Compte rendu d’ouvrage : Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises par Rainier Grutman. Paris, Classiques Garnier, 2019.

Un peu plus de vingt ans après sa première publication à Montréal chez Fides en 1997, Rainier Grutman publie une version remaniée et mise à jour de son ouvrage fondateur sur l’hétérolinguisme littéraire.

DES LANGUES QUI RÉSONNENT. HÉTÉROLINGUISME ET LETTRES QUÉBÉCOISES PAR RAINIER GRUTMAN. PARIS, CLASSIQUES GARNIER, COLL. BIBLIOTHÈQUE FRANCOPHONE, 2019, 360 P. ISBN : 978-2-406-08095-4.

Cette nouvelle édition, qui parait dans la Bibliothèque francophone des Classiques Garnier, permet de (re)découvrir cette notion importante pour qui s’intéresse aux écrivains plurilingues et à la manière dont leurs œuvres témoignent de leur engagement dans la « question des langues ». 

L’hétérolinguisme littéraire

S’intéressant à des fictions (romans et contes), Rainier Grutman pose la notion d’hétérolinguisme en se référant aux stratégies textuelles et à leurs effets. De ce fait, son analyse délie les œuvres d’une lecture « documentaire », qui les réduirait à n’être que le reflet de la réalité bilingue du pays ou de la manifestation du bilinguisme de leurs auteurs. 

En effet, le propos du livre est de montrer, à travers l’étude approfondie de dix œuvres de la « période victorienne » de la littérature québécoise (publiées entre 1837 et 1901), comment les œuvres littéraires ne se contentent pas de reproduire le bilinguisme français/anglais du Canada « colingue » où ces deux langues sont instituées officiellement, mais reconfigurent une série de tensions se manifestant entre les langues (français, anglais, latin, créole), entre des variétés d’une même langue (français institutionnel/québécois populaire, mais aussi latin d’église/latin classique ou encore anglais britannique/ anglais canadien), et entre des fonctions et des statuts différents.

Ancrage historique et sociolinguistique

Une introduction dense, argumentée et largement référencée, pose les jalons d’une histoire du colinguisme québécois, du XIXe siècle à la Révolution tranquille et à la promulgation de la Charte de la langue française (Loi 101 votée en 1977 qui définit le Québec comme francophone). 

Rainier Grutman inscrit d’emblée les relations entre les langues dans la pluralité des liens, marquées par des antagonismes et des renversements successifs : ainsi le français standard s’oppose au français québécois ; celui-ci se trouve marqué par les interférences phonétiques, lexicales ou syntaxiques avec l’anglais ; l’anglais comme langue de culture, renvoyant à l’ancienne puissance coloniale britannique et à sa tradition littéraire, se trouve en polarité avec les références littéraires hexagonales, jouissant de la même autorité « déterritorialisée » ; enfin le latin, langue liturgique, marquant l’appartenance à l’église catholique ancrée dans une pratique pastorale active, mais aussi langue de la culture classique, signalant le niveau socio-culturel des élites.

Quant au bilinguisme entre français et anglais, l’auteur montre comment, d’une vision individuelle qui le fait considérer comme un instrument d’ascension sociale par les francophones, il est perçu, au plan collectif, comme un facteur dangereux d’assimilation, tandis que le joual, de manière ambivalente, est à la fois valorisé comme une manière de se distinguer du français institutionnel, et donc de sortir de la position subordonnée par rapport à la France, et vitupéré comme le « cheval de Troie » de l’anglicisation qui gagne les couches populaires.

L’hétérolinguisme : les configurations textuelles et leur signification

Le chapitre 2 cerne les notions respectives de bilinguisme et de diglossie, en montrant comment le bilinguisme officiel recouvre des pratiques ancrées socialement dans une répartition complémentaire et hiérarchisée des langues et de leurs variétés sociolinguistiques. Par opposition à cette saisie politique et sociale du plurilinguisme, la démarche de l’auteur est de s’attacher aux œuvres. C’est ainsi qu’il définit l’hétérolinguisme comme : « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (p. 60) en insistant sur « l’hétérogénéité foncière du fait langagier » (p. 62) et en consacrant son analyse à la « textualisation » ou « mise en texte » de la diversité linguistique.

Postulant que les œuvres ne se contentent pas d’enregistrer ou de reproduire des tensions socio-linguistiques, il récuse une approche des textes qui ne verrait que leur dimension mimétique et dénotative, au profit d’une attention à leur dimension figurative et connotative, mettant en évidence des « effets d’œuvre », qui confient aux langues et à leurs variétés des fonctions bien plus diverses : intertextuelles et pas seulement contextuelles, autoréférentielles et pas seulement référentielles.

Le parcours proposé à travers les dix textes choisis s’organise en cinq chapitres : 

  1. Le bilinguisme mis en exergue
  2. Le bilinguisme remis en question
  3. Hiérarchies linguistiques et concurrence culturelle
  4. Arpenter l’Amérique française
  5. De l’exemplarité du conte écrit

Ces chapitres tracent un parcours à travers des œuvres qui configurent chaque fois de manière singulière une forme de mise en tension des langues et de leurs variétés. Les études empruntent leurs références à la sociolinguistique et à l’histoire des textes, à l’analyse du discours comme aux travaux sur le Romantisme européen, et nous font entrer dans différentes formes de « textualisation » des langues par des analyses à la fois précises et érudites. Il en émerge des configurations mouvantes entre les langues et les fonctions qui leur sont attribuées par la fiction, qui font éclater la représentation trop réductrice d’un bilinguisme dualiste et conflictuel.

Bilinguisme intertextuel

Ainsi, par exemple, à propos du premier roman étudié, L’influence d’un livre de Philippe Aubert de Gaspé fils, Rainier Grutman montre comment le paratexte et notamment les exergues en anglais constituent un hétérolinguisme de références qui renvoie aux romans réalistes et gothiques aussi bien britanniques que français. Laissant à part son propre bilinguisme (alors qu’il est de mère anglophone et de père francophone), l’auteur situe la coprésence des langues sur un plan littéraire, au confluent de deux traditions romanesques, son bilinguisme intertextuel et référentiaire « déterritorialise » la dualité français/anglais. 

« Tetraglossie » français, québécois, anglais, latin

Dans La Terre paternelle de Patrice Lacombe, la répartition français/québécois ancre le récit dans un imaginaire rural vernaculaire ancestral dans lequel la hiérarchisation des langues recoupe, de manière classique, la hiérarchie entre narrateur et personnages jusqu’au moment où les simples « habitants » sont dépossédés de leur terre par un étranger, un stranger, qui usurpe leur bien tandis que s’affiche sa domination par l’irruption de l’anglais dans le texte. La valeur de parabole de l’histoire s’appuie également sur la présence du latin – celui de Virgile qui inscrit l’ouverture du livre dans l’univers pastoral, et celui de l’église qui organise la visée morale du texte. C’est pour analyser ce texte que Rainier Grutman, se réfère aux travaux de Henri Gobard sur la répartition « tétraglossique » des langages : selon l’auteur, la tétraglossie est un phénomène social qui, pour une aire culturelle donnée, hiérarchise quatre langages : le langage vernaculaire (local, natal), le langage véhiculaire (national ou régional), le langage référentiaire (de la tradition culturelle) et le langage mythique (renvoyant au sacré). Ainsi à travers les langues s’opposent à la fois des visions du monde et des imaginaires linguistiques, partagés entre l’ici et le là-bas, le présent, le passé et le futur, le temporaire et l’intemporel. 

On retrouve cette « quadriphonie » dans les œuvres de Henri-Raymond Casgrain et de Philippe-Joseph Aubert de Gaspé, mais de manière plus complexe : l’altérité linguistique étant, chez le premier, à la fois à chercher du côté de l’évocation des tribues amérindiennes et du latin les Écritures, tandis que chez l’autre, le latin scolaire inscrit les personnages lettrés dans la noblesse, et les épigraphes en anglais signalent la forte réceptivité de l’auteur à la tradition littéraire du romance britannique et, plus largement, à l’influence culturelle anglaise.

Deux autres romans, de Georges Boucher de Boucherville et de Napoléon Bourassa, ont un statut d’extraterritorialité, l’un en Louisiane, met en scène le créole des esclaves, l’autre en Acadie où le conflit linguistique, situé au moment de la déportation des Acadiens, redouble une différence sociale entre un officier britannique et une jeune campagnarde. Toutefois, la textualisation des langues filtre les dimensions les plus conflictuelles, sous une vision providentialiste de concorde.

Oral/écrit

La dernière étude s’ouvre par une réflexion sur l’opposition entre tradition écrite (représentée par le roman) et tradition orale (représentée par le conte) pour interroger les processus de transposition, voire de « déterritorialisation » que la mise à l’écrit d’un conte oral implique, en particulier sur le plan de l’expression qui dédouble souvent la scène énonciative par un narrateur décrivant le cadre où prennent lieu les « causeries ». Le dispositif, étudié à partir de plusieurs recueils de la période, fait en outre souvent place à une discussion morale, qui s’exerce à partir du récit, traité comme un exemplum et superposant ainsi un modèle religieux à celui de l’oralité populaire. 

Fonctions et mises en textes des langues

En conclusion, l’auteur met en évidence le brouillage du dualisme français/anglais qui ressort des différentes configurations textuelles où les langues et leurs variétés font entendre une « quadriphonie » organisée selon des fonctions différenciées (québécois vernaculaire, anglais véhiculaire, français référentiaire et latin mythique). Ainsi notamment, à l’intérieur du cadre auctorial déterminé par l’usage du français international, l’anglais, lorsqu’il n’est pas employé dans sa variété mimétique (construisant un effet de réel en renvoyant à la société canadienne) mais dans sa variété intertextuelle (construisant un effet d’œuvre en renvoyant à la tradition littéraire) se rapproche du français en inscrivant l’œuvre dans une tradition littéraire déterritorialisée. Inversement, le latin d’église dans sa variété locale, liturgique, renvoie à une pratique sociale et à un univers moral qui ancre le texte dans la réalité populaire au même titre que le parler natal québécois. 

Cette « quadriphonie » s’est transformée au cours du XXe siècle, par la disparition progressive des références au latin liturgique et l’emploi surtout mimétique de l’anglais canadien, mais aussi et peut-être surtout par l’évolution du joual, qui tend à ne plus être réduit à la parlure des personnages, gagnant une position jusqu’alors dévolue au français « référentiaire », et qui « au cours de sa transposition en littérature […] perd souvent une dimension anglaise qui lui est pourtant constitutive » (p. 305).

S’appuyant sur une très riche bibliographie critique, en français et en anglais, comme on peut s’y attendre, mais également nourries de références en espagnol et en allemand, l’ouvrage de Rainier Grutman affine ses outils d’analyse au fur et à mesure des études proposées. Il offre le modèle d’une approche pluridisciplinaire où les configurations idéologiques, poétiques et linguistiques s’éclairent mutuellement dans une dialectique qui situe les œuvres sans les réduire à leur contexte, mais qui montre au contraire la portée morale et politique des choix d’écriture. Enfin, en liant l’hétérolinguisme à la tradition littéraire – et au sacré à travers le latin –, il permet également de dépasser la coupure entre les études d’histoire littéraire et une approche très contemporéaniste du plurilinguisme littéraire, parfois réduit à ses dimensions biographiques et identitaires, et donne ainsi une vision plus large de la place des langues dans l’imaginaire et la pratique des écrivains.

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu d’ouvrage : Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises par Rainier Grutman. Paris, Classiques Garnier, 2019.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 31/10/2019, https://ecriplur.hypotheses.org/543.

Parution : Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue

Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019, coll. « Littérature hors-frontière », 302 pages.

  • ISBN-10 : 2-37924-049-3
  • ISBN-13 : 978-2-37924-049-2
  • EAN-13 : 9782379240492

Présentation de l’éditeur :

Ce livre propose une lecture d’Agota Kristof à la lumière de sa situation d’écrivaine translingue.

Agota Kristof est une auteure pour laquelle le français est une langue apprise tardivement et par une démarche individuelle. L’ouvrage prend en compte l’ensemble de son œuvre, y compris ses poèmes hongrois, de publication récente, qui n’ont pas encore fait l’objet d’étude.

Le translinguisme, mode d’existence ainsi que thème constant de l’œuvre, constitue un accès privilégié aux textes. Il permet d’interroger les positionnements de l’auteure, les transformations de sa poétique, ses stratégies d’écriture, et de démontrer que l’expérience du changement de langue – de vie et d’écriture – a contribué de manière décisive à l’élaboration de la poétique de l’auteure.

Sara De Balsi est docteure en littérature française et comparée de l’université de Cergy-Pontoise. Son champ de recherche principal est la littérature translingue. Elle a publié une étude sur le théâtre d’Agota Kristof (Trois pièces d’Agota Kristof, Infolio, «Le Cippe», 2016, avec Rennie Yotova) et a codirigé l’ouvrage Le choix d’écrire en français. Études sur la francophonie translingue (Encrage, 2016, avec Cécilia Allard).

Sommaire

Avant-propos   
Introduction   

I. Comment devient-on Agota Kristof ?  

Un double écart. Kristof 
dans le champ littéraire français   
Une écrivaine « traduite »   
Élaboration d’une posture   

II. La langue et ses fictions  

La langue ennemie   
Un monolinguisme paradoxal   
Les voies de l’autotraduction   

III. Langues, genres et style  

Continuité des genres   
De l’imaginaire des langues 
à l’imaginaire des genres littéraires   
Poèmes et romans. Deux styles opposés ?  

IV. L’écrivaine isolée  

Isolement et paratopie   
Des scénographies déroutantes  
Une œuvre sans modèles ?   

V. Écrire la frontière 

Les représentations de la frontière   
Le franchissement de la frontière  
La frontière comme violence   

Conclusion   
Bibliographie   
Index  

Parution : Lise Gauvin, Le roman comme atelier. La scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains

Est paru un ouvrage de Lise Gauvin portant sur le personnage de l’écrivain  dans les romans d’auteurs francophones contemporains qui écrivent au contact de plusieurs langues et partagent de ce fait une sensibilité particulière à la langue, une « surconscience linguistique ». Le romancier fictif est le lieu d’une autoréflexivité, d’une mise en scène de l’écriture, et pose la question de la représentation de la création littéraire et des fonctions de l’écrivain. 

Le Roman comme atelier. La Scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains, Lise Gauvin, Karthala, 2019.

ISBN : 9782811126025.

Description complète

Les écrivains francophones ont en commun de se situer « à la croisée des langues », dans un contexte de relations conflictuelles – ou tout au moins concurrentielles – entre le français et d’autres langues de proximité. Ce qui engendre chez eux une sensibilité plus grande à la problématique des langues, soit une surconscience linguistique qui fait de la langue un lieu de réflexion privilégié, un espace de fiction voire de friction. Si cette surconscience linguistique se traduit dans plusieurs récits par une interrogation sur la fonction du langage, une autre forme d’autoréflexivité traverse également l’ensemble de la production romanesque. Il s’agit alors de représenter, à travers un personnage d’écrivain, le « pourquoi écrire » et d’inscrire dans la texture même du récit la problématique de l’écriture.

Ces « romanciers fictifs », doubles plus ou moins avoués de leurs auteurs, jalonnent les récits à la manière d’une figure récurrente dont les modalités renvoient à autant de variations autour du personnage de l’écrivain et de l’image publique qui lui est attachée. Quels sont leurs attributs et quelles fonctions leurs sont dévolues ? Quelles représentations de l’écriture sont ainsi projetées ? « Un roman pour moi, [confie Chamoiseau] c’est quelque chose qui se situe dans ma confrontation avec la grande question qui vaille, la seule question qui vaille : Qu’est-ce que la littérature ? ».

Cette question fondamentale, chacun des romanciers francophones contemporains que nous présentons dans cet ouvrage l’a réfléchie selon des modalités qui lui sont propres. Un entretien inédit de Patrick Chamoiseau clôt cet ouvrage.

Écrivaine, critique littéraire et professeure, Lise Gauvin a publié des ouvrages consacrés à la littérature québécoise et aux littératures francophones. Son essai intitulé La fabrique de la langue de François Rabelais à Réjean Ducharme (Éditions du Seuil, collection « Points/Essais », 2004 et 2011) a reçu une mention spéciale du jury du Grand Prix de la critique du PEN français.

Table des matières

Introduction : Le roman comme atelier

1. Patrick CHAMOISEAU : Le scribouilleur de l’impossible

2. Assia DJEBAR : La conteuse et la sœur

3. Réjean DUCHARME : Le chiffonnier

4. Maryse CONDÉ : Nomade et confidente

5. Alain MABANCKOU : L’autodidacte érudit

6. France DAIGLE : Un très éventuel personnage

7. Dany LAFERRIÈRE : De l’écrivain japonais à l’écrivain en pyjama

8. Marie-Claire BLAIS : L’observatrice militante

Conclusion : Écrire, disent-ils

Document : Entretien de Cayenne avec Patrick Chamoiseau : « Qu’est-ce que la littérature ? »

Parution : Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle/ Mapping multilingualism in 19th century european literatures – sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann.

Vient de paraître un recueil d’études en français et en anglais sur le plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle, portant sur des ensembles géographiques/linguistiques (Pologne, Bulgarie, Italie, Allemagne, Russie, Finlande) et des analyses croisées d’œuvres parues entre 1800 et 1880, soulignant les relations littéraires nouées par les textes, par-delà les frontières linguistiques ou nationales. 

Mapping Multilingualism in 19th Century European Literatures – Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle, sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann. Berlin-Münster-Wien-Zürich-London, LIT-Verlag, 2019.

ISBN : 978-3-643-91098-1

Contents / Sommaire :

Introduction : Close the Gap! Literary Multilingualism Studies and the 19th Century / « Close the Gap! » Pour une étude du plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle par Olga Anokhina, Till Dembeck, Dirk Weissmann 

PART I / IÈRE PARTIE : LANDSCAPES / PANORAMAS 

  • Monolingual City, Multilingual Voices: Polish Exile Writers in 19th Century Paris, par Jana-Katharina Mende 
  • L’espace littéraire bulgare au XIXe siècle : plurilinguisme
    d’écriture, monolinguisme de l’historiographie littéraire nationale, par Marie Vrinat-Nikolov 
  • Le plurilinguisme italien au XIXe : le siècle des contraires, par Emilio Sciarrino 
  • Poetry and Literary Language Barriers in Nineteenth-Century Italy: The Case of Three ‘Dialect Poets’, par Valentina Gosetti and Paul Howard 
  • Politics of Language, Politics of Genre, and Jewish Authorship: Multilingual Panegyric Odes and German ‘Mother Tongue’ Songs
    in Napoleonic Europe, par Kathrin Wittler 
  • La dimension plurilingue de la littérature germanophone au XIXe
    siècle : les langues étrangères comme palimpsestes chez quelques écrivains du canon (Heine, Büchner, George, Wedekind), par Dirk Weissmann 
  • Écrivains russes du XIXe siècle : écrivains plurilingues ? par Olga Anokhina 

PART II / IIÈME PARTIE : INDIVIDUAL ANALYSES / ANALYSES INDIVIDUELLES 

  • The Glory and Confusion of Babel : Jac. Ahrenberg and Multilingualism par Julia Tidigs 
  • Léon Tolstoï et Charles De Coster : poétique et politique de l’hétérolinguisme romanesque au XIXe siècle par Rainier Grutman 
  • Jens Baggesen or the Attempt to Write in “European” at the Beginning of the 19th Century, par Ana-Stanca Tabarasi-Hoffmann 
  • Passion with(out) Reason? Heliade Radulescu’s Work as a Case of Literary Multilingualism in the 19th Century Romanian Principalities, par Iulia Cosma 
  • Foreign Words in German Lyric Poetry: Heinrich Heine and August von Platen par Till Dembeck 
  • « Quelle langue parlais-je ? » : la genèse plurilingue des Illuminations d’Arthur Rimbaud par Esa Christine Hartmann