Archives par mot-clé : plurilinguisme littéraire

Estudios Románicos, n° spécial Plurilinguisme dans les langues romanes

Vol. 32 (2023): Plurilingüismo en la lenguas románicas

Coordonné par Maribel Peñalver Vicea et Cheryl Toman, le volume aborde le thème du plurilinguisme dans les littératures romanes, il inclut deux textes inédits de l’écrivain Nedim Gürsel et de l’écrivaine Ying Chen, ainsi que deux entretiens avec les écrivaines Carmen Boustani et Safaa Fathy.

Estudios Románicos

Vol. 32 (2023): Plurilingüismo en la lenguas románicas

El monográfico del volumen 32, coordinado por Maribel Peñalver Vicea (Universidad de Alicante) y Cheryl Toman (Universidad de Alabama), aborda el tema del plurilingüismo en las literaturas románicas e incluye dos textos inéditos, del escritor Nedim Gürsel y de la escritora Ying Chen respectivamente, además de dos entrevistas a las escritoras Carmen Boustani y Safaa Fathy.

Publicado: 24-04-2023

DOI: https://doi.org/10.6018/estudiosromanicos

Consultable en ligne : https://revistas.um.es/estudiosromanicos/issue/view/21451

Sommaire

Le plurilinguisme dans les littératures romanes par Maribel Peñalver Vicea y Cheryl Toman

Le soupir du Turc assis entre deux chaises par Nedim Gürsel

Pluriling par Ying Chen

Entretien avec Carmen Boustani par Maribel Peñalver Vicea

Entretien avec Safaa Fathy par Maribel Peñalver Vicea

Étrangéité culturelle et linguistique chez Akira Mizubayashi : comment dire ? ou nanto ittara iika ? par Margarita Alfaro Amieiro

Le roman marocain francophone et l’alternance codique par Abdelaziz Amraoui

Escritura translingüe en el Caribe colombiano : Los Cristales de la Sal (2019) de Cristina Bendek) par Kate Averis

Hétérolinguisme : écrire et figurer l’expérience plurilingue par Anne Godard

Les langues : carte(s) d’identité plurielle. L’écriture autobiographique de Rosie Pinhas-Delpuech, entre traumatismes historiques et enjeux linguistiques par Sarah Kouider Rabah

« Cette étrangère que je suis » : Immigration, Plurilinguisme et Contestation (Copi, Nella Nobili) par Anne-Laure Rigeade

Entre les langues ou la question du plurilinguisme littéraire par Isabelle Simões Marques

“Portraits de plurilingues : de l’école à la littérature” Séminaire de didactique des langues-cultures – jeudi 27 avril 2023 – 15h-17h

En présentiel à l’université de Savoie Mont-Blanc : Bâtiment 5 – Salle 502 – Campus Jacob Bellecombette (Chambéry) 
ou sur Zoom en cliquant sur ce lien : https://zoom.us/j/94123043615?pwd=eXAxOTNsN0Y0UEJCcitudmQrc0FVQT09

Clara Mortamet, Professeure, Université Jean Monnet Saint-Etienne (ECLLA), et Anne-Sophie Morel, MCF, Université Savoie Mont Blanc (LLSETI). 

Clara Mortamet
Dessiner les langues
La recherche présentée associe langue(s) et art(s) visuel(s). Elle repose sur une collaboration entre une artiste et une sociolinguiste. L’un des points de départ est le travail d’Eva Tornow, dont les « portraits-calligrammes d’élèves fictifs » prennent appui sur des propos entendus dans un collège d’éducation prioritaire. Ce travail offre, au-delà d’une simple représentation de la diversité langagière dans l’institution, une façon de conceptualiser l’espace de discours qu’est un collège.
Nous avons repris cette idée de conceptualiser, à travers le portrait, la diversité langagière, mais en augmentant ces œuvres des discours des acteurs sur leurs langues. Nous avons travaillé avec 28 enfants et collégiens issus de quartiers populaires, pour certains allophones. Avec ces « portraits de plurilingues », nous rejoignons les expériences de dessins réflexifs (Molinié, 2009), à ceci près qu’ici le dessin est guidé par l’artiste et sa technique, et que l’objectif est d’exposer ces œuvres ainsi que des extraits de discours. La richesse linguistique apparait à travers le nombre de langues évoquées (27), mais aussi les dizaines de façons d’en parler et de les dessiner.

Anne-Sophie Morel
« Entre deux territoires, entre deux langues, entre deux mémoires ». Étudier des écrivains plurilingues en classe de Français Langue Étrangère
Parce qu’elle offre des expériences propres à renforcer la conscience subjective des apprenants, en tant qu’apprenants d’une langue étrangère, mais aussi, plus largement, en tant qu’autres, la littérature est un outil de médiation, d’accès à la découverte de l’autre et de soi. C’est cette médiation interculturelle que favorise la littérature que nous souhaiterions explorer, en considérant plus particulièrement les récits des écrivains « migrants » plurilingues (Mathis-Moser, Mertz-Baumgartner, 2012).
Vivant ou ayant vécu entre plusieurs langues, ayant écrit en plusieurs langues dont le français, ces auteurs mettent au jour dans leurs récits la complexité de leur position « entre-deux » et de la construction de soi dans cet espace inédit. Ces passages d’une langue à l’autre, d’une frontière à l’autre, les poussent à interroger leur rapport aux langues et l’imaginaire qui leur est attaché, leur intrication avec l’Histoire, leur place dans leur processus de création et les reconfigurations identitaires qui en découlent. Dans la large gamme des écritures de soi, l’autobiographie langagière (Allouache, Blondeau, Potolia, 2020) est un lieu privilégié d’expression et de réflexion.
Les « portraits de plurilingues » qui s’y dessinent, permettent d’engager un processus réflexif auprès d’étudiants de Master FLE, futurs enseignants de FLE, inscrits en cours de Didactique de la littérature (Molinié, 2006, 2015 ; Godard, 2015). Ils favorisent, dans le cadre d’ateliers d’écriture, la prise de conscience interculturelle et métalinguistique, et participent d’une didactique de la littérature renouvelée, fondée sur une appropriation sensible du texte.

Lien vers l’actualité du site : http://www.llseti.univ-smb.fr/web/llseti/320-actualites-du-laboratoire.php?item=2403

Travaux de Littérature. Vol. XXXV

Francophonie, plurilinguisme et production littéraire transnationale en français depuis le Moyen Âge

Sous la direction scientifique de Maxime DEL FIOL

Ce volume, qui rassemble des spécialistes de littérature française des siècles anciens et des spécialistes de littératures « francophones » modernes et contemporaines, interroge de manière critique le paradigme national-monolingue qui a présidé à la construction du canon de l’histoire littéraire en France. Il envisage une nouvelle histoire mondiale des littératures de langue française, articulée autour de deux éléments principaux : d’une part, la dissociation entre langue française, littérature en français et territoire français ; d’autre part, la reconnaissance de l’environnement plurilingue de la production littéraire de langue française, pour les territoires extérieurs à la France comme pour la France elle-même. Cette relecture francophone de l’histoire littéraire, globale et plurilingue, invite ainsi à rompre avec le modèle de pensée francocentré et monolingue. La notion de francophonie es présente aussi du même coup comme une certaine manière de relire des textes écrits ne français entre les langues, en restituant les échanges culturels et linguistiques transnationaux qui, en France comme à l’extérieur du territoire français, ne cessent de les irriguer depuis les origines.

TABLE DES MATIÈRES

Maxime DEL FIOL, Introduction : Pour une histoire francophone, transnationale et plurilingue, des littératures de langue française

Florent COSTE, Francophonie médiévale et plurilinguismes médiévistes

Clothilde DAUPHANT, Eustache Deschamps, premier poète national ? Les débuts d’une conception politique de la francophonie au XIVe siècle

Alain CORBELLARI, Existe-t-il une littérature « suisse romande » au Moyen Âge ?

Muriel OTT, Villon, poète musicien ? Remarques sur la réception de Villon par Marot et Rabelais

Jean-Charles MONFERRAN, Choix du français et « surconscience linguistique » chez quelques écrivains français de la Renaissance

Sylvan CHABAUD, Louis Bellaud, un poète en provençal et en fran§ais ? Études de quelques textes en français dans une œuvre poétique en langue d’oc au XVIe siècle

Gilles SIOUFFI, Réflexions sur la déterritorialisation du français aux XVIIe et XVIIIe siècles

Alexandre STROEV, Des stratégies littéraires et politiques des écrivains russes des Lumières

Corinne SAMINADAYAR-PERRIN, Écrire latin en français au XIXe siècle

Rainier GRUTMAN, Le symbolisme, un mouvement francophone avant la lettre

Bernard RIBÉMONT, La Joyeuse entrée de Charles le Téméraire. Bruges-1467-Gand d’Edmond Picard. Une « joyeuse entrée lugubre » dans l’histoire de la Belgique

Anthony MANGEON, La littérature coloniale est-elle une littérature francophone ?

Mickaëlle CEDERGREN, Auteure suédoise, écrivaine fran§aise – La posture auctoriale et littéraire de Marika Stiernstedt

Christophe PREMAT, L’héritage francodoxe de Léopold Sédar Senghor

Jean-Marie KLINKENBERG, Insécurité langagière et identité dans les littératures francophones. Un discours bllge à la fin du XXe siècle

Paola CODAZZI, À travers et entre les langues : l’exemple de la Suisse romande

Jeanne E. GLESENER, Les langues sous la peau : perspectives translingues de la littérature francophone luxembourgeoise

Odile HAMOT, De la langue des Grands Nègres à la « chose la plus intime » : Les français pluriels dans Le Cœur à rire et à pleurer de Maryse Condé

Camille LOTZ, Abdellatif Laâbi, passeur de langues et de mondes

Lise GAUVIN, Des poétiques narratives à la croisée des langues

Laurent DEMOULIN, Belgicismes et littérature belge. Confidences d’un Belge francophone édité à Paris.

Mounira CHATTI, Entre les langues : pour une esthétique de l’hétérogène

Myriam SUCHET, Écrire en français au pluriel : une hypothèse pour une recherche affectée

L’autre nom du bonheur était français de Shumona Sinha, Gallimard, 2022

Extraits :

Moi qui imite assez fidèlement les chansons en bengali, hindi ou en anglais, je ne sais toujours pas chanter en français. Les consonnes muettes sont des repères perdus. Les voyelles sont la part virtuelle de la langue. Elles ne sont pas des sons, mais le souffle. Elles flottent, volent, éthériques. Elles ne m’aident pas à m’agripper aux mots et la mélodie s’éloigne de moi.

À l’heure du petit déjeuner, j’ai ma mère au téléphone. En bengali, je bafouille, je balbutie. Je prononce des mots en français et m’excuse auprès d’elle, du vide apparaît un mot, maladroit, affadi, un simulacre du vocabulaire bengali. J’emploie ces mots comme pour caler un meuble bancal avec les bouts de carton. Pour me féliciter, elle délaisse le bengali et choisit l’anglais, emploie des formules de politesse figées. Est-ce pour venir à mi-chemin vers moi, vers mon français ?

Shumona Sinha est née à Calcutta en 1973. À 22 ans, elle commence à apprendre le français en Inde, décision qu’elle définit comme « sa petite révolte post-coloniale » contre l’anglais, langue du colonisateur. Arrivée en France en 2001, elle poursuit des études de lettres et enseigne l’anglais en France. Traductrice de poésie bengalie contemporaine, romancière (Fenêtre sur l’abîme, 2008 ; Assommons les pauvres, 2011), elle raconte les changements et les croisements de culture (Apatride, 2017 ; Le Testament russe, 2020). Dans L’autre nom du bonheur était français, son sixième ouvrage, paru en octobre 2022, Shumona Sinha fait le récit de son voyage d’une langue à l’autre, de sa langue natale, le bengali, à sa langue « vitale », le français.

Traduire un texte hétérolingue : entretien autour de Clamor/Clameur de Hocine Tandjaoui

Entretien de Hocine Tandjaoui, Olivia C. Harrison et Teresa Villa-Ignacio autour de Clamor/Clameur (New-York : Litmus Press, 2021) – 17 juin 2022, Université Grenoble Alpes


Hocine Tandjaoui, né en Algérie et vivant en France depuis l’âge de 23 ans, est actuellement trésorier de l’association Maisons de la Sagesse-Traduire, fondée en 2017 par Barbara Cassin et Danièle Wozny. Il a publié : Le Temps de nous-mêmes (Paris : Éditions Saint Germain des Prés, 1974), Les Jours Lents (Paris : Leo Scheer, 2003), La Bande noire dans l’ombre (Paris : 108 Édition, 2016), Ainsi que tous les hommes (Paris : 108 Edition, 2020). Il a également signé en 2017 un « proème » intitulé « Clameur », publié dans le recueil Clameur & autres textes (Paris : 108 Édition, 2017). Ce texte poétique, qui se présente sous l’angle de son hybridité générique, de l’intermédialité et de l’hétérolinguisme, fait retour sur l’enfance de l’auteur à Biskra, ville de garnison où commence la guerre d’Algérie en 1954. Il a été traduit en anglais par Olivia C. Harrison et Teresa Villa-Ignacio et a paru, en version bilingue, sous le titre Clamor/Clameur[1] (New-York : Litmus Press, 2021).

Olivia C. Harrison est traductrice et professeure associée en français et en littérature comparée à University of Southern California.  Elle est l’autrice de deux monographies, Transcolonial Maghreb: Imagining Palestine in the Era of Decolonization (Stanford: Stanford University Press, 2016) et Natives Against Nativism: Antiracism and Indigenous Critique in Postcolonial France (à paraître en 2023).

Teresa Villa-Ignacio est traductrice et professeure associée en français et en traduction à Kent State University.  Elle travaille actuellement sur une monographie, Translational Poethics: French-American Postlyric Communities since the end of WWII

Ensemble, elles ont co-dirigé Souffles-Anfas: A Critical Anthology from the Moroccan Journal of Culture and Politics (Stanford: Stanford University Press, 2016) et un numéro spécial de la revue Expressions maghrébines, « Traduire le Maghreb » (2016).

Cet entretien entre l’écrivain et ses traductrices a eu lieu lors de la journée d’études « Écrire – traduire – accueillir : savoir-faire avec les différences » (17 juin 2022, Université Grenoble Alpes) organisée par Myriam Geiser (UGA, ILCEA 4) Laura Reeck (Allegheny College) et Pascale Roux (UGA, Litt&Arts).

Continuer la lecture de Traduire un texte hétérolingue : entretien autour de Clamor/Clameur de Hocine Tandjaoui

Lire et Écrire entre les langues – un projet scientifique collaboratif

Faisant suite au colloque Écrire entre les langues qui a été organisé à l’INALCO en juin 2021, un projet scientifique intitulé « Lire et écrire entre les langues : littérature, enseignement, traduction, création » (LEEL) est lancé à partir de 2022.

Réunissant les partenaires initiales, enseignantes et chercheuses à PLIDAM à l’Inalco, DILTEC et THALIM à l’Université Sorbonne Nouvelle, LPL et SUPFLES à Aix-Marseille Université et CIRPALL à l’Université d’Angers, le projet LEEL s’est agrandi avec la participation de collègues de LERMA (Aix-Marseille Université), LITT&ARTS (Université Grenoble Alpes), ELL2 (Université de Lausanne et LPIC (Haute Ecole Pédagogique-Vaud) engagé.e.s dans une collaboration de recherche sur le plurilinguisme dans l’écriture et la réception littéraires et sur les pratiques plurilingues créatives en contexte pédagogique.

Continuer la lecture de Lire et Écrire entre les langues – un projet scientifique collaboratif

Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Annonce de parution : Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p.

ISBN : 9783643911216

Présentation des auteurs :

Les articles réunis dans cet ouvrage étudient des œuvres destinées à la jeunesse dans lesquelles une ou des langues constituent un enjeu littéraire. À l’instar de ce qui se passe dans la littérature « pour les grands », les langues y trouvent une place en tant qu’objet de la fiction.

La question est envisagée sous trois angles : l’apprentissage des langues comme apprentissage du monde ; le rapport entre langue(s) et identités ; les langues inventées et leur traduction.

Autant de pistes polyglottes qui sont explorées ici dans plusieurs genres et traditions : française et allemande, britannique et américaine, mais également belge et portugaise, polonaise, russe et tchèque, voire dans une perspective « weltlittéraire » (Knauth).

Continuer la lecture de Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection “Nouvelle poétique comparatiste” n°34, 2015.

ISBN 978-2-87574-267-4

Présentation de l’autrice :

L’ouvrage s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion depuis le nouveau millénaire, le plurilinguisme littéraire, et qui a pour originalité d’historiciser le propos en explorant une période charnière, la fin du XIXe siècle.

Aucun ouvrage existant n’est vraiment centré sur ce tournant du siècle, moment où la doxa de pureté de la langue et les esprits nationalistes tendent à promouvoir, voire à imposer l’idéal du monolinguisme et où, parallèlement, persiste à travers l’Europe et le monde un nombre important de situations et d’expérimentations diverses à contre-courant du monolinguisme puriste.

Continuer la lecture de Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Agota Kristof ou l’écriture de la frontière. Compte rendu de : Sara De Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019.

Dans un ouvrage érudit, dense et référencé, Sara De Balsi entend rendre compte du statut excentrique au sein de la francophonie translingue, d’Agota Kristof, écrivaine d’expression française d’origine hongroise, en montrant comment elle construit sa position déterritorialisée à travers des processus d’effacement et d’isolement qui renvoient, thématiquement, à la traversée de la frontière – nationale et linguistique.

Continuer la lecture de Agota Kristof ou l’écriture de la frontière. Compte rendu de : Sara De Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019.

Parution : Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle/ Mapping multilingualism in 19th century european literatures – sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann.

Vient de paraître un recueil d’études en français et en anglais sur le plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle, portant sur des ensembles géographiques/linguistiques (Pologne, Bulgarie, Italie, Allemagne, Russie, Finlande) et des analyses croisées d’œuvres parues entre 1800 et 1880, soulignant les relations littéraires nouées par les textes, par-delà les frontières linguistiques ou nationales. 

Mapping Multilingualism in 19th Century European Literatures – Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle, sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann. Berlin-Münster-Wien-Zürich-London, LIT-Verlag, 2019.

ISBN : 978-3-643-91098-1

Contents / Sommaire :

Introduction : Close the Gap! Literary Multilingualism Studies and the 19th Century / « Close the Gap! » Pour une étude du plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle par Olga Anokhina, Till Dembeck, Dirk Weissmann 

PART I / IÈRE PARTIE : LANDSCAPES / PANORAMAS 

  • Monolingual City, Multilingual Voices: Polish Exile Writers in 19th Century Paris, par Jana-Katharina Mende 
  • L’espace littéraire bulgare au XIXe siècle : plurilinguisme
    d’écriture, monolinguisme de l’historiographie littéraire nationale, par Marie Vrinat-Nikolov 
  • Le plurilinguisme italien au XIXe : le siècle des contraires, par Emilio Sciarrino 
  • Poetry and Literary Language Barriers in Nineteenth-Century Italy: The Case of Three ‘Dialect Poets’, par Valentina Gosetti and Paul Howard 
  • Politics of Language, Politics of Genre, and Jewish Authorship: Multilingual Panegyric Odes and German ‘Mother Tongue’ Songs
    in Napoleonic Europe, par Kathrin Wittler 
  • La dimension plurilingue de la littérature germanophone au XIXe
    siècle : les langues étrangères comme palimpsestes chez quelques écrivains du canon (Heine, Büchner, George, Wedekind), par Dirk Weissmann 
  • Écrivains russes du XIXe siècle : écrivains plurilingues ? par Olga Anokhina 

PART II / IIÈME PARTIE : INDIVIDUAL ANALYSES / ANALYSES INDIVIDUELLES 

  • The Glory and Confusion of Babel : Jac. Ahrenberg and Multilingualism par Julia Tidigs 
  • Léon Tolstoï et Charles De Coster : poétique et politique de l’hétérolinguisme romanesque au XIXe siècle par Rainier Grutman 
  • Jens Baggesen or the Attempt to Write in “European” at the Beginning of the 19th Century, par Ana-Stanca Tabarasi-Hoffmann 
  • Passion with(out) Reason? Heliade Radulescu’s Work as a Case of Literary Multilingualism in the 19th Century Romanian Principalities, par Iulia Cosma 
  • Foreign Words in German Lyric Poetry: Heinrich Heine and August von Platen par Till Dembeck 
  • « Quelle langue parlais-je ? » : la genèse plurilingue des Illuminations d’Arthur Rimbaud par Esa Christine Hartmann