Archives de catégorie : Actualités

Annonces scientifiques

Captations vidéos : Dialogue interdisciplinaire sur “les langues comme objets migrateurs” – 10 juin 2022 – Marseille


Journée d’études enregistrée le vendredi 10 juin 2022 au Centre de la Vieille Charité, Cinéma Le Miroir, à Marseille, diffusée sur la chaine Youtube des Musées de Marseille :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLok-Exu1uYxUEvtB8wz7mX9bdaSydGuLR

Coordination scientifique :

Muriel Molinié et Anne-Sophie Cayet Sorbonne Nouvelle, EA2288, DILTEC autour de l’œuvre de Marianne Mispelaëre dans le cadre de l’action “Nouveaux commanditaires

Un projet soutenu par la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso, la Fondation des Artistes, le FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec l’Académie d’Aix-Marseille, dans le cadre du grand réseau académique Marseille Vieux Port et de la politique académique de l’Éducation Prioritaire, L’Université Sorbonne Nouvelle, EA2288 DILTEC, Aix-Marseille Université (LPL et SUPFLES).

Médiation – production de la commande : thankyouforcoming.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-de%CC%81cran-2022-06-14-a%CC%80-13.04.49-355x500.png.

2e appel à proposition : Lire et écrire entre les langues : littérature, enseignement, traduction, création – Aix 15-16 juin 2023

COLLOQUE LÉEL les 15 et 16 juin 2023, Aix-en-Provence

Dépôt des propositions sur le site Sciencesconf des colloques LÉEL avant le 24 octobre  2023 : https://ecrire.sciencesconf.org/resource/page/id/6

APPEL A TELECHARGER ICI 

Mots clés : hétérogénéité énonciative ; hétérolinguisme ; plurilinguisme ; (auto)traduction ; ateliers d’écriture ; (recherche-)création ; transculture ; exophonie. 

Domaines : littératures ; didactique des langues et des cultures ; sociolinguistique ; traductologie, écriture et traduction créatives.

***

Comment écrire, comment donner à lire, à entendre mais aussi à dire jusque dans la classe le plurilinguisme inhéreant à notre monde urbanisé mondialisé (Calvet, 1994) mais aussi celui, moins étudié, des zones rurales (Cobbinah et al., 2016) ? C’est le dialogue entre la langue normée à diffusion internationale comme le français, l’anglais, l’arabe, l’espagnol, etc. et des langues qui leur semblent aux antipodes (à l’instar des langues orientales, africaines, océaniennes enseignées à l’Inalco), mais aussi entre les multiples variétés de langue, sociales (Gadet, 2007) et topiques (Likacheva-Philippe, 2010), que nous nous proposons d’explorer dans les colloques LÉEL (Lire et écrire entre les langues), à la fois dans son expression littéraire et dans ses exploitations pédagogiques. Dialogue qui ne va évidemment pas sans heurts, la littérature portant elle aussi le témoignage des rapports de dominations exercés dans la société (Giordan, Ricard & Balibar, 1976) ou d’histoires familiales ou personnelles mouvementées, tant au sein de la francophonie (Spaëth, 2018) où le français se décline sous des formes variées, trop souvent invisibilisées, que dans d’autres sphères géolinguistiques. Que ce soit dans l’exploration des corpus littéraires ou des expériences pédagogiques de création plurilingue, c’est donc aussi ce « bruissement de la langue » (Barthes, 1984) et ce plurilinguisme interne aux langues, que les colloques LÉEL cherchent à promouvoir. Ce plurilinguisme interne concerne certes le français, dont le singulier masque la diversité géolinguistique des variantes régionales comme nationales, autant de manifestations de l’hétérogénéité langagière (Glissant, 1995) propre à l’espace francophone, auquel aucun locuteur n’échappe (Derrida, 1996), mais aussi toutes les autres langues dominantes. 

La première édition d’Écrire entre les langues : littérature, enseignement et traduction (Inalco, 2021) ayant été entravée par la crise sanitaire et n’ayant pu se tenir qu’à distance avec un nombre d’intervenant.e.s réduit, l’édition 2023 en constituera le deuxième volet, prolongeant la réflexion autour des axes préalablement définis.

Axe 1 : L’hétérolinguisme en littérature : situations, représentations, traductions, création

Mots clefs : hétérolinguisme ; littérature translingue ; francophonies ; approche anthropologique ; sociolinguistique du contact ; traductologie ; numérique.

Cet axe porte principalement sur le corpus, texte et œuvre hétérolingue. La dimension plurilingue, hétérolingue (Grutman, 1997) ou translingue (Kellman, 2000) de la création littéraire francophone fait l’objet d’études de plus en plus nourries. On la retrouve du côté de la littérature comparée (Porra 2011), des études d’orientation discursive (Suchet, 2014), traductologiques (Ferraro et Grutman, 2016) ou encore de la génétique textuelle (Anokhina et Sciarrino, 2018). Ces études littéraires du champ contemporain en France (Ausoni, 2018 ; Marchand et Roux, 2019), en Europe (De Balsi, 2019) ou dans l’espace postcolonial (Moura, 1999) font écho ‒ de la glottocritique (Bernabé 1982) à la sociolinguistique critique (Heller, 2002 ; Boutinet 2017 ; Prudent, 2003 ; Faye 2010) en passant par l’analyse du discours (Maingueneau, 2006) ‒ à celles et ceux qui ont cherché et cherchent encore à dévoiler (voire subvertir) la question du pouvoir propre au langage.

Les écrivains, qu’ils aient grandi dans un environnement plurilingue et diglossique, qu’ils aient changé de langue par choix ou de manière subie, dans « l’exil ou l’errance » (Bonnet, 2007), peuvent adopter des postures diverses, écrire en une seule langue, normée ou non, dans leur langue maternelle ou en choisissant l’exophonie, ils peuvent « penser entre les langues » (Wismann, 2012) ou en « plus d’une langue » (Derrida, 1996 ; Cassin, 2012) ou encore créer une langue étrangéisée (Pejoska, 1995). L’espace numérique dessine pour la « littérature numérique » (Bouchardon, 2014) un autre territoire, plurisémiotique et multimodal, où le plurilinguisme est susceptible d’occuper une place de choix (Kuznierz, 2018 ; Bigot et Maillard de la Corte-Gomez, 2020). Pour donner la place qu’elles méritent aux voix singulières de robinsons (Ausoni, 2018) et aux langues minorées, en décentrant le regard vers d’autres aires géolinguistiques, les contributions portant sur des aires géolinguistiques autre que la francophonie seront les bienvenues. Ces textes plurilingues et les créations numériques (Leleu-Merveil, 2005) font résonner et tissent la pluralité des langues de façon diverse (Gauvin, 1999), en fonction de projets esthétiques, poétiques, linguistiques, culturels, politiques, qui sont à contextualiser. Ils témoignent de parcours qui peuvent être exemplaires et formateurs (Godard et Suchet, 2015) tant pour les apprenant.e.s que pour les enseignant.e.s de langue ou encore les participant.e.s à un atelier plurilingue thérapeutique (Greaves & Stefano, 2018).

Découvrir ces auteurs.rices et leurs œuvres, éclairer leurs pratiques de création avec/dans/entre/autour de la/des langue/s, donner des outils d’analyse, de compréhension et de réflexion, mais aussi penser la multiplication des recherches sur un phénomène qui pourtant n’est pas nouveau (Denti, 2017), tels sont les objectifs de ce premier axe.

Comment se manifeste l’hétérolinguisme en littérature dans les espaces francophones ? dans d’autres aires géolinguistiques ? dans l’espace numérique, francophone ou non ? Quels enjeux esthétiques lui sont associés ? Dans quelle mesure l’écrivain.e exprime-t-il dans son œuvre par cet hétérolinguisme des frictions ou tensions entre les langues individuelles ou sociales ? Comment la multimodalité et le plurisémiotisme inhérents au numérique modifient-ils la mise en “écriture” de l’hétérolinguisme ? Comment se mêlent les différentes voix et langues dans les formes littéraires et narratives propres à la littérature numérique ? Quel rôle joue – ou ne joue pas – la traduction dans la création d’œuvres plurilingues ? Comment celles-ci sont-elles traduites ? Quelle place occupe la traduction dans les ateliers plurilingues thérapeutiques ? Dans une dynamique cherchant à associer théorie et pratique artistique, comment la recherche peut-elle alimenter la création, et vice-versa, dans une dynamique propre à la recherche-création (Gosselin et Le Coguiec, 2006) ? Voilà quelques questions, non exhaustives, auxquelles les contributeurs et contributrices seront invité.e.s à répondre dans cet axe.

Axe 2 : Créativité plurilingue en (didactique des) langues : démarches, objectifs, expériences

Mots clefs : recherche-création ; traduction créative ; auto-traduction ; plurilinguisme ; créativité ; atelier d’écriture ; biographie langagière ; interculturel, numérique.

Ce deuxième axe s’oriente essentiellement vers les pratiques artistiques, pédagogiques ou thérapeutiques. L’expérience plurilingue, considérée comme un ferment de créativité dans le domaine littéraire et artistique (Anokhina, 2012) se trouve, en didactique des langues et du plurilinguisme (Candelier, 2008), nourrir de nombreux projets qui visent à développer les compétences langagières à travers un usage sensible et créatif des langues (Aden, 2012). À distance des approches fonctionnelles et communicatives qui envisageaient la langue comme système ou comme outil, ou de manière complémentaire avec elles, les ateliers créatifs qui puisent dans les ressources linguistiques et plurilingues des apprenants se multiplient (écriture créative, improvisation, théâtre, poésie, slam, kamishibaï, vidéo ou chanson…). Ils s’appuient sur une didactique qui privilégie les dimensions esthétique, expérientielle, émotionnelle, du langage (Eschenauer, 2014) ou qui vise une épistémologie de la relation à travers l’expérience vécue (Castellotti, 2017). De même la recherche-création (ou en anglais art-based approaches, practice as research, etc.) ouvre la recherche sur d’autres pratiques (Paquin et Noury, 2018), notamment dans le cadre de la littérature numérique (Saemmer, 2015), dont la pédagogie de la créativité pourrait utilement se nourrir.

Ces démarches entrent en résonance avec les corpus littéraires plurilingues, soit parce qu’elles s’en inspirent directement, dans un mouvement de lecture-écriture, soit qu’elles en rejoignent les présupposés, les enjeux ou les effets. Selon les cas, il s’agira de développer une relation sensible à une langue nouvelle ou de jouer avec les contraintes linguistiques et les passages de langue, articulant conscience linguistique et expérience langagière (Aboab, Allaneau-Rajaud, Godard & Woerly, 2020). Ou bien encore il s’agira d’insérer les ateliers d’écriture plurilingue dans les démarches biographiques (Mathis, 2016 ; Dompmartin-Normand, 2016), pour inaugurer une forme de réflexivité sur le parcours langagier ou migratoire, et redonner dans le système éducatif toute sa place à l’identité de l’apprenant (Cummins et al., 2005). Les contributions de ce deuxième axe consacré à la créativité plurilingue en didactique des langues permettront d’en explorer le fonctionnement à travers des analyses de dispositifs et de productions aussi bien que des restitutions de projets ou la participation à des ateliers. Un format « performance » est aussi proposé, pour se saisir de la réflexion scientifique du colloque à des fins créatives, comme cela a été fait lors du premier colloque Écrire entre les langues, slamé lors de la clôture (Dangers et Diop, à paraître).

Suivant quelles modalités mener des ateliers d’écriture créative et traductive plurilingues et à quelles fins ? Quels ateliers proposer aux migrants, aux primo-arrivants ou à l’hôpital (Greaves, 2017) ? Comment ouvrir ces ateliers à l’écriture numérique ? À partir de quel cadre épistémologique aborder en didactique des langues ces ateliers de pratiques artistiques ? Comment faire émerger par ces pratiques une œuvre artistique, individuelle ou collaborative, notamment en littérature numérique ? Quel positionnement pour l’enseignant.e/animateur.rice ? En quoi et comment ce matériau littéraire pourrait-il être un levier d’enseignement-apprentissage en didactique du français et des langues ? Quelle formation dispensée aux enseignant.e.s pour qu’ils.elles se saisissent de ces œuvres ? Quelle place pour la littérature numérique plurilingue en classe ? Comment créer en faisant de la recherche sur l’hétérolinguisme ou faire de la recherche en créant ? Comment faire œuvre autour des questions abordées par le colloque, dans une démarche de recherche-création ? Autant de questions parmi d’autres pouvant être abordées dans l’axe 2. 

Modalités de dépôt : avant le 24 octobre 2023

Les propositions de d’intervention seront rédigées en français ou en anglais et comprendront environ 500 mots (hors titre et bibliographie). Elles mentionneront clairement l’axe choisi, la thématique principale abordée et le type de format choisi (communication orale, poster, atelier, retour d’atelier, performance) ainsi que 5 mots-clés. Elles sont à déposer sur Sciencesconf pour une évaluation en double aveugle le 24 octobre 2022 au plus tard.

Formats possibles 

Remarque : bien que le colloque puisse être suivi en visio, les interventions devront se faire uniquement en présentiel.    

– Communication orale (20 minutes + 10 minutes d’échanges) : exposition des résultats d’une recherche

–  Retour d’atelier (20 minutes + 10 minutes d’échanges) : présentation d’un dispositif d’atelier d’écriture/traduction hétérolingue

–  Poster : présentation en format affiche d’une recherche

–  Atelier (1h30 ou 3h) : animation d’un atelier d’écriture/traduction hétérolingue

–  Performance (durée à voir en fonction de la proposition) : “carte blanche” à partir des thématiques du colloque. Bien préciser les conditions de réalisation de la performance.

Symposium Langue et Mouvement – 16-17 septembre 2022 – Bordeaux

Événement gratuit proposé par BOOKS ON THE MOVE

Les 16 et 17 septembre 2022
A la Manufacture CDCN-Bordeaux
INSCRIPTION OBLIGATOIRE (voir lien ci-dessous)

Dans le cadre du projet moving words in space, Books on the Move organise deux journées de rencontres et de partage autour de pratiques artistiques et pédagogiques langue & mouvement.

Moving words in space propose un dialogue continu entre le mouvement dansé et les mots qui commencent à peine à trouver leurs propres formes dans le corps et dans l’espace : de quelles manières une langue qui nous est encore inconnue ou peu familière peut-elle commencer à faire sens alors que nous sommes en mouvement ? Comment peut-elle résonner dans le corps et initier une danse ? Comment une langue étrangère, d’usage, maternelle, ou officielle… chemine t-elle dans le corps en mouvement ?

Ce symposium réunit des spécialistes et non-spécialistes, des artistes, des chercheur·ses, des enseignant·es, pour partager approches, pratiques et expériences de la langue et du mouvement.
Le symposium est ouvert aux étudiant·es, élèves, artistes, pédagogues, chercheur·ses, danseur·ses, artistes et toutes personnes curieuses.
Les inscriptions se font ici. Les ateliers sont ouverts à toutes et tous, avec ou sans pratique préalable du mouvement.

Informations, programme complet à télécharger et inscription :

https://www.booksonthemove.fr/symposium-langue-et-mouvement/

Programme :

Continuer la lecture de Symposium Langue et Mouvement – 16-17 septembre 2022 – Bordeaux

Appel : Colloque pluridisciplinaire “Lire et écrire entre les langues” – 15-16 juin 2023 – Aix en Provence

 LES COLLOQUES LÉEL (2021-2028)

Mots clés : hétérogénéité énonciative ; hétérolinguisme ; plurilinguisme ; (auto)traduction ; ateliers d’écriture ; (recherche-)création; transculture ; exophonie. 

Domaines : littératures ; didactique des langues et des cultures ; sociolinguistique ; traductologie, écriture et traduction créatives.

ACTUALITE :

La deuxième édition du colloque Lire et écrire entre les langues aura lieu à Aix-en-Provence les 15 et 16 juin 2023.

Dépôt des propositions d’intervention :

https://ecrire.sciencesconf.org/

Présentation

Comment écrire, comment donner à lire, à entendre mais aussi à dire jusque dans la classe le plurilinguisme inhérent à notre monde urbanisé mondialisé (Calvet, 1994) mais aussi celui, moins étudié, des zones rurales (Cobbinah et al., 2016) ? C’est le dialogue entre la langue normée à diffusion internationale comme le français, l’anglais, l’arabe, l’espagnol, etc. et des langues qui leur semblent aux antipodes (à l’instar des langues orientales, africaines, océaniennes enseignées à l’Inalco), mais aussi entre les multiples variétés de langue, sociales (Gadet, 2007) et topiques (Likacheva-Philippe, 2010), que nous nous proposons d’explorer dans les colloques LÉEL (Lire et écrire entre les langues), à la fois dans son expression littéraire et dans ses exploitations pédagogiques. Dialogue qui ne va évidemment pas sans heurts, la littérature portant elle aussi le témoignage des rapports de dominations exercés dans la société (Giordan, Ricard & Balibar, 1976) ou d’histoires familiales ou personnelles mouvementées, tant au sein de la francophonie (Spaëth, 2018) où le français se décline sous des formes variées, trop souvent invisibilisées, que dans d’autres sphères géolinguistiques. Que ce soit dans l’exploration des corpus littéraires ou des expériences pédagogiques de création plurilingue, c’est donc aussi ce « bruissement de la langue » (Barthes, 1984) et ce plurilinguisme interne aux langues, que les colloques LÉEL cherchent à promouvoir. Ce plurilinguisme interne concerne certes le français, dont le singulier masque la diversité géolinguistique des variantes régionales comme nationales, autant de manifestations de l’hétérogénéité langagière (Glissant, 1995) propre à l’espace francophone, auquel aucun locuteur n’échappe (Derrida, 1996), mais aussi toutes les autres langues dominantes. 

Chaque colloque LÉEL réunira ainsi des chercheur.e.s. mais aussi des enseignant.e.s et/ou animateurs.rices d’ateliers d’écriture, traducteurs.trices, artistes français et étrangers engagé.e.s dans la recherche, la création, la traduction et la transmission. Ils.elles interviendront sous la forme de conférences plénières, de communications en sessions parallèles et de posters, mais aussi d’ateliers créatifs, de retours d’atelier et de performances. Grâce à ces événements scientifiques, nous espérons construire des collaborations plus étroites entre les universités organisatrices et leurs partenaires, les acteurs locaux, les artistes, autour de la création littéraire plurilingue, en faisant vivre le dialogue entre recherche, création, enseignement et formation

Genèse : du colloque Écrire entre les langues à la convention LÉEL

Une des dimensions de la création littéraire tient à la conscience des langues, qu’il s’agisse de la diversité des langues en contact ou des variétés d’une même langue. Ce « dialogue des langues » est riche d’une immense potentialité poétique et narrative : l’explorer est au cœur du Concours Inalco de la nouvelle plurilingue (concours soutenu par l’Organisation internationale de la francophonie), imposant comme contrainte linguistique d’écrire en plus d’une langue, soit d’employer au moins une autre variété linguistique que le « français normé »,  entendu comme une variété de français parmi d’autres, élevée au statut de norme par le truchement de « l’idéologie du standard » (Gadet, 2007 : 27-31). En raison de son ouverture au monde (près de cent langues y sont enseignées, dont de nombreuses langues communément désignées comme « rares » pour « rarement enseignées » (Doehler, 2010)), l’Inalco se prêtait mieux qu’aucun autre lieu à accueillir en 2020 un tel concours. Sa première édition a été suivie d’une deuxième sur le thème « Langues en danger » ; puis d’une troisième édition (2022) sur le thème « Langues en germe » (appel en cours jusqu’au 15 septembre) autour des enjeux écologiques et écopoétiques.

Pour inscrire cet événement dans une réflexion scientifique, un premier colloque Écrire entre les langues : littérature, enseignement, traduction a été organisé les 14 et 15 juin 2021 à l’Inalco, sous l’égide de plusieurs laboratoires et services universitaires : le Plidam-EA 4514 à l’Inalco, le Diltec-EA 2288 & Thalim-UMR 7172 à l’Université Sorbonne Nouvelle, le LPL-UMR 7309 & SUPFLES à Aix-Marseille Université ainsi que le Cirpall-EA 7457 à l’Université d’Angers. L’objectif était, et demeure, de questionner plus avant cette hétérogénéité linguistique – qui participe au renouvellement des recherches sur le dialogisme, l’intertextualité et la polyphonie, notamment dans ses prolongements pédagogiques et didactiques (Auger, 2007 ; Blanchet, 2009).

De ce premier événement à la fois scientifique et culturel est née une fructueuse dynamique collective qui a permis d’élargir ce premier cercle à un réseau plus vaste réunissant dans le cadre de la convention LÉEL (Lire et écrire entre les langues) de nouveaux laboratoires de France et de Suisse : le LERMA (Aix-Marseille Université), LITT&ARTS (Université de Grenoble), ELL2 (Université de Lausanne) et LPIC (la Haute école pédagogique du canton de Vaud), tous engagés dans les mêmes problématiques, en confortant l’ouverture à d’autres sphères géolinguistiques. Ils ont décidé de mettre en commun leurs compétences respectives et de formaliser leur collaboration par une convention de collaboration de recherche encadrant le projet intitulé « Lire et écrire entre les langues : littérature, enseignement, traduction, création » (acronyme : « LÉEL »). Ce projet, s’inscrivant dans une durée de cinq ans, vise à développer et partager, dans un cadre interdisciplinaire et international, des dispositifs et des activités de recherche, de recherche-action et de recherche-création autour du plurilinguisme littéraire, de l’enseignement de la littérature en contexte plurilingue ou d’ateliers d’écriture et de traduction créatives dans une démarche transculturelle. Les colloques LÉEL ont une fréquence d’une fois tous les deux ans.

***

La première édition d’Écrire entre les langues : littérature, enseignement et traduction (Inalco, 2021) ayant été entravée par la crise sanitaire et n’ayant pu se tenir qu’à distance avec un nombre d’intervenant.e.s réduit, l’édition 2023 en constituera le deuxième volet, prolongeant la réflexion autour des axes préalablement définis, affinés depuis lors.

Formats d’intervention possibles :

–        Communication scientifique (20 minutes + 10 minutes d’échanges) : exposition des résultats d’une recherche

–        Retours d’ateliers (20 minutes + 10 minutes d’échanges) : présentation d’un dispositif d’atelier d’écriture

–        Poster : présentation en format affiche d’une recherche

–        Ateliers (1h30 ou 3h) : animation d’un atelier d’écriture hétérolingue

–        Performance (à voir en fonction de la proposition) : carte blanche à partir des thématiques du colloque. Bien préciser les conditions de réalisation de la performance.

Dépôt des propositions d’intervention :

https://ecrire.sciencesconf.org/

Journée d’études “Autobiographies langagières” 24 juin 2022 – Paris 8

NOTIONS, FORMES, DISPOSITIFS

Journée d’études :

VENDREDI 24 JUIN 2022, DE 9H À 17H45
UNIVERSITÉ PARIS 8 , AMPHI MR 002

Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

et à distance 
Inscription sur le site de la journée d’études :

Entrée libre mais inscription obligatoire avant le jeudi 23 juin 
Le lien de connexion sera envoyé aux personnes inscrites en ligne. 

Pour plus d’informations :

http://journee-al-p8-auth.web.auth.gr/index.php

L’autobiographie langagière (AL) est un outil largement connu en Didactique des langues (DDL). Au cours de ces dernières années, à travers différents projets européens, recherches-action dans des collèges et lycées de Seine-Saint-Denis, des associations de formation de migrant.e.s, ainsi qu’à l’Université Paris 8, nous en avons élaboré un dispositif d’intervention pédagogique qui se développe dans la durée.

Programme ci-dessous :

Continuer la lecture de Journée d’études “Autobiographies langagières” 24 juin 2022 – Paris 8

Écrire – traduire – accueillir : savoir-faire avec les différences – 16 juin 2022 – Grenoble

Journée d’études, 16 juin 2022, 9h30-17h, Université Grenoble Alpes, Maison des langues, salle Jacques Cartier.

Cette journée a le double objectif de prolonger les réflexions sur l’hospitalité et l’accueil actuellement soulevées par les recherches pluridisciplinaires sur les phénomènes de migration, et d’explorer des réflexions théoriques et pratiques sur la traduction culturelle, et notamment littéraire.

  • Dans une approche de « recherche-action » seront abordés l’action de l’association Maisons de la sagesse-Traduire (fondée en 2017 par Barbara Cassin et Danièle Wozny) et les enjeux de la traduction dans une perspective d’accueil et d’accompagnement, avec des professionnel·le·s intervenant dans les milieux associatif et universitaire.
  • Une réflexion pluridisciplinaire sera menée sur l’écriture et la traduction littéraires en contexte plurilingue .

Le point de départ de cette journée est l’édition bilingue (français/anglais) du « proème » Clamor/Clameur (2021) de Hocine Tandjaoui, écrivain né en Algérie en 1949 et vivant à Paris. Il sera présent, ainsi que ses deux traductrices, Olivia C. Harrison (University of Southern California) et Teresa Villa-Ignacio (Stonehill College).

La journée est coportée par Myriam Geiser (ILCEA4), Laura Reeck (Professeure invitée au sein de l’ILCEA4 et de Litt&Arts, Allegheny College) et Pascale Roux (Litt&Arts), cette journée s’inscrit dans le programme « Atelier de traduction-création » de la SFR Création (Université Grenoble Alpes).

Programme : https://litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/sites/litt-arts/files/Mediatheque/je_ecrire-traduire-accueillir_ilcea4_programme.pdf

Contact :
myriam.geiser@univ-grenoble-alpes.fr / lreeck@allegheny.edu / pascale.roux@univ-grenoble-alpes.fr

Dialogue interdisciplinaire sur “les langues comme objets migrateurs” – 10 juin 2022 – Marseille

Journée d’études vendredi 10 juin 2022

Coordination scientifique :

Muriel Molinié et Anne-Sophie Cayet Sorbonne Nouvelle, EA2288, DILTEC autour de l’œuvre de Marianne Mispelaëre dans le cadre de l’action “Nouveaux commanditaires

Centre de la Vieille Charité – Cinéma le Miroir, Marseille

Un projet soutenu par la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso, la Fondation des Artistes, le FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec l’Académie d’Aix-Marseille, dans le cadre du grand réseau académique Marseille Vieux Port et de la politique académique de l’Éducation Prioritaire, L’Université Sorbonne Nouvelle, EA2288 DILTEC, Aix-Marseille Université (LPL et SUPFLES).

Médiation – production de la commande : thankyouforcoming.

Cette journée d’étude lance le réseau de recherches Plurilinguisme, Arts, Didactique et Sociétés (PArDIS!), émergeant au sein du laboratoire de Didactique des Langues, des Textes et des Cultures (DILTEC – EA2288) dans des partenariats qui, depuis 2018, donnent une place centrale aux mises en relation entre plurilinguisme, narrations artistiques et littérature (Anne Godard), danse (Nathalie Borgé), créations plurilittératiées (Muriel Molinié, Danièle Moore, etc.), philosophie (Anne-Sophie Cayet) afin de rendre visible l’expérience plurilingue et interculturelle des acteurs, au cœur même de la Cité. Les créations et productions d’élèves, d’étudiants ou encore d’enseignants en formation sont centrales dans ces actions. Elles le sont d’autant plus dans les ateliers menés par l’artiste contemporaine Marianne Mispelaëre, sur la question « des langues comme objets migrateurs », auprès d’adolescents plurilingues de l’Académie d’Aix- Marseille.

Continuer la lecture de Dialogue interdisciplinaire sur “les langues comme objets migrateurs” – 10 juin 2022 – Marseille

Poétique des frontières. Une approche transversale des littératures de langue française (XXe-XXIe siècles) (2021)

Annonce de parution :

Poétique des frontières. Une approche transversale des littératures de langue française (XXe-XXIe siècles), dirigé par Patrick Suter et Corinne Fournier Kiss, Genève, MétisPresses, collection Voltiges, 2021, 384 p. ISBN 978-2-940563-94-4

Participant à l’organisation et à la mise en forme du monde, les frontières apparaissent également comme des lignes de forces dans de nombreuses œuvres littéraires. Périphériques ou centrales, statiques ou dynamiques, explicites ou implicites, pleines ou creuses, précaires ou tenaces, elles signalent des points de rupture ou des zones d’attraction dans les textes. Donnant lieu aux expériences les plus variées, elles engagent des formes et des esthétiques très différenciées.

À partir de cet objet commun, et en convoquant les débats récents sur la littérature mondiale, cet ouvrage invite à un voyage à travers les littératures de langue française. Il rejoint ainsi les préoccupations de la recherche contemporaine visant à décloisonner les différentes histoires littéraires nationales

Continuer la lecture de Poétique des frontières. Une approche transversale des littératures de langue française (XXe-XXIe siècles) (2021)

Journée d’études «Traduire les récits d’objets »

Mardi 22 mars 2022 | 9h00 /17h00

Amphi MR 002 | Maison de la Recherche de l’Université Paris 8 

Organisée par le Laboratoire Arts des images et art contemporain (AIAC) de l’Université de Paris 8, en collaboration avec Maisons de la Sagesse-Traduire (MdS-Traduire)

Continuer la lecture de Journée d’études «Traduire les récits d’objets »

14-15 juin 2021 – Ecrire entre les langues – colloque international en ligne

Colloque co-organisé par les équipes PLIDAM de l’INALCO, DILTEC et THALIM de l’Université Sorbonne Nouvelle, LPL et SUFLE de Université Aix-Marseille, CIRPALL de l’Université d’Angers, avec le soutien de l’OIF, de l’UNESCO, de l’Institut du Tout-Monde, de la Maison des Ecrivains et de la Littérature et de la Maison de la Poésie

Ce colloque international explore l’imaginaire des langues dans l’écriture à travers des dispositifs littéraires, d’enseignement des langues et de traduction créative.

Continuer la lecture de 14-15 juin 2021 – Ecrire entre les langues – colloque international en ligne

Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Annonce de parution : Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p.

ISBN : 9783643911216

Présentation des auteurs :

Les articles réunis dans cet ouvrage étudient des œuvres destinées à la jeunesse dans lesquelles une ou des langues constituent un enjeu littéraire. À l’instar de ce qui se passe dans la littérature « pour les grands », les langues y trouvent une place en tant qu’objet de la fiction.

La question est envisagée sous trois angles : l’apprentissage des langues comme apprentissage du monde ; le rapport entre langue(s) et identités ; les langues inventées et leur traduction.

Autant de pistes polyglottes qui sont explorées ici dans plusieurs genres et traditions : française et allemande, britannique et américaine, mais également belge et portugaise, polonaise, russe et tchèque, voire dans une perspective « weltlittéraire » (Knauth).

Continuer la lecture de Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection “Nouvelle poétique comparatiste” n°34, 2015.

ISBN 978-2-87574-267-4

Présentation de l’autrice :

L’ouvrage s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion depuis le nouveau millénaire, le plurilinguisme littéraire, et qui a pour originalité d’historiciser le propos en explorant une période charnière, la fin du XIXe siècle.

Aucun ouvrage existant n’est vraiment centré sur ce tournant du siècle, moment où la doxa de pureté de la langue et les esprits nationalistes tendent à promouvoir, voire à imposer l’idéal du monolinguisme et où, parallèlement, persiste à travers l’Europe et le monde un nombre important de situations et d’expérimentations diverses à contre-courant du monolinguisme puriste.

Continuer la lecture de Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Concours inalco de la nouvelle plurilingue

La 1ère Edition 2020 du concours Inalco de la nouvelle plurilingue est lancée !

Le concours Inalco de la nouvelle plurilingue 2020, destiné aux étudiants francophones du monde entier, s’honore d’un très beau double parrainage avec la participation de deux écrivains francophones, Yasmine Khlat et Jean-Simon DesRochers.

Organisé dans le cadre de l’initiative éponyme de l’Organisation internationale de la francophonie, qui vise à promouvoir les différentes variétés de français et le multilinguisme dans l’espace francophone, le thème de cette année est :

Langues en dialogue

Continuer la lecture de Concours inalco de la nouvelle plurilingue

Annonce : séminaire DILTEC Ecriture « Les ateliers d’écriture dans les DU : un lieu de subjectivation de/dans la langue »

La quatrième séance du séminaire transversal du DILTEC « Ecritures » aura lieu jeudi 12 mars de 14h30 à 17h30

Maison de la Recherche – 4 rue des Irlandais, Paris 5e – salle Mezzanine.

Virginie Allaneau-Rajaud & Donatienne Woerly : « Les ateliers d’écriture dans les DU : un lieu de subjectivation de/dans la langue »

L’objectif de cette séance est de présenter la pérennité et la variété des ateliers d’écriture créative au département DFLE, et les recherches auxquelles ils sont liés. Les ateliers sont devenus depuis plusieurs années des lieux de recherche-action, notamment autour du plurilinguisme. La démarche choisie implique un rapport holistique à l’appropriation de la langue, qui passe par une subjectivation de/dans la langue.

La séance sera centrée sur l’analyse de corpus réunis dans le cadre des ateliers menés depuis 2017 au DULF et au DUEF, autour de la conscience linguistique et de l’expérience langagière. On évoquera la question de la posture de l’enseignant/animateur de l’atelier et celle de la socialisation des textes. A partir de l’analyse des corpus, on s’interrogera sur le statut des écrits de soi, entre autobiographie, intertextualité et émergence d’une voix propre en langue étrangère.

Annonce : colloque international “Les langues dans la famille” 26-28 mars 2020, Paris

Colloque international et pluridisciplinaire :

“Les langues dans la famille : attitudes, usages, politiques, histoires”

26-28 mars 2020, à Paris (Sorbonne et INALCO)

Organisation Sorbonne-Nouvelle Paris 3, Descartes-Paris 5, INALCO et Université Paul Valéry de Montpellier.

Continuer la lecture de Annonce : colloque international “Les langues dans la famille” 26-28 mars 2020, Paris

Parution : Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue

Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019, coll. “Littérature hors-frontière”, 302 pages.

  • ISBN-10 : 2-37924-049-3
  • ISBN-13 : 978-2-37924-049-2
  • EAN-13 : 9782379240492

Présentation de l’éditeur :

Ce livre propose une lecture d’Agota Kristof à la lumière de sa situation d’écrivaine translingue.

Agota Kristof est une auteure pour laquelle le français est une langue apprise tardivement et par une démarche individuelle. L’ouvrage prend en compte l’ensemble de son œuvre, y compris ses poèmes hongrois, de publication récente, qui n’ont pas encore fait l’objet d’étude.

Le translinguisme, mode d’existence ainsi que thème constant de l’œuvre, constitue un accès privilégié aux textes. Il permet d’interroger les positionnements de l’auteure, les transformations de sa poétique, ses stratégies d’écriture, et de démontrer que l’expérience du changement de langue – de vie et d’écriture – a contribué de manière décisive à l’élaboration de la poétique de l’auteure.

Sara De Balsi est docteure en littérature française et comparée de l’université de Cergy-Pontoise. Son champ de recherche principal est la littérature translingue. Elle a publié une étude sur le théâtre d’Agota Kristof (Trois pièces d’Agota Kristof, Infolio, «Le Cippe», 2016, avec Rennie Yotova) et a codirigé l’ouvrage Le choix d’écrire en français. Études sur la francophonie translingue (Encrage, 2016, avec Cécilia Allard).

Sommaire

Avant-propos   
Introduction   

I. Comment devient-on Agota Kristof ?  

Un double écart. Kristof 
dans le champ littéraire français   
Une écrivaine « traduite »   
Élaboration d’une posture   

II. La langue et ses fictions  

La langue ennemie   
Un monolinguisme paradoxal   
Les voies de l’autotraduction   

III. Langues, genres et style  

Continuité des genres   
De l’imaginaire des langues 
à l’imaginaire des genres littéraires   
Poèmes et romans. Deux styles opposés ?  

IV. L’écrivaine isolée  

Isolement et paratopie   
Des scénographies déroutantes  
Une œuvre sans modèles ?   

V. Écrire la frontière 

Les représentations de la frontière   
Le franchissement de la frontière  
La frontière comme violence   

Conclusion   
Bibliographie   
Index  

Parution : Lise Gauvin, Le roman comme atelier. La scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains

Est paru un ouvrage de Lise Gauvin portant sur le personnage de l’écrivain  dans les romans d’auteurs francophones contemporains qui écrivent au contact de plusieurs langues et partagent de ce fait une sensibilité particulière à la langue, une “surconscience linguistique”. Le romancier fictif est le lieu d’une autoréflexivité, d’une mise en scène de l’écriture, et pose la question de la représentation de la création littéraire et des fonctions de l’écrivain. 

Le Roman comme atelier. La Scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains, Lise Gauvin, Karthala, 2019.

ISBN : 9782811126025.

Description complète

Les écrivains francophones ont en commun de se situer « à la croisée des langues », dans un contexte de relations conflictuelles – ou tout au moins concurrentielles – entre le français et d’autres langues de proximité. Ce qui engendre chez eux une sensibilité plus grande à la problématique des langues, soit une surconscience linguistique qui fait de la langue un lieu de réflexion privilégié, un espace de fiction voire de friction. Si cette surconscience linguistique se traduit dans plusieurs récits par une interrogation sur la fonction du langage, une autre forme d’autoréflexivité traverse également l’ensemble de la production romanesque. Il s’agit alors de représenter, à travers un personnage d’écrivain, le « pourquoi écrire » et d’inscrire dans la texture même du récit la problématique de l’écriture.

Ces « romanciers fictifs », doubles plus ou moins avoués de leurs auteurs, jalonnent les récits à la manière d’une figure récurrente dont les modalités renvoient à autant de variations autour du personnage de l’écrivain et de l’image publique qui lui est attachée. Quels sont leurs attributs et quelles fonctions leurs sont dévolues ? Quelles représentations de l’écriture sont ainsi projetées ? « Un roman pour moi, [confie Chamoiseau] c’est quelque chose qui se situe dans ma confrontation avec la grande question qui vaille, la seule question qui vaille : Qu’est-ce que la littérature ? ».

Cette question fondamentale, chacun des romanciers francophones contemporains que nous présentons dans cet ouvrage l’a réfléchie selon des modalités qui lui sont propres. Un entretien inédit de Patrick Chamoiseau clôt cet ouvrage.

Écrivaine, critique littéraire et professeure, Lise Gauvin a publié des ouvrages consacrés à la littérature québécoise et aux littératures francophones. Son essai intitulé La fabrique de la langue de François Rabelais à Réjean Ducharme (Éditions du Seuil, collection « Points/Essais », 2004 et 2011) a reçu une mention spéciale du jury du Grand Prix de la critique du PEN français.

Table des matières

Introduction : Le roman comme atelier

1. Patrick CHAMOISEAU : Le scribouilleur de l’impossible

2. Assia DJEBAR : La conteuse et la sœur

3. Réjean DUCHARME : Le chiffonnier

4. Maryse CONDÉ : Nomade et confidente

5. Alain MABANCKOU : L’autodidacte érudit

6. France DAIGLE : Un très éventuel personnage

7. Dany LAFERRIÈRE : De l’écrivain japonais à l’écrivain en pyjama

8. Marie-Claire BLAIS : L’observatrice militante

Conclusion : Écrire, disent-ils

Document : Entretien de Cayenne avec Patrick Chamoiseau : « Qu’est-ce que la littérature ? »

Parution : Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle/ Mapping multilingualism in 19th century european literatures – sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann.

Vient de paraître un recueil d’études en français et en anglais sur le plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle, portant sur des ensembles géographiques/linguistiques (Pologne, Bulgarie, Italie, Allemagne, Russie, Finlande) et des analyses croisées d’œuvres parues entre 1800 et 1880, soulignant les relations littéraires nouées par les textes, par-delà les frontières linguistiques ou nationales. 

Mapping Multilingualism in 19th Century European Literatures – Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle, sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann. Berlin-Münster-Wien-Zürich-London, LIT-Verlag, 2019.

ISBN : 978-3-643-91098-1

Contents / Sommaire :

Introduction : Close the Gap! Literary Multilingualism Studies and the 19th Century / « Close the Gap! » Pour une étude du plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle par Olga Anokhina, Till Dembeck, Dirk Weissmann 

PART I / IÈRE PARTIE : LANDSCAPES / PANORAMAS 

  • Monolingual City, Multilingual Voices: Polish Exile Writers in 19th Century Paris, par Jana-Katharina Mende 
  • L’espace littéraire bulgare au XIXe siècle : plurilinguisme
    d’écriture, monolinguisme de l’historiographie littéraire nationale, par Marie Vrinat-Nikolov 
  • Le plurilinguisme italien au XIXe : le siècle des contraires, par Emilio Sciarrino 
  • Poetry and Literary Language Barriers in Nineteenth-Century Italy: The Case of Three ‘Dialect Poets’, par Valentina Gosetti and Paul Howard 
  • Politics of Language, Politics of Genre, and Jewish Authorship: Multilingual Panegyric Odes and German ‘Mother Tongue’ Songs
    in Napoleonic Europe, par Kathrin Wittler 
  • La dimension plurilingue de la littérature germanophone au XIXe
    siècle : les langues étrangères comme palimpsestes chez quelques écrivains du canon (Heine, Büchner, George, Wedekind), par Dirk Weissmann 
  • Écrivains russes du XIXe siècle : écrivains plurilingues ? par Olga Anokhina 

PART II / IIÈME PARTIE : INDIVIDUAL ANALYSES / ANALYSES INDIVIDUELLES 

  • The Glory and Confusion of Babel : Jac. Ahrenberg and Multilingualism par Julia Tidigs 
  • Léon Tolstoï et Charles De Coster : poétique et politique de l’hétérolinguisme romanesque au XIXe siècle par Rainier Grutman 
  • Jens Baggesen or the Attempt to Write in “European” at the Beginning of the 19th Century, par Ana-Stanca Tabarasi-Hoffmann 
  • Passion with(out) Reason? Heliade Radulescu’s Work as a Case of Literary Multilingualism in the 19th Century Romanian Principalities, par Iulia Cosma 
  • Foreign Words in German Lyric Poetry: Heinrich Heine and August von Platen par Till Dembeck 
  • « Quelle langue parlais-je ? » : la genèse plurilingue des Illuminations d’Arthur Rimbaud par Esa Christine Hartmann 

Parution : Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. hétérolinguisme et lettres québécoises

Vient de paraître une nouvelle édition, revue par l’auteur, de son ouvrage de référence sur l’hétérolinguisme littéraire.

Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiques Garnier, 2019, 359 pages.

  • ISBN: 978-2-406-08095-4
  • ISSN: 2494-3975
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08097-8

Résumé: Par hétérolinguisme, on entend l’accueil réservé par la littérature à la diversité linguistique (qu’il s’agisse de langues étrangères ou de variétés de l’idiome principal). Comme l’illustre l’exemple du Québec, cette diversité est reliée à des enjeux majeurs, esthétiques aussi bien qu’identitaires.

La première édition, intitulée Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, est parue en 1997 à Montréal, (éditions Fides-CETUQ, coll. « Nouvelles études québécoises », 224 p.).

A la différence du bilinguisme ou du plurilinguisme, qui désignent le répertoire langagier des locuteurs, la notion d’hétérolinguisme permet de désigner des phénomènes de plurilinguisme à l’intérieur des textes littéraires. Il s’agit, selon Rainier Grutman, de « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (1997 : 37). L’étude de ces formes et de leurs enjeux dans les lettres québécoises est l’objet de cet ouvrage inspirant pour tous les chercheurs intéressés par les relations entre écriture et plurilinguisme.

Cette nouvelle édition, entièrement revue et mise à jour, parait dans la collection “Bibliothèques francophones” dirigée par Dominique Combe et Jean-Marc Moura.

Série Littérature québécoise, n° 1,
dirigée par Élisabeth Nardout-Lafarge et Alessandra Ferraro.