Archives par mot-clé : re-création

Traducteurs/craducteurs en dialogue : autour de poèmes japonais

Appel à participation avant le 19 avril 2023

Dans le cadre de la demi-journée « Traduire les signes » (26 avril 2023, présentation en bas de page), nous lançons un appel aux traductions / craductions de cinq poèmes brefs japonais.

Ceux qui pratiquent le japonais peuvent en traduire un ou plus en français, seuls ou à plusieurs. Les autres peuvent « craduire », en s’aidant des procédures proposées ci-dessous.

Nous vous invitons à envoyer vos propositions, avant le 19 avril, à alice.berthon@univ-grenoble-alpes.fr et pascale.roux@univ-grenoble-alpes.fr et à venir lire vos textes (ou les faire lire), en discuter et écouter les réactions qu’ils suscitent le 26 avril, entre 14h et 17h30 à l’amphithéâtre de la Maison de la création et de l’innovation à Grenoble.

Pour les craducteurs : instructions et procédures

« Craduire : se doter volontairement d’une incompétence, désapprendre les langues, comprendre autre chose que ce qu’il faudrait. » (Bruno Fern, Typhaine Garnier, Christian Prigent, Craductions, Caen, éditions Lurlure, 2022, 4e de couverture).

  • On peut imaginer de nombreuses manières de craduire, ou de traduire « crado modo » :
  • On peut s’appuyer sur des proximités phoniques, autrement dit sur ce que les sons suggèrent : Exemple : Asinus asinum fricat (latin1). Craduction : Ah, si nous fricotions assis ! Les poèmes que nous vous proposons sont transcrits en alphabet latin et enregistrés par une lectrice (Moeko TANIGUCHI) sous deux formes.
  • On peut aussi s’appuyer sur des éléments visuels, car les poèmes proposés s’y prêtent (image, disposition sur la page, caractères : kanjis).
  • Et si l’inspiration ne vient pas, on peut s’aider de traducteurs automatiques en ligne et faire voyager les textes… Par exemple, on peut faire passer un texte par toutes les langues commençant par la lettre « B » dans Google Traduction avant d’arriver en français (japonais-> bambara-> basque-> bengali-> bhodjpouri-> biélorusse-> birman -> bosniaque-> bulgare-> français), ou encore de lui faire suivre le trajet des oiseaux migrateurs, la route de la soie… Ensuite, à vous de jouer : vous pouvez conserver le texte s’il vous plaît et nous raconter son histoire, ou bien le modifier à votre guise. Pensez ensuite à nous l’envoyer.

Bref, une seule devise pour la craduction : tout est permis, laissons libre cours à l’imaginaire et aux associations les plus farfelues ou les plus poétiques !

1 Traduction : “l’âne frotte l’âne”. Transposition : “qui se ressemble s’assemble” (B. Fern, T. Garnier, C. Prigent, Pages rosses, Bruxelles, les Impressions nouvelles, 2015, p. 10).

Les poèmes 1 et 2 à lire, regarder et écouter

Poème 1 – lecture 1
Poème 1 – lecture 2
Poème 2 – lecture 1
Poème 2 – lecture 2

Les poèmes 3 et 4 à lire, regarder et écouter

Poème 3 – lecture 1
Poème 3 – lecture 2
Poème 4 – lecture 1
Poème 4 – lecture 2

Le poème 5 à lire, regarder et écouter

Poème 5 – lecture 1
Poème 5 – lecture 2

Demi-journée d’études : Traduire les signes
Dialogue de traduction/craduction de poésie japonaise et table-ronde autour de la traduction littéraire le 26 avril 2023

avec des étudiant·e·s, des enseignant·e·s-chercheur·e·s et des artistes

Demi-journée, 14h00-17h30, 26 avril 2023 Amphithéâtre de la Maison de la création et de l’innovation (Université Grenoble Alpes)

En partenariat avec le Théâtre de l’Hexagone Scène nationale (Meylan)

Lien zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/97592356595?pwd=ZlBNN1NVamxQdHpxMDhWOGlSYmxBUT09

Cette demi-journée vise à réunir des étudiants, des chercheurs et des artistes, afin de valoriser la traduction littéraire et de faire réfléchir aux questions qu’elle pose, particulièrement la traduction de la poésie, et celle de langues que l’on peut dire « distantes », comme le japonais.

Les signes dans un texte à traduire sont variés : signes linguistiques (alphabet, mots, phrases, sons…), symboles, dimension iconique du texte (en particulier pour le poème), forme (vers, rimes, par exemple), genre (le sonnet, le haïku, etc.)… On peut choisir de transposer ces signes d’un système linguistique à un autre ou d’un système sémiotique à un autre : de la langue à la musique, au dessin, à la scène… Cette demi- journée se propose de réfléchir, à partir de cas concrets et en lien avec une démarche créative et ludique, aux signes traduits/traduisants dans un texte littéraire ; elle amènera également à s’interroger sur la frontière entre ce qu’on peut appeler une traduction et une adaptation, voire une (re)création.

La journée se composera d’une table-ronde et d’un entretien, avec des participants ayant différents points de vue professionnels sur la traduction littéraire, d’un dialogue de traductions de poèmes japonais et de « craductions », dans la lignée des traductions « grosso crado » de Christian Prigent, Bruno Fern et Typhaine Garnier2 : «Craduire : se doter volontairement d’une incompétence, désapprendre les langues, comprendre autre chose que ce qu’il faudrait. » (Pages rosses : craductions, Les Impressions nouvelles, 2015 ; Craductions, Caen, éditions Lurlure, 2022.

Une traduction des poèmes japonais par Corinne Atlan (traductrice et écrivaine) et Michaël Ferrier (écrivain et traducteur) sera dévoilée.

À l’issue de la journée, des podcasts seront réalisés par Émilie Wadelle, artiste sonore (Skadi&Co).

Avec la participation de : Emanuela Nanni (ILCEA4 – langues et littératures romanes) ; Fabienne Costa (Litt&Arts – études cinématographiques) ; Morgane Pozo Olivera (Litt&Arts – études cinématographiques) ; Arthur Defrance (EPHE – études japonaises, post-doctorant de la JSPS à Waseda) ; Claire Maniez (ILCEA4 – études anglophones, codirectrice de la collection “Paroles d’ailleurs”, UGA éditions).

L’affiche et le programme sont disponibles ici: https://litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/actualites/traduire-signes-dialogue-traductioncraduction-poesie-japonaise-et-table-ronde-autour-traduction

Réalisation de l’affiche et du programme : ​Gilda Nikfarjam