Archives de catégorie : Billets

Présentation de l’atelier d’écriture « Langue et littérature au XXe siècle »

 Atelier proposé en DUEF 1  – Diplôme universitaire d’études françaises, Sorbonne Nouvelle-Paris 3

étudiants internationaux niveau B2-C1

par Anne Godard au 2e semestre 2018

Intitulé du cours : « Langue et littérature au XXe siècle »

Objectifs :

  • Explorer les liens entre langue et littérature à travers un atelier de lecture/écriture
  • Lire et écrire sont liés comme pratique d’exploration
  • Explorer et jouer avec la langue comme l’ont fait les écrivains au XXe siècle
  • Découvrir des auteurs plurilingues et pluriculturels et partager leur expérience de la création en langue étrange/étrangère
  • Découvrir la littérature contemporaine en allant à la rencontre des écrivains

Organisation du cours :

Le cours est organisé comme un atelier de lecture/écriture

  • Lecture d’auteurs plurilingues qui réfléchissent à leur expérience langagière
  • Travaux d’écriture à chaque séance pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle
  • La plateforme icampus sert au partage des documents écrits

Parcours pour explorer la langue et le rapport qu’on a avec elle

  • En ouverture : entrer dans l’écriture, dans la langue, dans la littérature entrer dans les mots, dans la langue : donner et recevoir, oser ou ne pas oser
  • Ensuite : exploration de la langue dans sa matérialité : la langue-matière
  • Enfin : exploration de l’identité altérée par le changement de langue
  1. Ouverture : entrer dans l’écriture, entrer dans la langue : don et autorisation

On entre dans l’atelier / dans la langue par un « mot de passe » à partir duquel on associe

  1. Nommer, normer, faire exister : oral, écrit, mots interdits, mots inventés

On explore la langue, la manière dont on perçoit sa/ses normes, oral / écrit

  1. La langue : formes et sons, image et musique

On regarde et on écoute la langue : formes et sons

  1. Partage des langues, identité et représentation

On explore l’identité plurielle, les mises en scène de soi

  1. Partir, arriver, seuils, métamorphoses : le voyage dans/vers une autre langue

Quand le partage se fait mouvement dans l’espace et le temps, un avant/après, ici/là-bas

  1. Mémoire, temporalité, transmission

On s’interroge sur la mémoire, le rapport au temps, les figures de médiation

Corpus :
  • textes réflexifs d’auteurs plurilingues :  Huston, Mizubayashi, Cheng, Sa, Esteban, Alexakis, Laferrière, Chamoiseau, Green, Baron-Supervielle,
  • textes d’exploration et de jeux sur la langue : Queneau, Tardieu, Michaux, Leiris…

Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme

Le carnet de recherches s’ouvre à la présentation du projet « Ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme ».

Il permettra d’en suivre le déroulement et les prolongements à travers des comptes rendus de travail et de lecture, des présentations de démarches et  de corpus.

GROUPE DE TRAVAIL :

Porté par une équipe d’enseignantes de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 :

  • Déborah Aboab,
  • Anne Godard,
  • Virginie Rajaud-Allaneau,
  • et Donatienne Woerly,

Ce projet de recherche-action comporte :

  • un volet pédagogique : ateliers de lecture/écriture créative autour du plurilinguisme,
  • un volet recherche : réflexions autour des relations littérature / plurilinguisme / apprentissage / création.

PRESENTATION DES ATELIERS :

Mis en place à l’université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, les ateliers d’écriture sont destinés à des apprenants de niveau A2 à B2 dans les diplômes de langue et culture françaises (DULF et DUEF). Ils visent principalement à développer leur sens de la langue ainsi que la conscience réflexive qu’ils peuvent avoir de leur parcours langagier.

Ces ateliers s’inscrivent dans un champ déjà balisé : tradition déjà ancienne d’ateliers d’écriture en français langue étrangère, encouragée dans la perspective communicative et actionnelle promue dans l’enseignement des langues par le Cadre européen et pratiquée au DULF dans des ateliers faisant intervenir des écrivains depuis 2008 ; reconnaissance croissante d’un important corpus littéraire contemporain d’œuvres écrites par des écrivains plurilingues ayant le français comme langue d’écriture ; pratique en expansion d’ateliers d’écriture explicitement plurilingues, selon des visées qui peuvent être linguistiques, socio-culturelles et anthropologiques.

Dans le cadre de nos ateliers, nous articulons les dimensions linguistiques, créatives et réflexives à plusieurs niveaux :

  • sensibilisation à la matière de la langue (dimensions sonores et graphiques, polysémie, connotations, registres, expressions figurées) ;
  • questionnements et jeux créatifs autour des différentes notions de transferts (perte et don, appropriation) ;
  • pratiques créatives de traduction et travail sur la notion d’intraduisible ;
  • réflexions autour du rapport à la langue / aux langues, des parcours biographiques et de l’identité langagière.

PERSPECTIVES DE RECHERCHES

Dans la pratique comme dans la réflexion qui l’accompagne, nous envisageons ces ateliers d’abord comme un lieu d’expérimentation et d’exploration d’un rapport à la langue qui peut prendre également une dimension artistique, à travers des projets qui mettent en relation le visuel, le sonore et le langagier.

Dans un second temps, nous espérons, par l’analyse des productions, contribuer à décrire les mécanismes de passage d’une langue à l’autre, d’interférence, d’alternance, d’effets d’étrangéité ou d’étrangéisation de/dans la langue. Ce faisant, il s’agit pour nous de mieux comprendre l’articulation entre conscience ou surconscience linguistique, création et appropriation.

Enfin, à travers ces expérimentations pratiques, nous nous interrogeons sur l’articulation avec la création artistique et littéraire contemporaines et la réflexion philosophique sur les arts et le langage.

PROLONGEMENTS

Les prolongements en lien avec la formation dispensée à Paris 3 en didactique du FLE sont les suivants :

  • implication d’étudiants de Master 1 et 2 intéressés par les ateliers d’écriture ;
  • constitution de corpus numériques à analyser.

Nous projetons en 2018-2019 l’organisation d’une journée d’études consacrée aux ateliers de lecture/écriture plurilingue dans une perspective créative et formative en l’ouvrant à différents enjeux :

  • explorer le corpus de la littérature contemporaine où expériences d’exil, plurilinguisme, création langagière et artistique se trouvent articulés ;
  • interroger les catégories telles que langue maternelle / langue étrangère dans l’écriture autour de la notion de création langagière.

Pour une histoire de la littérature française du point de vue du plurilinguisme

La question du plurilinguisme se pose pour les écrivains bien avant le XXe siècle. On pourrait soutenir que la littérature en français s’est toujours définie par rapport à d’autres langues : le latin d’abord, mais aussi les différents dialectes et les autres langues européennes ayant accédé plus tôt que le français au statut de langue littéraire.

Quelques jalons

Au XIIe siècle, le clerc Benoît de Sainte-Maure justifie son choix d’écrire en français les histoires de l’Antiquité afin de les rendre accessibles à ses contemporains. Ainsi sont « mis en roman » les œuvres antiques, à la fois traduites et adaptées à un public de cour, qui ne se plairait pas à écouter des livres érudits, mais se délecte ainsi des premiers « romans ».

Au XVIe siècle, François Rabelais met en scène la diversité des langues et réfléchit sur l’importance de trouver une langue commune afin de pouvoir communiquer. Dans Pantagruel, son héros rencontre un « écolier limousin » qui parle un latin de cuisine incompréhensible, mais, sous le coup de la peur, se met à invoquer les saints en patois limousin. Joachim Du Bellay dans La Défense et illustration de la langue française en 1549, interpelle les poètes de son temps qui, composant leurs œuvres en latin, « ne font qu’apporter du bois à la forêt », écrire en français est alors un geste militant.

Au XVIIe siècle, René Descartes écrit en latin ses œuvres savantes, mais choisit le français pour le Discours de la méthode, car il s’adresse à « l’honnête homme », c’est-à-dire qu’il vise les bons esprits de son temps mais pas les seuls érudits.

Entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, pas un auteur qui ne compare le français aux autres langues européennes, pour mettre en évidence ce que Voltaire appelle « le génie des langues », le caractère spécial qui distingue entre eux tous ces rejetons du latin.

Au XIXe siècle, on trouve chez George Sand, en préface à François Le Champi, des réflexions sur la difficulté d’écrire pour un public de parisiens des histoires rurales qui trouvent leur expression dans le patois berrichon. Comment transmettre et traduire sans trahir ? Comment rester fidèle tout en créant une langue littéraire ?

Au XXe siècle, le plurilinguisme est une évidence dans la littérature d’expression française écrite hors des frontières hexagonales, mais il est aussi présent chez des écrivains migrants, installés en France ou dans un pays francophone à la suite d’un exil – subi ou choisi. La langue française se trouve mise en tension avec les langues d’origine dans un nombre infini de configurations. L’exploration de ces parcours et de ces territoires mentaux, où les langues communiquent comme des nappes souterraines, est passionnante et potentiellement infinie tant le corpus est divers et abondant.

 Quelques repères bibliographiques pour l’époque contemporaine :

Entretiens et témoignages rassemblés en recueils collectifs :

  •  L’écrivain francophone à la croisée des langues (Gauvin, 1997),
  • L’Aventure du bilinguisme (Kroh, 2000),
  • La Langue française vue d’ailleurs (Martin & Drevet, 2001),
  • Pour une littérature-monde (Le Bris & Rouaud, 2007),
  • Défense et illustration de la langue française aujourd’hui (Cheng, Roubaud et al., 2013).

Textes programmatiques à portée collective :

  • Éloge de la créolité de Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau et Rafael Confiant (1989)

Essais personnels :

  • Amour bilingue d’Abdelkebir Khatibi (1983),
  • Le Langage et son double de Julien Green (1985),
  • Lettres parisiennes. Autopsie de l’exil de Leïla Sebbar & Nancy Huston (1986),
  • Le Partage des mots de Claude Esteban (1990),
  • Ecrire en pays dominé de Patrick Chamoiseau (1997),
  • Nord Perdu de Nancy Huston (1999),
  • Ces voix qui m’assiègent… en marge de ma francophonie d’Assia Djebar (1999),
  • Je ne parle pas la langue de mon père de Leïla Sebbar (2003),
  • Le Poing dans la bouche de Georges Arthur Goldschmidt (2004),
  • Le Dialogue, une passion pour la langue française de François Cheng (2008),
  • Une langue venue d’ailleurs d’Akira Mizubayashi (2011),
  • Penser entre les langues de Heinz Wizmann (2012).

Récits autobiographiques :

  • Amkoullel, l’enfant peul de Amadou Hampaté Bâ (1992),
  • Chemin-d’école de Patrick Chamoiseau (1994),
  • Adieu vive clarté… de Jorge Semprun (1998)
  • L’Analphabète d’Agota Kristof (2004)

Romans – eux aussi souvent autobiographiques – :

  • Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag (1986),
  • Aliocha d’Henri Troyat (1991),
  • Le Testament français d’Andreï Makine (1995),
  • Paris-Athènes (1989), La Langue maternelle (1995) et Les Mots étrangers (2002) de Vassilis Alexakis,
  • Le ventre de l’Atlantique de Fatou Diome (2003)
  • Comment peut-on être français ? de Chahdortt Djavann (2006).

Toutes ces œuvres dessinent les divers visages du français, en relation avec les langues proches ou lointaines qui se partagent l’histoire et l’imaginaire des écrivains. Elles nous ouvrent la voie de ce que Lise Gauvin appelle la « surconscience linguistique », cette acuité particulière à la langue et à ses particularités – à ses difficultés aussi – qui vient de la comparaison.

« Faire sa langue » et s’exercer comme avec un instrument de musique

La comparaison de la langue avec un instrument de musique permet d’exprimer beaucoup d’aspects du rapport que les écrivains peuvent avoir avec leur langue d’écriture.

 

Faire ses gammes

La langue est à la fois le matériau et l’instrument de la création littéraire (comme le disait Mallarmé à Dugas, on ne compose pas un poème avec des idées, mais avec des mots). La métaphore musicale, ou plutôt de l’instrument de musique insiste sur la pratique assidue, l’exercice, l’entraînement, la maîtrise. Marcel Proust écrivait en 1908 dans une lettre à Madame Strauss « Chaque écrivain est obligé de se faire sa langue, comme chaque violoniste est obligé de se faire son“son” ». L’essayiste japonais Akira Mizubayashi écrit dans Une langue venue d’ailleurs (Gallimard, 2011) qu’il pratique le français comme un musicien qui fait ses gammes.

Le français et les autres langues

Au delà des difficultés d’apprentissage ou de l’expérience de ce que Lise Gauvin appelle dans L’écrivain francophone à la croisée des langues (Karthala, 1997) une « intranquillité », on peut dire que chaque écrivain se fait aussi « sa langue française » en la définissant en relation avec sa langue d’origine. Les qualités attribuées au français sont perçues, construites et imaginées par contraste avec les qualités de la langue maternelle, ce qui explique des visions très différentes du français chez un écrivain d’origine chinoise, russe, espagnol, anglais ou grec.

Pour eux, la distance d’avec la langue étrangère en fait un instrument littéraire, qui permet de se penser avec distance, qui peut être travaillé en soi, dont on prend conscience de l’opacité, et de l’expressivité du style, elle permet un mouvement réflexif, une prise de conscience de ce qu’elle est matérielle. Un instrument perfectible, pas invisible.

Ainsi, par exemple, le français pour François Cheng (Le Dialogue. Une passion pour la langue française, 2002), est une langue « romanesque », « analytique » et « psychologique », à la fois par différence avec le chinois, et en référence à des auteurs comme Madame de Lafayette, Flaubert ou Proust. Inversement, pour Andreï Makine (Le Testament français, 1995), le français, à la différence du russe excessif et passionnel, est associé à la France des Lumières, raffinée et précise.

La langue incarnée dans les œuvres

De plus l’image de la langue se définit aussi en relation avec les textes d’autres écrivains qui ont été les médiateurs vers le français. C’est la langue de Baudelaire, ou celle de Voltaire, ou de Victor Hugo, ou de Proust ou de Rousseau… ce n’est pas « la » langue de façon abstraite, mais son incarnation dans une œuvre, et donc, dans une sensibilité. Dans ce sens, la langue se confond avec la littérature, en tant qu’elle donne accès à du singulier (l’œuvre de tel ou tel auteur), mais un singulier transmissible, au-delà des individualités et au-delà des langues.

La/ma/sa langue – un rapport affectif à notre instrument

Par delà ces visions littéraires, le parcours de ces témoignages offre pour le futur enseignant de langue une occasion unique de réfléchir à son propre rapport aux langues – à sa langue maternelle, que celle-ci soit le français ou une autre langue – et aux langues apprises, à celles qu’il utilise de manière régulière ou non, et, bien sûr, à celle qu’il envisage d’enseigner à des apprenants qui, eux-mêmes, peuvent avoir des relations complexes et paradoxales avec les langues qu’ils pratiquent. L’affectif et l’imaginaire sont impliqués dans le désir comme dans le refus d’apprentissage. Ils sont aussi inscrits dans l’histoire de la langue elle-même, qui a été légitimée, construite et déconstruite par des « professionnels de la langue » qui l’ont aussi imaginée et aimée d’une manière qui dépasse le seul usage utilitaire qu’on peut en faire.

Langue et littérature ensemble

Ce carnet est ouvert aux représentations de la langue française construites par les écrivains qui formulent également la manière dont ils considèrent leur rôle à travers des textes théoriques et réflexifs.

Les réflexions sur la langue et sur la littérature sont liées d’une part parce que les écrivains, dès les origines, réfléchissent à la langue qu’ils emploient, d’autre part, parce que les buts qu’ils donnent à la littérature sont dépendant de l’image qu’ils ont de leur langue et de ses possibilités. Quelquefois, ils veulent la changer, l’améliorer, l’enrichir ou, au contraire, la rendre plus pure. Au fil des siècles, l’image de la langue va changer, mais aussi la position que les écrivains adoptent par rapport à elle.

De même, la conception que les auteurs se font de la littérature, de son rôle, l’importance qu’ils donnent au style, à l’imitation des modèles anciens ou au contraire, à l’originalité, à la liberté, se transforme radicalement entre la période classique et l’époque contemporaine.

Vue chronologique

On peut situer ces différentes conceptions dans le temps, depuis les premiers états du français jusqu’à la grande diversité des écritures francophones, en repérant quatre étapes.

– Une première étape de formation à la fois de la langue et de la littérature françaises, qui va du Moyen Âge au XVIe siècle, pendant laquelle le français littéraire se définit par rapport au latin et aux différentes variétés dialectales qui l’entourent.

– Une deuxième étape de fixation de la langue littéraire est caractérisée par la valorisation de la clarté et la hiérarchie tant des styles que des idées, qui s’étend du XVIIe au XVIIIe siècle.

– Une troisième étape est celle de la contestation par les écrivains, des restrictions que la norme littéraire classique impose à la fois dans le style et les choix d’écriture, au XIXe et au XXe siècles.

– Une quatrième étape consiste enfin en la confrontation de la langue française avec d’autres langues et d’autres cultures, que ce soit dans le cadre élargi de la francophonie ou dans des expériences singulières d’écrivains bilingues, au XXe et au début du XXIe siècle.

Enjeux opposés, débats récurrents

Les représentations de ce qui fait les qualités ou les défauts du français changent selon les époques. Ainsi, par exemple, le XVIe siècle se préoccupe d’enrichir la langue par tous les moyens, tandis que le XVIIe siècle ne parlera que de la rendre pure. Au XVIIIe siècle, la langue française est valorisée comme liée à la raison, parce que la syntaxe sujet-verbe-complément paraît linéaire et logique. Après la Révolution, au contraire, la recherche d’émotions dans la langue va conduire des écrivains à bousculer l’image rationnelle de la langue française classique, claire et ordonnée. Les auteurs vont vouloir « libérer » la langue de l’ordre et de la hiérarchie associés à l’Ancien Régime.

Mais à l’inverse, certaines préoccupations sont récurrentes, même si elles apparaissent dans des contextes différents. Par exemple, les débats sur la richesse ou la pauvreté de la langue française reviennent périodiquement. Depuis le XVIe siècle, les auteurs se demandent si la langue française doit s’ouvrir aux autres langues ou se refermer, si elle est capable de tout dire ou s’il faut essayer de pousser ses limites.

Une autre préoccupation revient sans cesse : la langue est-elle menacée ? Aujourd’hui, des auteurs s’inquiètent d’un grand nombre d’anglicisme, à la fin du XVIe siècle, c’est contre « l’italianisation » du français que certains auteurs luttent.

Des métaphores

A toutes les époques, la langue est pensée à partir de métaphores : plante, arbre, jardin « à la française », cuisine, mode vestimentaire ou plumage des oiseaux… la langue est vue comme vivante, organique, ou bien, en tension avec la pensée, comme son expression, fidèle ou trompeuse, transparente ou si ornée qu’elle concentre sur elle tous les regards.

Et des contacts

Et surtout, la langue française est pensée en relation avec les autres langues.

Le français met des siècles à s’émanciper du latin, il s’impose contre les langues régionales, il est en rivalité avec d’autres langues en Europe, il entre en conflit avec les langues des pays colonisés, il se métisse pour donner des créoles, qui à leur tour peuvent être choisis comme langue littéraire, ou encore, pour certains écrivains bilingues, il est utilisé en alternance avec une autre langue d’écriture, pour exprimer une facette différente de la personnalité de l’auteur. Ainsi le regard des écrivains sur la langue nous donne l’occasion de prendre conscience du plurilinguisme inhérent à toute expérience langagière.

Notions clés

Statut des langues : langue vulgaire / langue savante, langue vernaculaire / véhiculaire, langue maternelle / scolaire / officielle / seconde, bilinguisme, diglossie, créolisation

Registres de langue : français académique, français populaire, français régional, dialectes, argot, français oral, style, écriture

Représentation / imaginaire des langues : pauvreté / richesse, clarté / obscurité, universalité / diversité, bon usage, génie des langues, hiérarchie, raison, pensée, émotion, musicalité, expressivité, neutralité

Attitude des écrivains : révérence, défense, illustration, imitation, déplacement, surconscience, conflit, dualité, exil, acculturation, appropriation

 

 

Figures de la langue, choix d’écriture, prise de parole

Langue ou littérature ?

C’est à une interrogation sur la langue d’écriture, pour reprendre une expression qui revient souvent dans les études sur la littérature francophone – ou la francophonie littéraire, que l’on est ici convié.

Pour reformuler la question, les transformations que l’on peut identifier et nommer tels que des procédés de créolisation, d’interlangue, sont des créations des écrivains, et dans le même temps peuvent renvoyer à des phénomènes linguistiques qui ne relèvent pas uniquement de la littérature. Les identifier, les repérer, les cataloguer est-il le travail du linguiste ou du critique littéraire ? Est-ce qu’ils font bouger la langue ou la littérature en ce qu’elle s’autorise à représenter, dans son médium même, l’hétérogénéité constitutive d’un dialogisme que Todorov conçoit comme englobant les phénomènes linguistiques dans les processus plus larges du dialogisme des discours et des cultures ? Autrement dit, est-ce la langue dont la norme se pluralise ou bien l’écriture, qui ne se confond plus avec le modèle scolaire du bien écrire ?

Langue, style, écriture

Une première question qui se pose est justement celle de l’articulation entre langue et écriture, car si l’on récuse l’idée d’une « langue littéraire » qui serait distincte des parlers et serait constituée par la tradition comme une langue à part, qui tiendrait sa spécificité de son écart avec un usage supposé standard, on ne peut éviter, cependant, de se demander si ces altérations que l’on est tenté de rattacher à une pratique de la polyphonie venant faire éclater une langue une et monolithique, transforment véritablement la langue en tant que telle, ou si elles portent plutôt sur une des mises en œuvre possible de la langue à travers l’écriture. On serait alors tenté de rabattre cette diversité sur le style individuel de chaque écrivain, particularité pour ainsi dire inévitable et involontaire, comme la fécondité de son imagination ou sa manière d’être au monde.

Là, une tripartition proposée par Barthes dans le Degré zéro de l’écriture nous semble opérante, c’est celle qu’il fait entre langue, style et écriture. L’écriture se situe à l’articulation entre ce que Barthes appelle l’horizon de la langue, entendue comme une nécessité de nature historique, qui dépasse l’individu, et le style qui, dans sa verticalité, n’est pas plus choisi, mais constitue une contrainte intérieure. L’écriture, à la jonction des deux, se constitue, elle, dans un geste volontaire, par lequel l’écrivain se situe dans la société dont il fait partie. Ainsi, l’écriture selon Barthes relève toujours d’une éthique – le terme d’éthique ici nous est précieux en ce qu’il renvoie à la fois à la notion d’engagement sur des valeurs et de représentation de l’énonciateur dans son discours, dont il est garant et dont il doit pouvoir rendre compte (voir la notion de scénographie et de discours constituant de Maingueneau). L’écriture relèverait donc à la fois d’un positionnement idéologique et d’un travail de mise en scène d’auto-légitimation d’une prise de parole de l’écrivain ou de son représentant fictionnel. C’est à ce titre qu’elle peut dévoiler ou figurer un imaginaire de la langue ou des langues qui vient contester une certaine représentation de la langue littéraire, essentiellement définie par exclusion de ce qui n’est pas « elle ». Céline, dans un entretien, s’offusque qu’on lui ait un jour demandé s’il n’avait pas fait d’emprunts à Joyce, il s’emporte contre toute littérature « de traduction » et termine en disant qu’il a tout trouvé « dans le français lui-même », qui semble, dans ces mots, un fonds inépuisable, non le français académique déjà mort d’Amyot traducteur de Plutarque, mais celui de Rabelais, l’ouvreur de corps, l’ouvreur de langue. L’écriture, au sens plein, fait entendre la parole singulière, et trouve, dans le fonds de la langue ce que la tradition littéraire avait refoulé : le corps, le sexe, la folie. Ce n’est pas avec la raison qu’on fait des enfants, dit Céline. L’opposition faite par Céline entre Amyot et Rabelais n’est pas celle d’un puriste du XVIIe contre un Renaissant s’épanouissant dans le plurilinguisme, c’est celui d’un traducteur, qui conçoit la langue comme un réceptacle d’un contenu qui vient d’ailleurs, contre un créateur qui, avec la langue – dans toute sa polyphonie – construit un monde. C’est de la langue que sort le monde, par l’écriture.

Barthes, dans l’essai auquel on vient de faire référence, considère que pour qu’il y ait émergence d’une problématique d’écriture, il faut que la langue soit suffisamment fixée, il exclut donc toute problématique d’écriture avant 1650 – c’est donc seulement à l’époque classique que peut se mettre en place, selon lui, un choix relevant non de la fixation de la langue, mais des caractéristiques du discours littéraire – ou de l’écriture : effacement de la langue qui semble un outil transparent, et qu’il oppose à l’écriture bourgeoise qui, à la fin du XIXe siècle, mettra en avant le travail dont elle est le résultat, travail d’artisanat patient qui vient orner la langue. Contre cette écriture, viennent, toujours selon Barthes, se situer des tentatives aussi diverses que l’écriture blanche de Camus ou les parlers populaires de Céline et Queneau. Peut-on parler, aujourd’hui, d’une écriture francophone, qu’auraient en commun des écrivains de style très différents, mais qui réuniraient la même exigence de faire entendre dans le français la diversité des langues avec lesquelles le français est en contact ? Serait-on dans une époque où la diversification des français – français des Antilles, français d’Afrique, français du Québec – ferait éclater cet « horizon » en archipels où disparaitrait la problématique de l’écriture en autant d’îlots où reviendrait se poser la question du choix de variété de la langue que l’on institue par la littérature ?

Ecriture, verbe, parole

Une des références récurrentes est celle d’oralité, à laquelle les littératures francophones, par un atavisme culturel, feraient forcément retour. La question de l’oralité dans l’écriture est elle-même plurielle, et renvoie à des questions différentes : on ne s’arrêtera pas ici sur les genres littéraires relevant d’une tradition orale (genres narratifs, déclamatifs ou poétiques, qui ont leurs règles plus ou moins fixes et peuvent reposer sur un certain nombre d’énoncés formulaires), mais plutôt sur la revendication de faire entendre les parlers, dans leur diversité. La problématique ne naît pas avec la francophonie, mais avec la représentation de la diversité linguistique interne au français : français populaire, régional, archaïque, argotique… Mais il faut là encore distinguer des emplois extrêmement divers – allant de l’insertion entre guillemets de termes « colorés » ou « énergiques » fonctionnant comme des motifs décoratifs, détails pittoresques ajoutant, comme un trompe-l’œil une séduction à une représentation qui exhibe son cadre (ainsi chez Balzac), à une prise de position énonciative radicale (chez Céline qui oppose la langue morte du français académique à la langue argotique, seule vivante et seule capable de toucher directement à l’émotion). Cette revendication de Céline (Ma grande attaque contre le verbe) renvoie alors non à l’opposition entre écrit et oral, mais entre le verbe et la parole : comme chez Erasme qui attira les foudres catholiques en choisissant le terme de sermo plutôt que celui de verbum pour traduire le début de la Genèse. Il s’agit bien pour l’écrivain de faire entendre une parole – au sens où les linguistes opposent, depuis Saussure, la parole et la langue – comme émergence singulière d’une conscience et d’une voix adressée à quelqu’un – lecteur, auditeur – qui est le destinataire de ce message qui s’adresse à lui et cherche à le bouleverser. La question de la norme linguistique passe au second plan derrière celle du discours – en tant qu’il institue, à travers une langue qui peut être déformée, un rapport à l’autre qui passe outre les constructions culturelles, idéologiques et sociales selon la dialectique de L’Eloge de la folie qui clame, d’en bas, une vérité renversant les valeurs établies.

Écriture et plurilinguisme

Pluralité des langues, écriture en français

Nous envisageons ici la langue française à travers le prisme du rapport entre les langues et à travers celui du choix d’écriture.

Dimension historique

Colinguisme, plurilinguisme : le français a toujours été au contact d’autres langues.

On peut faire remonter les questions de représentation des langues les unes par rapport aux autres et spécifiquement du point de vue de leur valeur en tant que moyen d’expression littéraire au Moyen Âge, avec, par exemple la « défense et illustration » du roman par Benoît de Sainte-Maure. Le XVIe siècle où, comme l’écrit Boileau, on « parlait latin en français » est si riche de questionnements sur le français et les langues qu’on y reviendra souvent. La réflexion sur les règles de la communication, le choix d’un « usage commun » et sur l’identité linguistique des écrivains y est centrale. Certaines problématiques du XVIe siècle nous reviennent étonnamment modernes dans L’Eloge de la créolité et les revendications à la fois linguistiques et poétiques qui l’habitent.

Ouverture géographique

C’est à partir du XXe siècle que la question du choix d’une langue d’expression littéraire dans un contexte plurilingue s’est massivement ouverte au-delà des frontières hexagonales. La diversité des situations linguistiques des pays francophones, les mouvements migratoires, l’entrée dans l’écrit de langues jusqu’alors orales constituent autant de situations de contacts et de confrontations qui s’inscrivent dans l’œuvre et dans la vie des écrivains. Les textes autobiographiques où la question de l’identité linguistique est présentée comme essentielle à la constitution de l’œuvre littéraire abondent. Ils nous permettent d’approcher du laboratoire intérieur où les expériences langagières sont transformées et remodelées par l’écriture qui les formule. Leur exploration est passionnante pour qui s’intéresse à la fois à la langue française et aux processus d’écriture.

Le carnet s’intéresse à plusieurs dimensions du plurilinguisme :

LECTURES / AUTOUR DES OEUVRES

Représentation du français

par rapport aux autres langues pratiquées par les écrivains, que l’on se situe dans un contexte géographique plurilingue ou dans une dynamique de migration,

Parcours langagiers des écrivains

qu’ils aient une œuvre bilingue ou qu’ils aient le français comme seule langue d’expression littéraire,

Œuvres hétérolingues

c’est-à-dire proposant une représentation littéraire de la pluralité des langues.

Ce carnet propose de présenter ces questions pour elles-mêmes, à travers l’analyse d’œuvres réflexives d’écrivains confrontés à la pluralité des langues et cherchant à définir et donner sens à leur pratique en fonction de leur parcours personnel, de leur projet littéraire et des représentations qu’ils se font du français en tant que langue d’écriture.

 

ECRITURES / TRANSMISSION / APPRENTISSAGE

L’écriture et la construction – langagière – de soi

Nous proposons également de réfléchir à la manière dont l’acte d’écriture en lui-même peut constituer, pour un locuteur plurilingue, un travail de  construction de soi, en particulier dans le cadre de l’écriture autobiographique.

Réflexivité et formation

Dans cette perspective, nous nous rapprochons des démarches réflexives encouragées en didactique des langues à travers la tenue de journaux ou de carnet de formation ou l’écriture d’autobiographies langagières, comme c’est le cas dans le Master de didactique du français et des langues de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 où nous intervenons.

Contributions

Ainsi ce carnet pourra s’ouvrir à des textes personnels – réflexifs, autobiographiques, fictionnels poétiques – où des locuteurs, eux-mêmes plurilingues, pourront formuler leur propre cheminement dans l’adoption du français comme langue, sinon d’écriture littéraire, du moins d’expression et, dans certains cas, d’enseignement.

Expérimentations

Ce carnet permettra également de rendre comptes d’expériences pédagogiques d’écriture créative menées avec des étudiants plurilingues.