« Ma « love-hate relationship » avec le français », un texte de Manon X.

 

Globe-trotter, avide de liberté depuis toujours, Manon a quitté la France il y a quinze ans, en se promettant de ne jamais y revivre. Professeure de langues depuis dix ans, d’abord d’anglais, puis de français, elle parcourt le monde en essayant de transmettre la passion qu’elle a pour les langues étrangères et l’intérêt qu’elle voit à pouvoir communiquer en plusieurs langues.

 

Je crois que j’ai toujours eu une fascination pour les langues et je pense que cela a commencé très jeune avec la musique. Mon père écoutait principalement de la musique anglophone à la maison et je chantais à tue-tête avec les Beatles et les Doors, sans comprendre ce que je disais bien sûr. J’étais envoûtée par la musique et par ce langage que je ne comprenais pas. J’ai voulu apprendre l’anglais très tôt et j’ai eu la chance de pouvoir le faire. Je pensais que tous les gens qui n’étaient pas français parlaient cette autre langue et je voulais être capable de parler avec les gens du monde entier. A l’âge de 10 ans, je décortiquais les textes de chansons que j’aimais pour essayer d’en faire sens. Armée de mon dictionnaire bilingue, je les traduisais dans un cahier. Je lisais aussi Agatha Christie en version originale et je relevais tous les mots inconnus. Parler anglais a été la première chose que j’ai vraiment voulue. Parcourir le monde a été la seconde et dépendait de la première de mon point de vue. J’ai appris d’autres langues, mais l’anglais a longtemps été ma priorité.

Je n’ai jamais vraiment réfléchi au pourquoi jusqu’à récemment, mais quand j’ai quitté la France il y a quinze ans, j’ai rejeté le français. Il a cessé d’être ma langue de communication principale et les deux premières années pendant lesquelles j’ai vécu à l’étranger, j’ai à peine parlé français et c’était une sorte de libération pour moi. Je parlais en anglais, je pensais en anglais et je rêvais en anglais. Je ne crois pas avoir même lu un livre en français pendant ces deux ans. Je ne sais pas si je sur-analyse en mettant en relation le fait que j’avais une relation très conflictuelle avec ma mère et le fait que j’ai rejeté ma langue maternelle avec tant d’ardeur. Toutes les choses désagréables que j’avais vécues avaient été exprimées en français. Je vivais sur un autre continent et je voulais mettre autant de distance que possible avec ma vie d’avant.

J’associe l’anglais à la liberté. Grâce à l’anglais, j’ai pu quitter la France où je me sentais à l’étroit, mal à l’aise, pas à ma place. J’ai pu vivre et travailler dans plusieurs pays parce que je parlais anglais. Qu’on le déplore ou non, c’est la langue internationale et elle me permet de communiquer partout où je vais dans le monde. Quand j’ai vécu au Cambodge, j’ai pu rencontrer et discuter avec tellement de personnes différentes grâce à l’anglais. Je me suis retrouvée un jour en pleine campagne avec une roue de scooter crevée et j’ai eu une conversation très intéressante avec un jeune Cambodgien qui avait appris l’anglais à la pagode de son village. J’associe l’anglais à l’ouverture sur le monde, aux rencontres, et malgré la misanthropie qui s’empare parfois de moi, c’est l’une des choses qui me font vibrer.

Ce que j’aime aussi beaucoup en anglais, c’est la liberté qu’on a de créer des mots. C’est une langue qui accepte facilement les ajouts, les transformations, les associations d’idées pour former un mot, c’est une langue très concrète, très directe, beaucoup plus simple que le français, beaucoup moins snob. J’adore les mots tels que breathtaking, jaw-dropping ou mind-blowing par exemple. Pour exprimer la même idée en français, il faut plusieurs mots, et si un seul suffit, l’image n’est pas la même.

J’ai appris plusieurs autres langues au cours des années, pour diverses raisons. L’allemand, l’italien et le russe à l’école et l’université, le roumain après un béguin pour un Roumain, l’hindi après un voyage en Inde, le vietnamien et le khmer car j’ai vécu quelque temps au Vietnam et au Cambodge, le thaï après un voyage en Thaïlande, l’espagnol quand je me suis installée en Espagne et j’apprends aujourd’hui le japonais car je veux aller vivre au Japon. Les seules autres langues dans lesquelles je suis capable de communiquer clairement sont l’italien et l’espagnol car j’ai vécu à Lugano et vis actuellement à Madrid. Pour moi, parler la langue d’un pays est une étape nécessaire pour essayer de comprendre la culture de ce pays et j’ai ce besoin de comprendre les gens. La langue fait partie de la culture d’un pays. Je pense que j’ai rejeté le français pendant des années parce que je rejetais la France et l’expérience que j’en avais. J’ai vécu des expériences formidables dans d’autres pays et c’est seulement quand j’ai vécu en Angleterre que je me suis petit à petit réconciliée avec la culture et la langue françaises. J’avais trouvé un pays dans lequel je me trouvais encore plus à l’étroit qu’en France et une culture à laquelle je ne m’identifiais pas du tout.

Je suis quelqu’un de très émotif, très sensible, j’ai besoin d’exprimer ce que je ressens, je n’ai aucun problème pour exprimer exactement ce que je pense et c’est tout simplement quelque chose qui ne se fait pas en Angleterre. Les Anglais ont une langue si directe et si simple, mais les rapports qu’ils établissent entre eux le sont beaucoup moins. J’ai eu besoin de reconnecter avec la France.

J’ai enseigné l’anglais pendant plusieurs années. Pour des raisons pratiques plus que philosophiques, j’ai recommencé à travailler en français il y a quelques années. Je me suis rendu compte que je faisais beaucoup plus de fautes que dans le passé, moi qui passais mon temps à corriger tout le monde. J’avais été sélectionnée par mon collège pour faire la dictée de Pivot et j’étais arrivée en demi-finale à 14 ans. J’étais bonne en orthographe, je lisais beaucoup, et j’étais très sévère avec les gens qui faisaient des fautes de langage. C’est seulement récemment que j’ai arrêté de juger les gens à chaque faute d’orthographe et à chaque accord du participe passé omis à l’oral. Je ressens encore de l’agacement par moments, surtout quand les fautes sont commises par des journalistes ou des professeurs mais je ne m’énerve plus (ou beaucoup plus rarement). Et j’ai accepté que moi aussi, j’avais le droit de faire des fautes. Plus j’apprends de langues, et plus je vieillis aussi probablement, plus je les mélange et moins ça me dérange.

J’utilise quatre langues au quotidien au minimum : l’anglais car c’est la langue de mon compagnon et notre langue commune, l’espagnol car je vis en Espagne, le japonais pour le plaisir et le français surtout pour le travail. Je viens aussi de terminer un livre en français qui m’a beaucoup touchée, je lis un livre en espagnol pour enrichir mon vocabulaire, j’en lis un autre en anglais et je feuillette des livres illustrés pour enfants en japonais. Ma meilleure amie m’envoie des messages en italien, je lui réponds en français. Ma prof de japonais vit en France, mais elle m’explique le japonais en anglais. Je vais me marier en anglais.

D’avoir passé ces derniers mois à étudier avec une université française m’a en même temps donné envie de reprendre de la distance avec la France et de replonger plus que jamais dans la littérature française. Il n’y a que dans les livres que je ressens une véritable connexion avec ma culture et que j’ai l’impression de comprendre la mentalité française. Je suppose que je n’ai pas vraiment envie de rompre le lien et j’ai même l’impression que malgré une certaine colère, je n’en ai jamais eu si peu envie. Je pense que je n’arrêterai jamais d’apprendre des langues et je pense aussi que l’anglais sera toujours ma langue de communication principale au quotidien, mais le français est en moi depuis toujours ; mes premiers livres, mes premières amours, mes premiers chagrins, et beaucoup d’autres premières fois, c’était en français. Quand je suis triste, fatiguée, en colère, émotive, je demande à mon compagnon quand il va se décider à apprendre le français pour que je puisse lui dire ce que je ressens en français, pour qu’on puisse se disputer en français et pour que je puisse pleurer en français. Je le fais très bien en anglais, mais j’aimerais pouvoir le faire en français.

J’ai l’impression d’avoir une love-hate relationship avec le français et la France et je me suis rendu compte ces derniers mois qu’elle était encore très fluctuante. Au moment où j’écris ces mots, je n’aime pas beaucoup la France, mais je sais que je ne la détesterai jamais car j’aime trop les émotions que je ressens quand je lis en français, et aussi parce que j’adore enseigner le français et transmettre l’amour de la langue à mes étudiants.

Manon