Archives par mot-clé : identité

Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Annonce de parution : Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p.

ISBN : 9783643911216

Présentation des auteurs :

Les articles réunis dans cet ouvrage étudient des œuvres destinées à la jeunesse dans lesquelles une ou des langues constituent un enjeu littéraire. À l’instar de ce qui se passe dans la littérature « pour les grands », les langues y trouvent une place en tant qu’objet de la fiction.

La question est envisagée sous trois angles : l’apprentissage des langues comme apprentissage du monde ; le rapport entre langue(s) et identités ; les langues inventées et leur traduction.

Autant de pistes polyglottes qui sont explorées ici dans plusieurs genres et traditions : française et allemande, britannique et américaine, mais également belge et portugaise, polonaise, russe et tchèque, voire dans une perspective « weltlittéraire » (Knauth).

Table des matières

Introduction : Langue(s) et littérature de jeunesse par Britta Benert et Rainier Grutman

Première partie : L’apprentissage des langues comme apprentissage du monde

  1. La Fable animale, multilingue et métalinguistique. Le bibliotope du perroquet par K. Alfons Knauth
  2. Les abécédaires : outils d’apprentissage d’une langue ou lieux stratégiques de l’initation à un ordre social par Danièle Henky
  3. Sprache und Sprachen, Buchstaben und Vokabeln in Bewegungsbüchern und Pop-ups par Monika Schmitz-Emans
  4. Spielerische Erfahrungen von Mehrsprachigkeit : Internationale Kinderlyrik im Arche Kinder Kalender par Julia Bohnengel
  5. Bilderbuch im 19. Jahrhundert – ein Lektüreansatz par Gerson Pomari
  6. Pour adultes. Le langage des images dans la littérature pour la jeunesse par Biagio d’Angelo

Deuxième partie : Langue(s) et identités

  1. Les fictions linguistiques dans les Aventures de Tintin : voies et voix du bruxellois par Rainier Grutman
  2. Playing in the same language – Historia de Dona Redonda e da sua Gente (1942) by Virginia de Castro e Almeida par Maria Teresa Cortez
  3. « Malheur à moi, petit ballon vert. ». Le langage poétique dans la littérature russe pour enfants de 1917-1937 par Elisabeth Kaess

Troisième partie : Les langues inventées

  1. Strange signs. Invented languages from alienation to zany par Emer O’Sullivan
  2. Jeux et réflexions linguistiques dans Le Hollandais sans peine de Marie-Aude Murail par Britta Benert
  3. De l’adaptation à l’adoption : Le Bon Gros Géant de Roald Dahl (1982) et ses avatars français, polonais et tchèques par Mateusz Chmurski
  4. Les langues dans la série Harry Potter, marques d’identité/altérité, et leur traduction française par Catherine Delesse

Langues, apprentissage, identité, traduction

Cet ouvrage dont le propos dépasse la littérature comparée pour aborder des questions didactiques, linguistique et anthropologiques est passionnant par ses ouvertures sur l’histoire longue des relations entre langue(s), apprentissage et identité et par la (re)découverte qu’il propose de textes appartenant à des canons et des ères linguistiques et culturelles différents en les relisant et en les reliant par le thème des langues.

Une première partie très étoffée est consacrée à la dimension pédagogique de l’apprentissage des langues. Elle est placée, dans l’introduction, sous le patronage de Comenius et son Orbis sensualium pictus (Le monde en images) édité à Nuremberg en 1658. Elle regroupe six contributions en français et en allemand consacrées à des genres typiques de la littérature didactique pour la jeunesse (fables et abécédaires) et aux relations entre le texte et l’image, sous différentes formes allant des illustrations des fables aux albums pop-ups et aux contributions d’artistes contemporains.

Pour présenter la deuxième partie, Britta Benert et Rainier Grutman se réfèrent aux sociolectes mis en scène dans  Huckleberry Finn de Mark Twain pour situer la question des rapports entre les langues que l’on parle (ou la manière de les parler) et les identités. Trois contributions étudient des corpus très divers – Tintin, un roman portugais, la littérature de jeunesse de l’Union soviétique – en montrant les enjeux d’identité, sociale, politique ou psychologique des langues dans des corpus et des contextes différents : la présence sous-jacente du flamand (que parlait de la mère d’Hergé) dans Tintin, la représentation des identités comme des données naturelles sous le régime de Salazar, la liberté prise à travers le langage poétique pour contourner la censure de l’époque stalinienne en Union soviétique.

La troisième partie, qui est peut-être la plus accessible, avec des contributions consacrées à des auteurs contemporains, est consacrée à la créativité littéraire des langues inventées. Elle est placée sous le patronage de Swift, dont on sait que les mondes imaginaires que parcours Gulliver dans ses voyages sont aussi une interrogation des pouvoirs et des limites du langage. Quatre contributions s’attardent sur la thématique linguistique et les difficultés de traduction que posent les jeux avec le langage et les langues.  Une exploration ludique de l’arbitraire du signe, des normes, des registres ou encore des représentations de l’apprentissage donnent à certaines oeuvres pour la jeunesse une dimension métalinguistique tout autant qu’interlinguistique.

Signalons également un volume paru en 2015 sous la direction de Britta Benert et consacré au plurilinguisme européen au tournant du XIXe-XXe siècle :

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection « Nouvelle poétique comparatiste » n°34, 2015. ISBN 978-2-87574-267-4

Compte-rendu ici-même : https://ecriplur.hypotheses.org/679

Pour citer cet article : Anne Godard, "Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 06/10/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/667.

Annonce : Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection « Nouvelle poétique comparatiste » n°34, 2015.

ISBN 978-2-87574-267-4

Présentation de l’autrice :

L’ouvrage s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion depuis le nouveau millénaire, le plurilinguisme littéraire, et qui a pour originalité d’historiciser le propos en explorant une période charnière, la fin du XIXe siècle.

Aucun ouvrage existant n’est vraiment centré sur ce tournant du siècle, moment où la doxa de pureté de la langue et les esprits nationalistes tendent à promouvoir, voire à imposer l’idéal du monolinguisme et où, parallèlement, persiste à travers l’Europe et le monde un nombre important de situations et d’expérimentations diverses à contre-courant du monolinguisme puriste.

Fruit d’un colloque qui s’est tenu dans le cadre du XXe Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée à l’Université de la Sorbonne à l’été 2013, les 14 contributeurs du présents volume interrogent cette situation paradoxale à partir de textes littéraires et de leurs auteurs, et contribuent à éclairer les différentes strates du plurilinguisme littéraire 1900 en leur complexe et souvent ambivalent enchevêtrement politique, éthique et esthétique – dont les problématiques ne sont pas sans rappeler les paradoxes du monde actuel dans un contexte où mondialisation et repli identitaire coexistent souvent.

A travers discussions théoriques et études de cas, les études réunies dans ce volume concourent à éclairer sous différents jours l’expression littéraire du plurilinguisme dans le dernier quart du XIXe siècle, au moment même où paraissent les premiers travaux scientifiques consacrés au bilinguisme. Le volume est découpé en trois parties :

  1. Pour une (nouvelle) histoire littéraire : le plurilinguisme 1900 dans différentes aires culturelles
  2. Le plurilinguisme d’auteurs et la question de l’identité
  3. Le plurilinguisme littéraire 1900 et ses connexions théoriques et disciplinaires

Les contributions s’ancrent dans la production littéraire européenne et américaine, autour d’auteurs phares comme les poètes symbolistes français, belges, russes ou allemand, mais aussi Oscar Wilde ou encore Joseph Conrad.

Paradoxes, vertiges et diffusion : le plurilinguisme littéraire comme objet au carrefour des disciplines

Comme le souligne Britta Benert dans son introduction-cadrage, la thématique du plurilinguisme, à la fois vertigineuse et diffuse. Elle implique une approche transdisciplinaire que revendique la littérature comparée, comme discipline « carrefour ». En effet, si l’objet est la littérature – textes et auteurs – les outils d’analyse et les champs disciplinaires convoqués sont nombreux – histoire, politique, linguistique, philosophie, didactique, psychologie – afin de mettre aux jours différentes strates : « des strates économiques, affectives, politiques, esthétiques qui se trouvent désormais souvent couplées à des questionnements identitaires de l’auteur » (p. 14). Le foisonnement des termes et leur instabilité (bilinguisme, plurilinguisme, polyglossie, multilinguisme, hétérolinguisme, hétéroglossie) témoigne de ce caractère diffus déjà évoqué. Cependant, selon Britta Benert, les études restituent, par leur diversité d’approches et d’auteurs traités dans ce moment historique particulier, des thématiques récurrentes :

– le cosmopolitisme, renvoyant aux notions de mélange et d’hybridité (politique et esthétique) avec son versant opposé, qui réduit l’altérité à soi à travers une forme d’assimilation que permet l’exotisme ou qui la rejette comme le font, à cette époque, les nationalismes et leur fantasme de pureté ;

– l’altérité linguistique, qui est le concept central du livre, amenant à réviser les histoires littéraires traditionnelles et à mettre en question la notion même de langue maternelle ;

– la question de la réception, qui voit notamment un intérêt porté aux écrivains eux-mêmes, à travers la dimension identitaire de l’écriture bi/plurilingue, ce dont témoigne également un indéniable foisonnement notionnel, qu’il s’agisse de la fin du XIXe siècle (cosmopolite, étranger, barbare, métèque) ou de la critique littéraire actuelle (écrivains bilingues, plurilingues, translingues, exophones, diglossiques).

Signalons également la parution d’un ouvrage également consacré au plurilinguisme littéraire selon une perspective comparatiste, consacrée au corpus de la littérature de jeunesse :

Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p. ISBN : 9783643911216

Compte-rendu ici-même : https://ecriplur.hypotheses.org/667

Pour citer cet article : Anne Godard, "Annonce : Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 06/10/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/679.

Annonce : colloque international « L’écriture du ‘je’ dans la langue de l’exil »

Paris ENS-Ulm 14-16 décembre 2018

Colloque organisé par Isabelle Grell-Borgomano (« Genèses d’autofictions » ITEM/ENS/CNRS) et Jean-Michel Devésa (EA EHIC, Université de Limoges, France)

Ecole Normale Supérieure

45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Vendredi après-midi : 14.30 – 18.00 – Salle Celan

 « Perspectives théoriques et critiques appliquées » 

(Modération : Isabelle Grell-Borgomano)

  • 14.30-14.45   Ouverture : Isabelle Grell et Jean-Michel Devésa  
  • 14.45-15.15  Alain Ausoni (ENS-Paris, France/Université de Lausanne, Suisse), « Jeaprès d’autres : affiliations littéraires et dialogues d’exilé·e·s dans les mémoires d’outre-langue »
  • 15.15-15.45   Faure Alexandre (Doctorant, Université de Rennes 2, France), « Les Langues de l’exil : écriture du reste »

Pause

  • 16.00-16.30 Dagtekin Seyhmus (Écrivain, Kurdistan-France),« Comme on changerait de monture en cours de route »
  • 16.30-17.00  Sarah Chiche (Écrivain, psychanalyste, Paris), « ‘Je ne suis rien’. Exil de soi et hantises dans le livre de l’intranquilité de Fernando Pessoa » 
  • 17.00-17.30  Darina al Joundi (Écrivaine, dramaturge, actrice, Liban-Paris)​, « Prisonnière de l’exil »
  • 17.30-18.00  Discussion

Samedi matin : 9.30 – 12.45 – Salle Cavaillès

« Voix (croisées) africaines »

(Modération : Lori Saint-Martin)

  • 9.30-10.00  Beata Umubyeyi-Mairesse (Écrivaine, Rwanda-France) :« Comprendre le je, dire le nous : élaboration d’un récit singulier entre français et kinyarwanda »
  • 10.00-10.30 Marie-Claude Hubert (Université de Lorraine, France), « Mukasonga, (se) réfléchir dans l’histoire »
  • 10.30-11.00  Karen Ferreira-Meyers (University of Eswatini)​, « L’Autofiction historique de Vamba Sherif : réécriture en langue étrangère »

Pause

« Se perdre ou se trouver dans la langue de l’A/autre »

(Modération : Jean-Michel Devésa)

  • 11.15-11.45  Lori Saint-Martin (Écrivaine, Université du Québec à Montréal, Québec), « Ma Vie entre les langues »
  • 11.45-12.15 Table ronde : Les Écrivains africains de la diaspora et leur(s) langues : Sami Tchak (Togo) et ​Théo Ananissoh (Togo)
  • 12.15-12.45  Discussion

Samedi après-midi : 14.30 – 18.15 – Salle Cavaillès

« Se dire en terre(s) d’islam »

(Modération : Sylvain Bureau)

  • 14.30-15.00  Arnaud Genon (Écrivain et critique, Allemagne)​,« De la langue du pouvoir au pouvoir de la langue : les différents ‘je’ d’Abdellah Taïa »
  • 15.00-15.30  Abdellah Taïa (Écrivain, scénariste, Maroc-Paris)​,« Manger ou ne pas manger, écrire ou ne pas écrire »
  • 15.30-16.00 Fadoua Roh (Doctorante, Université de Paris IV-Sorbonne), « L’Œuvre d’Abdellatif Laabi ou le moi ‘exilé’ marocain »

Pause

« La Difficulté d’être translingue »

(Modération : Arnaud Genon)

  • 16.15-16.45  Sylvain Bureau (Université fédérale du Paraná – Brésil), « L’« Écrivivance » de ConceiçãoEvaristo ou l’autofiction contemporaine des femmes brésiliennes »
  • 16.45-17.15  M’Raim Malika (Université Ibn Khaldoun, Tiaret,  Algérie), « Écriture et mise en scène du ‘je’ chez la romancière Assia Djebar »
  • 17.15-17.45  Houdu Lucie (Doctorante, Paris 3) : « Un Jetoujours entre deux langues : Tony Harrison et l’écriture poétique de l’exil »
  • 17.45-18.15   Discussion

 Dimanche matin : 9.30 – 12.45 – Salle Cavaillès

« Du choix de la langue du pays d’accueil »

(Modération : Nurit Levy) 

  • 9.30-10.00   Claire Olivier (Doctorante, Université de Limoges, France), « Agota Kristof et les ‘langues ennemies’ »
  • 10.00-10.30  Dirk Weissmann (Université de Toulouse – Jean Jaurès, France), « La Langue de l’Europe, c’est le plurilinguisme — Yoko Tawada et l’identité européenne »
  • 10.30-11.00 Entretien d’Isabelle Grell avec l’auteur Anne Weber

Pause

  • 11.15-11.45  Martina Wagner-Egelhaaf (Université de Münster, Allemagne) : « Autofiction et multilinguisme chez Emine Sevgi Özdamar »

« Fuir l’horreur pour la dire et l’écrire »

(Modération : Dirk Weissmann)

  • 11.45-12.15  Nurit Lévy (Université de Lille, France), « Raymond Federman dans l’entre deux langues. Étude de La Voix dans le débarras/The Voice in the Closet »
  • 12.15-12.45  Georges-Arthur​ Goldschmidt (Écrivain, Allemagne-France)

Dimanche après-midi : 14.30 – 17.45 – Salle Cavaillès

« Le Fil assumé ou dénié de l’exil »

(Modération : Romuald Fonkoua) 

  • 14.30-15.00  Rania Fathy (Université du Caire, Egypte), « La Trilogie de Gulpérie Efflatoun Addalla : l’exil de la langue ? »
  • 15.00-15.30 Nathalie Segeral (University of Hawaï, États-Unis), « Exil, langue maternelle et (non-)maternité dansUne Autobiographie allemandede Cécile Wajsbrot et Hélène Cixous »
  • 15.30-16.00  Linda Lê (Écrivaine, Vietnam-Paris), « Hors Je. À propos de Norman Manea »

Pause

« De l’exil, des langues et de leurs poétiques »  

(Modération : Karen Ferreira-Meyers)

  • 16.15-16.45 Romuald Fonkoua (Université de Paris IV – Sorbonne), « De la langue comme pré-texte : petite histoire d’un faux malentendu francophone » 
  • 16.45-17.15 Claire Legendre (Université de Montréal, Québec), « La Poétique de l’exil dans l’œuvre autofictionnelle de Fernando Arrabal »
  • 17.15-17.45  Discussions