Compte rendu : Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018.

Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018, 198 p. ISBN : 978-2-05-102824-0.

S’ouvrant par une évocation de L’Analphabèted’Agota Kristof (Genève, Zoé, 2004), ce livre, intitulé Mémoires d’outre-langue par Alain Ausoni, est consacré aux écrivains translingues, ayant pratiqué « l’écriture de soi pour explorer la relation singulière qu’ils entretiennent avec leur langue d’adoption » (p. 7-8). Bien écrit, composé avec soin, il s’ouvre par un tableau de Chagall qui illustre la dualité du créateur bilingue dont le monde se nomme de deux manières.

« Ecrivains translingues » et « écriture de soi » : c’est en croisant ces deux fils directeurs que l’auteur définit son corpus.

Des écrivains translingues

Ces écrivains, que l’auteur choisit d’appeler translingues, suivant une terminologie anglo-saxonne, proposée par Steven G. Kellman (The Translingual imagination, Londres, University of Nebrasca Press, 2000) plutôt que plurilinguessont originaires de pays où le français ne fait pas quotidiennement partie du répertoire langagier, il s’agit donc pour eux d’une langue étrangère

Le terme translinguepermet donc de marquer la spécificité de ces écrivains par rapport à des écrivains ayant grandi dans un pays francophone plurilingue. Le terme translingue permet en même temps d’insister sur l’idée de passage au français, de manière plus ou moins abrupte, plus ou moins choisie, pour des raisons diverses, généralement liées à leur migration en France ou dans un pays francophone comme la Suisse romande ou le Québec, tout en évitant des termes plus connotés, tels écrivains en exil ou écrivains migrants. Cependant, les raisons de leur passage au français sont au centre de cette étude, car elles déterminent grandement la posture d’écrivainqu’ils vont adopter par rapport au français.

L’écriture de soi

Le corpus étudié est constitué par des œuvres relevant de « l’écriture de soi », terme choisi par Alain Ausoni pour englober les écrits autobiographiques, affichés comme tels, les essais autoréflexifs et les romans qui s’apparentent aux romans de formation ou d’advenue à l’écriture, où la question linguistique est présentée comme centrale, et dont tout porte à penser qu’ils sont inspirés par la biographie de l’auteur.

Après une introduction qui souligne l’intérêt que portent à ces écrivains, la critique, les prix littéraires et la recherche depuis une quinzaine d’années, Alain Ausoni propose d’établir ce qu’il appelle une « cartographie » de l’écriture translingue. Bien entendu, il ne s’agit pas de classer ces écrivains selon leur pays d’origine, mais par une cartographie mentale, de cerner les spécificités de l’écriture translingue, c’est-à-dire, selon la manière dont la conçoit Alain Ausoni, les différents types de relationau français que l’écriture de soi « décrypte et module à la fois » (p. 43) et les différentes poétiques qui leur sont liées.

Les six chapitres qui composent le livre proposent, deux par deux, d’explorer ainsi trois postures d’écrivains, allant de la plus grande révérence vers la plus grande distance affichée envers à la fois la France, la littérature et la langue française : « conversions », « libérations », « robinsons ».

Conversions : Makine et Bianciotti

Du côté de la conversion, sont choisis comme auteurs emblématiques Andreï Makine et Hector Bianciotti. Ils ont en commun de construire dans leurs œuvres une image de la France et du français qui fonctionne comme un idéal forgé à distance, appuyé sur des modèles littéraires. Makine compose la figure du transplanté, qui relie Aliocha, le héros russe du Testament français, initié à la France par sa grand-mère dans les plaines de Sibérie, à des figures d’écrivains assimilés, comme Henri Troyat, dont le roman autobiographique publié en 1991 est intitulé Aliocha, ou comme Romain Gary pour qui, dans La Promesse de l’aube(1960), la France est présentée avant tout comme l’objet de l’inconditionnel amour maternel. 

Bianciotti, dont la trilogie autobiographique (Ce que la nuit raconte au jour, 1992, Le Pas si lent de l’amour, 1995, Comme la trace de l’oiseau dans l’air, 1999) raconte le voyage initiatique vers une identité d’écrivain marquée par le modèle littéraire de Paul Valéry, distingue sa langue natale – l’espagnol de l’Argentine où il est né, différent de l’espagnol castillan – sa langue maternelle – dialecte de l’Italie piémontaise d’où sa famille est originaire, qui était vécu sur le mode de l’interdit – et le français qui devient sa langue d’écriture. De manière significative c’est en français qu’il passe à l’écriture de soi, à la première personne, suivant en cela un auguste modèle d’écriture autobiographie, celui du récit de conversion inauguré par Saint Augustin dans les Confessions, soulignant le parallélisme entre la vocation littéraire et la vocation religieuse ou spirituelle. Bianciotti présente son passage au français comme une forme de renaissance. Comme Claude Esteban, dont Le Partage des mots exprime la douloureuse perception d’une dichotomie de la perception induite par les mots, Bianciotti illustre, par l’opposition de oiseauet pájaro, le sentiment d’avoir rencontré avec le français une langue qui lui correspondait plus intimement.

Libérations : Alexakis et Huston

A la différence de ces écrivains, qui semblent appelés par la figure idéalisée de la France littéraire et de sa langue, Alain Ausoni repère pour d’autres écrivains la libérationque le passage au français permet. Pour ces écrivains, c’est le fait d’écrire dans une langue seconde plus que les caractéristiques du français en lui-même qui donne une liberté : liberté par rapport à un passé biographique, à une tradition d’écriture, mais aussi aux affects qui sont liés à la langue première en tant qu’elle est la langue de l’enfance. Chez Alexakis, dont on peut rappeler que l’arrivée en France a été au sens propre une libération pour le jeune journaliste fuyant la dictature étouffant l’expression publique dans son pays, l’expérience de la liberté est aussi celle des allers-retours entre le français et le grec à travers la pratique de l’autotraduction. Si nombre de ses romans évoquent la question du choix des langues et de l’apprentissage, c’est dans son texte autobiographique Paris-Athènesqu’il thématise cette liberté d’aller et venir entre les langues comme entre deux femmes, entre deux histoires, entre deux âges.

Pour Nancy Huston, qui pratique également l’auto-traduction, l’arrivée en France est une libération d’une enfance marquée par la séparation de ses parents et une forme d’instabilité. Le court récit autobiographique, Nord perdu, constitue à la fois une réflexion sur le destin d’écrivain bilingue (elle a, par ailleurs, consacré des essais à Romain Gary et Samuel Beckett) et une réflexion sur son rapport au français, langue qu’elle perçoit comme dénuée de la violence affective qui marque pour elle l’usage de sa langue maternelle. Ausoni rappelle, sur ce point, que l’anglais aussi a pu être décrit comme une langue « froide » et sans affects, mais par des écrivains pour lesquels c’était une langue seconde comme Eva Hoffman (Lost in Translation. A Life in a new Language, 1989).

La liberté prise est aussi celle qu’elle se permet face à la langue française, dont elle perçoit le caractère artificiel et construit. Mais ce caractère artificiel, c’est aussi celui de l’étrangère, qui porte un masque et joue un rôle, devant sans cesse justifier son existence et trouver sa légitimité.

Robinsons : Kristof et Molnár

La dernière partie s’ouvre par une citation de Barthes, qui justifie le titre de cette section, puisque pour un nouveau Robinson, Barthes indique qu’au lieu d’une ile perdue, il choisirait une ville étrangère.

Elle est consacrée à deux écrivains d’origine hongroise pour lesquelles le français est « langue de hasard » (p. 165).

Pour Agota Kristof, il s’agissait de fuir la répression soviétique de 1956, et, tandis que, déjà auteure d’une œuvre publiée en hongrois, Agota Kristof était germanophone, c’est en Suisse romande que le groupe de réfugiés dont elle fait partie se trouve conduit. Elle s’y retrouve donc « analphabète », comme le dit le titre de son court récit autobiographique, avec pour défi d’écrire dans une langue « ennemie ». C’est de cette position d’aliénation qu’elle tire partie, dans Le Grand Cahier, comme dans les deux autres romans de sa trilogie, qui semblent comme des masques que l’on retire les uns après les autres, comme dans certains romans de Nabokov, laissant toujours plus à vif le dénuement de celui dont l’enfance a été massacrée par la guerre et perdue par l’exil. 

Katalin Molnár doit l’apprentissage du français à un tirage au sort répartissant les élèves entre français et anglais comme langue étrangère. Son arrivée en France est liée à une rencontre amoureuse. Après quelques textes en hongrois, elle publie en français des poèmes et un texte inclassable Quant à je (kantaje), textes « agrégats » jouant avec l’insécurité linguistique et une écriture quasi-phonétique. Ce texte, qui s’apparente à un autoportrait, est composite à double titre, dans sa composition et dans ses références, que l’on pense à Queneau et au « néo-français », mais aussi à l’entreprise de déconstruction du monolinguisme que l’on peut trouver chez un Gherasim Luca ou au travail sur la voix qui marque l’œuvre de poètes comme Cadiot ou Prigent, publiés comme Molnár chez POL, il contient aussi des traits spécifiques de la langue hongroise : « l’agglutination, l’indétermination générique, la conjugaison marquée par des suffixes et l’antéposition de l’adjectif ».

En conclusion, une ouverture propose d’élargir la réflexion à « l’écriture translingue de soi à travers les langues » (p. 187). C’est aussi par une interrogation que se termine le livre : est-ce le français qui est propice à cette introspection – on peut penser au modèle des Confessionsde Rousseau – ou bien le fait d’écrire dans une langue seconde ?

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu : Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi par Alain Ausoni, Genève, Slatkine Erudition, 2018.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 23/09/2018, https://ecriplur.hypotheses.org/183.

Compte rendu : Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018.

Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018, 194 pages. ISSN : 1167-5101 ; ISBN : 979-10-231-0604-6.

La revue Genesis, sous-titrée manuscrits, recherche, invention est une revue internationale de critique génétique de l’Institut des Textes et Manuscrits (ITEM) au sein du CNRS/ENS, elle est publiée deux fois par an par les presses de l’université Paris-Sorbonne. Le numéro 46 est consacré au plurilinguisme littéraire.

Très riche et varié, il se déploie en une introduction de cadrage, suivie d’études et d’inédits sur la question des pratiques d’écriture des écrivains plurilingues. Des varia et une bibliographie génétique 2017 complètent ce volume.

ENJEUX

Olga Anokhina, dont les recherches portent sur la genèse des œuvres des écrivains plurilingues et sur les liens entre plurilinguisme et créativité littéraire, est responsable de l’équipe «Multilinguisme, traduction, création » de l’ITEM (voir ici). Emilio Sciarrino, qui fait partie de l’équipe, a publié sa thèse sur le plurilinguisme littéraire italien. Ensemble, ils signent une longue introduction qui expliquent les enjeux d’une approche génétique des relations du plurilinguisme avec l’écriture et la créativité.

Rappelant que l’analyse littéraire à partir des textes publiés en permet pas de mettre au jour les processus de création des auteurs plurilingues, rappelant également que la perspective nationale adoptée dans l’abord des littératures a conduit à sous-estimé les pratiques plurilingues existant avant la seconde moitié du XXe siècle, ils montrent l’intérêt d’étudier les documents de travail où les langues peuvent intervenir à différents moments et différents degrés, impliquant souvent des pratiques d’autotraduction.

Pour commencer, ils proposent de lever le flou conceptuel qui caractérise cette discipline émergente, où entrent en concurrence, pour désigner les pratiques d’écriture en différentes langues, les termes de « code switching » emprunté à la sociolinguistique, d’hétérolinguisme (Rainier Grutman, Des langues qui résonnent, Québec, 1997) qui vient des études littéraires ou encore de translinguisme (Steven Kellman, The Translingual imagination, Lincoln, 2000), autant de termes qui peuvent être utiles pour désigner des processus particulier de la création en plusieurs langues, mais ne sont pas équivalents. Conformément aux usages européens, ils réservent le terme de multilinguisme à l’espace social et celui de plurilinguisme pour désigner les écrivains et leurs textes tandis que les termes précédemment cités seront utilisés de manière plus ponctuelle pour désigner des stratégies particulières.

L’étude du plurilinguisme, qui s’est développée d’abord en linguistique avec l’ouvrage fondateur de Uriel Weinreich (Languages in contact, New York, 1953), a mis en évidence plusieurs phénomènes d’interférencesentre les langues, principalement le changementet le mélange, qui apparaissent aux niveaux phonétiques, lexicaux et syntaxiques. Dans le domaine littéraire, c’est à Mikhaïl Bakhtine (Problèmes de la poétique de Dostoïeski, 1929, traduit en français en 1970) que l’on doit la notion de polyphonie, concernant non pas seulement les langues, mais les registres et les discours sociaux. Les approches philosophies (Deleuze, Derrida) ont prolongé la réflexion en faisant apparaître les enjeux politiques et et éthiques, mais se sont éloignées de l’analyse des textes et des processus créatifs eux-mêmes.

L’originalité de l’approche génétique est de repartir des archives des écrivains – correspondance, cahiers, journaux personnels, manuscrits, brouillons et documents préparatoires – pour aborder la réalité des situations plurilingues. Sur la base de ces archives, le « profil linguistique » qui se dégage est souvent plus complexe qu’il en paraît : aux cas de bilinguismeou de diglossies’ajoute tout un continuumqui va du bilinguismeau plurilinguisme radicald’un Joyce, nombre d’auteurs considérés comme bilingues (Nabokov, Beckett) étant, en réalité, très bons connaisseurs d’autres langues.

Des travaux récents (voir les ouvrages dirigés ces dernières années par Olga Anokhina) ont constitué une typologie des stratégies d’écriture créatives plurilingues, rappelons notamment :

  • La séparation fonctionnelle des langues (de type texte/métatexte),
  • Le mélange des langues (code-switching),
  • L’écriture parallèle en deux langues,
  • L’écriture consécutive ou l’autotraduction.

Les études réunies plus bas dans le volume complexifient cette liste en montrant des processus d’hybridation, ainsi que le continuumcréatif qui inclut les traductions collaboratives où le dialogue établi avec un tiers traducteur peut conduire à des réécritures.

Cette riche introduction se termine par une réflexion sur la notion de conscience métalinguistique, cette capacité à réfléchir sur le langage en tant que tel, qui se trouve renforcée par les pratiques plurilingues et dont on peut distinguer plusieurs manifestations :

  • L’intérêt intellectuel pour les langues, y compris lorsqu’elles ne sont pas directement utilisées pour l’écriture.
  • La traduction d’autres écrivains.
  • L’invention de langues imaginaires.
  • La réflexion métalinguistique explicite dans les œuvres publiées, les manuscrits ou la correspondance.

ETUDES

Les différentes études qui suivent, richement illustrées de photos de manuscrits portant les traces d’intervention en différentes langues, permettent de dessiner un panorama très diversifié des pratiques d’écriture impliquant plusieurs langues, mettant en évidence des liens toujours riches et complexes qui se tissent entre elles dans la création littéraire des écrivains plurilingues :

  • Hybridations, comme le révèle la genèse d’un poème de Paul Celan, « Huhediblu » où l’allemand, le français et l’anglais s’associent dans des « nœuds hybrides » analysés par Dirk Weissmann qui dévoile aussi le dialogisme sous-jacent avec des citations de Verlaine, Apollinaire et Hans Magnus Ezenberger qui ont inspiré l’auteur.
  • Hétérogénéitéslinguistiques des brouillons qui, outre l’espagnol et l’anglais, marqués par des autotraductions en aller-retour, portent trace des langues étrangères, français, italien, portugais, ainsi que de l’idiolecte familial, marqué par le dialecte Parma-Piacenza, à différentes étapes, et constituent sur le plan linguistique un écho aux hétérogénéités génériques de l’œuvre romanesque de l’écrivain argentin Manuel Puig qu’a étudié Delfina Cabrera.
  • Pratique cachée de l’espagnol et processus d’autotraduction dans la genèse du recueil Mimodrames et Icônesdu poète basque Juan Mari Lekuona, ainsi que le montre Aurélia Arcocha-Scarcia.
  • Ecriture conjointe, marquée par des développements parallèles et des jeux d’influence réciproque, comme le fait apparaître l’étude par Claire Riffard du brouillon en français et en malgache du poème « Presque-songe » de Jean-Joseph Rabearivelo.
  • Annotationsmétadiscursives en anglais ou encore amorcesde poèmes en anglais ou français dans les brouillons de Fernando Pessoa consultés à la Bibliothèque nationale du Portugal par João Dionísio.
  • Autotraductionset jeux sur le matériau sonore, conçus comme des collages– à l’image des montages qu’il utilise dans ses œuvres plastiques – par l’artiste dada Raoul Haussmann dont les brouillons ont été étudiés par Agathe Mareuge, ce qui invite à reconsidérer également la création plastique dans sa relation avec le plurilinguisme des artistes.

 ENTRETIENS

Deux entretiens avec des écrivains plurilingues apportent deux regards très divers : Gao Xingjian, qui associe le plurilinguisme avec une création multimodale : poésie, roman, peinture et cinéma ;LubaJurgenson, dont la réflexion sur le bilinguisme s’appuie sur sa pratique traductrice.

Un ensemble d’entretiens, réalisés par Simona Gallo en 2013, 2015 et 2016, avec l’écrivain Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, font apparaître une création métissée entre l’Orient et l’Occident, mais surtout un dépassement du cadre de l’écriture littéraire, à travers la peinture et le cinéma. Ainsi le film de Gao Xingjian, Le Deuil de la beauté, réalisé en 2013 à partir d’un de ses poèmes, est tourné dans les trois langues que pratiquent l’auteur, chinois français et anglais, sans sous-titrage.

Dans un entretien recueilli par Julia Holter, la traductrice et écrivaine française d’origine russe, Luba Jurgenson, évoque les liens entre les langues et l’expérience corporelle, intime de soi que les mots engendrent en évoquant son enfance russe. Le dualisme corporel se développe dans la pratique de traduction, qui, en retour, réitère pour la traductrice, l’expérience du passageque vit le corps bilingue.

INEDITS

Dans la rubrique des inédits, où il s’agit de faire découvrir des manuscrits encore jamais étudiés, sont publiés deux dossiers génétiques :

Kostis Pavlou analyse trois feuillets du dossier de genèse bilingue du poème « Les libres assiégés » de Dionysios Solomos. On y voit comment la répartition opérationnelle entre le grec, utilisé principalement pour la textualisation et l’italien, qui sert surtout aux notes scénariques (planification et organisation), se complexifie par un certain nombre d’interférences entre les langues qui tendent à remettre en cause la représentation somme toute un peu simplificatrice du rôle de l’italien dans la création poétique de l’auteur.

Emilio Sciarrino présente le « processus de création circulaire » de Giuseppe Ungaretti en suivant le mouvement de traduction et retraduction de « Gridasti : soffoco », un poème initialement écrit en italien, traduit en français en collaboration, puis réécrit en italien à partir de cette expérience traductive, avant d’être une seconde fois traduit en français avec d’autres traducteurs. Le mouvement d’aller-retour, et le dialogue noué par lettres autour des questions d’interprétation, explique l’existence des deux versions du poème et implique aussi de reconsidérer l’ensemble de la genèse du poème en incluant les phases de réception, de traduction collaborative ou d’autotraduction comme des étapes appartenant à un même processus créatif.

A travers l’ensemble de ce volume, on voit aussi comment l’approche génétique du plurilinguisme peut s’enrichir en élargissant ses objets d’une part à la traduction (c’est le programme de recherche que proposent Olga Anokhina et Patrick Hersant, voir le programme ici-même) et en s’attachant également à explorer d’autres formes artistiques (musique, architecture, théâtre, cinéma…) d’autant plus que certains auteurs, comme on l’a vu ci-dessus, associent le plurilinguisme et la création artistique en plusieurs domaines.

Pour citer cet article : Anne Godard, "Compte rendu : Genesis n°46 « Entre les langues », textes réunis et présentés par Olga Anokhina et Emilio Sciarrino, ITEM/CNRS, Paris PUPS, 2018.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 16/09/2018, https://ecriplur.hypotheses.org/164.