Archives de catégorie : Parutions

Annonces de parutions

Poétique des frontières. Une approche transversale des littératures de langue française (XXe-XXIe siècles) (2021)

Annonce de parution :

Poétique des frontières. Une approche transversale des littératures de langue française (XXe-XXIe siècles), dirigé par Patrick Suter et Corinne Fournier Kiss, Genève, MétisPresses, collection Voltiges, 2021, 384 p. ISBN 978-2-940563-94-4

Participant à l’organisation et à la mise en forme du monde, les frontières apparaissent également comme des lignes de forces dans de nombreuses œuvres littéraires. Périphériques ou centrales, statiques ou dynamiques, explicites ou implicites, pleines ou creuses, précaires ou tenaces, elles signalent des points de rupture ou des zones d’attraction dans les textes. Donnant lieu aux expériences les plus variées, elles engagent des formes et des esthétiques très différenciées.

À partir de cet objet commun, et en convoquant les débats récents sur la littérature mondiale, cet ouvrage invite à un voyage à travers les littératures de langue française. Il rejoint ainsi les préoccupations de la recherche contemporaine visant à décloisonner les différentes histoires littéraires nationales

Continuer la lecture de Poétique des frontières. Une approche transversale des littératures de langue française (XXe-XXIe siècles) (2021)

Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Annonce de parution : Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p.

ISBN : 9783643911216

Présentation des auteurs :

Les articles réunis dans cet ouvrage étudient des œuvres destinées à la jeunesse dans lesquelles une ou des langues constituent un enjeu littéraire. À l’instar de ce qui se passe dans la littérature « pour les grands », les langues y trouvent une place en tant qu’objet de la fiction.

La question est envisagée sous trois angles : l’apprentissage des langues comme apprentissage du monde ; le rapport entre langue(s) et identités ; les langues inventées et leur traduction.

Autant de pistes polyglottes qui sont explorées ici dans plusieurs genres et traditions : française et allemande, britannique et américaine, mais également belge et portugaise, polonaise, russe et tchèque, voire dans une perspective « weltlittéraire » (Knauth).

Continuer la lecture de Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection “Nouvelle poétique comparatiste” n°34, 2015.

ISBN 978-2-87574-267-4

Présentation de l’autrice :

L’ouvrage s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion depuis le nouveau millénaire, le plurilinguisme littéraire, et qui a pour originalité d’historiciser le propos en explorant une période charnière, la fin du XIXe siècle.

Aucun ouvrage existant n’est vraiment centré sur ce tournant du siècle, moment où la doxa de pureté de la langue et les esprits nationalistes tendent à promouvoir, voire à imposer l’idéal du monolinguisme et où, parallèlement, persiste à travers l’Europe et le monde un nombre important de situations et d’expérimentations diverses à contre-courant du monolinguisme puriste.

Continuer la lecture de Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Parution : Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue

Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019, coll. “Littérature hors-frontière”, 302 pages.

  • ISBN-10 : 2-37924-049-3
  • ISBN-13 : 978-2-37924-049-2
  • EAN-13 : 9782379240492

Présentation de l’éditeur :

Ce livre propose une lecture d’Agota Kristof à la lumière de sa situation d’écrivaine translingue.

Agota Kristof est une auteure pour laquelle le français est une langue apprise tardivement et par une démarche individuelle. L’ouvrage prend en compte l’ensemble de son œuvre, y compris ses poèmes hongrois, de publication récente, qui n’ont pas encore fait l’objet d’étude.

Le translinguisme, mode d’existence ainsi que thème constant de l’œuvre, constitue un accès privilégié aux textes. Il permet d’interroger les positionnements de l’auteure, les transformations de sa poétique, ses stratégies d’écriture, et de démontrer que l’expérience du changement de langue – de vie et d’écriture – a contribué de manière décisive à l’élaboration de la poétique de l’auteure.

Sara De Balsi est docteure en littérature française et comparée de l’université de Cergy-Pontoise. Son champ de recherche principal est la littérature translingue. Elle a publié une étude sur le théâtre d’Agota Kristof (Trois pièces d’Agota Kristof, Infolio, «Le Cippe», 2016, avec Rennie Yotova) et a codirigé l’ouvrage Le choix d’écrire en français. Études sur la francophonie translingue (Encrage, 2016, avec Cécilia Allard).

Sommaire

Avant-propos   
Introduction   

I. Comment devient-on Agota Kristof ?  

Un double écart. Kristof 
dans le champ littéraire français   
Une écrivaine « traduite »   
Élaboration d’une posture   

II. La langue et ses fictions  

La langue ennemie   
Un monolinguisme paradoxal   
Les voies de l’autotraduction   

III. Langues, genres et style  

Continuité des genres   
De l’imaginaire des langues 
à l’imaginaire des genres littéraires   
Poèmes et romans. Deux styles opposés ?  

IV. L’écrivaine isolée  

Isolement et paratopie   
Des scénographies déroutantes  
Une œuvre sans modèles ?   

V. Écrire la frontière 

Les représentations de la frontière   
Le franchissement de la frontière  
La frontière comme violence   

Conclusion   
Bibliographie   
Index  

Parution : Lise Gauvin, Le roman comme atelier. La scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains

Est paru un ouvrage de Lise Gauvin portant sur le personnage de l’écrivain  dans les romans d’auteurs francophones contemporains qui écrivent au contact de plusieurs langues et partagent de ce fait une sensibilité particulière à la langue, une “surconscience linguistique”. Le romancier fictif est le lieu d’une autoréflexivité, d’une mise en scène de l’écriture, et pose la question de la représentation de la création littéraire et des fonctions de l’écrivain. 

Le Roman comme atelier. La Scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains, Lise Gauvin, Karthala, 2019.

ISBN : 9782811126025.

Description complète

Les écrivains francophones ont en commun de se situer « à la croisée des langues », dans un contexte de relations conflictuelles – ou tout au moins concurrentielles – entre le français et d’autres langues de proximité. Ce qui engendre chez eux une sensibilité plus grande à la problématique des langues, soit une surconscience linguistique qui fait de la langue un lieu de réflexion privilégié, un espace de fiction voire de friction. Si cette surconscience linguistique se traduit dans plusieurs récits par une interrogation sur la fonction du langage, une autre forme d’autoréflexivité traverse également l’ensemble de la production romanesque. Il s’agit alors de représenter, à travers un personnage d’écrivain, le « pourquoi écrire » et d’inscrire dans la texture même du récit la problématique de l’écriture.

Ces « romanciers fictifs », doubles plus ou moins avoués de leurs auteurs, jalonnent les récits à la manière d’une figure récurrente dont les modalités renvoient à autant de variations autour du personnage de l’écrivain et de l’image publique qui lui est attachée. Quels sont leurs attributs et quelles fonctions leurs sont dévolues ? Quelles représentations de l’écriture sont ainsi projetées ? « Un roman pour moi, [confie Chamoiseau] c’est quelque chose qui se situe dans ma confrontation avec la grande question qui vaille, la seule question qui vaille : Qu’est-ce que la littérature ? ».

Cette question fondamentale, chacun des romanciers francophones contemporains que nous présentons dans cet ouvrage l’a réfléchie selon des modalités qui lui sont propres. Un entretien inédit de Patrick Chamoiseau clôt cet ouvrage.

Écrivaine, critique littéraire et professeure, Lise Gauvin a publié des ouvrages consacrés à la littérature québécoise et aux littératures francophones. Son essai intitulé La fabrique de la langue de François Rabelais à Réjean Ducharme (Éditions du Seuil, collection « Points/Essais », 2004 et 2011) a reçu une mention spéciale du jury du Grand Prix de la critique du PEN français.

Table des matières

Introduction : Le roman comme atelier

1. Patrick CHAMOISEAU : Le scribouilleur de l’impossible

2. Assia DJEBAR : La conteuse et la sœur

3. Réjean DUCHARME : Le chiffonnier

4. Maryse CONDÉ : Nomade et confidente

5. Alain MABANCKOU : L’autodidacte érudit

6. France DAIGLE : Un très éventuel personnage

7. Dany LAFERRIÈRE : De l’écrivain japonais à l’écrivain en pyjama

8. Marie-Claire BLAIS : L’observatrice militante

Conclusion : Écrire, disent-ils

Document : Entretien de Cayenne avec Patrick Chamoiseau : « Qu’est-ce que la littérature ? »

Parution : Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle/ Mapping multilingualism in 19th century european literatures – sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann.

Vient de paraître un recueil d’études en français et en anglais sur le plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle, portant sur des ensembles géographiques/linguistiques (Pologne, Bulgarie, Italie, Allemagne, Russie, Finlande) et des analyses croisées d’œuvres parues entre 1800 et 1880, soulignant les relations littéraires nouées par les textes, par-delà les frontières linguistiques ou nationales. 

Mapping Multilingualism in 19th Century European Literatures – Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle, sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann. Berlin-Münster-Wien-Zürich-London, LIT-Verlag, 2019.

ISBN : 978-3-643-91098-1

Contents / Sommaire :

Introduction : Close the Gap! Literary Multilingualism Studies and the 19th Century / « Close the Gap! » Pour une étude du plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle par Olga Anokhina, Till Dembeck, Dirk Weissmann 

PART I / IÈRE PARTIE : LANDSCAPES / PANORAMAS 

  • Monolingual City, Multilingual Voices: Polish Exile Writers in 19th Century Paris, par Jana-Katharina Mende 
  • L’espace littéraire bulgare au XIXe siècle : plurilinguisme
    d’écriture, monolinguisme de l’historiographie littéraire nationale, par Marie Vrinat-Nikolov 
  • Le plurilinguisme italien au XIXe : le siècle des contraires, par Emilio Sciarrino 
  • Poetry and Literary Language Barriers in Nineteenth-Century Italy: The Case of Three ‘Dialect Poets’, par Valentina Gosetti and Paul Howard 
  • Politics of Language, Politics of Genre, and Jewish Authorship: Multilingual Panegyric Odes and German ‘Mother Tongue’ Songs
    in Napoleonic Europe, par Kathrin Wittler 
  • La dimension plurilingue de la littérature germanophone au XIXe
    siècle : les langues étrangères comme palimpsestes chez quelques écrivains du canon (Heine, Büchner, George, Wedekind), par Dirk Weissmann 
  • Écrivains russes du XIXe siècle : écrivains plurilingues ? par Olga Anokhina 

PART II / IIÈME PARTIE : INDIVIDUAL ANALYSES / ANALYSES INDIVIDUELLES 

  • The Glory and Confusion of Babel : Jac. Ahrenberg and Multilingualism par Julia Tidigs 
  • Léon Tolstoï et Charles De Coster : poétique et politique de l’hétérolinguisme romanesque au XIXe siècle par Rainier Grutman 
  • Jens Baggesen or the Attempt to Write in “European” at the Beginning of the 19th Century, par Ana-Stanca Tabarasi-Hoffmann 
  • Passion with(out) Reason? Heliade Radulescu’s Work as a Case of Literary Multilingualism in the 19th Century Romanian Principalities, par Iulia Cosma 
  • Foreign Words in German Lyric Poetry: Heinrich Heine and August von Platen par Till Dembeck 
  • « Quelle langue parlais-je ? » : la genèse plurilingue des Illuminations d’Arthur Rimbaud par Esa Christine Hartmann 

Parution : Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. hétérolinguisme et lettres québécoises

Vient de paraître une nouvelle édition, revue par l’auteur, de son ouvrage de référence sur l’hétérolinguisme littéraire.

Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiques Garnier, 2019, 359 pages.

  • ISBN: 978-2-406-08095-4
  • ISSN: 2494-3975
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08097-8

Résumé: Par hétérolinguisme, on entend l’accueil réservé par la littérature à la diversité linguistique (qu’il s’agisse de langues étrangères ou de variétés de l’idiome principal). Comme l’illustre l’exemple du Québec, cette diversité est reliée à des enjeux majeurs, esthétiques aussi bien qu’identitaires.

La première édition, intitulée Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, est parue en 1997 à Montréal, (éditions Fides-CETUQ, coll. « Nouvelles études québécoises », 224 p.).

A la différence du bilinguisme ou du plurilinguisme, qui désignent le répertoire langagier des locuteurs, la notion d’hétérolinguisme permet de désigner des phénomènes de plurilinguisme à l’intérieur des textes littéraires. Il s’agit, selon Rainier Grutman, de « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (1997 : 37). L’étude de ces formes et de leurs enjeux dans les lettres québécoises est l’objet de cet ouvrage inspirant pour tous les chercheurs intéressés par les relations entre écriture et plurilinguisme.

Cette nouvelle édition, entièrement revue et mise à jour, parait dans la collection “Bibliothèques francophones” dirigée par Dominique Combe et Jean-Marc Moura.

Série Littérature québécoise, n° 1,
dirigée par Élisabeth Nardout-Lafarge et Alessandra Ferraro.

Parution : Alain Ausoni, Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi

Alain Ausoni, docteur de l’université d’Oxford et maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne, publie:

Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi, Genève, Slatkine Erudition, 2018.

ISBN : 978-2-05-102824-0

Extrait de la 4e de couverture et du sommaire :

Explorant des textes autobiographiques contemporains jugés significatifs, cet essai propose une cartographie des poétiques translingues et montre ce que la pratique d’une langue étrangère fait à l’écriture de soi.

Auteurs étudiés : Andreï Makine, Hector Bianciotti, Vassilis Alexakis, Nancy Huston, Agota Kristof et Katalin Molnár.

Parutions récentes : littérature, plurilinguisme et traduction

Olga Anokhina nous signale ces deux références consultables en ligne :

  • Revue COSMO : Comparative Studies in Modernism n°11 / 2017: Écrivains en transit. Translinguisme littéraire et identités culturelles | Scrittori in transito. Translinguismo letterario e identità culturali, a cura di Franca Bruera, Centro Studi Arti della Modernità, Università degli Studi Torino.

Sommaire et articles en téléchargement

http://www.ojs.unito.it/index.php/COSMO/issue/view/268

  • La main de Thôt n° 2 – Traduction, plurilinguisme et langues en contact (2014,  mis à jour à l’occasion de la  remise en ligne 2017)

La main de Thôt : Théorie, enjeux et pratiques de la traduction, est une revue scientifique multilingue de l’Université de Toulouse II – Le Mirail

Sommaire et articles en téléchargement :

http://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=87