Archives par mot-clé : écrivains plurilingues

Compte rendu du Colloque « Écriture du ‘Je’ dans la langue de l’Exil » (14 au 16 décembre 2018 )

Colloque international : « L’Écriture du ‘je’ dans la langue de l’exil, » tenu à Paris (ENS-Ulm) du 14.12 au 16.12.2018 et organisé par Isabelle Grell-Borgomano (« Genèses d’autofictions » ITEM/ENS/CNRS) et Jean-Michel Devésa (EA EHIC, Université de Limoges)

Ce riche colloque ayant compté plus de vingt-cinq interventions de chercheurs et d’écrivains concernés par la thématique de l’écriture du je dans la langue de l’exil, l’objectif n’est pas d’en proposer ici un compte rendu détaillé, d’autant qu’une publication des actes est prévue courant 2019 chez EME Éditions. Des communications dont la liste est reproduite ci-dessous (dans l’ordre chronologique), avec en gras les libres interventions d’écrivains, on tentera de dégager certains questionnements transversaux.

Perspectives théoriques et critiques appliquées

  • Alain Ausoni (ENS-Paris/Université de Lausanne), « Je après d’autres : affiliations littéraires et dialogues d’exilé·e·s dans les mémoires d’outre-langue »
  • Faure Alexandre (Doctorant, Université de Rennes 2), « Les Langues de l’exil : écriture du reste »
  • Dagtekin Seyhmus (Écrivain, Kurdistan-France), « Comme on changerait de monture en cours de route »
  • Sarah Chiche (Écrivain, psychanalyste, Paris), « ‘Je ne suis rien’. Exil de soi et hantises dans le livre de l’intranquilité de Fernando Pessoa » 
  • Darina al Joundi (Écrivaine, dramaturge, actrice, Liban-Paris), « Prisonnière de l’exil »

Voix (croisées) africaines

  • Beata Umubyeyi-Mairesse (Écrivaine, Rwanda-France) : « Comprendre le je, dire le nous : élaboration d’un récit singulier entre français et kinyarwanda »
  • Marie-Claude Hubert (Université de Lorraine), « Mukasonga, (se) réfléchir dans l’histoire »
  • Karen Ferreira-Meyers (University of Eswatini), « L’Autofiction historique de Vamba Sherif : réécriture en langue étrangère »

Les écrivains africains de la diaspora et leur(s) langues

  • Entretien de Jean-Michel Devésa avec Sami Tchak (Togo) et Théo Ananissoh (Togo)

Se dire en terre(s) d’islam

  • Arnaud Genon (Écrivain et critique, Allemagne), « De la langue du pouvoir au pouvoir de la langue : les différents ‘je’ d’Abdellah Taïa »
  • Abdellah Taïa (Écrivain, scénariste, Maroc-Paris), « Manger ou ne pas manger, écrire ou ne pas écrire »
  • Fadoua Roh (Doctorante, Université Paris IV), « L’Œuvre d’Abdellatif Laabi ou le moi ‘exilé’ marocain »

La difficulté d’être translingue

  • Sylvain Bureau (Université fédérale du Paraná, Brésil), « L’« Écrivivance » de Conceição Evaristo ou l’autofiction contemporaine des femmes brésiliennes »
  • M’Raim Malika (Université Ibn Khaldoun, Tiaret, Algérie), « Écriture et mise en scène du ‘je’ chez la romancière Assia Djebar »

  • Houdu Lucie (Doctorante, Paris III) : « Un Je toujours entre deux langues : Tony Harrison et l’écriture poétique de l’exil »

 Du choix de la langue du pays d’accueil 

  • Claire Olivier (Doctorante, Université de Limoges), « Agota Kristof et les ‘langues ennemies’ »
  • Dirk Weissmann (Université de Toulouse – Jean Jaurès), « Ex-o-phonie. Sortir du monlinguisme : l’altérité des langues chez Tawada, Özdamar , Müller »
  • Entretien d’Isabelle Grell avec Anne Weber
  • Martina Wagner-Egelhaaf (Université de Münster) : « Autofiction et multilinguisme chez Emine Sevgi Özdamar »

Fuir l’horreur pour la dire et l’écrire

  • Nurit Lévy (Université de Lille), « Raymond Federman dans l’entre deux langues. Étude de La Voix dans le débarras/The Voice in the Closet »
  • Georges-Arthur Goldschmidt (Écrivain, Allemagne-France)

 Le fil assumé ou dénié de l’exil

  • Rania Fathy (Université du Caire, Egypte), « La Trilogie de Gulpérie Efflatoun Addalla : l’exil de la langue ? »
  • Nathalie Segeral (University of Hawaï), « Exil, langue maternelle et (non)maternité dans Une Autobiographie allemande de Cécile Wajsbrot et Hélène Cixous »
  • Linda Lê (Écrivaine, Vietnam-Paris), « Hors Je. À propos de Norman Manea »

De l’exil, des langues et de leurs poétiques

  • Romuald Fonkoua (Université de Paris IV), « De la langue comme pré-texte : petite histoire d’un faux malentendu francophone »
  • Claire Legendre (Université de Montréal), « La Poétique de l’exil dans l’œuvre autofictionnelle de Fernando Arrabal »

***

Écriture du je

Comme les organisateurs ont semblé le souhaiter en s’abritant sous l’expression « parapluie » de l’écriture du je, les participants se sont intéressés à des textes littéraires de formes diverses : des mémoires à l’autobiographie, en passant par le roman autobiographique et l’autofiction. Dans les rares discussions concernant la généricité des textes, c’est cette dernière forme qui a le plus attiré l’attention, notamment en raison de l’intérêt qu’Isabelle Grell (co-organisatrice) lui porte, en tant que chercheuse dans l’équipe « Genèses d’autofictions » de l’ITEM (ENS/CNRS) et animatrice du site www.autofiction.org (avec Arnaud Genon, aussi présent). Ainsi, dans son introduction érudite au colloque, Jean-Michel Devésa s’est-il demandé si l’autofiction, comme « art de la fissure », n’était pas particulièrement appropriée pour dire l’exil, d’autant plus si on le considère comme une expérience d’intégration qui n’impliquerait ni acculturation ni aliénation.

Conditions de l’exilé

Les situations d’expatriation couvertes lors de ces journées étaient fort diverses et les caractérisations de ce que représente l’expérience de l’exil parfois antagonistes. Les communications ont ainsi fait le point sur la particularité des situations considérées, présentant et questionnant par exemple les nombreux adjectifs mobilisés par les écrivains pour les décrire : « exil familial » (Brina Svit), « exil volontaire » (Anne Weber) ou « exil de soi » (Fernando Pessoa), entre autres.

Dans les quelques communications qui visaient à penser ensemble des textes de plusieurs auteurs, références furent faites aux notions d’« exiliance » ou de « condition exilique » théorisées par Alexis Nouss (La Condition de l’exilé, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2015) ou aux réflexions d’Edward Saïd (Réflexions sur l’exil et autres essais, trad. C. Woillez, Arles, Actes Sud, 2008), fournissant toutes un cadre jugé assez souple pour être opératoire dans des études comparatives. Ces deux approches de la condition de l’exil ont en commun de penser le phénomène dans ses potentialités productives, en ce qu’il peut être l’occasion d’une prise de distance nourrissant le geste critique ou littéraire. Père des études postcoloniales, Saïd est de ceux qui ont le plus clairement fait le lien entre l’exil et la mémoire : « J’ai défendu l’idée que l’exil peut engendrer de la rancœur et du regret, mais aussi affûter le regard sur le monde. Ce qui a été laissé derrière soi peut inspirer la mélancolie, mais aussi une nouvelle approche. Puisque, presque par définition, exil et mémoire sont des notions conjointes [exile and memory go together], c’est ce dont on se souvient et la manière dont on s’en souvient qui déterminent le regard porté sur le futur » (« Introduction : Critique et exil », Réflexions sur l’exil et autres essais, trad. C. Woillez, Arles, Actes Sud, 2008, p. 37). Dans cette perspective, ce que chaque exilé tient pour son expérience de l’exil dépend de processus de sélection et de filtrage inhérents au récit de soi, lesquels ont un impact sur la façon dont l’exilé considère sa situation. Le retour sur soi apparaît ainsi comme un geste intimement lié à la situation de l’exil. Et le récit de soi, et sa forme littéraire qu’est l’écriture du je, des pratiques créatives qui peuvent être des actes de situation, devant être considérées aussi en ce qu’elles préparent l’avenir.

Exil et langue(s) d’écriture(s)

Toutes les communications n’ont pas ciblé des écrivains œuvrant dans une langue qui leur fut (un moment) étrangère – écrivains appelés dans différentes communications alternativement « translingues », « exophones » ou « plurilingues ». Pour un écrivain, la « langue de l’exil », c’est-à-dire celle dans laquelle il fait littérature en situation d’exil, peut être exclusivement celle de son territoire d’« accueil » (comme c’est la cas par exemple de George-Arthur Goldchmidt, Agota Kristof, Sami Tchak ou Théo Annanisoh), ou celle qu’il a emportée avec lui et dont il prend soin alors que sa vie se déroule désormais, pour partie en moins, dans une nouvelle langue (comme cela s’est passé pour Norman Manea ou comme cela semble désormais  caractériser la pratique de Boubacar Boris Diop). Il se peut aussi, et les cas sont nombreux, que les écrivains composent des textes tantôt dans leur langue première tantôt dans la langue de leur exil (voir par exemple Seyhmus Dagtekin ou Yoko Tawada), et qu’ils s’autotraduisent (comme c’est le cas pour Anne Weber).

Changer de langue sans changer de trajet

L’un des points forts du colloque a été d’offrir des moments de parole très libre (mais fort brefs) à plusieurs écrivains. Dans ce qui fut sans doute l’intervention la plus marquante de ces journées, le poète et romancier Seyhmus Dagtekin, présenta sa pratique d’écrivain comme celle d’un « être de passage ». Né et élevé dans un village kurde en Turquie, Dagtekin vit à Paris depuis 1987 et écrit en français (le plus souvent), en kurde ou en turc. Empruntant des images à la géographie montagneuse de son enfance, Dagtekin compare l’écriture à l’expérience du marcheur sur les lacets montants d’un chemin de montagne, toujours à l’affût de ce qui est à venir (« la promesse est toujours devant »). Ainsi, l’exil est une aventure : « Laissez Pénélope tranquille », s’exclame-t-il dans une formule aux échos kunderiens, « j’ai une provenance et j’ai une destination ». Dans cette optique, le changement de langue d’écriture est pensé comme la sélection d’un outil approprié pour remplir l’objectif de sa pratique littéraire : construire la relation à l’autre pour que le monde devienne véritablement un habitat partagé. C’est ce qu’indique bien le titre choisi pour sa communication, « Comme on changerait de monture en cours de route », qui fait de l’œuvre poétique un trajet et du passage des langues un moyen d’arriver à destination.

S’emparer du français en contexte postcolonial

Autre moment fort : l’enchaînement d’une communication d’Arnaud Genon sur l’écriture autofictionnelle d’Abdellah Taïa et de l’intervention de Taïa lui-même, faisant le point sur son rapport au français. Hormis son traitement frontal de la question de l’homosexualité telle qu’elle se pose dans divers contextes sociaux, l’un des intérêts de l’œuvre de Taïa pour ce qui concerne l’objet de ce colloque est celui de montrer que dans la « guerre des classes » qui secoue le Maroc contemporain l’usage de la langue française est une arme au service des puissants (lire Le Jour du Roi, Seuil, prix de Flore 2010). Revenant dans son intervention sur la violence des rapports de pouvoirs induits par l’utilisation du français par la classe dominante au Maroc, telle qu’il en a été victime dans son enfance, Taïa fait le point sur un événement présenté comme un tournant existentiel l’ayant jeté sur les chemins de la littérature. Étudiant la littérature française à l’université Mohamed-V, errant aux alentours de la poste de Rabat en tant que membre invisible et sans ressources de la « communauté des gens qui attendent », il se retrouva dans la situation d’aider une femme âgée à écrire en français, selon la volonté inflexible de cette dernière, une virulente lettre de réclamation au roi Hassan II. Prêter sa plume à une démunie en éprouvant une communauté de destin avec cet autre « ventre vide » (« deux ventres vides peuvent se ressembler, pas deux ventres pleins), choisir la langue des dominants pour le faire : voilà qui fut ressenti comme une expérience fondatrice. Taïa a d’ailleurs choisi le format d’un recueil de lettres pour l’un de ses derniers livres, Celui qui est digne d’être aimé (Seuil, 2017), un texte sur le colonialisme français qui perdure dans la vie amoureuse d’un jeune Marocain homosexuel.

Nations et plurilinguisme

Né en 1973, Taïa peut être considéré comme un représentant d’une nouvelle génération d’écrivains postcoloniaux nés longtemps après les indépendances (dix-sept ans après celle du Maroc dans son cas), ayant suivi une scolarité en langue arabe (à l’exception des quelques heures hebdomadaires d’enseignement du français) et issus des classes populaires. Dans leur cas, la question du choix de la langue d’écriture ne se pose pas uniquement du fait de l’exil. Ou alors, peut-être faut-il considérer, comme l’a fait Sami Tchak, en évoquant les différentes « atmosphères linguistiques » rencontrées dans son Togo natal, que les cadres nationaux ne permettent pas de penser assez finement l’expérience de l’exil. Dans l’essai La Couleur de l’écrivain (La Cheminante, 2014), pour penser au je la situation de l’écrivain postcolonial d’Afrique subsharienne, entre autres, le lieu mental de Tchak est son village d’enfance, où l’on ne parlait pas la même langue ni ne pratiquait la même religion que la plupart des habitants de Lomé. Pour avoir une conversation, Tchak et son compatriote Théo Ananissoh, écrivant lui aussi en français mais d’Allemagne, n’ont d’autre choix que celui de la langue française.

Alain Ausoni, Université de Lausanne

Pour citer cet article : Alain Ausoni, "Compte rendu du Colloque « Écriture du ‘Je’ dans la langue de l’Exil » (14 au 16 décembre 2018 )," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 03/07/2019, https://ecriplur.hypotheses.org/505.

Compte rendu de la journée d’études « Ecrire dans/avec les langues » 18 octobre 2018

organisée par Anne Godard, Déborah Aboab, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly

DILTEC EA 2288 : « Didactique des langues, des textes et des cultures », Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

« Ecrire dans / avec les langues : création, expression réflexion. Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue »

Déroulement :

  • ouverture par Valérie Spaëth et Olivier Lumbroso, DILTEC
  • présentation de la journée : perspectives, démarches et notions-clés par Anne Godard
  • entrée par la pratique dans les ateliers d’écriture créative (quatre ateliers en parallèle, animés par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly
  • rencontre avec Yolande Zauberman, présentée par Déborah Aboab
  • conférences d’Alain André et Sara Greaves, présentés par Virginie Rajaud-Allaneau
  • table ronde de clôture, avec Catherine Mendonça-Dias et Pascale Trévisiol, animée par Donatienne Woerly

Matinée : présentation, ateliers, rencontre

Ouverture de la journée

Présentation de la journée : mise en perspective

Cette journée s’inscrit dans la continuité de travaux menés au DILTEC (EA2288 dirigée par Valérie Spaëth) en didactique des littératures et des cultures, autour d’un axe qui associe littératies, plurilinguisme et interculturalité (responsables Olivier Lumbroso et Muriel Molinié).

Elle prolonge les questions ouvertes autour de littérature, écriture et plurilinguisme par la journée du 18 octobre 2017 : « Plurilinguisme et arts du langage » organisée par Anne Godard, Serge Martin et Marina Krylyschin, où nous avions reçu un écrivain plurilingue (Hubert Haddad) et deux chercheuses qui travaillent sur l’étrangéisation de la langue et sur l’approche génétique du plurilinguisme littéraire (Frosa Pejoska, PLIDAM-INALCO et Olga Anokhina, ITEM-CNRS) et où nous avions présenté les ateliers d’écriture ouverts en 2017-2018 dans les cours de langue et de culture françaises de Paris 3.

Cette journée se situe également après d’autres recherches menées au sein du DILTEC sur le plurilinguisme et la créativité, autour de deux matinées d’études passées « Langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (Muriel Molinié et Nathalie Borgé, 6 février et 29 mars 2018). Elle partage certains questionnements qui seront abordés lors de la journée d’études du 28 novembre 2018 sur les biographies langagières en milieu scolaire : « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » organisée par Muriel Molinié et Catherine Mendonça-Dias.

Démarche et notions clés

Nous avons conçu cette journée à la fois comme un bilan de la première année d’ateliers d’écriture autour de la langue et des langues que nous avons conduits dans deux cours de langue et de culture françaises de Paris 3 avec des étudiants internationaux de niveau B1 à C1 et comme un moment de réflexion sur les potentiels du dispositif des ateliers d’écriture créative dans ce contexte spécifique du plurilinguisme.

Ainsi cette journée est-elle centrée sur la notion d’écriture  – créative et réflexive –, saisie à travers un dispositif : l’atelier d’écriture. Son objet est la langue / les langues, les transferts culturels et le mouvement de perte et de don qui nourrissent les passages d’une langue à l’autre.

L’écriture y est pratiquée à partir de textes littéraires dans une perspective à la fois de développement de la conscience linguistique et de la capacité à formuler l’expérience langagière. Nous cherchons à voir comment l’expérience d’écrire sur/dans/avec les langues contribue à développer les compétences plurilingues et pluriculturelles. En effet, l’atelier d’écriture repose sur le potentiel d’action/transformation que recèle l’écriture : écriture de soi, lorsqu’il s’agit de raconter, de décrire et de réfléchir à son parcours biographique, d’exprimer, d’expliciter les liens affectifs et imaginaires qui nous relient aux langues et à la manière dont elles nous constituent.

Les textes déclencheurs sont des textes littéraires qui articulent création, réflexion et expression : création dans la langue, réflexion sur la langue, expression d’un rapport spécifique à la langue / aux langues. L’expression et la réflexion faisant partie et contribuant à une capacité de créer (de se créer) et de « penser entre les langues » (selon le titre de Heinz Wismann qui fait de cet entre-deux un espace privilégié de pensée).

Leurs auteurs, qui sont souvent des écrivains plurilingues ou translingues (Kellman), tirent de cette position « entre les langues », une forme de «surconscience linguistique » (Gauvin) qui confine à une sentiment d’insécurité, mais aussi une « conscience métalinguistique » (Anokhina) plus aiguë qui repose sur la capacité de comparer et de prendre du recul. C’est notamment par cette position entre le manque et le plus que celui qui écrit dans une langue seconde se signale : insécurité, mais aussi sensibilité plus grande. De même, dans l’expérience des apprenants trouve-t-on cette alternance des mots qui manquent et des mots en plus. Il s’agit d’en faire quelque chose.

Entrée dans les ateliers d’écriture

Nous avons choisi d’entrer dans les questionnements par un temps d’écriture. Il s’agit d’esquisser un premier pas dans cette exploration autour des notions de manque et de don, de langue qui fourche et de mots en bouche.

Quatre ateliers simultanés ont été proposés aux participants. Dans chacun, un texte littéraire était proposé comme déclencheur d’un moment d’écriture. Les textes ont ensuite été partagés et commentés en petits groupes avant que soit fait un bilan collectif.

Les textes proposés permettaient d’illustrer les deux versants du rapport à la langue :

Conscience linguistique

à travers la comparaison des associations d’idées et de souvenirs suggérés par un mot en langue étrangère et son équivalent français :

  • Hector Bianciotti compare pájaro et oiseau dans Le Pas si lent de l’amour, Grasset 1995, p. 329-331.
  • Dany Laferrière compare mango et mangue dans une chronique écrite pour Libération 16 mars 2009.
  • Nathalie Sarraute compare solntze et soleil dans Enfance, 1982 (Œuvres complètes, Gallimard, 1996, p. 1048).

Expérience langagière

à travers l’évocation des premiers contacts avec une langue étrangère ou celle de « bourdes » ou « bévues » commises lors d’interactions en langue étrangère :

  • Laura Alcoba évoque les premiers sons du français, que découvre  en Argentine la narratrice de son roman autobiographique Le Bleu des abeilles, Gallimard, 2013.
  • Akira Mizubayashi se souvient de deux épisodes cuisants de lapsus, lors de ses premiers séjours en France dans Une langue venue d’ailleurs, Gallimard, 2011, p. 97-103.

Un bilan collectif

Bilan collectif des ateliers

De cette expérience, où étaient réunis enseignants, chercheurs, étudiants, artistes et formateurs, sont ressortis plusieurs éléments intéressants :

  • La force du dispositif de ce moment d’écriture partagé qui incite à s’exprimer de manière personnelle, dans un cadre spécifique – le petit groupe –, et avec des médiations : on parle de la langue et des mots et non directement de soi, on s’appuie sur l’expression d’autrui.
  • La force des expériences langagières : contraste des expériences sensorielles et imaginaires des mots, rémanence et dimension déroutante des premiers contacts ayant déterminé parfois des choix de vie, violence des émotions associées aux expériences de trouble de la communication, qu’elles reposent sur la prononciation et l’accent ou sur des dimensions culturelles plus souterraines et difficiles à décoder.
  • Le rôle important du partage oral, par la lecture, prolongée par des discussions où se repèrent des résonances et des parallèles entre des expériences par ailleurs très diverses.

Rencontre avec Yolande Zauberman

Après une pause, nous avons accueilli une créatrice dont les œuvres se situent sur le fil des passages entre langues et cultures et dont la démarche a inspiré certaines propositions d’écriture dans les ateliers menés à Paris 3.

Projection de « Les mots en bande »

Yolande Zauberman, qui nous a dit d’elle-même qu’elle « n’a pas eu de langue maternelle » car ses parents, juifs de Pologne émigrés en France, refusaient de parler la langue polonaise trop liée au souvenir de la Shoah et des persécutions, nous a aussi confié qu’elle éprouvait en France qu’il lui manquait certains codes culturels et langagiers, alors même que le français est la langue dans laquelle elle a grandi. Son œuvre plurielle à travers films de fictions (notamment Moi Ivan, toi Abraham), documentaires (Classified people, Caste criminelle, Would you have sex with an Arab ?, M) et installations vidéos (Oh, je vous vœux, Les Mots en bande), interroge les zones de conflit et de contact, de désir et d’interdit entre les cultures.

Elle nous a présenté plus particulièrement deux réalisations qui ont pour objet spécifique les mots :

Oh, je vous voeux

Sa perception de l’étroitesse d’esprit de certains proverbes français lui a inspiré un premier projet vidéo Oh, je vous vœux dans lequel elle demande à des gens de dire, face à la caméra, une phrase ou un proverbe dans leur langue maternelle qui les a aidés à tenir dans les moments difficiles.

Les mots qui nous manquent / Les mots en bande

Le deuxième projet est centré sur les mots intraduisibles, qui, selon elle, sont toujours des mots essentiels dans la culture. Il en a résulté un livre co-écrit avec Paulina Mikol Spiechowicz, Les Mots qui nous manquent (Calmann-Lévy, 2016) qui se présente comme une sorte de dictionnaire de mots intraduisibles : des mots qui, littéralement, manquent en français pour décrire précisément des choses, mais aussi, et surtout, des comportements, des sentiments, des émotions et presque des scénarios. Ce projet a un versant vidéo Les Mots en bande, réalisé pour Courrier International, qui fait entendre certains des mots réunis dans le livre. Ces mots dits, accompagnés d’un équivalent en français, sont suivis d’une histoire, micro-fiction ou instantané personnel de celui qui parle et qui partage ainsi un aspect essentiel de son histoire, de sa culture et de sa langue.

Comme les ateliers d’écriture du matin, la projection de ces films qui a accompagné la rencontre avec Yolande Zauberman nous ont permis de sentir et d’éprouver la richesse humaine et la profondeur des émotions associées aux mots et aux histoires dont ils sont comme les dépositaires, et la richesse de pouvoir les partager.

Après-midi : deux conférences, une table ronde

L’après-midi s’est ouvert par deux conférences qui situent les dispositifs des ateliers d’écriture dans des contextes différents et nous font mieux comprendre leur origine, leur fonctionnement, leurs différents objectifs et leur potentiel créatif, formatif, voire thérapeutique…

Conférence d’Alain André (ALEPH-écriture) 

« Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs »

Directeur pédagogique de l’association ALEPH-écriture, premier centre de formation à l’écriture en France, qu’il a fondée en 1985, Alain André a relevé le défi de nous présenter l’histoire des ateliers d’écriture en France. Son exposé riche et dense a parcouru le paysage français des ateliers d’écriture depuis les années 1980, quand ALEPH se fraie un chemin entre deux tendances : d’un côté le formalisme des ateliers inspirés de l’OULIPO, privilégiant démarches et procédures pour écrire sur contraintes et sur matrice (Claudette Oriol-Boyer) ; de l’autre, les ateliers conçus comme expérience existentielle, où dans la mise en jeu se trouvent mobilisés le désir, le plaisir et le risque d’écrire (Elisabeth Bing), privilégiant les dimensions « réparatrices » et la question de l’autorisation à écrire (selon le jeu de mots de Perec).

Entre ces deux courants, donc, ALEPH a proposé d’associer émotion et technique, en portant attention à la fois à l’expression personnelle et au développement d’habiletés et de savoir-faire pour faire advenir des textes allant au-delà de la seule spontanéité.

Situant les ateliers d’écriture par rapport à l’institution scolaire, Alain André a rappelé combien l’approche de la littérature, depuis la fin du XIXe siècle est centrée sur la lecture et le commentaire, mettant, de ce fait, l’écriture hors programme. La toute récente réintroduction, dans quelques universités françaises de masters en écriture créative signale probablement un changement, qui tient aussi aux prestigieux modèles des nombreux cursus en écriture créative proposés dans les universités américaines.

Du contexte d’émergence des ateliers d’écriture en France vient sans doute une caractéristique française qui est que l’on écrit pendant l’atelier, il s’agit donc d’une pratique socialisée, in situ, qui s’apparente à la prise de parole en mai 1968. Aux Etats-Unis, où on écrit chez soi et on lit en classe, la dynamique de groupe et la manière dont le dispositif détermine l’entrée dans l’écriture sont tout à fait différents.

Les premiers formateurs d’ALEPH étaient beaucoup d’anciens enseignants, formés à la pédagogie Freinet (reposant sur les projets de classe où l’écriture était centrale et le travail en petits groupes) et aux pédagogies actives du GFEN (Groupe français d’éducation nouvelle), la dynamique du groupe et une conception processuelle de l’écriture. Ils ont cherché à pratiquer « hors les murs » une pédagogie qui ne trouvait pas d’accueil dans le cadre scolaire et ont fait des ateliers des lieux d’invention et d’expérimentation pédagogique privilégiant le partage sur la transmission verticale.

Leurs démarches essaient de trouver des réponses à de nombreuses questions qu’Alain André n’a eu que le temps de formuler et qui portent sur les participants, sur le dispositif et sur la posture de l’enseignant en atelier :

  • Autour des participants, de leur implication, de leurs pratiques, de leurs styles rédactionnels,
  • Autour des éléments du dispositif et de ses visées : espaces, procédures et processus, modes de socialisation, types de médiations, modalités d’évaluation,
  • Autour de la posture de l’enseignant : animateur de groupe, accompagnateur de projet.

A voir sur le web : le site d’Aleph, avec notamment plusieurs bibliographies sur le sujet : http:// https://www.aleph-ecriture.fr

La revue web d’Aleph : L’inventoire : https://www.inventoire.com

Conférence de Sara Greaves (LERMA, Aix-Marseille)

« Vers un plurilinguisme pellissien. L’atelier d’écriture dans un milieu de soin »

La conférence de Sara Greaves commence également par des éléments de généalogie. Enseignante d’anglais à l’université d’Aix-Marseille, elle a animé des ateliers d’écriture dans le cadre universitaire anglophone avant de le faire dans un lieu de soin.

Elle souligne qu’en France la conception courante du bilinguisme est celle de deux monolinguismes qui apparaissent séparés, étanches et qui impliquent un idéal de perfection et de maîtrise fort inhibant, notamment pour les étudiants en langue, et peu en rapport avec la réalité du plurilinguisme.

Contre cette représentation, elle souhaite, par les ateliers, contribuer à développer une autre relation entre les langues, où l’on passe d’une langue à l’autre sans s’inquiéter exagérément des traces de la langue autre – dans l’accent ou les calques syntaxiques. Elle prône ainsi un bilinguisme fluide et souple, qui a fait son deuil de la perfection afin d’arriver à s’exprimer dans les deux langues.

Dans son projet, la créativité des ateliers a une visée libératrice, et passe rapidement du bilinguisme au plurilinguisme, notamment à travers les propositions du conseil de l’Europe sur les biographies langagières et les approches plurielles.

Les ateliers intègrent ainsi les langues autres que le français et l’anglais, notamment les langues familiales de ses étudiants qui ne se perçoivent pas toujours comme plurilingues. L’enjeu est de s’intéresser à l’individu et à son histoire, et de faire sortir les langues familiales d’immigration d’une sorte de tabou. Il s’agit aussi de diversifier la représentation du français : écrit, oral, jargons, langues imaginaires…, langue de l’enfance.

Dans une démarche qu’elle rapproche de celles d’Alexis Noos, qui a beaucoup travaillé sur l’exil, elle part de propositions du CARAP d’utiliser des dessins du corps, où les langues sont associées à des parties du corps par des couleurs, elle remarque que la répartition rend compte des liens psycho-affectifs et renvoie à ce que Olga Anokhina appelle la séparation fonctionnelle des langues dans les manuscrits plurilingues.

Le parallèle entre cet ancrage des langues dans le corps et la répartition fonctionnelle dans les productions écrites éclaire sa démarche au sein du CAMSP (Centre d’Action Médico-Sociale Précoce) Salvator à Marseille, menée avec un psychiatre, Jean-Luc Di Stefano. Dans cette antenne de l’hôpital qui accueille des enfants porteurs de handicaps divers et parfois de troubles du langage, l’équipe soignante avait fait part de difficultés de parents plurilingues pour parler de leur enfant malade en français. La proposition de l’atelier plurilingue, qui a fait l’objet d’une convention entre le LERMA (Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone de l’université d’Aix-Marseille) et le CAMPS  leur a paru prometteur.

Ces ateliers ont pour parti pris de ne pas aborder frontalement les difficultés rencontrées par ses participantes – les mères de ces enfants handicapés. Ils sont animés en binôme par Sara Greaves et un membre du personnel soignant. Partant de la lecture d’un texte littéraire, ils font des propositions d’écriture en plusieurs langues, cherchant à faire émerger quelque chose à partir des mots des autres et des langues étrangères, y compris inconnues, en recherchant l’empathie et l’appropriation.

La typologie des écrits produits fait apparaître des relations aux langues qui peuvent surprendre, comme ce texte richement plurilingue, mais d’où est absente la langue maternelle, dans laquelle la participante materne son propre enfant. Des différences aussi dans le traitement graphique des langues, entre l’arabe calligraphié de droite à gauche, opposé aux langues latines qui semblaient écrites plus hâtivement ou maladroitement.

Empruntant à la psychanalyse, à la stylistique comme à la philosophie, Sara Greaves évoque quelques notions qui peuvent permettre de décrire et percevoir ce qui se joue dans ces moments d’écriture. Ainsi la notion de langue mat-rangère désigne, selon Monique de Mattia-Vivies (également chercheuse au LERMA impliquée dans les ateliers du CAMPS) la part de langue maternelle qui persiste / insiste dans la langue étrangère, notamment à travers la prononciation, ou, parallèle au concept linguistique d’interlangue, celui d’alterlangue.

La notion de distance apparaît comme essentielle : distance nécessaire d’avec la langue du corps de la mère (à rapprocher de la notion de lalangue chez Lacan, et de sa reprise par Jean-Claude Milner), mais sans dévalorisation afin que l’écart ne conduise pas à des conflits de loyauté.

La notion de frontière entre l’intérieur et l’extérieur, qui devrait autoriser des chevauchements, des passages et ne pas être totalement étanche, renvoie à la résonance très riche avec le concept de Didier Anzieu du moi-peau.

La peau, organe, à la fois frontière, enveloppe, contenant et, par sa porosité, garant des échanges entre l’intérieur et l’extérieur sert de métaphore ici à la langue comme à l’écriture.

De même que dans des recherches sur la poésie dans la guerre, Sara Greaves montrait que la parole poétique pouvait être décrite comme une voix-peau, qui témoigne et contient, elle propose ici de reprendre cette image pour cerner ce qui se joue dans l’atelier, par l’écriture plurilingue : permettre à des moi-peau figés dans leur langue d’évoluer, non pas d’abandonner une identité, mais de l’élargir, en conservant, comme dans le deuil, qui se fait par des substituts métonymiques, des traces de la langue maternelle dans la langue étrangère.

A partir de ces éléments, et en faisant retour à l’université, Sara Greaves évoque pour finir un projet de recherche fondé sur la traduction créative, incorporant l’atelier plurilingue, dont l’objectif est, par le biais d’un travail indirect sur la relation à la langue, d’arriver à une conscience réflexive favorisant les progrès en langue étrangère.

Table ronde et bilan

Quelques productions écrites dans les ateliers menés à Paris 3 en 2017-2018

La table ronde finale, à laquelle participaient Catherine Mendonça-Dias et Pascale Trévisiol-Okamura (DILTEC), avait pour objectif de reprendre certaines notions qui nous étaient apparues comme centrales dans les ateliers menés en cours de langue à Paris 3 (performance/compétence, création/réflexion, conscience/expérience linguistique) et de faire le point sur les dispositifs qui pouvaient être pensés dans ce contexte. Faute de temps, elle a constitué surtout un bilan de la journée, mettant en lumière un certain nombre d’éléments communs.

Dispositifs, objets et références

Nous avons tout d’abord des dispositifs comparables, avec pour déclencheurs et médiations des textes littéraires. Une préoccupation de lier l’affectif, les jeux sur (la pluralité de) la/les langue.s comme matériau, la biographie comme matériau (dans le roman autobiographique) ou comme objet (dans les écritures de soi). L’attention portée aux dimensions collectives, socialisées du langage, entre en tension avec l’appropriation individuelle et la réflexivité.

Nous avons aussi un certain nombre de références interdisciplinaires communes, notamment la philosophie (Heinz Wismann, Penser entre les langues) et la génétique textuelle (Olga Anokhina) autour de la richesse plurilingue, la psychanalyse (Didier Anzieu, Le moi-peau et Le Corps de l’œuvre) autour de des liens entre création, écriture, langue et corps.

Formalisme vs action psycho-sociale

Des éléments historiques proposés par Alain André, on a pu percevoir la tension dans l’exposé de Sara Greaves concernant les publics étudiants. Nous connaissons aussi cette tension en FLE entre l’atelier d’écriture comme lieu d’une exploration ludique de la langue (Debyser, Carré et al.) vs l’atelier d’écriture comme lieu d’expression d’une identité langagière plurielle (démarches biographiques et approches plurielles du CARAP). Et comme Sara Greaves dans le contexte des études anglophones, nous situons nos ateliers dans cette tension là, en cherchant un équilibre entre le travail sur la langue, la technique, et l’expression personnelle, biographique qui permet une reconfiguration de l’expérience langagière et culturelle.

Formation linguistique vs visées expressives et/ou esthétiques

Certaines questions se posent de manière plus évidentes dès qu’il s’agit de s’insérer dans un dispositif de formation linguistique : l’évaluation et la correction ; la place donnée au travail linguistique ; le rôle des modèles discursifs ; la place à donner à la visée littéraire et à l’élaboration esthétique qui peut sembler hors de portée.

Contextes contraints

D’autres surgissent du contexte dans lequel interviennent les ateliers : la posture de l’enseignant-passeur de langue, en milieu scolaire, universitaire ou associatif ; la socialisation dans le groupe, selon l’âge, les langues pratiquées, les profils des participants et le cadre contraint ou libre des ateliers ; et enfin les retombées escomptées en terme d’inclusion, de sentiment d’appartenance ou d’apprivoisement et de développement d’une conscience plurilingue et pluriculturelle. Ainsi Catherine Mendonça-Dias s’est-elle interrogée sur le risque d’une assignation à l’origine, dans le cas d’enfants élèves en classes d’accueil, ou encore de la manière de réagir à un élève qui reste mutique, refuse de parler comme d’écrire et ne veut pas évoquer ses langues.

Caractéristiques des écrits

D’autres apparaissent lorsque l’on se penche sur les productions écrites des apprenants. A partir d’un regard qui s’appuie sur la linguistique de l’acquisition, Pascale Trévisiol a cherché à suivre des modes d’appropriation et d’acquisition de certaines structures linguistiques, des processus de calques et de transferts de compétences d’une langue à l’autre, analogues pour certains avec ceux qui sont mis en œuvre dans la traduction et l’auto-traduction.