« A travers les temps du passé… », un texte de Lijun

Après avoir enseigné pendant six ans le français dans un cadre scolaire à Shanghaï, Lijun a pris une décision audacieuse. Elle a interrompu sa carrière et repris ses études à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en France. Et elle n’a pas tort. Là, elle a fait connaissance avec le plurilinguisme littéraire. Inspirée par les trajets empruntés par les écrivains, elle commence à remettre en question ses propres relations avec cette langue qui l’a tellement fascinée.

Episode 1. La frustration

Tous ces chocs, autant linguistiques que culturels, ne sont rien auprès de celui que me réserve encore le français : la conjugaison !
En chinois, les verbes comme tous les autres signes, dans leur monosyllabisme et dans leur valeur idéographique, sont invariables et indéclinables. Ils s’emploient toujours à l’infinitif. Pour indiquer que l’action se passe actuellement ? Pour la situer dans un passé lointain ou un futur tout proche ? Rien de plus simple : on ajoute un adverbe ou une expression adverbiale, tels que maintenant, autrefois, hier, demain, l’année dernière, l’été prochain, tout à l’heure, plus tard, etc. On peut même se contenter de le suggérer par quelques images très évocatrices, comme le firent si souvent et avec tant d’ingéniosité nos grands poètes de la grande époque des Tang.
Mais dans la langue française les verbes varient selon les personnes, les modes et les temps. Première personne, deuxième personne, troisième personne, indicatif, impératif, conditionnel, subjonctif, présent, imparfait, futur simple, futur antérieur, passé simple, passé composé, plus-que-parfait… Tant de concepts à comprendre ! Tant de nuances à saisir ! Tant de formes à retenir par cœur !

Wei-Wei, Une fille Zhuang, La Tour d’Aigues : Éd. de l’Aube, 2006, p. 69.

Pour moi, qui ai déjà une bonne connaissance de l’anglais lors du premier contact avec le français, le temps et le mode n’étaient pas un tel choc, mais consistaient toujours un fossé infranchissable. « Tant de concepts à comprendre ! Tant de nuances à saisir ! » J’ai crié à peu près la même chose que l’auteure ! Et l’exemple le plus parlant ? Les temps du passé, le passé composé et l’imparfait. 

Pourquoi on devait mettre « j’ai pu » dans un contexte et « je pouvais » dans l’autre ? C’était le fameux genre d’exercices grammaticaux traditionnels dans l’enseignement des langues étrangères en Chine. On nous demande de remplir une longue phrase ou un petit paragraphe avec les verbes donnés au temps et au mode convenables. J’étais obsédée par ce genre de « pourquoi », à tel point que cette obsession a même ennuyé ma professeure super patiente et intelligente.

– Lijun, arrête de poser de telles questions ! Il faut que tu sentes la différence.

– D’accord… mais…

Mais où chercher ce « sentiment » que ma langue maternelle ne m’a pas confié ?

Et pourquoi je n’avais toujours pas cette conscience de me servir de l’imparfait, même avec le verbe le plus simple dans le contexte le plus quotidien ?

– Salut, Béatrice, ça va ? Le cours, c’est intéressant ?

– Oui ! C’était très intéressant !

Ah oui ! J’aurais dû dire « c’était » …

Pour la première fois, et d’une manière académique, je me suis mise à me questionner sur ma langue maternelle, une interrogation passionnante qui m’a amenée jusqu’à la production de mon mémoire en Licence. 

Episode 2. Révélation

Apprendre une langue étrangère oblige à s’interroger sur la sienne propre.

Vassilis Alexakis, Les mots étrangers, Gallimard, 2003, p. 77.

En chinois, il manque un concept clé pour mieux comprendre le français, mais qu’est-ce que c’est ? Pour moi, ce n’est pas la notion de temporalité, qui soit se manifeste avec les expressions du temps, ou se révèle à l’aide du contexte. C’est autre chose que ma langue a laissé en blanc : l’aspect du verbe indiquant son état de développement. En effet, la notion d’aspect n’est pas absente en chinois, mais elle est exprimée d’une manière beaucoup plus limitée et moins fréquente que dans la langue française.

Cette découverte m’a émerveillée, a activé la capacité de « sentir » ce qui était endormi chez moi et m’a libérée de la récitation mécanique de la fameuse conjugaison. J’ai pu finalement éprouver la nuance entre les deux temps, qui pourrait d’ailleurs paraître évidente aux yeux des francophones ! Une beauté cachée dans les petits changements morphologiques, un luxe dont ma langue à moi est dépourvue. La conjugaison ne me semblait plus une besogne, mais la preuve d’une langue plus riche, plus précise et donc plus belle que la mienne. Elle est parvenue à me faire sortir de la vision à laquelle ma propre langue me « condamne », avec les critères dont je n’avais jamais eu conscience et les paysages que j’aurais pu rater.

Quel privilège ! 

Plus tard, quand je discutais avec mes propres élèves l’emploi du temps dans l’Etrangerd’Albert Camus que je leur ai fait lire en français et en chinois, j’ai fait une telle assertion avec fierté et audace :

– C’est seulement en lisant en français que l’on pourrait capturer toutes ces beautés dans la langue, et dont la plupart se perd impérativement lors de la traduction.

Une fausse fierté, et une audace aveugle.

Episode 3. Transition

« Pourquoi vos verbes présentent-ils tant de formes diverses ? Quel besoin avez-vous de les accorder avec leur sujet ? On dirait des instruments de musique qui se dérèglent après chaque note. Pourquoi changez-vous leur terminaison en fonction du temps où se situe leur action ? N’est-ce pas plus simple de signaler le temps par un mot approprié ? Pourquoi la conjugaison varie-t-elle encore si souvent d’un verbe à l’autre ? A quoi bon tant de règles et tant d’exceptions ? Et pourquoi enfin une telle sévérité à l’égard de ceux qui commettent des fautes, alors que la langue semble avoir été conçue, justement, pour qu’elles se produisent ? Ce n’est pas surprenant que les gens aient cet air préoccupé dans la rue : ils sont en train de réciter leurs conjugaisons de crainte de les oublier. »

Vassilis Alexakis, Les mots étrangers, Gallimard, 2003, p. 78.

Les verbes invariables, les tons variants… le chinois s’accorde tellement à l’image du sango, une langue d’Afrique centrale, que j’avais l’impression qu’en lisant cette scène dans le livre, c’était ma langue maternelle qui m’interrogeait, comme la mère en face de sa fille qui l’a un peu « trahie ».

« Apprendre une langue étrangère oblige à s’interroger sur la sienne propre. » Je me suis déjà interrogée sur ce qu’il manque, pourquoi pas avoir plus de patience avec ce qu’elle possède ? Si son recto est surtout marqué par sa « pauvreté » dans l’expression de la notion de l’aspect, qu’est-ce qu’elle s’écrit sur son verso ?

Pour le chinois, comme pour le sango, c’est la liberté, et la liberté au double sens.

Moins un locuteur est restreint par les règles dans la langue qui consistent à fournir plus de précisions, plus il jouit de la liberté et de la flexibilité dans son choix de mots et de syntaxes de sorte qu’il arrive à accorder plus d’attention à l’expression et à la transmission de son regard et ses émotions. Parallèlement, une plus grande liberté est ainsi laissée à son interlocuteur, qui est donc obligé de mobiliser sa propre imagination pour interpréter le message. 

Si la langue se pose sur ce continuum de précision et d’imagination, le chinois et le français se situent respectivement près des deux extrémités. Ce contraste fait écho avec la distinction entre la peinture française et chinoise. La beauté se manifeste dans l’une dans les formes et les couleurs minutieusement précisées, tandis que dans l’autre, elle se cache juste dans le vide intentionnellement laissé par le peintre, et qui invite l’imaginaire.

Encore une fois, j’étais émerveillée. Combien j’étais aveugle en face de la beauté de ma propre langue !

Apprendre une langue étrangère, c’est de se faire mener un voyage à travers tous les paysages exotiques pour enfin retourner à soi-même?

Episode 4. Apprivoisement

Je m’imagine peut-être que les mots sont des animaux sauvages qu’il faut apprivoiser ?

Vassilis Alexakis, Les mots étrangers, Gallimard, 2003, p. 80.

En passant par le français, je me suis mise à admirer la richesse du chinois, tout comme c’est en apprenant l’allemand que j’ai eu une idée plus claire sur ma propre relation avec la langue française, une relation encore plus intime que j’imaginais.

En allemand, surtout à l’oral, la notion de temps est effacée. Pour exprimer le futur, on dit plutôt « Was machst du nächste Woche ? » (Qu’est-ce que tu fais la semaine prochaine ?), au lieu de dire « Was wirst du nächste Woche machen ? » (Qu’est-ce que tu feras la semaine prochaine ?). Le temps du passé se limite également à son passé composé. La collaboration entre deux temps du passé n’est réservée qu’à l’écrit. Par exemple, l’expression telle que « Nachdem meine Mutte gegessen hatte, sind wir ins Kino gegangen» (Après que ma mère avait mangé, nous sommes allés au cinéma) ne se dit pas en allemand, les gens se contentent de dire « Nachdem meine Mutte gegessen habe, sind wir ins Kino gegangen » (Après que ma mère a mangé, nous sommes allés au cinéma.)

Ma difficulté s’est imposée là. Après une hésitation quand je voulais exprimer mes projets du futur ou raconter un récit du passé, je me dirigeais malgré moi vers une expression « trop au style de l’écrit », d’après ma professeure d’allemand. Je savais que l’on reste au présent ou au passé composé à l’oral, mais quelque chose ancrée dans ma subconscience me poussait à franchir cette limite, à distinguer la relation entre les différentes actions et à indiquer leur situation temporelle, comme si je m’étais obligée d’utiliser des outils que je posais habituellement à portée de main, mais qui, malheureusement, ne sont plus utiles ici.

Ce malaise ne provient certainement pas de ma langue maternelle où les verbes restent invariables, et il est aussi à l’inverse de l’habitude d’un apprenant débutant qui a tendance à se diriger vers la morphosyntaxe la plus simple possible. Cette conscience automatique, voire excessive, en allemand, d’où vient-elle ? Ne s’enracine-t-elle pas juste dans toutes les peines que je me suis données à la recherche de la réponse à l’inconscience du même problème en français, autrement dit, mon apprivoisement de la langue française ?

Et oui. Avec un sourire, je tape les phrases suivantes. Une partie de français est déjà entrée et fixée en moi. Rien ne sera plus pareil désormais. Certes, il me manquera comme toujours un mot ici ou là, je parlerai comme toujours un français avec un accent chinois ou avec les tournures sinisées, mais je n’aurai plus aucun doute sur l’intimité entre moi et la langue française. Je l’ai apprivoisée, même si ce n’est que partiellement.

Et c’est du bonheur d’avoir fait cette découverte.

Lijun

Annonce : journée d’études 18 octobre 2018 « Ecrire dans / avec les langues »

Nous vous rappelons que le JEUDI 18 OCTOBRE 2018 – de 9h à 17h aura lieu une journée d’études autour des ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue, organisée par notre équipe.

A Censier 13 rue de Santeuil 75005 Paris, en salle 410 (Bâtiment A, 4e étage). Entrée libre, pensez à vous munir de votre carte d’étudiant ou bien d’une pièce d’identité et du programme de la journée (à télécharger ci-dessous).

« Ecrire dans / avec les langues : création, expression, réflexion. Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue »

A la croisée de plusieurs pratiques de création et de formation, les ateliers d’écriture créative en FLE visent à développer et affiner la conscience linguistique en relation avec la sensorialité et les émotions. 

Dans ce cadre, les textes littéraires et les projets artistiques autour de la langue et des langues offrent des modèles, des amorces et des médiations. Ils ouvrent pour les participants le champ des possibilités d’expression, de création et de réflexion, permettant de transformer le rapport à l’apprentissage et à la notion de maîtrise linguistique. Par le travail qu’ils permettent autour des sentiments et des affects liés aux langues, ils contribuent à la prise de conscience des implications personnelles et subjectives de l’expérience de la pluralité linguistique et culturelle.

Cette journée d’études consacrée aux ateliers d’écriture créative autour du plurilinguisme, est ouverte aux doctorants et masterants. 

Elle prolonge les questions ouvertes autour de littératureécritureet plurilinguismepar la journée du 18 octobre 2017 : « Plurilinguisme et arts du langage » organisée par Anne Godard, Serge Martin et Marina Krylyschin et tisse des liens avec les recherches menées au sein du DILTEC sur le plurilinguisme et la créativité, notamment « Langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (Muriel Molinié et Nathalie Borgé, 6 février et 29 mars 2018) et « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » (Muriel Molinié et Catherine Mendonça-Dias le 28 novembre 2018).

Au cours de la journée, les liens entre les ateliers d’écriture et le plurilinguisme seront explorés à travers :

  • une entrée par la pratique de l’écriture créative,
  • une rencontre avec une artiste à l’œuvre multiple qui s’inscrit dans l’expérience plurilingue,
  • deux conférences éclairant les ateliers d’écriture dans le domaine de la formation professionnelle et du soin,
  • une table ronde réunissant différentes chercheuses du DILTEC, qui permettra de faire un bilan des ateliers menés à Paris 3 dans le contexte du FLE, en interrogeant les dispositifs et les corpus dans une perspective linguistique et didactique.

9h Accueil

Ouverture par Valérie Spaëth, directrice du DILTEC

9h15-10h45 Entrée dans les ateliers d’écriture créative

par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly

  • Présentation des ateliers
  • Propositions d’écriture créative autour du plurilinguisme, de la conscience linguistique et de l’identité langagière à partir de textes littéraires et de projets d’artistes
  • Discussion et bilan collectif

10h45-11h Pause café 

11h-12h Rencontre avec Yolande Zauberman, 

écrivaine, documentariste et réalisatrice 

  • autour de son livre, co-écrit avec Paulina Mikol Spiechowicz, Les mots qui nous manquent, Calman Lévy, 2016

12h-14h Déjeuner 

14h-15h30 Perspectives professionnelles et thérapeutiques sur les ateliers d’écriture

  • « Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs » 

par Alain André(directeur pédagogique d’ALEPH-Ecriture)

  • « Vers une voix-peau plurilingue : l’atelier d’écriture dans un milieu de soin » 

par Sara Greaves(LERMA, université Aix-Marseille)

15h30-15h45 Pause café 

15h45-17h Table ronde interdisciplinaire sur les ateliers plurilingues à l’université Paris 3

  • Retour sur le projet mené en DULF et DUEF en 2017-2018
  • Articulation conscience/ expérience linguistique, créativité/réflexivité, performance/compétence
  • Perspectives pour l’analyses des corpus : interlangue, acquisition, énonciation, émotions
  • Transferts de pratiques, passerelles formation et recherche

Un compte rendu de la journée sera publié ici-même. Téléchargez ici l’affiche et le programme.

Compte rendu : Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018.

Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soipar Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018, 198 p. ISBN : 978-2-05-102824-0.

S’ouvrant par une évocation de L’Analphabèted’Agota Kristof (Genève, Zoé, 2004), ce livre, intitulé Mémoires d’outre-langue par Alain Ausoni, est consacré aux écrivains translingues, ayant pratiqué « l’écriture de soi pour explorer la relation singulière qu’ils entretiennent avec leur langue d’adoption » (p. 7-8). Bien écrit, composé avec soin, il s’ouvre par un tableau de Chagall qui illustre la dualité du créateur bilingue dont le monde se nomme de deux manières.

« Ecrivains translingues » et « écriture de soi » : c’est en croisant ces deux fils directeurs que l’auteur définit son corpus.

Des écrivains translingues

Ces écrivains, que l’auteur choisit d’appeler translingues, suivant une terminologie anglo-saxonne, proposée par Steven G. Kellman (The Translingual imagination, Londres, University of Nebrasca Press, 2000) plutôt que plurilinguessont originaires de pays où le français ne fait pas quotidiennement partie du répertoire langagier, il s’agit donc pour eux d’une langue étrangère

Le terme translinguepermet donc de marquer la spécificité de ces écrivains par rapport à des écrivains ayant grandi dans un pays francophone plurilingue. Le terme translingue permet en même temps d’insister sur l’idée de passage au français, de manière plus ou moins abrupte, plus ou moins choisie, pour des raisons diverses, généralement liées à leur migration en France ou dans un pays francophone comme la Suisse romande ou le Québec, tout en évitant des termes plus connotés, tels écrivains en exil ou écrivains migrants. Cependant, les raisons de leur passage au français sont au centre de cette étude, car elles déterminent grandement la posture d’écrivainqu’ils vont adopter par rapport au français.

L’écriture de soi

Le corpus étudié est constitué par des œuvres relevant de « l’écriture de soi », terme choisi par Alain Ausoni pour englober les écrits autobiographiques, affichés comme tels, les essais autoréflexifs et les romans qui s’apparentent aux romans de formation ou d’advenue à l’écriture, où la question linguistique est présentée comme centrale, et dont tout porte à penser qu’ils sont inspirés par la biographie de l’auteur.

Après une introduction qui souligne l’intérêt que portent à ces écrivains, la critique, les prix littéraires et la recherche depuis une quinzaine d’années, Alain Ausoni propose d’établir ce qu’il appelle une « cartographie » de l’écriture translingue. Bien entendu, il ne s’agit pas de classer ces écrivains selon leur pays d’origine, mais par une cartographie mentale, de cerner les spécificités de l’écriture translingue, c’est-à-dire, selon la manière dont la conçoit Alain Ausoni, les différents types de relationau français que l’écriture de soi « décrypte et module à la fois » (p. 43) et les différentes poétiques qui leur sont liées.

Les six chapitres qui composent le livre proposent, deux par deux, d’explorer ainsi trois postures d’écrivains, allant de la plus grande révérence vers la plus grande distance affichée envers à la fois la France, la littérature et la langue française : « conversions », « libérations », « robinsons ».

Conversions : Makine et Bianciotti

Du côté de la conversion, sont choisis comme auteurs emblématiques Andreï Makine et Hector Bianciotti. Ils ont en commun de construire dans leurs œuvres une image de la France et du français qui fonctionne comme un idéal forgé à distance, appuyé sur des modèles littéraires. Makine compose la figure du transplanté, qui relie Aliocha, le héros russe du Testament français, initié à la France par sa grand-mère dans les plaines de Sibérie, à des figures d’écrivains assimilés, comme Henri Troyat, dont le roman autobiographique publié en 1991 est intitulé Aliocha, ou comme Romain Gary pour qui, dans La Promesse de l’aube(1960), la France est présentée avant tout comme l’objet de l’inconditionnel amour maternel. 

Bianciotti, dont la trilogie autobiographique (Ce que la nuit raconte au jour, 1992, Le Pas si lent de l’amour, 1995, Comme la trace de l’oiseau dans l’air, 1999) raconte le voyage initiatique vers une identité d’écrivain marquée par le modèle littéraire de Paul Valéry, distingue sa langue natale – l’espagnol de l’Argentine où il est né, différent de l’espagnol castillan – sa langue maternelle – dialecte de l’Italie piémontaise d’où sa famille est originaire, qui était vécu sur le mode de l’interdit – et le français qui devient sa langue d’écriture. De manière significative c’est en français qu’il passe à l’écriture de soi, à la première personne, suivant en cela un auguste modèle d’écriture autobiographie, celui du récit de conversion inauguré par Saint Augustin dans les Confessions, soulignant le parallélisme entre la vocation littéraire et la vocation religieuse ou spirituelle. Bianciotti présente son passage au français comme une forme de renaissance. Comme Claude Esteban, dont Le Partage des mots exprime la douloureuse perception d’une dichotomie de la perception induite par les mots, Bianciotti illustre, par l’opposition de oiseauet pájaro, le sentiment d’avoir rencontré avec le français une langue qui lui correspondait plus intimement.

Libérations : Alexakis et Huston

A la différence de ces écrivains, qui semblent appelés par la figure idéalisée de la France littéraire et de sa langue, Alain Ausoni repère pour d’autres écrivains la libérationque le passage au français permet. Pour ces écrivains, c’est le fait d’écrire dans une langue seconde plus que les caractéristiques du français en lui-même qui donne une liberté : liberté par rapport à un passé biographique, à une tradition d’écriture, mais aussi aux affects qui sont liés à la langue première en tant qu’elle est la langue de l’enfance. Chez Alexakis, dont on peut rappeler que l’arrivée en France a été au sens propre une libération pour le jeune journaliste fuyant la dictature étouffant l’expression publique dans son pays, l’expérience de la liberté est aussi celle des allers-retours entre le français et le grec à travers la pratique de l’autotraduction. Si nombre de ses romans évoquent la question du choix des langues et de l’apprentissage, c’est dans son texte autobiographique Paris-Athènesqu’il thématise cette liberté d’aller et venir entre les langues comme entre deux femmes, entre deux histoires, entre deux âges.

Pour Nancy Huston, qui pratique également l’auto-traduction, l’arrivée en France est une libération d’une enfance marquée par la séparation de ses parents et une forme d’instabilité. Le court récit autobiographique, Nord perdu, constitue à la fois une réflexion sur le destin d’écrivain bilingue (elle a, par ailleurs, consacré des essais à Romain Gary et Samuel Beckett) et une réflexion sur son rapport au français, langue qu’elle perçoit comme dénuée de la violence affective qui marque pour elle l’usage de sa langue maternelle. Ausoni rappelle, sur ce point, que l’anglais aussi a pu être décrit comme une langue « froide » et sans affects, mais par des écrivains pour lesquels c’était une langue seconde comme Eva Hoffman (Lost in Translation. A Life in a new Language, 1989).

La liberté prise est aussi celle qu’elle se permet face à la langue française, dont elle perçoit le caractère artificiel et construit. Mais ce caractère artificiel, c’est aussi celui de l’étrangère, qui porte un masque et joue un rôle, devant sans cesse justifier son existence et trouver sa légitimité.

Robinsons : Kristof et Molnár

La dernière partie s’ouvre par une citation de Barthes, qui justifie le titre de cette section, puisque pour un nouveau Robinson, Barthes indique qu’au lieu d’une ile perdue, il choisirait une ville étrangère.

Elle est consacrée à deux écrivains d’origine hongroise pour lesquelles le français est « langue de hasard » (p. 165).

Pour Agota Kristof, il s’agissait de fuir la répression soviétique de 1956, et, tandis que, déjà auteure d’une œuvre publiée en hongrois, Agota Kristof était germanophone, c’est en Suisse romande que le groupe de réfugiés dont elle fait partie se trouve conduit. Elle s’y retrouve donc « analphabète », comme le dit le titre de son court récit autobiographique, avec pour défi d’écrire dans une langue « ennemie ». C’est de cette position d’aliénation qu’elle tire partie, dans Le Grand Cahier, comme dans les deux autres romans de sa trilogie, qui semblent comme des masques que l’on retire les uns après les autres, comme dans certains romans de Nabokov, laissant toujours plus à vif le dénuement de celui dont l’enfance a été massacrée par la guerre et perdue par l’exil. 

Katalin Molnár doit l’apprentissage du français à un tirage au sort répartissant les élèves entre français et anglais comme langue étrangère. Son arrivée en France est liée à une rencontre amoureuse. Après quelques textes en hongrois, elle publie en français des poèmes et un texte inclassable Quant à je (kantaje), textes « agrégats » jouant avec l’insécurité linguistique et une écriture quasi-phonétique. Ce texte, qui s’apparente à un autoportrait, est composite à double titre, dans sa composition et dans ses références, que l’on pense à Queneau et au « néo-français », mais aussi à l’entreprise de déconstruction du monolinguisme que l’on peut trouver chez un Gherasim Luca ou au travail sur la voix qui marque l’œuvre de poètes comme Cadiot ou Prigent, publiés comme Molnár chez POL, il contient aussi des traits spécifiques de la langue hongroise : « l’agglutination, l’indétermination générique, la conjugaison marquée par des suffixes et l’antéposition de l’adjectif ».

En conclusion, une ouverture propose d’élargir la réflexion à « l’écriture translingue de soi à travers les langues » (p. 187). C’est aussi par une interrogation que se termine le livre : est-ce le français qui est propice à cette introspection – on peut penser au modèle des Confessionsde Rousseau – ou bien le fait d’écrire dans une langue seconde ?

Compte rendu : Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018.

Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018, 194 pages. ISSN : 1167-5101 ; ISBN : 979-10-231-0604-6.

La revue Genesis, sous-titrée manuscrits, recherche, invention est une revue internationale de critique génétique de l’Institut des Textes et Manuscrits (ITEM) au sein du CNRS/ENS, elle est publiée deux fois par an par les presses de l’université Paris-Sorbonne. Le numéro 46 est consacré au plurilinguisme littéraire.

Très riche et varié, il se déploie en une introduction de cadrage, suivie d’études et d’inédits sur la question des pratiques d’écriture des écrivains plurilingues. Des varia et une bibliographie génétique 2017 complètent ce volume.

ENJEUX

Olga Anokhina, dont les recherches portent sur la genèse des œuvres des écrivains plurilingues et sur les liens entre plurilinguisme et créativité littéraire, est responsable de l’équipe «Multilinguisme, traduction, création » de l’ITEM (voir ici). Emilio Sciarrino, qui fait partie de l’équipe, a publié sa thèse sur le plurilinguisme littéraire italien. Ensemble, ils signent une longue introduction qui expliquent les enjeux d’une approche génétique des relations du plurilinguisme avec l’écriture et la créativité.

Rappelant que l’analyse littéraire à partir des textes publiés en permet pas de mettre au jour les processus de création des auteurs plurilingues, rappelant également que la perspective nationale adoptée dans l’abord des littératures a conduit à sous-estimé les pratiques plurilingues existant avant la seconde moitié du XXe siècle, ils montrent l’intérêt d’étudier les documents de travail où les langues peuvent intervenir à différents moments et différents degrés, impliquant souvent des pratiques d’autotraduction.

Pour commencer, ils proposent de lever le flou conceptuel qui caractérise cette discipline émergente, où entrent en concurrence, pour désigner les pratiques d’écriture en différentes langues, les termes de « code switching » emprunté à la sociolinguistique, d’hétérolinguisme (Rainier Grutman, Des langues qui résonnent, Québec, 1997) qui vient des études littéraires ou encore de translinguisme (Steven Kellman, The Translingual imagination, Lincoln, 2000), autant de termes qui peuvent être utiles pour désigner des processus particulier de la création en plusieurs langues, mais ne sont pas équivalents. Conformément aux usages européens, ils réservent le terme de multilinguisme à l’espace social et celui de plurilinguisme pour désigner les écrivains et leurs textes tandis que les termes précédemment cités seront utilisés de manière plus ponctuelle pour désigner des stratégies particulières.

L’étude du plurilinguisme, qui s’est développée d’abord en linguistique avec l’ouvrage fondateur de Uriel Weinreich (Languages in contact, New York, 1953), a mis en évidence plusieurs phénomènes d’interférencesentre les langues, principalement le changementet le mélange, qui apparaissent aux niveaux phonétiques, lexicaux et syntaxiques. Dans le domaine littéraire, c’est à Mikhaïl Bakhtine (Problèmes de la poétique de Dostoïeski, 1929, traduit en français en 1970) que l’on doit la notion de polyphonie, concernant non pas seulement les langues, mais les registres et les discours sociaux. Les approches philosophies (Deleuze, Derrida) ont prolongé la réflexion en faisant apparaître les enjeux politiques et et éthiques, mais se sont éloignées de l’analyse des textes et des processus créatifs eux-mêmes.

L’originalité de l’approche génétique est de repartir des archives des écrivains – correspondance, cahiers, journaux personnels, manuscrits, brouillons et documents préparatoires – pour aborder la réalité des situations plurilingues. Sur la base de ces archives, le « profil linguistique » qui se dégage est souvent plus complexe qu’il en paraît : aux cas de bilinguismeou de diglossies’ajoute tout un continuumqui va du bilinguismeau plurilinguisme radicald’un Joyce, nombre d’auteurs considérés comme bilingues (Nabokov, Beckett) étant, en réalité, très bons connaisseurs d’autres langues.

Des travaux récents (voir les ouvrages dirigés ces dernières années par Olga Anokhina) ont constitué une typologie des stratégies d’écriture créatives plurilingues, rappelons notamment :

  • La séparation fonctionnelle des langues (de type texte/métatexte),
  • Le mélange des langues (code-switching),
  • L’écriture parallèle en deux langues,
  • L’écriture consécutive ou l’autotraduction.

Les études réunies plus bas dans le volume complexifient cette liste en montrant des processus d’hybridation, ainsi que le continuumcréatif qui inclut les traductions collaboratives où le dialogue établi avec un tiers traducteur peut conduire à des réécritures.

Cette riche introduction se termine par une réflexion sur la notion de conscience métalinguistique, cette capacité à réfléchir sur le langage en tant que tel, qui se trouve renforcée par les pratiques plurilingues et dont on peut distinguer plusieurs manifestations :

  • L’intérêt intellectuel pour les langues, y compris lorsqu’elles ne sont pas directement utilisées pour l’écriture.
  • La traduction d’autres écrivains.
  • L’invention de langues imaginaires.
  • La réflexion métalinguistique explicite dans les œuvres publiées, les manuscrits ou la correspondance.

ETUDES

Les différentes études qui suivent, richement illustrées de photos de manuscrits portant les traces d’intervention en différentes langues, permettent de dessiner un panorama très diversifié des pratiques d’écriture impliquant plusieurs langues, mettant en évidence des liens toujours riches et complexes qui se tissent entre elles dans la création littéraire des écrivains plurilingues :

  • Hybridations, comme le révèle la genèse d’un poème de Paul Celan, « Huhediblu » où l’allemand, le français et l’anglais s’associent dans des « nœuds hybrides » analysés par Dirk Weissmann qui dévoile aussi le dialogisme sous-jacent avec des citations de Verlaine, Apollinaire et Hans Magnus Ezenberger qui ont inspiré l’auteur.
  • Hétérogénéitéslinguistiques des brouillons qui, outre l’espagnol et l’anglais, marqués par des autotraductions en aller-retour, portent trace des langues étrangères, français, italien, portugais, ainsi que de l’idiolecte familial, marqué par le dialecte Parma-Piacenza, à différentes étapes, et constituent sur le plan linguistique un écho aux hétérogénéités génériques de l’œuvre romanesque de l’écrivain argentin Manuel Puig qu’a étudié Delfina Cabrera.
  • Pratique cachée de l’espagnol et processus d’autotraduction dans la genèse du recueil Mimodrames et Icônesdu poète basque Juan Mari Lekuona, ainsi que le montre Aurélia Arcocha-Scarcia.
  • Ecriture conjointe, marquée par des développements parallèles et des jeux d’influence réciproque, comme le fait apparaître l’étude par Claire Riffard du brouillon en français et en malgache du poème « Presque-songe » de Jean-Joseph Rabearivelo.
  • Annotationsmétadiscursives en anglais ou encore amorcesde poèmes en anglais ou français dans les brouillons de Fernando Pessoa consultés à la Bibliothèque nationale du Portugal par João Dionísio.
  • Autotraductionset jeux sur le matériau sonore, conçus comme des collages– à l’image des montages qu’il utilise dans ses œuvres plastiques – par l’artiste dada Raoul Haussmann dont les brouillons ont été étudiés par Agathe Mareuge, ce qui invite à reconsidérer également la création plastique dans sa relation avec le plurilinguisme des artistes.

 ENTRETIENS

Deux entretiens avec des écrivains plurilingues apportent deux regards très divers : Gao Xingjian, qui associe le plurilinguisme avec une création multimodale : poésie, roman, peinture et cinéma ;LubaJurgenson, dont la réflexion sur le bilinguisme s’appuie sur sa pratique traductrice.

Un ensemble d’entretiens, réalisés par Simona Gallo en 2013, 2015 et 2016, avec l’écrivain Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, font apparaître une création métissée entre l’Orient et l’Occident, mais surtout un dépassement du cadre de l’écriture littéraire, à travers la peinture et le cinéma. Ainsi le film de Gao Xingjian, Le Deuil de la beauté, réalisé en 2013 à partir d’un de ses poèmes, est tourné dans les trois langues que pratiquent l’auteur, chinois français et anglais, sans sous-titrage.

Dans un entretien recueilli par Julia Holter, la traductrice et écrivaine française d’origine russe, Luba Jurgenson, évoque les liens entre les langues et l’expérience corporelle, intime de soi que les mots engendrent en évoquant son enfance russe. Le dualisme corporel se développe dans la pratique de traduction, qui, en retour, réitère pour la traductrice, l’expérience du passageque vit le corps bilingue.

INEDITS

Dans la rubrique des inédits, où il s’agit de faire découvrir des manuscrits encore jamais étudiés, sont publiés deux dossiers génétiques :

Kostis Pavlou analyse trois feuillets du dossier de genèse bilingue du poème « Les libres assiégés » de Dionysios Solomos. On y voit comment la répartition opérationnelle entre le grec, utilisé principalement pour la textualisation et l’italien, qui sert surtout aux notes scénariques (planification et organisation), se complexifie par un certain nombre d’interférences entre les langues qui tendent à remettre en cause la représentation somme toute un peu simplificatrice du rôle de l’italien dans la création poétique de l’auteur.

Emilio Sciarrino présente le « processus de création circulaire » de Giuseppe Ungaretti en suivant le mouvement de traduction et retraduction de « Gridasti : soffoco », un poème initialement écrit en italien, traduit en français en collaboration, puis réécrit en italien à partir de cette expérience traductive, avant d’être une seconde fois traduit en français avec d’autres traducteurs. Le mouvement d’aller-retour, et le dialogue noué par lettres autour des questions d’interprétation, explique l’existence des deux versions du poème et implique aussi de reconsidérer l’ensemble de la genèse du poème en incluant les phases de réception, de traduction collaborative ou d’autotraduction comme des étapes appartenant à un même processus créatif.

A travers l’ensemble de ce volume, on voit aussi comment l’approche génétique du plurilinguisme peut s’enrichir en élargissant ses objets d’une part à la traduction (c’est le programme de recherche que proposent Olga Anokhina et Patrick Hersant, voir le programme ici-même) et en s’attachant également à explorer d’autres formes artistiques (musique, architecture, théâtre, cinéma…) d’autant plus que certains auteurs, comme on l’a vu ci-dessus, associent le plurilinguisme et la création artistique en plusieurs domaines.

 

Annonce : programme 2018-2019 du séminaire d’ ITEM : « Multilinguisme, traduction, création »

Coordination : Olga Anokhina et Patrick Hersant

 

samedi 22 septembre 2018 de 14h30 à 16h30

Patrick HERSANT (Université de Paris 8) : L’étude génétique des brouillons de traducteurs

ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris, Salle à confirmer. Séminaire en commun avec l’équipeValéry de l’ITEM

 

*vendredi 19 octobre 2018 de9h30 à 12h30

– Congrès du cinquantenaire de l’ITEM La critique génétique comme processus :  La génétique dans le monde (Brésil, Argentine, Japon, Italie, Allemagne)

ENS, Salle Dussane

 

vendredi 9 novembre 2018 de 14h30 à 16h30      

Alain AUSONI (Université de Lausanne)  : Mémoires d’outre-langue. Écrire la vie en L2

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 7 décembre 2018 de 16h30 à 18h30

Antonio LAVIERI et Danielle LONDEI (Université de Palerme/Université de Bologne) : Les manuscrits plurilingues des anthropologues. Traductologie et écriture ethnographique

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 159(1erétage)

 

*12-14 décembre 2018 

– Colloque international : Tsvetaieva et l’Europe

Université de Strasbourg /Collège Doctoral Européen

 

vendredi 8 février 2019 de 14h30 à 16h30

Frédéric WEINMANN

« En français dans le texte » : Comment les traducteurs réagissent-ils face aux passages écrits dans la langue d’arrivée ?

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 8 mars 2019 de 14h30 à 16h30

Zlatka TIMENOVA-VALTCHEVA (Université de Lisbonne) : Entre les langues : écriture de haïku et autotraduction(français, bulgare, portugais, anglais…)

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 5 avril 2019 de 14h30 à 16h30

Myriam OLAH (Université de Lausanne) : Traces énonciatives de la langue hongroise dans les textes et les avant-textesd’Agota Kristof

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

*16-17 mai 2019 

– Colloque international : Écriture et traduction entre les langues : manuscrits, imprimés, archives littéraires

Bilbao (Espagne)

 

vendredi 7 juin 2019 de 14h30 à 16h30

Olga ANOKHINA (ITEM) : Quand le plurilinguisme fait vendre : de l’écriture littéraire à l’industrie musicale

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

*12-14 juin 2019

– Colloque international : Genetic Criticism: from Theory to Practice

Cracovie (Pologne)

Publication : Alain Ausoni, Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi

Alain Ausoni, docteur de l’université d’Oxford et maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne, publie:

Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi, Genève, Slatkine Erudition, 2018.

ISBN : 978-2-05-102824-0

Extrait de la 4e de couverture et du sommaire :

Explorant des textes autobiographiques contemporains jugés significatifs, cet essai propose une cartographie des poétiques translingues et montre ce que la pratique d’une langue étrangère fait à l’écriture de soi.

Auteurs étudiés : Andreï Makine, Hector Bianciotti, Vassilis Alexakis, Nancy Huston, Agota Kristof et Katalin Molnár.

Annonce : Ecrire dans / avec les langues : création, expression, réflexion – Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue

Le 18 octobre 2018, de 9h à 17h30, au Centre Censier (salle 410), 13 rue de Santeuil 75005 Paris

Aura lieu une journée d’études organisée par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly, Groupe de recherche : Ecriture et plurilinguisme

DILTEC « Didactique des langues, des textes et des cultures » (EA 2288), 

Présentation :

A la croisée de plusieurs pratiques de création et de formation, les ateliers d’écriture créative en FLE visent à développer et affiner la conscience linguistique en relation avec la sensorialité et les émotions. Dans ce cadre, les textes littéraires et les projets artistiques autour de la langue et des langues offrent des modèles, des amorces et des médiations. Ils ouvrent pour les participants le champ des possibilités d’expression, de création et de réflexion, permettant de transformer le rapport à l’apprentissage et à la notion de maîtrise linguistique. Par le travail qu’ils permettent autour des sentiments et des affects liés aux langues, ils contribuent à la prise de conscience des implications personnelles et subjectives de l’expérience de la pluralité linguistique et culturelle.

Une journée :

  • ouverte aux doctorants et masterants,
  • consacrée aux ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue,
  • faisant suite à la journée du 18 octobre 2017 : « plurilinguisme et arts du langage »,
  • en synergie avec deux matinées sur les « langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (6 février, 29 mars 2018) et une journée autour de « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » (28 novembre 2018).

 

Programme :

9h                   Accueil et présentation de la journée

Ouverture par Valérie Spaëth, directrice du DILTEC (EA2288)

9h15-10h45    « Ecrire dans / avec les langues » : entrée dans les ateliers d’écriture créative

  • Présentation des corpus littéraires, des objectifs des ateliers et des perspectives de recherche
  • Quatre ateliers en parallèle avec une activité emblématique pour chacun (interlangue, traduction, projet d’artiste, sensorialité/réflexivité)
  • Discussion  & bilan collectif

10h45-11h      Pause café

11h-12h          Rencontre avec Yolande Zauberman, écrivaine et réalisatrice

  • Auteure, avec Paulina Mikol Spiechowicz, de Les mots qui nous manquent, Calman Lévy, 2016
  • Questionnements littéraires et artistiques autour de la pluralité des langues et des cultures

12h-14h          Déjeuner

14h-15h30      Diversité des ateliers d’écriture : visées professionnelles et psycho-sociales

  • « Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs » par Alain André (directeur pédagogique d’ALEPH-Ecriture)
  • « Vers une voix-peau plurilingue : l’atelier d’écriture dans un milieu de soin » par Sara Greaves (LERMA, université Aix-Marseille)
  • Discussion : supports, contextes, visés, enjeux : convergences et spécificités

15h30-15h45 Pause café

16h-17h30      Table ronde : retour sur les ateliers plurilingues à l’université avec des enseignants-chercheurs du DILTEC

  • Créativité/réflexivité, performances/compétences : spécificité des apports des ateliers d’écriture
  • Pistes d’analyse et de réflexions sur les productions des apprenants (DULF et DUEF 2017-2018)
  • Discussion : transferts de pratiques, partages d’expérience, passerelles vers formation et recherche

17h30             Clôture

Annonce : colloque « Ecritures créatives » à l’université catholique de l’ouest – Angers

6, 7 et 8 juin 2018 à Angers

Représentations contemporaines, processus créatifs et nouveaux enjeux professionnels

Articuler recherche et professionnalisation

Le colloque s’inscrit dans un contexte où les dispositifs d’éducation et de formation sont de plus en plus perméables aux pratiques d’écritures créatives. Outre les dimensions éthiques, anthropologiques et littéraires, seront interrogés les processus d’écriture créative à l’œuvre dans les domaines éducatifs (universitaires, scolaires, périscolaires), professionnels (insertion sociale, développement personnel, entreprise, domaine thérapeutique) et personnels.

On se demandera alors quels sont les enjeux contemporains de ces pratiques inédites en termes d’évolution des représentations, de transferts de compétences, de processus de création, d’autodidaxie…

Ce colloque interdisciplinaire se conçoit comme un espace de rencontres, de croisements et d’échanges ouvert à des chercheurs, des enseignants, des formateurs et des professionnels des domaines concernés.

4 axes

  • Axe 1 : Écrire, ça s’apprend ?
  • Axe 2 : Transmission et transfert de compétences
  • Axe 3 : Anthropologie et développement personnel
  •  Axe 4 : Écritures, nouvelles technologies et nouvelles sociabilités

Programme :

http://ecritures-creatives.uco.fr/navigation/programme/programme-du-colloque-8400.kjsp?RH=2344957599882752

L’écriture créative dans une perspective plurilingue et en contexte de français langue étrangère sera abordée dans plusieurs communications.

Présentation de l’atelier d’écriture « Langue et littérature au XXe siècle »

 Atelier proposé en DUEF 1  – Diplôme universitaire d’études françaises, Sorbonne Nouvelle-Paris 3

étudiants internationaux niveau B2-C1

par Anne Godard au 2e semestre 2018

Intitulé du cours : « Langue et littérature au XXe siècle »

Objectifs :

  • Explorer les liens entre langue et littérature à travers un atelier de lecture/écriture
  • Lire et écrire sont liés comme pratique d’exploration
  • Explorer et jouer avec la langue comme l’ont fait les écrivains au XXe siècle
  • Découvrir des auteurs plurilingues et pluriculturels et partager leur expérience de la création en langue étrange/étrangère
  • Découvrir la littérature contemporaine en allant à la rencontre des écrivains

Organisation du cours :

Le cours est organisé comme un atelier de lecture/écriture

  • Lecture d’auteurs plurilingues qui réfléchissent à leur expérience langagière
  • Travaux d’écriture à chaque séance pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle
  • La plateforme icampus sert au partage des documents écrits

Parcours pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle

  • En ouverture : entrer dans l’écriture, dans la langue, dans la littérature entrer dans les mots, dans la langue : donner et recevoir, oser ou ne pas oser
  • Ensuite : exploration de la langue dans sa matérialité : la langue-matière
  • Enfin : exploration de l’identité altérée par le changement de langue
  1. Ouverture : entrer dans l’écriture, entrer dans la langue : don et autorisation

On entre dans l’atelier / dans la langue par un « mot de passe » à partir duquel on associe

  1. Nommer, normer, faire exister : oral, écrit, mots interdits, mots inventés

On explore la langue, la manière dont on perçoit sa/ses normes, oral / écrit

  1. La langue : formes et sons, image et musique

On regarde et on écoute la langue : formes et sons

  1. Partage des langues, identité et représentation

On explore l’identité plurielle, les mises en scène de soi

  1. Partir, arriver, seuils, métamorphoses : le voyage dans/vers une autre langue

Quand le partage se fait mouvement dans l’espace et le temps, un avant/après, ici/là-bas

  1. Mémoire, temporalité, transmission

On s’interroge sur la mémoire, le rapport au temps, les figures de médiation

Corpus :
  • textes réflexifs d’auteurs plurilingues :  Huston, Mizubayashi, Cheng, Sa, Esteban, Alexakis, Laferrière, Chamoiseau, Green, Baron-Supervielle,
  • textes d’exploration et de jeux sur la langue : Queneau, Tardieu, Michaux, Leiris…

Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme

Le carnet de recherches s’ouvre à la présentation du projet « Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme ».

Il permettra d’en suivre le déroulement et les prolongements à travers des comptes rendus de travail et de lecture, des présentations de démarches et  de corpus.

GROUPE DE TRAVAIL :

Porté par une équipe d’enseignantes de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 :

  • Déborah Aboab,
  • Anne Godard,
  • Virginie Rajaud-Allaneau,
  • et Donatienne Woerly,

Ce projet de recherche-action comporte :

  • un volet pédagogique : ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme,
  • un volet recherche : réflexions autour des relations littérature / plurilinguisme / apprentissage / création.

PRESENTATION DES ATELIERS :

Mis en place à l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, les ateliers d’écriture sont destinés à des apprenants de niveau A2 à B2 dans les diplômes de langue et culture françaises (DULF et DUEF). Ils visent principalement à développer leur sens de la langue ainsi que la conscience réflexive qu’ils peuvent avoir de leur parcours langagier.

Ces ateliers s’inscrivent dans un champ déjà balisé : tradition déjà ancienne d’ateliers d’écriture en français langue étrangère, encouragée dans la perspective communicative et actionnelle promue dans l’enseignement des langues par le Cadre européen et pratiquée au DULF dans des ateliers faisant intervenir des écrivains depuis 2008 ; reconnaissance croissante d’un important corpus littéraire contemporain d’œuvres écrites par des écrivains plurilingues ayant le français comme langue d’écriture ; pratique en expansion d’ateliers d’écriture explicitement plurilingues, selon des visées qui peuvent être linguistiques, socio-culturelles et anthropologiques.

Dans le cadre de nos ateliers, nous articulons les dimensions linguistiques, créatives et réflexives à plusieurs niveaux :

  • sensibilisation à la matière de la langue (dimensions sonores et graphiques, polysémie, connotations, registres, expressions figurées) ;
  • questionnements et jeux créatifs autour des différentes notions de transferts (perte et don, appropriation) ;
  • pratiques créatives de traduction et travail sur la notion d’intraduisible ;
  • réflexions autour du rapport à la langue / aux langues, des parcours biographiques et de l’identité langagière.

PERSPECTIVES DE RECHERCHES

Dans la pratique comme dans la réflexion qui l’accompagne, nous envisageons ces ateliers d’abord comme un lieu d’expérimentation et d’exploration d’un rapport à la langue qui peut prendre également une dimension artistique, à travers des projets qui mettent en relation le visuel, le sonore et le langagier.

Dans un second temps, nous espérons, par l’analyse des productions, contribuer à décrire les mécanismes de passage d’une langue à l’autre, d’interférence, d’alternance, d’effets d’étrangéité ou d’étrangéisation de/dans la langue. Ce faisant, il s’agit pour nous de mieux comprendre l’articulation entre conscience ou surconscience linguistique, création et appropriation.

Enfin, à travers ces expérimentations pratiques, nous nous interrogeons sur l’articulation avec la création artistique et littéraire contemporaines et la réflexion philosophique sur les arts et le langage.

PROLONGEMENTS

Les prolongements en lien avec la formation dispensée à Paris 3 en didactique du FLE sont les suivants :

  • implication d’étudiants de Master 1 et 2 intéressés par les ateliers d’écriture ;
  • constitution de corpus numériques à analyser.

Nous projetons en 2018-2019 l’organisation d’une journée d’études consacrée aux ateliers de lecture/écriture plurilingue dans une perspective créative et formative en l’ouvrant à différents enjeux :

  • explorer le corpus de la littérature contemporaine où expériences d’exil, plurilinguisme, création langagière et artistique se trouvent articulés ;
  • interroger les catégories telles que langue maternelle / langue étrangère dans l’écriture autour de la notion de création langagière.

Parutions récentes : littérature, plurilinguisme et traduction

Olga Anokhina nous signale ces deux références consultables en ligne :

  • Revue COSMO : Comparative Studies in Modernism n°11 / 2017: Écrivains en transit. Translinguisme littéraire et identités culturelles | Scrittori in transito. Translinguismo letterario e identità culturali, a cura di Franca Bruera, Centro Studi Arti della Modernità, Università degli Studi Torino.

Sommaire et articles en téléchargement

http://www.ojs.unito.it/index.php/COSMO/issue/view/268

  • La main de Thôt n° 2 – Traduction, plurilinguisme et langues en contact (2014,  mis à jour à l’occasion de la  remise en ligne 2017)

La main de Thôt : Théorie, enjeux et pratiques de la traduction, est une revue scientifique multilingue de l’Université de Toulouse II – Le Mirail

Sommaire et articles en téléchargement :

http://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=87

Annonce d’un séminaire doctoral « Les langues des écrivains », Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Les langues des écrivains

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : Centre Censier 13 rue de Santeuil 75005 Paris, 

Salle 410, trois séances les 25/01, 08/02 et 08/03 de 14h à 18h 

Jeudi 25 janvier 2018 :

Emilio Sciarrino, « Plurilinguisme et création littéraire » (Répondants : Fabiana Bartuccelli, Melissa Melodias et Rafael Mendes).

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur le plurilinguisme littéraire en poétique et didactique.

Jeudi 8 février  2018 :

Pascal Lefranc, « Les langues de Michel Chaillou » (Répondants : Valérie Ducrot, Alexis Hubert et Shungo Morita) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur la notion de langue(s) d’un écrivain en poétique et didactique.

Jeudi 8 mars 2018 :

Anne Godard, « Langue maternelle et autres : la familière étrangeté des métaphores familiales » (Répondants : Carla Campos Cascales, Sonia Delmas) ;

Daniel Delas : « Les écrivains africains francophones et leurs langues » (Répondants : Rosalie Ghanem, Charlotte Guennoc et Hanène Oueslati) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion et bilan du séminaire.

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations fortes de la théorisation et de la didactisation des langues et des cultures-littératures :

  • Les écrivains entre style et manière participent à la fois de l’entretien et de l’invention des langues ; qu’en est-il au juste de leur rapport à la langue, aux langues dans la(les)quelle(s) ils écrivent dans un monde où le plurilinguisme, les traductions, les migrations constituent des circonstances toujours singulières mais certainement très prégnantes pour bon nombre d’entre eux.elles ?
  • Poser soit comme « une sorte de langue étrangère » ainsi que Proust le suggérait, soit comme toujours singulière si ce n’est familière voire transparente, la langue dans laquelle s’écrivent les discours littéraires, montrerait la tension à l’œuvre entre des représentations et des pratiques, entre des usages et des conceptualisations. Cette tension ne permet pas de régler a priori les conflits inévitables dès que discours puisque « la seule manière de défendre une langue, c’est de l’attaquer » (encore Proust !) – ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes didactiques.

Le séminaire organisera trois moments forts autour de ces problèmes en invitant à chaque fois un écrivain ou un critique spécialiste d’un écrivain puis, après avoir interrogé son parcours du point de vue de ses langues au travail, en tentant à partir de ce premier échange une reconceptualisation de la (des) langue(s) des écrivains – qui est peut-être aussi celle de tous les discours où les processus de subjectivation jouent à plein régime…

 

Annonce : 1er décembre, séminaire plurilinguisme et créativité : l’écriture thérapeutique

Le séminaire de l’équipe de recherches  « Multilinguisme, traduction, création » de l’ITEM codirigé par Olga Anokhina et Patrick Hersant sera consacré à un atelier d’écriture plurilingue dans une perspective thérapeutique :

  • le vendredi 1er décembre de 14h30 à 16h30
  • salle 311, ITEM-CNRS site Pouchet (59-61 rue Pouchet 75017 Paris)
  • Sara GREAVES de l’Université d’Aix-Marseille
    présentera sa vision thérapeutique de l’écriture plurilingue :
    Le creative writing plurilingue en milieu médical
    (Dire l’exil)

Cette communication portera sur un atelier d’écriture plurilingue dans un Centre d’Action Médico-Sociale Précoce, le CAMSP Salvator à Marseille. Proposé aux parents plurilingues d’enfants consultant au CAMSP par le Docteur Jean-Luc Di Stefano et Sara Greaves, il sera présenté sous divers aspects : raison d’être, mise en œuvre, cadre théorique, effets thérapeutiques… Des exemples de productions écrites de ces ateliers seront ensuite étudiés sous l’angle d’une stylistique plurilingue.

La trame et les productions d’un atelier comparable, animé dans le cadre du colloque
« Étudier l’exil », organisé par Alexis Nuselovici (Nouss) et Alexandra Galitzine Loumpet
en mai 2015 à AMU et au MUCEM, peut être consultée ici :
http://nle.hypotheses.org/3711.

Cet atelier a réuni des personnes de situations sociales et d’origines diverses, qui ont toutes une histoire personnelle ou familiale qui relève de l’exil. Les pays d’origine sont, entre autres : l’Algérie, l’Egypte, les Comores, le Salvador, l’Iraq, la Syrie, le Liban, Israël, l’Uruguay… Les textes écrits dans le cadre de cet exil sont destinés, dans leur fond et leur forme plurilingue, à faire passer quelque chose de l’expérience subjective de l’exil.

Annonce d’un séminaire doctoral à l’INALCO : « Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ? »

SEMINAIRE DOCTORAL ANNUEL :

Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

(responsable : Frosa Pejoska-Bouchereau INALCO-PLIDAM)

Le séminaire doctoral annuel mis en place en 2016 est destiné aux doctorants et aux enseignants- chercheurs. Il s’agit de développer la réflexion et les recherches des axes 4 « Littérature et culture en didactique des langues » et 3 « Lexique et traduction : quelle didactique ? ».

La problématique est centrée sur : Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

Les travaux sur la littérature et l’usage de la littérature en classe de langue étrangère sont rares. Nous procédons à un double questionnement :

1) La place et l’usage de la littérature en didactique des langues étrangères ?
2) Comment aborder les « nouvelles » littératures nées des bouleversements historiques, sociaux et humains du XXème siècle, les traduire et les enseigner ?

Programme 2017-2018

INALCO- RUE DES GRANDS MOULINS 75013 PARIS Salle 3.15 de 17h00 à 19h00

26.10.2017 – Danielle CONSTANTIN, Holy Motors. La force motrice du français dans l’œuvre de Jack Kerouac

30.11.2017 – Patrick HERSANT, Que nous enseignent les brouillons de traducteurs ?

18.12.2017 – Sara DE BALSI, Pour une poétique de la francophonie translingue

25.01.2018 – Mathilde VISCHER L’œuvre d’Andréas Becker : de la langue étrangère à la langue étrangéisée

16.02.2018 – Gisèle SAPIRO, La circulation internationale des œuvres littéraires: conditions et obstacles

 12.04.2018 – Darko TANASKOVIĆ, Avec ou contre l’étranger qui devient moi ? (La déchirure identitaire des écrivains plurilingues)

17.05.2018 – Anne GODARD, Les langues étranges/étrangères du roman : un parcours dans la littérature française

Annonce d’une matinée d’études – 5 mai 2018 9h-13h : « Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures) »

Dans le cadre des Samedis de l’ED 268 Langage et langues, matinée d’études organisé par Anne Godard et Serge Martin :

« Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures) »

Samedi 5 mai – 9h-13h – DFLE 46 rue Saint-Jacques, 3e étage, salle M

Programme prévisionnel :

Deux conférences :

  1. Hans-Jürgen LUESEBRINK (Université Saarbrücken) : Transferts culturels et traduction : des réénonciations vives(sous réserve)
  2. Serge MARTIN (Sorbonne nouvelle, Paris 3) : La réénonciation de Benveniste à Meschonnic : enjeux pour les didactiques

Deux tables rondes à partir de travaux en cours :

  1. Les ateliers d’écriture plurilingues, une expérience en cours à Paris 3 avec Anne Godard, Donatienne Woerly, Deborah Aboab.
  2. Les lecteurs, les littératures, les didactiques (recherches récentes et en cours) avec Marie Rivière, Zheng Wen, Carla Campos (Sorbonne nouvelle) et Rodrigo Olmeido Judico Becerril (Université nationale autonome du Mexique)

Compte rendu de la journée d’études du 18 octobre 2017 « Plurilinguisme et arts du langage »

 

Compte rendu de la journée d’études du 18 octobre 2017

Journée coorganisée par Anne Godard, Marina Krylyschin et Serge Martin

EA 2288 DILTEC : Didactique des langues, des textes et des cultures

LAPAD : Littératures sans frontières – Approches poétiques, anthropologiques et didactiques,

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Plurilinguismes et arts du langage : pratiques et enjeux en didactique des langues

 

« Le langage est un concept philosophique, unissant une faculté générale de l’humanité à une hypothèse sur les propriétés universelles des langues. La littérature réfléchit le langage au sein des langues et reflète ainsi une contradiction qui fait sa force : elle est un art du langage, non du français, du chinois ou du tagalog ; et cependant, elle s’exprime dans telle(s) ou telle(s) langue(s) pour élaborer des œuvres à vocation internationale.

Ainsi, l’œuvre achevée concrétise-t-elle dans une langue, ou dans plusieurs, une réflexion sur le langage. C’est pourquoi sans doute elle paraît créer sa propre langue, une langue d’art. »

François Rastier introduction à Écrire en langues : littératures et plurilinguisme, co-dirigé avec Olga Anokhina Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2015, p. VII.

 

La journée d’études consacrée aux relations entre plurilinguisme et arts du langage a permis de croiser les regards autour de la création plurilingue, à travers les recherches en linguistique, en littérature et en didactique, et à travers la rencontre avec un écrivain plurilingue dont l’œuvre est marquée par la pluralité créatrice.

Programme :

  1. Deux conférences autour d’écriture plurilingue et de langue « étrangéisée »
  • « Le plurilingue des écrivains à la lumière de la critique génétique » par Olga Anokhina, directrice de l’équipe Multilinguisme, traduction, création, ITEM-CNRS.
  • « Littérature, langue étrangère et étrangéisée », par Frosa Pejoska-Bouchereau, directrice de l’axe Littérature et culture en didactique des langues, PLIDAM-INALCO.
  1. Rencontre avec Hubert Haddad, animée par Hanane Oueslati et Serge Martin
  2. Ateliers littérature et plurilinguisme, de l’école à l’université
  • « L’éveil aux langues à l’école à travers albums et kamishibaï plurilingues » par Anne Bodénant, association D’une Langue à L’Autre (DULALA)
  • « Des ateliers de lecture/écriture autour du plurilinguisme à l’université » par Déborah Aboab, Anne Godard et Donatienne Woerly, membres du LAPAD-DILTEC.

 

Des manuscrits plurilingues à la langue étrangéisée : deux conférences

Les deux conférences de la matinée ont permis de baliser de manière théorique un champ extrêmement vaste, allant de la génétique aux études littéraires, de la création à l’interprétation, du plurilinguisme au sens strict à une conception large de la langue « comme étrangère ».

« Le plurilingue des écrivains à la lumière de la critique génétique »

par Olga Anokhina, directrice de l’équipe Multilinguisme, traduction, création, ITEM-CNRS.

Olga Anokhina travaille en linguiste généticienne sur les manuscrits d’auteurs plurilingues depuis plusieurs années au sein de l’ITEM (Institut des Textes et Manuscrits). Elle souligne que cet objet d’étude était peu reconnu il y a une dizaine d’années et que les politiques éditoriales restent peu favorables à la mise en valeur du plurilinguisme des écrivains, y compris, par exemple pour un écrivain de la stature de Nabokov, qui a écrit et publié en plusieurs langues, mais dont les œuvres, notamment celles de la maturité telle Ada ou l’ardeur, sont éminemment multilingues.

Elle rappelle que le plurilinguisme des écrivains est très ancien, et que l’on a garde des témoignages dans des œuvres médiévales et renaissantes. Au sein de son équipe, le travail génétique repose sur deux contraintes : avoir accès aux manuscrits, ce qui implique qu’ils soient conservés et rendus accessibles aux chercheurs, et maîtriser les langues des écrivains, afin de ne pas limiter les recherches aux plurilinguismes des seules langues européennes ou de l’anglais et d’une autre langue.

Les recherches menées à l’ITEM visent à identifier les stratégies d’utilisation des langues dans les étapes de la création, à quoi les manuscrits – ou plus généralement les documents de travail – donnent accès. Ainsi, on peut repérer les stratégies suivantes :

– la séparation fonctionnelle des langues, lorsque, par exemple, une langue est utilisée pour commenter la création (le latin chez le poète italien Pétrarque au XIVe siècle) ou donner des indications de régie (le français chez Pouchkine) ;

– l’alternance codique ou les interférences linguistiques (code-switching), lorsque les langues se mêlent dans un même énoncé, ce qui peut s’observer à des degrés divers dans les brouillons et dans le texte publié, ainsi dans la littérature « chicanas » des écrivains américains d’origine mexicaine, mais aussi chez des écrivains européens, tels Tolstoï ou Nabokov. La présence, dans l’œuvre publiée, de ces mots étrangers, peut, à son tour, donner lieu à différents procédés, de traduction ou de reformulation.

– l’écriture simultanée en deux langues, qui concerne principalement l’écriture poétique. Elle s’observe chez de rares auteurs, comme le poète malgache Jean-Joseph Rabearivelo dont Claire Riffard a étudié les manuscrits bilingues.

– l’autotraduction ou l’écriture consécutive en deux langue est beaucoup plus courante, de nombreux écrivains choisissant de traduire eux-mêmes leurs œuvres d’une langue à l’autre. Ainsi, est-ce le cas pour Beckett, Huston, Alexakis, dans les deux sens ou pour Anne Weber qui s’autotraduit du français en allemand avant même la parution, ce qui lui permet de retravailler la première version.

Ces stratégies ne sont pas exclusives les unes des autres, elles témoignent de l’enrichissement de la palette expressive que la pratique de plusieurs langues constitue.

  • Olga Anokhina (dir.), Multilinguisme et créativité littéraire, Academia Bruylant/Harmattan, Louvain-la-Neuve, 2012.
  • Olga Anokhina et François Rastier (dir.), Écrire en langues : littératures et plurilinguisme, Paris, Éditions des Archives Contemporaines,

« Littérature, langue étrangère et étrangéisée »

par Frosa Pejoska-Bouchereau, directrice de l’axe Littérature et culture en didactique des langues, PLIDAM-INALCO.

L’objet d’étude de Frosa Pejoska-Bouchereau n’est pas, à strictement parler, le plurilinguisme, même si, de fait, beaucoup des écrivains qu’elle étudie sont plurilingues. Ce qui l’intéresse, c’est de voir comment, confrontés à l’anéantissement, aux migrations, à l’exil ou à la déportation, les écrivains survivants ont été amenés à « étrangéiser » leur langue d’écriture pour dire ce réel étranger. Là encore, les procédés peuvent être très divers, et le plurilinguisme des écrivains peut être mise à contribution, d’autant que les langues sont souvent parties prenantes de l’expérience, qu’il s’agisse du yiddish et de l’allemand, langues interdites ou cachées, marquées par la Shoah (voir Piotr Rawicz et Aharon Appelfeld) ou qu’il s’agisse de la perte de la langue unique dans l’exil (l’écrivain croate Miroslav Kurleja parle ainsi de la « yoyoisation » du monde).

Le roman accueille cette expérience d’étrangéisation du réel par différents procédés, qui peuvent aller de l’usage incongru des mots, à l’insertion de fragments de discours en langue étrangère, et à une sorte de hantise de la langue maternelle dans la langue d’écriture.

L’écrivain hongrois Imre Kertesz étrangéise la langue dans Etre sans destin par un usage des mots totalement incongru pour décrire la réalité du camp où il a été déporté. A travers l’arbitraire du langage, c’est l’arbitraire illimité du camp d’extermination qui est rendu sensible.

Significative est l’œuvre de George-Arthur Goldschmidt, né en Allemagne, caché en France durant la guerre – sa langue maternelle lui étant alors interdite pour sa propre survie – qui est revenu vers l’allemand par la traduction notamment de Handke, Nietzsche ou Kafka. Celui-ci qui explique son rapport complexe à cette langue dissimulée et interdite dans plusieurs textes autobiographiques centrés autour de l’exil, la déportation, l’interdit linguistique (voir Le poing dans la bouche, Une langue pour abri, A l’insu de Babel). Ecrivains de l’entre-deux langues, ces auteurs ont conscience qu’ils sont des seuils entre deux mondes.

 

Rencontre avec Hubert Haddad, animée par Hanane Oueslati et Serge Martin

Hubert Haddad répond aux questions de Hanae Oueslati afin de retracer un parcours intellectuel.

De son enfance en Tunisie, dans une famille juive dont l’histoire est marquée par l’exil et la conscience de la précarité, il retient le paradoxe d’avoir grandi baigné dans la culture et la langue arabes, alors que ses parents ne lui ont pas transmise : de là probablement une conscience aiguë de la position de l’écrivain : « Un écrivain, c’est quelqu’un qui est dans l’énigme de la langue », sans origine décelable, « l’écrivain est dans l’inquiétude de la langue comme un lieu d’origine multiple ». Cette inquiétude, valable pour tout écrivain, est d’autant plus marquée avec la situation d’exil et la relation à une langue maternelle qui n’a pas été partagée.

Mais Hubert Haddad nous parle aussi de ses voyages dans la littérature : à travers des passions, comme celle qu’il a pour les haïku et pour la culture japonaise ou l’expérience des ateliers d’écriture qu’il a longtemps donnés, et dont il a réuni le matériau foisonnant dans le Nouveau magasin d’écriture. Il nous conduit aussi à parcourir les différentes veines de ses inspirations : l’imaginaire, avec le mouvement de la « nouvelle fiction » dont il a été un des initiateurs et l’écriture de recueils de nouvelles ; l’exploration romanesque du passé joignant la Bible aux origines indiennes et aux conquêtes européennes (Premières neiges sur Pondichéry, à la la recherche d’un royaume juif mythique fondé au Xe siècle et détruit par l’Inquisition) ; l’interrogation des non-dits de l’histoire et de la colonisation, les enfants-soldats en Afghanistan ou encore des dangers des manipulations de l’humain (Corps désirables). A travers cette pluralité d’inspirations, ce sont aussi les analogies que l’on découvre à travers l’étymologie et l’imaginaire : chaque mot faisant métaphore, et permettant les déplacements, les images, l’évocation, dans une même langue, d’un tissage d’influences et d’évocations possibles.

Pour finir, les voyages qui le conduisent régulièrement en Algérie et son goût du dialogue culturel l’a conduit à fonder la revue Apulée, en hommage à ce Berbère, inventeur du premier roman de l’Antiquité en latin. Il s’agit en effet de revenir sur les relations culturelles entre les deux rives de la Méditerranée, en partant de l’autre côté, d’ouvrir ainsi un espace de réflexion décentré, et de réinventer la langue avec des contrastes de culture et de vécu.

 

Ateliers littérature et plurilinguisme, de l’école à l’université

L’après-midi a été consacrée à la présentation d’ateliers d’écriture plurilingues, proposés à l’école, dans le cadre de l’éveil aux langues, et à l’université, dans des diplômes de langue et culture françaises pour des apprenants de niveau A2 à B2.

Le fil directeur commun est d’entrer dans le plurilinguisme à partir d’œuvres littéraires et dans une perspective d’écriture créative. A l’école, les albums plurilingues et le dispositif théâtral du kamishibaï permet de développer des activités langagières autour des langues des élèves et de la découverte de langues inconnues. A l’université, les textes multilingues, ou portant témoignage du parcours plurilingue de leur auteur, sont utilisés comme déclencheur d’écriture de développer le sens de la langue des étudiants et la conscience réflexive qu’ils peuvent avoir de leur parcours linguistique.

L’ancrage théorique commun, de l’école à l’université, est tout d’abord la reconnaissance et la valorisation du plurilinguisme dans l’apprentissage des langues, à la frontière entre politiques linguistiques, sociolinguistique et didactique, avec une dimension anthropologique de la réflexion sur l’identité linguistique et culturelle et sur les parcours d’apprentissage et d’intégration culturelle.

On peut également considérer que nous avons en commun une démarche d’éveil aux langues selon les objectifs suivants :

  • Sensibilisation à la diversité des langues et des cultures : ouverture sur l’autre
  • Intégration positive du plurilinguisme des élèves / des apprenants : représentation de soi comme pluriel
  • Développement de la conscience linguistique : capacité de transferts d’une langue à l’autre
  • Développement de la réflexivité dans l’apprentissage : capacité de retour sur l’expérience et d’orientation du parcours dans les langues/cultures

Enfin, ces ateliers sont indissociables d’un objectif de la formation des enseignants. Pour l’école, l’association DULALA crée et diffuse du matériel, des démarches, des activités et accompagne des équipes éducatives pour intégrer l’éveil au langues au quotidien. A l’université Paris 3, les diplômes de langue sont intégrés à la dynamique de formation du Master de didactique des langues par le biais des observations de classe.

« L’éveil aux langues à l’école à travers albums et kamishibaï plurilingues » par Anne Bodénant, association D’une Langue à L’Autre (DULALA)

Anne Bodénant commence par présenter l’association DULALA et ses missions (voir www.dulala.fr).

Elle présente le contexte culturel et sociolinguistique (un quart des locuteurs en France étant en position de bilinguisme, et un tiers en région parisienne), tandis que les enseignants peinent encore à encourager le bilinguisme et continuent trop souvent d’opposer les langues, en considérant qu’il serait nocif pour l’apprentissage du français de valoriser les langues familiales.

Le kamishibaï, dispositif narratif venu du Japon, permettant de raconter une histoire en montrant les images comme dans un petit théâtre, est devenu un support privilégié d’activités d’éveil aux langues, par les possibilités qu’il offre de dissocier les images du texte et par l’initiative de DULALA de monter un concours de création de kamishibaï plurilingue, ouvert aux écoles depuis trois ans. Les activités proposées impliquent aussi les parents, qui sont invités aux ateliers, et peuvent ainsi entamer un dialogue avec l’école en partageant des mots, des histoires, des chansons mettant en jeu les langues familiales. Des outils complémentaires, telle la roue des émotions plurilingues ou le jeu des sept familles plurilingues, ont été développés et permettent de transformer la manière dont les langues sont perçues et accueillies au sein de l’école.

  • Nathalie Auger, Comparons nos langues. Démarche d’apprentissage du français pour les enfants nouvellement arrivés, Cédérom, CRDP de l’académie de Montpellier, 2006.
  • Martine Kervran, Les langues du monde au quotidien, cycle 1. CRDP de Bretagne, SCEREN-CNDP, 2012 ; cycle2/ cycle 3 (rééd revue et corrigée 2013, 1re éd. 2006).

 

« Des ateliers de lecture/écriture autour du plurilinguisme à l’université » par Déborah Aboab, Anne Godard et Donatienne Woerly, membres du LAPAD-DILTEC.

A l’université, les ateliers d’écriture plurilingues s’inscrivent dans un champ déjà en partie balisé :

Tout d’abord, ils se rattachent à l’existence traditionnelle des ateliers d’écriture en FLE, revus récemment dans la perspective actionnelle de la pédagogie de projet et d’une utilisation poétique et esthétique de la langue telle qu’elle est évoquée par le CECRL.

  • Anne Godard (dir.), La littérature dans l’enseignement du FLE, Paris : Didier, 2015.

D’autre part, la littérature d’auteurs plurilingues est un champ qui commence à être bien exploré en FLE, à travers des appellations diverses : écrivains bilingues, plurilingues, translingues. Il s’agit ici de décrire un fait biograhique, l’existence d’au moins deux langues qui, potentiellement, pourraient être langue d’écriture, même s’il y a des passages très différents : passage chronologique d’une langue à l’autre ou décalage dans la possibilité d’une expression/réception littéraire dans une seule des deux langues, ou co-existence et allers-retours possibles.

  • Robert Jouanny, Singularités francophones, Paris : PUF, 2000.
  • Anne-Rosine Delbart, Les exilés du langage. Un siècle d’écrivains venus d’ailleurs (1919-2000, Limoges : PULIM, 2005.
  • Véronique Porra, Langue française, langue d’adoption : une littérature « invitée », entre création, stratégies et contraintes (1946-2000), Hildesheim : Georg Olms Verlag, 2011.
  • Alain Ausoni, En d’autres mots. L’écriture translingue de soi, thèse sur l’autobiographie des écrivains translingues, à paraître, Genève : Slatkine, 2018..

On peut ajouter la notion d’hétérolinguisme, qui vient de Rainier Grutman, et qui désigne la représentation à l’intérieur de l’œuvre littéraire de la diversité linguistique, en la pensant en continuité avec d’autres phénomènes d’hétérogénéité énonciative ou discursive. Cette dernière distinction, nous conduirait à parler d’écrivains plurilingues, de textes multilingues, et d’œuvres hétérolingues.

  • Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au XIX e siècle québécois, Montréal : Fides-CÉTUQ, 1997.

Enfin, nous nous plaçons dans une dynamique actuelle à l’université, qui fait de l’atelier d’écriture plurilingue un lieu spécifique de formation où il s’agit de faire écrire de manière créative en s’appuyant sur des textes d’écrivains plurilingues, et aussi d’intégrer le plurilinguisme dans les textes produits, c’est-à-dire d’aboutir à des textes hétérolingues. Le public est constitué de classes pluriculturelles et plurilingues, pour lesquelles on postule un effet « miroir » de l’expérience, comme déclencheur de réflexivité, d’« autorisation » à l’expression subjective et aussi au « droit de mal écrire », en jouant sur les différents codes.

  • Voir les articles de Noëlle Mathis et de Chantal Dompmartin-Normand, Carnets N°7 – Plurilinguisme et migrations dans la littérature de langue française, Revue électronique d’études françaises de l’APEF, 7 | 2016.

Les ateliers présentés s’adressent à des apprenants de niveaux intermédiaire et avancé dans l’enseignement supérieur français (DULF et DUEF1). Ils sont mis en place dans trois cours semestriels, niveaux A2 à B2-C1 et visent la constitution d’un corpus de textes créatifs et réflexifs d’apprenants plurilingues. A l’issue de l’expérience, nous chercherons à faire un bilan sur différents aspects :

  • Motivation apportée par le projet créatif (individuel et collectif)
  • Implication des apprenants dans la démarche réflexive
  • Retour sur les notions de sur/conscience linguistique et d’appropriation
  • Analyse des productions en pouvant décrire les mécanismes de passage d’une langue à l’autre, d’interférence, d’alternance, d’effets d’une « étrangéité » dans la langue.

A partir de là, nous chercherons à développer de plusieurs façon une articulation avec la formation de futurs enseignants :

  • Travail réflexif sur leurs propres répertoires langagiers
  • Observation et participation aux ateliers
  • Découverte d’un corpus littéraire et d’approches pédagogiques (lecture/écriture créative/réflexive)

Un premier bilan de ces ateliers sera proposé lors d’une matinée d’études doctorales, le samedi 5 mai. Voir ci-dessous.

 

Tout au long de cette journée, de nombreux échos sont apparus entre d’une part les écrivains, abordés par le biais des manuscrits, par leurs œuvres, ou par leur témoignage direct, et d’autre part, les élèves ou apprenants, dont le plurilinguisme est également une dimension à la fois d’inquiétude et de créativité, dans un entre-deux où les intraduisibles sont les lieux où l’expérience se catalyse dans une forme.

Anne Godard

 

Nous vous invitons à prolonger la réflexion le 5 mai, lors de la matinée d’études doctorales coordonnée par Anne Godard et Serge Martin dans le cadre des Samedis de l’ED 268 Langage et langues :

Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures)

Samedi 5 mai – 9h-13h 46 rue Saint-Jacques, salle M

Programme prévisionnel :

Deux conférences :

  1. Hans-Jürgen LUESEBRINK (Université Saarbrücken) : Transferts culturels et traduction : des réénonciations vives(sous réserve)
  2. Serge MARTIN (Sorbonne nouvelle, Paris 3) : La réénonciation de Benveniste à Meschonnic : enjeux pour les didactiques

Deux tables rondes à partir de travaux en cours :

  1. Les ateliers d’écriture plurilingues, une expérience en cours à Paris 3 avec Anne Godard, Donatienne Woerly, Deborah Aboab.
  2. Les lecteurs, les littératures, les didactiques (recherches récentes et en cours) avec Marie Rivière, Zheng Wen, Carla Campos (Sorbonne nouvelle) et Rodrigo Olmeido Judico Becerril (Université nationale autonome du Mexique)

Journée d’étude le 18 octobre 2017 – Littérature et plurilinguisme

DILTEC- Didactique des Langues, des Textes et des Cultures (EA 2288) Groupe de recherche
Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques (LAPAD)

Plurilinguisme et arts du langage – Pratiques et enjeux en didactique des langues et des cultures

 18 octobre 2017 de 9h à 17h30 – ouverte à tous

Maison de la Recherche (salle Claude Simon)

4, rue des Irlandais-75005 Paris
organisée par Anne Godard, Marina Krylyschin et Serge Martin

 

Présentation de la journée

Le plurilinguisme, qui est une donnée pour un grand nombre de locuteurs, est reconnu de plus en plus également comme une valeur, contribuant à la formation personnelle et à la créativité. Nous proposons de l’aborder à travers le prisme de la création littéraire afin d’en éclairer les aspects génétiques, poétiques et didactiques. L’enjeu de la journée sera pour nous de montrer comment peuvent s’articuler recherche, création et pratique pédagogique.

La matinée nous permettra d’entrer dans le cœur du sujet en commençant par le laboratoire de l’écriture : l’étude des manuscrits plurilingues et ce qu’elle nous apprend sur les processus de la création littéraire. Il s’agira également au cours de la matinée d’être à l’écoute de la manière dont la littérature et la langue peuvent être « étrangéisées » par les écrivains contemporains.

Ces deux premières interventions constituent une occasion de dialogue avec deux laboratoires dont les thématiques de travail entrent en résonance avec les nôtres : l’équipe Multilinguisme, traduction et création au sein de l’Institut des Textes et Manuscrits (ITEM) du CNRS, et l’axe Littérature et culture en didactique des langues au sein de l’équipe de recherche Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiations (PLIDAM) de l’INALCO, qui est un des deux partenaires de notre Master co-habilité.

Une rencontre avec Hubert Haddad, écrivain de langue française, né à Tunis en 1947, dont l’œuvre multiple et les activités de poète, de romancier (notamment Palestine, prix Renaudot du livre de poche en 2009, et Dernière neige sur Pondichéry en 2017), d’historien d’art, d’essayiste et de directeur de la revue Apulée, témoignent de la richesse d’une pensée construite entre plusieurs langues et plusieurs cultures, constituera le centre de la journée. L’entretien mené par une doctorante travaillant sur l’œuvre de Hubert Haddad, et les lectures d’extraits de ses œuvres, permettront de mieux saisir les éléments caractéristiques de son expérience langagière et de son parcours d’écrivain.

Au cours de l’après-midi, nous ouvrirons les portes des classes pour voir comment des ateliers de lecture/écriture autour du plurilinguisme permettent, de l’école à l’université, de développer la conscience linguistique, l’ouverture à la diversité des langues et des cultures, et la capacité à intégrer dans un parcours personnel des expériences langagières plurielles. Le matériel pédagogique, élaboré par l’association DULALA, promouvant l’éveil aux langues dans le cadre scolaire, sera présenté au cours de l’après-midi, ainsi que les démarches et les activités qui les accompagnent. Nous présenterons ensuite un projet d’ateliers d’écriture créative autour du plurilinguisme qui sera mené en 2017-2018 dans les diplômes universitaires de langue française de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Programme

9h : ouverture de la journée  par Valérie Spaëth, directrice du DILTEC et Serge Martin (LAPAD-DILTEC)

Réflexions — le plurilinguisme et les littératures :

9h15-11h15 : Deux exposés suivis d’une table ronde

  • « Le plurilinguisme des écrivains à la lumière de la critique génétique » par Olga Anokhina, directrice de l’équipe Multilinguisme, traduction, création, ITEM-CNRS ;
  • « Littérature, langue étrangère et étrangéisée », par Frosa Pejoska-Bouchereau, directrice de l’axe Littérature et culture en didactique des langues, PLIDAM-INALCO.
  • Table ronde-discussion avec Fabiana Bartuccelli, Anne Godard, Marina Krylyschin et Serge Martin

Lecture et rencontre avec un auteur :

  • 11h30-12h30 : Hubert Haddad, poète, romancier (notamment Palestine, prix Renaudot du livre de poche en 2009, et Dernière neige sur Pondichéry en 2017), historien d’art, essayiste et directeur de la revue Apulée. (animation : Hanane Oueslati)
  • 14h00-14h30 : café littéraire (suite de la matinée avec Hubert Haddad animée par Serge Martin)

Ateliers littérature et plurilinguisme, de l’école à l’université

14h30-17h30 éveil aux langue et ateliers autour du plurilinguisme

  • « L’éveil aux langues à l’école à travers le kamishibaï plurilingue » par Anne Bodénant, association D’une Langue à L’Autre (DULALA) ;
  • « Des ateliers de lecture/écriture autour du plurilinguisme à l’université » par Déborah Aboab, Anne Godard et Donatienne Woerly.
  • Synthèse par Anne Godard, Marina Krylyschin et Serge Martin

« Ma « love-hate relationship » avec le français », un texte de Manon X.

 

Globe-trotter, avide de liberté depuis toujours, Manon a quitté la France il y a quinze ans, en se promettant de ne jamais y revivre. Professeure de langues depuis dix ans, d’abord d’anglais, puis de français, elle parcourt le monde en essayant de transmettre la passion qu’elle a pour les langues étrangères et l’intérêt qu’elle voit à pouvoir communiquer en plusieurs langues.

 

Je crois que j’ai toujours eu une fascination pour les langues et je pense que cela a commencé très jeune avec la musique. Mon père écoutait principalement de la musique anglophone à la maison et je chantais à tue-tête avec les Beatles et les Doors, sans comprendre ce que je disais bien sûr. J’étais envoûtée par la musique et par ce langage que je ne comprenais pas. J’ai voulu apprendre l’anglais très tôt et j’ai eu la chance de pouvoir le faire. Je pensais que tous les gens qui n’étaient pas français parlaient cette autre langue et je voulais être capable de parler avec les gens du monde entier. A l’âge de 10 ans, je décortiquais les textes de chansons que j’aimais pour essayer d’en faire sens. Armée de mon dictionnaire bilingue, je les traduisais dans un cahier. Je lisais aussi Agatha Christie en version originale et je relevais tous les mots inconnus. Parler anglais a été la première chose que j’ai vraiment voulue. Parcourir le monde a été la seconde et dépendait de la première de mon point de vue. J’ai appris d’autres langues, mais l’anglais a longtemps été ma priorité.

Je n’ai jamais vraiment réfléchi au pourquoi jusqu’à récemment, mais quand j’ai quitté la France il y a quinze ans, j’ai rejeté le français. Il a cessé d’être ma langue de communication principale et les deux premières années pendant lesquelles j’ai vécu à l’étranger, j’ai à peine parlé français et c’était une sorte de libération pour moi. Je parlais en anglais, je pensais en anglais et je rêvais en anglais. Je ne crois pas avoir même lu un livre en français pendant ces deux ans. Je ne sais pas si je sur-analyse en mettant en relation le fait que j’avais une relation très conflictuelle avec ma mère et le fait que j’ai rejeté ma langue maternelle avec tant d’ardeur. Toutes les choses désagréables que j’avais vécues avaient été exprimées en français. Je vivais sur un autre continent et je voulais mettre autant de distance que possible avec ma vie d’avant.

J’associe l’anglais à la liberté. Grâce à l’anglais, j’ai pu quitter la France où je me sentais à l’étroit, mal à l’aise, pas à ma place. J’ai pu vivre et travailler dans plusieurs pays parce que je parlais anglais. Qu’on le déplore ou non, c’est la langue internationale et elle me permet de communiquer partout où je vais dans le monde. Quand j’ai vécu au Cambodge, j’ai pu rencontrer et discuter avec tellement de personnes différentes grâce à l’anglais. Je me suis retrouvée un jour en pleine campagne avec une roue de scooter crevée et j’ai eu une conversation très intéressante avec un jeune Cambodgien qui avait appris l’anglais à la pagode de son village. J’associe l’anglais à l’ouverture sur le monde, aux rencontres, et malgré la misanthropie qui s’empare parfois de moi, c’est l’une des choses qui me font vibrer.

Ce que j’aime aussi beaucoup en anglais, c’est la liberté qu’on a de créer des mots. C’est une langue qui accepte facilement les ajouts, les transformations, les associations d’idées pour former un mot, c’est une langue très concrète, très directe, beaucoup plus simple que le français, beaucoup moins snob. J’adore les mots tels que breathtaking, jaw-dropping ou mind-blowing par exemple. Pour exprimer la même idée en français, il faut plusieurs mots, et si un seul suffit, l’image n’est pas la même.

J’ai appris plusieurs autres langues au cours des années, pour diverses raisons. L’allemand, l’italien et le russe à l’école et l’université, le roumain après un béguin pour un Roumain, l’hindi après un voyage en Inde, le vietnamien et le khmer car j’ai vécu quelque temps au Vietnam et au Cambodge, le thaï après un voyage en Thaïlande, l’espagnol quand je me suis installée en Espagne et j’apprends aujourd’hui le japonais car je veux aller vivre au Japon. Les seules autres langues dans lesquelles je suis capable de communiquer clairement sont l’italien et l’espagnol car j’ai vécu à Lugano et vis actuellement à Madrid. Pour moi, parler la langue d’un pays est une étape nécessaire pour essayer de comprendre la culture de ce pays et j’ai ce besoin de comprendre les gens. La langue fait partie de la culture d’un pays. Je pense que j’ai rejeté le français pendant des années parce que je rejetais la France et l’expérience que j’en avais. J’ai vécu des expériences formidables dans d’autres pays et c’est seulement quand j’ai vécu en Angleterre que je me suis petit à petit réconciliée avec la culture et la langue françaises. J’avais trouvé un pays dans lequel je me trouvais encore plus à l’étroit qu’en France et une culture à laquelle je ne m’identifiais pas du tout.

Je suis quelqu’un de très émotif, très sensible, j’ai besoin d’exprimer ce que je ressens, je n’ai aucun problème pour exprimer exactement ce que je pense et c’est tout simplement quelque chose qui ne se fait pas en Angleterre. Les Anglais ont une langue si directe et si simple, mais les rapports qu’ils établissent entre eux le sont beaucoup moins. J’ai eu besoin de reconnecter avec la France.

J’ai enseigné l’anglais pendant plusieurs années. Pour des raisons pratiques plus que philosophiques, j’ai recommencé à travailler en français il y a quelques années. Je me suis rendu compte que je faisais beaucoup plus de fautes que dans le passé, moi qui passais mon temps à corriger tout le monde. J’avais été sélectionnée par mon collège pour faire la dictée de Pivot et j’étais arrivée en demi-finale à 14 ans. J’étais bonne en orthographe, je lisais beaucoup, et j’étais très sévère avec les gens qui faisaient des fautes de langage. C’est seulement récemment que j’ai arrêté de juger les gens à chaque faute d’orthographe et à chaque accord du participe passé omis à l’oral. Je ressens encore de l’agacement par moments, surtout quand les fautes sont commises par des journalistes ou des professeurs mais je ne m’énerve plus (ou beaucoup plus rarement). Et j’ai accepté que moi aussi, j’avais le droit de faire des fautes. Plus j’apprends de langues, et plus je vieillis aussi probablement, plus je les mélange et moins ça me dérange.

J’utilise quatre langues au quotidien au minimum : l’anglais car c’est la langue de mon compagnon et notre langue commune, l’espagnol car je vis en Espagne, le japonais pour le plaisir et le français surtout pour le travail. Je viens aussi de terminer un livre en français qui m’a beaucoup touchée, je lis un livre en espagnol pour enrichir mon vocabulaire, j’en lis un autre en anglais et je feuillette des livres illustrés pour enfants en japonais. Ma meilleure amie m’envoie des messages en italien, je lui réponds en français. Ma prof de japonais vit en France, mais elle m’explique le japonais en anglais. Je vais me marier en anglais.

D’avoir passé ces derniers mois à étudier avec une université française m’a en même temps donné envie de reprendre de la distance avec la France et de replonger plus que jamais dans la littérature française. Il n’y a que dans les livres que je ressens une véritable connexion avec ma culture et que j’ai l’impression de comprendre la mentalité française. Je suppose que je n’ai pas vraiment envie de rompre le lien et j’ai même l’impression que malgré une certaine colère, je n’en ai jamais eu si peu envie. Je pense que je n’arrêterai jamais d’apprendre des langues et je pense aussi que l’anglais sera toujours ma langue de communication principale au quotidien, mais le français est en moi depuis toujours ; mes premiers livres, mes premières amours, mes premiers chagrins, et beaucoup d’autres premières fois, c’était en français. Quand je suis triste, fatiguée, en colère, émotive, je demande à mon compagnon quand il va se décider à apprendre le français pour que je puisse lui dire ce que je ressens en français, pour qu’on puisse se disputer en français et pour que je puisse pleurer en français. Je le fais très bien en anglais, mais j’aimerais pouvoir le faire en français.

J’ai l’impression d’avoir une love-hate relationship avec le français et la France et je me suis rendu compte ces derniers mois qu’elle était encore très fluctuante. Au moment où j’écris ces mots, je n’aime pas beaucoup la France, mais je sais que je ne la détesterai jamais car j’aime trop les émotions que je ressens quand je lis en français, et aussi parce que j’adore enseigner le français et transmettre l’amour de la langue à mes étudiants.

Manon

Pour une histoire de la littérature française du point de vue du plurilinguisme

La question du plurilinguisme se pose pour les écrivains bien avant le XXe siècle. On pourrait soutenir que la littérature en français s’est toujours définie par rapport à d’autres langues : le latin d’abord, mais aussi les différents dialectes et les autres langues européennes ayant accédé plus tôt que le français au statut de langue littéraire.

Quelques jalons

Au XIIe siècle, le clerc Benoît de Sainte-Maure justifie son choix d’écrire en français les histoires de l’Antiquité afin de les rendre accessibles à ses contemporains. Ainsi sont « mis en roman » les œuvres antiques, à la fois traduites et adaptées à un public de cour, qui ne se plairait pas à écouter des livres érudits, mais se délecte ainsi des premiers « romans ».

Au XVIe siècle, François Rabelais met en scène la diversité des langues et réfléchit sur l’importance de trouver une langue commune afin de pouvoir communiquer. Dans Pantagruel, son héros rencontre un « écolier limousin » qui parle un latin de cuisine incompréhensible, mais, sous le coup de la peur, se met à invoquer les saints en patois limousin. Joachim Du Bellay dans La Défense et illustration de la langue française en 1549, interpelle les poètes de son temps qui, composant leurs œuvres en latin, « ne font qu’apporter du bois à la forêt », écrire en français est alors un geste militant.

Au XVIIe siècle, René Descartes écrit en latin ses œuvres savantes, mais choisit le français pour le Discours de la méthode, car il s’adresse à « l’honnête homme », c’est-à-dire qu’il vise les bons esprits de son temps mais pas les seuls érudits.

Entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, pas un auteur qui ne compare le français aux autres langues européennes, pour mettre en évidence ce que Voltaire appelle « le génie des langues », le caractère spécial qui distingue entre eux tous ces rejetons du latin.

Au XIXe siècle, on trouve chez George Sand, en préface à François Le Champi, des réflexions sur la difficulté d’écrire pour un public de parisiens des histoires rurales qui trouvent leur expression dans le patois berrichon. Comment transmettre et traduire sans trahir ? Comment rester fidèle tout en créant une langue littéraire ?

Au XXe siècle, le plurilinguisme est une évidence dans la littérature d’expression française écrite hors des frontières hexagonales, mais il est aussi présent chez des écrivains migrants, installés en France ou dans un pays francophone à la suite d’un exil – subi ou choisi. La langue française se trouve mise en tension avec les langues d’origine dans un nombre infini de configurations. L’exploration de ces parcours et de ces territoires mentaux, où les langues communiquent comme des nappes souterraines, est passionnante et potentiellement infinie tant le corpus est divers et abondant.

 Quelques repères bibliographiques pour l’époque contemporaine :

Entretiens et témoignages rassemblés en recueils collectifs :

  •  L’écrivain francophone à la croisée des langues (Gauvin, 1997),
  • L’Aventure du bilinguisme (Kroh, 2000),
  • La Langue française vue d’ailleurs (Martin & Drevet, 2001),
  • Pour une littérature-monde (Le Bris & Rouaud, 2007),
  • Défense et illustration de la langue française aujourd’hui (Cheng, Roubaud et al., 2013).

Textes programmatiques à portée collective :

  • Éloge de la créolité de Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau et Rafael Confiant (1989)

Essais personnels :

  • Amour bilingue d’Abdelkebir Khatibi (1983),
  • Le Langage et son double de Julien Green (1985),
  • Lettres parisiennes. Autopsie de l’exil de Leïla Sebbar & Nancy Huston (1986),
  • Le Partage des mots de Claude Esteban (1990),
  • Ecrire en pays dominé de Patrick Chamoiseau (1997),
  • Nord Perdu de Nancy Huston (1999),
  • Ces voix qui m’assiègent… en marge de ma francophonie d’Assia Djebar (1999),
  • Je ne parle pas la langue de mon père de Leïla Sebbar (2003),
  • Le Poing dans la bouche de Georges Arthur Goldschmidt (2004),
  • Le Dialogue, une passion pour la langue française de François Cheng (2008),
  • Une langue venue d’ailleurs d’Akira Mizubayashi (2011),
  • Penser entre les langues de Heinz Wizmann (2012).

Récits autobiographiques :

  • Amkoullel, l’enfant peul de Amadou Hampaté Bâ (1992),
  • Chemin-d’école de Patrick Chamoiseau (1994),
  • Adieu vive clarté… de Jorge Semprun (1998)
  • L’Analphabète d’Agota Kristof (2004)

Romans – eux aussi souvent autobiographiques – :

  • Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag (1986),
  • Aliocha d’Henri Troyat (1991),
  • Le Testament français d’Andreï Makine (1995),
  • Paris-Athènes (1989), La Langue maternelle (1995) et Les Mots étrangers (2002) de Vassilis Alexakis,
  • Le ventre de l’Atlantique de Fatou Diome (2003)
  • Comment peut-on être français ? de Chahdortt Djavann (2006).

Toutes ces œuvres dessinent les divers visages du français, en relation avec les langues proches ou lointaines qui se partagent l’histoire et l’imaginaire des écrivains. Elles nous ouvrent la voie de ce que Lise Gauvin appelle la « surconscience linguistique », cette acuité particulière à la langue et à ses particularités – à ses difficultés aussi – qui vient de la comparaison.

« Faire sa langue » et s’exercer comme avec un instrument de musique

La comparaison de la langue avec un instrument de musique permet d’exprimer beaucoup d’aspects du rapport que les écrivains peuvent avoir avec leur langue d’écriture.

 

Faire ses gammes

La langue est à la fois le matériau et l’instrument de la création littéraire (comme le disait Mallarmé à Dugas, on ne compose pas un poème avec des idées, mais avec des mots). La métaphore musicale, ou plutôt de l’instrument de musique insiste sur la pratique assidue, l’exercice, l’entraînement, la maîtrise. Marcel Proust écrivait en 1908 dans une lettre à Madame Strauss « Chaque écrivain est obligé de se faire sa langue, comme chaque violoniste est obligé de se faire son“son” ». L’essayiste japonais Akira Mizubayashi écrit dans Une langue venue d’ailleurs (Gallimard, 2011) qu’il pratique le français comme un musicien qui fait ses gammes.

Le français et les autres langues

Au delà des difficultés d’apprentissage ou de l’expérience de ce que Lise Gauvin appelle dans L’écrivain francophone à la croisée des langues (Karthala, 1997) une « intranquillité », on peut dire que chaque écrivain se fait aussi « sa langue française » en la définissant en relation avec sa langue d’origine. Les qualités attribuées au français sont perçues, construites et imaginées par contraste avec les qualités de la langue maternelle, ce qui explique des visions très différentes du français chez un écrivain d’origine chinoise, russe, espagnol, anglais ou grec.

Pour eux, la distance d’avec la langue étrangère en fait un instrument littéraire, qui permet de se penser avec distance, qui peut être travaillé en soi, dont on prend conscience de l’opacité, et de l’expressivité du style, elle permet un mouvement réflexif, une prise de conscience de ce qu’elle est matérielle. Un instrument perfectible, pas invisible.

Ainsi, par exemple, le français pour François Cheng (Le Dialogue. Une passion pour la langue française, 2002), est une langue « romanesque », « analytique » et « psychologique », à la fois par différence avec le chinois, et en référence à des auteurs comme Madame de Lafayette, Flaubert ou Proust. Inversement, pour Andreï Makine (Le Testament français, 1995), le français, à la différence du russe excessif et passionnel, est associé à la France des Lumières, raffinée et précise.

La langue incarnée dans les œuvres

De plus l’image de la langue se définit aussi en relation avec les textes d’autres écrivains qui ont été les médiateurs vers le français. C’est la langue de Baudelaire, ou celle de Voltaire, ou de Victor Hugo, ou de Proust ou de Rousseau… ce n’est pas « la » langue de façon abstraite, mais son incarnation dans une œuvre, et donc, dans une sensibilité. Dans ce sens, la langue se confond avec la littérature, en tant qu’elle donne accès à du singulier (l’œuvre de tel ou tel auteur), mais un singulier transmissible, au-delà des individualités et au-delà des langues.

La/ma/sa langue – un rapport affectif à notre instrument

Par delà ces visions littéraires, le parcours de ces témoignages offre pour le futur enseignant de langue une occasion unique de réfléchir à son propre rapport aux langues – à sa langue maternelle, que celle-ci soit le français ou une autre langue – et aux langues apprises, à celles qu’il utilise de manière régulière ou non, et, bien sûr, à celle qu’il envisage d’enseigner à des apprenants qui, eux-mêmes, peuvent avoir des relations complexes et paradoxales avec les langues qu’ils pratiquent. L’affectif et l’imaginaire sont impliqués dans le désir comme dans le refus d’apprentissage. Ils sont aussi inscrits dans l’histoire de la langue elle-même, qui a été légitimée, construite et déconstruite par des « professionnels de la langue » qui l’ont aussi imaginée et aimée d’une manière qui dépasse le seul usage utilitaire qu’on peut en faire.

Écrire en français, « en présence de toutes les langues du monde », Le français, langue d’écriture des écrivains plurilingues, du Moyen Âge au XXIe siècle ; French as a writing language for plurilingual writers.