d’une œuvre publiée en hongrois, Agota Kristof était germanophone, c’est en Suisse romande que le groupe de réfugiés dont elle fait partie se trouve conduit. Elle s’y retrouve donc « analphabète », comme le dit le titre de son court récit autobiographique, avec pour défi d’écrire dans une langue « ennemie ». C’est de cette position d’aliénation qu’elle tire partie, dans Le Grand Cahier, comme dans les deux autres romans de sa trilogie, qui semblent comme des masques que l’on retire les uns après les autres, comme dans certains romans de Nabokov, laissant toujours plus à vif le dénuement de celui dont l’enfance a été massacrée par la guerre et perdue par l’exil. 

Katalin Molnár doit l’apprentissage du français à un tirage au sort répartissant les élèves entre français et anglais comme langue étrangère. Son arrivée en France est liée à une rencontre amoureuse. Après quelques textes en hongrois, elle publie en français des poèmes et un texte inclassable Quant à je (kantaje), textes « agrégats » jouant avec l’insécurité linguistique et une écriture quasi-phonétique. Ce texte, qui s’apparente à un autoportrait, est composite à double titre, dans sa composition et dans ses références, que l’on pense à Queneau et au « néo-français », mais aussi à l’entreprise de déconstruction du monolinguisme que l’on peut trouver chez un Gherasim Luca ou au travail sur la voix qui marque l’œuvre de poètes comme Cadiot ou Prigent, publiés comme Molnár chez POL, il contient aussi des traits spécifiques de la langue hongroise : « l’agglutination, l’indétermination générique, la conjugaison marquée par des suffixes et l’antéposition de l’adjectif ».

En conclusion, une ouverture propose d’élargir la réflexion à « l’écriture translingue de soi à travers les langues » (p. 187). C’est aussi par une interrogation que se termine le livre : est-ce le français qui est propice à cette introspection – on peut penser au modèle des Confessionsde Rousseau – ou bien le fait d’écrire dans une langue seconde ?

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu : Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 23/09/2018, https://ecriplur.hypotheses.org/183.

Compte rendu de la journée d’études du 18 octobre 2017 « Plurilinguisme et arts du langage »

 

Compte rendu de la journée d’études du 18 octobre 2017

Journée coorganisée par Anne Godard, Marina Krylyschin et Serge Martin

EA 2288 DILTEC : Didactique des langues, des textes et des cultures

LAPAD : Littératures sans frontières – Approches poétiques, anthropologiques et didactiques,

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Plurilinguismes et arts du langage : pratiques et enjeux en didactique des langues

 

« Le langage est un concept philosophique, unissant une faculté générale de l’humanité à une hypothèse sur les propriétés universelles des langues. La littérature réfléchit le langage au sein des langues et reflète ainsi une contradiction qui fait sa force : elle est un art du langage, non du français, du chinois ou du tagalog ; et cependant, elle s’exprime dans telle(s) ou telle(s) langue(s) pour élaborer des œuvres à vocation internationale.

Ainsi, l’œuvre achevée concrétise-t-elle dans une langue, ou dans plusieurs, une réflexion sur le langage. C’est pourquoi sans doute elle paraît créer sa propre langue, une langue d’art. »

François Rastier introduction à Écrire en langues : littératures et plurilinguisme, co-dirigé avec Olga Anokhina Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2015, p. VII.

 

La journée d’études consacrée aux relations entre plurilinguisme et arts du langage a permis de croiser les regards autour de la création plurilingue, à travers les recherches en linguistique, en littérature et en didactique, et à travers la rencontre avec un écrivain plurilingue dont l’œuvre est marquée par la pluralité créatrice.

Programme :

  1. Deux conférences autour d’écriture plurilingue et de langue « étrangéisée »
  • « Le plurilingue des écrivains à la lumière de la critique génétique » par Olga Anokhina, directrice de l’équipe Multilinguisme, traduction, création, ITEM-CNRS.
  • « Littérature, langue étrangère et étrangéisée », par Frosa Pejoska-Bouchereau, directrice de l’axe Littérature et culture en didactique des langues, PLIDAM-INALCO.
  1. Rencontre avec Hubert Haddad, animée par Hanane Oueslati et Serge Martin
  2. Ateliers littérature et plurilinguisme, de l’école à l’université
  • « L’éveil aux langues à l’école à travers albums et kamishibaï plurilingues » par Anne Bodénant, association D’une Langue à L’Autre (DULALA)
  • « Des ateliers de lecture/écriture autour du plurilinguisme à l’université » par Déborah Aboab, Anne Godard et Donatienne Woerly, membres du LAPAD-DILTEC.

 

Des manuscrits plurilingues à la langue étrangéisée : deux conférences

Les deux conférences de la matinée ont permis de baliser de manière théorique un champ extrêmement vaste, allant de la génétique aux études littéraires, de la création à l’interprétation, du plurilinguisme au sens strict à une conception large de la langue « comme étrangère ».

« Le plurilingue des écrivains à la lumière de la critique génétique »

par Olga Anokhina, directrice de l’équipe Multilinguisme, traduction, création, ITEM-CNRS.

Olga Anokhina travaille en linguiste généticienne sur les manuscrits d’auteurs plurilingues depuis plusieurs années au sein de l’ITEM (Institut des Textes et Manuscrits). Elle souligne que cet objet d’étude était peu reconnu il y a une dizaine d’années et que les politiques éditoriales restent peu favorables à la mise en valeur du plurilinguisme des écrivains, y compris, par exemple pour un écrivain de la stature de Nabokov, qui a écrit et publié en plusieurs langues, mais dont les œuvres, notamment celles de la maturité telle Ada ou l’ardeur, sont éminemment multilingues.

Elle rappelle que le plurilinguisme des écrivains est très ancien, et que l’on a garde des témoignages dans des œuvres médiévales et renaissantes. Au sein de son équipe, le travail génétique repose sur deux contraintes : avoir accès aux manuscrits, ce qui implique qu’ils soient conservés et rendus accessibles aux chercheurs, et maîtriser les langues des écrivains, afin de ne pas limiter les recherches aux plurilinguismes des seules langues européennes ou de l’anglais et d’une autre langue.

Les recherches menées à l’ITEM visent à identifier les stratégies d’utilisation des langues dans les étapes de la création, à quoi les manuscrits – ou plus généralement les documents de travail – donnent accès. Ainsi, on peut repérer les stratégies suivantes :

– la séparation fonctionnelle des langues, lorsque, par exemple, une langue est utilisée pour commenter la création (le latin chez le poète italien Pétrarque au XIVe siècle) ou donner des indications de régie (le français chez Pouchkine) ;

– l’alternance codique ou les interférences linguistiques (code-switching), lorsque les langues se mêlent dans un même énoncé, ce qui peut s’observer à des degrés divers dans les brouillons et dans le texte publié, ainsi dans la littérature « chicanas » des écrivains américains d’origine mexicaine, mais aussi chez des écrivains européens, tels Tolstoï ou Nabokov. La présence, dans l’œuvre publiée, de ces mots étrangers, peut, à son tour, donner lieu à différents procédés, de traduction ou de reformulation.

– l’écriture simultanée en deux langues, qui concerne principalement l’écriture poétique. Elle s’observe chez de rares auteurs, comme le poète malgache Jean-Joseph Rabearivelo dont Claire Riffard a étudié les manuscrits bilingues.

– l’autotraduction ou l’écriture consécutive en deux langue est beaucoup plus courante, de nombreux écrivains choisissant de traduire eux-mêmes leurs œuvres d’une langue à l’autre. Ainsi, est-ce le cas pour Beckett, Huston, Alexakis, dans les deux sens ou pour Anne Weber qui s’autotraduit du français en allemand avant même la parution, ce qui lui permet de retravailler la première version.

Ces stratégies ne sont pas exclusives les unes des autres, elles témoignent de l’enrichissement de la palette expressive que la pratique de plusieurs langues constitue.

  • Olga Anokhina (dir.), Multilinguisme et créativité littéraire, Academia Bruylant/Harmattan, Louvain-la-Neuve, 2012.
  • Olga Anokhina et François Rastier (dir.), Écrire en langues : littératures et plurilinguisme, Paris, Éditions des Archives Contemporaines,

« Littérature, langue étrangère et étrangéisée »

par Frosa Pejoska-Bouchereau, directrice de l’axe Littérature et culture en didactique des langues, PLIDAM-INALCO.

L’objet d’étude de Frosa Pejoska-Bouchereau n’est pas, à strictement parler, le plurilinguisme, même si, de fait, beaucoup des écrivains qu’elle étudie sont plurilingues. Ce qui l’intéresse, c’est de voir comment, confrontés à l’anéantissement, aux migrations, à l’exil ou à la déportation, les écrivains survivants ont été amenés à « étrangéiser » leur langue d’écriture pour dire ce réel étranger. Là encore, les procédés peuvent être très divers, et le plurilinguisme des écrivains peut être mise à contribution, d’autant que les langues sont souvent parties prenantes de l’expérience, qu’il s’agisse du yiddish et de l’allemand, langues interdites ou cachées, marquées par la Shoah (voir Piotr Rawicz et Aharon Appelfeld) ou qu’il s’agisse de la perte de la langue unique dans l’exil (l’écrivain croate Miroslav Kurleja parle ainsi de la « yoyoisation » du monde).

Le roman accueille cette expérience d’étrangéisation du réel par différents procédés, qui peuvent aller de l’usage incongru des mots, à l’insertion de fragments de discours en langue étrangère, et à une sorte de hantise de la langue maternelle dans la langue d’écriture.

L’écrivain hongrois Imre Kertesz étrangéise la langue dans Etre sans destin par un usage des mots totalement incongru pour décrire la réalité du camp où il a été déporté. A travers l’arbitraire du langage, c’est l’arbitraire illimité du camp d’extermination qui est rendu sensible.

Significative est l’œuvre de George-Arthur Goldschmidt, né en Allemagne, caché en France durant la guerre – sa langue maternelle lui étant alors interdite pour sa propre survie – qui est revenu vers l’allemand par la traduction notamment de Handke, Nietzsche ou Kafka. Celui-ci qui explique son rapport complexe à cette langue dissimulée et interdite dans plusieurs textes autobiographiques centrés autour de l’exil, la déportation, l’interdit linguistique (voir Le poing dans la bouche, Une langue pour abri, A l’insu de Babel). Ecrivains de l’entre-deux langues, ces auteurs ont conscience qu’ils sont des seuils entre deux mondes.

 

Rencontre avec Hubert Haddad, animée par Hanane Oueslati et Serge Martin

Hubert Haddad répond aux questions de Hanae Oueslati afin de retracer un parcours intellectuel.

De son enfance en Tunisie, dans une famille juive dont l’histoire est marquée par l’exil et la conscience de la précarité, il retient le paradoxe d’avoir grandi baigné dans la culture et la langue arabes, alors que ses parents ne lui ont pas transmise : de là probablement une conscience aiguë de la position de l’écrivain : « Un écrivain, c’est quelqu’un qui est dans l’énigme de la langue », sans origine décelable, « l’écrivain est dans l’inquiétude de la langue comme un lieu d’origine multiple ». Cette inquiétude, valable pour tout écrivain, est d’autant plus marquée avec la situation d’exil et la relation à une langue maternelle qui n’a pas été partagée.

Mais Hubert Haddad nous parle aussi de ses voyages dans la littérature : à travers des passions, comme celle qu’il a pour les haïku et pour la culture japonaise ou l’expérience des ateliers d’écriture qu’il a longtemps donnés, et dont il a réuni le matériau foisonnant dans le Nouveau magasin d’écriture. Il nous conduit aussi à parcourir les différentes veines de ses inspirations : l’imaginaire, avec le mouvement de la « nouvelle fiction » dont il a été un des initiateurs et l’écriture de recueils de nouvelles ; l’exploration romanesque du passé joignant la Bible aux origines indiennes et aux conquêtes européennes (Premières neiges sur Pondichéry, à la la recherche d’un royaume juif mythique fondé au Xe siècle et détruit par l’Inquisition) ; l’interrogation des non-dits de l’histoire et de la colonisation, les enfants-soldats en Afghanistan ou encore des dangers des manipulations de l’humain (Corps désirables). A travers cette pluralité d’inspirations, ce sont aussi les analogies que l’on découvre à travers l’étymologie et l’imaginaire : chaque mot faisant métaphore, et permettant les déplacements, les images, l’évocation, dans une même langue, d’un tissage d’influences et d’évocations possibles.

Pour finir, les voyages qui le conduisent régulièrement en Algérie et son goût du dialogue culturel l’a conduit à fonder la revue Apulée, en hommage à ce Berbère, inventeur du premier roman de l’Antiquité en latin. Il s’agit en effet de revenir sur les relations culturelles entre les deux rives de la Méditerranée, en partant de l’autre côté, d’ouvrir ainsi un espace de réflexion décentré, et de réinventer la langue avec des contrastes de culture et de vécu.

 

Ateliers littérature et plurilinguisme, de l’école à l’université

L’après-midi a été consacrée à la présentation d’ateliers d’écriture plurilingues, proposés à l’école, dans le cadre de l’éveil aux langues, et à l’université, dans des diplômes de langue et culture françaises pour des apprenants de niveau A2 à B2.

Le fil directeur commun est d’entrer dans le plurilinguisme à partir d’œuvres littéraires et dans une perspective d’écriture créative. A l’école, les albums plurilingues et le dispositif théâtral du kamishibaï permet de développer des activités langagières autour des langues des élèves et de la découverte de langues inconnues. A l’université, les textes multilingues, ou portant témoignage du parcours plurilingue de leur auteur, sont utilisés comme déclencheur d’écriture de développer le sens de la langue des étudiants et la conscience réflexive qu’ils peuvent avoir de leur parcours linguistique.

L’ancrage théorique commun, de l’école à l’université, est tout d’abord la reconnaissance et la valorisation du plurilinguisme dans l’apprentissage des langues, à la frontière entre politiques linguistiques, sociolinguistique et didactique, avec une dimension anthropologique de la réflexion sur l’identité linguistique et culturelle et sur les parcours d’apprentissage et d’intégration culturelle.

On peut également considérer que nous avons en commun une démarche d’éveil aux langues selon les objectifs suivants :

  • Sensibilisation à la diversité des langues et des cultures : ouverture sur l’autre
  • Intégration positive du plurilinguisme des élèves / des apprenants : représentation de soi comme pluriel
  • Développement de la conscience linguistique : capacité de transferts d’une langue à l’autre
  • Développement de la réflexivité dans l’apprentissage : capacité de retour sur l’expérience et d’orientation du parcours dans les langues/cultures

Enfin, ces ateliers sont indissociables d’un objectif de la formation des enseignants. Pour l’école, l’association DULALA crée et diffuse du matériel, des démarches, des activités et accompagne des équipes éducatives pour intégrer l’éveil au langues au quotidien. A l’université Paris 3, les diplômes de langue sont intégrés à la dynamique de formation du Master de didactique des langues par le biais des observations de classe.

« L’éveil aux langues à l’école à travers albums et kamishibaï plurilingues » par Anne Bodénant, association D’une Langue à L’Autre (DULALA)

Anne Bodénant commence par présenter l’association DULALA et ses missions (voir www.dulala.fr).

Elle présente le contexte culturel et sociolinguistique (un quart des locuteurs en France étant en position de bilinguisme, et un tiers en région parisienne), tandis que les enseignants peinent encore à encourager le bilinguisme et continuent trop souvent d’opposer les langues, en considérant qu’il serait nocif pour l’apprentissage du français de valoriser les langues familiales.

Le kamishibaï, dispositif narratif venu du Japon, permettant de raconter une histoire en montrant les images comme dans un petit théâtre, est devenu un support privilégié d’activités d’éveil aux langues, par les possibilités qu’il offre de dissocier les images du texte et par l’initiative de DULALA de monter un concours de création de kamishibaï plurilingue, ouvert aux écoles depuis trois ans. Les activités proposées impliquent aussi les parents, qui sont invités aux ateliers, et peuvent ainsi entamer un dialogue avec l’école en partageant des mots, des histoires, des chansons mettant en jeu les langues familiales. Des outils complémentaires, telle la roue des émotions plurilingues ou le jeu des sept familles plurilingues, ont été développés et permettent de transformer la manière dont les langues sont perçues et accueillies au sein de l’école.

  • Nathalie Auger, Comparons nos langues. Démarche d’apprentissage du français pour les enfants nouvellement arrivés, Cédérom, CRDP de l’académie de Montpellier, 2006.
  • Martine Kervran, Les langues du monde au quotidien, cycle 1. CRDP de Bretagne, SCEREN-CNDP, 2012 ; cycle2/ cycle 3 (rééd revue et corrigée 2013, 1re éd. 2006).

 

« Des ateliers de lecture/écriture autour du plurilinguisme à l’université » par Déborah Aboab, Anne Godard et Donatienne Woerly, membres du LAPAD-DILTEC.

A l’université, les ateliers d’écriture plurilingues s’inscrivent dans un champ déjà en partie balisé :

Tout d’abord, ils se rattachent à l’existence traditionnelle des ateliers d’écriture en FLE, revus récemment dans la perspective actionnelle de la pédagogie de projet et d’une utilisation poétique et esthétique de la langue telle qu’elle est évoquée par le CECRL.

  • Anne Godard (dir.), La littérature dans l’enseignement du FLE, Paris : Didier, 2015.

D’autre part, la littérature d’auteurs plurilingues est un champ qui commence à être bien exploré en FLE, à travers des appellations diverses : écrivains bilingues, plurilingues, translingues. Il s’agit ici de décrire un fait biograhique, l’existence d’au moins deux langues qui, potentiellement, pourraient être langue d’écriture, même s’il y a des passages très différents : passage chronologique d’une langue à l’autre ou décalage dans la possibilité d’une expression/réception littéraire dans une seule des deux langues, ou co-existence et allers-retours possibles.

  • Robert Jouanny, Singularités francophones, Paris : PUF, 2000.
  • Anne-Rosine Delbart, Les exilés du langage. Un siècle d’écrivains venus d’ailleurs (1919-2000, Limoges : PULIM, 2005.
  • Véronique Porra, Langue française, langue d’adoption : une littérature « invitée », entre création, stratégies et contraintes (1946-2000), Hildesheim : Georg Olms Verlag, 2011.
  • Alain Ausoni, En d’autres mots. L’écriture translingue de soi, thèse sur l’autobiographie des écrivains translingues, à paraître, Genève : Slatkine, 2018..

On peut ajouter la notion d’hétérolinguisme, qui vient de Rainier Grutman, et qui désigne la représentation à l’intérieur de l’œuvre littéraire de la diversité linguistique, en la pensant en continuité avec d’autres phénomènes d’hétérogénéité énonciative ou discursive. Cette dernière distinction, nous conduirait à parler d’écrivains plurilingues, de textes multilingues, et d’œuvres hétérolingues.

  • Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au XIX e siècle québécois, Montréal : Fides-CÉTUQ, 1997.

Enfin, nous nous plaçons dans une dynamique actuelle à l’université, qui fait de l’atelier d’écriture plurilingue un lieu spécifique de formation où il s’agit de faire écrire de manière créative en s’appuyant sur des textes d’écrivains plurilingues, et aussi d’intégrer le plurilinguisme dans les textes produits, c’est-à-dire d’aboutir à des textes hétérolingues. Le public est constitué de classes pluriculturelles et plurilingues, pour lesquelles on postule un effet « miroir » de l’expérience, comme déclencheur de réflexivité, d’« autorisation » à l’expression subjective et aussi au « droit de mal écrire », en jouant sur les différents codes.

  • Voir les articles de Noëlle Mathis et de Chantal Dompmartin-Normand, Carnets N°7 – Plurilinguisme et migrations dans la littérature de langue française, Revue électronique d’études françaises de l’APEF, 7 | 2016.

Les ateliers présentés s’adressent à des apprenants de niveaux intermédiaire et avancé dans l’enseignement supérieur français (DULF et DUEF1). Ils sont mis en place dans trois cours semestriels, niveaux A2 à B2-C1 et visent la constitution d’un corpus de textes créatifs et réflexifs d’apprenants plurilingues. A l’issue de l’expérience, nous chercherons à faire un bilan sur différents aspects :

  • Motivation apportée par le projet créatif (individuel et collectif)
  • Implication des apprenants dans la démarche réflexive
  • Retour sur les notions de sur/conscience linguistique et d’appropriation
  • Analyse des productions en pouvant décrire les mécanismes de passage d’une langue à l’autre, d’interférence, d’alternance, d’effets d’une « étrangéité » dans la langue.

A partir de là, nous chercherons à développer de plusieurs façon une articulation avec la formation de futurs enseignants :

  • Travail réflexif sur leurs propres répertoires langagiers
  • Observation et participation aux ateliers
  • Découverte d’un corpus littéraire et d’approches pédagogiques (lecture/écriture créative/réflexive)

Un premier bilan de ces ateliers sera proposé lors d’une matinée d’études doctorales, le samedi 5 mai. Voir ci-dessous.

 

Tout au long de cette journée, de nombreux échos sont apparus entre d’une part les écrivains, abordés par le biais des manuscrits, par leurs œuvres, ou par leur témoignage direct, et d’autre part, les élèves ou apprenants, dont le plurilinguisme est également une dimension à la fois d’inquiétude et de créativité, dans un entre-deux où les intraduisibles sont les lieux où l’expérience se catalyse dans une forme.

Anne Godard

 

Nous vous invitons à prolonger la réflexion le 5 mai, lors de la matinée d’études doctorales coordonnée par Anne Godard et Serge Martin dans le cadre des Samedis de l’ED 268 Langage et langues :

Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures)

Samedi 5 mai – 9h-13h 46 rue Saint-Jacques, salle M

Programme prévisionnel :

Deux conférences :

  1. Hans-Jürgen LUESEBRINK (Université Saarbrücken) : Transferts culturels et traduction : des réénonciations vives(sous réserve)
  2. Serge MARTIN (Sorbonne nouvelle, Paris 3) : La réénonciation de Benveniste à Meschonnic : enjeux pour les didactiques

Deux tables rondes à partir de travaux en cours :

  1. Les ateliers d’écriture plurilingues, une expérience en cours à Paris 3 avec Anne Godard, Donatienne Woerly, Deborah Aboab.
  2. Les lecteurs, les littératures, les didactiques (recherches récentes et en cours) avec Marie Rivière, Zheng Wen, Carla Campos (Sorbonne nouvelle) et Rodrigo Olmeido Judico Becerril (Université nationale autonome du Mexique)