Archives par mot-clé : littérature

ÉCRIRE – TRADUIRE – ACCUEILLIR : SAVOIR-FAIRE AVEC LES DIFFÉRENCES

Journée d’études, 16 juin 2022, 9h30-17h, Université Grenoble Alpes, Maison des langues, salle Jacques Cartier

Cette journée a le double objectif de prolonger les réflexions sur l’hospitalité et l’accueil actuellement soulevées par les recherches pluridisciplinaires sur les phénomènes de migration, et d’explorer des réflexions théoriques et pratiques sur la traduction culturelle, et notamment littéraire.

  • Dans une approche de « recherche-action » seront abordés l’action de l’association Maisons de la sagesse-Traduire (fondée en 2017 par Barbara Cassin et Danièle Wozny) et les enjeux de la traduction dans une perspective d’accueil et d’accompagnement, avec des professionnel·le·s intervenant dans les milieux associatif et universitaire.
  • Une réflexion pluridisciplinaire sera menée sur l’écriture et la traduction littéraires en contexte plurilingue .

Le point de départ de cette journée est l’édition bilingue (français/anglais) du « proème » Clamor/Clameur (2021) de Hocine Tandjaoui, écrivain né en Algérie en 1949 et vivant à Paris. Il sera présent, ainsi que ses deux traductrices, Olivia C. Harrison (University of Southern California) et Teresa Villa-Ignacio (Stonehill College).

La journée est coportée par Myriam Geiser (ILCEA4), Laura Reeck (Professeure invitée au sein de l’ILCEA4 et de Litt&Arts, Allegheny College) et Pascale Roux (Litt&Arts), cette journée s’inscrit dans le programme « Atelier de traduction-création » de la SFR Création (Université Grenoble Alpes).

Programme : https://litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/sites/litt-arts/files/Mediatheque/je_ecrire-traduire-accueillir_ilcea4_programme.pdf

Contact :
myriam.geiser@univ-grenoble-alpes.fr / lreeck@allegheny.edu / pascale.roux@univ-grenoble-alpes.fr

14-15 juin 2021 – Ecrire entre les langues – colloque international en ligne

Colloque co-organisé par les équipes PLIDAM de l’INALCO, DILTEC et THALIM de l’Université Sorbonne Nouvelle, LPL et SUFLE de Université Aix-Marseille, CIRPALL de l’Université d’Angers, avec le soutien de l’OIF, de l’UNESCO, de l’Institut du Tout-Monde, de la Maison des Ecrivains et de la Littérature et de la Maison de la Poésie

Ce colloque international explore l’imaginaire des langues dans l’écriture à travers des dispositifs littéraires, d’enseignement des langues et de traduction créative.

Continuer la lecture de 14-15 juin 2021 – Ecrire entre les langues – colloque international en ligne

Parution : Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. hétérolinguisme et lettres québécoises

Vient de paraître une nouvelle édition, revue par l’auteur, de son ouvrage de référence sur l’hétérolinguisme littéraire.

Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiques Garnier, 2019, 359 pages.

  • ISBN: 978-2-406-08095-4
  • ISSN: 2494-3975
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08097-8

Résumé: Par hétérolinguisme, on entend l’accueil réservé par la littérature à la diversité linguistique (qu’il s’agisse de langues étrangères ou de variétés de l’idiome principal). Comme l’illustre l’exemple du Québec, cette diversité est reliée à des enjeux majeurs, esthétiques aussi bien qu’identitaires.

La première édition, intitulée Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, est parue en 1997 à Montréal, (éditions Fides-CETUQ, coll. « Nouvelles études québécoises », 224 p.).

A la différence du bilinguisme ou du plurilinguisme, qui désignent le répertoire langagier des locuteurs, la notion d’hétérolinguisme permet de désigner des phénomènes de plurilinguisme à l’intérieur des textes littéraires. Il s’agit, selon Rainier Grutman, de « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (1997 : 37). L’étude de ces formes et de leurs enjeux dans les lettres québécoises est l’objet de cet ouvrage inspirant pour tous les chercheurs intéressés par les relations entre écriture et plurilinguisme.

Cette nouvelle édition, entièrement revue et mise à jour, parait dans la collection “Bibliothèques francophones” dirigée par Dominique Combe et Jean-Marc Moura.

Série Littérature québécoise, n° 1,
dirigée par Élisabeth Nardout-Lafarge et Alessandra Ferraro.

Annonce : Ecrire dans / avec les langues : création, expression, réflexion – Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue

Le 18 octobre 2018, de 9h à 17h30, au Centre Censier (salle 410), 13 rue de Santeuil 75005 Paris

Aura lieu une journée d’études organisée par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly, Groupe de recherche : Ecriture et plurilinguisme

DILTEC « Didactique des langues, des textes et des cultures » (EA 2288), 

Présentation :

A la croisée de plusieurs pratiques de création et de formation, les ateliers d’écriture créative en FLE visent à développer et affiner la conscience linguistique en relation avec la sensorialité et les émotions. Dans ce cadre, les textes littéraires et les projets artistiques autour de la langue et des langues offrent des modèles, des amorces et des médiations. Ils ouvrent pour les participants le champ des possibilités d’expression, de création et de réflexion, permettant de transformer le rapport à l’apprentissage et à la notion de maîtrise linguistique. Par le travail qu’ils permettent autour des sentiments et des affects liés aux langues, ils contribuent à la prise de conscience des implications personnelles et subjectives de l’expérience de la pluralité linguistique et culturelle.

Une journée :

  • ouverte aux doctorants et masterants,
  • consacrée aux ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue,
  • faisant suite à la journée du 18 octobre 2017 : « plurilinguisme et arts du langage »,
  • en synergie avec deux matinées sur les « langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (6 février, 29 mars 2018) et une journée autour de « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » (28 novembre 2018).

 

Programme :

9h                   Accueil et présentation de la journée

Ouverture par Valérie Spaëth, directrice du DILTEC (EA2288)

9h15-10h45    « Ecrire dans / avec les langues » : entrée dans les ateliers d’écriture créative

  • Présentation des corpus littéraires, des objectifs des ateliers et des perspectives de recherche
  • Quatre ateliers en parallèle avec une activité emblématique pour chacun (interlangue, traduction, projet d’artiste, sensorialité/réflexivité)
  • Discussion  & bilan collectif

10h45-11h      Pause café

11h-12h          Rencontre avec Yolande Zauberman, écrivaine et réalisatrice

  • Auteure, avec Paulina Mikol Spiechowicz, de Les mots qui nous manquent, Calman Lévy, 2016
  • Questionnements littéraires et artistiques autour de la pluralité des langues et des cultures

12h-14h          Déjeuner

14h-15h30      Diversité des ateliers d’écriture : visées professionnelles et psycho-sociales

  • « Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs » par Alain André (directeur pédagogique d’ALEPH-Ecriture)
  • « Vers une voix-peau plurilingue : l’atelier d’écriture dans un milieu de soin » par Sara Greaves (LERMA, université Aix-Marseille)
  • Discussion : supports, contextes, visés, enjeux : convergences et spécificités

15h30-15h45 Pause café

16h-17h30      Table ronde : retour sur les ateliers plurilingues à l’université avec des enseignants-chercheurs du DILTEC

  • Créativité/réflexivité, performances/compétences : spécificité des apports des ateliers d’écriture
  • Pistes d’analyse et de réflexions sur les productions des apprenants (DULF et DUEF 2017-2018)
  • Discussion : transferts de pratiques, partages d’expérience, passerelles vers formation et recherche

17h30             Clôture

Annonce : colloque “Ecritures créatives” à l’université catholique de l’ouest – Angers

6, 7 et 8 juin 2018 à Angers

Représentations contemporaines, processus créatifs et nouveaux enjeux professionnels

Articuler recherche et professionnalisation

Le colloque s’inscrit dans un contexte où les dispositifs d’éducation et de formation sont de plus en plus perméables aux pratiques d’écritures créatives. Outre les dimensions éthiques, anthropologiques et littéraires, seront interrogés les processus d’écriture créative à l’œuvre dans les domaines éducatifs (universitaires, scolaires, périscolaires), professionnels (insertion sociale, développement personnel, entreprise, domaine thérapeutique) et personnels.

On se demandera alors quels sont les enjeux contemporains de ces pratiques inédites en termes d’évolution des représentations, de transferts de compétences, de processus de création, d’autodidaxie…

Ce colloque interdisciplinaire se conçoit comme un espace de rencontres, de croisements et d’échanges ouvert à des chercheurs, des enseignants, des formateurs et des professionnels des domaines concernés.

4 axes

  • Axe 1 : Écrire, ça s’apprend ?
  • Axe 2 : Transmission et transfert de compétences
  • Axe 3 : Anthropologie et développement personnel
  •  Axe 4 : Écritures, nouvelles technologies et nouvelles sociabilités

Programme :

http://ecritures-creatives.uco.fr/navigation/programme/programme-du-colloque-8400.kjsp?RH=2344957599882752

L’écriture créative dans une perspective plurilingue et en contexte de français langue étrangère sera abordée dans plusieurs communications.

Annonce d’un séminaire doctoral à l’INALCO : “Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?”

SEMINAIRE DOCTORAL ANNUEL :

Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

(responsable : Frosa Pejoska-Bouchereau INALCO-PLIDAM)

Le séminaire doctoral annuel mis en place en 2016 est destiné aux doctorants et aux enseignants- chercheurs. Il s’agit de développer la réflexion et les recherches des axes 4 « Littérature et culture en didactique des langues » et 3 « Lexique et traduction : quelle didactique ? ».

La problématique est centrée sur : Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

Les travaux sur la littérature et l’usage de la littérature en classe de langue étrangère sont rares. Nous procédons à un double questionnement :

1) La place et l’usage de la littérature en didactique des langues étrangères ?
2) Comment aborder les « nouvelles » littératures nées des bouleversements historiques, sociaux et humains du XXème siècle, les traduire et les enseigner ?

Programme 2017-2018

INALCO- RUE DES GRANDS MOULINS 75013 PARIS Salle 3.15 de 17h00 à 19h00

26.10.2017 – Danielle CONSTANTIN, Holy Motors. La force motrice du français dans l’œuvre de Jack Kerouac

30.11.2017 – Patrick HERSANT, Que nous enseignent les brouillons de traducteurs ?

18.12.2017 – Sara DE BALSI, Pour une poétique de la francophonie translingue

25.01.2018 – Mathilde VISCHER L’œuvre d’Andréas Becker : de la langue étrangère à la langue étrangéisée

16.02.2018 – Gisèle SAPIRO, La circulation internationale des œuvres littéraires: conditions et obstacles

 12.04.2018 – Darko TANASKOVIĆ, Avec ou contre l’étranger qui devient moi ? (La déchirure identitaire des écrivains plurilingues)

17.05.2018 – Anne GODARD, Les langues étranges/étrangères du roman : un parcours dans la littérature française

Annonce d’une matinée d’études – 5 mai 2018 9h-13h : “Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures)”

Dans le cadre des Samedis de l’ED 268 Langage et langues, matinée d’études organisé par Anne Godard et Serge Martin :

“Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures)”

Samedi 5 mai – 9h-13h – DFLE 46 rue Saint-Jacques, 3e étage, salle M

Programme prévisionnel :

Deux conférences :

  1. Hans-Jürgen LUESEBRINK (Université Saarbrücken) : Transferts culturels et traduction : des réénonciations vives(sous réserve)
  2. Serge MARTIN (Sorbonne nouvelle, Paris 3) : La réénonciation de Benveniste à Meschonnic : enjeux pour les didactiques

Deux tables rondes à partir de travaux en cours :

  1. Les ateliers d’écriture plurilingues, une expérience en cours à Paris 3 avec Anne Godard, Donatienne Woerly, Deborah Aboab.
  2. Les lecteurs, les littératures, les didactiques (recherches récentes et en cours) avec Marie Rivière, Zheng Wen, Carla Campos (Sorbonne nouvelle) et Rodrigo Olmeido Judico Becerril (Université nationale autonome du Mexique)

« Faire sa langue » et s’exercer comme avec un instrument de musique

La comparaison de la langue avec un instrument de musique permet d’exprimer beaucoup d’aspects du rapport que les écrivains peuvent avoir avec leur langue d’écriture.

 

Faire ses gammes

La langue est à la fois le matériau et l’instrument de la création littéraire (comme le disait Mallarmé à Dugas, on ne compose pas un poème avec des idées, mais avec des mots). La métaphore musicale, ou plutôt de l’instrument de musique insiste sur la pratique assidue, l’exercice, l’entraînement, la maîtrise. Marcel Proust écrivait en 1908 dans une lettre à Madame Strauss « Chaque écrivain est obligé de se faire sa langue, comme chaque violoniste est obligé de se faire son“son” ». L’essayiste japonais Akira Mizubayashi écrit dans Une langue venue d’ailleurs (Gallimard, 2011) qu’il pratique le français comme un musicien qui fait ses gammes.

Le français et les autres langues

Au delà des difficultés d’apprentissage ou de l’expérience de ce que Lise Gauvin appelle dans L’écrivain francophone à la croisée des langues (Karthala, 1997) une « intranquillité », on peut dire que chaque écrivain se fait aussi « sa langue française » en la définissant en relation avec sa langue d’origine. Les qualités attribuées au français sont perçues, construites et imaginées par contraste avec les qualités de la langue maternelle, ce qui explique des visions très différentes du français chez un écrivain d’origine chinoise, russe, espagnol, anglais ou grec.

Pour eux, la distance d’avec la langue étrangère en fait un instrument littéraire, qui permet de se penser avec distance, qui peut être travaillé en soi, dont on prend conscience de l’opacité, et de l’expressivité du style, elle permet un mouvement réflexif, une prise de conscience de ce qu’elle est matérielle. Un instrument perfectible, pas invisible.

Ainsi, par exemple, le français pour François Cheng (Le Dialogue. Une passion pour la langue française, 2002), est une langue « romanesque », « analytique » et « psychologique », à la fois par différence avec le chinois, et en référence à des auteurs comme Madame de Lafayette, Flaubert ou Proust. Inversement, pour Andreï Makine (Le Testament français, 1995), le français, à la différence du russe excessif et passionnel, est associé à la France des Lumières, raffinée et précise.

La langue incarnée dans les œuvres

De plus l’image de la langue se définit aussi en relation avec les textes d’autres écrivains qui ont été les médiateurs vers le français. C’est la langue de Baudelaire, ou celle de Voltaire, ou de Victor Hugo, ou de Proust ou de Rousseau… ce n’est pas « la » langue de façon abstraite, mais son incarnation dans une œuvre, et donc, dans une sensibilité. Dans ce sens, la langue se confond avec la littérature, en tant qu’elle donne accès à du singulier (l’œuvre de tel ou tel auteur), mais un singulier transmissible, au-delà des individualités et au-delà des langues.

La/ma/sa langue – un rapport affectif à notre instrument

Par delà ces visions littéraires, le parcours de ces témoignages offre pour le futur enseignant de langue une occasion unique de réfléchir à son propre rapport aux langues – à sa langue maternelle, que celle-ci soit le français ou une autre langue – et aux langues apprises, à celles qu’il utilise de manière régulière ou non, et, bien sûr, à celle qu’il envisage d’enseigner à des apprenants qui, eux-mêmes, peuvent avoir des relations complexes et paradoxales avec les langues qu’ils pratiquent. L’affectif et l’imaginaire sont impliqués dans le désir comme dans le refus d’apprentissage. Ils sont aussi inscrits dans l’histoire de la langue elle-même, qui a été légitimée, construite et déconstruite par des « professionnels de la langue » qui l’ont aussi imaginée et aimée d’une manière qui dépasse le seul usage utilitaire qu’on peut en faire.

Figures de la langue, choix d’écriture, prise de parole

Langue ou littérature ?

C’est à une interrogation sur la langue d’écriture, pour reprendre une expression qui revient souvent dans les études sur la littérature francophone – ou la francophonie littéraire, que l’on est ici convié.

Pour reformuler la question, les transformations que l’on peut identifier et nommer tels que des procédés de créolisation, d’interlangue, sont des créations des écrivains, et dans le même temps peuvent renvoyer à des phénomènes linguistiques qui ne relèvent pas uniquement de la littérature. Les identifier, les repérer, les cataloguer est-il le travail du linguiste ou du critique littéraire ? Est-ce qu’ils font bouger la langue ou la littérature en ce qu’elle s’autorise à représenter, dans son médium même, l’hétérogénéité constitutive d’un dialogisme que Todorov conçoit comme englobant les phénomènes linguistiques dans les processus plus larges du dialogisme des discours et des cultures ? Autrement dit, est-ce la langue dont la norme se pluralise ou bien l’écriture, qui ne se confond plus avec le modèle scolaire du bien écrire ?

Langue, style, écriture

 

Continuer la lecture de Figures de la langue, choix d’écriture, prise de parole