Archives par mot-clé : traduction

14-15 juin 2021 – Ecrire entre les langues – colloque international en ligne

Colloque co-organisé par les équipes PLIDAM de l’INALCO, DILTEC et THALIM de l’Université Sorbonne Nouvelle, LPL et SUFLE de Université Aix-Marseille, CIRPALL de l’Université d’Angers, avec le soutien de l’OIF, de l’UNESCO, de l’Institut du Tout-Monde, de la Maison des Ecrivains et de la Littérature et de la Maison de la Poésie

Ce colloque international explore l’imaginaire des langues dans l’écriture à travers des dispositifs littéraires, d’enseignement des langues et de traduction créative.

Associé au Concours Inalco & OIF de la nouvelle plurilingue, sur le thème Langues en dialogue, qui imposait comme contrainte linguistique d’employer au moins une autre langue ou variété en plus du français standard (ou français de Paris), il propose, sur une journée et demie, une série de conférences, une table ronde autour de l’axe plurilinguisme de l’UNESCO, suivie de la soirée de remise des prix du Concours à la Maison de la Poésie, ainsi qu’une rencontre avec Zeina Abirached autour de son œuvre Le Piano oriental, suivi de trois ateliers d’écriture/création autour des langues.

Le colloque est gratuit mais ouvert sur inscription :

https://ecrire.sciencesconf.org/registration

En ligne, en mode webinaire sur Zoom.

Informations pratiques : https://ecrire.sciencesconf.org/

Programme

Lundi 14 juin 2021

8h45 Accueil des participants

9h Mots de bienvenue par Isabelle Cros (LPL, AMU / Plidam, Inalco) et Anne Godard (Diltec, USN)

Ouverture institutionnelle par Claudia Pietri (Programme Langues en dialogue, OIF) et Thomas Szende (Plidam, Inalco / Chaire Unesco)

Conférences

Modération : Farbod Farahandouz (PLIDAM, Inalco)

9h15 « Les temps de l’anéantissement et les langues étrangéisées du roman de l’étrangéisation » par Frosa Pejoska (Plidam, Inalco)

10h « La traduction du texte polyphonique les Galaxies, de Haroldo de Campos (1999) » par Inès Oseki-Despré (Cielam, AMU)

Modération : Amélie Leconte (LPL, AMU)

11h « Transcrire la parole en langues : Kourouma, Hampaté Bâ, Miano » par Pierre-Yves Dufeu (Sufle, AMU)

11h45 « ÓOR-JIGEEN, FAM É MININGA : L’imaginaire sexiste des langues africaines dans De purs hommes (2018) de Mbougar Sarr, Herencia de Bidendee (2016) et La bastarda (2016) de Trifonia Melibea Obono » par Ferdulis Zita Odome Angone (Univ. Cheikh Anta Diop, Dakar)

12h30 Déjeuner

Modération : Anne Godard (Diltec, USN)

14h « Performer les mots en langues et en langages pour tramer sa pensée » par Anne-Sophie Cayet (Diltec, USN / Sufle, AMU)

14h45 « Trouver sa « voix peau », entre langue maternelle et langue étrangère : la traduction créative pour anglicistes » par Sara Greaves (Lerma, AMU)

Modération : Marielle Anselmo (PLIDAM, Inalco)

15h30 « Tan fè tan, Édouard Glissant et le génie du créole. De la digenèse à la diglossie » par Loïc Céry (Institut du Tout-Monde)

Modération : Anuradha Kanniganti (Chaire Unesco et INALCO)

16h30-18h30 Inauguration de l’axe 8 : “Plurilinguisme et Lettres” de la Chaire Unesco du Plurilinguisme dans le cadre de la décennie des langues indigènes (IFAP-UNESCO, 2021)
Avec Iman Massoud Sridi, Pascal Bacuez, Michel Liu (Plidam, Inalco), Gilvan Müller d’Oliveira (UFSC, Brésil et Chaire Unesco) et Jyldyz Bakashova (Bibliothèque Nationale de la République Kyrgyz)

19h30 Soirée à la Maison de la Poésie, à Paris et en livestream :

Remise des prix du concours Inalco de la nouvelle plurilingue 2020 avec les étudiants lauréats, les membres du jury et les écrivains parrains du concours : Yasmine Khlat et Jean-Simon DesRochers

Lecture par Cécile Dominjon et les auteurs

Mardi 15 juin 2021

8h45 Accueil des participants

9h Entretien avec Zeina Abirached, autrice du Piano Oriental

Animation : Donatienne Woerly (DILTEC, USN). En partenariat avec la Maison des écrivains et de la littérature (Mél)

10h15 Ateliers parallèles
Présentation : Liliane Hodieb (PLIDAM, INALCO)

Atelier 1 : Modéré par Nadja Maillard (CIRPALL, UA) Kit de désapprentissage de « la langue » : atelier d’élaboration et d’expérimentation Myriam Suchet (Thalim, USN-IUF)
Atelier 2 : Modéré par Catherine David (LPL, AMU) Atelier d’écriture à la croisée des langues : pratique et réflexivité Noëlle Mathis (Les mots voyageurs)
Atelier 3 : Modéré par Aline Marchand (THALIM, USN) Avoir la plume entre deux chaises : jeux de traduction et écriture (ch)orales Katharina Stalder (Maison Antoine Vitez)

12h15 Clôture slamée du colloque par Sibylline Dangers

12h30 Clôture du colloque Isabelle Cros (LPL, AMU / Plidam, Inalco) / Anne Godard (Diltec, USN)

Inscription, programme détaillé et informations complémentaires : https://ecrire.sciencesconf.org/

Comité d’organisation : Marielle Anselmo (INALCO), Isabelle Cros (AMU), Catherine David (AMU), Farbod Farahandouz (INALCO), Anne Godard (USN), Liliane Hodieb (INALCO), Anuradha Kanniganti (INALCO), Amélie Leconte (AMU), Najda Maillard (UA), Alice Marchand (USN), Donatienne Woerly (USN).

NB :

Un deuxième volet du colloque Écrire entre les langues Littérature, enseignement, traduction aura lieu les 16 et 17 juin 2022 à Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence.

Cadrage théorique :

Axe 1 : Le plurilinguisme en littérature : situations, représentations, traductions

La dimension plurilingue de la création littéraire fait l’objet d’études de plus en plus nourries, que ce soit du côté de la littérature comparée (Grutman 2019), des études littéraires du champ contemporain francophone en France (Ausoni 2018), en Europe (De Balsi 2019) ou dans l’espace postcolonial (Moura 1999) ou encore de la génétique textuelle (Anochina et Sciarrino 2018) et des études d’orientation discursive (Suchet 2014), sociolinguistique ou sociologique (Porra 2011). Les écrivains, qu’ils aient grandi dans un environnement plurilingue et diglossique ou qu’ils aient changé de langue à l’occasion d’une migration ou d’un exil, peuvent adopter des postures diverses, adoptant une seule langue écrite ou se partageant entre deux – ou plus – langues d’écriture de poids différents, voire en s’autotraduisant1. Leurs textes font résonner et tissent la pluralité des langues de façon diverses (Gauvin 1999), en fonction de projets esthétiques, poétiques et/ou politiques qui sont à contextualiser. Ils témoignent de parcours qui peuvent être exemplaires et formateurs (Godard et Suchet 2015). Découvrir ces auteurs et leurs œuvres, éclairer leurs pratiques de création avec/dans/ entre la/les langue/s, donner des outils d’analyse, de compréhension et de réflexion, tels sont les objectifs de ce premier axe, prolongé par un entretien avec Zeina Abirached, autrice notamment du Piano oriental (Casterman, 2015)

Axe 2 : Créations plurilingues en didactique des langues : démarches, objectifs, expériences

L’expérience plurilingue, considérée comme un ferment de créativité dans le domaine littéraire et artistique (Anokhina 2012) se trouve, dans le domaine de la didactique des langues, nourrir de nombreux projets artistiques qui visent à développer les compétences langagières à travers un usage sensible et esthétique des langues. A distance des approches fonctionnelles et commnicatives, ou de manière complémentaire avec elles, les ateliers de création – écriture créative, improvisation, théâtre, poésie, slam, kamishibaï, vidéo ou chanson – font souvent du plurilinguisme une thématique ou une ressource, privilégiant une vision de la langue comme expérience plutôt que comme système ou comme outil (Castellotti 2017).

Ces démarches de création entrent en résonnance avec les corpus littéraires plurilingues, soit parce qu’elles s’en inspirent directement, dans un mouvement de lecture-écriture, soit qu’elles en rejoignent les présupposés, les enjeux ou les effets. Selon les cas, il s’agira de développer une relation sensible à une langue nouvelle ou de jouer avec les contraintes linguistiques et les passages de langue, articulant conscience linguistique et expérience langagière (Aboab, Allaneau-Rajaud, Godard, Woerly à paraître 2020). Ou bien encore il s’agira d’insérer les ateliers d’écriture plurilingue dans les démarches biographiques2 pour inaugurer une forme de réflexivité sur le parcours langagier ou migratoire. Les contributions de ce deuxième axe consacré aux créations plurilingues en didactique des langues permettront d’en explorer le fonctionnement à travers des analyses de dispositifs et de productions aussi bien que des restitutions de projets ou la participation à des ateliers.

Bibliographie :

Abirached, Zeina. 2015.Le piano oriental, Casterman.

Aboab Deborah, Allaneau Rajaud Virginie, Godard Anne, Woerly Donatienne, 2020. « Des ateliers littéraires et plurilingues en FLE : de la conscience linguistique à l’expérience langagière », Écritures créatives : représentations contemporaines, processus créatifs, nouveaux enjeux professionnels, Jun 2018, Angers, France, à paraitre P. U. Rennes.

Anochina, Olga, et Emilio Sciarrino, éd. 2018. Entre les langues. Genesis, 46 (18). Paris: PUPS.

Anokhina, Olga, éd. 2012. Multilinguisme et créativité littéraire. L’Harmattan.

Ausoni, Alain. 2018. Mémoires d’outre-langue : l’écriture translingue de soi. Genève: Slatkine érudition.

Castellotti, Véronique. 2017. Pour une didactique de l’appropriation: diversité, compréhension, relation. Langues & didactique. Paris: Didier.

De Balsi, Sara. 2019. Agota Kristof: écrivaine translingue.

Dompmartin-Normand, Chantal. 2016. « Écrivains plurilingues et étudiants de FLE: Rencontres et résonances ». Carnets, no Deuxième série-7 (mai). https://doi.org/10.4000/carnets.1070.

Ferraro, Alessandra, et Rainier Grutman, éd. 2016. L’autotraduction littéraire: perspectives théoriques. Rencontres, 154. Série Théorie littéraire ; 5. Paris: Classiques Garnier.

Gauvin, Lise, éd. 1999. Les Langues du roman : du plurilinguisme comme stratégie textuelle. Montréal: Presses de l’Université de Montréal.

Godard, Anne, éd. 2015. La Littérature dans l’enseignement du FLE. Paris: Didier.

Grutman, Rainier. 2019. Des Langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises. 1re éd. 1997 (Montréal, Fidès). Paris: Classiques Garnier.

Marchand, Aline, et Pascale Roux, éd. 2019. « Entre deux langues : l’écrivain-traducteur et le bilinguisme aux XXe et XXIe siècles ». Recherches & travaux, no 95. https://doi.org/10.4000/recherchestravaux.1652.

Mathis, Noëlle. 2016. « Écrire (entre) ses langues en atelier d’écriture: Une approche plurilingue des textes de Driss Chraïb, Wajdi Mouawad et Nancy Huston ». Carnets, no Deuxième série-7 (mai). https://doi.org/10.4000/carnets.1080.

Moura, Jean-Marc. 1999. Littératures francophones et théorie postcoloniale. Écritures francophones. Paris: Presses universitaires de France.

Porra, Véronique. 2011. Langue française, langue d’adoption: une littérature « invitée » entre création, stratégies et contraintes (1946 – 2000). Passagen 12. Hildesheim: Olms.

Suchet, Myriam. 2014. L’Imaginaire hétérolingue. Paris: Classiques Garnier.

  1. Ferraro et Grutman 2016), (Marchand et Roux 2019 []
  2. Mathis 2016), (Dompmartin-Normand 2016 []

Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Annonce de parution : Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p.

ISBN : 9783643911216

Présentation des auteurs :

Les articles réunis dans cet ouvrage étudient des œuvres destinées à la jeunesse dans lesquelles une ou des langues constituent un enjeu littéraire. À l’instar de ce qui se passe dans la littérature « pour les grands », les langues y trouvent une place en tant qu’objet de la fiction.

La question est envisagée sous trois angles : l’apprentissage des langues comme apprentissage du monde ; le rapport entre langue(s) et identités ; les langues inventées et leur traduction.

Autant de pistes polyglottes qui sont explorées ici dans plusieurs genres et traditions : française et allemande, britannique et américaine, mais également belge et portugaise, polonaise, russe et tchèque, voire dans une perspective « weltlittéraire » (Knauth).

Table des matières

Introduction : Langue(s) et littérature de jeunesse par Britta Benert et Rainier Grutman

Première partie : L’apprentissage des langues comme apprentissage du monde

  1. La Fable animale, multilingue et métalinguistique. Le bibliotope du perroquet par K. Alfons Knauth
  2. Les abécédaires : outils d’apprentissage d’une langue ou lieux stratégiques de l’initation à un ordre social par Danièle Henky
  3. Sprache und Sprachen, Buchstaben und Vokabeln in Bewegungsbüchern und Pop-ups par Monika Schmitz-Emans
  4. Spielerische Erfahrungen von Mehrsprachigkeit : Internationale Kinderlyrik im Arche Kinder Kalender par Julia Bohnengel
  5. Bilderbuch im 19. Jahrhundert – ein Lektüreansatz par Gerson Pomari
  6. Pour adultes. Le langage des images dans la littérature pour la jeunesse par Biagio d’Angelo

Deuxième partie : Langue(s) et identités

  1. Les fictions linguistiques dans les Aventures de Tintin : voies et voix du bruxellois par Rainier Grutman
  2. Playing in the same language – Historia de Dona Redonda e da sua Gente (1942) by Virginia de Castro e Almeida par Maria Teresa Cortez
  3. « Malheur à moi, petit ballon vert. ». Le langage poétique dans la littérature russe pour enfants de 1917-1937 par Elisabeth Kaess

Troisième partie : Les langues inventées

  1. Strange signs. Invented languages from alienation to zany par Emer O’Sullivan
  2. Jeux et réflexions linguistiques dans Le Hollandais sans peine de Marie-Aude Murail par Britta Benert
  3. De l’adaptation à l’adoption : Le Bon Gros Géant de Roald Dahl (1982) et ses avatars français, polonais et tchèques par Mateusz Chmurski
  4. Les langues dans la série Harry Potter, marques d’identité/altérité, et leur traduction française par Catherine Delesse

Langues, apprentissage, identité, traduction

Cet ouvrage dont le propos dépasse la littérature comparée pour aborder des questions didactiques, linguistique et anthropologiques est passionnant par ses ouvertures sur l’histoire longue des relations entre langue(s), apprentissage et identité et par la (re)découverte qu’il propose de textes appartenant à des canons et des ères linguistiques et culturelles différents en les relisant et en les reliant par le thème des langues.

Une première partie très étoffée est consacrée à la dimension pédagogique de l’apprentissage des langues. Elle est placée, dans l’introduction, sous le patronage de Comenius et son Orbis sensualium pictus (Le monde en images) édité à Nuremberg en 1658. Elle regroupe six contributions en français et en allemand consacrées à des genres typiques de la littérature didactique pour la jeunesse (fables et abécédaires) et aux relations entre le texte et l’image, sous différentes formes allant des illustrations des fables aux albums pop-ups et aux contributions d’artistes contemporains.

Pour présenter la deuxième partie, Britta Benert et Rainier Grutman se réfèrent aux sociolectes mis en scène dans  Huckleberry Finn de Mark Twain pour situer la question des rapports entre les langues que l’on parle (ou la manière de les parler) et les identités. Trois contributions étudient des corpus très divers – Tintin, un roman portugais, la littérature de jeunesse de l’Union soviétique – en montrant les enjeux d’identité, sociale, politique ou psychologique des langues dans des corpus et des contextes différents : la présence sous-jacente du flamand (que parlait de la mère d’Hergé) dans Tintin, la représentation des identités comme des données naturelles sous le régime de Salazar, la liberté prise à travers le langage poétique pour contourner la censure de l’époque stalinienne en Union soviétique.

La troisième partie, qui est peut-être la plus accessible, avec des contributions consacrées à des auteurs contemporains, est consacrée à la créativité littéraire des langues inventées. Elle est placée sous le patronage de Swift, dont on sait que les mondes imaginaires que parcours Gulliver dans ses voyages sont aussi une interrogation des pouvoirs et des limites du langage. Quatre contributions s’attardent sur la thématique linguistique et les difficultés de traduction que posent les jeux avec le langage et les langues.  Une exploration ludique de l’arbitraire du signe, des normes, des registres ou encore des représentations de l’apprentissage donnent à certaines oeuvres pour la jeunesse une dimension métalinguistique tout autant qu’interlinguistique.

Signalons également un volume paru en 2015 sous la direction de Britta Benert et consacré au plurilinguisme européen au tournant du XIXe-XXe siècle :

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection « Nouvelle poétique comparatiste » n°34, 2015. ISBN 978-2-87574-267-4

Compte-rendu ici-même : https://ecriplur.hypotheses.org/679

Pour citer cet article : Anne Godard, "Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 06/10/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/667.

Compte rendu : Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018.

Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018, 194 pages. ISSN : 1167-5101 ; ISBN : 979-10-231-0604-6.

La revue Genesis, sous-titrée manuscrits, recherche, invention est une revue internationale de critique génétique de l’Institut des Textes et Manuscrits (ITEM) au sein du CNRS/ENS, elle est publiée deux fois par an par les presses de l’université Paris-Sorbonne. Le numéro 46 est consacré au plurilinguisme littéraire.

Très riche et varié, il se déploie en une introduction de cadrage, suivie d’études et d’inédits sur la question des pratiques d’écriture des écrivains plurilingues. Des varia et une bibliographie génétique 2017 complètent ce volume.

ENJEUX

Olga Anokhina, dont les recherches portent sur la genèse des œuvres des écrivains plurilingues et sur les liens entre plurilinguisme et créativité littéraire, est responsable de l’équipe «Multilinguisme, traduction, création » de l’ITEM (voir ici). Emilio Sciarrino, qui fait partie de l’équipe, a publié sa thèse sur le plurilinguisme littéraire italien. Ensemble, ils signent une longue introduction qui expliquent les enjeux d’une approche génétique des relations du plurilinguisme avec l’écriture et la créativité.

Rappelant que l’analyse littéraire à partir des textes publiés en permet pas de mettre au jour les processus de création des auteurs plurilingues, rappelant également que la perspective nationale adoptée dans l’abord des littératures a conduit à sous-estimé les pratiques plurilingues existant avant la seconde moitié du XXe siècle, ils montrent l’intérêt d’étudier les documents de travail où les langues peuvent intervenir à différents moments et différents degrés, impliquant souvent des pratiques d’autotraduction.

Pour commencer, ils proposent de lever le flou conceptuel qui caractérise cette discipline émergente, où entrent en concurrence, pour désigner les pratiques d’écriture en différentes langues, les termes de « code switching » emprunté à la sociolinguistique, d’hétérolinguisme (Rainier Grutman, Des langues qui résonnent, Québec, 1997) qui vient des études littéraires ou encore de translinguisme (Steven Kellman, The Translingual imagination, Lincoln, 2000), autant de termes qui peuvent être utiles pour désigner des processus particulier de la création en plusieurs langues, mais ne sont pas équivalents. Conformément aux usages européens, ils réservent le terme de multilinguisme à l’espace social et celui de plurilinguisme pour désigner les écrivains et leurs textes tandis que les termes précédemment cités seront utilisés de manière plus ponctuelle pour désigner des stratégies particulières.

L’étude du plurilinguisme, qui s’est développée d’abord en linguistique avec l’ouvrage fondateur de Uriel Weinreich (Languages in contact, New York, 1953), a mis en évidence plusieurs phénomènes d’interférencesentre les langues, principalement le changementet le mélange, qui apparaissent aux niveaux phonétiques, lexicaux et syntaxiques. Dans le domaine littéraire, c’est à Mikhaïl Bakhtine (Problèmes de la poétique de Dostoïeski, 1929, traduit en français en 1970) que l’on doit la notion de polyphonie, concernant non pas seulement les langues, mais les registres et les discours sociaux. Les approches philosophies (Deleuze, Derrida) ont prolongé la réflexion en faisant apparaître les enjeux politiques et et éthiques, mais se sont éloignées de l’analyse des textes et des processus créatifs eux-mêmes.

L’originalité de l’approche génétique est de repartir des archives des écrivains – correspondance, cahiers, journaux personnels, manuscrits, brouillons et documents préparatoires – pour aborder la réalité des situations plurilingues. Sur la base de ces archives, le « profil linguistique » qui se dégage est souvent plus complexe qu’il en paraît : aux cas de bilinguismeou de diglossies’ajoute tout un continuumqui va du bilinguismeau plurilinguisme radicald’un Joyce, nombre d’auteurs considérés comme bilingues (Nabokov, Beckett) étant, en réalité, très bons connaisseurs d’autres langues.

Des travaux récents (voir les ouvrages dirigés ces dernières années par Olga Anokhina) ont constitué une typologie des stratégies d’écriture créatives plurilingues, rappelons notamment :

  • La séparation fonctionnelle des langues (de type texte/métatexte),
  • Le mélange des langues (code-switching),
  • L’écriture parallèle en deux langues,
  • L’écriture consécutive ou l’autotraduction.

Les études réunies plus bas dans le volume complexifient cette liste en montrant des processus d’hybridation, ainsi que le continuumcréatif qui inclut les traductions collaboratives où le dialogue établi avec un tiers traducteur peut conduire à des réécritures.

Cette riche introduction se termine par une réflexion sur la notion de conscience métalinguistique, cette capacité à réfléchir sur le langage en tant que tel, qui se trouve renforcée par les pratiques plurilingues et dont on peut distinguer plusieurs manifestations :

  • L’intérêt intellectuel pour les langues, y compris lorsqu’elles ne sont pas directement utilisées pour l’écriture.
  • La traduction d’autres écrivains.
  • L’invention de langues imaginaires.
  • La réflexion métalinguistique explicite dans les œuvres publiées, les manuscrits ou la correspondance.

ETUDES

Les différentes études qui suivent, richement illustrées de photos de manuscrits portant les traces d’intervention en différentes langues, permettent de dessiner un panorama très diversifié des pratiques d’écriture impliquant plusieurs langues, mettant en évidence des liens toujours riches et complexes qui se tissent entre elles dans la création littéraire des écrivains plurilingues :

  • Hybridations, comme le révèle la genèse d’un poème de Paul Celan, « Huhediblu » où l’allemand, le français et l’anglais s’associent dans des « nœuds hybrides » analysés par Dirk Weissmann qui dévoile aussi le dialogisme sous-jacent avec des citations de Verlaine, Apollinaire et Hans Magnus Ezenberger qui ont inspiré l’auteur.
  • Hétérogénéitéslinguistiques des brouillons qui, outre l’espagnol et l’anglais, marqués par des autotraductions en aller-retour, portent trace des langues étrangères, français, italien, portugais, ainsi que de l’idiolecte familial, marqué par le dialecte Parma-Piacenza, à différentes étapes, et constituent sur le plan linguistique un écho aux hétérogénéités génériques de l’œuvre romanesque de l’écrivain argentin Manuel Puig qu’a étudié Delfina Cabrera.
  • Pratique cachée de l’espagnol et processus d’autotraduction dans la genèse du recueil Mimodrames et Icônesdu poète basque Juan Mari Lekuona, ainsi que le montre Aurélia Arcocha-Scarcia.
  • Ecriture conjointe, marquée par des développements parallèles et des jeux d’influence réciproque, comme le fait apparaître l’étude par Claire Riffard du brouillon en français et en malgache du poème « Presque-songe » de Jean-Joseph Rabearivelo.
  • Annotationsmétadiscursives en anglais ou encore amorcesde poèmes en anglais ou français dans les brouillons de Fernando Pessoa consultés à la Bibliothèque nationale du Portugal par João Dionísio.
  • Autotraductionset jeux sur le matériau sonore, conçus comme des collages– à l’image des montages qu’il utilise dans ses œuvres plastiques – par l’artiste dada Raoul Haussmann dont les brouillons ont été étudiés par Agathe Mareuge, ce qui invite à reconsidérer également la création plastique dans sa relation avec le plurilinguisme des artistes.

 ENTRETIENS

Deux entretiens avec des écrivains plurilingues apportent deux regards très divers : Gao Xingjian, qui associe le plurilinguisme avec une création multimodale : poésie, roman, peinture et cinéma ;LubaJurgenson, dont la réflexion sur le bilinguisme s’appuie sur sa pratique traductrice.

Un ensemble d’entretiens, réalisés par Simona Gallo en 2013, 2015 et 2016, avec l’écrivain Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, font apparaître une création métissée entre l’Orient et l’Occident, mais surtout un dépassement du cadre de l’écriture littéraire, à travers la peinture et le cinéma. Ainsi le film de Gao Xingjian, Le Deuil de la beauté, réalisé en 2013 à partir d’un de ses poèmes, est tourné dans les trois langues que pratiquent l’auteur, chinois français et anglais, sans sous-titrage.

Dans un entretien recueilli par Julia Holter, la traductrice et écrivaine française d’origine russe, Luba Jurgenson, évoque les liens entre les langues et l’expérience corporelle, intime de soi que les mots engendrent en évoquant son enfance russe. Le dualisme corporel se développe dans la pratique de traduction, qui, en retour, réitère pour la traductrice, l’expérience du passageque vit le corps bilingue.

INEDITS

Dans la rubrique des inédits, où il s’agit de faire découvrir des manuscrits encore jamais étudiés, sont publiés deux dossiers génétiques :

Kostis Pavlou analyse trois feuillets du dossier de genèse bilingue du poème « Les libres assiégés » de Dionysios Solomos. On y voit comment la répartition opérationnelle entre le grec, utilisé principalement pour la textualisation et l’italien, qui sert surtout aux notes scénariques (planification et organisation), se complexifie par un certain nombre d’interférences entre les langues qui tendent à remettre en cause la représentation somme toute un peu simplificatrice du rôle de l’italien dans la création poétique de l’auteur.

Emilio Sciarrino présente le « processus de création circulaire » de Giuseppe Ungaretti en suivant le mouvement de traduction et retraduction de « Gridasti : soffoco », un poème initialement écrit en italien, traduit en français en collaboration, puis réécrit en italien à partir de cette expérience traductive, avant d’être une seconde fois traduit en français avec d’autres traducteurs. Le mouvement d’aller-retour, et le dialogue noué par lettres autour des questions d’interprétation, explique l’existence des deux versions du poème et implique aussi de reconsidérer l’ensemble de la genèse du poème en incluant les phases de réception, de traduction collaborative ou d’autotraduction comme des étapes appartenant à un même processus créatif.

A travers l’ensemble de ce volume, on voit aussi comment l’approche génétique du plurilinguisme peut s’enrichir en élargissant ses objets d’une part à la traduction (c’est le programme de recherche que proposent Olga Anokhina et Patrick Hersant, voir le programme ici-même) et en s’attachant également à explorer d’autres formes artistiques (musique, architecture, théâtre, cinéma…) d’autant plus que certains auteurs, comme on l’a vu ci-dessus, associent le plurilinguisme et la création artistique en plusieurs domaines.

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu : Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 16/09/2018, https://ecriplur.hypotheses.org/164.

Annonce : programme 2018-2019 du séminaire d’ ITEM : « Multilinguisme, traduction, création »

Coordination : Olga Anokhina et Patrick Hersant

 

samedi 22 septembre 2018 de 14h30 à 16h30

Patrick HERSANT (Université de Paris 8) : L’étude génétique des brouillons de traducteurs

ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris, Salle à confirmer. Séminaire en commun avec l’équipeValéry de l’ITEM

 

*vendredi 19 octobre 2018 de9h30 à 12h30

– Congrès du cinquantenaire de l’ITEM La critique génétique comme processus :  La génétique dans le monde (Brésil, Argentine, Japon, Italie, Allemagne)

ENS, Salle Dussane

 

vendredi 9 novembre 2018 de 14h30 à 16h30      

Alain AUSONI (Université de Lausanne)  : Mémoires d’outre-langue. Écrire la vie en L2

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 7 décembre 2018 de 16h30 à 18h30

Antonio LAVIERI et Danielle LONDEI (Université de Palerme/Université de Bologne) : Les manuscrits plurilingues des anthropologues. Traductologie et écriture ethnographique

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 159(1erétage)

 

*12-14 décembre 2018 

– Colloque international : Tsvetaieva et l’Europe

Université de Strasbourg /Collège Doctoral Européen

 

vendredi 8 février 2019 de 14h30 à 16h30

Frédéric WEINMANN

« En français dans le texte » : Comment les traducteurs réagissent-ils face aux passages écrits dans la langue d’arrivée ?

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 8 mars 2019 de 14h30 à 16h30

Zlatka TIMENOVA-VALTCHEVA (Université de Lisbonne) : Entre les langues : écriture de haïku et autotraduction(français, bulgare, portugais, anglais…)

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 5 avril 2019 de 14h30 à 16h30

Myriam OLAH (Université de Lausanne) : Traces énonciatives de la langue hongroise dans les textes et les avant-textesd’Agota Kristof

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

*16-17 mai 2019 

– Colloque international : Écriture et traduction entre les langues : manuscrits, imprimés, archives littéraires

Bilbao (Espagne)

 

vendredi 7 juin 2019 de 14h30 à 16h30

Olga ANOKHINA (ITEM) : Quand le plurilinguisme fait vendre : de l’écriture littéraire à l’industrie musicale

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

*12-14 juin 2019

– Colloque international : Genetic Criticism: from Theory to Practice

Cracovie (Pologne)

Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme

Le carnet de recherches s’ouvre à la présentation du projet « Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme ».

Il permettra d’en suivre le déroulement et les prolongements à travers des comptes rendus de travail et de lecture, des présentations de démarches et  de corpus.

GROUPE DE TRAVAIL :

Porté par une équipe d’enseignantes de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 :

  • Déborah Aboab,
  • Anne Godard,
  • Virginie Rajaud-Allaneau,
  • et Donatienne Woerly,

Ce projet de recherche-action comporte :

  • un volet pédagogique : ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme,
  • un volet recherche : réflexions autour des relations littérature / plurilinguisme / apprentissage / création.

PRESENTATION DES ATELIERS :

Mis en place à l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, les ateliers d’écriture sont destinés à des apprenants de niveau A2 à B2 dans les diplômes de langue et culture françaises (DULF et DUEF). Ils visent principalement à développer leur sens de la langue ainsi que la conscience réflexive qu’ils peuvent avoir de leur parcours langagier.

Ces ateliers s’inscrivent dans un champ déjà balisé : tradition déjà ancienne d’ateliers d’écriture en français langue étrangère, encouragée dans la perspective communicative et actionnelle promue dans l’enseignement des langues par le Cadre européen et pratiquée au DULF dans des ateliers faisant intervenir des écrivains depuis 2008 ; reconnaissance croissante d’un important corpus littéraire contemporain d’œuvres écrites par des écrivains plurilingues ayant le français comme langue d’écriture ; pratique en expansion d’ateliers d’écriture explicitement plurilingues, selon des visées qui peuvent être linguistiques, socio-culturelles et anthropologiques.

Dans le cadre de nos ateliers, nous articulons les dimensions linguistiques, créatives et réflexives à plusieurs niveaux :

  • sensibilisation à la matière de la langue (dimensions sonores et graphiques, polysémie, connotations, registres, expressions figurées) ;
  • questionnements et jeux créatifs autour des différentes notions de transferts (perte et don, appropriation) ;
  • pratiques créatives de traduction et travail sur la notion d’intraduisible ;
  • réflexions autour du rapport à la langue / aux langues, des parcours biographiques et de l’identité langagière.

PERSPECTIVES DE RECHERCHES

Dans la pratique comme dans la réflexion qui l’accompagne, nous envisageons ces ateliers d’abord comme un lieu d’expérimentation et d’exploration d’un rapport à la langue qui peut prendre également une dimension artistique, à travers des projets qui mettent en relation le visuel, le sonore et le langagier.

Dans un second temps, nous espérons, par l’analyse des productions, contribuer à décrire les mécanismes de passage d’une langue à l’autre, d’interférence, d’alternance, d’effets d’étrangéité ou d’étrangéisation de/dans la langue. Ce faisant, il s’agit pour nous de mieux comprendre l’articulation entre conscience ou surconscience linguistique, création et appropriation.

Enfin, à travers ces expérimentations pratiques, nous nous interrogeons sur l’articulation avec la création artistique et littéraire contemporaines et la réflexion philosophique sur les arts et le langage.

PROLONGEMENTS

Les prolongements en lien avec la formation dispensée à Paris 3 en didactique du FLE sont les suivants :

  • implication d’étudiants de Master 1 et 2 intéressés par les ateliers d’écriture ;
  • constitution de corpus numériques à analyser.

Nous projetons en 2018-2019 l’organisation d’une journée d’études consacrée aux ateliers de lecture/écriture plurilingue dans une perspective créative et formative en l’ouvrant à différents enjeux :

  • explorer le corpus de la littérature contemporaine où expériences d’exil, plurilinguisme, création langagière et artistique se trouvent articulés ;
  • interroger les catégories telles que langue maternelle / langue étrangère dans l’écriture autour de la notion de création langagière.

Parutions récentes : littérature, plurilinguisme et traduction

Olga Anokhina nous signale ces deux références consultables en ligne :

  • Revue COSMO : Comparative Studies in Modernism n°11 / 2017: Écrivains en transit. Translinguisme littéraire et identités culturelles | Scrittori in transito. Translinguismo letterario e identità culturali, a cura di Franca Bruera, Centro Studi Arti della Modernità, Università degli Studi Torino.

Sommaire et articles en téléchargement

http://www.ojs.unito.it/index.php/COSMO/issue/view/268

  • La main de Thôt n° 2 – Traduction, plurilinguisme et langues en contact (2014,  mis à jour à l’occasion de la  remise en ligne 2017)

La main de Thôt : Théorie, enjeux et pratiques de la traduction, est une revue scientifique multilingue de l’Université de Toulouse II – Le Mirail

Sommaire et articles en téléchargement :

http://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=87

Annonce d’un séminaire doctoral « Les langues des écrivains », Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Les langues des écrivains

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : Centre Censier 13 rue de Santeuil 75005 Paris, 

Salle 410, trois séances les 25/01, 08/02 et 08/03 de 14h à 18h 

Jeudi 25 janvier 2018 :

Emilio Sciarrino, « Plurilinguisme et création littéraire » (Répondants : Fabiana Bartuccelli, Melissa Melodias et Rafael Mendes).

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur le plurilinguisme littéraire en poétique et didactique.

Jeudi 8 février  2018 :

Pascal Lefranc, « Les langues de Michel Chaillou » (Répondants : Valérie Ducrot, Alexis Hubert et Shungo Morita) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur la notion de langue(s) d’un écrivain en poétique et didactique.

Jeudi 8 mars 2018 :

Anne Godard, « Langue maternelle et autres : la familière étrangeté des métaphores familiales » (Répondants : Carla Campos Cascales, Sonia Delmas) ;

Daniel Delas : « Les écrivains africains francophones et leurs langues » (Répondants : Rosalie Ghanem, Charlotte Guennoc et Hanène Oueslati) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion et bilan du séminaire.

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations fortes de la théorisation et de la didactisation des langues et des cultures-littératures :

  • Les écrivains entre style et manière participent à la fois de l’entretien et de l’invention des langues ; qu’en est-il au juste de leur rapport à la langue, aux langues dans la(les)quelle(s) ils écrivent dans un monde où le plurilinguisme, les traductions, les migrations constituent des circonstances toujours singulières mais certainement très prégnantes pour bon nombre d’entre eux.elles ?
  • Poser soit comme « une sorte de langue étrangère » ainsi que Proust le suggérait, soit comme toujours singulière si ce n’est familière voire transparente, la langue dans laquelle s’écrivent les discours littéraires, montrerait la tension à l’œuvre entre des représentations et des pratiques, entre des usages et des conceptualisations. Cette tension ne permet pas de régler a priori les conflits inévitables dès que discours puisque « la seule manière de défendre une langue, c’est de l’attaquer » (encore Proust !) – ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes didactiques.

Le séminaire organisera trois moments forts autour de ces problèmes en invitant à chaque fois un écrivain ou un critique spécialiste d’un écrivain puis, après avoir interrogé son parcours du point de vue de ses langues au travail, en tentant à partir de ce premier échange une reconceptualisation de la (des) langue(s) des écrivains – qui est peut-être aussi celle de tous les discours où les processus de subjectivation jouent à plein régime…

 

Annonce d’un séminaire doctoral à l’INALCO : « Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ? »

SEMINAIRE DOCTORAL ANNUEL :

Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

(responsable : Frosa Pejoska-Bouchereau INALCO-PLIDAM)

Le séminaire doctoral annuel mis en place en 2016 est destiné aux doctorants et aux enseignants- chercheurs. Il s’agit de développer la réflexion et les recherches des axes 4 « Littérature et culture en didactique des langues » et 3 « Lexique et traduction : quelle didactique ? ».

La problématique est centrée sur : Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

Les travaux sur la littérature et l’usage de la littérature en classe de langue étrangère sont rares. Nous procédons à un double questionnement :

1) La place et l’usage de la littérature en didactique des langues étrangères ?
2) Comment aborder les « nouvelles » littératures nées des bouleversements historiques, sociaux et humains du XXème siècle, les traduire et les enseigner ?

Programme 2017-2018

INALCO- RUE DES GRANDS MOULINS 75013 PARIS Salle 3.15 de 17h00 à 19h00

26.10.2017 – Danielle CONSTANTIN, Holy Motors. La force motrice du français dans l’œuvre de Jack Kerouac

30.11.2017 – Patrick HERSANT, Que nous enseignent les brouillons de traducteurs ?

18.12.2017 – Sara DE BALSI, Pour une poétique de la francophonie translingue

25.01.2018 – Mathilde VISCHER L’œuvre d’Andréas Becker : de la langue étrangère à la langue étrangéisée

16.02.2018 – Gisèle SAPIRO, La circulation internationale des œuvres littéraires: conditions et obstacles

 12.04.2018 – Darko TANASKOVIĆ, Avec ou contre l’étranger qui devient moi ? (La déchirure identitaire des écrivains plurilingues)

17.05.2018 – Anne GODARD, Les langues étranges/étrangères du roman : un parcours dans la littérature française

Annonce d’une matinée d’études – 5 mai 2018 9h-13h : « Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures) »

Dans le cadre des Samedis de l’ED 268 Langage et langues, matinée d’études organisé par Anne Godard et Serge Martin :

« Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures) »

Samedi 5 mai – 9h-13h – DFLE 46 rue Saint-Jacques, 3e étage, salle M

Programme prévisionnel :

Deux conférences :

  1. Hans-Jürgen LUESEBRINK (Université Saarbrücken) : Transferts culturels et traduction : des réénonciations vives(sous réserve)
  2. Serge MARTIN (Sorbonne nouvelle, Paris 3) : La réénonciation de Benveniste à Meschonnic : enjeux pour les didactiques

Deux tables rondes à partir de travaux en cours :

  1. Les ateliers d’écriture plurilingues, une expérience en cours à Paris 3 avec Anne Godard, Donatienne Woerly, Deborah Aboab.
  2. Les lecteurs, les littératures, les didactiques (recherches récentes et en cours) avec Marie Rivière, Zheng Wen, Carla Campos (Sorbonne nouvelle) et Rodrigo Olmeido Judico Becerril (Université nationale autonome du Mexique)

« Voiceless », une nouvelle de Manon Boutin-Charles

Manon Boutin-Charles, actuellement étudiante en Master 2 de Didactique du FLE/S et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, travaille plus particulièrement sur l’apprentissage de la lecture dans les écoles primaires bilingues anglais-français. Elle réalise ses recherches avec Monash University à Melbourne (Australie) où elle étudie l’éducation de la petite enfance à l’école primaire, mais également l’Astrophysique. Manon est également assistante de rédaction pour le magazine étudiant Lot’s Wife où elle a publié une traduction en anglais de Voiceless en août 2016. En parallèle de ses études, Manon a également créé son entreprise de conseil et aide à la productivité.

 

J’avais toujours vécu à Paris.

8, rue des Wallons. Depuis aussi loin que je me souvienne.

Je n’avais jamais rien vu d’autre et je n’avais jamais voyagé avant l’an dernier. C’est pour cette raison que lorsque j’ai dû choisir une destination pour effectuer mon stage à l’étranger, j’ai décidé de viser loin. De viser l’autre bout du monde. La Nouvelle-Zélande.

Il m’a semblé sur le coup qu’il n’y avait pas plus éloigné. J’avais probablement raison.

Ça peut sembler stupide, mais je me suis dit que cet éloignement allait m’aider à trouver ma voie. J’avais besoin d’aller chercher ma liberté, mon indépendance. Où qu’elle soit. Et c’était peut-être là-bas qu’elle se trouvait, finalement.

En arrivant dans ce nouveau pays, j’ai goûté à ce que j’avais espéré connaître toute ma vie ; le dépaysement. Celui que j’avais tant attendu, celui qui était décrit dans tous les romans que je dévorais avec une extrême avidité. J’étais dans l’inconnu. Une nouvelle culture, une nouvelle vie et une nouvelle langue étaient les mots-clés de ce qui m’attendait là-bas.

Cette dernière considération était à la fois la plus excitante et la plus effrayante. Bien sûr, j’avais appris l’anglais. Ou du moins, j’avais pris quelques cours. Mais je ne me sentais pas à l’aise avec ce nouveau code. Moi qui adore manier les mots, jouer avec, créer des phrases, modeler des expressions… les règles de mon jeu préféré se corsaient soudainement ; j’allais devoir utiliser un autre système dont je ne connaissais pas tous les secrets.

Je ne le savais pas encore, mais cette nouvelle langue allait me poser bien des problèmes. Elle était là, mon aventure. Car s’il est compliqué en général d’exprimer avec des mots ce que l’on ressent en son for intérieur, de coucher nos sentiments sur du papier, il est encore plus ardu de communiquer et de faire entendre sa voix lorsque l’on n’est pas un natif de la langue que l’on est forcé d’utiliser. Et je me perdais au milieu de toutes nouvelles difficultés linguistiques, plongeant dans un monde différent où j’étais subitement sans voix. Peut-être que là-bas, ils auraient dit que j’étais « lost in translation ».

***

Neuf heures et quart. J’avais dormi tard, encore une fois. À force de jongler constamment entre l’heure locale et celle de Paris, mon horloge biologique avait cessé de suivre toute règle rationnelle. Il faut dire que je n’avais pas trouvé d’autre solution pour garder le contact avec mes proches que de veiller tard, en espérant les voir se connecter sur leur logiciel de messagerie instantanée, voire leur passer des coups de fil. Entendre leurs voix. Prendre de leurs nouvelles, oui, mais surtout parler en français à nouveau. Ça me manquait. Même en rêve, j’avais cessé d’utiliser cette langue.

Dans ma tête s’entrechoquent des expressions anglo-saxonnes. Je me demande par quel miracle j’arrive encore à faire des phrases correctes. Tout cela me semble si peu naturel. J’ai envie de ponctuer mon récit d’adverbes en anglais. Ces lignes manquent clairement de « y » à mon goût. Les guillemets français me rendent malades. L’effort considérable que je fais pour ignorer tout ce nouveau vocabulaire qui se bouscule dans mon esprit me fatigue. Ma grammaire n’a plus rien de français et je me demande si je suis toujours compréhensible. J’espère que oui. En tout cas, ça fait bien longtemps que je ne cherche plus à comprendre le sens de mes propres écrits. C’est peine perdue.

Un rapide coup d’œil vers l’écran de mon téléphone m’indiqua que je n’avais pas reçu de message, qu’on n’avait pas essayé de m’appeler. Mon visage passa en un instant de la déception à la tristesse pour laisser immédiatement place à une expression de colère et de dégoût mêlés. J’essayais de me persuader que je valais mieux que ça, que ce n’est pas moi qui perdais quelque chose, dans l’histoire. Que j’allais bien. Que ce n’est pas moi qui allais regretter cette relation. Mais en vérité, j’avais plutôt l’impression de faire face à une période de sevrage forcé, qui éprouvait mes sens aussi bien que mes nerfs. C’était physique, j’avais l’impression de ne pas pouvoir supporter le manque plus longtemps. J’avais besoin d’entendre sa voix encore.

J’ai toujours été quelqu’un de passionné et c’est peut-être de ma faute, peut-être que c’est pour cette raison que ça n’a pas fonctionné. Peut-être que je l’aimais trop, peut-être que c’est devenu étouffant. Je m’en persuade pour ne pas lui en vouloir, mais ça sonne presque faux ; qui était venu me chercher, après tout ? Qui s’était battu pour avoir l’autre ? Pas moi, assurément. Je n’étais pas à l’origine de cette histoire. Tout était de son initiative. De sa faute. Et je ne pouvais pas l’imaginer changer d’avis. Pas comme ça. Ça me semblait stupide. Inutile. « A total waste of time », comme dit justement une de ses chansons. Aujourd’hui encore, je me demande si elle parle de moi.

Je me souviens de notre rencontre. J’arrivais à peine dans ce nouveau pays et j’avais envie de découvrir sa vie nocturne, de rencontrer des gens, de me plonger dans cette culture, dans cette ambiance si différente de celle que j’avais l’habitude d’embrasser à Paris quand je sortais à Bastille ou dans le Marais. Mes pas hésitants me conduisirent vers un bar, ou peut-être était-ce une salle de concert ? En tout cas il y avait une scène, avec un groupe. Des gens qui buvaient. Et sa voix, qui m’enveloppa soudainement d’une chaleur étrange. Comme si elle cherchait à me dire quelque chose. Elle était puissante, douce et ferme à la fois. Elle atteignait des notes que je n’avais jamais entendues auparavant. Elle m’appelait, elle me disait de la rejoindre, de rester avec elle pour toujours. Elle me disait qu’elle serait là pour moi. Qu’elle ne me quitterait jamais.

Je me souviens de cette voix, je n’ai jamais pu m’en détacher depuis ce moment-là. C’était comme si elle faisait partie de moi, elle m’avait soudainement jeté un sort, je pense. Quoi qu’il en soit, j’entrai dans ce bar, sans me douter que j’allais changer mon destin pour toujours. Sans savoir que cette voix n’allait plus jamais me quitter.

***

Toujours pas de message, et la nuit était déjà bien entamée. Je me surpris à me demander ce que j’avais fait pour mériter ça. C’est comme si tous les gens à qui je tenais finissaient par m’abandonner à un moment où à un autre. Ça finissait par être triste. Ou au moins agaçant. Je scrutai l’écran de mon téléphone d’un air vide, remontant le fil de notre conversation, ravivant les souvenirs d’une relation qui semblait avoir si bien commencé. Je retombai sur son message qui disait il y a à peine quelques mois :

« I can’t control it. I want to talk to you forever. I feel guilty for giving you all of my attention right now when I have so much work to do… but I just can’t stop myself. I want to talk to you, I really like it, I really like you. It’s hard to explain because it’s hard to understand. I don’t want to do anything else. »

 Sur le coup, j’avais dû trouver ça troublant et peut-être mignon. Aujourd’hui je le lis comme un coup de semonce. Un avertissement. C’était trop intense, c’était trop dangereux. Maintenant, je comprends ce qui se cachait derrière ces mots et ce n’est pas uniquement parce que je maîtrise mieux l’anglais qu’avant. Ce n’était pas une déclaration. C’était une doléance. C’était une plainte. C’était simplement l’expression d’une peur que je n’avais pas su comprendre à temps. Je ne l’ai pas prise en compte. Et peut-être que c’est pour ça que ça s’est dégradé ensuite. On ne saura jamais.

Puisqu’il le fallait bien, j’allai me coucher en repensant à tout ce que j’avais pu mal interpréter depuis mon arrivée dans cet étrange pays. Je sais parler anglais. Former des phrases, comprendre les attentes de mon patron et adresser des formules de politesse au serveur du coffee shop, ce n’était pas ça qui me posait problème. Non, le plus difficile quand on parle une autre langue, c’est d’exprimer ses sentiments. Parce que même la meilleure traduction ne pourra pas en rendre compte ; les compartiments entre les différentes émotions varient selon la langue. Et ça, je ne le savais pas. Quand j’ai compris ce que signifiait véritablement la barrière de la langue, j’ai eu l’impression qu’on venait de me retirer le droit de parler. On ne peut pas traduire un sentiment. J’avais beau tenter de crier ce que je ressentais pour toi, ma voix ne pouvait pas en rendre compte et quand bien même elle aurait réussi, elle n’aurait pas pu t’atteindre. I felt voiceless.

***

Chaque nouvelle situation dans ma vie me rappelle notre histoire et je me demande si ça n’en devient pas obsessionnel. Je me souviens qu’on parlait beaucoup de mots. Du fait qu’ils nous rapprochent et nous éloignent. Nos échelles étaient différentes, on s’amusait à les comparer. En français, on aime quelqu’un comme on aime sa musique ou le fromage. Les nuances sont beaucoup plus riches en anglais. Aujourd’hui encore, je me demande si j’en ai tout à fait saisi l’essence. Je l’entends encore m’avouer ses sentiments et sa voix résonne dans ma tête à l’infini jusqu’à ce que ses mots n’aient plus de sens – mais en avaient-ils jamais eu un ?

Ensuite, on riait, « t’as remarqué, plus on répète un mot, plus il semble étrange ? ». Peut-être que ce sont les mots que j’aimais. Mais ils sonnaient mieux quand c’était sa voix qui les prononçait. J’ai toujours pensé que j’étais quelqu’un de bavard, mais la plupart du temps, je parle pour ne rien dire, comme si rien ne voulait sortir. Et je pense qu’on partageait cette sensation. C’est certainement cette raison qui lui avait fait choisir la musique, tandis que moi, j’avais choisi d’écrire.

Un jour, je lui avais traduit de la littérature française. C’est certainement très romantique comme activité. Je lisais du Quignard et j’ai senti que ça lui plairait, puisque ça parle de musique, ça disait que la musique était « un petit abreuvoir pour ceux que le langage a déserté. […] Pour les états qui précèdent l’enfance. Quand on était sans souffle. Quand on était sans lumière. » Je me demande si ça lui avait parlé, mais pour moi, ça faisait sens. La citation était très puissante. Un peu comme ses chansons. Je l’entends encore me dire à ce propos qu’elles contenaient « more secrets about me that I could ever tell you ». J’aimais beaucoup cette idée. J’étudiais chacune de ses chansons comme on étudiait la littérature, cherchant un sens caché à chaque variation de sa voix, chaque vibration des cordes de sa guitare.

Je pensais qu’on avait réussi à communiquer mais finalement, nos répertoires linguistiques ne s’étaient jamais véritablement accordés. Il a suffi d’un ou deux malentendus, d’une fausse note, d’un mot de travers pour que tout s’arrête. Les mots blessent, ils sont dangereux et peut-être qu’ils ne sont pas à mettre entre toutes les mains, surtout des mains non-expertes comme l’étaient les miennes avec le vocabulaire anglo-saxon. J’ai haussé la voix une dernière fois pour exprimer un sentiment qui n’existe même pas dans sa langue et c’est ainsi qu’on s’est quitté, mutuellement incompris, pour toujours peut-être.

***

Hier, pour mon dernier soir en Nouvelle-Zélande, j’avais voulu retourner dans ce bar, où son groupe jouait encore. Je sais que ce n’était pas fait exprès, mais je trouvais ça parlant qu’on se revoit à l’endroit exact où on s’était rencontré. C’était comme si la boucle était bouclée. Comme si on mettait enfin un point final à cette aventure, finalement. Je ne venais pas pour qu’on vive quelque chose ensemble à nouveau, je venais pour entendre sa voix une dernière fois. Pour écrire la fin de l’histoire.

Et tandis que le concert commençait, je me souvins. Je me souvins de nos rires, je me souvins de nos disputes. Je me souvins de nos mots, je me souvins de nos peurs. De ces nuits passées à disserter sur les différences de nos deux langues. De ces autres passées à chanter, à l’écouter me jouer de la guitare. Je me souvins de ses chansons, de leurs paroles qui résonnaient en moi comme si elles disaient tout haut ce que je pensais tout bas depuis des années. De cette chanson en particulier, celle qui exprimait cette peur, ce sentiment d’être face à l’inconnu, cette impression d’être enfin une personne entière, ou peut-être même plus encore que cela. Qui parle de cette relation à durée indéterminée « I don’t know, a second? Or a billion million years? In the grand scheme of things, hell, I don’t have a clue. But I’m certain that this fraction, now, is really all we have, I’m just happy to be in this time with you ». Et enfin j’avais compris. Cette chanson, je la connaissais par cœur, mais il avait fallu attendre ce moment précis pour qu’elle fasse enfin sens. Je n’avais pas attendu la fin du concert, je n’en ressentais plus le besoin.

J’aime à penser qu’on aurait pu passer nos vies à se parler autrement, inventer un autre code, jouer de nos différences, mais on n’a pas réussi. On n’a pas fini ensemble. Il n’y a pas eu de scène de retrouvailles émouvantes, de cri déchirant à l’aéroport, d’embrassades sous la pluie tropicale, de supplications soudaines de rester. Personne ne m’a barré la route de la porte d’embarquement et j’ai grimpé dans mon avion comme si rien ne me retenait dans ce pays. Et c’est vrai que rien ne me retient. Maintenant, le lien est rompu, même si sa voix me parvient toujours à travers sa musique, la mienne ne lui envoie qu’un message brouillé, indéchiffrable, dans une langue qui lui est inconnue, à travers ces mots et peut-être d’autres.

Je pense avoir découvert, à travers ce voyage, qu’on n’apprend pas une nouvelle langue ; on la crée. Je ne parlerai jamais l’anglais, mais je maîtrise ses mots, ses sons, ses règles grammaticales, et je les utilise aujourd’hui pour parler mon propre langage, un langage nouveau, celui qui découle de mes expériences et que personne d’autre que moi n’utilise. On n’a peut-être finalement pas besoin des autres pour se construire. Juste d’une voix qui résonne en nous pour toujours. Celle de ses chansons qui, je l’espère, continueront à m’inspirer pour de nombreuses années. Au final, je ne pense pas avoir trouvé ma voie à l’autre bout du monde. Mais j’ai trouvé sa voix et cela me suffit.