Archives par mot-clé : français langue étrangère

Présentation de l’atelier d’écriture « Langue et littérature au XXe siècle »

 Atelier proposé en DUEF 1  – Diplôme universitaire d’études françaises, Sorbonne Nouvelle-Paris 3

étudiants internationaux niveau B2-C1

par Anne Godard au 2e semestre 2018

Intitulé du cours : « Langue et littérature au XXe siècle »

Objectifs :

  • Explorer les liens entre langue et littérature à travers un atelier de lecture/écriture
  • Lire et écrire sont liés comme pratique d’exploration
  • Explorer et jouer avec la langue comme l’ont fait les écrivains au XXe siècle
  • Découvrir des auteurs plurilingues et pluriculturels et partager leur expérience de la création en langue étrange/étrangère
  • Découvrir la littérature contemporaine en allant à la rencontre des écrivains

Organisation du cours :

Le cours est organisé comme un atelier de lecture/écriture

  • Lecture d’auteurs plurilingues qui réfléchissent à leur expérience langagière
  • Travaux d’écriture à chaque séance pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle
  • La plateforme icampus sert au partage des documents écrits

Parcours pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle

  • En ouverture : entrer dans l’écriture, dans la langue, dans la littérature entrer dans les mots, dans la langue : donner et recevoir, oser ou ne pas oser
  • Ensuite : exploration de la langue dans sa matérialité : la langue-matière
  • Enfin : exploration de l’identité altérée par le changement de langue
  1. Ouverture : entrer dans l’écriture, entrer dans la langue : don et autorisation

On entre dans l’atelier / dans la langue par un « mot de passe » à partir duquel on associe

  1. Nommer, normer, faire exister : oral, écrit, mots interdits, mots inventés

On explore la langue, la manière dont on perçoit sa/ses normes, oral / écrit

  1. La langue : formes et sons, image et musique

On regarde et on écoute la langue : formes et sons

  1. Partage des langues, identité et représentation

On explore l’identité plurielle, les mises en scène de soi

  1. Partir, arriver, seuils, métamorphoses : le voyage dans/vers une autre langue

Quand le partage se fait mouvement dans l’espace et le temps, un avant/après, ici/là-bas

  1. Mémoire, temporalité, transmission

On s’interroge sur la mémoire, le rapport au temps, les figures de médiation

Corpus :
  • textes réflexifs d’auteurs plurilingues :  Huston, Mizubayashi, Cheng, Sa, Esteban, Alexakis, Laferrière, Chamoiseau, Green, Baron-Supervielle,
  • textes d’exploration et de jeux sur la langue : Queneau, Tardieu, Michaux, Leiris…

Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme

Le carnet de recherches s’ouvre à la présentation du projet « Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme ».

Il permettra d’en suivre le déroulement et les prolongements à travers des comptes rendus de travail et de lecture, des présentations de démarches et  de corpus.

GROUPE DE TRAVAIL :

Porté par une équipe d’enseignantes de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 :

  • Déborah Aboab,
  • Anne Godard,
  • Virginie Rajaud-Allaneau,
  • et Donatienne Woerly,

Ce projet de recherche-action comporte :

  • un volet pédagogique : ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme,
  • un volet recherche : réflexions autour des relations littérature / plurilinguisme / apprentissage / création.

PRESENTATION DES ATELIERS :

Mis en place à l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, les ateliers d’écriture sont destinés à des apprenants de niveau A2 à B2 dans les diplômes de langue et culture françaises (DULF et DUEF). Ils visent principalement à développer leur sens de la langue ainsi que la conscience réflexive qu’ils peuvent avoir de leur parcours langagier.

Ces ateliers s’inscrivent dans un champ déjà balisé : tradition déjà ancienne d’ateliers d’écriture en français langue étrangère, encouragée dans la perspective communicative et actionnelle promue dans l’enseignement des langues par le Cadre européen et pratiquée au DULF dans des ateliers faisant intervenir des écrivains depuis 2008 ; reconnaissance croissante d’un important corpus littéraire contemporain d’œuvres écrites par des écrivains plurilingues ayant le français comme langue d’écriture ; pratique en expansion d’ateliers d’écriture explicitement plurilingues, selon des visées qui peuvent être linguistiques, socio-culturelles et anthropologiques.

Dans le cadre de nos ateliers, nous articulons les dimensions linguistiques, créatives et réflexives à plusieurs niveaux :

  • sensibilisation à la matière de la langue (dimensions sonores et graphiques, polysémie, connotations, registres, expressions figurées) ;
  • questionnements et jeux créatifs autour des différentes notions de transferts (perte et don, appropriation) ;
  • pratiques créatives de traduction et travail sur la notion d’intraduisible ;
  • réflexions autour du rapport à la langue / aux langues, des parcours biographiques et de l’identité langagière.

PERSPECTIVES DE RECHERCHES

Dans la pratique comme dans la réflexion qui l’accompagne, nous envisageons ces ateliers d’abord comme un lieu d’expérimentation et d’exploration d’un rapport à la langue qui peut prendre également une dimension artistique, à travers des projets qui mettent en relation le visuel, le sonore et le langagier.

Dans un second temps, nous espérons, par l’analyse des productions, contribuer à décrire les mécanismes de passage d’une langue à l’autre, d’interférence, d’alternance, d’effets d’étrangéité ou d’étrangéisation de/dans la langue. Ce faisant, il s’agit pour nous de mieux comprendre l’articulation entre conscience ou surconscience linguistique, création et appropriation.

Enfin, à travers ces expérimentations pratiques, nous nous interrogeons sur l’articulation avec la création artistique et littéraire contemporaines et la réflexion philosophique sur les arts et le langage.

PROLONGEMENTS

Les prolongements en lien avec la formation dispensée à Paris 3 en didactique du FLE sont les suivants :

  • implication d’étudiants de Master 1 et 2 intéressés par les ateliers d’écriture ;
  • constitution de corpus numériques à analyser.

Nous projetons en 2018-2019 l’organisation d’une journée d’études consacrée aux ateliers de lecture/écriture plurilingue dans une perspective créative et formative en l’ouvrant à différents enjeux :

  • explorer le corpus de la littérature contemporaine où expériences d’exil, plurilinguisme, création langagière et artistique se trouvent articulés ;
  • interroger les catégories telles que langue maternelle / langue étrangère dans l’écriture autour de la notion de création langagière.

Annonce d’un séminaire doctoral « Les langues des écrivains », Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Les langues des écrivains

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : Centre Censier 13 rue de Santeuil 75005 Paris, 

Salle 410, trois séances les 25/01, 08/02 et 08/03 de 14h à 18h 

Jeudi 25 janvier 2018 :

Emilio Sciarrino, « Plurilinguisme et création littéraire » (Répondants : Fabiana Bartuccelli, Melissa Melodias et Rafael Mendes).

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur le plurilinguisme littéraire en poétique et didactique.

Jeudi 8 février  2018 :

Pascal Lefranc, « Les langues de Michel Chaillou » (Répondants : Valérie Ducrot, Alexis Hubert et Shungo Morita) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur la notion de langue(s) d’un écrivain en poétique et didactique.

Jeudi 8 mars 2018 :

Anne Godard, « Langue maternelle et autres : la familière étrangeté des métaphores familiales » (Répondants : Carla Campos Cascales, Sonia Delmas) ;

Daniel Delas : « Les écrivains africains francophones et leurs langues » (Répondants : Rosalie Ghanem, Charlotte Guennoc et Hanène Oueslati) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion et bilan du séminaire.

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations fortes de la théorisation et de la didactisation des langues et des cultures-littératures :

  • Les écrivains entre style et manière participent à la fois de l’entretien et de l’invention des langues ; qu’en est-il au juste de leur rapport à la langue, aux langues dans la(les)quelle(s) ils écrivent dans un monde où le plurilinguisme, les traductions, les migrations constituent des circonstances toujours singulières mais certainement très prégnantes pour bon nombre d’entre eux.elles ?
  • Poser soit comme « une sorte de langue étrangère » ainsi que Proust le suggérait, soit comme toujours singulière si ce n’est familière voire transparente, la langue dans laquelle s’écrivent les discours littéraires, montrerait la tension à l’œuvre entre des représentations et des pratiques, entre des usages et des conceptualisations. Cette tension ne permet pas de régler a priori les conflits inévitables dès que discours puisque « la seule manière de défendre une langue, c’est de l’attaquer » (encore Proust !) – ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes didactiques.

Le séminaire organisera trois moments forts autour de ces problèmes en invitant à chaque fois un écrivain ou un critique spécialiste d’un écrivain puis, après avoir interrogé son parcours du point de vue de ses langues au travail, en tentant à partir de ce premier échange une reconceptualisation de la (des) langue(s) des écrivains – qui est peut-être aussi celle de tous les discours où les processus de subjectivation jouent à plein régime…