Archives par mot-clé : Ecriture

Présentation de l’atelier d’écriture « Langue et littérature au XXe siècle »

 Atelier proposé en DUEF 1  – Diplôme universitaire d’études françaises, Sorbonne Nouvelle-Paris 3

étudiants internationaux niveau B2-C1

par Anne Godard au 2e semestre 2018

Intitulé du cours : « Langue et littérature au XXe siècle »

Objectifs :

  • Explorer les liens entre langue et littérature à travers un atelier de lecture/écriture
  • Lire et écrire sont liés comme pratique d’exploration
  • Explorer et jouer avec la langue comme l’ont fait les écrivains au XXe siècle
  • Découvrir des auteurs plurilingues et pluriculturels et partager leur expérience de la création en langue étrange/étrangère
  • Découvrir la littérature contemporaine en allant à la rencontre des écrivains

Organisation du cours :

Le cours est organisé comme un atelier de lecture/écriture

  • Lecture d’auteurs plurilingues qui réfléchissent à leur expérience langagière
  • Travaux d’écriture à chaque séance pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle
  • La plateforme icampus sert au partage des documents écrits

Parcours pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle

  • En ouverture : entrer dans l’écriture, dans la langue, dans la littérature entrer dans les mots, dans la langue : donner et recevoir, oser ou ne pas oser
  • Ensuite : exploration de la langue dans sa matérialité : la langue-matière
  • Enfin : exploration de l’identité altérée par le changement de langue
  1. Ouverture : entrer dans l’écriture, entrer dans la langue : don et autorisation

On entre dans l’atelier / dans la langue par un « mot de passe » à partir duquel on associe

  1. Nommer, normer, faire exister : oral, écrit, mots interdits, mots inventés

On explore la langue, la manière dont on perçoit sa/ses normes, oral / écrit

  1. La langue : formes et sons, image et musique

On regarde et on écoute la langue : formes et sons

  1. Partage des langues, identité et représentation

On explore l’identité plurielle, les mises en scène de soi

  1. Partir, arriver, seuils, métamorphoses : le voyage dans/vers une autre langue

Quand le partage se fait mouvement dans l’espace et le temps, un avant/après, ici/là-bas

  1. Mémoire, temporalité, transmission

On s’interroge sur la mémoire, le rapport au temps, les figures de médiation

Corpus :
  • textes réflexifs d’auteurs plurilingues :  Huston, Mizubayashi, Cheng, Sa, Esteban, Alexakis, Laferrière, Chamoiseau, Green, Baron-Supervielle,
  • textes d’exploration et de jeux sur la langue : Queneau, Tardieu, Michaux, Leiris…

Annonce : 1er décembre, séminaire plurilinguisme et créativité : l’écriture thérapeutique

Le séminaire de l’équipe de recherches  « Multilinguisme, traduction, création » de l’ITEM codirigé par Olga Anokhina et Patrick Hersant sera consacré à un atelier d’écriture plurilingue dans une perspective thérapeutique :

  • le vendredi 1er décembre de 14h30 à 16h30
  • salle 311, ITEM-CNRS site Pouchet (59-61 rue Pouchet 75017 Paris)
  • Sara GREAVES de l’Université d’Aix-Marseille
    présentera sa vision thérapeutique de l’écriture plurilingue :
    Le creative writing plurilingue en milieu médical
    (Dire l’exil)

Cette communication portera sur un atelier d’écriture plurilingue dans un Centre d’Action Médico-Sociale Précoce, le CAMSP Salvator à Marseille. Proposé aux parents plurilingues d’enfants consultant au CAMSP par le Docteur Jean-Luc Di Stefano et Sara Greaves, il sera présenté sous divers aspects : raison d’être, mise en œuvre, cadre théorique, effets thérapeutiques… Des exemples de productions écrites de ces ateliers seront ensuite étudiés sous l’angle d’une stylistique plurilingue.

La trame et les productions d’un atelier comparable, animé dans le cadre du colloque
« Étudier l’exil », organisé par Alexis Nuselovici (Nouss) et Alexandra Galitzine Loumpet
en mai 2015 à AMU et au MUCEM, peut être consultée ici :
http://nle.hypotheses.org/3711.

Cet atelier a réuni des personnes de situations sociales et d’origines diverses, qui ont toutes une histoire personnelle ou familiale qui relève de l’exil. Les pays d’origine sont, entre autres : l’Algérie, l’Egypte, les Comores, le Salvador, l’Iraq, la Syrie, le Liban, Israël, l’Uruguay… Les textes écrits dans le cadre de cet exil sont destinés, dans leur fond et leur forme plurilingue, à faire passer quelque chose de l’expérience subjective de l’exil.

« Une renaissance par la langue », un texte de Ke Tang

Ke Tang est née à Dandongdans le nord-est de la Chine. Passionnée par le français, elle vient à Paris pour perfectionner sa connaissance de la langue et apprendre les méthodologies d’enseignement/apprentissage du FLE dans le but de retourner en Chine pour aider les apprenants chinois. Elle est maintenant étudiante en Master 2 de Didactique du FLE/S et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Elle propose ici une réflexion personnelle autour du thème de la métamorphose inspirée par la lecture de La Ligne et l’ombre de Silvia Baron Supervielle.

[Silvia Baron Supervielle est née à Buenos-Aires en 1934, d’une mère uruguayenne et d’un père argentin ayant des origines béarnaises. Elle écrivait déjà en espagnol avant de s’installer définitivement à Paris. Après des années difficiles et silencieuses, elle reprend son écriture dans la langue française. Le texte auquel nous faisons référence fait partie de son œuvre La ligne et l’ombre publiée en 1999 aux éditions du Seuil.]

 

Arrachée de son pays natal par « une impulsion effrénée, irraisonnée », Silvia Baron Supervielle (1999, p. 52) a décidé de faire le même voyage que son grand-père paternel, qui s’embarqua de Bordeaux, traversa l’Océan Atlantique, pour finalement atteindre le Rio de la Plata. Silvia Baron Supervielle effectue néanmoins ce voyage dans le sens inverse de celui de son grand-père et par un aller-simple.

Cette langue française, ou autrement dit, cette carrière d’écriture en français est pour Baron Supervielle une renaissance d’elle-même. Elle s’est déterminée à replanter ses racines dans une terre où la langue employée lui était peu connue. C’est d’autant plus douloureux pour elle de poursuivre une vie d’écrivain en utilisant cette langue étrangère. Tandis que sa langue maternelle était pour elle, une compagne si agréable, l’écriture était par ailleurs, pour elle, « un jeu ou une consolation ». Mais il faut agir lorsqu’on l’a décidé ! On reprend la plume, on écrit dans cette langue encore ‘étrangère’, en espérant une renaissance de soi-même, et en risquant de souffrir une métamorphose. D’ailleurs, il faut renaître à la vie, s’adapter à cet environnement et mener une vie à la française, si l’on désire devenir écrivain dans cette langue. De toute façon, le processus de la vie, nos expériences et nos réflexions sur la vie nourrissent l’écriture. On renaît ainsi à l’écriture. En effet, la vie et l’écriture s’enrichissent et se soutiennent l’une l’autre. Baron Supervielle a finalement découvert et s’est reconnue dans un nouveau langage.

En réalité, je me reconnais dans les écritures de Silvia Baron Supervielle, car tout en lisant, les images de ce que j’éprouvais dès septembre dernier, lors de ma première arrivée en France, émergeaient comme un film dans ma tête. Je me disais, c’est tout ce que j’ai subi !

Je suis profondément touchée par la phrase « je subissais une métamorphose », ou plus précisément, par le mot « métamorphose ». Je me souviens clairement que c’était au même moment de l’année passée que j’ai dit à mes amis, « je sens dans ma tête et mon cœur à la fois, qu’une grande transformation se produit. Je me sens comme un vampire (l’idée de  ‘vampire’ vient des épisodes américains Vampire’s Dairy, un vampire nouveau-né doit souffrir le martyre en se transformant), qui a un désir tellement ardent d’absorber les connaissances de la langue française et de parler comme les Français! Que j’aime le français ! Cependant, il me semble qu’il y a quelque chose chez moi, qui résiste à cette imprégnation de cette langue extérieure ».

Parfois, quand je parle, on ne me comprend pas, j’ai un accent. Et quand je souhaite m’exprimer, je ne trouve parfois pas les mots pertinents. De temps en temps, c’est décourageant, surtout quand on a déjà fait pas mal d’efforts à apprendre cette langue par le passé. Par conséquent, il m’arrive de perdre confiance en moi. Avant d’arriver en France, l’apprentissage du français, et toute cette exploitation de la culture française étaient pour moi, un grand plaisir! Pourtant, il arrive que ce plaisir soit interrompu.

Mais je n’abandonne pas. Sous cette souffrance transparente mais tourmentante, je faisais une introspection de moi-même, afin d’essayer de résoudre mes problèmes de plusieurs façons. Enfin, j’ai décidé de ma renaissance. Ce texte de Baron Supervielle me donne beaucoup de consolation. Je sais maintenant qu’avec mes efforts et le temps, je vais m’améliorer. Et aujourd’hui, je retrouve le plaisir d’apprendre le français, bien qu’il existe encore des problèmes chez moi, je suis sûre qu’avec de la détermination et de la persévérance, ils seront résolus. Avoir pu briser les barrières de la langue sera pour moi un trésor précieux pour ma vie comme pour ma carrière d’enseignement de la langue. Je reprends le goût à l’apprentissage de la langue et de la vie en général. Je renais. Enfin, j’ai véritablement trouvé cette fois-ci, la vraie signification d’aller sur une terre étrangère pour y apprendre sa langue. C’est la renaissance de soi-même à la vie.

Figures de la langue, choix d’écriture, prise de parole

Langue ou littérature ?

C’est à une interrogation sur la langue d’écriture, pour reprendre une expression qui revient souvent dans les études sur la littérature francophone – ou la francophonie littéraire, que l’on est ici convié.

Pour reformuler la question, les transformations que l’on peut identifier et nommer tels que des procédés de créolisation, d’interlangue, sont des créations des écrivains, et dans le même temps peuvent renvoyer à des phénomènes linguistiques qui ne relèvent pas uniquement de la littérature. Les identifier, les repérer, les cataloguer est-il le travail du linguiste ou du critique littéraire ? Est-ce qu’ils font bouger la langue ou la littérature en ce qu’elle s’autorise à représenter, dans son médium même, l’hétérogénéité constitutive d’un dialogisme que Todorov conçoit comme englobant les phénomènes linguistiques dans les processus plus larges du dialogisme des discours et des cultures ? Autrement dit, est-ce la langue dont la norme se pluralise ou bien l’écriture, qui ne se confond plus avec le modèle scolaire du bien écrire ?

Langue, style, écriture

Une première question qui se pose est justement celle de l’articulation entre langue et écriture, car si l’on récuse l’idée d’une « langue littéraire » qui serait distincte des parlers et serait constituée par la tradition comme une langue à part, qui tiendrait sa spécificité de son écart avec un usage supposé standard, on ne peut éviter, cependant, de se demander si ces altérations que l’on est tenté de rattacher à une pratique de la polyphonie venant faire éclater une langue une et monolithique, transforment véritablement la langue en tant que telle, ou si elles portent plutôt sur une des mises en œuvre possible de la langue à travers l’écriture. On serait alors tenté de rabattre cette diversité sur le style individuel de chaque écrivain, particularité pour ainsi dire inévitable et involontaire, comme la fécondité de son imagination ou sa manière d’être au monde.

Là, une tripartition proposée par Barthes dans le Degré zéro de l’écriture nous semble opérante, c’est celle qu’il fait entre langue, style et écriture. L’écriture se situe à l’articulation entre ce que Barthes appelle l’horizon de la langue, entendue comme une nécessité de nature historique, qui dépasse l’individu, et le style qui, dans sa verticalité, n’est pas plus choisi, mais constitue une contrainte intérieure. L’écriture, à la jonction des deux, se constitue, elle, dans un geste volontaire, par lequel l’écrivain se situe dans la société dont il fait partie. Ainsi, l’écriture selon Barthes relève toujours d’une éthique – le terme d’éthique ici nous est précieux en ce qu’il renvoie à la fois à la notion d’engagement sur des valeurs et de représentation de l’énonciateur dans son discours, dont il est garant et dont il doit pouvoir rendre compte (voir la notion de scénographie et de discours constituant de Maingueneau). L’écriture relèverait donc à la fois d’un positionnement idéologique et d’un travail de mise en scène d’auto-légitimation d’une prise de parole de l’écrivain ou de son représentant fictionnel. C’est à ce titre qu’elle peut dévoiler ou figurer un imaginaire de la langue ou des langues qui vient contester une certaine représentation de la langue littéraire, essentiellement définie par exclusion de ce qui n’est pas « elle ». Céline, dans un entretien, s’offusque qu’on lui ait un jour demandé s’il n’avait pas fait d’emprunts à Joyce, il s’emporte contre toute littérature « de traduction » et termine en disant qu’il a tout trouvé « dans le français lui-même », qui semble, dans ces mots, un fonds inépuisable, non le français académique déjà mort d’Amyot traducteur de Plutarque, mais celui de Rabelais, l’ouvreur de corps, l’ouvreur de langue. L’écriture, au sens plein, fait entendre la parole singulière, et trouve, dans le fonds de la langue ce que la tradition littéraire avait refoulé : le corps, le sexe, la folie. Ce n’est pas avec la raison qu’on fait des enfants, dit Céline. L’opposition faite par Céline entre Amyot et Rabelais n’est pas celle d’un puriste du XVIIe contre un Renaissant s’épanouissant dans le plurilinguisme, c’est celui d’un traducteur, qui conçoit la langue comme un réceptacle d’un contenu qui vient d’ailleurs, contre un créateur qui, avec la langue – dans toute sa polyphonie – construit un monde. C’est de la langue que sort le monde, par l’écriture.

Barthes, dans l’essai auquel on vient de faire référence, considère que pour qu’il y ait émergence d’une problématique d’écriture, il faut que la langue soit suffisamment fixée, il exclut donc toute problématique d’écriture avant 1650 – c’est donc seulement à l’époque classique que peut se mettre en place, selon lui, un choix relevant non de la fixation de la langue, mais des caractéristiques du discours littéraire – ou de l’écriture : effacement de la langue qui semble un outil transparent, et qu’il oppose à l’écriture bourgeoise qui, à la fin du XIXe siècle, mettra en avant le travail dont elle est le résultat, travail d’artisanat patient qui vient orner la langue. Contre cette écriture, viennent, toujours selon Barthes, se situer des tentatives aussi diverses que l’écriture blanche de Camus ou les parlers populaires de Céline et Queneau. Peut-on parler, aujourd’hui, d’une écriture francophone, qu’auraient en commun des écrivains de style très différents, mais qui réuniraient la même exigence de faire entendre dans le français la diversité des langues avec lesquelles le français est en contact ? Serait-on dans une époque où la diversification des français – français des Antilles, français d’Afrique, français du Québec – ferait éclater cet « horizon » en archipels où disparaitrait la problématique de l’écriture en autant d’îlots où reviendrait se poser la question du choix de variété de la langue que l’on institue par la littérature ?

Ecriture, verbe, parole

Une des références récurrentes est celle d’oralité, à laquelle les littératures francophones, par un atavisme culturel, feraient forcément retour. La question de l’oralité dans l’écriture est elle-même plurielle, et renvoie à des questions différentes : on ne s’arrêtera pas ici sur les genres littéraires relevant d’une tradition orale (genres narratifs, déclamatifs ou poétiques, qui ont leurs règles plus ou moins fixes et peuvent reposer sur un certain nombre d’énoncés formulaires), mais plutôt sur la revendication de faire entendre les parlers, dans leur diversité. La problématique ne naît pas avec la francophonie, mais avec la représentation de la diversité linguistique interne au français : français populaire, régional, archaïque, argotique… Mais il faut là encore distinguer des emplois extrêmement divers – allant de l’insertion entre guillemets de termes « colorés » ou « énergiques » fonctionnant comme des motifs décoratifs, détails pittoresques ajoutant, comme un trompe-l’œil une séduction à une représentation qui exhibe son cadre (ainsi chez Balzac), à une prise de position énonciative radicale (chez Céline qui oppose la langue morte du français académique à la langue argotique, seule vivante et seule capable de toucher directement à l’émotion). Cette revendication de Céline (Ma grande attaque contre le verbe) renvoie alors non à l’opposition entre écrit et oral, mais entre le verbe et la parole : comme chez Erasme qui attira les foudres catholiques en choisissant le terme de sermo plutôt que celui de verbum pour traduire le début de la Genèse. Il s’agit bien pour l’écrivain de faire entendre une parole – au sens où les linguistes opposent, depuis Saussure, la parole et la langue – comme émergence singulière d’une conscience et d’une voix adressée à quelqu’un – lecteur, auditeur – qui est le destinataire de ce message qui s’adresse à lui et cherche à le bouleverser. La question de la norme linguistique passe au second plan derrière celle du discours – en tant qu’il institue, à travers une langue qui peut être déformée, un rapport à l’autre qui passe outre les constructions culturelles, idéologiques et sociales selon la dialectique de L’Eloge de la folie qui clame, d’en bas, une vérité renversant les valeurs établies.

Écriture et plurilinguisme

Pluralité des langues, écriture en français

Nous envisageons ici la langue française à travers le prisme du rapport entre les langues et à travers celui du choix d’écriture.

Dimension historique

Colinguisme, plurilinguisme : le français a toujours été au contact d’autres langues.

On peut faire remonter les questions de représentation des langues les unes par rapport aux autres et spécifiquement du point de vue de leur valeur en tant que moyen d’expression littéraire au Moyen Âge, avec, par exemple la « défense et illustration » du roman par Benoît de Sainte-Maure. Le XVIe siècle où, comme l’écrit Boileau, on « parlait latin en français » est si riche de questionnements sur le français et les langues qu’on y reviendra souvent. La réflexion sur les règles de la communication, le choix d’un « usage commun » et sur l’identité linguistique des écrivains y est centrale. Certaines problématiques du XVIe siècle nous reviennent étonnamment modernes dans L’Eloge de la créolité et les revendications à la fois linguistiques et poétiques qui l’habitent.

Ouverture géographique

C’est à partir du XXe siècle que la question du choix d’une langue d’expression littéraire dans un contexte plurilingue s’est massivement ouverte au-delà des frontières hexagonales. La diversité des situations linguistiques des pays francophones, les mouvements migratoires, l’entrée dans l’écrit de langues jusqu’alors orales constituent autant de situations de contacts et de confrontations qui s’inscrivent dans l’œuvre et dans la vie des écrivains. Les textes autobiographiques où la question de l’identité linguistique est présentée comme essentielle à la constitution de l’œuvre littéraire abondent. Ils nous permettent d’approcher du laboratoire intérieur où les expériences langagières sont transformées et remodelées par l’écriture qui les formule. Leur exploration est passionnante pour qui s’intéresse à la fois à la langue française et aux processus d’écriture.

Le carnet s’intéresse à plusieurs dimensions du plurilinguisme :

LECTURES / AUTOUR DES OEUVRES

Représentation du français

par rapport aux autres langues pratiquées par les écrivains, que l’on se situe dans un contexte géographique plurilingue ou dans une dynamique de migration,

Parcours langagiers des écrivains

qu’ils aient une œuvre bilingue ou qu’ils aient le français comme seule langue d’expression littéraire,

Œuvres hétérolingues

c’est-à-dire proposant une représentation littéraire de la pluralité des langues.

Ce carnet propose de présenter ces questions pour elles-mêmes, à travers l’analyse d’œuvres réflexives d’écrivains confrontés à la pluralité des langues et cherchant à définir et donner sens à leur pratique en fonction de leur parcours personnel, de leur projet littéraire et des représentations qu’ils se font du français en tant que langue d’écriture.

 

ECRITURES / TRANSMISSION / APPRENTISSAGE

L’écriture et la construction – langagière – de soi

Nous proposons également de réfléchir à la manière dont l’acte d’écriture en lui-même peut constituer, pour un locuteur plurilingue, un travail de  construction de soi, en particulier dans le cadre de l’écriture autobiographique.

Réflexivité et formation

Dans cette perspective, nous nous rapprochons des démarches réflexives encouragées en didactique des langues à travers la tenue de journaux ou de carnet de formation ou l’écriture d’autobiographies langagières, comme c’est le cas dans le Master de didactique du français et des langues de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 où nous intervenons.

Contributions

Ainsi ce carnet pourra s’ouvrir à des textes personnels – réflexifs, autobiographiques, fictionnels poétiques – où des locuteurs, eux-mêmes plurilingues, pourront formuler leur propre cheminement dans l’adoption du français comme langue, sinon d’écriture littéraire, du moins d’expression et, dans certains cas, d’enseignement.

Expérimentations

Ce carnet permettra également de rendre comptes d’expériences pédagogiques d’écriture créative menées avec des étudiants plurilingues.