Archives par mot-clé : plurilinguisme littéraire

Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Annonce de parution : Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p.

ISBN : 9783643911216

Présentation des auteurs :

Les articles réunis dans cet ouvrage étudient des œuvres destinées à la jeunesse dans lesquelles une ou des langues constituent un enjeu littéraire. À l’instar de ce qui se passe dans la littérature « pour les grands », les langues y trouvent une place en tant qu’objet de la fiction.

La question est envisagée sous trois angles : l’apprentissage des langues comme apprentissage du monde ; le rapport entre langue(s) et identités ; les langues inventées et leur traduction.

Autant de pistes polyglottes qui sont explorées ici dans plusieurs genres et traditions : française et allemande, britannique et américaine, mais également belge et portugaise, polonaise, russe et tchèque, voire dans une perspective « weltlittéraire » (Knauth).

Table des matières

Introduction : Langue(s) et littérature de jeunesse par Britta Benert et Rainier Grutman

Première partie : L’apprentissage des langues comme apprentissage du monde

  1. La Fable animale, multilingue et métalinguistique. Le bibliotope du perroquet par K. Alfons Knauth
  2. Les abécédaires : outils d’apprentissage d’une langue ou lieux stratégiques de l’initation à un ordre social par Danièle Henky
  3. Sprache und Sprachen, Buchstaben und Vokabeln in Bewegungsbüchern und Pop-ups par Monika Schmitz-Emans
  4. Spielerische Erfahrungen von Mehrsprachigkeit : Internationale Kinderlyrik im Arche Kinder Kalender par Julia Bohnengel
  5. Bilderbuch im 19. Jahrhundert – ein Lektüreansatz par Gerson Pomari
  6. Pour adultes. Le langage des images dans la littérature pour la jeunesse par Biagio d’Angelo

Deuxième partie : Langue(s) et identités

  1. Les fictions linguistiques dans les Aventures de Tintin : voies et voix du bruxellois par Rainier Grutman
  2. Playing in the same language – Historia de Dona Redonda e da sua Gente (1942) by Virginia de Castro e Almeida par Maria Teresa Cortez
  3. « Malheur à moi, petit ballon vert. ». Le langage poétique dans la littérature russe pour enfants de 1917-1937 par Elisabeth Kaess

Troisième partie : Les langues inventées

  1. Strange signs. Invented languages from alienation to zany par Emer O’Sullivan
  2. Jeux et réflexions linguistiques dans Le Hollandais sans peine de Marie-Aude Murail par Britta Benert
  3. De l’adaptation à l’adoption : Le Bon Gros Géant de Roald Dahl (1982) et ses avatars français, polonais et tchèques par Mateusz Chmurski
  4. Les langues dans la série Harry Potter, marques d’identité/altérité, et leur traduction française par Catherine Delesse

Langues, apprentissage, identité, traduction

Cet ouvrage dont le propos dépasse la littérature comparée pour aborder des questions didactiques, linguistique et anthropologiques est passionnant par ses ouvertures sur l’histoire longue des relations entre langue(s), apprentissage et identité et par la (re)découverte qu’il propose de textes appartenant à des canons et des ères linguistiques et culturelles différents en les relisant et en les reliant par le thème des langues.

Une première partie très étoffée est consacrée à la dimension pédagogique de l’apprentissage des langues. Elle est placée, dans l’introduction, sous le patronage de Comenius et son Orbis sensualium pictus (Le monde en images) édité à Nuremberg en 1658. Elle regroupe six contributions en français et en allemand consacrées à des genres typiques de la littérature didactique pour la jeunesse (fables et abécédaires) et aux relations entre le texte et l’image, sous différentes formes allant des illustrations des fables aux albums pop-ups et aux contributions d’artistes contemporains.

Pour présenter la deuxième partie, Britta Benert et Rainier Grutman se réfèrent aux sociolectes mis en scène dans  Huckleberry Finn de Mark Twain pour situer la question des rapports entre les langues que l’on parle (ou la manière de les parler) et les identités. Trois contributions étudient des corpus très divers – Tintin, un roman portugais, la littérature de jeunesse de l’Union soviétique – en montrant les enjeux d’identité, sociale, politique ou psychologique des langues dans des corpus et des contextes différents : la présence sous-jacente du flamand (que parlait de la mère d’Hergé) dans Tintin, la représentation des identités comme des données naturelles sous le régime de Salazar, la liberté prise à travers le langage poétique pour contourner la censure de l’époque stalinienne en Union soviétique.

La troisième partie, qui est peut-être la plus accessible, avec des contributions consacrées à des auteurs contemporains, est consacrée à la créativité littéraire des langues inventées. Elle est placée sous le patronage de Swift, dont on sait que les mondes imaginaires que parcours Gulliver dans ses voyages sont aussi une interrogation des pouvoirs et des limites du langage. Quatre contributions s’attardent sur la thématique linguistique et les difficultés de traduction que posent les jeux avec le langage et les langues.  Une exploration ludique de l’arbitraire du signe, des normes, des registres ou encore des représentations de l’apprentissage donnent à certaines oeuvres pour la jeunesse une dimension métalinguistique tout autant qu’interlinguistique.

Signalons également un volume paru en 2015 sous la direction de Britta Benert et consacré au plurilinguisme européen au tournant du XIXe-XXe siècle :

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection « Nouvelle poétique comparatiste » n°34, 2015. ISBN 978-2-87574-267-4

Compte-rendu ici-même : https://ecriplur.hypotheses.org/679

Pour citer cet article : Anne Godard, "Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 06/10/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/667.

Annonce : Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection « Nouvelle poétique comparatiste » n°34, 2015.

ISBN 978-2-87574-267-4

Présentation de l’autrice :

L’ouvrage s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion depuis le nouveau millénaire, le plurilinguisme littéraire, et qui a pour originalité d’historiciser le propos en explorant une période charnière, la fin du XIXe siècle.

Aucun ouvrage existant n’est vraiment centré sur ce tournant du siècle, moment où la doxa de pureté de la langue et les esprits nationalistes tendent à promouvoir, voire à imposer l’idéal du monolinguisme et où, parallèlement, persiste à travers l’Europe et le monde un nombre important de situations et d’expérimentations diverses à contre-courant du monolinguisme puriste.

Fruit d’un colloque qui s’est tenu dans le cadre du XXe Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée à l’Université de la Sorbonne à l’été 2013, les 14 contributeurs du présents volume interrogent cette situation paradoxale à partir de textes littéraires et de leurs auteurs, et contribuent à éclairer les différentes strates du plurilinguisme littéraire 1900 en leur complexe et souvent ambivalent enchevêtrement politique, éthique et esthétique – dont les problématiques ne sont pas sans rappeler les paradoxes du monde actuel dans un contexte où mondialisation et repli identitaire coexistent souvent.

A travers discussions théoriques et études de cas, les études réunies dans ce volume concourent à éclairer sous différents jours l’expression littéraire du plurilinguisme dans le dernier quart du XIXe siècle, au moment même où paraissent les premiers travaux scientifiques consacrés au bilinguisme. Le volume est découpé en trois parties :

  1. Pour une (nouvelle) histoire littéraire : le plurilinguisme 1900 dans différentes aires culturelles
  2. Le plurilinguisme d’auteurs et la question de l’identité
  3. Le plurilinguisme littéraire 1900 et ses connexions théoriques et disciplinaires

Les contributions s’ancrent dans la production littéraire européenne et américaine, autour d’auteurs phares comme les poètes symbolistes français, belges, russes ou allemand, mais aussi Oscar Wilde ou encore Joseph Conrad.

Paradoxes, vertiges et diffusion : le plurilinguisme littéraire comme objet au carrefour des disciplines

Comme le souligne Britta Benert dans son introduction-cadrage, la thématique du plurilinguisme, à la fois vertigineuse et diffuse. Elle implique une approche transdisciplinaire que revendique la littérature comparée, comme discipline « carrefour ». En effet, si l’objet est la littérature – textes et auteurs – les outils d’analyse et les champs disciplinaires convoqués sont nombreux – histoire, politique, linguistique, philosophie, didactique, psychologie – afin de mettre aux jours différentes strates : « des strates économiques, affectives, politiques, esthétiques qui se trouvent désormais souvent couplées à des questionnements identitaires de l’auteur » (p. 14). Le foisonnement des termes et leur instabilité (bilinguisme, plurilinguisme, polyglossie, multilinguisme, hétérolinguisme, hétéroglossie) témoigne de ce caractère diffus déjà évoqué. Cependant, selon Britta Benert, les études restituent, par leur diversité d’approches et d’auteurs traités dans ce moment historique particulier, des thématiques récurrentes :

– le cosmopolitisme, renvoyant aux notions de mélange et d’hybridité (politique et esthétique) avec son versant opposé, qui réduit l’altérité à soi à travers une forme d’assimilation que permet l’exotisme ou qui la rejette comme le font, à cette époque, les nationalismes et leur fantasme de pureté ;

– l’altérité linguistique, qui est le concept central du livre, amenant à réviser les histoires littéraires traditionnelles et à mettre en question la notion même de langue maternelle ;

– la question de la réception, qui voit notamment un intérêt porté aux écrivains eux-mêmes, à travers la dimension identitaire de l’écriture bi/plurilingue, ce dont témoigne également un indéniable foisonnement notionnel, qu’il s’agisse de la fin du XIXe siècle (cosmopolite, étranger, barbare, métèque) ou de la critique littéraire actuelle (écrivains bilingues, plurilingues, translingues, exophones, diglossiques).

Signalons également la parution d’un ouvrage également consacré au plurilinguisme littéraire selon une perspective comparatiste, consacrée au corpus de la littérature de jeunesse :

Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p. ISBN : 9783643911216

Compte-rendu ici-même : https://ecriplur.hypotheses.org/667

Pour citer cet article : Anne Godard, "Annonce : Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 06/10/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/679.

Agota Kristof ou l’écriture de la frontière. Compte rendu de : Sara De Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019.

Dans un ouvrage érudit, dense et référencé, Sara De Balsi entend rendre compte du statut excentrique au sein de la francophonie translingue, d’Agota Kristof, écrivaine d’expression française d’origine hongroise, en montrant comment elle construit sa position déterritorialisée à travers des processus d’effacement et d’isolement qui renvoient, thématiquement, à la traversée de la frontière – nationale et linguistique.

Les analyses empruntent à la sociocritique et aux études du plurilinguisme littéraire, et s’appuient sur la génétique textuelle, la poétique des genres et l’analyse de discours. Elles animent à la fois un portrait de l’autrice dans le champ littéraire francophone et font percevoir les caractéristiques d’une œuvre toute entière consacrée à l’invivable alternative entre la violence totalitaire et la solitude de l’exil.

Une figure d’autrice marginale et isolée, détachée des espaces nationaux

Dans la première partie, Sara De Balsi rend compte du statut excentrique de l’écrivaine sur plusieurs plans. En effet, non francophone, exilée/réfugiée (cf Edward Saïd, Réflexions sur l’exil et autres essais, 2008) en Suisse romande, vivant dans des conditions matérielles difficiles, Kristof affirme sa vocation d’écrivain (cf. Nathalie Heinich sur le régime vocationnel) formée depuis l’enfance et cherche à se positionner dans le champ littéraire suisse et francophone, passant, après une phase d’écriture de poèmes dans sa langue maternelle relevant du champ littéraire de la dissidence, à l’écriture en français suivant trois élargissements successifs de sa réception :  d’abord par l’expérience du théâtre amateur dans la région de Neuchâtel, puis par des collaborations radiophoniques et par l’accès à la publication par une maison d’édition parisienne. Après le succès de la trilogie des jumeaux (Le Grand Cahier, 1986 ; La Preuve, 1988 ; Le Troisième Mensonge, 1991), l’autrice publie un quatrième roman (Hier, 1995) puis après 1995, elle se contente d’accepter des propositions d’édition (au Seuil et chez Zoé à Genève) d’œuvres antérieures : nouvelles, pièces radiophoniques, théâtre et fragments autobiographiques, consolidant et fixant sa position originale et marginale d’écrivaine d’expression française détachée du contexte suisse comme du contexte parisien.

Suivant l’approche sociologique mise en œuvre par Pascale Casanova dans La République mondiale des lettres (1999), Sara De Balsi situe ensuite l’autrice dans l’espace littéraire international en s’interrogeant sur la manière dont elle revendique ou prend ses distances avec son héritage littéraire, culturel, linguistique et national. Le trait caractéristique que souligne De Balsi est l’effacement des références littéraires hongroises, faisant d’Agota Kristof une écrivaine « traduite », au sens où, selon Pascale Casanova, écrire directement dans la langue dominante, à l’instar d’une autotraduction, est pour un écrivain d’une « petite » langue, un moyen de s’affirmer dans le champ littéraire mondial.

Détachée de l’espace hongrois comme de l’espace romand, Kristof s’affirme dans la littérature mondiale. C’est dans ce cadre qu’elle atteint à la consécration et fait l’objet de différentes « appropriations » nationales notamment par des prix à la fois dans l’espace français (Prix de l’Association des écrivains de langue française (ADELF), section « Prix du livre européen » en 1987, Prix du Livre Inter en 1991), suisse (Prix Gottfried Keller en 2001), mais aussi européen (Prix autrichien pour la littérature européenne en 2008) et finalement hongrois (Prix Kossuth).

Pour affiner l’analyse, De Balsi s’attarde ensuite, dans la lignée de l’étude de la singularité littéraire menée par Jérôme Meizoz (La Fabrique des singularités, 2011), à montrer quelle posture Kristof adopte à la fois par elle-même et par l’ethos discursif qu’elle élabore dans les œuvres. La posture de l’autrice se construit en effet de manière à la fois externe et interne à l’œuvre. Du point de vue externe, biographique, c’est la souffrance de l’exil qui ressort des entretiens que donne Agota Kristof ainsi qu’une forme de retenue et de minimalisme qui rapproche la personne de l’écrivaine de l’ethos du narrateur qui, dans les premiers chapitres du Grand Cahier, affirme sa méfiance pour le vocabulaire psychologique et revendique une écriture dépouillée de toute interprétation. Cette convergence d’ethos instaure une forme de circularité entre la personne de l’écrivaine et le narrateur gémellaire du Grand Cahier qui devient modèle pour la réception des autres œuvres.

 Discours sur la langue et position de l’écrivaine devant la langue

S’appuyant sur La Fabrique de la langue de Lise Gauvin (2004), La deuxième partie cherche à dégager les représentations des différentes langues et la place qui leur est donnée dans l’œuvre de Kristof. Là encore, la marginalité et l’isolement semblent la marque de l’autrice, qui ne reprend aucune des images traditionnelles du français comme langue d’écriture (clarté, précision, universalité, émancipation et terre d’accueil pour l’exilé) et pose au contraire sa langue d’écriture comme une langue « ennemie », à la fois rétive à l’apprentissage tardif, notamment en raison d’une orthographe déconnectée de la phonétique, et une langue finalement capable de tuer sa langue maternelle. Le rapport aux langues, qui fait l’objet d’un chapitre de L’Analphabète, son livre autobiographique, est marqué par la perte d’une sorte de paradis perdu, avant la conscience de la diversité linguistique. Les langues apparaissent liées aux guerres et aux différentes formes d’oppression politique subies par la Hongrie dans l’histoire (statut subalterne par rapport à l’Autriche, domination de la Russie soviétique). L’autrice n’a donc aucune posture ni de révérence, ni de gratitude vis-à-vis de sa langue d’écriture, et dénie avoir une quelconque responsabilité relevant de la traditionnelle « défense et illustration ». L’écriture et la littérature sont en position de détachement par rapport aux contraintes externes représentées par la langue comme par la nationalité. L’acquisition du français est présentée comme un simple moyen : il donne accès à la lecture de la littérature mondiale et il permet d’écrire en s’adressant à un lectorat accessible dans l’ici et maintenant de l’exil.

Dans la trilogie des jumeaux, les langues ne sont pas nommées, elles sont, comme dans le récit autobiographique, marquées par des fonctions : notre langue / la langue étrangère, associées à des personnages qui sont eux-mêmes réduits à leur fonction : l’officier étranger, la Grand-mère. Les langues renvoient au partage de l’exil : l’ici et l’ailleurs, le pays natal et le pays étranger, le « nous » et le « vous ». Elles marquent la coupure, elles sont des frontières. Le français en tant que tel n’est qu’un médium neutre dans lequel l’histoire nous est transmise, il n’a aucune influence sur elle et n’est pas représenté dans les œuvres. Il est d’ailleurs difficile de savoir si la « nouvelle » langue dans laquelle le personnage exilé écrit est du français ou de l’allemand.

Sollicitant la notion de « surconscience linguistique » que l’on doit à Lise Gauvin, De Balsi fait remarquer la prégnance, dans le discours critique et dans les propos d’Agota Kristof, de la référence à une forme d’insécurisation (selon le terme de Claude Caitucoli, pour insister sur les éléments extérieurs, liés à l’environnement) qui conduit l’autrice à adopter une poétique minimaliste face à la langue apprise tardivement. La conquête d’une légitimité à écrire, après un passage par le silence – cet « analphabétisme » qui a donné son titre au texte autobiographique – est figurée par le choix d’une « écriture blanche », neutre, résultant d’un refus du style et de la « belle langue ». Comme pour la posture de l’écrivaine, ce choix stylistique, qui tend à dépouiller le français, est aussi un moyen de viser à une forme d’universalité par effacement des traits individuels.

Effacement des traces hétérolingues

Mais peut-on déceler, sous le monolinguisme de surface, des traces hétérolingues (suivant le terme proposé par Rainier Grutman pour décrire la représentation de la pluralité des langues dans le texte) ? Bien qu’il n’y ait aucune présence de mots étrangers, les romans sont présentés comme des textes écrits – traduits – par les jumeaux Claus et Lucas, et notamment, dans Le Troisième Mensonge, par l’un d’eux, en situation d’exil. L’ensemble même de la trilogie figure ainsi une traduction – conformément à ce qu’on a pu faire remarquer de la situation de l’autrice d’« écrivaine traduite » dans le champ de la littérature mondiale. Mais le seul hétérolinguisme que l’on perçoit est la maîtrise, par les jumeaux, d’un registre de langue perçu comme anormalement soutenu – la langue des dictionnaires ? –. Il est aussi fait mention de leur connaissance de langues étrangères (la langue maternelle de leur grand-mère, celle de l’officier allemand), mais la lisibilité prime toujours sur la visibilité (selon le continuum d’hétérolinguisme proposé par Myriam Suchet), y compris quand est cité, en français, un vers de l’Hymne national hongrois qui a été interdit pendant l’occupation soviétique et que, en l’absence d’indication, peut de lecteurs peuvent reconnaitre. En ce sens, suivant Xavier Garnier, qui oppose le plurilinguisme des littératures européennes au monolinguisme de la littérature francophone, on peut faire l’hypothèse que le français contribue, pour Agota Kristof, à déterritorialiser sa production.

Translinguisme et autotraduction

Dans ce contexte, quel statut ont les œuvres poétiques en hongrois et quel est le rôle de l’autotraduction ?

Les œuvres de jeunesse sont perdues, Agota Kristof n’ayant rien emporté en quittant la Hongrie en 1956, mais certains poèmes hongrois ont été réécrits / recréés à son arrivée en Suisse. Une partie de ces œuvres a été publié en 2016, en version bilingue, mais peu sont des autotraductions. Cependant, la transposition et la reprise thématique sont reconnues par l’autrice.

Bien que le péritexte éditorial n’évoque pas la dimension d’autotraduction, les nouvelles de C’est égal sont présentés dans des entretiens comme des essais de transposition en prose et en français de poèmes hongrois qu’elle avait vainement tenté de traduire. De même dans le roman Hier, des récits de rêve intégrés comme des poèmes en prose écrits par le héros, Sandor, sont d’après Agota Kristof, des réécritures d’anciens textes hongrois. Ces affirmations sont corroborées par les études des avant-textes, l’étude génétique des manuscrits permettant souvent de voir à l’œuvre les processus créatifs avant le travail éditorial qui tend à effacer les traces hétérolingues (voir sur L’Autotraduction littéraire l’ouvrage collectif dirigé par Rainier Grutman et Alessandra Ferraro, 2016). Dans les œuvres, les héros jouent souvent le rôle d’interprètes, c’est le cas des jumeaux, et de Sandor dans Hier. Dans Le Troisième Mensonge, Claus, l’écrivain exilé, est, à l’instar d’Agota Kristof, un écrivain translingue, il est, de plus, son autotraducteur de retour dans son pays puisque le manuscrit qu’il laisse inachevé à sa mort, doit pouvoir être lu avant d’être terminé par son frère.

Le partage des langues, des langues et des styles

Le changement de langue peut-il être corrélé aux changements de genres (poésie, théâtre, roman) et aux changements de style ? Ce qui apparait de prime abord, c’est la cohérence thématique : les pièces comme les romans situent leurs actions sous un régime totalitaire, où la manipulation, le mensonge et la cruauté sont constantes. De ces espaces clos, l’on ne s’échappe que pour arriver dans le vide de l’exil où l’on expérimente le sentiment de perte et l’impossibilité de vivre. A cette force unité thématique s’ajoute une écriture romanesque par courtes scènes qui rapprochent les romans de la structure dramatique. Le point de vue extérieur, selon lequel les personnages parlent et agissent sans aucune intervention ou interprétation d’un narrateur rapproche également les romans des pièces de théâtre. Enfin, d’un point de vue stylistique, même sobriété et économie de moyens sont souvent notées. Cependant, il faut noter que les pièces inédites donnent une image plus diverse de la création théâtrale d’Agota Kristof, ainsi c’est le choix éditorial qui a limité les pièces publiées à celles qui sont en résonance la plus étroite avec les romans qui ont fait le succès public de leur autrice.

La convergence entre les deux genres est bien sûr soulignée par la présence thématique du théâtre dans le Grand Cahier : outre les exercices corporels que s’imposent les jumeaux, outre des jeux de rôle, destinés pour certains à tromper les autorités, ils se font saltimbanques et gagnent leur vie à monter de courtes saynètes dans les cafés. Certaines scènes traversent les genres, on en trouve deux versions, une théâtrale et une inscrite dans un des romans ou sous la forme d’une nouvelle. Enfin, une thématique récurrente est l’écriture même : de nombreux personnages ont le désir ou le projet d’écrire, certains ont le statut d’écrivain. Celle-ci s’organise en deux pôles, l’écriture de fiction, qui vise cependant au vrai, par le choix d’une écriture des faits, fondée sur le rejet des discours de la propagande politique, et la poésie, qui s’oppose elle aussi au discours de propagande, mais qui est mise à distance et rejetée du roman pour son sentimentalisme. La répartition entre prose et poésie recoupe de fait, dans Le Troisième Mensonge comme dans Hier, l’écriture narrative, distancée, en langue étrangère et l’écriture lyrique en langue maternelle.

C’est à travers l’opposition des genres prose/poésie qu’Agota Kristof formule une différence perçue entre le français et le hongrois : si la poésie est réservée au hongrois, ce n’est pas seulement parce que c’est la langue maternelle, celle dans laquelle s’expriment plus volontiers les sentiments, c’est qu’elle perçoit sa langue maternelle comme intrinsèquement lyrique, tandis que le français lui semble « direct et prosaïque ». Cette opposition est cependant à nuancer, notamment pour les œuvres postérieures au Grand Cahier, qui réintègrent des éléments psychologiques, lyriques, oniriques.

Singularité et isolement : paratopie linguistique, scénographie de l’écriture, refus des filiations

C’est à partir des travaux de Dominique Maingueneau en analyse du discours (Le Discours littéraire, 2004) que De Balsi propose d’aborder la construction d’une singularité liée à plusieurs « paratopies » autrement dit plusieurs niveaux où se situe sa marginalité, identitaire, en tant que dissidente, spatiale, en tant qu’exilée, et linguistique, en tant qu’écrivaine translingue n’ayant pas choisi sa langue d’écriture.

Les éléments permettant de construire dans l’œuvre cette paratopie peuvent être des figures de personnages marginaux – des artistes, saltimbanques, poète maudit, écrivain exilé, mais aussi toutes sortes de personnages stigmatisés, enfants de l’adultère ou de l’inceste, personnages estropiés, alcooliques, fous, malades, dont le plus emblématique est Sandor/Tobias, le héros de Hier – mais aussi des lieux, comme la frontière, qui est un élément thématique récurrent.

Afin de faire entendre sa voix propre, le texte propose une scène de parole, que Maingueneau appelle une scénographie, entendue comme un dispositif de légitimation de l’énoncé. La particularité des romans de Kristof est la mise en scène d’une parole écrite plus que dite : les jumeaux écrivent dans Le Grand Cahier, qui est donné comme le recueil de leurs textes, dans La Preuve, le récit à la troisième personne apparait, à la fin, comme un manuscrit écrit par le personnage nommé Claus T. Dans Le Troisième Mensonge, les deux premiers romans paraissent comme les manuscrits de ce Claus T. qui y a transposé des éléments autobiographiques. L’énonciation particulière du Grand Cahier, un « nous » qui correspond au dédoublement de deux je identiques, peut être mise en relation avec le monde totalitaire déshumanisé, le dédoublement étant à la fois un effet et une résistance à cette emprise qui aboutit, selon Annah Harendt à la désolation, une absence de lien caractéristique du totalitarisme. La séparation et le franchissement de la frontière, qui divisent le « nous » en le rendant à la solitude du « moi », sans qu’il soit toujours aisé, dans les deux romans suivants, de distinguer les deux jumeaux Lucas et Claus, aux noms en anagramme, et qui, en outre, ont pour nom de plume le prénom l’un de l’autre.

L’isolement de l’autrice n’a pour exception que sa proximité avec Thomas Bernhard, dont elle évoque à la fois le courage de critiquer son pays et la densité de l’œuvre à l’humour noir. On peut d’autant plus les rapprocher qu’ils entretiennent une même ambivalence vis-à-vis de leur langue d’écriture, langue ennemie avec laquelle ils se battent et qu’ils cherchent à détruire d’une manière fort différente par le style, mais à partir d’une posture commune. On peut noter la même posture d’isolement par rapport aux institutions littéraires.

Parmi les écrivains français, Agota Kristof n’évoque que deux écrivains, Ponge et Michaux, l’un et l’autre auteurs de poèmes en prose au statut singulier et marginal, au ton souvent ironique, voire absurde. Dans les œuvres, la seule référence intertextuelle est la Bible, arrière-plan mythique selon de Balsi, qui renvoie à la fois à l’étude de la Bible pendant l’enfance, mais par la référence à l’Ecclésiaste, à une vision très sombre de la vie.

La frontière infranchissable et pourtant franchie

La frontière, à la fois thème et structure de l’œuvre, est centrale comme « limite physique infranchissable et pourtant franchie » (p. 232). Elle est présente dans les pièces de théâtre et omniprésente dans les romans, qui sont construits de manière dichotomique entre un ici invivable en-deça et l’exil au-delà. A la frontière correspond l’emprisonnement dans la ville frontalière et la transgression de l’interdit, le franchissement qui conduit à la solitude. La coupure qu’elle instaure renvoie à la coupure linguistique, le conflit des langues étant pensé sur un mode binaire, l’adoption d’une langue entraînant la mort d’une autre.

En conclusion de son ouvrage, Sara De Balsi souligne l’intérêt de cette approche de l’écrivaine par le translinguisme, qui organise, autour du thème de la frontière et de son franchissement, la posture isolée de son autrice à la fois face aux langues et dans le champ littéraire.

Pour citer cet article : Anne Godard, "Agota Kristof ou l’écriture de la frontière. Compte rendu de : Sara De Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 05/03/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/637.

Parution : Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle/ Mapping multilingualism in 19th century european literatures – sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann.

Vient de paraître un recueil d’études en français et en anglais sur le plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle, portant sur des ensembles géographiques/linguistiques (Pologne, Bulgarie, Italie, Allemagne, Russie, Finlande) et des analyses croisées d’œuvres parues entre 1800 et 1880, soulignant les relations littéraires nouées par les textes, par-delà les frontières linguistiques ou nationales. 

Mapping Multilingualism in 19th Century European Literatures – Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle, sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann. Berlin-Münster-Wien-Zürich-London, LIT-Verlag, 2019.

ISBN : 978-3-643-91098-1

Contents / Sommaire :

Introduction : Close the Gap! Literary Multilingualism Studies and the 19th Century / « Close the Gap! » Pour une étude du plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle par Olga Anokhina, Till Dembeck, Dirk Weissmann 

PART I / IÈRE PARTIE : LANDSCAPES / PANORAMAS 

  • Monolingual City, Multilingual Voices: Polish Exile Writers in 19th Century Paris, par Jana-Katharina Mende 
  • L’espace littéraire bulgare au XIXe siècle : plurilinguisme
    d’écriture, monolinguisme de l’historiographie littéraire nationale, par Marie Vrinat-Nikolov 
  • Le plurilinguisme italien au XIXe : le siècle des contraires, par Emilio Sciarrino 
  • Poetry and Literary Language Barriers in Nineteenth-Century Italy: The Case of Three ‘Dialect Poets’, par Valentina Gosetti and Paul Howard 
  • Politics of Language, Politics of Genre, and Jewish Authorship: Multilingual Panegyric Odes and German ‘Mother Tongue’ Songs
    in Napoleonic Europe, par Kathrin Wittler 
  • La dimension plurilingue de la littérature germanophone au XIXe
    siècle : les langues étrangères comme palimpsestes chez quelques écrivains du canon (Heine, Büchner, George, Wedekind), par Dirk Weissmann 
  • Écrivains russes du XIXe siècle : écrivains plurilingues ? par Olga Anokhina 

PART II / IIÈME PARTIE : INDIVIDUAL ANALYSES / ANALYSES INDIVIDUELLES 

  • The Glory and Confusion of Babel : Jac. Ahrenberg and Multilingualism par Julia Tidigs 
  • Léon Tolstoï et Charles De Coster : poétique et politique de l’hétérolinguisme romanesque au XIXe siècle par Rainier Grutman 
  • Jens Baggesen or the Attempt to Write in “European” at the Beginning of the 19th Century, par Ana-Stanca Tabarasi-Hoffmann 
  • Passion with(out) Reason? Heliade Radulescu’s Work as a Case of Literary Multilingualism in the 19th Century Romanian Principalities, par Iulia Cosma 
  • Foreign Words in German Lyric Poetry: Heinrich Heine and August von Platen par Till Dembeck 
  • « Quelle langue parlais-je ? » : la genèse plurilingue des Illuminations d’Arthur Rimbaud par Esa Christine Hartmann