Compte rendu de la journée d’études « Ecrire dans/avec les langues » 18 octobre 2018

organisée par Anne Godard, Déborah Aboab, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly

DILTEC EA 2288 : « Didactique des langues, des textes et des cultures », Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

« Ecrire dans / avec les langues : création, expression réflexion. Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue »

Déroulement :

  • ouverture par Valérie Spaëth et Olivier Lumbroso, DILTEC
  • présentation de la journée : perspectives, démarches et notions-clés par Anne Godard
  • entrée par la pratique dans les ateliers d’écriture créative (quatre ateliers en parallèle, animés par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly
  • rencontre avec Yolande Zauberman, présentée par Déborah Aboab
  • conférences d’Alain André et Sara Greaves, présentés par Virginie Rajaud-Allaneau
  • table ronde de clôture, avec Catherine Mendonça-Dias et Pascale Trévisiol, animée par Donatienne Woerly

Matinée : présentation, ateliers, rencontre

Ouverture de la journée

Présentation de la journée : mise en perspective

Cette journée s’inscrit dans la continuité de travaux menés au DILTEC (EA2288 dirigée par Valérie Spaëth) en didactique des littératures et des cultures, autour d’un axe qui associe littératies, plurilinguisme et interculturalité (responsables Olivier Lumbroso et Muriel Molinié).

Elle prolonge les questions ouvertes autour de littérature, écriture et plurilinguisme par la journée du 18 octobre 2017 : « Plurilinguisme et arts du langage » organisée par Anne Godard, Serge Martin et Marina Krylyschin, où nous avions reçu un écrivain plurilingue (Hubert Haddad) et deux chercheuses qui travaillent sur l’étrangéisation de la langue et sur l’approche génétique du plurilinguisme littéraire (Frosa Pejoska, PLIDAM-INALCO et Olga Anokhina, ITEM-CNRS) et où nous avions présenté les ateliers d’écriture ouverts en 2017-2018 dans les cours de langue et de culture françaises de Paris 3.

Cette journée se situe également après d’autres recherches menées au sein du DILTEC sur le plurilinguisme et la créativité, autour de deux matinées d’études passées « Langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (Muriel Molinié et Nathalie Borgé, 6 février et 29 mars 2018). Elle partage certains questionnements qui seront abordés lors de la journée d’études du 28 novembre 2018 sur les biographies langagières en milieu scolaire : « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » organisée par Muriel Molinié et Catherine Mendonça-Dias.

Démarche et notions clés

Nous avons conçu cette journée à la fois comme un bilan de la première année d’ateliers d’écriture autour de la langue et des langues que nous avons conduits dans deux cours de langue et de culture françaises de Paris 3 avec des étudiants internationaux de niveau B1 à C1 et comme un moment de réflexion sur les potentiels du dispositif des ateliers d’écriture créative dans ce contexte spécifique du plurilinguisme.

Ainsi cette journée est-elle centrée sur la notion d’écriture  – créative et réflexive –, saisie à travers un dispositif : l’atelier d’écriture. Son objet est la langue / les langues, les transferts culturels et le mouvement de perte et de don qui nourrissent les passages d’une langue à l’autre.

L’écriture y est pratiquée à partir de textes littéraires dans une perspective à la fois de développement de la conscience linguistique et de la capacité à formuler l’expérience langagière. Nous cherchons à voir comment l’expérience d’écrire sur/dans/avec les langues contribue à développer les compétences plurilingues et pluriculturelles. En effet, l’atelier d’écriture repose sur le potentiel d’action/transformation que recèle l’écriture : écriture de soi, lorsqu’il s’agit de raconter, de décrire et de réfléchir à son parcours biographique, d’exprimer, d’expliciter les liens affectifs et imaginaires qui nous relient aux langues et à la manière dont elles nous constituent.

Les textes déclencheurs sont des textes littéraires qui articulent création, réflexion et expression : création dans la langue, réflexion sur la langue, expression d’un rapport spécifique à la langue / aux langues. L’expression et la réflexion faisant partie et contribuant à une capacité de créer (de se créer) et de « penser entre les langues » (selon le titre de Heinz Wismann qui fait de cet entre-deux un espace privilégié de pensée).

Leurs auteurs, qui sont souvent des écrivains plurilingues ou translingues (Kellman), tirent de cette position « entre les langues », une forme de «surconscience linguistique » (Gauvin) qui confine à une sentiment d’insécurité, mais aussi une « conscience métalinguistique » (Anokhina) plus aiguë qui repose sur la capacité de comparer et de prendre du recul. C’est notamment par cette position entre le manque et le plus que celui qui écrit dans une langue seconde se signale : insécurité, mais aussi sensibilité plus grande. De même, dans l’expérience des apprenants trouve-t-on cette alternance des mots qui manquent et des mots en plus. Il s’agit d’en faire quelque chose.

Entrée dans les ateliers d’écriture

Nous avons choisi d’entrer dans les questionnements par un temps d’écriture. Il s’agit d’esquisser un premier pas dans cette exploration autour des notions de manque et de don, de langue qui fourche et de mots en bouche.

Quatre ateliers simultanés ont été proposés aux participants. Dans chacun, un texte littéraire était proposé comme déclencheur d’un moment d’écriture. Les textes ont ensuite été partagés et commentés en petits groupes avant que soit fait un bilan collectif.

Les textes proposés permettaient d’illustrer les deux versants du rapport à la langue :

Conscience linguistique

à travers la comparaison des associations d’idées et de souvenirs suggérés par un mot en langue étrangère et son équivalent français :

  • Hector Bianciotti compare pájaro et oiseau dans Le Pas si lent de l’amour, Grasset 1995, p. 329-331.
  • Dany Laferrière compare mango et mangue dans une chronique écrite pour Libération 16 mars 2009.
  • Nathalie Sarraute compare solntze et soleil dans Enfance, 1982 (Œuvres complètes, Gallimard, 1996, p. 1048).

Expérience langagière

à travers l’évocation des premiers contacts avec une langue étrangère ou celle de « bourdes » ou « bévues » commises lors d’interactions en langue étrangère :

  • Laura Alcoba évoque les premiers sons du français, que découvre  en Argentine la narratrice de son roman autobiographique Le Bleu des abeilles, Gallimard, 2013.
  • Akira Mizubayashi se souvient de deux épisodes cuisants de lapsus, lors de ses premiers séjours en France dans Une langue venue d’ailleurs, Gallimard, 2011, p. 97-103.

Un bilan collectif

Bilan collectif des ateliers

De cette expérience, où étaient réunis enseignants, chercheurs, étudiants, artistes et formateurs, sont ressortis plusieurs éléments intéressants :

  • La force du dispositif de ce moment d’écriture partagé qui incite à s’exprimer de manière personnelle, dans un cadre spécifique – le petit groupe –, et avec des médiations : on parle de la langue et des mots et non directement de soi, on s’appuie sur l’expression d’autrui.
  • La force des expériences langagières : contraste des expériences sensorielles et imaginaires des mots, rémanence et dimension déroutante des premiers contacts ayant déterminé parfois des choix de vie, violence des émotions associées aux expériences de trouble de la communication, qu’elles reposent sur la prononciation et l’accent ou sur des dimensions culturelles plus souterraines et difficiles à décoder.
  • Le rôle important du partage oral, par la lecture, prolongée par des discussions où se repèrent des résonances et des parallèles entre des expériences par ailleurs très diverses.

Rencontre avec Yolande Zauberman

Après une pause, nous avons accueilli une créatrice dont les œuvres se situent sur le fil des passages entre langues et cultures et dont la démarche a inspiré certaines propositions d’écriture dans les ateliers menés à Paris 3.

Projection de « Les mots en bande »

Yolande Zauberman, qui nous a dit d’elle-même qu’elle « n’a pas eu de langue maternelle » car ses parents, juifs de Pologne émigrés en France, refusaient de parler la langue polonaise trop liée au souvenir de la Shoah et des persécutions, nous a aussi confié qu’elle éprouvait en France qu’il lui manquait certains codes culturels et langagiers, alors même que le français est la langue dans laquelle elle a grandi. Son œuvre plurielle à travers films de fictions (notamment Moi Ivan, toi Abraham), documentaires (Classified people, Caste criminelle, Would you have sex with an Arab ?, M) et installations vidéos (Oh, je vous vœux, Les Mots en bande), interroge les zones de conflit et de contact, de désir et d’interdit entre les cultures.

Elle nous a présenté plus particulièrement deux réalisations qui ont pour objet spécifique les mots :

Oh, je vous voeux

Sa perception de l’étroitesse d’esprit de certains proverbes français lui a inspiré un premier projet vidéo Oh, je vous vœux dans lequel elle demande à des gens de dire, face à la caméra, une phrase ou un proverbe dans leur langue maternelle qui les a aidés à tenir dans les moments difficiles.

Les mots qui nous manquent / Les mots en bande

Le deuxième projet est centré sur les mots intraduisibles, qui, selon elle, sont toujours des mots essentiels dans la culture. Il en a résulté un livre co-écrit avec Paulina Mikol Spiechowicz, Les Mots qui nous manquent (Calmann-Lévy, 2016) qui se présente comme une sorte de dictionnaire de mots intraduisibles : des mots qui, littéralement, manquent en français pour décrire précisément des choses, mais aussi, et surtout, des comportements, des sentiments, des émotions et presque des scénarios. Ce projet a un versant vidéo Les Mots en bande, réalisé pour Courrier International, qui fait entendre certains des mots réunis dans le livre. Ces mots dits, accompagnés d’un équivalent en français, sont suivis d’une histoire, micro-fiction ou instantané personnel de celui qui parle et qui partage ainsi un aspect essentiel de son histoire, de sa culture et de sa langue.

Comme les ateliers d’écriture du matin, la projection de ces films qui a accompagné la rencontre avec Yolande Zauberman nous ont permis de sentir et d’éprouver la richesse humaine et la profondeur des émotions associées aux mots et aux histoires dont ils sont comme les dépositaires, et la richesse de pouvoir les partager.

Après-midi : deux conférences, une table ronde

L’après-midi s’est ouvert par deux conférences qui situent les dispositifs des ateliers d’écriture dans des contextes différents et nous font mieux comprendre leur origine, leur fonctionnement, leurs différents objectifs et leur potentiel créatif, formatif, voire thérapeutique…

Conférence d’Alain André (ALEPH-écriture) 

« Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs »

Directeur pédagogique de l’association ALEPH-écriture, premier centre de formation à l’écriture en France, qu’il a fondée en 1985, Alain André a relevé le défi de nous présenter l’histoire des ateliers d’écriture en France. Son exposé riche et dense a parcouru le paysage français des ateliers d’écriture depuis les années 1980, quand ALEPH se fraie un chemin entre deux tendances : d’un côté le formalisme des ateliers inspirés de l’OULIPO, privilégiant démarches et procédures pour écrire sur contraintes et sur matrice (Claudette Oriol-Boyer) ; de l’autre, les ateliers conçus comme expérience existentielle, où dans la mise en jeu se trouvent mobilisés le désir, le plaisir et le risque d’écrire (Elisabeth Bing), privilégiant les dimensions « réparatrices » et la question de l’autorisation à écrire (selon le jeu de mots de Perec).

Entre ces deux courants, donc, ALEPH a proposé d’associer émotion et technique, en portant attention à la fois à l’expression personnelle et au développement d’habiletés et de savoir-faire pour faire advenir des textes allant au-delà de la seule spontanéité.

Situant les ateliers d’écriture par rapport à l’institution scolaire, Alain André a rappelé combien l’approche de la littérature, depuis la fin du XIXe siècle est centrée sur la lecture et le commentaire, mettant, de ce fait, l’écriture hors programme. La toute récente réintroduction, dans quelques universités françaises de masters en écriture créative signale probablement un changement, qui tient aussi aux prestigieux modèles des nombreux cursus en écriture créative proposés dans les universités américaines.

Du contexte d’émergence des ateliers d’écriture en France vient sans doute une caractéristique française qui est que l’on écrit pendant l’atelier, il s’agit donc d’une pratique socialisée, in situ, qui s’apparente à la prise de parole en mai 1968. Aux Etats-Unis, où on écrit chez soi et on lit en classe, la dynamique de groupe et la manière dont le dispositif détermine l’entrée dans l’écriture sont tout à fait différents.

Les premiers formateurs d’ALEPH étaient beaucoup d’anciens enseignants, formés à la pédagogie Freinet (reposant sur les projets de classe où l’écriture était centrale et le travail en petits groupes) et aux pédagogies actives du GFEN (Groupe français d’éducation nouvelle), la dynamique du groupe et une conception processuelle de l’écriture. Ils ont cherché à pratiquer « hors les murs » une pédagogie qui ne trouvait pas d’accueil dans le cadre scolaire et ont fait des ateliers des lieux d’invention et d’expérimentation pédagogique privilégiant le partage sur la transmission verticale.

Leurs démarches essaient de trouver des réponses à de nombreuses questions qu’Alain André n’a eu que le temps de formuler et qui portent sur les participants, sur le dispositif et sur la posture de l’enseignant en atelier :

  • Autour des participants, de leur implication, de leurs pratiques, de leurs styles rédactionnels,
  • Autour des éléments du dispositif et de ses visées : espaces, procédures et processus, modes de socialisation, types de médiations, modalités d’évaluation,
  • Autour de la posture de l’enseignant : animateur de groupe, accompagnateur de projet.

A voir sur le web : le site d’Aleph, avec notamment plusieurs bibliographies sur le sujet : http:// https://www.aleph-ecriture.fr

La revue web d’Aleph : L’inventoire : https://www.inventoire.com

Conférence de Sara Greaves (LERMA, Aix-Marseille)

« Vers un plurilinguisme pellissien. L’atelier d’écriture dans un milieu de soin »

La conférence de Sara Greaves commence également par des éléments de généalogie. Enseignante d’anglais à l’université d’Aix-Marseille, elle a animé des ateliers d’écriture dans le cadre universitaire anglophone avant de le faire dans un lieu de soin.

Elle souligne qu’en France la conception courante du bilinguisme est celle de deux monolinguismes qui apparaissent séparés, étanches et qui impliquent un idéal de perfection et de maîtrise fort inhibant, notamment pour les étudiants en langue, et peu en rapport avec la réalité du plurilinguisme.

Contre cette représentation, elle souhaite, par les ateliers, contribuer à développer une autre relation entre les langues, où l’on passe d’une langue à l’autre sans s’inquiéter exagérément des traces de la langue autre – dans l’accent ou les calques syntaxiques. Elle prône ainsi un bilinguisme fluide et souple, qui a fait son deuil de la perfection afin d’arriver à s’exprimer dans les deux langues.

Dans son projet, la créativité des ateliers a une visée libératrice, et passe rapidement du bilinguisme au plurilinguisme, notamment à travers les propositions du conseil de l’Europe sur les biographies langagières et les approches plurielles.

Les ateliers intègrent ainsi les langues autres que le français et l’anglais, notamment les langues familiales de ses étudiants qui ne se perçoivent pas toujours comme plurilingues. L’enjeu est de s’intéresser à l’individu et à son histoire, et de faire sortir les langues familiales d’immigration d’une sorte de tabou. Il s’agit aussi de diversifier la représentation du français : écrit, oral, jargons, langues imaginaires…, langue de l’enfance.

Dans une démarche qu’elle rapproche de celles d’Alexis Noos, qui a beaucoup travaillé sur l’exil, elle part de propositions du CARAP d’utiliser des dessins du corps, où les langues sont associées à des parties du corps par des couleurs, elle remarque que la répartition rend compte des liens psycho-affectifs et renvoie à ce que Olga Anokhina appelle la séparation fonctionnelle des langues dans les manuscrits plurilingues.

Le parallèle entre cet ancrage des langues dans le corps et la répartition fonctionnelle dans les productions écrites éclaire sa démarche au sein du CAMSP (Centre d’Action Médico-Sociale Précoce) Salvator à Marseille, menée avec un psychiatre, Jean-Luc Di Stefano. Dans cette antenne de l’hôpital qui accueille des enfants porteurs de handicaps divers et parfois de troubles du langage, l’équipe soignante avait fait part de difficultés de parents plurilingues pour parler de leur enfant malade en français. La proposition de l’atelier plurilingue, qui a fait l’objet d’une convention entre le LERMA (Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone de l’université d’Aix-Marseille) et le CAMPS  leur a paru prometteur.

Ces ateliers ont pour parti pris de ne pas aborder frontalement les difficultés rencontrées par ses participantes – les mères de ces enfants handicapés. Ils sont animés en binôme par Sara Greaves et un membre du personnel soignant. Partant de la lecture d’un texte littéraire, ils font des propositions d’écriture en plusieurs langues, cherchant à faire émerger quelque chose à partir des mots des autres et des langues étrangères, y compris inconnues, en recherchant l’empathie et l’appropriation.

La typologie des écrits produits fait apparaître des relations aux langues qui peuvent surprendre, comme ce texte richement plurilingue, mais d’où est absente la langue maternelle, dans laquelle la participante materne son propre enfant. Des différences aussi dans le traitement graphique des langues, entre l’arabe calligraphié de droite à gauche, opposé aux langues latines qui semblaient écrites plus hâtivement ou maladroitement.

Empruntant à la psychanalyse, à la stylistique comme à la philosophie, Sara Greaves évoque quelques notions qui peuvent permettre de décrire et percevoir ce qui se joue dans ces moments d’écriture. Ainsi la notion de langue mat-rangère désigne, selon Monique de Mattia-Vivies (également chercheuse au LERMA impliquée dans les ateliers du CAMPS) la part de langue maternelle qui persiste / insiste dans la langue étrangère, notamment à travers la prononciation, ou, parallèle au concept linguistique d’interlangue, celui d’alterlangue.

La notion de distance apparaît comme essentielle : distance nécessaire d’avec la langue du corps de la mère (à rapprocher de la notion de lalangue chez Lacan, et de sa reprise par Jean-Claude Milner), mais sans dévalorisation afin que l’écart ne conduise pas à des conflits de loyauté.

La notion de frontière entre l’intérieur et l’extérieur, qui devrait autoriser des chevauchements, des passages et ne pas être totalement étanche, renvoie à la résonance très riche avec le concept de Didier Anzieu du moi-peau.

La peau, organe, à la fois frontière, enveloppe, contenant et, par sa porosité, garant des échanges entre l’intérieur et l’extérieur sert de métaphore ici à la langue comme à l’écriture.

De même que dans des recherches sur la poésie dans la guerre, Sara Greaves montrait que la parole poétique pouvait être décrite comme une voix-peau, qui témoigne et contient, elle propose ici de reprendre cette image pour cerner ce qui se joue dans l’atelier, par l’écriture plurilingue : permettre à des moi-peau figés dans leur langue d’évoluer, non pas d’abandonner une identité, mais de l’élargir, en conservant, comme dans le deuil, qui se fait par des substituts métonymiques, des traces de la langue maternelle dans la langue étrangère.

A partir de ces éléments, et en faisant retour à l’université, Sara Greaves évoque pour finir un projet de recherche fondé sur la traduction créative, incorporant l’atelier plurilingue, dont l’objectif est, par le biais d’un travail indirect sur la relation à la langue, d’arriver à une conscience réflexive favorisant les progrès en langue étrangère.

Table ronde et bilan

Quelques productions écrites dans les ateliers menés à Paris 3 en 2017-2018

La table ronde finale, à laquelle participaient Catherine Mendonça-Dias et Pascale Trévisiol-Okamura (DILTEC), avait pour objectif de reprendre certaines notions qui nous étaient apparues comme centrales dans les ateliers menés en cours de langue à Paris 3 (performance/compétence, création/réflexion, conscience/expérience linguistique) et de faire le point sur les dispositifs qui pouvaient être pensés dans ce contexte. Faute de temps, elle a constitué surtout un bilan de la journée, mettant en lumière un certain nombre d’éléments communs.

Dispositifs, objets et références

Nous avons tout d’abord des dispositifs comparables, avec pour déclencheurs et médiations des textes littéraires. Une préoccupation de lier l’affectif, les jeux sur (la pluralité de) la/les langue.s comme matériau, la biographie comme matériau (dans le roman autobiographique) ou comme objet (dans les écritures de soi). L’attention portée aux dimensions collectives, socialisées du langage, entre en tension avec l’appropriation individuelle et la réflexivité.

Nous avons aussi un certain nombre de références interdisciplinaires communes, notamment la philosophie (Heinz Wismann, Penser entre les langues) et la génétique textuelle (Olga Anokhina) autour de la richesse plurilingue, la psychanalyse (Didier Anzieu, Le moi-peau et Le Corps de l’œuvre) autour de des liens entre création, écriture, langue et corps.

Formalisme vs action psycho-sociale

Des éléments historiques proposés par Alain André, on a pu percevoir la tension dans l’exposé de Sara Greaves concernant les publics étudiants. Nous connaissons aussi cette tension en FLE entre l’atelier d’écriture comme lieu d’une exploration ludique de la langue (Debyser, Carré et al.) vs l’atelier d’écriture comme lieu d’expression d’une identité langagière plurielle (démarches biographiques et approches plurielles du CARAP). Et comme Sara Greaves dans le contexte des études anglophones, nous situons nos ateliers dans cette tension là, en cherchant un équilibre entre le travail sur la langue, la technique, et l’expression personnelle, biographique qui permet une reconfiguration de l’expérience langagière et culturelle.

Formation linguistique vs visées expressives et/ou esthétiques

Certaines questions se posent de manière plus évidentes dès qu’il s’agit de s’insérer dans un dispositif de formation linguistique : l’évaluation et la correction ; la place donnée au travail linguistique ; le rôle des modèles discursifs ; la place à donner à la visée littéraire et à l’élaboration esthétique qui peut sembler hors de portée.

Contextes contraints

D’autres surgissent du contexte dans lequel interviennent les ateliers : la posture de l’enseignant-passeur de langue, en milieu scolaire, universitaire ou associatif ; la socialisation dans le groupe, selon l’âge, les langues pratiquées, les profils des participants et le cadre contraint ou libre des ateliers ; et enfin les retombées escomptées en terme d’inclusion, de sentiment d’appartenance ou d’apprivoisement et de développement d’une conscience plurilingue et pluriculturelle. Ainsi Catherine Mendonça-Dias s’est-elle interrogée sur le risque d’une assignation à l’origine, dans le cas d’enfants élèves en classes d’accueil, ou encore de la manière de réagir à un élève qui reste mutique, refuse de parler comme d’écrire et ne veut pas évoquer ses langues.

Caractéristiques des écrits

D’autres apparaissent lorsque l’on se penche sur les productions écrites des apprenants. A partir d’un regard qui s’appuie sur la linguistique de l’acquisition, Pascale Trévisiol a cherché à suivre des modes d’appropriation et d’acquisition de certaines structures linguistiques, des processus de calques et de transferts de compétences d’une langue à l’autre, analogues pour certains avec ceux qui sont mis en œuvre dans la traduction et l’auto-traduction.



Annonce : séminaire doctoral à l’INALCO « langue étrangère et étrangéisée »

PROGRAMME ANNUEL DU SEMINAIRE DOCTORAL PLIDAM 2018-2019

Langue étrangère et étrangéisée.
Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

(Responsable : Frosa Pejoska-Bouchereau)

INALCO- PLC- Salle 4.10 de 17h30 à 19h30

25.10.2018, Alain AUSONI, À ma gauche, Katalin Molnár ; à ma droite le «fransè ». L’écriture translingue comme sport de combat.

29.11.2018, Jordan PLEVNEŠ, L’écriture est l’art de la disparition.

20.12.2018, Nathalie KARAMANOUKIAN, L’écriture étrangéisée de Krikor Beledian.

17.01.2019, Damien EHRHARDT, Nouvelles approches des transferts culturels.

14.02.2019, Andrée GAYE, Traduire une langue européenne “rare”, le slovène.

14.03.2019, Sadia AGSOUS, La littérature palestinienne en hébreu : l’identité palestinienne à l’épreuve de la rencontre des langues arabes et hébraïque.

11.04.2019, Habib ABDURAB AL SORURI et Ali AL MUQRI). Dialogue entre deux romanciers yéménites: l’usage des langues française et arabe dans leurs œuvres (modérateur Malek AL-ZAUM).

17.05.2019, Houria ABDELOUAHED, Émigration des langues, émigration dans la langue.

13.06.2019, Christina ALEXOPOULOS, Accueillir la parole des sujets en exil : la narration comme traduction du monde.


« A travers les temps du passé… », un texte de Lijun

Après avoir enseigné pendant six ans le français dans un cadre scolaire à Shanghaï, Lijun a pris une décision audacieuse. Elle a interrompu sa carrière et repris ses études à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 en France. Et elle n’a pas tort. Là, elle a fait connaissance avec le plurilinguisme littéraire. Inspirée par les trajets empruntés par les écrivains, elle commence à remettre en question ses propres relations avec cette langue qui l’a tellement fascinée.

Episode 1. La frustration

Tous ces chocs, autant linguistiques que culturels, ne sont rien auprès de celui que me réserve encore le français : la conjugaison !
En chinois, les verbes comme tous les autres signes, dans leur monosyllabisme et dans leur valeur idéographique, sont invariables et indéclinables. Ils s’emploient toujours à l’infinitif. Pour indiquer que l’action se passe actuellement ? Pour la situer dans un passé lointain ou un futur tout proche ? Rien de plus simple : on ajoute un adverbe ou une expression adverbiale, tels que maintenant, autrefois, hier, demain, l’année dernière, l’été prochain, tout à l’heure, plus tard, etc. On peut même se contenter de le suggérer par quelques images très évocatrices, comme le firent si souvent et avec tant d’ingéniosité nos grands poètes de la grande époque des Tang.
Mais dans la langue française les verbes varient selon les personnes, les modes et les temps. Première personne, deuxième personne, troisième personne, indicatif, impératif, conditionnel, subjonctif, présent, imparfait, futur simple, futur antérieur, passé simple, passé composé, plus-que-parfait… Tant de concepts à comprendre ! Tant de nuances à saisir ! Tant de formes à retenir par cœur !

Wei-Wei, Une fille Zhuang, La Tour d’Aigues : Éd. de l’Aube, 2006, p. 69.

Pour moi, qui ai déjà une bonne connaissance de l’anglais lors du premier contact avec le français, le temps et le mode n’étaient pas un tel choc, mais consistaient toujours un fossé infranchissable. « Tant de concepts à comprendre ! Tant de nuances à saisir ! » J’ai crié à peu près la même chose que l’auteure ! Et l’exemple le plus parlant ? Les temps du passé, le passé composé et l’imparfait. 

Pourquoi on devait mettre « j’ai pu » dans un contexte et « je pouvais » dans l’autre ? C’était le fameux genre d’exercices grammaticaux traditionnels dans l’enseignement des langues étrangères en Chine. On nous demande de remplir une longue phrase ou un petit paragraphe avec les verbes donnés au temps et au mode convenables. J’étais obsédée par ce genre de « pourquoi », à tel point que cette obsession a même ennuyé ma professeure super patiente et intelligente.

– Lijun, arrête de poser de telles questions ! Il faut que tu sentes la différence.

– D’accord… mais…

Mais où chercher ce « sentiment » que ma langue maternelle ne m’a pas confié ?

Et pourquoi je n’avais toujours pas cette conscience de me servir de l’imparfait, même avec le verbe le plus simple dans le contexte le plus quotidien ?

– Salut, Béatrice, ça va ? Le cours, c’est intéressant ?

– Oui ! C’était très intéressant !

Ah oui ! J’aurais dû dire « c’était » …

Pour la première fois, et d’une manière académique, je me suis mise à me questionner sur ma langue maternelle, une interrogation passionnante qui m’a amenée jusqu’à la production de mon mémoire en Licence. 

Episode 2. Révélation

Apprendre une langue étrangère oblige à s’interroger sur la sienne propre.

Vassilis Alexakis, Les mots étrangers, Gallimard, 2003, p. 77.

En chinois, il manque un concept clé pour mieux comprendre le français, mais qu’est-ce que c’est ? Pour moi, ce n’est pas la notion de temporalité, qui soit se manifeste avec les expressions du temps, ou se révèle à l’aide du contexte. C’est autre chose que ma langue a laissé en blanc : l’aspect du verbe indiquant son état de développement. En effet, la notion d’aspect n’est pas absente en chinois, mais elle est exprimée d’une manière beaucoup plus limitée et moins fréquente que dans la langue française.

Cette découverte m’a émerveillée, a activé la capacité de « sentir » ce qui était endormi chez moi et m’a libérée de la récitation mécanique de la fameuse conjugaison. J’ai pu finalement éprouver la nuance entre les deux temps, qui pourrait d’ailleurs paraître évidente aux yeux des francophones ! Une beauté cachée dans les petits changements morphologiques, un luxe dont ma langue à moi est dépourvue. La conjugaison ne me semblait plus une besogne, mais la preuve d’une langue plus riche, plus précise et donc plus belle que la mienne. Elle est parvenue à me faire sortir de la vision à laquelle ma propre langue me « condamne », avec les critères dont je n’avais jamais eu conscience et les paysages que j’aurais pu rater.

Quel privilège ! 

Plus tard, quand je discutais avec mes propres élèves l’emploi du temps dans l’Etrangerd’Albert Camus que je leur ai fait lire en français et en chinois, j’ai fait une telle assertion avec fierté et audace :

– C’est seulement en lisant en français que l’on pourrait capturer toutes ces beautés dans la langue, et dont la plupart se perd impérativement lors de la traduction.

Une fausse fierté, et une audace aveugle.

Episode 3. Transition

« Pourquoi vos verbes présentent-ils tant de formes diverses ? Quel besoin avez-vous de les accorder avec leur sujet ? On dirait des instruments de musique qui se dérèglent après chaque note. Pourquoi changez-vous leur terminaison en fonction du temps où se situe leur action ? N’est-ce pas plus simple de signaler le temps par un mot approprié ? Pourquoi la conjugaison varie-t-elle encore si souvent d’un verbe à l’autre ? A quoi bon tant de règles et tant d’exceptions ? Et pourquoi enfin une telle sévérité à l’égard de ceux qui commettent des fautes, alors que la langue semble avoir été conçue, justement, pour qu’elles se produisent ? Ce n’est pas surprenant que les gens aient cet air préoccupé dans la rue : ils sont en train de réciter leurs conjugaisons de crainte de les oublier. »

Vassilis Alexakis, Les mots étrangers, Gallimard, 2003, p. 78.

Les verbes invariables, les tons variants… le chinois s’accorde tellement à l’image du sango, une langue d’Afrique centrale, que j’avais l’impression qu’en lisant cette scène dans le livre, c’était ma langue maternelle qui m’interrogeait, comme la mère en face de sa fille qui l’a un peu « trahie ».

« Apprendre une langue étrangère oblige à s’interroger sur la sienne propre. » Je me suis déjà interrogée sur ce qu’il manque, pourquoi pas avoir plus de patience avec ce qu’elle possède ? Si son recto est surtout marqué par sa « pauvreté » dans l’expression de la notion de l’aspect, qu’est-ce qu’elle s’écrit sur son verso ?

Pour le chinois, comme pour le sango, c’est la liberté, et la liberté au double sens.

Moins un locuteur est restreint par les règles dans la langue qui consistent à fournir plus de précisions, plus il jouit de la liberté et de la flexibilité dans son choix de mots et de syntaxes de sorte qu’il arrive à accorder plus d’attention à l’expression et à la transmission de son regard et ses émotions. Parallèlement, une plus grande liberté est ainsi laissée à son interlocuteur, qui est donc obligé de mobiliser sa propre imagination pour interpréter le message. 

Si la langue se pose sur ce continuum de précision et d’imagination, le chinois et le français se situent respectivement près des deux extrémités. Ce contraste fait écho avec la distinction entre la peinture française et chinoise. La beauté se manifeste dans l’une dans les formes et les couleurs minutieusement précisées, tandis que dans l’autre, elle se cache juste dans le vide intentionnellement laissé par le peintre, et qui invite l’imaginaire.

Encore une fois, j’étais émerveillée. Combien j’étais aveugle en face de la beauté de ma propre langue !

Apprendre une langue étrangère, c’est de se faire mener un voyage à travers tous les paysages exotiques pour enfin retourner à soi-même?

Episode 4. Apprivoisement

Je m’imagine peut-être que les mots sont des animaux sauvages qu’il faut apprivoiser ?

Vassilis Alexakis, Les mots étrangers, Gallimard, 2003, p. 80.

En passant par le français, je me suis mise à admirer la richesse du chinois, tout comme c’est en apprenant l’allemand que j’ai eu une idée plus claire sur ma propre relation avec la langue française, une relation encore plus intime que j’imaginais.

En allemand, surtout à l’oral, la notion de temps est effacée. Pour exprimer le futur, on dit plutôt « Was machst du nächste Woche ? » (Qu’est-ce que tu fais la semaine prochaine ?), au lieu de dire « Was wirst du nächste Woche machen ? » (Qu’est-ce que tu feras la semaine prochaine ?). Le temps du passé se limite également à son passé composé. La collaboration entre deux temps du passé n’est réservée qu’à l’écrit. Par exemple, l’expression telle que « Nachdem meine Mutte gegessen hatte, sind wir ins Kino gegangen» (Après que ma mère avait mangé, nous sommes allés au cinéma) ne se dit pas en allemand, les gens se contentent de dire « Nachdem meine Mutte gegessen habe, sind wir ins Kino gegangen » (Après que ma mère a mangé, nous sommes allés au cinéma.)

Ma difficulté s’est imposée là. Après une hésitation quand je voulais exprimer mes projets du futur ou raconter un récit du passé, je me dirigeais malgré moi vers une expression « trop au style de l’écrit », d’après ma professeure d’allemand. Je savais que l’on reste au présent ou au passé composé à l’oral, mais quelque chose ancrée dans ma subconscience me poussait à franchir cette limite, à distinguer la relation entre les différentes actions et à indiquer leur situation temporelle, comme si je m’étais obligée d’utiliser des outils que je posais habituellement à portée de main, mais qui, malheureusement, ne sont plus utiles ici.

Ce malaise ne provient certainement pas de ma langue maternelle où les verbes restent invariables, et il est aussi à l’inverse de l’habitude d’un apprenant débutant qui a tendance à se diriger vers la morphosyntaxe la plus simple possible. Cette conscience automatique, voire excessive, en allemand, d’où vient-elle ? Ne s’enracine-t-elle pas juste dans toutes les peines que je me suis données à la recherche de la réponse à l’inconscience du même problème en français, autrement dit, mon apprivoisement de la langue française ?

Et oui. Avec un sourire, je tape les phrases suivantes. Une partie de français est déjà entrée et fixée en moi. Rien ne sera plus pareil désormais. Certes, il me manquera comme toujours un mot ici ou là, je parlerai comme toujours un français avec un accent chinois ou avec les tournures sinisées, mais je n’aurai plus aucun doute sur l’intimité entre moi et la langue française. Je l’ai apprivoisée, même si ce n’est que partiellement.

Et c’est du bonheur d’avoir fait cette découverte.

Lijun

Annonce : journée d’études 18 octobre 2018 « Ecrire dans / avec les langues »

Nous vous rappelons que le JEUDI 18 OCTOBRE 2018 – de 9h à 17h aura lieu une journée d’études autour des ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue, organisée par notre équipe.

A Censier 13 rue de Santeuil 75005 Paris, en salle 410 (Bâtiment A, 4e étage). Entrée libre, pensez à vous munir de votre carte d’étudiant ou bien d’une pièce d’identité et du programme de la journée (à télécharger ci-dessous).

« Ecrire dans / avec les langues : création, expression, réflexion. Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue »

A la croisée de plusieurs pratiques de création et de formation, les ateliers d’écriture créative en FLE visent à développer et affiner la conscience linguistique en relation avec la sensorialité et les émotions. 

Dans ce cadre, les textes littéraires et les projets artistiques autour de la langue et des langues offrent des modèles, des amorces et des médiations. Ils ouvrent pour les participants le champ des possibilités d’expression, de création et de réflexion, permettant de transformer le rapport à l’apprentissage et à la notion de maîtrise linguistique. Par le travail qu’ils permettent autour des sentiments et des affects liés aux langues, ils contribuent à la prise de conscience des implications personnelles et subjectives de l’expérience de la pluralité linguistique et culturelle.

Cette journée d’études consacrée aux ateliers d’écriture créative autour du plurilinguisme, est ouverte aux doctorants et masterants. 

Elle prolonge les questions ouvertes autour de littératureécritureet plurilinguismepar la journée du 18 octobre 2017 : « Plurilinguisme et arts du langage » organisée par Anne Godard, Serge Martin et Marina Krylyschin et tisse des liens avec les recherches menées au sein du DILTEC sur le plurilinguisme et la créativité, notamment « Langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (Muriel Molinié et Nathalie Borgé, 6 février et 29 mars 2018) et « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » (Muriel Molinié et Catherine Mendonça-Dias le 28 novembre 2018).

Au cours de la journée, les liens entre les ateliers d’écriture et le plurilinguisme seront explorés à travers :

  • une entrée par la pratique de l’écriture créative,
  • une rencontre avec une artiste à l’œuvre multiple qui s’inscrit dans l’expérience plurilingue,
  • deux conférences éclairant les ateliers d’écriture dans le domaine de la formation professionnelle et du soin,
  • une table ronde réunissant différentes chercheuses du DILTEC, qui permettra de faire un bilan des ateliers menés à Paris 3 dans le contexte du FLE, en interrogeant les dispositifs et les corpus dans une perspective linguistique et didactique.

9h Accueil

Ouverture par Valérie Spaëth, directrice du DILTEC

9h15-10h45 Entrée dans les ateliers d’écriture créative

par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly

  • Présentation des ateliers
  • Propositions d’écriture créative autour du plurilinguisme, de la conscience linguistique et de l’identité langagière à partir de textes littéraires et de projets d’artistes
  • Discussion et bilan collectif

10h45-11h Pause café 

11h-12h Rencontre avec Yolande Zauberman, 

écrivaine, documentariste et réalisatrice 

  • autour de son livre, co-écrit avec Paulina Mikol Spiechowicz, Les mots qui nous manquent, Calman Lévy, 2016

12h-14h Déjeuner 

14h-15h30 Perspectives professionnelles et thérapeutiques sur les ateliers d’écriture

  • « Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs » 

par Alain André(directeur pédagogique d’ALEPH-Ecriture)

  • « Vers une voix-peau plurilingue : l’atelier d’écriture dans un milieu de soin » 

par Sara Greaves(LERMA, université Aix-Marseille)

15h30-15h45 Pause café 

15h45-17h Table ronde interdisciplinaire sur les ateliers plurilingues à l’université Paris 3

  • Retour sur le projet mené en DULF et DUEF en 2017-2018
  • Articulation conscience/ expérience linguistique, créativité/réflexivité, performance/compétence
  • Perspectives pour l’analyses des corpus : interlangue, acquisition, énonciation, émotions
  • Transferts de pratiques, passerelles formation et recherche

Un compte rendu de la journée sera publié ici-même. Téléchargez ici l’affiche et le programme.