Archives par mot-clé : créatrice

Cycle « Paroles de créatrices » : Dialogue entre Négar Djavadi et Elitza Gueorguieva

Quatrième conférence ans le cadre de la résidence d’écriture d’Elitza Gueorguieva

portrait Négar Djavadi
portrait Négar Djavadi © Négar Djavadi‎

  • Jeudi 2 mai de 18h à 20h
  • Université Sorbonne Nouvelle Campus Nation 8 avenue Saint-Mandé 75012 Paris – Salle AS35
  • Entrée libre

Cycle « Paroles de créatrices » 

Dans le cadre de la résidence d’écriture d’Elitza Gueorguieva

Dialogue entre Négar Djavadi et Elitza Gueorguieva

Séance animée par Aline Marchand, en complicité avec Marielle Anselmo

Cette rencontre est la quatrième d’un cycle organisé dans le cadre de la résidence d’écriture de l’écrivaine franco-bulgare Elitza Gueorguieva à l’Inalco. Celle-ci anime deux ateliers d’écriture à destination des étudiants de Licence et de Master. Elle participe à une série de rencontres avec des écrivaines qui partagent avec elle le fait d’être translingues, c’est-à-dire d’être passées de leur langue maternelle au français, langue d’écriture.

La discussion gravitera autour du roman Désorientale de Négar Djavadi, qui déploie l’histoire de l’Iran sur trois générations, à travers le récit d’apprentissage de Kimiâ Sadr, fille d’un journaliste opposant au régime iranien et s’exilant avec sa famille en Europe. Dans cette fresque romanesque, les langues parlées, entendues et rêvées de l’enfance (le persan, le dialecte mazandarani ou encore le français) traversent les frontières géographiques pour interroger les représentations de l’Orient dans la société française d’aujourd’hui.

Négar Djavadi est née en Iran et vit en région parisienne. Elle arrive en France à l’âge de onze ans avec sa famille, des opposants au Shah puis à Khomeiny. Après des études en cinéma à Bruxelles (INSAS), Négar Djavadi réalise des documentaires et écrit des scénarios de fictions. En 2016, paraît son premier roman, Désorientale, aux éditions Liana Levi, primé en France, en Belgique comme aux États-Unis, et traduit dans une quinzaine de langues. Parallèlement à sa carrière de scénariste, elle signe Arène (2020) chez la même éditrice et La Dernière Place (2023) dans la collection « des nouvelles du réel » aux éditions Stock.

Elitza Gueorguieva est née à Sofia, en Bulgarie. Elle a publié deux romans aux éditions Verticales : Les cosmonautes ne font que passer (2016) et Odyssée des filles de l’Est (2024). Elle a réalisé plusieurs fils documentaires dont Chaque mur est une porte (2017) et Notre endroit silencieux (2021). Elle réalise des performances pour différents lieux scéniques.

Cette résidence d’écriture est réalisée dans le cadre du programme de résidences de la Région Île-de-France. Elle est portée par le Master de Traduction Littéraire, avec le soutien des équipes PLIDAM, CERLOM, CREE et la collaboration de l’UMR THALIM.

Les prochaines rencontres auront lieu : le mardi 14 mai 2024 à 19h avec L. Etchart à la Librairie des femmes et le 19 ou 20 juin 2024, pour une restitution du travail mené en atelier avec les étudiant.e.s de l’Inalco, à la Maison de la Poésie. 

Responsable : marielle.anselmo@inalco.fr 

Contact : aline.marchand@sorbonne-nouvelle.fr