Archives par mot-clé : bilinguisme

Compte rendu d’ouvrage : Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises par Rainier Grutman. Paris, Classiques Garnier, 2019.

Un peu plus de vingt ans après sa première publication à Montréal chez Fides en 1997, Rainier Grutman publie une version remaniée et mise à jour de son ouvrage fondateur sur l’hétérolinguisme littéraire.

DES LANGUES QUI RÉSONNENT. HÉTÉROLINGUISME ET LETTRES QUÉBÉCOISES PAR RAINIER GRUTMAN. PARIS, CLASSIQUES GARNIER, COLL. BIBLIOTHÈQUE FRANCOPHONE, 2019, 360 P. ISBN : 978-2-406-08095-4.

Cette nouvelle édition, qui parait dans la Bibliothèque francophone des Classiques Garnier, permet de (re)découvrir cette notion importante pour qui s’intéresse aux écrivains plurilingues et à la manière dont leurs œuvres témoignent de leur engagement dans la « question des langues ». 

L’hétérolinguisme littéraire

S’intéressant à des fictions (romans et contes), Rainier Grutman pose la notion d’hétérolinguisme en se référant aux stratégies textuelles et à leurs effets. De ce fait, son analyse délie les œuvres d’une lecture « documentaire », qui les réduirait à n’être que le reflet de la réalité bilingue du pays ou de la manifestation du bilinguisme de leurs auteurs. 

En effet, le propos du livre est de montrer, à travers l’étude approfondie de dix œuvres de la « période victorienne » de la littérature québécoise (publiées entre 1837 et 1901), comment les œuvres littéraires ne se contentent pas de reproduire le bilinguisme français/anglais du Canada « colingue » où ces deux langues sont instituées officiellement, mais reconfigurent une série de tensions se manifestant entre les langues (français, anglais, latin, créole), entre des variétés d’une même langue (français institutionnel/québécois populaire, mais aussi latin d’église/latin classique ou encore anglais britannique/ anglais canadien), et entre des fonctions et des statuts différents.

Ancrage historique et sociolinguistique

Une introduction dense, argumentée et largement référencée, pose les jalons d’une histoire du colinguisme québécois, du XIXe siècle à la Révolution tranquille et à la promulgation de la Charte de la langue française (Loi 101 votée en 1977 qui définit le Québec comme francophone). 

Rainier Grutman inscrit d’emblée les relations entre les langues dans la pluralité des liens, marquées par des antagonismes et des renversements successifs : ainsi le français standard s’oppose au français québécois ; celui-ci se trouve marqué par les interférences phonétiques, lexicales ou syntaxiques avec l’anglais ; l’anglais comme langue de culture, renvoyant à l’ancienne puissance coloniale britannique et à sa tradition littéraire, se trouve en polarité avec les références littéraires hexagonales, jouissant de la même autorité « déterritorialisée » ; enfin le latin, langue liturgique, marquant l’appartenance à l’église catholique ancrée dans une pratique pastorale active, mais aussi langue de la culture classique, signalant le niveau socio-culturel des élites.

Quant au bilinguisme entre français et anglais, l’auteur montre comment, d’une vision individuelle qui le fait considérer comme un instrument d’ascension sociale par les francophones, il est perçu, au plan collectif, comme un facteur dangereux d’assimilation, tandis que le joual, de manière ambivalente, est à la fois valorisé comme une manière de se distinguer du français institutionnel, et donc de sortir de la position subordonnée par rapport à la France, et vitupéré comme le « cheval de Troie » de l’anglicisation qui gagne les couches populaires.

L’hétérolinguisme : les configurations textuelles et leur signification

Le chapitre 2 cerne les notions respectives de bilinguisme et de diglossie, en montrant comment le bilinguisme officiel recouvre des pratiques ancrées socialement dans une répartition complémentaire et hiérarchisée des langues et de leurs variétés sociolinguistiques. Par opposition à cette saisie politique et sociale du plurilinguisme, la démarche de l’auteur est de s’attacher aux œuvres. C’est ainsi qu’il définit l’hétérolinguisme comme : « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (p. 60) en insistant sur « l’hétérogénéité foncière du fait langagier » (p. 62) et en consacrant son analyse à la « textualisation » ou « mise en texte » de la diversité linguistique.

Postulant que les œuvres ne se contentent pas d’enregistrer ou de reproduire des tensions socio-linguistiques, il récuse une approche des textes qui ne verrait que leur dimension mimétique et dénotative, au profit d’une attention à leur dimension figurative et connotative, mettant en évidence des « effets d’œuvre », qui confient aux langues et à leurs variétés des fonctions bien plus diverses : intertextuelles et pas seulement contextuelles, autoréférentielles et pas seulement référentielles.

Le parcours proposé à travers les dix textes choisis s’organise en cinq chapitres : 

  1. Le bilinguisme mis en exergue
  2. Le bilinguisme remis en question
  3. Hiérarchies linguistiques et concurrence culturelle
  4. Arpenter l’Amérique française
  5. De l’exemplarité du conte écrit

Ces chapitres tracent un parcours à travers des œuvres qui configurent chaque fois de manière singulière une forme de mise en tension des langues et de leurs variétés. Les études empruntent leurs références à la sociolinguistique et à l’histoire des textes, à l’analyse du discours comme aux travaux sur le Romantisme européen, et nous font entrer dans différentes formes de « textualisation » des langues par des analyses à la fois précises et érudites. Il en émerge des configurations mouvantes entre les langues et les fonctions qui leur sont attribuées par la fiction, qui font éclater la représentation trop réductrice d’un bilinguisme dualiste et conflictuel.

Bilinguisme intertextuel

Ainsi, par exemple, à propos du premier roman étudié, L’influence d’un livre de Philippe Aubert de Gaspé fils, Rainier Grutman montre comment le paratexte et notamment les exergues en anglais constituent un hétérolinguisme de références qui renvoie aux romans réalistes et gothiques aussi bien britanniques que français. Laissant à part son propre bilinguisme (alors qu’il est de mère anglophone et de père francophone), l’auteur situe la coprésence des langues sur un plan littéraire, au confluent de deux traditions romanesques, son bilinguisme intertextuel et référentiaire « déterritorialise » la dualité français/anglais. 

« Tetraglossie » français, québécois, anglais, latin

Dans La Terre paternelle de Patrice Lacombe, la répartition français/québécois ancre le récit dans un imaginaire rural vernaculaire ancestral dans lequel la hiérarchisation des langues recoupe, de manière classique, la hiérarchie entre narrateur et personnages jusqu’au moment où les simples « habitants » sont dépossédés de leur terre par un étranger, un stranger, qui usurpe leur bien tandis que s’affiche sa domination par l’irruption de l’anglais dans le texte. La valeur de parabole de l’histoire s’appuie également sur la présence du latin – celui de Virgile qui inscrit l’ouverture du livre dans l’univers pastoral, et celui de l’église qui organise la visée morale du texte. C’est pour analyser ce texte que Rainier Grutman, se réfère aux travaux de Henri Gobard sur la répartition « tétraglossique » des langages : selon l’auteur, la tétraglossie est un phénomène social qui, pour une aire culturelle donnée, hiérarchise quatre langages : le langage vernaculaire (local, natal), le langage véhiculaire (national ou régional), le langage référentiaire (de la tradition culturelle) et le langage mythique (renvoyant au sacré). Ainsi à travers les langues s’opposent à la fois des visions du monde et des imaginaires linguistiques, partagés entre l’ici et le là-bas, le présent, le passé et le futur, le temporaire et l’intemporel. 

On retrouve cette « quadriphonie » dans les œuvres de Henri-Raymond Casgrain et de Philippe-Joseph Aubert de Gaspé, mais de manière plus complexe : l’altérité linguistique étant, chez le premier, à la fois à chercher du côté de l’évocation des tribues amérindiennes et du latin les Écritures, tandis que chez l’autre, le latin scolaire inscrit les personnages lettrés dans la noblesse, et les épigraphes en anglais signalent la forte réceptivité de l’auteur à la tradition littéraire du romance britannique et, plus largement, à l’influence culturelle anglaise.

Deux autres romans, de Georges Boucher de Boucherville et de Napoléon Bourassa, ont un statut d’extraterritorialité, l’un en Louisiane, met en scène le créole des esclaves, l’autre en Acadie où le conflit linguistique, situé au moment de la déportation des Acadiens, redouble une différence sociale entre un officier britannique et une jeune campagnarde. Toutefois, la textualisation des langues filtre les dimensions les plus conflictuelles, sous une vision providentialiste de concorde.

Oral/écrit

La dernière étude s’ouvre par une réflexion sur l’opposition entre tradition écrite (représentée par le roman) et tradition orale (représentée par le conte) pour interroger les processus de transposition, voire de « déterritorialisation » que la mise à l’écrit d’un conte oral implique, en particulier sur le plan de l’expression qui dédouble souvent la scène énonciative par un narrateur décrivant le cadre où prennent lieu les « causeries ». Le dispositif, étudié à partir de plusieurs recueils de la période, fait en outre souvent place à une discussion morale, qui s’exerce à partir du récit, traité comme un exemplum et superposant ainsi un modèle religieux à celui de l’oralité populaire. 

Fonctions et mises en textes des langues

En conclusion, l’auteur met en évidence le brouillage du dualisme français/anglais qui ressort des différentes configurations textuelles où les langues et leurs variétés font entendre une « quadriphonie » organisée selon des fonctions différenciées (québécois vernaculaire, anglais véhiculaire, français référentiaire et latin mythique). Ainsi notamment, à l’intérieur du cadre auctorial déterminé par l’usage du français international, l’anglais, lorsqu’il n’est pas employé dans sa variété mimétique (construisant un effet de réel en renvoyant à la société canadienne) mais dans sa variété intertextuelle (construisant un effet d’œuvre en renvoyant à la tradition littéraire) se rapproche du français en inscrivant l’œuvre dans une tradition littéraire déterritorialisée. Inversement, le latin d’église dans sa variété locale, liturgique, renvoie à une pratique sociale et à un univers moral qui ancre le texte dans la réalité populaire au même titre que le parler natal québécois. 

Cette « quadriphonie » s’est transformée au cours du XXe siècle, par la disparition progressive des références au latin liturgique et l’emploi surtout mimétique de l’anglais canadien, mais aussi et peut-être surtout par l’évolution du joual, qui tend à ne plus être réduit à la parlure des personnages, gagnant une position jusqu’alors dévolue au français « référentiaire », et qui « au cours de sa transposition en littérature […] perd souvent une dimension anglaise qui lui est pourtant constitutive » (p. 305).

S’appuyant sur une très riche bibliographie critique, en français et en anglais, comme on peut s’y attendre, mais également nourries de références en espagnol et en allemand, l’ouvrage de Rainier Grutman affine ses outils d’analyse au fur et à mesure des études proposées. Il offre le modèle d’une approche pluridisciplinaire où les configurations idéologiques, poétiques et linguistiques s’éclairent mutuellement dans une dialectique qui situe les œuvres sans les réduire à leur contexte, mais qui montre au contraire la portée morale et politique des choix d’écriture. Enfin, en liant l’hétérolinguisme à la tradition littéraire – et au sacré à travers le latin –, il permet également de dépasser la coupure entre les études d’histoire littéraire et une approche très contemporéaniste du plurilinguisme littéraire, parfois réduit à ses dimensions biographiques et identitaires, et donne ainsi une vision plus large de la place des langues dans l’imaginaire et la pratique des écrivains.

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu d’ouvrage : Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises par Rainier Grutman. Paris, Classiques Garnier, 2019.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 31/10/2019, https://ecriplur.hypotheses.org/543.

Parution : Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. hétérolinguisme et lettres québécoises

Vient de paraître une nouvelle édition, revue par l’auteur, de son ouvrage de référence sur l’hétérolinguisme littéraire.

Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiques Garnier, 2019, 359 pages.

  • ISBN: 978-2-406-08095-4
  • ISSN: 2494-3975
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08097-8

Résumé: Par hétérolinguisme, on entend l’accueil réservé par la littérature à la diversité linguistique (qu’il s’agisse de langues étrangères ou de variétés de l’idiome principal). Comme l’illustre l’exemple du Québec, cette diversité est reliée à des enjeux majeurs, esthétiques aussi bien qu’identitaires.

La première édition, intitulée Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, est parue en 1997 à Montréal, (éditions Fides-CETUQ, coll. « Nouvelles études québécoises », 224 p.).

A la différence du bilinguisme ou du plurilinguisme, qui désignent le répertoire langagier des locuteurs, la notion d’hétérolinguisme permet de désigner des phénomènes de plurilinguisme à l’intérieur des textes littéraires. Il s’agit, selon Rainier Grutman, de « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (1997 : 37). L’étude de ces formes et de leurs enjeux dans les lettres québécoises est l’objet de cet ouvrage inspirant pour tous les chercheurs intéressés par les relations entre écriture et plurilinguisme.

Cette nouvelle édition, entièrement revue et mise à jour, parait dans la collection « Bibliothèques francophones » dirigée par Dominique Combe et Jean-Marc Moura.

Série Littérature québécoise, n° 1,
dirigée par Élisabeth Nardout-Lafarge et Alessandra Ferraro.

Compte rendu : Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018.

Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018, 198 p. ISBN : 978-2-05-102824-0.

S’ouvrant par une évocation de L’Analphabèted’Agota Kristof (Genève, Zoé, 2004), ce livre, intitulé Mémoires d’outre-langue par Alain Ausoni, est consacré aux écrivains translingues, ayant pratiqué « l’écriture de soi pour explorer la relation singulière qu’ils entretiennent avec leur langue d’adoption » (p. 7-8). Bien écrit, composé avec soin, il s’ouvre par un tableau de Chagall qui illustre la dualité du créateur bilingue dont le monde se nomme de deux manières.

« Ecrivains translingues » et « écriture de soi » : c’est en croisant ces deux fils directeurs que l’auteur définit son corpus.

Des écrivains translingues

Ces écrivains, que l’auteur choisit d’appeler translingues, suivant une terminologie anglo-saxonne, proposée par Steven G. Kellman (The Translingual imagination, Londres, University of Nebrasca Press, 2000) plutôt que plurilinguessont originaires de pays où le français ne fait pas quotidiennement partie du répertoire langagier, il s’agit donc pour eux d’une langue étrangère

Le terme translinguepermet donc de marquer la spécificité de ces écrivains par rapport à des écrivains ayant grandi dans un pays francophone plurilingue. Le terme translingue permet en même temps d’insister sur l’idée de passage au français, de manière plus ou moins abrupte, plus ou moins choisie, pour des raisons diverses, généralement liées à leur migration en France ou dans un pays francophone comme la Suisse romande ou le Québec, tout en évitant des termes plus connotés, tels écrivains en exil ou écrivains migrants. Cependant, les raisons de leur passage au français sont au centre de cette étude, car elles déterminent grandement la posture d’écrivainqu’ils vont adopter par rapport au français.

L’écriture de soi

Le corpus étudié est constitué par des œuvres relevant de « l’écriture de soi », terme choisi par Alain Ausoni pour englober les écrits autobiographiques, affichés comme tels, les essais autoréflexifs et les romans qui s’apparentent aux romans de formation ou d’advenue à l’écriture, où la question linguistique est présentée comme centrale, et dont tout porte à penser qu’ils sont inspirés par la biographie de l’auteur.

Après une introduction qui souligne l’intérêt que portent à ces écrivains, la critique, les prix littéraires et la recherche depuis une quinzaine d’années, Alain Ausoni propose d’établir ce qu’il appelle une « cartographie » de l’écriture translingue. Bien entendu, il ne s’agit pas de classer ces écrivains selon leur pays d’origine, mais par une cartographie mentale, de cerner les spécificités de l’écriture translingue, c’est-à-dire, selon la manière dont la conçoit Alain Ausoni, les différents types de relationau français que l’écriture de soi « décrypte et module à la fois » (p. 43) et les différentes poétiques qui leur sont liées.

Les six chapitres qui composent le livre proposent, deux par deux, d’explorer ainsi trois postures d’écrivains, allant de la plus grande révérence vers la plus grande distance affichée envers à la fois la France, la littérature et la langue française : « conversions », « libérations », « robinsons ».

Conversions : Makine et Bianciotti

Du côté de la conversion, sont choisis comme auteurs emblématiques Andreï Makine et Hector Bianciotti. Ils ont en commun de construire dans leurs œuvres une image de la France et du français qui fonctionne comme un idéal forgé à distance, appuyé sur des modèles littéraires. Makine compose la figure du transplanté, qui relie Aliocha, le héros russe du Testament français, initié à la France par sa grand-mère dans les plaines de Sibérie, à des figures d’écrivains assimilés, comme Henri Troyat, dont le roman autobiographique publié en 1991 est intitulé Aliocha, ou comme Romain Gary pour qui, dans La Promesse de l’aube(1960), la France est présentée avant tout comme l’objet de l’inconditionnel amour maternel. 

Bianciotti, dont la trilogie autobiographique (Ce que la nuit raconte au jour, 1992, Le Pas si lent de l’amour, 1995, Comme la trace de l’oiseau dans l’air, 1999) raconte le voyage initiatique vers une identité d’écrivain marquée par le modèle littéraire de Paul Valéry, distingue sa langue natale – l’espagnol de l’Argentine où il est né, différent de l’espagnol castillan – sa langue maternelle – dialecte de l’Italie piémontaise d’où sa famille est originaire, qui était vécu sur le mode de l’interdit – et le français qui devient sa langue d’écriture. De manière significative c’est en français qu’il passe à l’écriture de soi, à la première personne, suivant en cela un auguste modèle d’écriture autobiographie, celui du récit de conversion inauguré par Saint Augustin dans les Confessions, soulignant le parallélisme entre la vocation littéraire et la vocation religieuse ou spirituelle. Bianciotti présente son passage au français comme une forme de renaissance. Comme Claude Esteban, dont Le Partage des mots exprime la douloureuse perception d’une dichotomie de la perception induite par les mots, Bianciotti illustre, par l’opposition de oiseauet pájaro, le sentiment d’avoir rencontré avec le français une langue qui lui correspondait plus intimement.

Libérations : Alexakis et Huston

A la différence de ces écrivains, qui semblent appelés par la figure idéalisée de la France littéraire et de sa langue, Alain Ausoni repère pour d’autres écrivains la libérationque le passage au français permet. Pour ces écrivains, c’est le fait d’écrire dans une langue seconde plus que les caractéristiques du français en lui-même qui donne une liberté : liberté par rapport à un passé biographique, à une tradition d’écriture, mais aussi aux affects qui sont liés à la langue première en tant qu’elle est la langue de l’enfance. Chez Alexakis, dont on peut rappeler que l’arrivée en France a été au sens propre une libération pour le jeune journaliste fuyant la dictature étouffant l’expression publique dans son pays, l’expérience de la liberté est aussi celle des allers-retours entre le français et le grec à travers la pratique de l’autotraduction. Si nombre de ses romans évoquent la question du choix des langues et de l’apprentissage, c’est dans son texte autobiographique Paris-Athènesqu’il thématise cette liberté d’aller et venir entre les langues comme entre deux femmes, entre deux histoires, entre deux âges.

Pour Nancy Huston, qui pratique également l’auto-traduction, l’arrivée en France est une libération d’une enfance marquée par la séparation de ses parents et une forme d’instabilité. Le court récit autobiographique, Nord perdu, constitue à la fois une réflexion sur le destin d’écrivain bilingue (elle a, par ailleurs, consacré des essais à Romain Gary et Samuel Beckett) et une réflexion sur son rapport au français, langue qu’elle perçoit comme dénuée de la violence affective qui marque pour elle l’usage de sa langue maternelle. Ausoni rappelle, sur ce point, que l’anglais aussi a pu être décrit comme une langue « froide » et sans affects, mais par des écrivains pour lesquels c’était une langue seconde comme Eva Hoffman (Lost in Translation. A Life in a new Language, 1989).

La liberté prise est aussi celle qu’elle se permet face à la langue française, dont elle perçoit le caractère artificiel et construit. Mais ce caractère artificiel, c’est aussi celui de l’étrangère, qui porte un masque et joue un rôle, devant sans cesse justifier son existence et trouver sa légitimité.

Robinsons : Kristof et Molnár

La dernière partie s’ouvre par une citation de Barthes, qui justifie le titre de cette section, puisque pour un nouveau Robinson, Barthes indique qu’au lieu d’une ile perdue, il choisirait une ville étrangère.

Elle est consacrée à deux écrivains d’origine hongroise pour lesquelles le français est « langue de hasard » (p. 165).

Pour Agota Kristof, il s’agissait de fuir la répression soviétique de 1956, et, tandis que, déjà auteure d’une œuvre publiée en hongrois, Agota Kristof était germanophone, c’est en Suisse romande que le groupe de réfugiés dont elle fait partie se trouve conduit. Elle s’y retrouve donc « analphabète », comme le dit le titre de son court récit autobiographique, avec pour défi d’écrire dans une langue « ennemie ». C’est de cette position d’aliénation qu’elle tire partie, dans Le Grand Cahier, comme dans les deux autres romans de sa trilogie, qui semblent comme des masques que l’on retire les uns après les autres, comme dans certains romans de Nabokov, laissant toujours plus à vif le dénuement de celui dont l’enfance a été massacrée par la guerre et perdue par l’exil. 

Katalin Molnár doit l’apprentissage du français à un tirage au sort répartissant les élèves entre français et anglais comme langue étrangère. Son arrivée en France est liée à une rencontre amoureuse. Après quelques textes en hongrois, elle publie en français des poèmes et un texte inclassable Quant à je (kantaje), textes « agrégats » jouant avec l’insécurité linguistique et une écriture quasi-phonétique. Ce texte, qui s’apparente à un autoportrait, est composite à double titre, dans sa composition et dans ses références, que l’on pense à Queneau et au « néo-français », mais aussi à l’entreprise de déconstruction du monolinguisme que l’on peut trouver chez un Gherasim Luca ou au travail sur la voix qui marque l’œuvre de poètes comme Cadiot ou Prigent, publiés comme Molnár chez POL, il contient aussi des traits spécifiques de la langue hongroise : « l’agglutination, l’indétermination générique, la conjugaison marquée par des suffixes et l’antéposition de l’adjectif ».

En conclusion, une ouverture propose d’élargir la réflexion à « l’écriture translingue de soi à travers les langues » (p. 187). C’est aussi par une interrogation que se termine le livre : est-ce le français qui est propice à cette introspection – on peut penser au modèle des Confessionsde Rousseau – ou bien le fait d’écrire dans une langue seconde ?

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu : Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 23/09/2018, https://ecriplur.hypotheses.org/183.