Archives par mot-clé : littérature

14-15 juin 2021 – Ecrire entre les langues – colloque international en ligne

Colloque co-organisé par les équipes PLIDAM de l’INALCO, DILTEC et THALIM de l’Université Sorbonne Nouvelle, LPL et SUFLE de Université Aix-Marseille, CIRPALL de l’Université d’Angers, avec le soutien de l’OIF, de l’UNESCO, de l’Institut du Tout-Monde, de la Maison des Ecrivains et de la Littérature et de la Maison de la Poésie

Ce colloque international explore l’imaginaire des langues dans l’écriture à travers des dispositifs littéraires, d’enseignement des langues et de traduction créative.

Associé au Concours Inalco & OIF de la nouvelle plurilingue, sur le thème Langues en dialogue, qui imposait comme contrainte linguistique d’employer au moins une autre langue ou variété en plus du français standard (ou français de Paris), il propose, sur une journée et demie, une série de conférences, une table ronde autour de l’axe plurilinguisme de l’UNESCO, suivie de la soirée de remise des prix du Concours à la Maison de la Poésie, ainsi qu’une rencontre avec Zeina Abirached autour de son œuvre Le Piano oriental, suivi de trois ateliers d’écriture/création autour des langues.

Le colloque est gratuit mais ouvert sur inscription :

https://ecrire.sciencesconf.org/registration

En ligne, en mode webinaire sur Zoom.

Informations pratiques : https://ecrire.sciencesconf.org/

Programme

Lundi 14 juin 2021

8h45 Accueil des participants

9h Mots de bienvenue par Isabelle Cros (LPL, AMU / Plidam, Inalco) et Anne Godard (Diltec, USN)

Ouverture institutionnelle par Claudia Pietri (Programme Langues en dialogue, OIF) et Thomas Szende (Plidam, Inalco / Chaire Unesco)

Conférences

Modération : Farbod Farahandouz (PLIDAM, Inalco)

9h15 « Les temps de l’anéantissement et les langues étrangéisées du roman de l’étrangéisation » par Frosa Pejoska (Plidam, Inalco)

10h « La traduction du texte polyphonique les Galaxies, de Haroldo de Campos (1999) » par Inès Oseki-Despré (Cielam, AMU)

Modération : Amélie Leconte (LPL, AMU)

11h « Transcrire la parole en langues : Kourouma, Hampaté Bâ, Miano » par Pierre-Yves Dufeu (Sufle, AMU)

11h45 « ÓOR-JIGEEN, FAM É MININGA : L’imaginaire sexiste des langues africaines dans De purs hommes (2018) de Mbougar Sarr, Herencia de Bidendee (2016) et La bastarda (2016) de Trifonia Melibea Obono » par Ferdulis Zita Odome Angone (Univ. Cheikh Anta Diop, Dakar)

12h30 Déjeuner

Modération : Anne Godard (Diltec, USN)

14h « Performer les mots en langues et en langages pour tramer sa pensée » par Anne-Sophie Cayet (Diltec, USN / Sufle, AMU)

14h45 « Trouver sa « voix peau », entre langue maternelle et langue étrangère : la traduction créative pour anglicistes » par Sara Greaves (Lerma, AMU)

Modération : Marielle Anselmo (PLIDAM, Inalco)

15h30 « Tan fè tan, Édouard Glissant et le génie du créole. De la digenèse à la diglossie » par Loïc Céry (Institut du Tout-Monde)

Modération : Anuradha Kanniganti (Chaire Unesco et INALCO)

16h30-18h30 Inauguration de l’axe 8 : “Plurilinguisme et Lettres” de la Chaire Unesco du Plurilinguisme dans le cadre de la décennie des langues indigènes (IFAP-UNESCO, 2021)
Avec Iman Massoud Sridi, Pascal Bacuez, Michel Liu (Plidam, Inalco), Gilvan Müller d’Oliveira (UFSC, Brésil et Chaire Unesco) et Jyldyz Bakashova (Bibliothèque Nationale de la République Kyrgyz)

19h30 Soirée à la Maison de la Poésie, à Paris et en livestream :

Remise des prix du concours Inalco de la nouvelle plurilingue 2020 avec les étudiants lauréats, les membres du jury et les écrivains parrains du concours : Yasmine Khlat et Jean-Simon DesRochers

Lecture par Cécile Dominjon et les auteurs

Mardi 15 juin 2021

8h45 Accueil des participants

9h Entretien avec Zeina Abirached, autrice du Piano Oriental

Animation : Donatienne Woerly (DILTEC, USN). En partenariat avec la Maison des écrivains et de la littérature (Mél)

10h15 Ateliers parallèles
Présentation : Liliane Hodieb (PLIDAM, INALCO)

Atelier 1 : Modéré par Nadja Maillard (CIRPALL, UA) Kit de désapprentissage de « la langue » : atelier d’élaboration et d’expérimentation Myriam Suchet (Thalim, USN-IUF)
Atelier 2 : Modéré par Catherine David (LPL, AMU) Atelier d’écriture à la croisée des langues : pratique et réflexivité Noëlle Mathis (Les mots voyageurs)
Atelier 3 : Modéré par Aline Marchand (THALIM, USN) Avoir la plume entre deux chaises : jeux de traduction et écriture (ch)orales Katharina Stalder (Maison Antoine Vitez)

12h15 Clôture slamée du colloque par Sibylline Dangers

12h30 Clôture du colloque Isabelle Cros (LPL, AMU / Plidam, Inalco) / Anne Godard (Diltec, USN)

Inscription, programme détaillé et informations complémentaires : https://ecrire.sciencesconf.org/

Comité d’organisation : Marielle Anselmo (INALCO), Isabelle Cros (AMU), Catherine David (AMU), Farbod Farahandouz (INALCO), Anne Godard (USN), Liliane Hodieb (INALCO), Anuradha Kanniganti (INALCO), Amélie Leconte (AMU), Najda Maillard (UA), Alice Marchand (USN), Donatienne Woerly (USN).

NB :

Un deuxième volet du colloque Écrire entre les langues Littérature, enseignement, traduction aura lieu les 16 et 17 juin 2022 à Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence.

Cadrage théorique :

Axe 1 : Le plurilinguisme en littérature : situations, représentations, traductions

La dimension plurilingue de la création littéraire fait l’objet d’études de plus en plus nourries, que ce soit du côté de la littérature comparée (Grutman 2019), des études littéraires du champ contemporain francophone en France (Ausoni 2018), en Europe (De Balsi 2019) ou dans l’espace postcolonial (Moura 1999) ou encore de la génétique textuelle (Anochina et Sciarrino 2018) et des études d’orientation discursive (Suchet 2014), sociolinguistique ou sociologique (Porra 2011). Les écrivains, qu’ils aient grandi dans un environnement plurilingue et diglossique ou qu’ils aient changé de langue à l’occasion d’une migration ou d’un exil, peuvent adopter des postures diverses, adoptant une seule langue écrite ou se partageant entre deux – ou plus – langues d’écriture de poids différents, voire en s’autotraduisant1. Leurs textes font résonner et tissent la pluralité des langues de façon diverses (Gauvin 1999), en fonction de projets esthétiques, poétiques et/ou politiques qui sont à contextualiser. Ils témoignent de parcours qui peuvent être exemplaires et formateurs (Godard et Suchet 2015). Découvrir ces auteurs et leurs œuvres, éclairer leurs pratiques de création avec/dans/ entre la/les langue/s, donner des outils d’analyse, de compréhension et de réflexion, tels sont les objectifs de ce premier axe, prolongé par un entretien avec Zeina Abirached, autrice notamment du Piano oriental (Casterman, 2015)

Axe 2 : Créations plurilingues en didactique des langues : démarches, objectifs, expériences

L’expérience plurilingue, considérée comme un ferment de créativité dans le domaine littéraire et artistique (Anokhina 2012) se trouve, dans le domaine de la didactique des langues, nourrir de nombreux projets artistiques qui visent à développer les compétences langagières à travers un usage sensible et esthétique des langues. A distance des approches fonctionnelles et commnicatives, ou de manière complémentaire avec elles, les ateliers de création – écriture créative, improvisation, théâtre, poésie, slam, kamishibaï, vidéo ou chanson – font souvent du plurilinguisme une thématique ou une ressource, privilégiant une vision de la langue comme expérience plutôt que comme système ou comme outil (Castellotti 2017).

Ces démarches de création entrent en résonnance avec les corpus littéraires plurilingues, soit parce qu’elles s’en inspirent directement, dans un mouvement de lecture-écriture, soit qu’elles en rejoignent les présupposés, les enjeux ou les effets. Selon les cas, il s’agira de développer une relation sensible à une langue nouvelle ou de jouer avec les contraintes linguistiques et les passages de langue, articulant conscience linguistique et expérience langagière (Aboab, Allaneau-Rajaud, Godard, Woerly à paraître 2020). Ou bien encore il s’agira d’insérer les ateliers d’écriture plurilingue dans les démarches biographiques2 pour inaugurer une forme de réflexivité sur le parcours langagier ou migratoire. Les contributions de ce deuxième axe consacré aux créations plurilingues en didactique des langues permettront d’en explorer le fonctionnement à travers des analyses de dispositifs et de productions aussi bien que des restitutions de projets ou la participation à des ateliers.

Bibliographie :

Abirached, Zeina. 2015.Le piano oriental, Casterman.

Aboab Deborah, Allaneau Rajaud Virginie, Godard Anne, Woerly Donatienne, 2020. « Des ateliers littéraires et plurilingues en FLE : de la conscience linguistique à l’expérience langagière », Écritures créatives : représentations contemporaines, processus créatifs, nouveaux enjeux professionnels, Jun 2018, Angers, France, à paraitre P. U. Rennes.

Anochina, Olga, et Emilio Sciarrino, éd. 2018. Entre les langues. Genesis, 46 (18). Paris: PUPS.

Anokhina, Olga, éd. 2012. Multilinguisme et créativité littéraire. L’Harmattan.

Ausoni, Alain. 2018. Mémoires d’outre-langue : l’écriture translingue de soi. Genève: Slatkine érudition.

Castellotti, Véronique. 2017. Pour une didactique de l’appropriation: diversité, compréhension, relation. Langues & didactique. Paris: Didier.

De Balsi, Sara. 2019. Agota Kristof: écrivaine translingue.

Dompmartin-Normand, Chantal. 2016. « Écrivains plurilingues et étudiants de FLE: Rencontres et résonances ». Carnets, no Deuxième série-7 (mai). https://doi.org/10.4000/carnets.1070.

Ferraro, Alessandra, et Rainier Grutman, éd. 2016. L’autotraduction littéraire: perspectives théoriques. Rencontres, 154. Série Théorie littéraire ; 5. Paris: Classiques Garnier.

Gauvin, Lise, éd. 1999. Les Langues du roman : du plurilinguisme comme stratégie textuelle. Montréal: Presses de l’Université de Montréal.

Godard, Anne, éd. 2015. La Littérature dans l’enseignement du FLE. Paris: Didier.

Grutman, Rainier. 2019. Des Langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises. 1re éd. 1997 (Montréal, Fidès). Paris: Classiques Garnier.

Marchand, Aline, et Pascale Roux, éd. 2019. « Entre deux langues : l’écrivain-traducteur et le bilinguisme aux XXe et XXIe siècles ». Recherches & travaux, no 95. https://doi.org/10.4000/recherchestravaux.1652.

Mathis, Noëlle. 2016. « Écrire (entre) ses langues en atelier d’écriture: Une approche plurilingue des textes de Driss Chraïb, Wajdi Mouawad et Nancy Huston ». Carnets, no Deuxième série-7 (mai). https://doi.org/10.4000/carnets.1080.

Moura, Jean-Marc. 1999. Littératures francophones et théorie postcoloniale. Écritures francophones. Paris: Presses universitaires de France.

Porra, Véronique. 2011. Langue française, langue d’adoption: une littérature « invitée » entre création, stratégies et contraintes (1946 – 2000). Passagen 12. Hildesheim: Olms.

Suchet, Myriam. 2014. L’Imaginaire hétérolingue. Paris: Classiques Garnier.

  1. Ferraro et Grutman 2016), (Marchand et Roux 2019 []
  2. Mathis 2016), (Dompmartin-Normand 2016 []

Parution : Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. hétérolinguisme et lettres québécoises

Vient de paraître une nouvelle édition, revue par l’auteur, de son ouvrage de référence sur l’hétérolinguisme littéraire.

Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiques Garnier, 2019, 359 pages.

  • ISBN: 978-2-406-08095-4
  • ISSN: 2494-3975
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08097-8

Résumé: Par hétérolinguisme, on entend l’accueil réservé par la littérature à la diversité linguistique (qu’il s’agisse de langues étrangères ou de variétés de l’idiome principal). Comme l’illustre l’exemple du Québec, cette diversité est reliée à des enjeux majeurs, esthétiques aussi bien qu’identitaires.

La première édition, intitulée Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, est parue en 1997 à Montréal, (éditions Fides-CETUQ, coll. « Nouvelles études québécoises », 224 p.).

A la différence du bilinguisme ou du plurilinguisme, qui désignent le répertoire langagier des locuteurs, la notion d’hétérolinguisme permet de désigner des phénomènes de plurilinguisme à l’intérieur des textes littéraires. Il s’agit, selon Rainier Grutman, de « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (1997 : 37). L’étude de ces formes et de leurs enjeux dans les lettres québécoises est l’objet de cet ouvrage inspirant pour tous les chercheurs intéressés par les relations entre écriture et plurilinguisme.

Cette nouvelle édition, entièrement revue et mise à jour, parait dans la collection « Bibliothèques francophones » dirigée par Dominique Combe et Jean-Marc Moura.

Série Littérature québécoise, n° 1,
dirigée par Élisabeth Nardout-Lafarge et Alessandra Ferraro.

Annonce : Ecrire dans / avec les langues : création, expression, réflexion – Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue

Le 18 octobre 2018, de 9h à 17h30, au Centre Censier (salle 410), 13 rue de Santeuil 75005 Paris

Aura lieu une journée d’études organisée par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly, Groupe de recherche : Ecriture et plurilinguisme

DILTEC « Didactique des langues, des textes et des cultures » (EA 2288), 

Présentation :

A la croisée de plusieurs pratiques de création et de formation, les ateliers d’écriture créative en FLE visent à développer et affiner la conscience linguistique en relation avec la sensorialité et les émotions. Dans ce cadre, les textes littéraires et les projets artistiques autour de la langue et des langues offrent des modèles, des amorces et des médiations. Ils ouvrent pour les participants le champ des possibilités d’expression, de création et de réflexion, permettant de transformer le rapport à l’apprentissage et à la notion de maîtrise linguistique. Par le travail qu’ils permettent autour des sentiments et des affects liés aux langues, ils contribuent à la prise de conscience des implications personnelles et subjectives de l’expérience de la pluralité linguistique et culturelle.

Une journée :

  • ouverte aux doctorants et masterants,
  • consacrée aux ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue,
  • faisant suite à la journée du 18 octobre 2017 : « plurilinguisme et arts du langage »,
  • en synergie avec deux matinées sur les « langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (6 février, 29 mars 2018) et une journée autour de « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » (28 novembre 2018).

 

Programme :

9h                   Accueil et présentation de la journée

Ouverture par Valérie Spaëth, directrice du DILTEC (EA2288)

9h15-10h45    « Ecrire dans / avec les langues » : entrée dans les ateliers d’écriture créative

  • Présentation des corpus littéraires, des objectifs des ateliers et des perspectives de recherche
  • Quatre ateliers en parallèle avec une activité emblématique pour chacun (interlangue, traduction, projet d’artiste, sensorialité/réflexivité)
  • Discussion  & bilan collectif

10h45-11h      Pause café

11h-12h          Rencontre avec Yolande Zauberman, écrivaine et réalisatrice

  • Auteure, avec Paulina Mikol Spiechowicz, de Les mots qui nous manquent, Calman Lévy, 2016
  • Questionnements littéraires et artistiques autour de la pluralité des langues et des cultures

12h-14h          Déjeuner

14h-15h30      Diversité des ateliers d’écriture : visées professionnelles et psycho-sociales

  • « Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs » par Alain André (directeur pédagogique d’ALEPH-Ecriture)
  • « Vers une voix-peau plurilingue : l’atelier d’écriture dans un milieu de soin » par Sara Greaves (LERMA, université Aix-Marseille)
  • Discussion : supports, contextes, visés, enjeux : convergences et spécificités

15h30-15h45 Pause café

16h-17h30      Table ronde : retour sur les ateliers plurilingues à l’université avec des enseignants-chercheurs du DILTEC

  • Créativité/réflexivité, performances/compétences : spécificité des apports des ateliers d’écriture
  • Pistes d’analyse et de réflexions sur les productions des apprenants (DULF et DUEF 2017-2018)
  • Discussion : transferts de pratiques, partages d’expérience, passerelles vers formation et recherche

17h30             Clôture

Annonce : colloque « Ecritures créatives » à l’université catholique de l’ouest – Angers

6, 7 et 8 juin 2018 à Angers

Représentations contemporaines, processus créatifs et nouveaux enjeux professionnels

Articuler recherche et professionnalisation

Le colloque s’inscrit dans un contexte où les dispositifs d’éducation et de formation sont de plus en plus perméables aux pratiques d’écritures créatives. Outre les dimensions éthiques, anthropologiques et littéraires, seront interrogés les processus d’écriture créative à l’œuvre dans les domaines éducatifs (universitaires, scolaires, périscolaires), professionnels (insertion sociale, développement personnel, entreprise, domaine thérapeutique) et personnels.

On se demandera alors quels sont les enjeux contemporains de ces pratiques inédites en termes d’évolution des représentations, de transferts de compétences, de processus de création, d’autodidaxie…

Ce colloque interdisciplinaire se conçoit comme un espace de rencontres, de croisements et d’échanges ouvert à des chercheurs, des enseignants, des formateurs et des professionnels des domaines concernés.

4 axes

  • Axe 1 : Écrire, ça s’apprend ?
  • Axe 2 : Transmission et transfert de compétences
  • Axe 3 : Anthropologie et développement personnel
  •  Axe 4 : Écritures, nouvelles technologies et nouvelles sociabilités

Programme :

http://ecritures-creatives.uco.fr/navigation/programme/programme-du-colloque-8400.kjsp?RH=2344957599882752

L’écriture créative dans une perspective plurilingue et en contexte de français langue étrangère sera abordée dans plusieurs communications.

Annonce d’un séminaire doctoral à l’INALCO : « Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ? »

SEMINAIRE DOCTORAL ANNUEL :

Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

(responsable : Frosa Pejoska-Bouchereau INALCO-PLIDAM)

Le séminaire doctoral annuel mis en place en 2016 est destiné aux doctorants et aux enseignants- chercheurs. Il s’agit de développer la réflexion et les recherches des axes 4 « Littérature et culture en didactique des langues » et 3 « Lexique et traduction : quelle didactique ? ».

La problématique est centrée sur : Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

Les travaux sur la littérature et l’usage de la littérature en classe de langue étrangère sont rares. Nous procédons à un double questionnement :

1) La place et l’usage de la littérature en didactique des langues étrangères ?
2) Comment aborder les « nouvelles » littératures nées des bouleversements historiques, sociaux et humains du XXème siècle, les traduire et les enseigner ?

Programme 2017-2018

INALCO- RUE DES GRANDS MOULINS 75013 PARIS Salle 3.15 de 17h00 à 19h00

26.10.2017 – Danielle CONSTANTIN, Holy Motors. La force motrice du français dans l’œuvre de Jack Kerouac

30.11.2017 – Patrick HERSANT, Que nous enseignent les brouillons de traducteurs ?

18.12.2017 – Sara DE BALSI, Pour une poétique de la francophonie translingue

25.01.2018 – Mathilde VISCHER L’œuvre d’Andréas Becker : de la langue étrangère à la langue étrangéisée

16.02.2018 – Gisèle SAPIRO, La circulation internationale des œuvres littéraires: conditions et obstacles

 12.04.2018 – Darko TANASKOVIĆ, Avec ou contre l’étranger qui devient moi ? (La déchirure identitaire des écrivains plurilingues)

17.05.2018 – Anne GODARD, Les langues étranges/étrangères du roman : un parcours dans la littérature française

Annonce d’une matinée d’études – 5 mai 2018 9h-13h : « Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures) »

Dans le cadre des Samedis de l’ED 268 Langage et langues, matinée d’études organisé par Anne Godard et Serge Martin :

« Pratiques et théories de la réénonciation en didactique des langues et des cultures (dictions, traductions, lectures et écritures) »

Samedi 5 mai – 9h-13h – DFLE 46 rue Saint-Jacques, 3e étage, salle M

Programme prévisionnel :

Deux conférences :

  1. Hans-Jürgen LUESEBRINK (Université Saarbrücken) : Transferts culturels et traduction : des réénonciations vives(sous réserve)
  2. Serge MARTIN (Sorbonne nouvelle, Paris 3) : La réénonciation de Benveniste à Meschonnic : enjeux pour les didactiques

Deux tables rondes à partir de travaux en cours :

  1. Les ateliers d’écriture plurilingues, une expérience en cours à Paris 3 avec Anne Godard, Donatienne Woerly, Deborah Aboab.
  2. Les lecteurs, les littératures, les didactiques (recherches récentes et en cours) avec Marie Rivière, Zheng Wen, Carla Campos (Sorbonne nouvelle) et Rodrigo Olmeido Judico Becerril (Université nationale autonome du Mexique)

« Faire sa langue » et s’exercer comme avec un instrument de musique

La comparaison de la langue avec un instrument de musique permet d’exprimer beaucoup d’aspects du rapport que les écrivains peuvent avoir avec leur langue d’écriture.

 

Faire ses gammes

La langue est à la fois le matériau et l’instrument de la création littéraire (comme le disait Mallarmé à Dugas, on ne compose pas un poème avec des idées, mais avec des mots). La métaphore musicale, ou plutôt de l’instrument de musique insiste sur la pratique assidue, l’exercice, l’entraînement, la maîtrise. Marcel Proust écrivait en 1908 dans une lettre à Madame Strauss « Chaque écrivain est obligé de se faire sa langue, comme chaque violoniste est obligé de se faire son“son” ». L’essayiste japonais Akira Mizubayashi écrit dans Une langue venue d’ailleurs (Gallimard, 2011) qu’il pratique le français comme un musicien qui fait ses gammes.

Le français et les autres langues

Au delà des difficultés d’apprentissage ou de l’expérience de ce que Lise Gauvin appelle dans L’écrivain francophone à la croisée des langues (Karthala, 1997) une « intranquillité », on peut dire que chaque écrivain se fait aussi « sa langue française » en la définissant en relation avec sa langue d’origine. Les qualités attribuées au français sont perçues, construites et imaginées par contraste avec les qualités de la langue maternelle, ce qui explique des visions très différentes du français chez un écrivain d’origine chinoise, russe, espagnol, anglais ou grec.

Pour eux, la distance d’avec la langue étrangère en fait un instrument littéraire, qui permet de se penser avec distance, qui peut être travaillé en soi, dont on prend conscience de l’opacité, et de l’expressivité du style, elle permet un mouvement réflexif, une prise de conscience de ce qu’elle est matérielle. Un instrument perfectible, pas invisible.

Ainsi, par exemple, le français pour François Cheng (Le Dialogue. Une passion pour la langue française, 2002), est une langue « romanesque », « analytique » et « psychologique », à la fois par différence avec le chinois, et en référence à des auteurs comme Madame de Lafayette, Flaubert ou Proust. Inversement, pour Andreï Makine (Le Testament français, 1995), le français, à la différence du russe excessif et passionnel, est associé à la France des Lumières, raffinée et précise.

La langue incarnée dans les œuvres

De plus l’image de la langue se définit aussi en relation avec les textes d’autres écrivains qui ont été les médiateurs vers le français. C’est la langue de Baudelaire, ou celle de Voltaire, ou de Victor Hugo, ou de Proust ou de Rousseau… ce n’est pas « la » langue de façon abstraite, mais son incarnation dans une œuvre, et donc, dans une sensibilité. Dans ce sens, la langue se confond avec la littérature, en tant qu’elle donne accès à du singulier (l’œuvre de tel ou tel auteur), mais un singulier transmissible, au-delà des individualités et au-delà des langues.

La/ma/sa langue – un rapport affectif à notre instrument

Par delà ces visions littéraires, le parcours de ces témoignages offre pour le futur enseignant de langue une occasion unique de réfléchir à son propre rapport aux langues – à sa langue maternelle, que celle-ci soit le français ou une autre langue – et aux langues apprises, à celles qu’il utilise de manière régulière ou non, et, bien sûr, à celle qu’il envisage d’enseigner à des apprenants qui, eux-mêmes, peuvent avoir des relations complexes et paradoxales avec les langues qu’ils pratiquent. L’affectif et l’imaginaire sont impliqués dans le désir comme dans le refus d’apprentissage. Ils sont aussi inscrits dans l’histoire de la langue elle-même, qui a été légitimée, construite et déconstruite par des « professionnels de la langue » qui l’ont aussi imaginée et aimée d’une manière qui dépasse le seul usage utilitaire qu’on peut en faire.

Figures de la langue, choix d’écriture, prise de parole

Langue ou littérature ?

C’est à une interrogation sur la langue d’écriture, pour reprendre une expression qui revient souvent dans les études sur la littérature francophone – ou la francophonie littéraire, que l’on est ici convié.

Pour reformuler la question, les transformations que l’on peut identifier et nommer tels que des procédés de créolisation, d’interlangue, sont des créations des écrivains, et dans le même temps peuvent renvoyer à des phénomènes linguistiques qui ne relèvent pas uniquement de la littérature. Les identifier, les repérer, les cataloguer est-il le travail du linguiste ou du critique littéraire ? Est-ce qu’ils font bouger la langue ou la littérature en ce qu’elle s’autorise à représenter, dans son médium même, l’hétérogénéité constitutive d’un dialogisme que Todorov conçoit comme englobant les phénomènes linguistiques dans les processus plus larges du dialogisme des discours et des cultures ? Autrement dit, est-ce la langue dont la norme se pluralise ou bien l’écriture, qui ne se confond plus avec le modèle scolaire du bien écrire ?

Langue, style, écriture

Une première question qui se pose est justement celle de l’articulation entre langue et écriture, car si l’on récuse l’idée d’une « langue littéraire » qui serait distincte des parlers et serait constituée par la tradition comme une langue à part, qui tiendrait sa spécificité de son écart avec un usage supposé standard, on ne peut éviter, cependant, de se demander si ces altérations que l’on est tenté de rattacher à une pratique de la polyphonie venant faire éclater une langue une et monolithique, transforment véritablement la langue en tant que telle, ou si elles portent plutôt sur une des mises en œuvre possible de la langue à travers l’écriture. On serait alors tenté de rabattre cette diversité sur le style individuel de chaque écrivain, particularité pour ainsi dire inévitable et involontaire, comme la fécondité de son imagination ou sa manière d’être au monde.

Là, une tripartition proposée par Barthes dans le Degré zéro de l’écriture nous semble opérante, c’est celle qu’il fait entre langue, style et écriture. L’écriture se situe à l’articulation entre ce que Barthes appelle l’horizon de la langue, entendue comme une nécessité de nature historique, qui dépasse l’individu, et le style qui, dans sa verticalité, n’est pas plus choisi, mais constitue une contrainte intérieure. L’écriture, à la jonction des deux, se constitue, elle, dans un geste volontaire, par lequel l’écrivain se situe dans la société dont il fait partie. Ainsi, l’écriture selon Barthes relève toujours d’une éthique – le terme d’éthique ici nous est précieux en ce qu’il renvoie à la fois à la notion d’engagement sur des valeurs et de représentation de l’énonciateur dans son discours, dont il est garant et dont il doit pouvoir rendre compte (voir la notion de scénographie et de discours constituant de Maingueneau). L’écriture relèverait donc à la fois d’un positionnement idéologique et d’un travail de mise en scène d’auto-légitimation d’une prise de parole de l’écrivain ou de son représentant fictionnel. C’est à ce titre qu’elle peut dévoiler ou figurer un imaginaire de la langue ou des langues qui vient contester une certaine représentation de la langue littéraire, essentiellement définie par exclusion de ce qui n’est pas « elle ». Céline, dans un entretien, s’offusque qu’on lui ait un jour demandé s’il n’avait pas fait d’emprunts à Joyce, il s’emporte contre toute littérature « de traduction » et termine en disant qu’il a tout trouvé « dans le français lui-même », qui semble, dans ces mots, un fonds inépuisable, non le français académique déjà mort d’Amyot traducteur de Plutarque, mais celui de Rabelais, l’ouvreur de corps, l’ouvreur de langue. L’écriture, au sens plein, fait entendre la parole singulière, et trouve, dans le fonds de la langue ce que la tradition littéraire avait refoulé : le corps, le sexe, la folie. Ce n’est pas avec la raison qu’on fait des enfants, dit Céline. L’opposition faite par Céline entre Amyot et Rabelais n’est pas celle d’un puriste du XVIIe contre un Renaissant s’épanouissant dans le plurilinguisme, c’est celui d’un traducteur, qui conçoit la langue comme un réceptacle d’un contenu qui vient d’ailleurs, contre un créateur qui, avec la langue – dans toute sa polyphonie – construit un monde. C’est de la langue que sort le monde, par l’écriture.

Barthes, dans l’essai auquel on vient de faire référence, considère que pour qu’il y ait émergence d’une problématique d’écriture, il faut que la langue soit suffisamment fixée, il exclut donc toute problématique d’écriture avant 1650 – c’est donc seulement à l’époque classique que peut se mettre en place, selon lui, un choix relevant non de la fixation de la langue, mais des caractéristiques du discours littéraire – ou de l’écriture : effacement de la langue qui semble un outil transparent, et qu’il oppose à l’écriture bourgeoise qui, à la fin du XIXe siècle, mettra en avant le travail dont elle est le résultat, travail d’artisanat patient qui vient orner la langue. Contre cette écriture, viennent, toujours selon Barthes, se situer des tentatives aussi diverses que l’écriture blanche de Camus ou les parlers populaires de Céline et Queneau. Peut-on parler, aujourd’hui, d’une écriture francophone, qu’auraient en commun des écrivains de style très différents, mais qui réuniraient la même exigence de faire entendre dans le français la diversité des langues avec lesquelles le français est en contact ? Serait-on dans une époque où la diversification des français – français des Antilles, français d’Afrique, français du Québec – ferait éclater cet « horizon » en archipels où disparaitrait la problématique de l’écriture en autant d’îlots où reviendrait se poser la question du choix de variété de la langue que l’on institue par la littérature ?

Ecriture, verbe, parole

Une des références récurrentes est celle d’oralité, à laquelle les littératures francophones, par un atavisme culturel, feraient forcément retour. La question de l’oralité dans l’écriture est elle-même plurielle, et renvoie à des questions différentes : on ne s’arrêtera pas ici sur les genres littéraires relevant d’une tradition orale (genres narratifs, déclamatifs ou poétiques, qui ont leurs règles plus ou moins fixes et peuvent reposer sur un certain nombre d’énoncés formulaires), mais plutôt sur la revendication de faire entendre les parlers, dans leur diversité. La problématique ne naît pas avec la francophonie, mais avec la représentation de la diversité linguistique interne au français : français populaire, régional, archaïque, argotique… Mais il faut là encore distinguer des emplois extrêmement divers – allant de l’insertion entre guillemets de termes « colorés » ou « énergiques » fonctionnant comme des motifs décoratifs, détails pittoresques ajoutant, comme un trompe-l’œil une séduction à une représentation qui exhibe son cadre (ainsi chez Balzac), à une prise de position énonciative radicale (chez Céline qui oppose la langue morte du français académique à la langue argotique, seule vivante et seule capable de toucher directement à l’émotion). Cette revendication de Céline (Ma grande attaque contre le verbe) renvoie alors non à l’opposition entre écrit et oral, mais entre le verbe et la parole : comme chez Erasme qui attira les foudres catholiques en choisissant le terme de sermo plutôt que celui de verbum pour traduire le début de la Genèse. Il s’agit bien pour l’écrivain de faire entendre une parole – au sens où les linguistes opposent, depuis Saussure, la parole et la langue – comme émergence singulière d’une conscience et d’une voix adressée à quelqu’un – lecteur, auditeur – qui est le destinataire de ce message qui s’adresse à lui et cherche à le bouleverser. La question de la norme linguistique passe au second plan derrière celle du discours – en tant qu’il institue, à travers une langue qui peut être déformée, un rapport à l’autre qui passe outre les constructions culturelles, idéologiques et sociales selon la dialectique de L’Eloge de la folie qui clame, d’en bas, une vérité renversant les valeurs établies.