Concours inalco de la nouvelle plurilingue

La 1ère Edition 2020 du concours Inalco de la nouvelle plurilingue est lancée !

Le concours Inalco de la nouvelle plurilingue 2020, destiné aux étudiants francophones du monde entier, s’honore d’un très beau double parrainage avec la participation de deux écrivains francophones, Yasmine Khlat et Jean-Simon DesRochers.

Organisé dans le cadre de l’initiative éponyme de l’Organisation internationale de la francophonie, qui vise à promouvoir les différentes variétés de français et le multilinguisme dans l’espace francophone, le thème de cette année est :

Langues en dialogue

Libre à vous de traiter ce thème selon votre inspiration, en respectant la contrainte linguistique (nouvelle écrite en français mais avec présentant au moins une autre langue ou variété que le français standard).

« Le monde se créolise, c’est-à-dire que les cultures du monde mises en contact de manière foudroyante et absolument consciente aujourd’hui les unes avec les autres se changent en s’échangeant à travers des heurts irrémissibles, des guerres sans pitié mais aussi des avancées de conscience et d’espoir ». 

Introduction à une poétique du divers, Edouard Glissant

L’organisateur

Ce concours est organisé par l’Inalco (Institut des langues et civilisations orientales), dit aussi Langues’O, établissement public d’enseignement supérieur parisien créé en 1795, qui forme à une centaine de langues et de cultures.

Avec le soutien de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF, https://www.francophonie.org/).

Et en partenariat avec D’une langue à l’autre (DULALA, https://www.dulala.fr/) et l’Ouvroir de translatio potencial (Outranspo, http://www.outranspo.com/).

Participez à la première édition du Concours Inalco de la nouvelle plurilingue ! 

Quoi ? Un concours d’écriture plurilingue sur le thème « Langues en dialogue »

Pourquoi ? Pour promouvoir le plurilinguisme en francophonie – et ailleurs

En quelle langue ? En français mais avec le recours à (au moins) une autre variante que le français standard ou une autre langue

Pour qui ? Les étudiant.e.s francophones (de tout niveau) de France et d’ailleurs

Combien ? Bonne nouvelle, c’est gratuit !

Quand ? Du 1er juin au 1er septembre 2020 / Inscription avant le 28 juin / Remise des prix en mars 2021 à Paris (Inalco)

Les prix ? 500, 200 et 100 euros / une publication des nouvelles en 500 exemplaires / participation à un atelier d’écriture avec l’un de nos parrains

Les écrivains parrainant le concours ? Yasmine Khlat (France, Liban) et Jean-Simon DesRochers (Québec)

Le petit plus : sur inscription, un atelier d’écriture plurilingue en ligne offert à tous début juillet !  


Inscription obligatoire en ligne avant le 28 juin : https://concoursdelanouvelleplurilingue.wordpress.com/participer/

Site officiel du Concours de la nouvelle plurilingue : https://concoursdelanouvelleplurilingue.wordpress.com/

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Agota Kristof ou l’écriture de la frontière. Compte rendu de : Sara De Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019.

Dans un ouvrage érudit, dense et référencé, Sara De Balsi entend rendre compte du statut excentrique au sein de la francophonie translingue, d’Agota Kristof, écrivaine d’expression française d’origine hongroise, en montrant comment elle construit sa position déterritorialisée à travers des processus d’effacement et d’isolement qui renvoient, thématiquement, à la traversée de la frontière – nationale et linguistique.

Les analyses empruntent à la sociocritique et aux études du plurilinguisme littéraire, et s’appuient sur la génétique textuelle, la poétique des genres et l’analyse de discours. Elles animent à la fois un portrait de l’autrice dans le champ littéraire francophone et font percevoir les caractéristiques d’une œuvre toute entière consacrée à l’invivable alternative entre la violence totalitaire et la solitude de l’exil.

Une figure d’autrice marginale et isolée, détachée des espaces nationaux

Dans la première partie, Sara De Balsi rend compte du statut excentrique de l’écrivaine sur plusieurs plans. En effet, non francophone, exilée/réfugiée (cf Edward Saïd, Réflexions sur l’exil et autres essais, 2008) en Suisse romande, vivant dans des conditions matérielles difficiles, Kristof affirme sa vocation d’écrivain (cf. Nathalie Heinich sur le régime vocationnel) formée depuis l’enfance et cherche à se positionner dans le champ littéraire suisse et francophone, passant, après une phase d’écriture de poèmes dans sa langue maternelle relevant du champ littéraire de la dissidence, à l’écriture en français suivant trois élargissements successifs de sa réception :  d’abord par l’expérience du théâtre amateur dans la région de Neuchâtel, puis par des collaborations radiophoniques et par l’accès à la publication par une maison d’édition parisienne. Après le succès de la trilogie des jumeaux (Le Grand Cahier, 1986 ; La Preuve, 1988 ; Le Troisième Mensonge, 1991), l’autrice publie un quatrième roman (Hier, 1995) puis après 1995, elle se contente d’accepter des propositions d’édition (au Seuil et chez Zoé à Genève) d’œuvres antérieures : nouvelles, pièces radiophoniques, théâtre et fragments autobiographiques, consolidant et fixant sa position originale et marginale d’écrivaine d’expression française détachée du contexte suisse comme du contexte parisien.

Suivant l’approche sociologique mise en œuvre par Pascale Casanova dans La République mondiale des lettres (1999), Sara De Balsi situe ensuite l’autrice dans l’espace littéraire international en s’interrogeant sur la manière dont elle revendique ou prend ses distances avec son héritage littéraire, culturel, linguistique et national. Le trait caractéristique que souligne De Balsi est l’effacement des références littéraires hongroises, faisant d’Agota Kristof une écrivaine « traduite », au sens où, selon Pascale Casanova, écrire directement dans la langue dominante, à l’instar d’une autotraduction, est pour un écrivain d’une « petite » langue, un moyen de s’affirmer dans le champ littéraire mondial.

Détachée de l’espace hongrois comme de l’espace romand, Kristof s’affirme dans la littérature mondiale. C’est dans ce cadre qu’elle atteint à la consécration et fait l’objet de différentes « appropriations » nationales notamment par des prix à la fois dans l’espace français (Prix de l’Association des écrivains de langue française (ADELF), section « Prix du livre européen » en 1987, Prix du Livre Inter en 1991), suisse (Prix Gottfried Keller en 2001), mais aussi européen (Prix autrichien pour la littérature européenne en 2008) et finalement hongrois (Prix Kossuth).

Pour affiner l’analyse, De Balsi s’attarde ensuite, dans la lignée de l’étude de la singularité littéraire menée par Jérôme Meizoz (La Fabrique des singularités, 2011), à montrer quelle posture Kristof adopte à la fois par elle-même et par l’ethos discursif qu’elle élabore dans les œuvres. La posture de l’autrice se construit en effet de manière à la fois externe et interne à l’œuvre. Du point de vue externe, biographique, c’est la souffrance de l’exil qui ressort des entretiens que donne Agota Kristof ainsi qu’une forme de retenue et de minimalisme qui rapproche la personne de l’écrivaine de l’ethos du narrateur qui, dans les premiers chapitres du Grand Cahier, affirme sa méfiance pour le vocabulaire psychologique et revendique une écriture dépouillée de toute interprétation. Cette convergence d’ethos instaure une forme de circularité entre la personne de l’écrivaine et le narrateur gémellaire du Grand Cahier qui devient modèle pour la réception des autres œuvres.

 Discours sur la langue et position de l’écrivaine devant la langue

S’appuyant sur La Fabrique de la langue de Lise Gauvin (2004), La deuxième partie cherche à dégager les représentations des différentes langues et la place qui leur est donnée dans l’œuvre de Kristof. Là encore, la marginalité et l’isolement semblent la marque de l’autrice, qui ne reprend aucune des images traditionnelles du français comme langue d’écriture (clarté, précision, universalité, émancipation et terre d’accueil pour l’exilé) et pose au contraire sa langue d’écriture comme une langue « ennemie », à la fois rétive à l’apprentissage tardif, notamment en raison d’une orthographe déconnectée de la phonétique, et une langue finalement capable de tuer sa langue maternelle. Le rapport aux langues, qui fait l’objet d’un chapitre de L’Analphabète, son livre autobiographique, est marqué par la perte d’une sorte de paradis perdu, avant la conscience de la diversité linguistique. Les langues apparaissent liées aux guerres et aux différentes formes d’oppression politique subies par la Hongrie dans l’histoire (statut subalterne par rapport à l’Autriche, domination de la Russie soviétique). L’autrice n’a donc aucune posture ni de révérence, ni de gratitude vis-à-vis de sa langue d’écriture, et dénie avoir une quelconque responsabilité relevant de la traditionnelle « défense et illustration ». L’écriture et la littérature sont en position de détachement par rapport aux contraintes externes représentées par la langue comme par la nationalité. L’acquisition du français est présentée comme un simple moyen : il donne accès à la lecture de la littérature mondiale et il permet d’écrire en s’adressant à un lectorat accessible dans l’ici et maintenant de l’exil.

Dans la trilogie des jumeaux, les langues ne sont pas nommées, elles sont, comme dans le récit autobiographique, marquées par des fonctions : notre langue / la langue étrangère, associées à des personnages qui sont eux-mêmes réduits à leur fonction : l’officier étranger, la Grand-mère. Les langues renvoient au partage de l’exil : l’ici et l’ailleurs, le pays natal et le pays étranger, le « nous » et le « vous ». Elles marquent la coupure, elles sont des frontières. Le français en tant que tel n’est qu’un médium neutre dans lequel l’histoire nous est transmise, il n’a aucune influence sur elle et n’est pas représenté dans les œuvres. Il est d’ailleurs difficile de savoir si la « nouvelle » langue dans laquelle le personnage exilé écrit est du français ou de l’allemand.

Sollicitant la notion de « surconscience linguistique » que l’on doit à Lise Gauvin, De Balsi fait remarquer la prégnance, dans le discours critique et dans les propos d’Agota Kristof, de la référence à une forme d’insécurisation (selon le terme de Claude Caitucoli, pour insister sur les éléments extérieurs, liés à l’environnement) qui conduit l’autrice à adopter une poétique minimaliste face à la langue apprise tardivement. La conquête d’une légitimité à écrire, après un passage par le silence – cet « analphabétisme » qui a donné son titre au texte autobiographique – est figurée par le choix d’une « écriture blanche », neutre, résultant d’un refus du style et de la « belle langue ». Comme pour la posture de l’écrivaine, ce choix stylistique, qui tend à dépouiller le français, est aussi un moyen de viser à une forme d’universalité par effacement des traits individuels.

Effacement des traces hétérolingues

Mais peut-on déceler, sous le monolinguisme de surface, des traces hétérolingues (suivant le terme proposé par Rainier Grutman pour décrire la représentation de la pluralité des langues dans le texte) ? Bien qu’il n’y ait aucune présence de mots étrangers, les romans sont présentés comme des textes écrits – traduits – par les jumeaux Claus et Lucas, et notamment, dans Le Troisième Mensonge, par l’un d’eux, en situation d’exil. L’ensemble même de la trilogie figure ainsi une traduction – conformément à ce qu’on a pu faire remarquer de la situation de l’autrice d’« écrivaine traduite » dans le champ de la littérature mondiale. Mais le seul hétérolinguisme que l’on perçoit est la maîtrise, par les jumeaux, d’un registre de langue perçu comme anormalement soutenu – la langue des dictionnaires ? –. Il est aussi fait mention de leur connaissance de langues étrangères (la langue maternelle de leur grand-mère, celle de l’officier allemand), mais la lisibilité prime toujours sur la visibilité (selon le continuum d’hétérolinguisme proposé par Myriam Suchet), y compris quand est cité, en français, un vers de l’Hymne national hongrois qui a été interdit pendant l’occupation soviétique et que, en l’absence d’indication, peut de lecteurs peuvent reconnaitre. En ce sens, suivant Xavier Garnier, qui oppose le plurilinguisme des littératures européennes au monolinguisme de la littérature francophone, on peut faire l’hypothèse que le français contribue, pour Agota Kristof, à déterritorialiser sa production.

Translinguisme et autotraduction

Dans ce contexte, quel statut ont les œuvres poétiques en hongrois et quel est le rôle de l’autotraduction ?

Les œuvres de jeunesse sont perdues, Agota Kristof n’ayant rien emporté en quittant la Hongrie en 1956, mais certains poèmes hongrois ont été réécrits / recréés à son arrivée en Suisse. Une partie de ces œuvres a été publié en 2016, en version bilingue, mais peu sont des autotraductions. Cependant, la transposition et la reprise thématique sont reconnues par l’autrice.

Bien que le péritexte éditorial n’évoque pas la dimension d’autotraduction, les nouvelles de C’est égal sont présentés dans des entretiens comme des essais de transposition en prose et en français de poèmes hongrois qu’elle avait vainement tenté de traduire. De même dans le roman Hier, des récits de rêve intégrés comme des poèmes en prose écrits par le héros, Sandor, sont d’après Agota Kristof, des réécritures d’anciens textes hongrois. Ces affirmations sont corroborées par les études des avant-textes, l’étude génétique des manuscrits permettant souvent de voir à l’œuvre les processus créatifs avant le travail éditorial qui tend à effacer les traces hétérolingues (voir sur L’Autotraduction littéraire l’ouvrage collectif dirigé par Rainier Grutman et Alessandra Ferraro, 2016). Dans les œuvres, les héros jouent souvent le rôle d’interprètes, c’est le cas des jumeaux, et de Sandor dans Hier. Dans Le Troisième Mensonge, Claus, l’écrivain exilé, est, à l’instar d’Agota Kristof, un écrivain translingue, il est, de plus, son autotraducteur de retour dans son pays puisque le manuscrit qu’il laisse inachevé à sa mort, doit pouvoir être lu avant d’être terminé par son frère.

Le partage des langues, des langues et des styles

Le changement de langue peut-il être corrélé aux changements de genres (poésie, théâtre, roman) et aux changements de style ? Ce qui apparait de prime abord, c’est la cohérence thématique : les pièces comme les romans situent leurs actions sous un régime totalitaire, où la manipulation, le mensonge et la cruauté sont constantes. De ces espaces clos, l’on ne s’échappe que pour arriver dans le vide de l’exil où l’on expérimente le sentiment de perte et l’impossibilité de vivre. A cette force unité thématique s’ajoute une écriture romanesque par courtes scènes qui rapprochent les romans de la structure dramatique. Le point de vue extérieur, selon lequel les personnages parlent et agissent sans aucune intervention ou interprétation d’un narrateur rapproche également les romans des pièces de théâtre. Enfin, d’un point de vue stylistique, même sobriété et économie de moyens sont souvent notées. Cependant, il faut noter que les pièces inédites donnent une image plus diverse de la création théâtrale d’Agota Kristof, ainsi c’est le choix éditorial qui a limité les pièces publiées à celles qui sont en résonance la plus étroite avec les romans qui ont fait le succès public de leur autrice.

La convergence entre les deux genres est bien sûr soulignée par la présence thématique du théâtre dans le Grand Cahier : outre les exercices corporels que s’imposent les jumeaux, outre des jeux de rôle, destinés pour certains à tromper les autorités, ils se font saltimbanques et gagnent leur vie à monter de courtes saynètes dans les cafés. Certaines scènes traversent les genres, on en trouve deux versions, une théâtrale et une inscrite dans un des romans ou sous la forme d’une nouvelle. Enfin, une thématique récurrente est l’écriture même : de nombreux personnages ont le désir ou le projet d’écrire, certains ont le statut d’écrivain. Celle-ci s’organise en deux pôles, l’écriture de fiction, qui vise cependant au vrai, par le choix d’une écriture des faits, fondée sur le rejet des discours de la propagande politique, et la poésie, qui s’oppose elle aussi au discours de propagande, mais qui est mise à distance et rejetée du roman pour son sentimentalisme. La répartition entre prose et poésie recoupe de fait, dans Le Troisième Mensonge comme dans Hier, l’écriture narrative, distancée, en langue étrangère et l’écriture lyrique en langue maternelle.

C’est à travers l’opposition des genres prose/poésie qu’Agota Kristof formule une différence perçue entre le français et le hongrois : si la poésie est réservée au hongrois, ce n’est pas seulement parce que c’est la langue maternelle, celle dans laquelle s’expriment plus volontiers les sentiments, c’est qu’elle perçoit sa langue maternelle comme intrinsèquement lyrique, tandis que le français lui semble « direct et prosaïque ». Cette opposition est cependant à nuancer, notamment pour les œuvres postérieures au Grand Cahier, qui réintègrent des éléments psychologiques, lyriques, oniriques.

Singularité et isolement : paratopie linguistique, scénographie de l’écriture, refus des filiations

C’est à partir des travaux de Dominique Maingueneau en analyse du discours (Le Discours littéraire, 2004) que De Balsi propose d’aborder la construction d’une singularité liée à plusieurs « paratopies » autrement dit plusieurs niveaux où se situe sa marginalité, identitaire, en tant que dissidente, spatiale, en tant qu’exilée, et linguistique, en tant qu’écrivaine translingue n’ayant pas choisi sa langue d’écriture.

Les éléments permettant de construire dans l’œuvre cette paratopie peuvent être des figures de personnages marginaux – des artistes, saltimbanques, poète maudit, écrivain exilé, mais aussi toutes sortes de personnages stigmatisés, enfants de l’adultère ou de l’inceste, personnages estropiés, alcooliques, fous, malades, dont le plus emblématique est Sandor/Tobias, le héros de Hier – mais aussi des lieux, comme la frontière, qui est un élément thématique récurrent.

Afin de faire entendre sa voix propre, le texte propose une scène de parole, que Maingueneau appelle une scénographie, entendue comme un dispositif de légitimation de l’énoncé. La particularité des romans de Kristof est la mise en scène d’une parole écrite plus que dite : les jumeaux écrivent dans Le Grand Cahier, qui est donné comme le recueil de leurs textes, dans La Preuve, le récit à la troisième personne apparait, à la fin, comme un manuscrit écrit par le personnage nommé Claus T. Dans Le Troisième Mensonge, les deux premiers romans paraissent comme les manuscrits de ce Claus T. qui y a transposé des éléments autobiographiques. L’énonciation particulière du Grand Cahier, un « nous » qui correspond au dédoublement de deux je identiques, peut être mise en relation avec le monde totalitaire déshumanisé, le dédoublement étant à la fois un effet et une résistance à cette emprise qui aboutit, selon Annah Harendt à la désolation, une absence de lien caractéristique du totalitarisme. La séparation et le franchissement de la frontière, qui divisent le « nous » en le rendant à la solitude du « moi », sans qu’il soit toujours aisé, dans les deux romans suivants, de distinguer les deux jumeaux Lucas et Claus, aux noms en anagramme, et qui, en outre, ont pour nom de plume le prénom l’un de l’autre.

L’isolement de l’autrice n’a pour exception que sa proximité avec Thomas Bernhard, dont elle évoque à la fois le courage de critiquer son pays et la densité de l’œuvre à l’humour noir. On peut d’autant plus les rapprocher qu’ils entretiennent une même ambivalence vis-à-vis de leur langue d’écriture, langue ennemie avec laquelle ils se battent et qu’ils cherchent à détruire d’une manière fort différente par le style, mais à partir d’une posture commune. On peut noter la même posture d’isolement par rapport aux institutions littéraires.

Parmi les écrivains français, Agota Kristof n’évoque que deux écrivains, Ponge et Michaux, l’un et l’autre auteurs de poèmes en prose au statut singulier et marginal, au ton souvent ironique, voire absurde. Dans les œuvres, la seule référence intertextuelle est la Bible, arrière-plan mythique selon de Balsi, qui renvoie à la fois à l’étude de la Bible pendant l’enfance, mais par la référence à l’Ecclésiaste, à une vision très sombre de la vie.

La frontière infranchissable et pourtant franchie

La frontière, à la fois thème et structure de l’œuvre, est centrale comme « limite physique infranchissable et pourtant franchie » (p. 232). Elle est présente dans les pièces de théâtre et omniprésente dans les romans, qui sont construits de manière dichotomique entre un ici invivable en-deça et l’exil au-delà. A la frontière correspond l’emprisonnement dans la ville frontalière et la transgression de l’interdit, le franchissement qui conduit à la solitude. La coupure qu’elle instaure renvoie à la coupure linguistique, le conflit des langues étant pensé sur un mode binaire, l’adoption d’une langue entraînant la mort d’une autre.

En conclusion de son ouvrage, Sara De Balsi souligne l’intérêt de cette approche de l’écrivaine par le translinguisme, qui organise, autour du thème de la frontière et de son franchissement, la posture isolée de son autrice à la fois face aux langues et dans le champ littéraire.

Pour citer cet article : Anne Godard, "Agota Kristof ou l’écriture de la frontière. Compte rendu de : Sara De Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 05/03/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/637.

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Annonce : séminaire DILTEC Ecriture « Les ateliers d’écriture dans les DU : un lieu de subjectivation de/dans la langue »

La quatrième séance du séminaire transversal du DILTEC « Ecritures » aura lieu jeudi 12 mars de 14h30 à 17h30

Maison de la Recherche – 4 rue des Irlandais, Paris 5e – salle Mezzanine.

Virginie Allaneau-Rajaud & Donatienne Woerly : « Les ateliers d’écriture dans les DU : un lieu de subjectivation de/dans la langue »

L’objectif de cette séance est de présenter la pérennité et la variété des ateliers d’écriture créative au département DFLE, et les recherches auxquelles ils sont liés. Les ateliers sont devenus depuis plusieurs années des lieux de recherche-action, notamment autour du plurilinguisme. La démarche choisie implique un rapport holistique à l’appropriation de la langue, qui passe par une subjectivation de/dans la langue.

La séance sera centrée sur l’analyse de corpus réunis dans le cadre des ateliers menés depuis 2017 au DULF et au DUEF, autour de la conscience linguistique et de l’expérience langagière. On évoquera la question de la posture de l’enseignant/animateur de l’atelier et celle de la socialisation des textes. A partir de l’analyse des corpus, on s’interrogera sur le statut des écrits de soi, entre autobiographie, intertextualité et émergence d’une voix propre en langue étrangère.

Annonce : colloque international « Les langues dans la famille » 26-28 mars 2020, Paris

Colloque international et pluridisciplinaire :

« Les langues dans la famille : attitudes, usages, politiques, histoires »

26-28 mars 2020, à Paris (Sorbonne et INALCO)

Organisation Sorbonne-Nouvelle Paris 3, Descartes-Paris 5, INALCO et Université Paul Valéry de Montpellier.

Les approches suivent les perspectives suivantes :

  • Axe 1 : Transmissions linguistiques et transmissions culturelles
  • Axe 2 : Acquisition et plurilinguisme
  • Axe 3 : Perspectives sociolinguistiques
  • Axe 4 : Les langues de l’enfant : de la maison à l’école et de l’école à la maison
  • Axe 5 : Approches transversales à partir de corpus littéraires et artistiques

Deux sessions seront consacrées aux corpus littéraires et artistiques

Jeudi 26 mars Sorbonne 46 rue Saint-Jacques 4e étage, salle L1 de 11h à 12h30
  • Borgé Nathalie, Paris 3 Sorbonne Nouvelle DILTEC & Marie Potapushkina-Delfosse, Université de Rouen, Laboratoire ERIAC (France). “​Imaginaire artistique, expérience esthétique plurilingue et ‘translangageance’”​ .
  • De Balsi Sara, Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille, Aix Marseille Université EA 4235 (France). “​Figure grand-maternelle et transmission des langues dans quelques romans francophones contemporains”​ .
  • Glâtre Philippe, Lacito, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (France). “​Poésie orale et branchements langagiers à La Réunion​”.
Vendredi 27 mars Sorbonne 46 rue Saint-Jacques 4e étage, salle L2 de 10h30 à 12h.
  • Woerly Donatienne, DILTEC Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 EA 2288 (France). “Représentations d’un plurilinguisme conflictuel dans l’album autobiographique L’Arabe du futur de Riad Sattouf”.
  • Schmidt-Fusco Kara, Centre transdisciplinaire d’épistémologie de la littérature et des arts vivants (France). “​Witnessing the Importance of Family Languages in Contemporary Literature: Leïla Sebbar, Carrianne Leung and Igiaba Scego / Témoignages de l’importance des langues familiales dans la littérature contemporaine : Leïla Sebbar, Carrianne Leung et Igiaba Scego”​ .
  • Godard Anne, Aboab Déborah, DILTEC, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : EA 2288 (France). “​La langue au corps : transgressions linguistique et sociale et construction identitaire dans un roman d’Annie Ernaux”.

Programme complet  :

https://languesfamille.sciencesconf.org/data/Programme_du_colloque_v_2_10_2019.pdf

Inscription (gratuite) :

https://languesfamille.sciencesconf.org/resource/page/id/4

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures)
CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Compte rendu d’ouvrage : Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises par Rainier Grutman. Paris, Classiques Garnier, 2019.

Un peu plus de vingt ans après sa première publication à Montréal chez Fides en 1997, Rainier Grutman publie une version remaniée et mise à jour de son ouvrage fondateur sur l’hétérolinguisme littéraire.

DES LANGUES QUI RÉSONNENT. HÉTÉROLINGUISME ET LETTRES QUÉBÉCOISES PAR RAINIER GRUTMAN. PARIS, CLASSIQUES GARNIER, COLL. BIBLIOTHÈQUE FRANCOPHONE, 2019, 360 P. ISBN : 978-2-406-08095-4.

Cette nouvelle édition, qui parait dans la Bibliothèque francophone des Classiques Garnier, permet de (re)découvrir cette notion importante pour qui s’intéresse aux écrivains plurilingues et à la manière dont leurs œuvres témoignent de leur engagement dans la « question des langues ». 

L’hétérolinguisme littéraire

S’intéressant à des fictions (romans et contes), Rainier Grutman pose la notion d’hétérolinguisme en se référant aux stratégies textuelles et à leurs effets. De ce fait, son analyse délie les œuvres d’une lecture « documentaire », qui les réduirait à n’être que le reflet de la réalité bilingue du pays ou de la manifestation du bilinguisme de leurs auteurs. 

En effet, le propos du livre est de montrer, à travers l’étude approfondie de dix œuvres de la « période victorienne » de la littérature québécoise (publiées entre 1837 et 1901), comment les œuvres littéraires ne se contentent pas de reproduire le bilinguisme français/anglais du Canada « colingue » où ces deux langues sont instituées officiellement, mais reconfigurent une série de tensions se manifestant entre les langues (français, anglais, latin, créole), entre des variétés d’une même langue (français institutionnel/québécois populaire, mais aussi latin d’église/latin classique ou encore anglais britannique/ anglais canadien), et entre des fonctions et des statuts différents.

Ancrage historique et sociolinguistique

Une introduction dense, argumentée et largement référencée, pose les jalons d’une histoire du colinguisme québécois, du XIXe siècle à la Révolution tranquille et à la promulgation de la Charte de la langue française (Loi 101 votée en 1977 qui définit le Québec comme francophone). 

Rainier Grutman inscrit d’emblée les relations entre les langues dans la pluralité des liens, marquées par des antagonismes et des renversements successifs : ainsi le français standard s’oppose au français québécois ; celui-ci se trouve marqué par les interférences phonétiques, lexicales ou syntaxiques avec l’anglais ; l’anglais comme langue de culture, renvoyant à l’ancienne puissance coloniale britannique et à sa tradition littéraire, se trouve en polarité avec les références littéraires hexagonales, jouissant de la même autorité « déterritorialisée » ; enfin le latin, langue liturgique, marquant l’appartenance à l’église catholique ancrée dans une pratique pastorale active, mais aussi langue de la culture classique, signalant le niveau socio-culturel des élites.

Quant au bilinguisme entre français et anglais, l’auteur montre comment, d’une vision individuelle qui le fait considérer comme un instrument d’ascension sociale par les francophones, il est perçu, au plan collectif, comme un facteur dangereux d’assimilation, tandis que le joual, de manière ambivalente, est à la fois valorisé comme une manière de se distinguer du français institutionnel, et donc de sortir de la position subordonnée par rapport à la France, et vitupéré comme le « cheval de Troie » de l’anglicisation qui gagne les couches populaires.

L’hétérolinguisme : les configurations textuelles et leur signification

Le chapitre 2 cerne les notions respectives de bilinguisme et de diglossie, en montrant comment le bilinguisme officiel recouvre des pratiques ancrées socialement dans une répartition complémentaire et hiérarchisée des langues et de leurs variétés sociolinguistiques. Par opposition à cette saisie politique et sociale du plurilinguisme, la démarche de l’auteur est de s’attacher aux œuvres. C’est ainsi qu’il définit l’hétérolinguisme comme : « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (p. 60) en insistant sur « l’hétérogénéité foncière du fait langagier » (p. 62) et en consacrant son analyse à la « textualisation » ou « mise en texte » de la diversité linguistique.

Postulant que les œuvres ne se contentent pas d’enregistrer ou de reproduire des tensions socio-linguistiques, il récuse une approche des textes qui ne verrait que leur dimension mimétique et dénotative, au profit d’une attention à leur dimension figurative et connotative, mettant en évidence des « effets d’œuvre », qui confient aux langues et à leurs variétés des fonctions bien plus diverses : intertextuelles et pas seulement contextuelles, autoréférentielles et pas seulement référentielles.

Le parcours proposé à travers les dix textes choisis s’organise en cinq chapitres : 

  1. Le bilinguisme mis en exergue
  2. Le bilinguisme remis en question
  3. Hiérarchies linguistiques et concurrence culturelle
  4. Arpenter l’Amérique française
  5. De l’exemplarité du conte écrit

Ces chapitres tracent un parcours à travers des œuvres qui configurent chaque fois de manière singulière une forme de mise en tension des langues et de leurs variétés. Les études empruntent leurs références à la sociolinguistique et à l’histoire des textes, à l’analyse du discours comme aux travaux sur le Romantisme européen, et nous font entrer dans différentes formes de « textualisation » des langues par des analyses à la fois précises et érudites. Il en émerge des configurations mouvantes entre les langues et les fonctions qui leur sont attribuées par la fiction, qui font éclater la représentation trop réductrice d’un bilinguisme dualiste et conflictuel.

Bilinguisme intertextuel

Ainsi, par exemple, à propos du premier roman étudié, L’influence d’un livre de Philippe Aubert de Gaspé fils, Rainier Grutman montre comment le paratexte et notamment les exergues en anglais constituent un hétérolinguisme de références qui renvoie aux romans réalistes et gothiques aussi bien britanniques que français. Laissant à part son propre bilinguisme (alors qu’il est de mère anglophone et de père francophone), l’auteur situe la coprésence des langues sur un plan littéraire, au confluent de deux traditions romanesques, son bilinguisme intertextuel et référentiaire « déterritorialise » la dualité français/anglais. 

« Tetraglossie » français, québécois, anglais, latin

Dans La Terre paternelle de Patrice Lacombe, la répartition français/québécois ancre le récit dans un imaginaire rural vernaculaire ancestral dans lequel la hiérarchisation des langues recoupe, de manière classique, la hiérarchie entre narrateur et personnages jusqu’au moment où les simples « habitants » sont dépossédés de leur terre par un étranger, un stranger, qui usurpe leur bien tandis que s’affiche sa domination par l’irruption de l’anglais dans le texte. La valeur de parabole de l’histoire s’appuie également sur la présence du latin – celui de Virgile qui inscrit l’ouverture du livre dans l’univers pastoral, et celui de l’église qui organise la visée morale du texte. C’est pour analyser ce texte que Rainier Grutman, se réfère aux travaux de Henri Gobard sur la répartition « tétraglossique » des langages : selon l’auteur, la tétraglossie est un phénomène social qui, pour une aire culturelle donnée, hiérarchise quatre langages : le langage vernaculaire (local, natal), le langage véhiculaire (national ou régional), le langage référentiaire (de la tradition culturelle) et le langage mythique (renvoyant au sacré). Ainsi à travers les langues s’opposent à la fois des visions du monde et des imaginaires linguistiques, partagés entre l’ici et le là-bas, le présent, le passé et le futur, le temporaire et l’intemporel. 

On retrouve cette « quadriphonie » dans les œuvres de Henri-Raymond Casgrain et de Philippe-Joseph Aubert de Gaspé, mais de manière plus complexe : l’altérité linguistique étant, chez le premier, à la fois à chercher du côté de l’évocation des tribues amérindiennes et du latin les Écritures, tandis que chez l’autre, le latin scolaire inscrit les personnages lettrés dans la noblesse, et les épigraphes en anglais signalent la forte réceptivité de l’auteur à la tradition littéraire du romance britannique et, plus largement, à l’influence culturelle anglaise.

Deux autres romans, de Georges Boucher de Boucherville et de Napoléon Bourassa, ont un statut d’extraterritorialité, l’un en Louisiane, met en scène le créole des esclaves, l’autre en Acadie où le conflit linguistique, situé au moment de la déportation des Acadiens, redouble une différence sociale entre un officier britannique et une jeune campagnarde. Toutefois, la textualisation des langues filtre les dimensions les plus conflictuelles, sous une vision providentialiste de concorde.

Oral/écrit

La dernière étude s’ouvre par une réflexion sur l’opposition entre tradition écrite (représentée par le roman) et tradition orale (représentée par le conte) pour interroger les processus de transposition, voire de « déterritorialisation » que la mise à l’écrit d’un conte oral implique, en particulier sur le plan de l’expression qui dédouble souvent la scène énonciative par un narrateur décrivant le cadre où prennent lieu les « causeries ». Le dispositif, étudié à partir de plusieurs recueils de la période, fait en outre souvent place à une discussion morale, qui s’exerce à partir du récit, traité comme un exemplum et superposant ainsi un modèle religieux à celui de l’oralité populaire. 

Fonctions et mises en textes des langues

En conclusion, l’auteur met en évidence le brouillage du dualisme français/anglais qui ressort des différentes configurations textuelles où les langues et leurs variétés font entendre une « quadriphonie » organisée selon des fonctions différenciées (québécois vernaculaire, anglais véhiculaire, français référentiaire et latin mythique). Ainsi notamment, à l’intérieur du cadre auctorial déterminé par l’usage du français international, l’anglais, lorsqu’il n’est pas employé dans sa variété mimétique (construisant un effet de réel en renvoyant à la société canadienne) mais dans sa variété intertextuelle (construisant un effet d’œuvre en renvoyant à la tradition littéraire) se rapproche du français en inscrivant l’œuvre dans une tradition littéraire déterritorialisée. Inversement, le latin d’église dans sa variété locale, liturgique, renvoie à une pratique sociale et à un univers moral qui ancre le texte dans la réalité populaire au même titre que le parler natal québécois. 

Cette « quadriphonie » s’est transformée au cours du XXe siècle, par la disparition progressive des références au latin liturgique et l’emploi surtout mimétique de l’anglais canadien, mais aussi et peut-être surtout par l’évolution du joual, qui tend à ne plus être réduit à la parlure des personnages, gagnant une position jusqu’alors dévolue au français « référentiaire », et qui « au cours de sa transposition en littérature […] perd souvent une dimension anglaise qui lui est pourtant constitutive » (p. 305).

S’appuyant sur une très riche bibliographie critique, en français et en anglais, comme on peut s’y attendre, mais également nourries de références en espagnol et en allemand, l’ouvrage de Rainier Grutman affine ses outils d’analyse au fur et à mesure des études proposées. Il offre le modèle d’une approche pluridisciplinaire où les configurations idéologiques, poétiques et linguistiques s’éclairent mutuellement dans une dialectique qui situe les œuvres sans les réduire à leur contexte, mais qui montre au contraire la portée morale et politique des choix d’écriture. Enfin, en liant l’hétérolinguisme à la tradition littéraire – et au sacré à travers le latin –, il permet également de dépasser la coupure entre les études d’histoire littéraire et une approche très contemporéaniste du plurilinguisme littéraire, parfois réduit à ses dimensions biographiques et identitaires, et donne ainsi une vision plus large de la place des langues dans l’imaginaire et la pratique des écrivains.

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu d’ouvrage : Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises par Rainier Grutman. Paris, Classiques Garnier, 2019.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 31/10/2019, https://ecriplur.hypotheses.org/543.

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Parution : Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue

Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019, coll. « Littérature hors-frontière », 302 pages.

  • ISBN-10 : 2-37924-049-3
  • ISBN-13 : 978-2-37924-049-2
  • EAN-13 : 9782379240492

Présentation de l’éditeur :

Ce livre propose une lecture d’Agota Kristof à la lumière de sa situation d’écrivaine translingue.

Agota Kristof est une auteure pour laquelle le français est une langue apprise tardivement et par une démarche individuelle. L’ouvrage prend en compte l’ensemble de son œuvre, y compris ses poèmes hongrois, de publication récente, qui n’ont pas encore fait l’objet d’étude.

Le translinguisme, mode d’existence ainsi que thème constant de l’œuvre, constitue un accès privilégié aux textes. Il permet d’interroger les positionnements de l’auteure, les transformations de sa poétique, ses stratégies d’écriture, et de démontrer que l’expérience du changement de langue – de vie et d’écriture – a contribué de manière décisive à l’élaboration de la poétique de l’auteure.

Sara De Balsi est docteure en littérature française et comparée de l’université de Cergy-Pontoise. Son champ de recherche principal est la littérature translingue. Elle a publié une étude sur le théâtre d’Agota Kristof (Trois pièces d’Agota Kristof, Infolio, «Le Cippe», 2016, avec Rennie Yotova) et a codirigé l’ouvrage Le choix d’écrire en français. Études sur la francophonie translingue (Encrage, 2016, avec Cécilia Allard).

Sommaire

Avant-propos   
Introduction   

I. Comment devient-on Agota Kristof ?  

Un double écart. Kristof 
dans le champ littéraire français   
Une écrivaine « traduite »   
Élaboration d’une posture   

II. La langue et ses fictions  

La langue ennemie   
Un monolinguisme paradoxal   
Les voies de l’autotraduction   

III. Langues, genres et style  

Continuité des genres   
De l’imaginaire des langues 
à l’imaginaire des genres littéraires   
Poèmes et romans. Deux styles opposés ?  

IV. L’écrivaine isolée  

Isolement et paratopie   
Des scénographies déroutantes  
Une œuvre sans modèles ?   

V. Écrire la frontière 

Les représentations de la frontière   
Le franchissement de la frontière  
La frontière comme violence   

Conclusion   
Bibliographie   
Index  

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Parution : Lise Gauvin, Le roman comme atelier. La scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains

Est paru un ouvrage de Lise Gauvin portant sur le personnage de l’écrivain  dans les romans d’auteurs francophones contemporains qui écrivent au contact de plusieurs langues et partagent de ce fait une sensibilité particulière à la langue, une « surconscience linguistique ». Le romancier fictif est le lieu d’une autoréflexivité, d’une mise en scène de l’écriture, et pose la question de la représentation de la création littéraire et des fonctions de l’écrivain. 

Le Roman comme atelier. La Scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains, Lise Gauvin, Karthala, 2019.

ISBN : 9782811126025.

Description complète

Les écrivains francophones ont en commun de se situer « à la croisée des langues », dans un contexte de relations conflictuelles – ou tout au moins concurrentielles – entre le français et d’autres langues de proximité. Ce qui engendre chez eux une sensibilité plus grande à la problématique des langues, soit une surconscience linguistique qui fait de la langue un lieu de réflexion privilégié, un espace de fiction voire de friction. Si cette surconscience linguistique se traduit dans plusieurs récits par une interrogation sur la fonction du langage, une autre forme d’autoréflexivité traverse également l’ensemble de la production romanesque. Il s’agit alors de représenter, à travers un personnage d’écrivain, le « pourquoi écrire » et d’inscrire dans la texture même du récit la problématique de l’écriture.

Ces « romanciers fictifs », doubles plus ou moins avoués de leurs auteurs, jalonnent les récits à la manière d’une figure récurrente dont les modalités renvoient à autant de variations autour du personnage de l’écrivain et de l’image publique qui lui est attachée. Quels sont leurs attributs et quelles fonctions leurs sont dévolues ? Quelles représentations de l’écriture sont ainsi projetées ? « Un roman pour moi, [confie Chamoiseau] c’est quelque chose qui se situe dans ma confrontation avec la grande question qui vaille, la seule question qui vaille : Qu’est-ce que la littérature ? ».

Cette question fondamentale, chacun des romanciers francophones contemporains que nous présentons dans cet ouvrage l’a réfléchie selon des modalités qui lui sont propres. Un entretien inédit de Patrick Chamoiseau clôt cet ouvrage.

Écrivaine, critique littéraire et professeure, Lise Gauvin a publié des ouvrages consacrés à la littérature québécoise et aux littératures francophones. Son essai intitulé La fabrique de la langue de François Rabelais à Réjean Ducharme (Éditions du Seuil, collection « Points/Essais », 2004 et 2011) a reçu une mention spéciale du jury du Grand Prix de la critique du PEN français.

Table des matières

Introduction : Le roman comme atelier

1. Patrick CHAMOISEAU : Le scribouilleur de l’impossible

2. Assia DJEBAR : La conteuse et la sœur

3. Réjean DUCHARME : Le chiffonnier

4. Maryse CONDÉ : Nomade et confidente

5. Alain MABANCKOU : L’autodidacte érudit

6. France DAIGLE : Un très éventuel personnage

7. Dany LAFERRIÈRE : De l’écrivain japonais à l’écrivain en pyjama

8. Marie-Claire BLAIS : L’observatrice militante

Conclusion : Écrire, disent-ils

Document : Entretien de Cayenne avec Patrick Chamoiseau : « Qu’est-ce que la littérature ? »

Parution : Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle/ Mapping multilingualism in 19th century european literatures – sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann.

Vient de paraître un recueil d’études en français et en anglais sur le plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle, portant sur des ensembles géographiques/linguistiques (Pologne, Bulgarie, Italie, Allemagne, Russie, Finlande) et des analyses croisées d’œuvres parues entre 1800 et 1880, soulignant les relations littéraires nouées par les textes, par-delà les frontières linguistiques ou nationales. 

Mapping Multilingualism in 19th Century European Literatures – Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle, sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann. Berlin-Münster-Wien-Zürich-London, LIT-Verlag, 2019.

ISBN : 978-3-643-91098-1

Contents / Sommaire :

Introduction : Close the Gap! Literary Multilingualism Studies and the 19th Century / « Close the Gap! » Pour une étude du plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle par Olga Anokhina, Till Dembeck, Dirk Weissmann 

PART I / IÈRE PARTIE : LANDSCAPES / PANORAMAS 

  • Monolingual City, Multilingual Voices: Polish Exile Writers in 19th Century Paris, par Jana-Katharina Mende 
  • L’espace littéraire bulgare au XIXe siècle : plurilinguisme
    d’écriture, monolinguisme de l’historiographie littéraire nationale, par Marie Vrinat-Nikolov 
  • Le plurilinguisme italien au XIXe : le siècle des contraires, par Emilio Sciarrino 
  • Poetry and Literary Language Barriers in Nineteenth-Century Italy: The Case of Three ‘Dialect Poets’, par Valentina Gosetti and Paul Howard 
  • Politics of Language, Politics of Genre, and Jewish Authorship: Multilingual Panegyric Odes and German ‘Mother Tongue’ Songs
    in Napoleonic Europe, par Kathrin Wittler 
  • La dimension plurilingue de la littérature germanophone au XIXe
    siècle : les langues étrangères comme palimpsestes chez quelques écrivains du canon (Heine, Büchner, George, Wedekind), par Dirk Weissmann 
  • Écrivains russes du XIXe siècle : écrivains plurilingues ? par Olga Anokhina 

PART II / IIÈME PARTIE : INDIVIDUAL ANALYSES / ANALYSES INDIVIDUELLES 

  • The Glory and Confusion of Babel : Jac. Ahrenberg and Multilingualism par Julia Tidigs 
  • Léon Tolstoï et Charles De Coster : poétique et politique de l’hétérolinguisme romanesque au XIXe siècle par Rainier Grutman 
  • Jens Baggesen or the Attempt to Write in “European” at the Beginning of the 19th Century, par Ana-Stanca Tabarasi-Hoffmann 
  • Passion with(out) Reason? Heliade Radulescu’s Work as a Case of Literary Multilingualism in the 19th Century Romanian Principalities, par Iulia Cosma 
  • Foreign Words in German Lyric Poetry: Heinrich Heine and August von Platen par Till Dembeck 
  • « Quelle langue parlais-je ? » : la genèse plurilingue des Illuminations d’Arthur Rimbaud par Esa Christine Hartmann 

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Parution : Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. hétérolinguisme et lettres québécoises

Vient de paraître une nouvelle édition, revue par l’auteur, de son ouvrage de référence sur l’hétérolinguisme littéraire.

Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiques Garnier, 2019, 359 pages.

  • ISBN: 978-2-406-08095-4
  • ISSN: 2494-3975
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08097-8

Résumé: Par hétérolinguisme, on entend l’accueil réservé par la littérature à la diversité linguistique (qu’il s’agisse de langues étrangères ou de variétés de l’idiome principal). Comme l’illustre l’exemple du Québec, cette diversité est reliée à des enjeux majeurs, esthétiques aussi bien qu’identitaires.

La première édition, intitulée Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, est parue en 1997 à Montréal, (éditions Fides-CETUQ, coll. « Nouvelles études québécoises », 224 p.).

A la différence du bilinguisme ou du plurilinguisme, qui désignent le répertoire langagier des locuteurs, la notion d’hétérolinguisme permet de désigner des phénomènes de plurilinguisme à l’intérieur des textes littéraires. Il s’agit, selon Rainier Grutman, de « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (1997 : 37). L’étude de ces formes et de leurs enjeux dans les lettres québécoises est l’objet de cet ouvrage inspirant pour tous les chercheurs intéressés par les relations entre écriture et plurilinguisme.

Cette nouvelle édition, entièrement revue et mise à jour, parait dans la collection « Bibliothèques francophones » dirigée par Dominique Combe et Jean-Marc Moura.

Série Littérature québécoise, n° 1,
dirigée par Élisabeth Nardout-Lafarge et Alessandra Ferraro.

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Compte rendu du Colloque « Écriture du ‘Je’ dans la langue de l’Exil » (14 au 16 décembre 2018 )

Colloque international : « L’Écriture du ‘je’ dans la langue de l’exil, » tenu à Paris (ENS-Ulm) du 14.12 au 16.12.2018 et organisé par Isabelle Grell-Borgomano (« Genèses d’autofictions » ITEM/ENS/CNRS) et Jean-Michel Devésa (EA EHIC, Université de Limoges)

Ce riche colloque ayant compté plus de vingt-cinq interventions de chercheurs et d’écrivains concernés par la thématique de l’écriture du je dans la langue de l’exil, l’objectif n’est pas d’en proposer ici un compte rendu détaillé, d’autant qu’une publication des actes est prévue courant 2019 chez EME Éditions. Des communications dont la liste est reproduite ci-dessous (dans l’ordre chronologique), avec en gras les libres interventions d’écrivains, on tentera de dégager certains questionnements transversaux.

Perspectives théoriques et critiques appliquées

  • Alain Ausoni (ENS-Paris/Université de Lausanne), « Je après d’autres : affiliations littéraires et dialogues d’exilé·e·s dans les mémoires d’outre-langue »
  • Faure Alexandre (Doctorant, Université de Rennes 2), « Les Langues de l’exil : écriture du reste »
  • Dagtekin Seyhmus (Écrivain, Kurdistan-France), « Comme on changerait de monture en cours de route »
  • Sarah Chiche (Écrivain, psychanalyste, Paris), « ‘Je ne suis rien’. Exil de soi et hantises dans le livre de l’intranquilité de Fernando Pessoa » 
  • Darina al Joundi (Écrivaine, dramaturge, actrice, Liban-Paris), « Prisonnière de l’exil »

Voix (croisées) africaines

  • Beata Umubyeyi-Mairesse (Écrivaine, Rwanda-France) : « Comprendre le je, dire le nous : élaboration d’un récit singulier entre français et kinyarwanda »
  • Marie-Claude Hubert (Université de Lorraine), « Mukasonga, (se) réfléchir dans l’histoire »
  • Karen Ferreira-Meyers (University of Eswatini), « L’Autofiction historique de Vamba Sherif : réécriture en langue étrangère »

Les écrivains africains de la diaspora et leur(s) langues

  • Entretien de Jean-Michel Devésa avec Sami Tchak (Togo) et Théo Ananissoh (Togo)

Se dire en terre(s) d’islam

  • Arnaud Genon (Écrivain et critique, Allemagne), « De la langue du pouvoir au pouvoir de la langue : les différents ‘je’ d’Abdellah Taïa »
  • Abdellah Taïa (Écrivain, scénariste, Maroc-Paris), « Manger ou ne pas manger, écrire ou ne pas écrire »
  • Fadoua Roh (Doctorante, Université Paris IV), « L’Œuvre d’Abdellatif Laabi ou le moi ‘exilé’ marocain »

La difficulté d’être translingue

  • Sylvain Bureau (Université fédérale du Paraná, Brésil), « L’« Écrivivance » de Conceição Evaristo ou l’autofiction contemporaine des femmes brésiliennes »
  • M’Raim Malika (Université Ibn Khaldoun, Tiaret, Algérie), « Écriture et mise en scène du ‘je’ chez la romancière Assia Djebar »

  • Houdu Lucie (Doctorante, Paris III) : « Un Je toujours entre deux langues : Tony Harrison et l’écriture poétique de l’exil »

 Du choix de la langue du pays d’accueil 

  • Claire Olivier (Doctorante, Université de Limoges), « Agota Kristof et les ‘langues ennemies’ »
  • Dirk Weissmann (Université de Toulouse – Jean Jaurès), « Ex-o-phonie. Sortir du monlinguisme : l’altérité des langues chez Tawada, Özdamar , Müller »
  • Entretien d’Isabelle Grell avec Anne Weber
  • Martina Wagner-Egelhaaf (Université de Münster) : « Autofiction et multilinguisme chez Emine Sevgi Özdamar »

Fuir l’horreur pour la dire et l’écrire

  • Nurit Lévy (Université de Lille), « Raymond Federman dans l’entre deux langues. Étude de La Voix dans le débarras/The Voice in the Closet »
  • Georges-Arthur Goldschmidt (Écrivain, Allemagne-France)

 Le fil assumé ou dénié de l’exil

  • Rania Fathy (Université du Caire, Egypte), « La Trilogie de Gulpérie Efflatoun Addalla : l’exil de la langue ? »
  • Nathalie Segeral (University of Hawaï), « Exil, langue maternelle et (non)maternité dans Une Autobiographie allemande de Cécile Wajsbrot et Hélène Cixous »
  • Linda Lê (Écrivaine, Vietnam-Paris), « Hors Je. À propos de Norman Manea »

De l’exil, des langues et de leurs poétiques

  • Romuald Fonkoua (Université de Paris IV), « De la langue comme pré-texte : petite histoire d’un faux malentendu francophone »
  • Claire Legendre (Université de Montréal), « La Poétique de l’exil dans l’œuvre autofictionnelle de Fernando Arrabal »

***

Écriture du je

Comme les organisateurs ont semblé le souhaiter en s’abritant sous l’expression « parapluie » de l’écriture du je, les participants se sont intéressés à des textes littéraires de formes diverses : des mémoires à l’autobiographie, en passant par le roman autobiographique et l’autofiction. Dans les rares discussions concernant la généricité des textes, c’est cette dernière forme qui a le plus attiré l’attention, notamment en raison de l’intérêt qu’Isabelle Grell (co-organisatrice) lui porte, en tant que chercheuse dans l’équipe « Genèses d’autofictions » de l’ITEM (ENS/CNRS) et animatrice du site www.autofiction.org (avec Arnaud Genon, aussi présent). Ainsi, dans son introduction érudite au colloque, Jean-Michel Devésa s’est-il demandé si l’autofiction, comme « art de la fissure », n’était pas particulièrement appropriée pour dire l’exil, d’autant plus si on le considère comme une expérience d’intégration qui n’impliquerait ni acculturation ni aliénation.

Conditions de l’exilé

Les situations d’expatriation couvertes lors de ces journées étaient fort diverses et les caractérisations de ce que représente l’expérience de l’exil parfois antagonistes. Les communications ont ainsi fait le point sur la particularité des situations considérées, présentant et questionnant par exemple les nombreux adjectifs mobilisés par les écrivains pour les décrire : « exil familial » (Brina Svit), « exil volontaire » (Anne Weber) ou « exil de soi » (Fernando Pessoa), entre autres.

Dans les quelques communications qui visaient à penser ensemble des textes de plusieurs auteurs, références furent faites aux notions d’« exiliance » ou de « condition exilique » théorisées par Alexis Nouss (La Condition de l’exilé, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2015) ou aux réflexions d’Edward Saïd (Réflexions sur l’exil et autres essais, trad. C. Woillez, Arles, Actes Sud, 2008), fournissant toutes un cadre jugé assez souple pour être opératoire dans des études comparatives. Ces deux approches de la condition de l’exil ont en commun de penser le phénomène dans ses potentialités productives, en ce qu’il peut être l’occasion d’une prise de distance nourrissant le geste critique ou littéraire. Père des études postcoloniales, Saïd est de ceux qui ont le plus clairement fait le lien entre l’exil et la mémoire : « J’ai défendu l’idée que l’exil peut engendrer de la rancœur et du regret, mais aussi affûter le regard sur le monde. Ce qui a été laissé derrière soi peut inspirer la mélancolie, mais aussi une nouvelle approche. Puisque, presque par définition, exil et mémoire sont des notions conjointes [exile and memory go together], c’est ce dont on se souvient et la manière dont on s’en souvient qui déterminent le regard porté sur le futur » (« Introduction : Critique et exil », Réflexions sur l’exil et autres essais, trad. C. Woillez, Arles, Actes Sud, 2008, p. 37). Dans cette perspective, ce que chaque exilé tient pour son expérience de l’exil dépend de processus de sélection et de filtrage inhérents au récit de soi, lesquels ont un impact sur la façon dont l’exilé considère sa situation. Le retour sur soi apparaît ainsi comme un geste intimement lié à la situation de l’exil. Et le récit de soi, et sa forme littéraire qu’est l’écriture du je, des pratiques créatives qui peuvent être des actes de situation, devant être considérées aussi en ce qu’elles préparent l’avenir.

Exil et langue(s) d’écriture(s)

Toutes les communications n’ont pas ciblé des écrivains œuvrant dans une langue qui leur fut (un moment) étrangère – écrivains appelés dans différentes communications alternativement « translingues », « exophones » ou « plurilingues ». Pour un écrivain, la « langue de l’exil », c’est-à-dire celle dans laquelle il fait littérature en situation d’exil, peut être exclusivement celle de son territoire d’« accueil » (comme c’est la cas par exemple de George-Arthur Goldchmidt, Agota Kristof, Sami Tchak ou Théo Annanisoh), ou celle qu’il a emportée avec lui et dont il prend soin alors que sa vie se déroule désormais, pour partie en moins, dans une nouvelle langue (comme cela s’est passé pour Norman Manea ou comme cela semble désormais  caractériser la pratique de Boubacar Boris Diop). Il se peut aussi, et les cas sont nombreux, que les écrivains composent des textes tantôt dans leur langue première tantôt dans la langue de leur exil (voir par exemple Seyhmus Dagtekin ou Yoko Tawada), et qu’ils s’autotraduisent (comme c’est le cas pour Anne Weber).

Changer de langue sans changer de trajet

L’un des points forts du colloque a été d’offrir des moments de parole très libre (mais fort brefs) à plusieurs écrivains. Dans ce qui fut sans doute l’intervention la plus marquante de ces journées, le poète et romancier Seyhmus Dagtekin, présenta sa pratique d’écrivain comme celle d’un « être de passage ». Né et élevé dans un village kurde en Turquie, Dagtekin vit à Paris depuis 1987 et écrit en français (le plus souvent), en kurde ou en turc. Empruntant des images à la géographie montagneuse de son enfance, Dagtekin compare l’écriture à l’expérience du marcheur sur les lacets montants d’un chemin de montagne, toujours à l’affût de ce qui est à venir (« la promesse est toujours devant »). Ainsi, l’exil est une aventure : « Laissez Pénélope tranquille », s’exclame-t-il dans une formule aux échos kunderiens, « j’ai une provenance et j’ai une destination ». Dans cette optique, le changement de langue d’écriture est pensé comme la sélection d’un outil approprié pour remplir l’objectif de sa pratique littéraire : construire la relation à l’autre pour que le monde devienne véritablement un habitat partagé. C’est ce qu’indique bien le titre choisi pour sa communication, « Comme on changerait de monture en cours de route », qui fait de l’œuvre poétique un trajet et du passage des langues un moyen d’arriver à destination.

S’emparer du français en contexte postcolonial

Autre moment fort : l’enchaînement d’une communication d’Arnaud Genon sur l’écriture autofictionnelle d’Abdellah Taïa et de l’intervention de Taïa lui-même, faisant le point sur son rapport au français. Hormis son traitement frontal de la question de l’homosexualité telle qu’elle se pose dans divers contextes sociaux, l’un des intérêts de l’œuvre de Taïa pour ce qui concerne l’objet de ce colloque est celui de montrer que dans la « guerre des classes » qui secoue le Maroc contemporain l’usage de la langue française est une arme au service des puissants (lire Le Jour du Roi, Seuil, prix de Flore 2010). Revenant dans son intervention sur la violence des rapports de pouvoirs induits par l’utilisation du français par la classe dominante au Maroc, telle qu’il en a été victime dans son enfance, Taïa fait le point sur un événement présenté comme un tournant existentiel l’ayant jeté sur les chemins de la littérature. Étudiant la littérature française à l’université Mohamed-V, errant aux alentours de la poste de Rabat en tant que membre invisible et sans ressources de la « communauté des gens qui attendent », il se retrouva dans la situation d’aider une femme âgée à écrire en français, selon la volonté inflexible de cette dernière, une virulente lettre de réclamation au roi Hassan II. Prêter sa plume à une démunie en éprouvant une communauté de destin avec cet autre « ventre vide » (« deux ventres vides peuvent se ressembler, pas deux ventres pleins), choisir la langue des dominants pour le faire : voilà qui fut ressenti comme une expérience fondatrice. Taïa a d’ailleurs choisi le format d’un recueil de lettres pour l’un de ses derniers livres, Celui qui est digne d’être aimé (Seuil, 2017), un texte sur le colonialisme français qui perdure dans la vie amoureuse d’un jeune Marocain homosexuel.

Nations et plurilinguisme

Né en 1973, Taïa peut être considéré comme un représentant d’une nouvelle génération d’écrivains postcoloniaux nés longtemps après les indépendances (dix-sept ans après celle du Maroc dans son cas), ayant suivi une scolarité en langue arabe (à l’exception des quelques heures hebdomadaires d’enseignement du français) et issus des classes populaires. Dans leur cas, la question du choix de la langue d’écriture ne se pose pas uniquement du fait de l’exil. Ou alors, peut-être faut-il considérer, comme l’a fait Sami Tchak, en évoquant les différentes « atmosphères linguistiques » rencontrées dans son Togo natal, que les cadres nationaux ne permettent pas de penser assez finement l’expérience de l’exil. Dans l’essai La Couleur de l’écrivain (La Cheminante, 2014), pour penser au je la situation de l’écrivain postcolonial d’Afrique subsharienne, entre autres, le lieu mental de Tchak est son village d’enfance, où l’on ne parlait pas la même langue ni ne pratiquait la même religion que la plupart des habitants de Lomé. Pour avoir une conversation, Tchak et son compatriote Théo Ananissoh, écrivant lui aussi en français mais d’Allemagne, n’ont d’autre choix que celui de la langue française.

Alain Ausoni, Université de Lausanne

Pour citer cet article : Alain Ausoni, "Compte rendu du Colloque « Écriture du ‘Je’ dans la langue de l’Exil » (14 au 16 décembre 2018 )," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 03/07/2019, https://ecriplur.hypotheses.org/505.

Annonce de colloque : Les francophonies dans la mondialisation : entre transmission et recherche

Jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019
Sorbonne – Amphithéâtre Durkheim, 14 rue Cujas, 75005 Paris

COLLOQUE DU GROUPE INTER-UNIVERSITAIRE DE RECHERCHE SUR LA FRANCOPHONIE

Ce colloque pluridisciplinaire autour de la notion de francophonie rend compte des travaux menés au sein du pôle HALL-USPC dans la perspective de créer un programme de formation à distance pour les étudiants en sciences du langage.

Dans le cadre de ce colloque, une table ronde réunissant des écrivaines plurilingues/translingues est organisée jeudi 28 à 16h15 (voir plus bas).

PROGRAMME :

JEUDI 28 MARS : IDÉOLOGIES, DISCOURS ET ENSEIGNEMENT

Matinée 8h30-12h30
  • Accueil des participants
  • Présentation du numéro 64 de « Recherches et applications » «Enseigner la Francophonie, enseigner les francophonies »
  • Conférence d’ouverture par Loïc Depecker (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3-Ministère de la Culture) : « La Francophonie : grande idée du XXIe siècle »
  • Table ronde « La francophonie comme un projet : idéologies et circulation du français », animée par Isabelle Cros (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
Après-midi 14h15-18h15
  • Enseigner la francophonie et les francophonies dans le supérieur : présentation de l’architecture de la formation doctorale à distance « De la F/francophonie aux francophonies»
  • 16h15 Table ronde « Littératures francophones, langues du monde, formes de vie », animée par Aline Bergé (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3)

Sont invitées : Silvia Baron Supervielle (Argentine/France), poète, romancière, essayiste, traductrice ; Ying Chen (Chine/Québec/France), romancière, poète, essayiste ; Maryam Madjidi (Iran/France), romancière et enseignante de FLE ; Leïla Sebbar (Algérie/France), auteur de récits, nouvelles, carnets, correspondances et ouvrages collectifs.

VENDREDI 29 MARS : LA DYNAMIQUE DES PLURIPHONIES DANS LA MONDIALISATION

Matinée 9h-12h30
  • Accueil des participants
  • Conférence de Claire Joubert (Université Paris 8) : « Construire l’objet « -phonie » : savoirs du langage dans la mondialisation et enjeux de la diversité des langues »
  • Table-ronde « Regards croisés sur les pluriphonies : francophonies et autres phonies ». Partie 1, animée par Margaret Bento (Université Paris Descartes) et Jean- Pierre Cuq (Université de Nice)
Après-midi 14h-16h30
  • Table-ronde « Regards croisés sur les pluriphonies : francophonies et autres phonies ». Partie 2, animée par Margaret Bento (Université Paris Descartes) et Jean- Pierre Cuq (Université de Nice)
  • Conférence de clôture Pierre Martinez (Université Paris 8) «Polysémie francophone : des concepts aux réalités »

URL de référence : 

http://www.univ-paris3.fr/les-francophonies-dans-la-mondialisation-entre-transmission-et-recherche-549259.kjsp?RH=1310460012200

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Appel à contribution : colloque international « Les langues dans la famille : attitudes, usages, politiques, histoires

Université Sorbonne Nouvelle, Université Paris Descartes et INALCO

5-7 décembre 2019

Colloque International organisé par l’EA 2288 Diltec, Didactique des Langues des Textes et des Cultures, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, avec la collaboration de EDA, Université Paris Descartes, l’INALCO, de PRAXILING, Université Paul Valéry Montpellier 3 et de Langscape.

Ce colloque a pour but de réunir des équipes de recherche intéressées par les problématiques autour des liens entre la famille, les langues et d’autres institutions socialement plus complexes.

Seront bienvenues des contributions qui s’inscrivent dans le domaine de la didactique des langues et cultures, l’acquisition des langues, les politiques linguistiques, la sociolinguistique, l’anthropologie, les sciences de l’éducation, la sociologie de la famille, les études esthétiques et littéraires.

Elles s’inscriront dans un de ces 5 axes :

  • Axe 1 : Transmissions linguistiques et transmissions culturelles
  • Axe 2 : Acquisition et plurilinguisme
  • Axe 3 : Perspectives sociolinguistiques
  • Axe 4 : Les langues de l’enfant : de la maison à l’école et de l’école à la maison
  • Axe 5 : Approches transversales à partir de corpus littéraires et artistiques

Parmi les 5 axes proposés, un axe est spécifiquement consacré au plurilinguisme littéraire. 

Dans ce cadre seront appréciées les communications consacrées à la manière dont les écrivains peuvent éclairer les pratiques plurilingues au sein de la famille que ce soit dans des textes autobiographiques ou fictionnels, en rendant compte de dimensions qui peuvent être liées aux contextes postcoloniaux, aux expériences de translinguisme, mais également de situation d’exil social, séparant l’écrivain des registres et des sociolectes familiaux. Pourront également être abordées à travers les oeuvres littéraires et artistiques les questions de représentations et de valeurs, mais également les études portant sur les métaphores autour du partage des langues dans le cadre familial et des connotations psychologiques des appellations telles que celle de langue maternelle.

Extrait de l’appel concernant l’axe 5 : Approches transversales à partir de corpus littéraires et artistiques

Les écrivains sont des observateurs privilégiés des pratiques, des attitudes et des médiations qui mettent en jeu le rapport aux langues dans la construction identitaire, au sein de la famille et dans les contacts de celle-ci avec la société. Explorant conjointement les imaginaires familiaux et langagiers, certaines œuvres nous donnent accès à des dimensions subjectives, difficilement observables, du rapport à la langue maternelle (lien au maternage, aux fonctions nutritives, contenantes etc.) ou de l’adoption d’une langue seconde comme langue d’écriture (sentiments d’abandon, de perte ​vs ​de liberté, d’émancipation).

Dans le cas d’écrivains plurilingues, de nombreuses œuvres, à mi-chemin entre l’autobiographie et l’essai explorent les dimensions psychologiques du partage des langues (Esteban), de la non-transmission de sa langue par un des parents (Sebbar), ou encore des pratiques plurilingues en contexte diglossique (Chamoiseau) ou de migration (Huston) en rendant sensible le mélange, la contamination, le métissage caractéristique de l’interlangue familiale (Begag, Salvayre). Par rapport à ces différentes configurations, le travail même de création littéraire, et plus largement artistique, peut revendiquer une forme de défamiliarisation ou d’étrangéisation de la langue d’écriture par rapport à la langue standard, qui se trouve altérée par des langues d’héritage, qu’elles soient effectivement transmises ou l’objet de reconstitutions plus ou moins fantasmatiques. Contextualisations sociolinguistiques, approches biographiques ou analyses textuelles pourront s’inscrire dans cet axe des travaux de divers horizons ayant en commun de considérer les corpus littéraires et artistiques comme sources et comme objets d’étude permettant d’aborder, à partir de l’écriture, la question des langues dans la famille.

Soumission des propositions de communication :

Les communications auront une durée de 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de discussion. Les propositions de communication, en français, en anglais ou en espagnol, compteront au maximum 400 mots, et indiqueront :

  • Un titre
  • Les nom et prénom de l’auteur / des auteurs / appartenance institutionnelle
  • 3 à 5 mots-clés et l’(les) axe(s) de réflexion retenu(s)
  • Références bibliographiques essentielles (5 maximum)

Au cours du colloque, deux créneaux d’une heure et demie seront consacrés à des symposia. Toute proposition de symposium devra réunir, au moins, deux équipes – des laboratoires ou des universités différents –, représentées par 5 personnes maximum. Il s’agira de présenter des résultats issus de projets de recherche (en cours ou finalisés). Il est attendu qu’il y ait une mise en valeur des analyses de données mais aussi des applications pour la didactique des langues et les disciplines voisines (intervention, praxis, conception de programmes, préconisations en matière de politiques linguistiques, …). Il est recommandé qu’environ un tiers de la durée du symposium ait une nature pratique, voire d’échange avec le public.

L’appel complet est à télécharger sur la page du colloque :

https://languesfamille.sciencesconf.org

Ou directement en :  français, en anglais, en espagnol

Le formulaire de soumission se trouve dans la rubrique “Déposer” sur le site du colloque : ​https://languesfamille.sciencesconf.org/submission/submit

Dates importantes :

  • Date limite de soumission des propositions : 15 mai 2019
  • Notification d’acceptation ou de refus : 1 juillet 2019
  •  Inscription : 1 octobre – 15 novembre 2019
  • Dates du colloque : 5-7 décembre 2019

Contact : ​languesfamille@sciencesconf.org

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Annonce : colloque international « L’écriture du ‘je’ dans la langue de l’exil »

Paris ENS-Ulm 14-16 décembre 2018

Colloque organisé par Isabelle Grell-Borgomano (« Genèses d’autofictions » ITEM/ENS/CNRS) et Jean-Michel Devésa (EA EHIC, Université de Limoges, France)

Ecole Normale Supérieure

45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Vendredi après-midi : 14.30 – 18.00 – Salle Celan

 « Perspectives théoriques et critiques appliquées » 

(Modération : Isabelle Grell-Borgomano)

  • 14.30-14.45   Ouverture : Isabelle Grell et Jean-Michel Devésa  
  • 14.45-15.15  Alain Ausoni (ENS-Paris, France/Université de Lausanne, Suisse), « Jeaprès d’autres : affiliations littéraires et dialogues d’exilé·e·s dans les mémoires d’outre-langue »
  • 15.15-15.45   Faure Alexandre (Doctorant, Université de Rennes 2, France), « Les Langues de l’exil : écriture du reste »

Pause

  • 16.00-16.30 Dagtekin Seyhmus (Écrivain, Kurdistan-France),« Comme on changerait de monture en cours de route »
  • 16.30-17.00  Sarah Chiche (Écrivain, psychanalyste, Paris), « ‘Je ne suis rien’. Exil de soi et hantises dans le livre de l’intranquilité de Fernando Pessoa » 
  • 17.00-17.30  Darina al Joundi (Écrivaine, dramaturge, actrice, Liban-Paris)​, « Prisonnière de l’exil »
  • 17.30-18.00  Discussion

Samedi matin : 9.30 – 12.45 – Salle Cavaillès

« Voix (croisées) africaines »

(Modération : Lori Saint-Martin)

  • 9.30-10.00  Beata Umubyeyi-Mairesse (Écrivaine, Rwanda-France) :« Comprendre le je, dire le nous : élaboration d’un récit singulier entre français et kinyarwanda »
  • 10.00-10.30 Marie-Claude Hubert (Université de Lorraine, France), « Mukasonga, (se) réfléchir dans l’histoire »
  • 10.30-11.00  Karen Ferreira-Meyers (University of Eswatini)​, « L’Autofiction historique de Vamba Sherif : réécriture en langue étrangère »

Pause

« Se perdre ou se trouver dans la langue de l’A/autre »

(Modération : Jean-Michel Devésa)

  • 11.15-11.45  Lori Saint-Martin (Écrivaine, Université du Québec à Montréal, Québec), « Ma Vie entre les langues »
  • 11.45-12.15 Table ronde : Les Écrivains africains de la diaspora et leur(s) langues : Sami Tchak (Togo) et ​Théo Ananissoh (Togo)
  • 12.15-12.45  Discussion

Samedi après-midi : 14.30 – 18.15 – Salle Cavaillès

« Se dire en terre(s) d’islam »

(Modération : Sylvain Bureau)

  • 14.30-15.00  Arnaud Genon (Écrivain et critique, Allemagne)​,« De la langue du pouvoir au pouvoir de la langue : les différents ‘je’ d’Abdellah Taïa »
  • 15.00-15.30  Abdellah Taïa (Écrivain, scénariste, Maroc-Paris)​,« Manger ou ne pas manger, écrire ou ne pas écrire »
  • 15.30-16.00 Fadoua Roh (Doctorante, Université de Paris IV-Sorbonne), « L’Œuvre d’Abdellatif Laabi ou le moi ‘exilé’ marocain »

Pause

« La Difficulté d’être translingue »

(Modération : Arnaud Genon)

  • 16.15-16.45  Sylvain Bureau (Université fédérale du Paraná – Brésil), « L’« Écrivivance » de ConceiçãoEvaristo ou l’autofiction contemporaine des femmes brésiliennes »
  • 16.45-17.15  M’Raim Malika (Université Ibn Khaldoun, Tiaret,  Algérie), « Écriture et mise en scène du ‘je’ chez la romancière Assia Djebar »
  • 17.15-17.45  Houdu Lucie (Doctorante, Paris 3) : « Un Jetoujours entre deux langues : Tony Harrison et l’écriture poétique de l’exil »
  • 17.45-18.15   Discussion

 Dimanche matin : 9.30 – 12.45 – Salle Cavaillès

« Du choix de la langue du pays d’accueil »

(Modération : Nurit Levy) 

  • 9.30-10.00   Claire Olivier (Doctorante, Université de Limoges, France), « Agota Kristof et les ‘langues ennemies’ »
  • 10.00-10.30  Dirk Weissmann (Université de Toulouse – Jean Jaurès, France), « La Langue de l’Europe, c’est le plurilinguisme — Yoko Tawada et l’identité européenne »
  • 10.30-11.00 Entretien d’Isabelle Grell avec l’auteur Anne Weber

Pause

  • 11.15-11.45  Martina Wagner-Egelhaaf (Université de Münster, Allemagne) : « Autofiction et multilinguisme chez Emine Sevgi Özdamar »

« Fuir l’horreur pour la dire et l’écrire »

(Modération : Dirk Weissmann)

  • 11.45-12.15  Nurit Lévy (Université de Lille, France), « Raymond Federman dans l’entre deux langues. Étude de La Voix dans le débarras/The Voice in the Closet »
  • 12.15-12.45  Georges-Arthur​ Goldschmidt (Écrivain, Allemagne-France)

Dimanche après-midi : 14.30 – 17.45 – Salle Cavaillès

« Le Fil assumé ou dénié de l’exil »

(Modération : Romuald Fonkoua) 

  • 14.30-15.00  Rania Fathy (Université du Caire, Egypte), « La Trilogie de Gulpérie Efflatoun Addalla : l’exil de la langue ? »
  • 15.00-15.30 Nathalie Segeral (University of Hawaï, États-Unis), « Exil, langue maternelle et (non-)maternité dansUne Autobiographie allemandede Cécile Wajsbrot et Hélène Cixous »
  • 15.30-16.00  Linda Lê (Écrivaine, Vietnam-Paris), « Hors Je. À propos de Norman Manea »

Pause

« De l’exil, des langues et de leurs poétiques »  

(Modération : Karen Ferreira-Meyers)

  • 16.15-16.45 Romuald Fonkoua (Université de Paris IV – Sorbonne), « De la langue comme pré-texte : petite histoire d’un faux malentendu francophone » 
  • 16.45-17.15 Claire Legendre (Université de Montréal, Québec), « La Poétique de l’exil dans l’œuvre autofictionnelle de Fernando Arrabal »
  • 17.15-17.45  Discussions

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Compte rendu de la journée d’études « Ecrire dans/avec les langues » 18 octobre 2018

organisée par Anne Godard, Déborah Aboab, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly

DILTEC EA 2288 : « Didactique des langues, des textes et des cultures », Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

« Ecrire dans / avec les langues : création, expression réflexion. Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue »

Déroulement :

  • ouverture par Valérie Spaëth et Olivier Lumbroso, DILTEC
  • présentation de la journée : perspectives, démarches et notions-clés par Anne Godard
  • entrée par la pratique dans les ateliers d’écriture créative (quatre ateliers en parallèle, animés par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly
  • rencontre avec Yolande Zauberman, présentée par Déborah Aboab
  • conférences d’Alain André et Sara Greaves, présentés par Virginie Rajaud-Allaneau
  • table ronde de clôture, avec Catherine Mendonça-Dias et Pascale Trévisiol, animée par Donatienne Woerly

Matinée : présentation, ateliers, rencontre

Ouverture de la journée

Présentation de la journée : mise en perspective

Cette journée s’inscrit dans la continuité de travaux menés au DILTEC (EA2288 dirigée par Valérie Spaëth) en didactique des littératures et des cultures, autour d’un axe qui associe littératies, plurilinguisme et interculturalité (responsables Olivier Lumbroso et Muriel Molinié).

Elle prolonge les questions ouvertes autour de littérature, écriture et plurilinguisme par la journée du 18 octobre 2017 : « Plurilinguisme et arts du langage » organisée par Anne Godard, Serge Martin et Marina Krylyschin, où nous avions reçu un écrivain plurilingue (Hubert Haddad) et deux chercheuses qui travaillent sur l’étrangéisation de la langue et sur l’approche génétique du plurilinguisme littéraire (Frosa Pejoska, PLIDAM-INALCO et Olga Anokhina, ITEM-CNRS) et où nous avions présenté les ateliers d’écriture ouverts en 2017-2018 dans les cours de langue et de culture françaises de Paris 3.

Cette journée se situe également après d’autres recherches menées au sein du DILTEC sur le plurilinguisme et la créativité, autour de deux matinées d’études passées « Langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (Muriel Molinié et Nathalie Borgé, 6 février et 29 mars 2018). Elle partage certains questionnements qui seront abordés lors de la journée d’études du 28 novembre 2018 sur les biographies langagières en milieu scolaire : « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » organisée par Muriel Molinié et Catherine Mendonça-Dias.

Démarche et notions clés

Nous avons conçu cette journée à la fois comme un bilan de la première année d’ateliers d’écriture autour de la langue et des langues que nous avons conduits dans deux cours de langue et de culture françaises de Paris 3 avec des étudiants internationaux de niveau B1 à C1 et comme un moment de réflexion sur les potentiels du dispositif des ateliers d’écriture créative dans ce contexte spécifique du plurilinguisme.

Ainsi cette journée est-elle centrée sur la notion d’écriture  – créative et réflexive –, saisie à travers un dispositif : l’atelier d’écriture. Son objet est la langue / les langues, les transferts culturels et le mouvement de perte et de don qui nourrissent les passages d’une langue à l’autre.

L’écriture y est pratiquée à partir de textes littéraires dans une perspective à la fois de développement de la conscience linguistique et de la capacité à formuler l’expérience langagière. Nous cherchons à voir comment l’expérience d’écrire sur/dans/avec les langues contribue à développer les compétences plurilingues et pluriculturelles. En effet, l’atelier d’écriture repose sur le potentiel d’action/transformation que recèle l’écriture : écriture de soi, lorsqu’il s’agit de raconter, de décrire et de réfléchir à son parcours biographique, d’exprimer, d’expliciter les liens affectifs et imaginaires qui nous relient aux langues et à la manière dont elles nous constituent.

Les textes déclencheurs sont des textes littéraires qui articulent création, réflexion et expression : création dans la langue, réflexion sur la langue, expression d’un rapport spécifique à la langue / aux langues. L’expression et la réflexion faisant partie et contribuant à une capacité de créer (de se créer) et de « penser entre les langues » (selon le titre de Heinz Wismann qui fait de cet entre-deux un espace privilégié de pensée).

Leurs auteurs, qui sont souvent des écrivains plurilingues ou translingues (Kellman), tirent de cette position « entre les langues », une forme de «surconscience linguistique » (Gauvin) qui confine à une sentiment d’insécurité, mais aussi une « conscience métalinguistique » (Anokhina) plus aiguë qui repose sur la capacité de comparer et de prendre du recul. C’est notamment par cette position entre le manque et le plus que celui qui écrit dans une langue seconde se signale : insécurité, mais aussi sensibilité plus grande. De même, dans l’expérience des apprenants trouve-t-on cette alternance des mots qui manquent et des mots en plus. Il s’agit d’en faire quelque chose.

Entrée dans les ateliers d’écriture

Nous avons choisi d’entrer dans les questionnements par un temps d’écriture. Il s’agit d’esquisser un premier pas dans cette exploration autour des notions de manque et de don, de langue qui fourche et de mots en bouche.

Quatre ateliers simultanés ont été proposés aux participants. Dans chacun, un texte littéraire était proposé comme déclencheur d’un moment d’écriture. Les textes ont ensuite été partagés et commentés en petits groupes avant que soit fait un bilan collectif.

Les textes proposés permettaient d’illustrer les deux versants du rapport à la langue :

Conscience linguistique

à travers la comparaison des associations d’idées et de souvenirs suggérés par un mot en langue étrangère et son équivalent français :

  • Hector Bianciotti compare pájaro et oiseau dans Le Pas si lent de l’amour, Grasset 1995, p. 329-331.
  • Dany Laferrière compare mango et mangue dans une chronique écrite pour Libération 16 mars 2009.
  • Nathalie Sarraute compare solntze et soleil dans Enfance, 1982 (Œuvres complètes, Gallimard, 1996, p. 1048).

Expérience langagière

à travers l’évocation des premiers contacts avec une langue étrangère ou celle de « bourdes » ou « bévues » commises lors d’interactions en langue étrangère :

  • Laura Alcoba évoque les premiers sons du français, que découvre  en Argentine la narratrice de son roman autobiographique Le Bleu des abeilles, Gallimard, 2013.
  • Akira Mizubayashi se souvient de deux épisodes cuisants de lapsus, lors de ses premiers séjours en France dans Une langue venue d’ailleurs, Gallimard, 2011, p. 97-103.

Un bilan collectif

Bilan collectif des ateliers

De cette expérience, où étaient réunis enseignants, chercheurs, étudiants, artistes et formateurs, sont ressortis plusieurs éléments intéressants :

  • La force du dispositif de ce moment d’écriture partagé qui incite à s’exprimer de manière personnelle, dans un cadre spécifique – le petit groupe –, et avec des médiations : on parle de la langue et des mots et non directement de soi, on s’appuie sur l’expression d’autrui.
  • La force des expériences langagières : contraste des expériences sensorielles et imaginaires des mots, rémanence et dimension déroutante des premiers contacts ayant déterminé parfois des choix de vie, violence des émotions associées aux expériences de trouble de la communication, qu’elles reposent sur la prononciation et l’accent ou sur des dimensions culturelles plus souterraines et difficiles à décoder.
  • Le rôle important du partage oral, par la lecture, prolongée par des discussions où se repèrent des résonances et des parallèles entre des expériences par ailleurs très diverses.

Rencontre avec Yolande Zauberman

Après une pause, nous avons accueilli une créatrice dont les œuvres se situent sur le fil des passages entre langues et cultures et dont la démarche a inspiré certaines propositions d’écriture dans les ateliers menés à Paris 3.

Projection de « Les mots en bande »

Yolande Zauberman, qui nous a dit d’elle-même qu’elle « n’a pas eu de langue maternelle » car ses parents, juifs de Pologne émigrés en France, refusaient de parler la langue polonaise trop liée au souvenir de la Shoah et des persécutions, nous a aussi confié qu’elle éprouvait en France qu’il lui manquait certains codes culturels et langagiers, alors même que le français est la langue dans laquelle elle a grandi. Son œuvre plurielle à travers films de fictions (notamment Moi Ivan, toi Abraham), documentaires (Classified people, Caste criminelle, Would you have sex with an Arab ?, M) et installations vidéos (Oh, je vous vœux, Les Mots en bande), interroge les zones de conflit et de contact, de désir et d’interdit entre les cultures.

Elle nous a présenté plus particulièrement deux réalisations qui ont pour objet spécifique les mots :

Oh, je vous voeux

Sa perception de l’étroitesse d’esprit de certains proverbes français lui a inspiré un premier projet vidéo Oh, je vous vœux dans lequel elle demande à des gens de dire, face à la caméra, une phrase ou un proverbe dans leur langue maternelle qui les a aidés à tenir dans les moments difficiles.

Les mots qui nous manquent / Les mots en bande

Le deuxième projet est centré sur les mots intraduisibles, qui, selon elle, sont toujours des mots essentiels dans la culture. Il en a résulté un livre co-écrit avec Paulina Mikol Spiechowicz, Les Mots qui nous manquent (Calmann-Lévy, 2016) qui se présente comme une sorte de dictionnaire de mots intraduisibles : des mots qui, littéralement, manquent en français pour décrire précisément des choses, mais aussi, et surtout, des comportements, des sentiments, des émotions et presque des scénarios. Ce projet a un versant vidéo Les Mots en bande, réalisé pour Courrier International, qui fait entendre certains des mots réunis dans le livre. Ces mots dits, accompagnés d’un équivalent en français, sont suivis d’une histoire, micro-fiction ou instantané personnel de celui qui parle et qui partage ainsi un aspect essentiel de son histoire, de sa culture et de sa langue.

Comme les ateliers d’écriture du matin, la projection de ces films qui a accompagné la rencontre avec Yolande Zauberman nous ont permis de sentir et d’éprouver la richesse humaine et la profondeur des émotions associées aux mots et aux histoires dont ils sont comme les dépositaires, et la richesse de pouvoir les partager.

Après-midi : deux conférences, une table ronde

L’après-midi s’est ouvert par deux conférences qui situent les dispositifs des ateliers d’écriture dans des contextes différents et nous font mieux comprendre leur origine, leur fonctionnement, leurs différents objectifs et leur potentiel créatif, formatif, voire thérapeutique…

Conférence d’Alain André (ALEPH-écriture) 

« Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs »

Directeur pédagogique de l’association ALEPH-écriture, premier centre de formation à l’écriture en France, qu’il a fondée en 1985, Alain André a relevé le défi de nous présenter l’histoire des ateliers d’écriture en France. Son exposé riche et dense a parcouru le paysage français des ateliers d’écriture depuis les années 1980, quand ALEPH se fraie un chemin entre deux tendances : d’un côté le formalisme des ateliers inspirés de l’OULIPO, privilégiant démarches et procédures pour écrire sur contraintes et sur matrice (Claudette Oriol-Boyer) ; de l’autre, les ateliers conçus comme expérience existentielle, où dans la mise en jeu se trouvent mobilisés le désir, le plaisir et le risque d’écrire (Elisabeth Bing), privilégiant les dimensions « réparatrices » et la question de l’autorisation à écrire (selon le jeu de mots de Perec).

Entre ces deux courants, donc, ALEPH a proposé d’associer émotion et technique, en portant attention à la fois à l’expression personnelle et au développement d’habiletés et de savoir-faire pour faire advenir des textes allant au-delà de la seule spontanéité.

Situant les ateliers d’écriture par rapport à l’institution scolaire, Alain André a rappelé combien l’approche de la littérature, depuis la fin du XIXe siècle est centrée sur la lecture et le commentaire, mettant, de ce fait, l’écriture hors programme. La toute récente réintroduction, dans quelques universités françaises de masters en écriture créative signale probablement un changement, qui tient aussi aux prestigieux modèles des nombreux cursus en écriture créative proposés dans les universités américaines.

Du contexte d’émergence des ateliers d’écriture en France vient sans doute une caractéristique française qui est que l’on écrit pendant l’atelier, il s’agit donc d’une pratique socialisée, in situ, qui s’apparente à la prise de parole en mai 1968. Aux Etats-Unis, où on écrit chez soi et on lit en classe, la dynamique de groupe et la manière dont le dispositif détermine l’entrée dans l’écriture sont tout à fait différents.

Les premiers formateurs d’ALEPH étaient beaucoup d’anciens enseignants, formés à la pédagogie Freinet (reposant sur les projets de classe où l’écriture était centrale et le travail en petits groupes) et aux pédagogies actives du GFEN (Groupe français d’éducation nouvelle), la dynamique du groupe et une conception processuelle de l’écriture. Ils ont cherché à pratiquer « hors les murs » une pédagogie qui ne trouvait pas d’accueil dans le cadre scolaire et ont fait des ateliers des lieux d’invention et d’expérimentation pédagogique privilégiant le partage sur la transmission verticale.

Leurs démarches essaient de trouver des réponses à de nombreuses questions qu’Alain André n’a eu que le temps de formuler et qui portent sur les participants, sur le dispositif et sur la posture de l’enseignant en atelier :

  • Autour des participants, de leur implication, de leurs pratiques, de leurs styles rédactionnels,
  • Autour des éléments du dispositif et de ses visées : espaces, procédures et processus, modes de socialisation, types de médiations, modalités d’évaluation,
  • Autour de la posture de l’enseignant : animateur de groupe, accompagnateur de projet.

A voir sur le web : le site d’Aleph, avec notamment plusieurs bibliographies sur le sujet : http:// https://www.aleph-ecriture.fr

La revue web d’Aleph : L’inventoire : https://www.inventoire.com

Conférence de Sara Greaves (LERMA, Aix-Marseille)

« Vers un plurilinguisme pellissien. L’atelier d’écriture dans un milieu de soin »

La conférence de Sara Greaves commence également par des éléments de généalogie. Enseignante d’anglais à l’université d’Aix-Marseille, elle a animé des ateliers d’écriture dans le cadre universitaire anglophone avant de le faire dans un lieu de soin.

Elle souligne qu’en France la conception courante du bilinguisme est celle de deux monolinguismes qui apparaissent séparés, étanches et qui impliquent un idéal de perfection et de maîtrise fort inhibant, notamment pour les étudiants en langue, et peu en rapport avec la réalité du plurilinguisme.

Contre cette représentation, elle souhaite, par les ateliers, contribuer à développer une autre relation entre les langues, où l’on passe d’une langue à l’autre sans s’inquiéter exagérément des traces de la langue autre – dans l’accent ou les calques syntaxiques. Elle prône ainsi un bilinguisme fluide et souple, qui a fait son deuil de la perfection afin d’arriver à s’exprimer dans les deux langues.

Dans son projet, la créativité des ateliers a une visée libératrice, et passe rapidement du bilinguisme au plurilinguisme, notamment à travers les propositions du conseil de l’Europe sur les biographies langagières et les approches plurielles.

Les ateliers intègrent ainsi les langues autres que le français et l’anglais, notamment les langues familiales de ses étudiants qui ne se perçoivent pas toujours comme plurilingues. L’enjeu est de s’intéresser à l’individu et à son histoire, et de faire sortir les langues familiales d’immigration d’une sorte de tabou. Il s’agit aussi de diversifier la représentation du français : écrit, oral, jargons, langues imaginaires…, langue de l’enfance.

Dans une démarche qu’elle rapproche de celles d’Alexis Noos, qui a beaucoup travaillé sur l’exil, elle part de propositions du CARAP d’utiliser des dessins du corps, où les langues sont associées à des parties du corps par des couleurs, elle remarque que la répartition rend compte des liens psycho-affectifs et renvoie à ce que Olga Anokhina appelle la séparation fonctionnelle des langues dans les manuscrits plurilingues.

Le parallèle entre cet ancrage des langues dans le corps et la répartition fonctionnelle dans les productions écrites éclaire sa démarche au sein du CAMSP (Centre d’Action Médico-Sociale Précoce) Salvator à Marseille, menée avec un psychiatre, Jean-Luc Di Stefano. Dans cette antenne de l’hôpital qui accueille des enfants porteurs de handicaps divers et parfois de troubles du langage, l’équipe soignante avait fait part de difficultés de parents plurilingues pour parler de leur enfant malade en français. La proposition de l’atelier plurilingue, qui a fait l’objet d’une convention entre le LERMA (Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone de l’université d’Aix-Marseille) et le CAMPS  leur a paru prometteur.

Ces ateliers ont pour parti pris de ne pas aborder frontalement les difficultés rencontrées par ses participantes – les mères de ces enfants handicapés. Ils sont animés en binôme par Sara Greaves et un membre du personnel soignant. Partant de la lecture d’un texte littéraire, ils font des propositions d’écriture en plusieurs langues, cherchant à faire émerger quelque chose à partir des mots des autres et des langues étrangères, y compris inconnues, en recherchant l’empathie et l’appropriation.

La typologie des écrits produits fait apparaître des relations aux langues qui peuvent surprendre, comme ce texte richement plurilingue, mais d’où est absente la langue maternelle, dans laquelle la participante materne son propre enfant. Des différences aussi dans le traitement graphique des langues, entre l’arabe calligraphié de droite à gauche, opposé aux langues latines qui semblaient écrites plus hâtivement ou maladroitement.

Empruntant à la psychanalyse, à la stylistique comme à la philosophie, Sara Greaves évoque quelques notions qui peuvent permettre de décrire et percevoir ce qui se joue dans ces moments d’écriture. Ainsi la notion de langue mat-rangère désigne, selon Monique de Mattia-Vivies (également chercheuse au LERMA impliquée dans les ateliers du CAMPS) la part de langue maternelle qui persiste / insiste dans la langue étrangère, notamment à travers la prononciation, ou, parallèle au concept linguistique d’interlangue, celui d’alterlangue.

La notion de distance apparaît comme essentielle : distance nécessaire d’avec la langue du corps de la mère (à rapprocher de la notion de lalangue chez Lacan, et de sa reprise par Jean-Claude Milner), mais sans dévalorisation afin que l’écart ne conduise pas à des conflits de loyauté.

La notion de frontière entre l’intérieur et l’extérieur, qui devrait autoriser des chevauchements, des passages et ne pas être totalement étanche, renvoie à la résonance très riche avec le concept de Didier Anzieu du moi-peau.

La peau, organe, à la fois frontière, enveloppe, contenant et, par sa porosité, garant des échanges entre l’intérieur et l’extérieur sert de métaphore ici à la langue comme à l’écriture.

De même que dans des recherches sur la poésie dans la guerre, Sara Greaves montrait que la parole poétique pouvait être décrite comme une voix-peau, qui témoigne et contient, elle propose ici de reprendre cette image pour cerner ce qui se joue dans l’atelier, par l’écriture plurilingue : permettre à des moi-peau figés dans leur langue d’évoluer, non pas d’abandonner une identité, mais de l’élargir, en conservant, comme dans le deuil, qui se fait par des substituts métonymiques, des traces de la langue maternelle dans la langue étrangère.

A partir de ces éléments, et en faisant retour à l’université, Sara Greaves évoque pour finir un projet de recherche fondé sur la traduction créative, incorporant l’atelier plurilingue, dont l’objectif est, par le biais d’un travail indirect sur la relation à la langue, d’arriver à une conscience réflexive favorisant les progrès en langue étrangère.

Table ronde et bilan

Quelques productions écrites dans les ateliers menés à Paris 3 en 2017-2018

La table ronde finale, à laquelle participaient Catherine Mendonça-Dias et Pascale Trévisiol-Okamura (DILTEC), avait pour objectif de reprendre certaines notions qui nous étaient apparues comme centrales dans les ateliers menés en cours de langue à Paris 3 (performance/compétence, création/réflexion, conscience/expérience linguistique) et de faire le point sur les dispositifs qui pouvaient être pensés dans ce contexte. Faute de temps, elle a constitué surtout un bilan de la journée, mettant en lumière un certain nombre d’éléments communs.

Dispositifs, objets et références

Nous avons tout d’abord des dispositifs comparables, avec pour déclencheurs et médiations des textes littéraires. Une préoccupation de lier l’affectif, les jeux sur (la pluralité de) la/les langue.s comme matériau, la biographie comme matériau (dans le roman autobiographique) ou comme objet (dans les écritures de soi). L’attention portée aux dimensions collectives, socialisées du langage, entre en tension avec l’appropriation individuelle et la réflexivité.

Nous avons aussi un certain nombre de références interdisciplinaires communes, notamment la philosophie (Heinz Wismann, Penser entre les langues) et la génétique textuelle (Olga Anokhina) autour de la richesse plurilingue, la psychanalyse (Didier Anzieu, Le moi-peau et Le Corps de l’œuvre) autour de des liens entre création, écriture, langue et corps.

Formalisme vs action psycho-sociale

Des éléments historiques proposés par Alain André, on a pu percevoir la tension dans l’exposé de Sara Greaves concernant les publics étudiants. Nous connaissons aussi cette tension en FLE entre l’atelier d’écriture comme lieu d’une exploration ludique de la langue (Debyser, Carré et al.) vs l’atelier d’écriture comme lieu d’expression d’une identité langagière plurielle (démarches biographiques et approches plurielles du CARAP). Et comme Sara Greaves dans le contexte des études anglophones, nous situons nos ateliers dans cette tension là, en cherchant un équilibre entre le travail sur la langue, la technique, et l’expression personnelle, biographique qui permet une reconfiguration de l’expérience langagière et culturelle.

Formation linguistique vs visées expressives et/ou esthétiques

Certaines questions se posent de manière plus évidentes dès qu’il s’agit de s’insérer dans un dispositif de formation linguistique : l’évaluation et la correction ; la place donnée au travail linguistique ; le rôle des modèles discursifs ; la place à donner à la visée littéraire et à l’élaboration esthétique qui peut sembler hors de portée.

Contextes contraints

D’autres surgissent du contexte dans lequel interviennent les ateliers : la posture de l’enseignant-passeur de langue, en milieu scolaire, universitaire ou associatif ; la socialisation dans le groupe, selon l’âge, les langues pratiquées, les profils des participants et le cadre contraint ou libre des ateliers ; et enfin les retombées escomptées en terme d’inclusion, de sentiment d’appartenance ou d’apprivoisement et de développement d’une conscience plurilingue et pluriculturelle. Ainsi Catherine Mendonça-Dias s’est-elle interrogée sur le risque d’une assignation à l’origine, dans le cas d’enfants élèves en classes d’accueil, ou encore de la manière de réagir à un élève qui reste mutique, refuse de parler comme d’écrire et ne veut pas évoquer ses langues.

Caractéristiques des écrits

D’autres apparaissent lorsque l’on se penche sur les productions écrites des apprenants. A partir d’un regard qui s’appuie sur la linguistique de l’acquisition, Pascale Trévisiol a cherché à suivre des modes d’appropriation et d’acquisition de certaines structures linguistiques, des processus de calques et de transferts de compétences d’une langue à l’autre, analogues pour certains avec ceux qui sont mis en œuvre dans la traduction et l’auto-traduction.



Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Annonce : séminaire doctoral à l’INALCO « langue étrangère et étrangéisée »

PROGRAMME ANNUEL DU SEMINAIRE DOCTORAL PLIDAM 2018-2019

Langue étrangère et étrangéisée.
Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

(Responsable : Frosa Pejoska-Bouchereau)

INALCO- PLC- Salle 4.10 de 17h30 à 19h30

25.10.2018, Alain AUSONI, À ma gauche, Katalin Molnár ; à ma droite le «fransè ». L’écriture translingue comme sport de combat.

29.11.2018, Jordan PLEVNEŠ, L’écriture est l’art de la disparition.

20.12.2018, Nathalie KARAMANOUKIAN, L’écriture étrangéisée de Krikor Beledian.

17.01.2019, Damien EHRHARDT, Nouvelles approches des transferts culturels.

14.02.2019, Andrée GAYE, Traduire une langue européenne “rare”, le slovène.

14.03.2019, Sadia AGSOUS, La littérature palestinienne en hébreu : l’identité palestinienne à l’épreuve de la rencontre des langues arabes et hébraïque.

11.04.2019, Habib ABDURAB AL SORURI et Ali AL MUQRI). Dialogue entre deux romanciers yéménites: l’usage des langues française et arabe dans leurs œuvres (modérateur Malek AL-ZAUM).

17.05.2019, Houria ABDELOUAHED, Émigration des langues, émigration dans la langue.

13.06.2019, Christina ALEXOPOULOS, Accueillir la parole des sujets en exil : la narration comme traduction du monde.


Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

« A travers les temps du passé… », un texte de Lijun

Après avoir enseigné pendant six ans le français dans un cadre scolaire à Shanghaï, Lijun a pris une décision audacieuse. Elle a interrompu sa carrière et repris ses études à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en France. Et elle n’a pas tort. Là, elle a fait connaissance avec le plurilinguisme littéraire. Inspirée par les trajets empruntés par les écrivains, elle commence à remettre en question ses propres relations avec cette langue qui l’a tellement fascinée.

Episode 1. La frustration

Tous ces chocs, autant linguistiques que culturels, ne sont rien auprès de celui que me réserve encore le français : la conjugaison !
En chinois, les verbes comme tous les autres signes, dans leur monosyllabisme et dans leur valeur idéographique, sont invariables et indéclinables. Ils s’emploient toujours à l’infinitif. Pour indiquer que l’action se passe actuellement ? Pour la situer dans un passé lointain ou un futur tout proche ? Rien de plus simple : on ajoute un adverbe ou une expression adverbiale, tels que maintenant, autrefois, hier, demain, l’année dernière, l’été prochain, tout à l’heure, plus tard, etc. On peut même se contenter de le suggérer par quelques images très évocatrices, comme le firent si souvent et avec tant d’ingéniosité nos grands poètes de la grande époque des Tang.
Mais dans la langue française les verbes varient selon les personnes, les modes et les temps. Première personne, deuxième personne, troisième personne, indicatif, impératif, conditionnel, subjonctif, présent, imparfait, futur simple, futur antérieur, passé simple, passé composé, plus-que-parfait… Tant de concepts à comprendre ! Tant de nuances à saisir ! Tant de formes à retenir par cœur !

Wei-Wei, Une fille Zhuang, La Tour d’Aigues : Éd. de l’Aube, 2006, p. 69.

Pour moi, qui ai déjà une bonne connaissance de l’anglais lors du premier contact avec le français, le temps et le mode n’étaient pas un tel choc, mais consistaient toujours un fossé infranchissable. « Tant de concepts à comprendre ! Tant de nuances à saisir ! » J’ai crié à peu près la même chose que l’auteure ! Et l’exemple le plus parlant ? Les temps du passé, le passé composé et l’imparfait. 

Pourquoi on devait mettre « j’ai pu » dans un contexte et « je pouvais » dans l’autre ? C’était le fameux genre d’exercices grammaticaux traditionnels dans l’enseignement des langues étrangères en Chine. On nous demande de remplir une longue phrase ou un petit paragraphe avec les verbes donnés au temps et au mode convenables. J’étais obsédée par ce genre de « pourquoi », à tel point que cette obsession a même ennuyé ma professeure super patiente et intelligente.

– Lijun, arrête de poser de telles questions ! Il faut que tu sentes la différence.

– D’accord… mais…

Mais où chercher ce « sentiment » que ma langue maternelle ne m’a pas confié ?

Et pourquoi je n’avais toujours pas cette conscience de me servir de l’imparfait, même avec le verbe le plus simple dans le contexte le plus quotidien ?

– Salut, Béatrice, ça va ? Le cours, c’est intéressant ?

– Oui ! C’était très intéressant !

Ah oui ! J’aurais dû dire « c’était » …

Pour la première fois, et d’une manière académique, je me suis mise à me questionner sur ma langue maternelle, une interrogation passionnante qui m’a amenée jusqu’à la production de mon mémoire en Licence. 

Episode 2. Révélation

Apprendre une langue étrangère oblige à s’interroger sur la sienne propre.

Vassilis Alexakis, Les mots étrangers, Gallimard, 2003, p. 77.

En chinois, il manque un concept clé pour mieux comprendre le français, mais qu’est-ce que c’est ? Pour moi, ce n’est pas la notion de temporalité, qui soit se manifeste avec les expressions du temps, ou se révèle à l’aide du contexte. C’est autre chose que ma langue a laissé en blanc : l’aspect du verbe indiquant son état de développement. En effet, la notion d’aspect n’est pas absente en chinois, mais elle est exprimée d’une manière beaucoup plus limitée et moins fréquente que dans la langue française.

Cette découverte m’a émerveillée, a activé la capacité de « sentir » ce qui était endormi chez moi et m’a libérée de la récitation mécanique de la fameuse conjugaison. J’ai pu finalement éprouver la nuance entre les deux temps, qui pourrait d’ailleurs paraître évidente aux yeux des francophones ! Une beauté cachée dans les petits changements morphologiques, un luxe dont ma langue à moi est dépourvue. La conjugaison ne me semblait plus une besogne, mais la preuve d’une langue plus riche, plus précise et donc plus belle que la mienne. Elle est parvenue à me faire sortir de la vision à laquelle ma propre langue me « condamne », avec les critères dont je n’avais jamais eu conscience et les paysages que j’aurais pu rater.

Quel privilège ! 

Plus tard, quand je discutais avec mes propres élèves l’emploi du temps dans l’Etrangerd’Albert Camus que je leur ai fait lire en français et en chinois, j’ai fait une telle assertion avec fierté et audace :

– C’est seulement en lisant en français que l’on pourrait capturer toutes ces beautés dans la langue, et dont la plupart se perd impérativement lors de la traduction.

Une fausse fierté, et une audace aveugle.

Episode 3. Transition

« Pourquoi vos verbes présentent-ils tant de formes diverses ? Quel besoin avez-vous de les accorder avec leur sujet ? On dirait des instruments de musique qui se dérèglent après chaque note. Pourquoi changez-vous leur terminaison en fonction du temps où se situe leur action ? N’est-ce pas plus simple de signaler le temps par un mot approprié ? Pourquoi la conjugaison varie-t-elle encore si souvent d’un verbe à l’autre ? A quoi bon tant de règles et tant d’exceptions ? Et pourquoi enfin une telle sévérité à l’égard de ceux qui commettent des fautes, alors que la langue semble avoir été conçue, justement, pour qu’elles se produisent ? Ce n’est pas surprenant que les gens aient cet air préoccupé dans la rue : ils sont en train de réciter leurs conjugaisons de crainte de les oublier. »

Vassilis Alexakis, Les mots étrangers, Gallimard, 2003, p. 78.

Les verbes invariables, les tons variants… le chinois s’accorde tellement à l’image du sango, une langue d’Afrique centrale, que j’avais l’impression qu’en lisant cette scène dans le livre, c’était ma langue maternelle qui m’interrogeait, comme la mère en face de sa fille qui l’a un peu « trahie ».

« Apprendre une langue étrangère oblige à s’interroger sur la sienne propre. » Je me suis déjà interrogée sur ce qu’il manque, pourquoi pas avoir plus de patience avec ce qu’elle possède ? Si son recto est surtout marqué par sa « pauvreté » dans l’expression de la notion de l’aspect, qu’est-ce qu’elle s’écrit sur son verso ?

Pour le chinois, comme pour le sango, c’est la liberté, et la liberté au double sens.

Moins un locuteur est restreint par les règles dans la langue qui consistent à fournir plus de précisions, plus il jouit de la liberté et de la flexibilité dans son choix de mots et de syntaxes de sorte qu’il arrive à accorder plus d’attention à l’expression et à la transmission de son regard et ses émotions. Parallèlement, une plus grande liberté est ainsi laissée à son interlocuteur, qui est donc obligé de mobiliser sa propre imagination pour interpréter le message. 

Si la langue se pose sur ce continuum de précision et d’imagination, le chinois et le français se situent respectivement près des deux extrémités. Ce contraste fait écho avec la distinction entre la peinture française et chinoise. La beauté se manifeste dans l’une dans les formes et les couleurs minutieusement précisées, tandis que dans l’autre, elle se cache juste dans le vide intentionnellement laissé par le peintre, et qui invite l’imaginaire.

Encore une fois, j’étais émerveillée. Combien j’étais aveugle en face de la beauté de ma propre langue !

Apprendre une langue étrangère, c’est de se faire mener un voyage à travers tous les paysages exotiques pour enfin retourner à soi-même?

Episode 4. Apprivoisement

Je m’imagine peut-être que les mots sont des animaux sauvages qu’il faut apprivoiser ?

Vassilis Alexakis, Les mots étrangers, Gallimard, 2003, p. 80.

En passant par le français, je me suis mise à admirer la richesse du chinois, tout comme c’est en apprenant l’allemand que j’ai eu une idée plus claire sur ma propre relation avec la langue française, une relation encore plus intime que j’imaginais.

En allemand, surtout à l’oral, la notion de temps est effacée. Pour exprimer le futur, on dit plutôt « Was machst du nächste Woche ? » (Qu’est-ce que tu fais la semaine prochaine ?), au lieu de dire « Was wirst du nächste Woche machen ? » (Qu’est-ce que tu feras la semaine prochaine ?). Le temps du passé se limite également à son passé composé. La collaboration entre deux temps du passé n’est réservée qu’à l’écrit. Par exemple, l’expression telle que « Nachdem meine Mutte gegessen hatte, sind wir ins Kino gegangen» (Après que ma mère avait mangé, nous sommes allés au cinéma) ne se dit pas en allemand, les gens se contentent de dire « Nachdem meine Mutte gegessen habe, sind wir ins Kino gegangen » (Après que ma mère a mangé, nous sommes allés au cinéma.)

Ma difficulté s’est imposée là. Après une hésitation quand je voulais exprimer mes projets du futur ou raconter un récit du passé, je me dirigeais malgré moi vers une expression « trop au style de l’écrit », d’après ma professeure d’allemand. Je savais que l’on reste au présent ou au passé composé à l’oral, mais quelque chose ancrée dans ma subconscience me poussait à franchir cette limite, à distinguer la relation entre les différentes actions et à indiquer leur situation temporelle, comme si je m’étais obligée d’utiliser des outils que je posais habituellement à portée de main, mais qui, malheureusement, ne sont plus utiles ici.

Ce malaise ne provient certainement pas de ma langue maternelle où les verbes restent invariables, et il est aussi à l’inverse de l’habitude d’un apprenant débutant qui a tendance à se diriger vers la morphosyntaxe la plus simple possible. Cette conscience automatique, voire excessive, en allemand, d’où vient-elle ? Ne s’enracine-t-elle pas juste dans toutes les peines que je me suis données à la recherche de la réponse à l’inconscience du même problème en français, autrement dit, mon apprivoisement de la langue française ?

Et oui. Avec un sourire, je tape les phrases suivantes. Une partie de français est déjà entrée et fixée en moi. Rien ne sera plus pareil désormais. Certes, il me manquera comme toujours un mot ici ou là, je parlerai comme toujours un français avec un accent chinois ou avec les tournures sinisées, mais je n’aurai plus aucun doute sur l’intimité entre moi et la langue française. Je l’ai apprivoisée, même si ce n’est que partiellement.

Et c’est du bonheur d’avoir fait cette découverte.

Lijun

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Annonce : journée d’études 18 octobre 2018 « Ecrire dans / avec les langues »

Nous vous rappelons que le JEUDI 18 OCTOBRE 2018 – de 9h à 17h aura lieu une journée d’études autour des ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue, organisée par notre équipe.

A Censier 13 rue de Santeuil 75005 Paris, en salle 410 (Bâtiment A, 4e étage). Entrée libre, pensez à vous munir de votre carte d’étudiant ou bien d’une pièce d’identité et du programme de la journée (à télécharger ci-dessous).

« Ecrire dans / avec les langues : création, expression, réflexion. Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue »

A la croisée de plusieurs pratiques de création et de formation, les ateliers d’écriture créative en FLE visent à développer et affiner la conscience linguistique en relation avec la sensorialité et les émotions. 

Dans ce cadre, les textes littéraires et les projets artistiques autour de la langue et des langues offrent des modèles, des amorces et des médiations. Ils ouvrent pour les participants le champ des possibilités d’expression, de création et de réflexion, permettant de transformer le rapport à l’apprentissage et à la notion de maîtrise linguistique. Par le travail qu’ils permettent autour des sentiments et des affects liés aux langues, ils contribuent à la prise de conscience des implications personnelles et subjectives de l’expérience de la pluralité linguistique et culturelle.

Cette journée d’études consacrée aux ateliers d’écriture créative autour du plurilinguisme, est ouverte aux doctorants et masterants. 

Elle prolonge les questions ouvertes autour de littératureécritureet plurilinguismepar la journée du 18 octobre 2017 : « Plurilinguisme et arts du langage » organisée par Anne Godard, Serge Martin et Marina Krylyschin et tisse des liens avec les recherches menées au sein du DILTEC sur le plurilinguisme et la créativité, notamment « Langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (Muriel Molinié et Nathalie Borgé, 6 février et 29 mars 2018) et « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » (Muriel Molinié et Catherine Mendonça-Dias le 28 novembre 2018).

Au cours de la journée, les liens entre les ateliers d’écriture et le plurilinguisme seront explorés à travers :

  • une entrée par la pratique de l’écriture créative,
  • une rencontre avec une artiste à l’œuvre multiple qui s’inscrit dans l’expérience plurilingue,
  • deux conférences éclairant les ateliers d’écriture dans le domaine de la formation professionnelle et du soin,
  • une table ronde réunissant différentes chercheuses du DILTEC, qui permettra de faire un bilan des ateliers menés à Paris 3 dans le contexte du FLE, en interrogeant les dispositifs et les corpus dans une perspective linguistique et didactique.

9h Accueil

Ouverture par Valérie Spaëth, directrice du DILTEC

9h15-10h45 Entrée dans les ateliers d’écriture créative

par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly

  • Présentation des ateliers
  • Propositions d’écriture créative autour du plurilinguisme, de la conscience linguistique et de l’identité langagière à partir de textes littéraires et de projets d’artistes
  • Discussion et bilan collectif

10h45-11h Pause café 

11h-12h Rencontre avec Yolande Zauberman, 

écrivaine, documentariste et réalisatrice 

  • autour de son livre, co-écrit avec Paulina Mikol Spiechowicz, Les mots qui nous manquent, Calman Lévy, 2016

12h-14h Déjeuner 

14h-15h30 Perspectives professionnelles et thérapeutiques sur les ateliers d’écriture

  • « Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs » 

par Alain André(directeur pédagogique d’ALEPH-Ecriture)

  • « Vers une voix-peau plurilingue : l’atelier d’écriture dans un milieu de soin » 

par Sara Greaves(LERMA, université Aix-Marseille)

15h30-15h45 Pause café 

15h45-17h Table ronde interdisciplinaire sur les ateliers plurilingues à l’université Paris 3

  • Retour sur le projet mené en DULF et DUEF en 2017-2018
  • Articulation conscience/ expérience linguistique, créativité/réflexivité, performance/compétence
  • Perspectives pour l’analyses des corpus : interlangue, acquisition, énonciation, émotions
  • Transferts de pratiques, passerelles formation et recherche

Un compte rendu de la journée sera publié ici-même. Téléchargez ici l’affiche et le programme.

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Compte rendu : Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018.

Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018, 198 p. ISBN : 978-2-05-102824-0.

S’ouvrant par une évocation de L’Analphabèted’Agota Kristof (Genève, Zoé, 2004), ce livre, intitulé Mémoires d’outre-langue par Alain Ausoni, est consacré aux écrivains translingues, ayant pratiqué « l’écriture de soi pour explorer la relation singulière qu’ils entretiennent avec leur langue d’adoption » (p. 7-8). Bien écrit, composé avec soin, il s’ouvre par un tableau de Chagall qui illustre la dualité du créateur bilingue dont le monde se nomme de deux manières.

« Ecrivains translingues » et « écriture de soi » : c’est en croisant ces deux fils directeurs que l’auteur définit son corpus.

Des écrivains translingues

Ces écrivains, que l’auteur choisit d’appeler translingues, suivant une terminologie anglo-saxonne, proposée par Steven G. Kellman (The Translingual imagination, Londres, University of Nebrasca Press, 2000) plutôt que plurilinguessont originaires de pays où le français ne fait pas quotidiennement partie du répertoire langagier, il s’agit donc pour eux d’une langue étrangère

Le terme translinguepermet donc de marquer la spécificité de ces écrivains par rapport à des écrivains ayant grandi dans un pays francophone plurilingue. Le terme translingue permet en même temps d’insister sur l’idée de passage au français, de manière plus ou moins abrupte, plus ou moins choisie, pour des raisons diverses, généralement liées à leur migration en France ou dans un pays francophone comme la Suisse romande ou le Québec, tout en évitant des termes plus connotés, tels écrivains en exil ou écrivains migrants. Cependant, les raisons de leur passage au français sont au centre de cette étude, car elles déterminent grandement la posture d’écrivainqu’ils vont adopter par rapport au français.

L’écriture de soi

Le corpus étudié est constitué par des œuvres relevant de « l’écriture de soi », terme choisi par Alain Ausoni pour englober les écrits autobiographiques, affichés comme tels, les essais autoréflexifs et les romans qui s’apparentent aux romans de formation ou d’advenue à l’écriture, où la question linguistique est présentée comme centrale, et dont tout porte à penser qu’ils sont inspirés par la biographie de l’auteur.

Après une introduction qui souligne l’intérêt que portent à ces écrivains, la critique, les prix littéraires et la recherche depuis une quinzaine d’années, Alain Ausoni propose d’établir ce qu’il appelle une « cartographie » de l’écriture translingue. Bien entendu, il ne s’agit pas de classer ces écrivains selon leur pays d’origine, mais par une cartographie mentale, de cerner les spécificités de l’écriture translingue, c’est-à-dire, selon la manière dont la conçoit Alain Ausoni, les différents types de relationau français que l’écriture de soi « décrypte et module à la fois » (p. 43) et les différentes poétiques qui leur sont liées.

Les six chapitres qui composent le livre proposent, deux par deux, d’explorer ainsi trois postures d’écrivains, allant de la plus grande révérence vers la plus grande distance affichée envers à la fois la France, la littérature et la langue française : « conversions », « libérations », « robinsons ».

Conversions : Makine et Bianciotti

Du côté de la conversion, sont choisis comme auteurs emblématiques Andreï Makine et Hector Bianciotti. Ils ont en commun de construire dans leurs œuvres une image de la France et du français qui fonctionne comme un idéal forgé à distance, appuyé sur des modèles littéraires. Makine compose la figure du transplanté, qui relie Aliocha, le héros russe du Testament français, initié à la France par sa grand-mère dans les plaines de Sibérie, à des figures d’écrivains assimilés, comme Henri Troyat, dont le roman autobiographique publié en 1991 est intitulé Aliocha, ou comme Romain Gary pour qui, dans La Promesse de l’aube(1960), la France est présentée avant tout comme l’objet de l’inconditionnel amour maternel. 

Bianciotti, dont la trilogie autobiographique (Ce que la nuit raconte au jour, 1992, Le Pas si lent de l’amour, 1995, Comme la trace de l’oiseau dans l’air, 1999) raconte le voyage initiatique vers une identité d’écrivain marquée par le modèle littéraire de Paul Valéry, distingue sa langue natale – l’espagnol de l’Argentine où il est né, différent de l’espagnol castillan – sa langue maternelle – dialecte de l’Italie piémontaise d’où sa famille est originaire, qui était vécu sur le mode de l’interdit – et le français qui devient sa langue d’écriture. De manière significative c’est en français qu’il passe à l’écriture de soi, à la première personne, suivant en cela un auguste modèle d’écriture autobiographie, celui du récit de conversion inauguré par Saint Augustin dans les Confessions, soulignant le parallélisme entre la vocation littéraire et la vocation religieuse ou spirituelle. Bianciotti présente son passage au français comme une forme de renaissance. Comme Claude Esteban, dont Le Partage des mots exprime la douloureuse perception d’une dichotomie de la perception induite par les mots, Bianciotti illustre, par l’opposition de oiseauet pájaro, le sentiment d’avoir rencontré avec le français une langue qui lui correspondait plus intimement.

Libérations : Alexakis et Huston

A la différence de ces écrivains, qui semblent appelés par la figure idéalisée de la France littéraire et de sa langue, Alain Ausoni repère pour d’autres écrivains la libérationque le passage au français permet. Pour ces écrivains, c’est le fait d’écrire dans une langue seconde plus que les caractéristiques du français en lui-même qui donne une liberté : liberté par rapport à un passé biographique, à une tradition d’écriture, mais aussi aux affects qui sont liés à la langue première en tant qu’elle est la langue de l’enfance. Chez Alexakis, dont on peut rappeler que l’arrivée en France a été au sens propre une libération pour le jeune journaliste fuyant la dictature étouffant l’expression publique dans son pays, l’expérience de la liberté est aussi celle des allers-retours entre le français et le grec à travers la pratique de l’autotraduction. Si nombre de ses romans évoquent la question du choix des langues et de l’apprentissage, c’est dans son texte autobiographique Paris-Athènesqu’il thématise cette liberté d’aller et venir entre les langues comme entre deux femmes, entre deux histoires, entre deux âges.

Pour Nancy Huston, qui pratique également l’auto-traduction, l’arrivée en France est une libération d’une enfance marquée par la séparation de ses parents et une forme d’instabilité. Le court récit autobiographique, Nord perdu, constitue à la fois une réflexion sur le destin d’écrivain bilingue (elle a, par ailleurs, consacré des essais à Romain Gary et Samuel Beckett) et une réflexion sur son rapport au français, langue qu’elle perçoit comme dénuée de la violence affective qui marque pour elle l’usage de sa langue maternelle. Ausoni rappelle, sur ce point, que l’anglais aussi a pu être décrit comme une langue « froide » et sans affects, mais par des écrivains pour lesquels c’était une langue seconde comme Eva Hoffman (Lost in Translation. A Life in a new Language, 1989).

La liberté prise est aussi celle qu’elle se permet face à la langue française, dont elle perçoit le caractère artificiel et construit. Mais ce caractère artificiel, c’est aussi celui de l’étrangère, qui porte un masque et joue un rôle, devant sans cesse justifier son existence et trouver sa légitimité.

Robinsons : Kristof et Molnár

La dernière partie s’ouvre par une citation de Barthes, qui justifie le titre de cette section, puisque pour un nouveau Robinson, Barthes indique qu’au lieu d’une ile perdue, il choisirait une ville étrangère.

Elle est consacrée à deux écrivains d’origine hongroise pour lesquelles le français est « langue de hasard » (p. 165).

Pour Agota Kristof, il s’agissait de fuir la répression soviétique de 1956, et, tandis que, déjà auteure d’une œuvre publiée en hongrois, Agota Kristof était germanophone, c’est en Suisse romande que le groupe de réfugiés dont elle fait partie se trouve conduit. Elle s’y retrouve donc « analphabète », comme le dit le titre de son court récit autobiographique, avec pour défi d’écrire dans une langue « ennemie ». C’est de cette position d’aliénation qu’elle tire partie, dans Le Grand Cahier, comme dans les deux autres romans de sa trilogie, qui semblent comme des masques que l’on retire les uns après les autres, comme dans certains romans de Nabokov, laissant toujours plus à vif le dénuement de celui dont l’enfance a été massacrée par la guerre et perdue par l’exil. 

Katalin Molnár doit l’apprentissage du français à un tirage au sort répartissant les élèves entre français et anglais comme langue étrangère. Son arrivée en France est liée à une rencontre amoureuse. Après quelques textes en hongrois, elle publie en français des poèmes et un texte inclassable Quant à je (kantaje), textes « agrégats » jouant avec l’insécurité linguistique et une écriture quasi-phonétique. Ce texte, qui s’apparente à un autoportrait, est composite à double titre, dans sa composition et dans ses références, que l’on pense à Queneau et au « néo-français », mais aussi à l’entreprise de déconstruction du monolinguisme que l’on peut trouver chez un Gherasim Luca ou au travail sur la voix qui marque l’œuvre de poètes comme Cadiot ou Prigent, publiés comme Molnár chez POL, il contient aussi des traits spécifiques de la langue hongroise : « l’agglutination, l’indétermination générique, la conjugaison marquée par des suffixes et l’antéposition de l’adjectif ».

En conclusion, une ouverture propose d’élargir la réflexion à « l’écriture translingue de soi à travers les langues » (p. 187). C’est aussi par une interrogation que se termine le livre : est-ce le français qui est propice à cette introspection – on peut penser au modèle des Confessionsde Rousseau – ou bien le fait d’écrire dans une langue seconde ?

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu : Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 23/09/2018, https://ecriplur.hypotheses.org/183.

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures) CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Compte rendu : Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018.

Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018, 194 pages. ISSN : 1167-5101 ; ISBN : 979-10-231-0604-6.

La revue Genesis, sous-titrée manuscrits, recherche, invention est une revue internationale de critique génétique de l’Institut des Textes et Manuscrits (ITEM) au sein du CNRS/ENS, elle est publiée deux fois par an par les presses de l’université Paris-Sorbonne. Le numéro 46 est consacré au plurilinguisme littéraire.

Très riche et varié, il se déploie en une introduction de cadrage, suivie d’études et d’inédits sur la question des pratiques d’écriture des écrivains plurilingues. Des varia et une bibliographie génétique 2017 complètent ce volume.

ENJEUX

Olga Anokhina, dont les recherches portent sur la genèse des œuvres des écrivains plurilingues et sur les liens entre plurilinguisme et créativité littéraire, est responsable de l’équipe «Multilinguisme, traduction, création » de l’ITEM (voir ici). Emilio Sciarrino, qui fait partie de l’équipe, a publié sa thèse sur le plurilinguisme littéraire italien. Ensemble, ils signent une longue introduction qui expliquent les enjeux d’une approche génétique des relations du plurilinguisme avec l’écriture et la créativité.

Rappelant que l’analyse littéraire à partir des textes publiés en permet pas de mettre au jour les processus de création des auteurs plurilingues, rappelant également que la perspective nationale adoptée dans l’abord des littératures a conduit à sous-estimé les pratiques plurilingues existant avant la seconde moitié du XXe siècle, ils montrent l’intérêt d’étudier les documents de travail où les langues peuvent intervenir à différents moments et différents degrés, impliquant souvent des pratiques d’autotraduction.

Pour commencer, ils proposent de lever le flou conceptuel qui caractérise cette discipline émergente, où entrent en concurrence, pour désigner les pratiques d’écriture en différentes langues, les termes de « code switching » emprunté à la sociolinguistique, d’hétérolinguisme (Rainier Grutman, Des langues qui résonnent, Québec, 1997) qui vient des études littéraires ou encore de translinguisme (Steven Kellman, The Translingual imagination, Lincoln, 2000), autant de termes qui peuvent être utiles pour désigner des processus particulier de la création en plusieurs langues, mais ne sont pas équivalents. Conformément aux usages européens, ils réservent le terme de multilinguisme à l’espace social et celui de plurilinguisme pour désigner les écrivains et leurs textes tandis que les termes précédemment cités seront utilisés de manière plus ponctuelle pour désigner des stratégies particulières.

L’étude du plurilinguisme, qui s’est développée d’abord en linguistique avec l’ouvrage fondateur de Uriel Weinreich (Languages in contact, New York, 1953), a mis en évidence plusieurs phénomènes d’interférencesentre les langues, principalement le changementet le mélange, qui apparaissent aux niveaux phonétiques, lexicaux et syntaxiques. Dans le domaine littéraire, c’est à Mikhaïl Bakhtine (Problèmes de la poétique de Dostoïeski, 1929, traduit en français en 1970) que l’on doit la notion de polyphonie, concernant non pas seulement les langues, mais les registres et les discours sociaux. Les approches philosophies (Deleuze, Derrida) ont prolongé la réflexion en faisant apparaître les enjeux politiques et et éthiques, mais se sont éloignées de l’analyse des textes et des processus créatifs eux-mêmes.

L’originalité de l’approche génétique est de repartir des archives des écrivains – correspondance, cahiers, journaux personnels, manuscrits, brouillons et documents préparatoires – pour aborder la réalité des situations plurilingues. Sur la base de ces archives, le « profil linguistique » qui se dégage est souvent plus complexe qu’il en paraît : aux cas de bilinguismeou de diglossies’ajoute tout un continuumqui va du bilinguismeau plurilinguisme radicald’un Joyce, nombre d’auteurs considérés comme bilingues (Nabokov, Beckett) étant, en réalité, très bons connaisseurs d’autres langues.

Des travaux récents (voir les ouvrages dirigés ces dernières années par Olga Anokhina) ont constitué une typologie des stratégies d’écriture créatives plurilingues, rappelons notamment :

  • La séparation fonctionnelle des langues (de type texte/métatexte),
  • Le mélange des langues (code-switching),
  • L’écriture parallèle en deux langues,
  • L’écriture consécutive ou l’autotraduction.

Les études réunies plus bas dans le volume complexifient cette liste en montrant des processus d’hybridation, ainsi que le continuumcréatif qui inclut les traductions collaboratives où le dialogue établi avec un tiers traducteur peut conduire à des réécritures.

Cette riche introduction se termine par une réflexion sur la notion de conscience métalinguistique, cette capacité à réfléchir sur le langage en tant que tel, qui se trouve renforcée par les pratiques plurilingues et dont on peut distinguer plusieurs manifestations :

  • L’intérêt intellectuel pour les langues, y compris lorsqu’elles ne sont pas directement utilisées pour l’écriture.
  • La traduction d’autres écrivains.
  • L’invention de langues imaginaires.
  • La réflexion métalinguistique explicite dans les œuvres publiées, les manuscrits ou la correspondance.

ETUDES

Les différentes études qui suivent, richement illustrées de photos de manuscrits portant les traces d’intervention en différentes langues, permettent de dessiner un panorama très diversifié des pratiques d’écriture impliquant plusieurs langues, mettant en évidence des liens toujours riches et complexes qui se tissent entre elles dans la création littéraire des écrivains plurilingues :

  • Hybridations, comme le révèle la genèse d’un poème de Paul Celan, « Huhediblu » où l’allemand, le français et l’anglais s’associent dans des « nœuds hybrides » analysés par Dirk Weissmann qui dévoile aussi le dialogisme sous-jacent avec des citations de Verlaine, Apollinaire et Hans Magnus Ezenberger qui ont inspiré l’auteur.
  • Hétérogénéitéslinguistiques des brouillons qui, outre l’espagnol et l’anglais, marqués par des autotraductions en aller-retour, portent trace des langues étrangères, français, italien, portugais, ainsi que de l’idiolecte familial, marqué par le dialecte Parma-Piacenza, à différentes étapes, et constituent sur le plan linguistique un écho aux hétérogénéités génériques de l’œuvre romanesque de l’écrivain argentin Manuel Puig qu’a étudié Delfina Cabrera.
  • Pratique cachée de l’espagnol et processus d’autotraduction dans la genèse du recueil Mimodrames et Icônesdu poète basque Juan Mari Lekuona, ainsi que le montre Aurélia Arcocha-Scarcia.
  • Ecriture conjointe, marquée par des développements parallèles et des jeux d’influence réciproque, comme le fait apparaître l’étude par Claire Riffard du brouillon en français et en malgache du poème « Presque-songe » de Jean-Joseph Rabearivelo.
  • Annotationsmétadiscursives en anglais ou encore amorcesde poèmes en anglais ou français dans les brouillons de Fernando Pessoa consultés à la Bibliothèque nationale du Portugal par João Dionísio.
  • Autotraductionset jeux sur le matériau sonore, conçus comme des collages– à l’image des montages qu’il utilise dans ses œuvres plastiques – par l’artiste dada Raoul Haussmann dont les brouillons ont été étudiés par Agathe Mareuge, ce qui invite à reconsidérer également la création plastique dans sa relation avec le plurilinguisme des artistes.

 ENTRETIENS

Deux entretiens avec des écrivains plurilingues apportent deux regards très divers : Gao Xingjian, qui associe le plurilinguisme avec une création multimodale : poésie, roman, peinture et cinéma ;LubaJurgenson, dont la réflexion sur le bilinguisme s’appuie sur sa pratique traductrice.

Un ensemble d’entretiens, réalisés par Simona Gallo en 2013, 2015 et 2016, avec l’écrivain Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, font apparaître une création métissée entre l’Orient et l’Occident, mais surtout un dépassement du cadre de l’écriture littéraire, à travers la peinture et le cinéma. Ainsi le film de Gao Xingjian, Le Deuil de la beauté, réalisé en 2013 à partir d’un de ses poèmes, est tourné dans les trois langues que pratiquent l’auteur, chinois français et anglais, sans sous-titrage.

Dans un entretien recueilli par Julia Holter, la traductrice et écrivaine française d’origine russe, Luba Jurgenson, évoque les liens entre les langues et l’expérience corporelle, intime de soi que les mots engendrent en évoquant son enfance russe. Le dualisme corporel se développe dans la pratique de traduction, qui, en retour, réitère pour la traductrice, l’expérience du passageque vit le corps bilingue.

INEDITS

Dans la rubrique des inédits, où il s’agit de faire découvrir des manuscrits encore jamais étudiés, sont publiés deux dossiers génétiques :

Kostis Pavlou analyse trois feuillets du dossier de genèse bilingue du poème « Les libres assiégés » de Dionysios Solomos. On y voit comment la répartition opérationnelle entre le grec, utilisé principalement pour la textualisation et l’italien, qui sert surtout aux notes scénariques (planification et organisation), se complexifie par un certain nombre d’interférences entre les langues qui tendent à remettre en cause la représentation somme toute un peu simplificatrice du rôle de l’italien dans la création poétique de l’auteur.

Emilio Sciarrino présente le « processus de création circulaire » de Giuseppe Ungaretti en suivant le mouvement de traduction et retraduction de « Gridasti : soffoco », un poème initialement écrit en italien, traduit en français en collaboration, puis réécrit en italien à partir de cette expérience traductive, avant d’être une seconde fois traduit en français avec d’autres traducteurs. Le mouvement d’aller-retour, et le dialogue noué par lettres autour des questions d’interprétation, explique l’existence des deux versions du poème et implique aussi de reconsidérer l’ensemble de la genèse du poème en incluant les phases de réception, de traduction collaborative ou d’autotraduction comme des étapes appartenant à un même processus créatif.

A travers l’ensemble de ce volume, on voit aussi comment l’approche génétique du plurilinguisme peut s’enrichir en élargissant ses objets d’une part à la traduction (c’est le programme de recherche que proposent Olga Anokhina et Patrick Hersant, voir le programme ici-même) et en s’attachant également à explorer d’autres formes artistiques (musique, architecture, théâtre, cinéma…) d’autant plus que certains auteurs, comme on l’a vu ci-dessus, associent le plurilinguisme et la création artistique en plusieurs domaines.

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu : Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 16/09/2018, https://ecriplur.hypotheses.org/164.

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures)
CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Annonce : programme 2018-2019 du séminaire d’ ITEM : « Multilinguisme, traduction, création »

Coordination : Olga Anokhina et Patrick Hersant

 

samedi 22 septembre 2018 de 14h30 à 16h30

Patrick HERSANT (Université de Paris 8) : L’étude génétique des brouillons de traducteurs

ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris, Salle à confirmer. Séminaire en commun avec l’équipeValéry de l’ITEM

 

*vendredi 19 octobre 2018 de9h30 à 12h30

– Congrès du cinquantenaire de l’ITEM La critique génétique comme processus :  La génétique dans le monde (Brésil, Argentine, Japon, Italie, Allemagne)

ENS, Salle Dussane

 

vendredi 9 novembre 2018 de 14h30 à 16h30      

Alain AUSONI (Université de Lausanne)  : Mémoires d’outre-langue. Écrire la vie en L2

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 7 décembre 2018 de 16h30 à 18h30

Antonio LAVIERI et Danielle LONDEI (Université de Palerme/Université de Bologne) : Les manuscrits plurilingues des anthropologues. Traductologie et écriture ethnographique

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 159(1erétage)

 

*12-14 décembre 2018 

– Colloque international : Tsvetaieva et l’Europe

Université de Strasbourg /Collège Doctoral Européen

 

vendredi 8 février 2019 de 14h30 à 16h30

Frédéric WEINMANN

« En français dans le texte » : Comment les traducteurs réagissent-ils face aux passages écrits dans la langue d’arrivée ?

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 8 mars 2019 de 14h30 à 16h30

Zlatka TIMENOVA-VALTCHEVA (Université de Lisbonne) : Entre les langues : écriture de haïku et autotraduction(français, bulgare, portugais, anglais…)

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 5 avril 2019 de 14h30 à 16h30

Myriam OLAH (Université de Lausanne) : Traces énonciatives de la langue hongroise dans les textes et les avant-textesd’Agota Kristof

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

*16-17 mai 2019 

– Colloque international : Écriture et traduction entre les langues : manuscrits, imprimés, archives littéraires

Bilbao (Espagne)

 

vendredi 7 juin 2019 de 14h30 à 16h30

Olga ANOKHINA (ITEM) : Quand le plurilinguisme fait vendre : de l’écriture littéraire à l’industrie musicale

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

*12-14 juin 2019

– Colloque international : Genetic Criticism: from Theory to Practice

Cracovie (Pologne)

Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
EA288 DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures)
CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

More Posts

Écrire en français, « en présence de toutes les langues du monde », Le français, langue d’écriture des écrivains plurilingues, du Moyen Âge au XXIe siècle ; French as a writing language for plurilingual writers.