Archives par mot-clé : plurilinguisme

Spectacle “En langueS françaiseS” à Paris, Le 8 octobre 2023 à la Cité Internationale des Arts de Paris et le 9 octobre 2023 à la Cité Universitaire de Paris

En langueS françaiseS, processus au long cours

Recherches, investigations, rencontres, écritures, jeux, traversées, imaginaires.

Dix textes.
Dix auteurs.
Dix interprètes.
Dix heures.

En langueS françaiseS débute en 2020 à la Cité Internationale des Arts.
Dix auteurs de l’espace dit « francophone » sont invités en écriture, en dramaturgies, en langages d’un monde en communs et en différences.

En LangueS françaiseS est une pièce de théâtres.
Un manifeste de mots dans les français du monde, un poème décuplé à l’horizon changeant.
Une audace partagée par-delà les frontières.

Et aussi tout autres choses. En langueS françaiseS.

En 2023, nous avons dit tout cela à Bordeaux en juin, à Uzeste en août, à Cognac en septembre.

Nous voici àLimoges. Le 30 septembre.

Et nous nous déployons à Paris les 8 et 9 octobre prochains.

C’est la dernière étape avant la suite. C’est un nouveau laboratoire de recherches, une suite en suspensions, un GRAND rendez-vous.

Avec les autrices et les auteurs :

Amira Gehanne Khalfallah (Algérie), 
Dorcy Rugamba (Rwanda), 
Jean d’Amérique (Haïti), 
Françoise Dô (Martinique),
Isabelle Loubère (Occitanie), 
Dalila Boitaud (France), 
Yaya Diomandé (Côte d’Ivoire), 
Valérie Cachard (Liban), 
Sedjro Giovanni Houansou (Bénin). 

Avec les actrices de la recherche

Myriam Suchet, Julie Peghini

Avec les actrices et acteurs du processus :

Claudia Noëlla Shimwa, François Rascalou, Wilda Philippe, Jean-Marie Songy, Marie-Leïla Sekri, 
Vincent Mazaudier, Isabelle Loubère, Christophe lafargue dit Garniouze, Dalilà Boitaud-Mazaudier, Cyril Dillard, Adrien Maufay, Nathalie Harb, Ingrid Serreau, Anouk Roussely, Christophe Quesnel, Sophie Duluc, Izène Depinay, Adrien Guillot, Katie Palluault

Nous vous invitons avec tant de plaisirs pour ces instants tout à fait extra ordinaires.

A Limoges.

A Paris.

Et dans les langueS françaiseS du Tout Monde.

Rejoignez-nous dans les communs de nos divergences, dans les espaces sensibles de nos éclats de verbes. 


Le 8.10.2023 de 14h à 21h à la Cité Internationale des Arts de Paris, 18 Rue de l’Hôtel de ville, 75004 Paris. Métro Pont Marie (Cité Internationale des Arts)

Le 9.10.2023 de 14h à 22h à la Cité Internationale Universitaire de Paris, Fondation Lucien Paye, 45 Bd Jourdan, 75014 Paris. Tram T3A et RER B Cité universitaire

Entrée libre 
Renseignements au 06 22 51 09 16 ou 07 60 88 28 40


Toute l’équipe de la compagnie Uz et Coutumes et du processus En langueS françaiseS adresse ses plus amples remerciements à Bénédicte Alliot et l’équipe de la Cité Internationale des Arts et à Julie PEGHINI, directrice de la Fondation Paye.
Vous avez su nous ouvrir les portes et la voie en toute dernière minute, sans vous cette invitation n’existerait pas.
Grâce à vous….

Katie Palluault
Compagnie Uz et Coutumes
www.uzetcoutumes.com

Parution Glottopol n°38 Les langues dans la famille

Les langues dans la famille, Glottopol, Revue de sociolinguistique en ligne, Presses universitaires de Rouen et du Havre

https://journals.openedition.org/glottopol

Numéro dirigé par
J. Aguilar, N. Auger, M. Bento, C. Cavalla, A. Godard, C. Mendonça Dias, C. Peigné, S. Stratilaki-Klein, P. Trévisiol-Okamura

Ce numéro spécial est l’aboutissement d’un colloque, reporté à deux reprises, qui finalement n’a pas pu voir le jour (cf. https://languesfamille.sciencesconf.org/, dernière consultation le 1er septembre 2022). À part les neuf co-signataires de cette introduction, d’autres collègues, qui ont dû abandonner le projet pour différentes raisons, ont rendu possible cette publication. Nous tenons ici à remercier chaleureusement : Myriam Abouzaïd, Nadia Bacor, Alice Burrows, Isabelle Cros, Gilles Forlot, Paola Gamboa, Cécile Leguy et Muriel Molinié.

Ce numéro thématique propose des articles originaux qui cherchent à développer des problématiques autour des liens entre la famille, les langues et d’autres institutions socialement plus complexes. Les travaux sont regroupés autour de deux axes :

  • Les langues de l’enfant : de la maison à l’école et de l’école à la maison ;
  • Les perspectives sociolinguistiques sur les transmissions linguistiques et culturelles.

Accès direct au numéro à retrouver en ligne

https://journals.openedition.org/glottopol/2849

José Aguilar, Nathalie Auger, Margaret Bento, Cristelle Cavalla, Anne Godard, Catherine Mendonça Dias, Céline Peigné, Sofia Stratilaki-Klein, Pascale Trévisiol-Okamura : Introduction

Marija Apostolovic : Le romani familial et le romani de l’école : tensions, répercussions et choix didactiques

Nathalie Auger : Les langues des familles, des langues d’assez bonne « qualité » pour l’école ? Retour sur les représentations enseignantes

Déborah Caira : Une approche compréhensive des enjeux identitaires : Güldeniz, une mère d’élève turcophone en situation d’appropriation de la langue de l’école

Claude Devichi et Christelle Mazière : Les pratiques langagières familiales modulent-elles l’acquisition d’une langue régionale à l’école ?

Beñat Lascano : Immersive bilingual primary learning in a regional minority language (basque). Discourse outcomes in basque l1 and french l1 students

Sabrina Alessandrini : Deuxièmes générations d’adolescents et transmission intergénérationnelle des langues d’origine : étude de cas sur la politique linguistique des 68 familles migrantes d’origine africaine en contexte italien

Marina Branca et Nicolas Sorba : Un siècle d’évolution de la transmission intergénérationnelle du corse

Véronique Fillol et d’Elatiana Razafimandimbimanana: Gestions du plurilinguisme en famille : perspectives intergénérationnelles

Natacha Roudeix : Être Inuk et plurilingue à Kuujjuaq au Nunavik (grand Nord Québécois) pour marcher ensemble les langues

Sofia Stratilaki-Klein : Représentations identitaires, socialisation langagière et compétences plurilingues des élèves allophones

Philippe Glâtre : Ateliers de poésie orale et branchements langagiers à la Réunion

Donatienne Woerly : Représentations d’un plurilinguisme conflictuel dans l’album autobiographique L’arabe du futur de Riad Sattouf

Compte-rendus

par Sandra Pérez-Ramos : Pujol Berché, Mercè (Coord.), 2020, Le langage au carrefour des
disciplines. Hommage au professeur Christian Lagarde
. Perpignan : Presses Universitaires de Perpignan, 439 p.

par Héloïse Elisabeth Ducatteau : Mariana Dominguez Fonseca Favre, 2022, Didactique du plurilinguisme et intercompréhension intégrée : étude de pratiques en terrain catalan et occitan, Limoges, Lambert-Lucas, 266 p. (en corse, et en français)

Appel : Le Mythe de la Pentecôte : littérature, traduction, pensée, arts

Toulouse, France, 9 et 10 novembre 2023

APPEL À COMMUNICATIONS / CALL FOR PAPERS (31/03/2023)

Le Mythe de la Pentecôte : littérature, traduction, pensée, arts

The Myth of Pentecost: literature, translation, theory, arts

Der Pfingstmythos in Literatur, Übersetzung, Denken, Kunst

Colloque/Conference/Tagung

Toulouse, France/Frankreich 9+10 Novembre/November 2023

Université Toulouse Jean-Jaurès Maison de la recherche
5 allées Antonio Machado
31058 TOULOUSE

Organisé par/Organized by/Organisatoren :

Claire PLACIAL (Maitresse de conférences en littérature comparée, Université de Lorraine, UR Écritures, membre junior de l’IUF)

Dirk WEISSMANN (Professeur d’études germaniques, Université Toulouse Jean-Jaurès, Centre de Recherches et d’Études Germaniques et ITEM/CNRS)

Conférences / Keynotes :
Prof. Dr. Monika SCHMITZ-EMANS, Ruhr-Universität Bochum

Pr. Anne TOMICHE, Sorbonne-Université

[Scroll down for the English version] [Deutsche Fassung unten stehend]

Le mythe de la Pentecôte : littérature, traduction, pensée, arts

Si l’on ne compte plus les travaux consacrés aux reprises, représentations, interprétations du mythe biblique de la Tour de Babel (Genèse 11,1-9), le récit concurrent du « miracle » de la Pentecôte (Actes 2,1-4) et sa réception ont beaucoup moins retenu l’attention de la recherche. Cela vaut à la fois pour l’exégèse du texte biblique que pour ses diverses translations dans la littérature, les arts, la pensée et la traductologie. Tandis que le mythe de Babel a généralement donné lieu à des conceptions « malheureuses » de la diversité linguistique, l’épisode des « langues de feu » descendant sur les Apôtres en les transformant en traducteurs-interprètes universels, capables de parler et de se faire entendre en des langues qu’ils n’ont pas apprises, propose une autre vision du plurilinguisme, du langage, du sens, de la traductibilité.

De plus cet épisode légitime la diffusion du message biblique dans toutes les langues : la Bible chrétienne appelle elle-même à sa traduction, ce qui implique une conception du texte et du sacré différant de celle qui s’exerce dans le judaïsme et a fortiori l’islam, où la langue de fixation du texte est sacrée elle-même. De là la possibilité d’une prolifération de traductions bibliques, y compris pour servir de support à la fixation écrite de langues jusque-là essentiellement orales, dans le cadre des missions par exemple.

Sur la base de ce premier constat, notre colloque se propose d’analyser, à partir d’études de cas et d’aperçus historiques, les processus de réception, d’appropriation et de théorisation du récit de la Pentecôte à travers la littérature, les arts et l’histoire des idées. Pour le XXe siècle et la période récente, on pourra élargir le corpus étudié vers les médias audio- visuels (cinéma, pièces radiophoniques, séries, etc.). Reprise par des écrivains, artistes et philosophes, le paradigme pentecôtiste, aussi bien l’épisode narratif du « miracle » que ce qu’il sous-tend dans la pensée du langage, donne lieu à des représentations, fictionnalisations, problématisation de phénomènes tels que la glossolalie (psychologique, religieuse, littéraire), la xénoglossie, le plurilinguisme et la traduction, en véhiculant différentes conceptions de la relation de l’homme au langage et aux langues.

À quel moment, dans quels contextes, sous quelles formes, le récit de la Pentecôte a- t-il influencé la création littéraire, artistique et la vie intellectuelle dans les domaines français, allemand, anglais et dans d’autres aires linguistiques ? Comment les questions de la diversité linguistique, de la traduction, de la communication ou, plus généralement, du sens, y sont- elles abordées, parmi d’autres ? Quels liens s’y tissent avec le discours théologique, religieux, mystique ? Quels sont les liens entre le mythe de la Pentecôte et celui de Babel et leurs diverses interprétations ? S’agit-il d’un rapport antithétique ? complémentaire ? réparateur?

Nous invitons les chercheurs en littérature, langues, traductologie, histoire culturelle, histoire de l’art, philosophie, etc. à envoyer leurs propositions de contribution (entre 250 et 500 mots), accompagnée d’une brève notice bio-bibliographique, avant le 31 mars 2023, à claire.placial@univ-lorraine.fr et dirk.weissmann@univ-tlse2.fr.

Une publication des contributions au colloque est prévue aux Presses Universitaires de Lorraine.

Continuer la lecture de Appel : Le Mythe de la Pentecôte : littérature, traduction, pensée, arts

L’autre nom du bonheur était français de Shumona Sinha, Gallimard, 2022

Extraits :

Moi qui imite assez fidèlement les chansons en bengali, hindi ou en anglais, je ne sais toujours pas chanter en français. Les consonnes muettes sont des repères perdus. Les voyelles sont la part virtuelle de la langue. Elles ne sont pas des sons, mais le souffle. Elles flottent, volent, éthériques. Elles ne m’aident pas à m’agripper aux mots et la mélodie s’éloigne de moi.

À l’heure du petit déjeuner, j’ai ma mère au téléphone. En bengali, je bafouille, je balbutie. Je prononce des mots en français et m’excuse auprès d’elle, du vide apparaît un mot, maladroit, affadi, un simulacre du vocabulaire bengali. J’emploie ces mots comme pour caler un meuble bancal avec les bouts de carton. Pour me féliciter, elle délaisse le bengali et choisit l’anglais, emploie des formules de politesse figées. Est-ce pour venir à mi-chemin vers moi, vers mon français ?

Shumona Sinha est née à Calcutta en 1973. À 22 ans, elle commence à apprendre le français en Inde, décision qu’elle définit comme « sa petite révolte post-coloniale » contre l’anglais, langue du colonisateur. Arrivée en France en 2001, elle poursuit des études de lettres et enseigne l’anglais en France. Traductrice de poésie bengalie contemporaine, romancière (Fenêtre sur l’abîme, 2008 ; Assommons les pauvres, 2011), elle raconte les changements et les croisements de culture (Apatride, 2017 ; Le Testament russe, 2020). Dans L’autre nom du bonheur était français, son sixième ouvrage, paru en octobre 2022, Shumona Sinha fait le récit de son voyage d’une langue à l’autre, de sa langue natale, le bengali, à sa langue « vitale », le français.

Traduire un texte hétérolingue : entretien autour de Clamor/Clameur de Hocine Tandjaoui

Entretien de Hocine Tandjaoui, Olivia C. Harrison et Teresa Villa-Ignacio autour de Clamor/Clameur (New-York : Litmus Press, 2021) – 17 juin 2022, Université Grenoble Alpes


Hocine Tandjaoui, né en Algérie et vivant en France depuis l’âge de 23 ans, est actuellement trésorier de l’association Maisons de la Sagesse-Traduire, fondée en 2017 par Barbara Cassin et Danièle Wozny. Il a publié : Le Temps de nous-mêmes (Paris : Éditions Saint Germain des Prés, 1974), Les Jours Lents (Paris : Leo Scheer, 2003), La Bande noire dans l’ombre (Paris : 108 Édition, 2016), Ainsi que tous les hommes (Paris : 108 Edition, 2020). Il a également signé en 2017 un « proème » intitulé « Clameur », publié dans le recueil Clameur & autres textes (Paris : 108 Édition, 2017). Ce texte poétique, qui se présente sous l’angle de son hybridité générique, de l’intermédialité et de l’hétérolinguisme, fait retour sur l’enfance de l’auteur à Biskra, ville de garnison où commence la guerre d’Algérie en 1954. Il a été traduit en anglais par Olivia C. Harrison et Teresa Villa-Ignacio et a paru, en version bilingue, sous le titre Clamor/Clameur[1] (New-York : Litmus Press, 2021).

Olivia C. Harrison est traductrice et professeure associée en français et en littérature comparée à University of Southern California.  Elle est l’autrice de deux monographies, Transcolonial Maghreb: Imagining Palestine in the Era of Decolonization (Stanford: Stanford University Press, 2016) et Natives Against Nativism: Antiracism and Indigenous Critique in Postcolonial France (à paraître en 2023).

Teresa Villa-Ignacio est traductrice et professeure associée en français et en traduction à Kent State University.  Elle travaille actuellement sur une monographie, Translational Poethics: French-American Postlyric Communities since the end of WWII

Ensemble, elles ont co-dirigé Souffles-Anfas: A Critical Anthology from the Moroccan Journal of Culture and Politics (Stanford: Stanford University Press, 2016) et un numéro spécial de la revue Expressions maghrébines, « Traduire le Maghreb » (2016).

Cet entretien entre l’écrivain et ses traductrices a eu lieu lors de la journée d’études « Écrire – traduire – accueillir : savoir-faire avec les différences » (17 juin 2022, Université Grenoble Alpes) organisée par Myriam Geiser (UGA, ILCEA 4) Laura Reeck (Allegheny College) et Pascale Roux (UGA, Litt&Arts).

Continuer la lecture de Traduire un texte hétérolingue : entretien autour de Clamor/Clameur de Hocine Tandjaoui

Captations vidéos : Dialogue interdisciplinaire sur “les langues comme objets migrateurs” – 10 juin 2022 – Marseille


Journée d’études enregistrée le vendredi 10 juin 2022 au Centre de la Vieille Charité, Cinéma Le Miroir, à Marseille, diffusée sur la chaine Youtube des Musées de Marseille :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLok-Exu1uYxUEvtB8wz7mX9bdaSydGuLR

Coordination scientifique :

Muriel Molinié et Anne-Sophie Cayet Sorbonne Nouvelle, EA2288, DILTEC autour de l’œuvre de Marianne Mispelaëre dans le cadre de l’action “Nouveaux commanditaires

Un projet soutenu par la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso, la Fondation des Artistes, le FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec l’Académie d’Aix-Marseille, dans le cadre du grand réseau académique Marseille Vieux Port et de la politique académique de l’Éducation Prioritaire, L’Université Sorbonne Nouvelle, EA2288 DILTEC, Aix-Marseille Université (LPL et SUPFLES).

Médiation – production de la commande : thankyouforcoming.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-de%CC%81cran-2022-06-14-a%CC%80-13.04.49-355x500.png.

Journée d’études “Autobiographies langagières” 24 juin 2022 – Paris 8

NOTIONS, FORMES, DISPOSITIFS

Journée d’études :

VENDREDI 24 JUIN 2022, DE 9H À 17H45
UNIVERSITÉ PARIS 8 , AMPHI MR 002

Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

et à distance 
Inscription sur le site de la journée d’études :

Entrée libre mais inscription obligatoire avant le jeudi 23 juin 
Le lien de connexion sera envoyé aux personnes inscrites en ligne. 

Pour plus d’informations :

http://journee-al-p8-auth.web.auth.gr/index.php

L’autobiographie langagière (AL) est un outil largement connu en Didactique des langues (DDL). Au cours de ces dernières années, à travers différents projets européens, recherches-action dans des collèges et lycées de Seine-Saint-Denis, des associations de formation de migrant.e.s, ainsi qu’à l’Université Paris 8, nous en avons élaboré un dispositif d’intervention pédagogique qui se développe dans la durée.

Programme ci-dessous :

Continuer la lecture de Journée d’études “Autobiographies langagières” 24 juin 2022 – Paris 8

Écrire – traduire – accueillir : savoir-faire avec les différences – 16 juin 2022 – Grenoble

Journée d’études, 16 juin 2022, 9h30-17h, Université Grenoble Alpes, Maison des langues, salle Jacques Cartier.

Cette journée a le double objectif de prolonger les réflexions sur l’hospitalité et l’accueil actuellement soulevées par les recherches pluridisciplinaires sur les phénomènes de migration, et d’explorer des réflexions théoriques et pratiques sur la traduction culturelle, et notamment littéraire.

  • Dans une approche de « recherche-action » seront abordés l’action de l’association Maisons de la sagesse-Traduire (fondée en 2017 par Barbara Cassin et Danièle Wozny) et les enjeux de la traduction dans une perspective d’accueil et d’accompagnement, avec des professionnel·le·s intervenant dans les milieux associatif et universitaire.
  • Une réflexion pluridisciplinaire sera menée sur l’écriture et la traduction littéraires en contexte plurilingue .

Le point de départ de cette journée est l’édition bilingue (français/anglais) du « proème » Clamor/Clameur (2021) de Hocine Tandjaoui, écrivain né en Algérie en 1949 et vivant à Paris. Il sera présent, ainsi que ses deux traductrices, Olivia C. Harrison (University of Southern California) et Teresa Villa-Ignacio (Stonehill College).

La journée est coportée par Myriam Geiser (ILCEA4), Laura Reeck (Professeure invitée au sein de l’ILCEA4 et de Litt&Arts, Allegheny College) et Pascale Roux (Litt&Arts), cette journée s’inscrit dans le programme « Atelier de traduction-création » de la SFR Création (Université Grenoble Alpes).

Programme : https://litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/sites/litt-arts/files/Mediatheque/je_ecrire-traduire-accueillir_ilcea4_programme.pdf

Contact :
myriam.geiser@univ-grenoble-alpes.fr / lreeck@allegheny.edu / pascale.roux@univ-grenoble-alpes.fr

Dialogue interdisciplinaire sur “les langues comme objets migrateurs” – 10 juin 2022 – Marseille

Journée d’études vendredi 10 juin 2022

Coordination scientifique :

Muriel Molinié et Anne-Sophie Cayet Sorbonne Nouvelle, EA2288, DILTEC autour de l’œuvre de Marianne Mispelaëre dans le cadre de l’action “Nouveaux commanditaires

Centre de la Vieille Charité – Cinéma le Miroir, Marseille

Un projet soutenu par la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso, la Fondation des Artistes, le FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec l’Académie d’Aix-Marseille, dans le cadre du grand réseau académique Marseille Vieux Port et de la politique académique de l’Éducation Prioritaire, L’Université Sorbonne Nouvelle, EA2288 DILTEC, Aix-Marseille Université (LPL et SUPFLES).

Médiation – production de la commande : thankyouforcoming.

Cette journée d’étude lance le réseau de recherches Plurilinguisme, Arts, Didactique et Sociétés (PArDIS!), émergeant au sein du laboratoire de Didactique des Langues, des Textes et des Cultures (DILTEC – EA2288) dans des partenariats qui, depuis 2018, donnent une place centrale aux mises en relation entre plurilinguisme, narrations artistiques et littérature (Anne Godard), danse (Nathalie Borgé), créations plurilittératiées (Muriel Molinié, Danièle Moore, etc.), philosophie (Anne-Sophie Cayet) afin de rendre visible l’expérience plurilingue et interculturelle des acteurs, au cœur même de la Cité. Les créations et productions d’élèves, d’étudiants ou encore d’enseignants en formation sont centrales dans ces actions. Elles le sont d’autant plus dans les ateliers menés par l’artiste contemporaine Marianne Mispelaëre, sur la question « des langues comme objets migrateurs », auprès d’adolescents plurilingues de l’Académie d’Aix- Marseille.

Continuer la lecture de Dialogue interdisciplinaire sur “les langues comme objets migrateurs” – 10 juin 2022 – Marseille

14-15 juin 2021 – Ecrire entre les langues – colloque international en ligne

Colloque co-organisé par les équipes PLIDAM de l’INALCO, DILTEC et THALIM de l’Université Sorbonne Nouvelle, LPL et SUFLE de Université Aix-Marseille, CIRPALL de l’Université d’Angers, avec le soutien de l’OIF, de l’UNESCO, de l’Institut du Tout-Monde, de la Maison des Ecrivains et de la Littérature et de la Maison de la Poésie

Ce colloque international explore l’imaginaire des langues dans l’écriture à travers des dispositifs littéraires, d’enseignement des langues et de traduction créative.

Continuer la lecture de 14-15 juin 2021 – Ecrire entre les langues – colloque international en ligne

Annonce : colloque international “Les langues dans la famille” 26-28 mars 2020, Paris

Colloque international et pluridisciplinaire :

“Les langues dans la famille : attitudes, usages, politiques, histoires”

26-28 mars 2020, à Paris (Sorbonne et INALCO)

Organisation Sorbonne-Nouvelle Paris 3, Descartes-Paris 5, INALCO et Université Paul Valéry de Montpellier.

Continuer la lecture de Annonce : colloque international “Les langues dans la famille” 26-28 mars 2020, Paris

Annonce : colloque international “L’écriture du ‘je’ dans la langue de l’exil”

Paris ENS-Ulm 14-16 décembre 2018

Colloque organisé par Isabelle Grell-Borgomano (« Genèses d’autofictions » ITEM/ENS/CNRS) et Jean-Michel Devésa (EA EHIC, Université de Limoges, France)

Ecole Normale Supérieure

45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Continuer la lecture de Annonce : colloque international “L’écriture du ‘je’ dans la langue de l’exil”

Compte rendu : Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018.

Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018, 194 pages. ISSN : 1167-5101 ; ISBN : 979-10-231-0604-6.

La revue Genesis, sous-titrée manuscrits, recherche, invention est une revue internationale de critique génétique de l’Institut des Textes et Manuscrits (ITEM) au sein du CNRS/ENS, elle est publiée deux fois par an par les presses de l’université Paris-Sorbonne. Le numéro 46 est consacré au plurilinguisme littéraire.

Très riche et varié, il se déploie en une introduction de cadrage, suivie d’études et d’inédits sur la question des pratiques d’écriture des écrivains plurilingues. Des varia et une bibliographie génétique 2017 complètent ce volume.

ENJEUX

Olga Anokhina, dont les recherches portent sur la genèse des œuvres des écrivains plurilingues et sur les liens entre plurilinguisme et créativité littéraire, est responsable de l’équipe «Multilinguisme, traduction, création » de l’ITEM (voir ici). Emilio Sciarrino, qui fait partie de l’équipe, a publié sa thèse sur le plurilinguisme littéraire italien. Ensemble, ils signent une longue introduction qui expliquent les enjeux d’une approche génétique des relations du plurilinguisme avec l’écriture et la créativité.

Rappelant que l’analyse littéraire à partir des textes publiés en permet pas de mettre au jour les processus de création des auteurs plurilingues, rappelant également que la perspective nationale adoptée dans l’abord des littératures a conduit à sous-estimé les pratiques plurilingues existant avant la seconde moitié du XXe siècle, ils montrent l’intérêt d’étudier les documents de travail où les langues peuvent intervenir à différents moments et différents degrés, impliquant souvent des pratiques d’autotraduction.

Pour commencer, ils proposent de lever le flou conceptuel qui caractérise cette discipline émergente, où entrent en concurrence, pour désigner les pratiques d’écriture en différentes langues, les termes de « code switching » emprunté à la sociolinguistique, d’hétérolinguisme (Rainier Grutman, Des langues qui résonnent, Québec, 1997) qui vient des études littéraires ou encore de translinguisme (Steven Kellman, The Translingual imagination, Lincoln, 2000), autant de termes qui peuvent être utiles pour désigner des processus particulier de la création en plusieurs langues, mais ne sont pas équivalents. Conformément aux usages européens, ils réservent le terme de multilinguisme à l’espace social et celui de plurilinguisme pour désigner les écrivains et leurs textes tandis que les termes précédemment cités seront utilisés de manière plus ponctuelle pour désigner des stratégies particulières.

L’étude du plurilinguisme, qui s’est développée d’abord en linguistique avec l’ouvrage fondateur de Uriel Weinreich (Languages in contact, New York, 1953), a mis en évidence plusieurs phénomènes d’interférencesentre les langues, principalement le changementet le mélange, qui apparaissent aux niveaux phonétiques, lexicaux et syntaxiques. Dans le domaine littéraire, c’est à Mikhaïl Bakhtine (Problèmes de la poétique de Dostoïeski, 1929, traduit en français en 1970) que l’on doit la notion de polyphonie, concernant non pas seulement les langues, mais les registres et les discours sociaux. Les approches philosophies (Deleuze, Derrida) ont prolongé la réflexion en faisant apparaître les enjeux politiques et et éthiques, mais se sont éloignées de l’analyse des textes et des processus créatifs eux-mêmes.

L’originalité de l’approche génétique est de repartir des archives des écrivains – correspondance, cahiers, journaux personnels, manuscrits, brouillons et documents préparatoires – pour aborder la réalité des situations plurilingues. Sur la base de ces archives, le « profil linguistique » qui se dégage est souvent plus complexe qu’il en paraît : aux cas de bilinguismeou de diglossies’ajoute tout un continuumqui va du bilinguismeau plurilinguisme radicald’un Joyce, nombre d’auteurs considérés comme bilingues (Nabokov, Beckett) étant, en réalité, très bons connaisseurs d’autres langues.

Des travaux récents (voir les ouvrages dirigés ces dernières années par Olga Anokhina) ont constitué une typologie des stratégies d’écriture créatives plurilingues, rappelons notamment :

  • La séparation fonctionnelle des langues (de type texte/métatexte),
  • Le mélange des langues (code-switching),
  • L’écriture parallèle en deux langues,
  • L’écriture consécutive ou l’autotraduction.

Les études réunies plus bas dans le volume complexifient cette liste en montrant des processus d’hybridation, ainsi que le continuumcréatif qui inclut les traductions collaboratives où le dialogue établi avec un tiers traducteur peut conduire à des réécritures.

Cette riche introduction se termine par une réflexion sur la notion de conscience métalinguistique, cette capacité à réfléchir sur le langage en tant que tel, qui se trouve renforcée par les pratiques plurilingues et dont on peut distinguer plusieurs manifestations :

  • L’intérêt intellectuel pour les langues, y compris lorsqu’elles ne sont pas directement utilisées pour l’écriture.
  • La traduction d’autres écrivains.
  • L’invention de langues imaginaires.
  • La réflexion métalinguistique explicite dans les œuvres publiées, les manuscrits ou la correspondance.

ETUDES

Les différentes études qui suivent, richement illustrées de photos de manuscrits portant les traces d’intervention en différentes langues, permettent de dessiner un panorama très diversifié des pratiques d’écriture impliquant plusieurs langues, mettant en évidence des liens toujours riches et complexes qui se tissent entre elles dans la création littéraire des écrivains plurilingues :

  • Hybridations, comme le révèle la genèse d’un poème de Paul Celan, « Huhediblu » où l’allemand, le français et l’anglais s’associent dans des « nœuds hybrides » analysés par Dirk Weissmann qui dévoile aussi le dialogisme sous-jacent avec des citations de Verlaine, Apollinaire et Hans Magnus Ezenberger qui ont inspiré l’auteur.
  • Hétérogénéitéslinguistiques des brouillons qui, outre l’espagnol et l’anglais, marqués par des autotraductions en aller-retour, portent trace des langues étrangères, français, italien, portugais, ainsi que de l’idiolecte familial, marqué par le dialecte Parma-Piacenza, à différentes étapes, et constituent sur le plan linguistique un écho aux hétérogénéités génériques de l’œuvre romanesque de l’écrivain argentin Manuel Puig qu’a étudié Delfina Cabrera.
  • Pratique cachée de l’espagnol et processus d’autotraduction dans la genèse du recueil Mimodrames et Icônesdu poète basque Juan Mari Lekuona, ainsi que le montre Aurélia Arcocha-Scarcia.
  • Ecriture conjointe, marquée par des développements parallèles et des jeux d’influence réciproque, comme le fait apparaître l’étude par Claire Riffard du brouillon en français et en malgache du poème « Presque-songe » de Jean-Joseph Rabearivelo.
  • Annotationsmétadiscursives en anglais ou encore amorcesde poèmes en anglais ou français dans les brouillons de Fernando Pessoa consultés à la Bibliothèque nationale du Portugal par João Dionísio.
  • Autotraductionset jeux sur le matériau sonore, conçus comme des collages– à l’image des montages qu’il utilise dans ses œuvres plastiques – par l’artiste dada Raoul Haussmann dont les brouillons ont été étudiés par Agathe Mareuge, ce qui invite à reconsidérer également la création plastique dans sa relation avec le plurilinguisme des artistes.

 ENTRETIENS

Deux entretiens avec des écrivains plurilingues apportent deux regards très divers : Gao Xingjian, qui associe le plurilinguisme avec une création multimodale : poésie, roman, peinture et cinéma ;LubaJurgenson, dont la réflexion sur le bilinguisme s’appuie sur sa pratique traductrice.

Un ensemble d’entretiens, réalisés par Simona Gallo en 2013, 2015 et 2016, avec l’écrivain Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, font apparaître une création métissée entre l’Orient et l’Occident, mais surtout un dépassement du cadre de l’écriture littéraire, à travers la peinture et le cinéma. Ainsi le film de Gao Xingjian, Le Deuil de la beauté, réalisé en 2013 à partir d’un de ses poèmes, est tourné dans les trois langues que pratiquent l’auteur, chinois français et anglais, sans sous-titrage.

Dans un entretien recueilli par Julia Holter, la traductrice et écrivaine française d’origine russe, Luba Jurgenson, évoque les liens entre les langues et l’expérience corporelle, intime de soi que les mots engendrent en évoquant son enfance russe. Le dualisme corporel se développe dans la pratique de traduction, qui, en retour, réitère pour la traductrice, l’expérience du passageque vit le corps bilingue.

INEDITS

Dans la rubrique des inédits, où il s’agit de faire découvrir des manuscrits encore jamais étudiés, sont publiés deux dossiers génétiques :

Kostis Pavlou analyse trois feuillets du dossier de genèse bilingue du poème « Les libres assiégés » de Dionysios Solomos. On y voit comment la répartition opérationnelle entre le grec, utilisé principalement pour la textualisation et l’italien, qui sert surtout aux notes scénariques (planification et organisation), se complexifie par un certain nombre d’interférences entre les langues qui tendent à remettre en cause la représentation somme toute un peu simplificatrice du rôle de l’italien dans la création poétique de l’auteur.

Emilio Sciarrino présente le « processus de création circulaire » de Giuseppe Ungaretti en suivant le mouvement de traduction et retraduction de « Gridasti : soffoco », un poème initialement écrit en italien, traduit en français en collaboration, puis réécrit en italien à partir de cette expérience traductive, avant d’être une seconde fois traduit en français avec d’autres traducteurs. Le mouvement d’aller-retour, et le dialogue noué par lettres autour des questions d’interprétation, explique l’existence des deux versions du poème et implique aussi de reconsidérer l’ensemble de la genèse du poème en incluant les phases de réception, de traduction collaborative ou d’autotraduction comme des étapes appartenant à un même processus créatif.

A travers l’ensemble de ce volume, on voit aussi comment l’approche génétique du plurilinguisme peut s’enrichir en élargissant ses objets d’une part à la traduction (c’est le programme de recherche que proposent Olga Anokhina et Patrick Hersant, voir le programme ici-même) et en s’attachant également à explorer d’autres formes artistiques (musique, architecture, théâtre, cinéma…) d’autant plus que certains auteurs, comme on l’a vu ci-dessus, associent le plurilinguisme et la création artistique en plusieurs domaines.

Annonce : colloque “Ecritures créatives” à l’université catholique de l’ouest – Angers

6, 7 et 8 juin 2018 à Angers

Représentations contemporaines, processus créatifs et nouveaux enjeux professionnels

Articuler recherche et professionnalisation

Le colloque s’inscrit dans un contexte où les dispositifs d’éducation et de formation sont de plus en plus perméables aux pratiques d’écritures créatives. Outre les dimensions éthiques, anthropologiques et littéraires, seront interrogés les processus d’écriture créative à l’œuvre dans les domaines éducatifs (universitaires, scolaires, périscolaires), professionnels (insertion sociale, développement personnel, entreprise, domaine thérapeutique) et personnels.

On se demandera alors quels sont les enjeux contemporains de ces pratiques inédites en termes d’évolution des représentations, de transferts de compétences, de processus de création, d’autodidaxie…

Ce colloque interdisciplinaire se conçoit comme un espace de rencontres, de croisements et d’échanges ouvert à des chercheurs, des enseignants, des formateurs et des professionnels des domaines concernés.

4 axes

  • Axe 1 : Écrire, ça s’apprend ?
  • Axe 2 : Transmission et transfert de compétences
  • Axe 3 : Anthropologie et développement personnel
  •  Axe 4 : Écritures, nouvelles technologies et nouvelles sociabilités

Programme :

http://ecritures-creatives.uco.fr/navigation/programme/programme-du-colloque-8400.kjsp?RH=2344957599882752

L’écriture créative dans une perspective plurilingue et en contexte de français langue étrangère sera abordée dans plusieurs communications.

Présentation de l’atelier d’écriture “Langue et littérature au XXe siècle”

 Atelier proposé en DUEF 1  – Diplôme universitaire d’études françaises, Sorbonne Nouvelle-Paris 3

étudiants internationaux niveau B2-C1

par Anne Godard au 2e semestre 2018

Intitulé du cours : “Langue et littérature au XXe siècle”

Objectifs :

  • Explorer les liens entre langue et littérature à travers un atelier de lecture/écriture
  • Lire et écrire sont liés comme pratique d’exploration
  • Explorer et jouer avec la langue comme l’ont fait les écrivains au XXe siècle
  • Découvrir des auteurs plurilingues et pluriculturels et partager leur expérience de la création en langue étrange/étrangère
  • Découvrir la littérature contemporaine en allant à la rencontre des écrivains

Organisation du cours :

Le cours est organisé comme un atelier de lecture/écriture

  • Lecture d’auteurs plurilingues qui réfléchissent à leur expérience langagière
  • Travaux d’écriture à chaque séance pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle
  • La plateforme icampus sert au partage des documents écrits

Parcours pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle

  • En ouverture : entrer dans l’écriture, dans la langue, dans la littérature entrer dans les mots, dans la langue : donner et recevoir, oser ou ne pas oser
  • Ensuite : exploration de la langue dans sa matérialité : la langue-matière
  • Enfin : exploration de l’identité altérée par le changement de langue
  1. Ouverture : entrer dans l’écriture, entrer dans la langue : don et autorisation

On entre dans l’atelier / dans la langue par un « mot de passe » à partir duquel on associe

  1. Nommer, normer, faire exister : oral, écrit, mots interdits, mots inventés

On explore la langue, la manière dont on perçoit sa/ses normes, oral / écrit

  1. La langue : formes et sons, image et musique

On regarde et on écoute la langue : formes et sons

  1. Partage des langues, identité et représentation

On explore l’identité plurielle, les mises en scène de soi

  1. Partir, arriver, seuils, métamorphoses : le voyage dans/vers une autre langue

Quand le partage se fait mouvement dans l’espace et le temps, un avant/après, ici/là-bas

  1. Mémoire, temporalité, transmission

On s’interroge sur la mémoire, le rapport au temps, les figures de médiation

Corpus :
  • textes réflexifs d’auteurs plurilingues :  Huston, Mizubayashi, Cheng, Sa, Esteban, Alexakis, Laferrière, Chamoiseau, Green, Baron-Supervielle,
  • textes d’exploration et de jeux sur la langue : Queneau, Tardieu, Michaux, Leiris…

Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme

Le carnet de recherches s’ouvre à la présentation du projet « Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme ».

Il permettra d’en suivre le déroulement et les prolongements à travers des comptes rendus de travail et de lecture, des présentations de démarches et  de corpus.

GROUPE DE TRAVAIL :

Porté par une équipe d’enseignantes de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 :

  • Déborah Aboab,
  • Anne Godard,
  • Virginie Rajaud-Allaneau,
  • et Donatienne Woerly,

Ce projet de recherche-action comporte :

  • un volet pédagogique : ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme,
  • un volet recherche : réflexions autour des relations littérature / plurilinguisme / apprentissage / création.

PRESENTATION DES ATELIERS :

Mis en place à l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, les ateliers d’écriture sont destinés à des apprenants de niveau A2 à B2 dans les diplômes de langue et culture françaises (DULF et DUEF). Ils visent principalement à développer leur sens de la langue ainsi que la conscience réflexive qu’ils peuvent avoir de leur parcours langagier.

Ces ateliers s’inscrivent dans un champ déjà balisé : tradition déjà ancienne d’ateliers d’écriture en français langue étrangère, encouragée dans la perspective communicative et actionnelle promue dans l’enseignement des langues par le Cadre européen et pratiquée au DULF dans des ateliers faisant intervenir des écrivains depuis 2008 ; reconnaissance croissante d’un important corpus littéraire contemporain d’œuvres écrites par des écrivains plurilingues ayant le français comme langue d’écriture ; pratique en expansion d’ateliers d’écriture explicitement plurilingues, selon des visées qui peuvent être linguistiques, socio-culturelles et anthropologiques.

Dans le cadre de nos ateliers, nous articulons les dimensions linguistiques, créatives et réflexives à plusieurs niveaux :

  • sensibilisation à la matière de la langue (dimensions sonores et graphiques, polysémie, connotations, registres, expressions figurées) ;
  • questionnements et jeux créatifs autour des différentes notions de transferts (perte et don, appropriation) ;
  • pratiques créatives de traduction et travail sur la notion d’intraduisible ;
  • réflexions autour du rapport à la langue / aux langues, des parcours biographiques et de l’identité langagière.

PERSPECTIVES DE RECHERCHES

Dans la pratique comme dans la réflexion qui l’accompagne, nous envisageons ces ateliers d’abord comme un lieu d’expérimentation et d’exploration d’un rapport à la langue qui peut prendre également une dimension artistique, à travers des projets qui mettent en relation le visuel, le sonore et le langagier.

Dans un second temps, nous espérons, par l’analyse des productions, contribuer à décrire les mécanismes de passage d’une langue à l’autre, d’interférence, d’alternance, d’effets d’étrangéité ou d’étrangéisation de/dans la langue. Ce faisant, il s’agit pour nous de mieux comprendre l’articulation entre conscience ou surconscience linguistique, création et appropriation.

Enfin, à travers ces expérimentations pratiques, nous nous interrogeons sur l’articulation avec la création artistique et littéraire contemporaines et la réflexion philosophique sur les arts et le langage.

PROLONGEMENTS

Les prolongements en lien avec la formation dispensée à Paris 3 en didactique du FLE sont les suivants :

  • implication d’étudiants de Master 1 et 2 intéressés par les ateliers d’écriture ;
  • constitution de corpus numériques à analyser.

Nous projetons en 2018-2019 l’organisation d’une journée d’études consacrée aux ateliers de lecture/écriture plurilingue dans une perspective créative et formative en l’ouvrant à différents enjeux :

  • explorer le corpus de la littérature contemporaine où expériences d’exil, plurilinguisme, création langagière et artistique se trouvent articulés ;
  • interroger les catégories telles que langue maternelle / langue étrangère dans l’écriture autour de la notion de création langagière.

Parutions récentes : littérature, plurilinguisme et traduction

Olga Anokhina nous signale ces deux références consultables en ligne :

  • Revue COSMO : Comparative Studies in Modernism n°11 / 2017: Écrivains en transit. Translinguisme littéraire et identités culturelles | Scrittori in transito. Translinguismo letterario e identità culturali, a cura di Franca Bruera, Centro Studi Arti della Modernità, Università degli Studi Torino.

Sommaire et articles en téléchargement

http://www.ojs.unito.it/index.php/COSMO/issue/view/268

  • La main de Thôt n° 2 – Traduction, plurilinguisme et langues en contact (2014,  mis à jour à l’occasion de la  remise en ligne 2017)

La main de Thôt : Théorie, enjeux et pratiques de la traduction, est une revue scientifique multilingue de l’Université de Toulouse II – Le Mirail

Sommaire et articles en téléchargement :

http://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=87

Annonce d’un séminaire doctoral “Les langues des écrivains”, Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Les langues des écrivains

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : Centre Censier 13 rue de Santeuil 75005 Paris, 

Salle 410, trois séances les 25/01, 08/02 et 08/03 de 14h à 18h 

Jeudi 25 janvier 2018 :

Emilio Sciarrino, « Plurilinguisme et création littéraire » (Répondants : Fabiana Bartuccelli, Melissa Melodias et Rafael Mendes).

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur le plurilinguisme littéraire en poétique et didactique.

Jeudi 8 février  2018 :

Pascal Lefranc, « Les langues de Michel Chaillou » (Répondants : Valérie Ducrot, Alexis Hubert et Shungo Morita) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur la notion de langue(s) d’un écrivain en poétique et didactique.

Jeudi 8 mars 2018 :

Anne Godard, « Langue maternelle et autres : la familière étrangeté des métaphores familiales » (Répondants : Carla Campos Cascales, Sonia Delmas) ;

Daniel Delas : « Les écrivains africains francophones et leurs langues » (Répondants : Rosalie Ghanem, Charlotte Guennoc et Hanène Oueslati) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion et bilan du séminaire.

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations fortes de la théorisation et de la didactisation des langues et des cultures-littératures :

  • Les écrivains entre style et manière participent à la fois de l’entretien et de l’invention des langues ; qu’en est-il au juste de leur rapport à la langue, aux langues dans la(les)quelle(s) ils écrivent dans un monde où le plurilinguisme, les traductions, les migrations constituent des circonstances toujours singulières mais certainement très prégnantes pour bon nombre d’entre eux.elles ?
  • Poser soit comme « une sorte de langue étrangère » ainsi que Proust le suggérait, soit comme toujours singulière si ce n’est familière voire transparente, la langue dans laquelle s’écrivent les discours littéraires, montrerait la tension à l’œuvre entre des représentations et des pratiques, entre des usages et des conceptualisations. Cette tension ne permet pas de régler a priori les conflits inévitables dès que discours puisque « la seule manière de défendre une langue, c’est de l’attaquer » (encore Proust !) – ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes didactiques.

Le séminaire organisera trois moments forts autour de ces problèmes en invitant à chaque fois un écrivain ou un critique spécialiste d’un écrivain puis, après avoir interrogé son parcours du point de vue de ses langues au travail, en tentant à partir de ce premier échange une reconceptualisation de la (des) langue(s) des écrivains – qui est peut-être aussi celle de tous les discours où les processus de subjectivation jouent à plein régime…

 

Annonce : 1er décembre, séminaire plurilinguisme et créativité : l’écriture thérapeutique

Le séminaire de l’équipe de recherches  “Multilinguisme, traduction, création” de l’ITEM codirigé par Olga Anokhina et Patrick Hersant sera consacré à un atelier d’écriture plurilingue dans une perspective thérapeutique :

  • le vendredi 1er décembre de 14h30 à 16h30
  • salle 311, ITEM-CNRS site Pouchet (59-61 rue Pouchet 75017 Paris)
  • Sara GREAVES de l’Université d’Aix-Marseille
    présentera sa vision thérapeutique de l’écriture plurilingue :
    Le creative writing plurilingue en milieu médical
    (Dire l’exil)

Cette communication portera sur un atelier d’écriture plurilingue dans un Centre d’Action Médico-Sociale Précoce, le CAMSP Salvator à Marseille. Proposé aux parents plurilingues d’enfants consultant au CAMSP par le Docteur Jean-Luc Di Stefano et Sara Greaves, il sera présenté sous divers aspects : raison d’être, mise en œuvre, cadre théorique, effets thérapeutiques… Des exemples de productions écrites de ces ateliers seront ensuite étudiés sous l’angle d’une stylistique plurilingue.

La trame et les productions d’un atelier comparable, animé dans le cadre du colloque
« Étudier l’exil », organisé par Alexis Nuselovici (Nouss) et Alexandra Galitzine Loumpet
en mai 2015 à AMU et au MUCEM, peut être consultée ici :
http://nle.hypotheses.org/3711.

Cet atelier a réuni des personnes de situations sociales et d’origines diverses, qui ont toutes une histoire personnelle ou familiale qui relève de l’exil. Les pays d’origine sont, entre autres : l’Algérie, l’Egypte, les Comores, le Salvador, l’Iraq, la Syrie, le Liban, Israël, l’Uruguay… Les textes écrits dans le cadre de cet exil sont destinés, dans leur fond et leur forme plurilingue, à faire passer quelque chose de l’expérience subjective de l’exil.

Annonce d’une matinée d’études – 5 mai 2018 9h-13h : “Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures)”

Dans le cadre des Samedis de l’ED 268 Langage et langues, matinée d’études organisé par Anne Godard et Serge Martin :

“Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures)”

Samedi 5 mai – 9h-13h – DFLE 46 rue Saint-Jacques, 3e étage, salle M

Programme prévisionnel :

Deux conférences :

  1. Hans-Jürgen LUESEBRINK (Université Saarbrücken) : Transferts culturels et traduction : des réénonciations vives(sous réserve)
  2. Serge MARTIN (Sorbonne nouvelle, Paris 3) : La réénonciation de Benveniste à Meschonnic : enjeux pour les didactiques

Deux tables rondes à partir de travaux en cours :

  1. Les ateliers d’écriture plurilingues, une expérience en cours à Paris 3 avec Anne Godard, Donatienne Woerly, Deborah Aboab.
  2. Les lecteurs, les littératures, les didactiques (recherches récentes et en cours) avec Marie Rivière, Zheng Wen, Carla Campos (Sorbonne nouvelle) et Rodrigo Olmeido Judico Becerril (Université nationale autonome du Mexique)