Archives par mot-clé : représentation des langues

Langue et littérature ensemble

Ce carnet est ouvert aux représentations de la langue française construites par les écrivains qui formulent également la manière dont ils considèrent leur rôle à travers des textes théoriques et réflexifs.

Les réflexions sur la langue et sur la littérature sont liées d’une part parce que les écrivains, dès les origines, réfléchissent à la langue qu’ils emploient, d’autre part, parce que les buts qu’ils donnent à la littérature sont dépendant de l’image qu’ils ont de leur langue et de ses possibilités. Quelquefois, ils veulent la changer, l’améliorer, l’enrichir ou, au contraire, la rendre plus pure. Au fil des siècles, l’image de la langue va changer, mais aussi la position que les écrivains adoptent par rapport à elle.

De même, la conception que les auteurs se font de la littérature, de son rôle, l’importance qu’ils donnent au style, à l’imitation des modèles anciens ou au contraire, à l’originalité, à la liberté, se transforme radicalement entre la période classique et l’époque contemporaine.

Vue chronologique

On peut situer ces différentes conceptions dans le temps, depuis les premiers états du français jusqu’à la grande diversité des écritures francophones, en repérant quatre étapes.

– Une première étape de formation à la fois de la langue et de la littérature françaises, qui va du Moyen Âge au XVIe siècle, pendant laquelle le français littéraire se définit par rapport au latin et aux différentes variétés dialectales qui l’entourent.

– Une deuxième étape de fixation de la langue littéraire est caractérisée par la valorisation de la clarté et la hiérarchie tant des styles que des idées, qui s’étend du XVIIe au XVIIIe siècle.

– Une troisième étape est celle de la contestation par les écrivains, des restrictions que la norme littéraire classique impose à la fois dans le style et les choix d’écriture, au XIXe et au XXe siècles.

– Une quatrième étape consiste enfin en la confrontation de la langue française avec d’autres langues et d’autres cultures, que ce soit dans le cadre élargi de la francophonie ou dans des expériences singulières d’écrivains bilingues, au XXe et au début du XXIe siècle.

Enjeux opposés, débats récurrents

Les représentations de ce qui fait les qualités ou les défauts du français changent selon les époques. Ainsi, par exemple, le XVIe siècle se préoccupe d’enrichir la langue par tous les moyens, tandis que le XVIIe siècle ne parlera que de la rendre pure. Au XVIIIe siècle, la langue française est valorisée comme liée à la raison, parce que la syntaxe sujet-verbe-complément paraît linéaire et logique. Après la Révolution, au contraire, la recherche d’émotions dans la langue va conduire des écrivains à bousculer l’image rationnelle de la langue française classique, claire et ordonnée. Les auteurs vont vouloir « libérer » la langue de l’ordre et de la hiérarchie associés à l’Ancien Régime.

Mais à l’inverse, certaines préoccupations sont récurrentes, même si elles apparaissent dans des contextes différents. Par exemple, les débats sur la richesse ou la pauvreté de la langue française reviennent périodiquement. Depuis le XVIe siècle, les auteurs se demandent si la langue française doit s’ouvrir aux autres langues ou se refermer, si elle est capable de tout dire ou s’il faut essayer de pousser ses limites.

Une autre préoccupation revient sans cesse : la langue est-elle menacée ? Aujourd’hui, des auteurs s’inquiètent d’un grand nombre d’anglicisme, à la fin du XVIe siècle, c’est contre « l’italianisation » du français que certains auteurs luttent.

Des métaphores

A toutes les époques, la langue est pensée à partir de métaphores : plante, arbre, jardin « à la française », cuisine, mode vestimentaire ou plumage des oiseaux… la langue est vue comme vivante, organique, ou bien, en tension avec la pensée, comme son expression, fidèle ou trompeuse, transparente ou si ornée qu’elle concentre sur elle tous les regards.

Et des contacts

Et surtout, la langue française est pensée en relation avec les autres langues.

Le français met des siècles à s’émanciper du latin, il s’impose contre les langues régionales, il est en rivalité avec d’autres langues en Europe, il entre en conflit avec les langues des pays colonisés, il se métisse pour donner des créoles, qui à leur tour peuvent être choisis comme langue littéraire, ou encore, pour certains écrivains bilingues, il est utilisé en alternance avec une autre langue d’écriture, pour exprimer une facette différente de la personnalité de l’auteur. Ainsi le regard des écrivains sur la langue nous donne l’occasion de prendre conscience du plurilinguisme inhérent à toute expérience langagière.

Notions clés

Statut des langues : langue vulgaire / langue savante, langue vernaculaire / véhiculaire, langue maternelle / scolaire / officielle / seconde, bilinguisme, diglossie, créolisation

Registres de langue : français académique, français populaire, français régional, dialectes, argot, français oral, style, écriture

Représentation / imaginaire des langues : pauvreté / richesse, clarté / obscurité, universalité / diversité, bon usage, génie des langues, hiérarchie, raison, pensée, émotion, musicalité, expressivité, neutralité

Attitude des écrivains : révérence, défense, illustration, imitation, déplacement, surconscience, conflit, dualité, exil, acculturation, appropriation

 

 

Écriture et plurilinguisme

Pluralité des langues, écriture en français

Nous envisageons ici la langue française à travers le prisme du rapport entre les langues et à travers celui du choix d’écriture.

Dimension historique

Colinguisme, plurilinguisme : le français a toujours été au contact d’autres langues.

On peut faire remonter les questions de représentation des langues les unes par rapport aux autres et spécifiquement du point de vue de leur valeur en tant que moyen d’expression littéraire au Moyen Âge, avec, par exemple la « défense et illustration » du roman par Benoît de Sainte-Maure. Le XVIe siècle où, comme l’écrit Boileau, on « parlait latin en français » est si riche de questionnements sur le français et les langues qu’on y reviendra souvent. La réflexion sur les règles de la communication, le choix d’un « usage commun » et sur l’identité linguistique des écrivains y est centrale. Certaines problématiques du XVIe siècle nous reviennent étonnamment modernes dans L’Eloge de la créolité et les revendications à la fois linguistiques et poétiques qui l’habitent.

Ouverture géographique

C’est à partir du XXe siècle que la question du choix d’une langue d’expression littéraire dans un contexte plurilingue s’est massivement ouverte au-delà des frontières hexagonales. La diversité des situations linguistiques des pays francophones, les mouvements migratoires, l’entrée dans l’écrit de langues jusqu’alors orales constituent autant de situations de contacts et de confrontations qui s’inscrivent dans l’œuvre et dans la vie des écrivains. Les textes autobiographiques où la question de l’identité linguistique est présentée comme essentielle à la constitution de l’œuvre littéraire abondent. Ils nous permettent d’approcher du laboratoire intérieur où les expériences langagières sont transformées et remodelées par l’écriture qui les formule. Leur exploration est passionnante pour qui s’intéresse à la fois à la langue française et aux processus d’écriture.

Le carnet s’intéresse à plusieurs dimensions du plurilinguisme :

LECTURES / AUTOUR DES OEUVRES

Représentation du français

par rapport aux autres langues pratiquées par les écrivains, que l’on se situe dans un contexte géographique plurilingue ou dans une dynamique de migration,

Parcours langagiers des écrivains

qu’ils aient une œuvre bilingue ou qu’ils aient le français comme seule langue d’expression littéraire,

Œuvres hétérolingues

c’est-à-dire proposant une représentation littéraire de la pluralité des langues.

Ce carnet propose de présenter ces questions pour elles-mêmes, à travers l’analyse d’œuvres réflexives d’écrivains confrontés à la pluralité des langues et cherchant à définir et donner sens à leur pratique en fonction de leur parcours personnel, de leur projet littéraire et des représentations qu’ils se font du français en tant que langue d’écriture.

 

ECRITURES / TRANSMISSION / APPRENTISSAGE

L’écriture et la construction – langagière – de soi

Nous proposons également de réfléchir à la manière dont l’acte d’écriture en lui-même peut constituer, pour un locuteur plurilingue, un travail de  construction de soi, en particulier dans le cadre de l’écriture autobiographique.

Réflexivité et formation

Dans cette perspective, nous nous rapprochons des démarches réflexives encouragées en didactique des langues à travers la tenue de journaux ou de carnet de formation ou l’écriture d’autobiographies langagières, comme c’est le cas dans le Master de didactique du français et des langues de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 où nous intervenons.

Contributions

Ainsi ce carnet pourra s’ouvrir à des textes personnels – réflexifs, autobiographiques, fictionnels poétiques – où des locuteurs, eux-mêmes plurilingues, pourront formuler leur propre cheminement dans l’adoption du français comme langue, sinon d’écriture littéraire, du moins d’expression et, dans certains cas, d’enseignement.

Expérimentations

Ce carnet permettra également de rendre comptes d’expériences pédagogiques d’écriture créative menées avec des étudiants plurilingues.