Archives par mot-clé : symbolisme

Annonce : Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection « Nouvelle poétique comparatiste » n°34, 2015.

ISBN 978-2-87574-267-4

Présentation de l’autrice :

L’ouvrage s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion depuis le nouveau millénaire, le plurilinguisme littéraire, et qui a pour originalité d’historiciser le propos en explorant une période charnière, la fin du XIXe siècle.

Aucun ouvrage existant n’est vraiment centré sur ce tournant du siècle, moment où la doxa de pureté de la langue et les esprits nationalistes tendent à promouvoir, voire à imposer l’idéal du monolinguisme et où, parallèlement, persiste à travers l’Europe et le monde un nombre important de situations et d’expérimentations diverses à contre-courant du monolinguisme puriste.

Fruit d’un colloque qui s’est tenu dans le cadre du XXe Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée à l’Université de la Sorbonne à l’été 2013, les 14 contributeurs du présents volume interrogent cette situation paradoxale à partir de textes littéraires et de leurs auteurs, et contribuent à éclairer les différentes strates du plurilinguisme littéraire 1900 en leur complexe et souvent ambivalent enchevêtrement politique, éthique et esthétique – dont les problématiques ne sont pas sans rappeler les paradoxes du monde actuel dans un contexte où mondialisation et repli identitaire coexistent souvent.

A travers discussions théoriques et études de cas, les études réunies dans ce volume concourent à éclairer sous différents jours l’expression littéraire du plurilinguisme dans le dernier quart du XIXe siècle, au moment même où paraissent les premiers travaux scientifiques consacrés au bilinguisme. Le volume est découpé en trois parties :

  1. Pour une (nouvelle) histoire littéraire : le plurilinguisme 1900 dans différentes aires culturelles
  2. Le plurilinguisme d’auteurs et la question de l’identité
  3. Le plurilinguisme littéraire 1900 et ses connexions théoriques et disciplinaires

Les contributions s’ancrent dans la production littéraire européenne et américaine, autour d’auteurs phares comme les poètes symbolistes français, belges, russes ou allemand, mais aussi Oscar Wilde ou encore Joseph Conrad.

Paradoxes, vertiges et diffusion : le plurilinguisme littéraire comme objet au carrefour des disciplines

Comme le souligne Britta Benert dans son introduction-cadrage, la thématique du plurilinguisme, à la fois vertigineuse et diffuse. Elle implique une approche transdisciplinaire que revendique la littérature comparée, comme discipline « carrefour ». En effet, si l’objet est la littérature – textes et auteurs – les outils d’analyse et les champs disciplinaires convoqués sont nombreux – histoire, politique, linguistique, philosophie, didactique, psychologie – afin de mettre aux jours différentes strates : « des strates économiques, affectives, politiques, esthétiques qui se trouvent désormais souvent couplées à des questionnements identitaires de l’auteur » (p. 14). Le foisonnement des termes et leur instabilité (bilinguisme, plurilinguisme, polyglossie, multilinguisme, hétérolinguisme, hétéroglossie) témoigne de ce caractère diffus déjà évoqué. Cependant, selon Britta Benert, les études restituent, par leur diversité d’approches et d’auteurs traités dans ce moment historique particulier, des thématiques récurrentes :

– le cosmopolitisme, renvoyant aux notions de mélange et d’hybridité (politique et esthétique) avec son versant opposé, qui réduit l’altérité à soi à travers une forme d’assimilation que permet l’exotisme ou qui la rejette comme le font, à cette époque, les nationalismes et leur fantasme de pureté ;

– l’altérité linguistique, qui est le concept central du livre, amenant à réviser les histoires littéraires traditionnelles et à mettre en question la notion même de langue maternelle ;

– la question de la réception, qui voit notamment un intérêt porté aux écrivains eux-mêmes, à travers la dimension identitaire de l’écriture bi/plurilingue, ce dont témoigne également un indéniable foisonnement notionnel, qu’il s’agisse de la fin du XIXe siècle (cosmopolite, étranger, barbare, métèque) ou de la critique littéraire actuelle (écrivains bilingues, plurilingues, translingues, exophones, diglossiques).

Signalons également la parution d’un ouvrage également consacré au plurilinguisme littéraire selon une perspective comparatiste, consacrée au corpus de la littérature de jeunesse :

Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p. ISBN : 9783643911216

Compte-rendu ici-même : https://ecriplur.hypotheses.org/667

Pour citer cet article : Anne Godard, "Annonce : Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 06/10/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/679.