Archives de catégorie : Annonces

Annonces de parution, journées scientifiques, rencontres

14-15 juin 2021 – Ecrire entre les langues – colloque international en ligne

Colloque co-organisé par les équipes PLIDAM de l’INALCO, DILTEC et THALIM de l’Université Sorbonne Nouvelle, LPL et SUFLE de Université Aix-Marseille, CIRPALL de l’Université d’Angers, avec le soutien de l’OIF, de l’UNESCO, de l’Institut du Tout-Monde, de la Maison des Ecrivains et de la Littérature et de la Maison de la Poésie

Ce colloque international explore l’imaginaire des langues dans l’écriture à travers des dispositifs littéraires, d’enseignement des langues et de traduction créative.

Associé au Concours Inalco & OIF de la nouvelle plurilingue, sur le thème Langues en dialogue, qui imposait comme contrainte linguistique d’employer au moins une autre langue ou variété en plus du français standard (ou français de Paris), il propose, sur une journée et demie, une série de conférences, une table ronde autour de l’axe plurilinguisme de l’UNESCO, suivie de la soirée de remise des prix du Concours à la Maison de la Poésie, ainsi qu’une rencontre avec Zeina Abirached autour de son œuvre Le Piano oriental, suivi de trois ateliers d’écriture/création autour des langues.

Le colloque est gratuit mais ouvert sur inscription :

https://ecrire.sciencesconf.org/registration

En ligne, en mode webinaire sur Zoom.

Informations pratiques : https://ecrire.sciencesconf.org/

Programme

Lundi 14 juin 2021

8h45 Accueil des participants

9h Mots de bienvenue par Isabelle Cros (LPL, AMU / Plidam, Inalco) et Anne Godard (Diltec, USN)

Ouverture institutionnelle par Claudia Pietri (Programme Langues en dialogue, OIF) et Thomas Szende (Plidam, Inalco / Chaire Unesco)

Conférences

Modération : Farbod Farahandouz (PLIDAM, Inalco)

9h15 « Les temps de l’anéantissement et les langues étrangéisées du roman de l’étrangéisation » par Frosa Pejoska (Plidam, Inalco)

10h « La traduction du texte polyphonique les Galaxies, de Haroldo de Campos (1999) » par Inès Oseki-Despré (Cielam, AMU)

Modération : Amélie Leconte (LPL, AMU)

11h « Transcrire la parole en langues : Kourouma, Hampaté Bâ, Miano » par Pierre-Yves Dufeu (Sufle, AMU)

11h45 « ÓOR-JIGEEN, FAM É MININGA : L’imaginaire sexiste des langues africaines dans De purs hommes (2018) de Mbougar Sarr, Herencia de Bidendee (2016) et La bastarda (2016) de Trifonia Melibea Obono » par Ferdulis Zita Odome Angone (Univ. Cheikh Anta Diop, Dakar)

12h30 Déjeuner

Modération : Anne Godard (Diltec, USN)

14h « Performer les mots en langues et en langages pour tramer sa pensée » par Anne-Sophie Cayet (Diltec, USN / Sufle, AMU)

14h45 « Trouver sa « voix peau », entre langue maternelle et langue étrangère : la traduction créative pour anglicistes » par Sara Greaves (Lerma, AMU)

Modération : Marielle Anselmo (PLIDAM, Inalco)

15h30 « Tan fè tan, Édouard Glissant et le génie du créole. De la digenèse à la diglossie » par Loïc Céry (Institut du Tout-Monde)

Modération : Anuradha Kanniganti (Chaire Unesco et INALCO)

16h30-18h30 Inauguration de l’axe 8 : “Plurilinguisme et Lettres” de la Chaire Unesco du Plurilinguisme dans le cadre de la décennie des langues indigènes (IFAP-UNESCO, 2021)
Avec Iman Massoud Sridi, Pascal Bacuez, Michel Liu (Plidam, Inalco), Gilvan Müller d’Oliveira (UFSC, Brésil et Chaire Unesco) et Jyldyz Bakashova (Bibliothèque Nationale de la République Kyrgyz)

19h30 Soirée à la Maison de la Poésie, à Paris et en livestream :

Remise des prix du concours Inalco de la nouvelle plurilingue 2020 avec les étudiants lauréats, les membres du jury et les écrivains parrains du concours : Yasmine Khlat et Jean-Simon DesRochers

Lecture par Cécile Dominjon et les auteurs

Mardi 15 juin 2021

8h45 Accueil des participants

9h Entretien avec Zeina Abirached, autrice du Piano Oriental

Animation : Donatienne Woerly (DILTEC, USN). En partenariat avec la Maison des écrivains et de la littérature (Mél)

10h15 Ateliers parallèles
Présentation : Liliane Hodieb (PLIDAM, INALCO)

Atelier 1 : Modéré par Nadja Maillard (CIRPALL, UA) Kit de désapprentissage de « la langue » : atelier d’élaboration et d’expérimentation Myriam Suchet (Thalim, USN-IUF)
Atelier 2 : Modéré par Catherine David (LPL, AMU) Atelier d’écriture à la croisée des langues : pratique et réflexivité Noëlle Mathis (Les mots voyageurs)
Atelier 3 : Modéré par Aline Marchand (THALIM, USN) Avoir la plume entre deux chaises : jeux de traduction et écriture (ch)orales Katharina Stalder (Maison Antoine Vitez)

12h15 Clôture slamée du colloque par Sibylline Dangers

12h30 Clôture du colloque Isabelle Cros (LPL, AMU / Plidam, Inalco) / Anne Godard (Diltec, USN)

Inscription, programme détaillé et informations complémentaires : https://ecrire.sciencesconf.org/

Comité d’organisation : Marielle Anselmo (INALCO), Isabelle Cros (AMU), Catherine David (AMU), Farbod Farahandouz (INALCO), Anne Godard (USN), Liliane Hodieb (INALCO), Anuradha Kanniganti (INALCO), Amélie Leconte (AMU), Najda Maillard (UA), Alice Marchand (USN), Donatienne Woerly (USN).

NB :

Un deuxième volet du colloque Écrire entre les langues Littérature, enseignement, traduction aura lieu les 16 et 17 juin 2022 à Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence.

Cadrage théorique :

Axe 1 : Le plurilinguisme en littérature : situations, représentations, traductions

La dimension plurilingue de la création littéraire fait l’objet d’études de plus en plus nourries, que ce soit du côté de la littérature comparée (Grutman 2019), des études littéraires du champ contemporain francophone en France (Ausoni 2018), en Europe (De Balsi 2019) ou dans l’espace postcolonial (Moura 1999) ou encore de la génétique textuelle (Anochina et Sciarrino 2018) et des études d’orientation discursive (Suchet 2014), sociolinguistique ou sociologique (Porra 2011). Les écrivains, qu’ils aient grandi dans un environnement plurilingue et diglossique ou qu’ils aient changé de langue à l’occasion d’une migration ou d’un exil, peuvent adopter des postures diverses, adoptant une seule langue écrite ou se partageant entre deux – ou plus – langues d’écriture de poids différents, voire en s’autotraduisant1. Leurs textes font résonner et tissent la pluralité des langues de façon diverses (Gauvin 1999), en fonction de projets esthétiques, poétiques et/ou politiques qui sont à contextualiser. Ils témoignent de parcours qui peuvent être exemplaires et formateurs (Godard et Suchet 2015). Découvrir ces auteurs et leurs œuvres, éclairer leurs pratiques de création avec/dans/ entre la/les langue/s, donner des outils d’analyse, de compréhension et de réflexion, tels sont les objectifs de ce premier axe, prolongé par un entretien avec Zeina Abirached, autrice notamment du Piano oriental (Casterman, 2015)

Axe 2 : Créations plurilingues en didactique des langues : démarches, objectifs, expériences

L’expérience plurilingue, considérée comme un ferment de créativité dans le domaine littéraire et artistique (Anokhina 2012) se trouve, dans le domaine de la didactique des langues, nourrir de nombreux projets artistiques qui visent à développer les compétences langagières à travers un usage sensible et esthétique des langues. A distance des approches fonctionnelles et commnicatives, ou de manière complémentaire avec elles, les ateliers de création – écriture créative, improvisation, théâtre, poésie, slam, kamishibaï, vidéo ou chanson – font souvent du plurilinguisme une thématique ou une ressource, privilégiant une vision de la langue comme expérience plutôt que comme système ou comme outil (Castellotti 2017).

Ces démarches de création entrent en résonnance avec les corpus littéraires plurilingues, soit parce qu’elles s’en inspirent directement, dans un mouvement de lecture-écriture, soit qu’elles en rejoignent les présupposés, les enjeux ou les effets. Selon les cas, il s’agira de développer une relation sensible à une langue nouvelle ou de jouer avec les contraintes linguistiques et les passages de langue, articulant conscience linguistique et expérience langagière (Aboab, Allaneau-Rajaud, Godard, Woerly à paraître 2020). Ou bien encore il s’agira d’insérer les ateliers d’écriture plurilingue dans les démarches biographiques2 pour inaugurer une forme de réflexivité sur le parcours langagier ou migratoire. Les contributions de ce deuxième axe consacré aux créations plurilingues en didactique des langues permettront d’en explorer le fonctionnement à travers des analyses de dispositifs et de productions aussi bien que des restitutions de projets ou la participation à des ateliers.

Bibliographie :

Abirached, Zeina. 2015.Le piano oriental, Casterman.

Aboab Deborah, Allaneau Rajaud Virginie, Godard Anne, Woerly Donatienne, 2020. « Des ateliers littéraires et plurilingues en FLE : de la conscience linguistique à l’expérience langagière », Écritures créatives : représentations contemporaines, processus créatifs, nouveaux enjeux professionnels, Jun 2018, Angers, France, à paraitre P. U. Rennes.

Anochina, Olga, et Emilio Sciarrino, éd. 2018. Entre les langues. Genesis, 46 (18). Paris: PUPS.

Anokhina, Olga, éd. 2012. Multilinguisme et créativité littéraire. L’Harmattan.

Ausoni, Alain. 2018. Mémoires d’outre-langue : l’écriture translingue de soi. Genève: Slatkine érudition.

Castellotti, Véronique. 2017. Pour une didactique de l’appropriation: diversité, compréhension, relation. Langues & didactique. Paris: Didier.

De Balsi, Sara. 2019. Agota Kristof: écrivaine translingue.

Dompmartin-Normand, Chantal. 2016. « Écrivains plurilingues et étudiants de FLE: Rencontres et résonances ». Carnets, no Deuxième série-7 (mai). https://doi.org/10.4000/carnets.1070.

Ferraro, Alessandra, et Rainier Grutman, éd. 2016. L’autotraduction littéraire: perspectives théoriques. Rencontres, 154. Série Théorie littéraire ; 5. Paris: Classiques Garnier.

Gauvin, Lise, éd. 1999. Les Langues du roman : du plurilinguisme comme stratégie textuelle. Montréal: Presses de l’Université de Montréal.

Godard, Anne, éd. 2015. La Littérature dans l’enseignement du FLE. Paris: Didier.

Grutman, Rainier. 2019. Des Langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises. 1re éd. 1997 (Montréal, Fidès). Paris: Classiques Garnier.

Marchand, Aline, et Pascale Roux, éd. 2019. « Entre deux langues : l’écrivain-traducteur et le bilinguisme aux XXe et XXIe siècles ». Recherches & travaux, no 95. https://doi.org/10.4000/recherchestravaux.1652.

Mathis, Noëlle. 2016. « Écrire (entre) ses langues en atelier d’écriture: Une approche plurilingue des textes de Driss Chraïb, Wajdi Mouawad et Nancy Huston ». Carnets, no Deuxième série-7 (mai). https://doi.org/10.4000/carnets.1080.

Moura, Jean-Marc. 1999. Littératures francophones et théorie postcoloniale. Écritures francophones. Paris: Presses universitaires de France.

Porra, Véronique. 2011. Langue française, langue d’adoption: une littérature « invitée » entre création, stratégies et contraintes (1946 – 2000). Passagen 12. Hildesheim: Olms.

Suchet, Myriam. 2014. L’Imaginaire hétérolingue. Paris: Classiques Garnier.

  1. Ferraro et Grutman 2016), (Marchand et Roux 2019 []
  2. Mathis 2016), (Dompmartin-Normand 2016 []

Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Annonce de parution : Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p.

ISBN : 9783643911216

Présentation des auteurs :

Les articles réunis dans cet ouvrage étudient des œuvres destinées à la jeunesse dans lesquelles une ou des langues constituent un enjeu littéraire. À l’instar de ce qui se passe dans la littérature « pour les grands », les langues y trouvent une place en tant qu’objet de la fiction.

La question est envisagée sous trois angles : l’apprentissage des langues comme apprentissage du monde ; le rapport entre langue(s) et identités ; les langues inventées et leur traduction.

Autant de pistes polyglottes qui sont explorées ici dans plusieurs genres et traditions : française et allemande, britannique et américaine, mais également belge et portugaise, polonaise, russe et tchèque, voire dans une perspective « weltlittéraire » (Knauth).

Table des matières

Introduction : Langue(s) et littérature de jeunesse par Britta Benert et Rainier Grutman

Première partie : L’apprentissage des langues comme apprentissage du monde

  1. La Fable animale, multilingue et métalinguistique. Le bibliotope du perroquet par K. Alfons Knauth
  2. Les abécédaires : outils d’apprentissage d’une langue ou lieux stratégiques de l’initation à un ordre social par Danièle Henky
  3. Sprache und Sprachen, Buchstaben und Vokabeln in Bewegungsbüchern und Pop-ups par Monika Schmitz-Emans
  4. Spielerische Erfahrungen von Mehrsprachigkeit : Internationale Kinderlyrik im Arche Kinder Kalender par Julia Bohnengel
  5. Bilderbuch im 19. Jahrhundert – ein Lektüreansatz par Gerson Pomari
  6. Pour adultes. Le langage des images dans la littérature pour la jeunesse par Biagio d’Angelo

Deuxième partie : Langue(s) et identités

  1. Les fictions linguistiques dans les Aventures de Tintin : voies et voix du bruxellois par Rainier Grutman
  2. Playing in the same language – Historia de Dona Redonda e da sua Gente (1942) by Virginia de Castro e Almeida par Maria Teresa Cortez
  3. « Malheur à moi, petit ballon vert. ». Le langage poétique dans la littérature russe pour enfants de 1917-1937 par Elisabeth Kaess

Troisième partie : Les langues inventées

  1. Strange signs. Invented languages from alienation to zany par Emer O’Sullivan
  2. Jeux et réflexions linguistiques dans Le Hollandais sans peine de Marie-Aude Murail par Britta Benert
  3. De l’adaptation à l’adoption : Le Bon Gros Géant de Roald Dahl (1982) et ses avatars français, polonais et tchèques par Mateusz Chmurski
  4. Les langues dans la série Harry Potter, marques d’identité/altérité, et leur traduction française par Catherine Delesse

Langues, apprentissage, identité, traduction

Cet ouvrage dont le propos dépasse la littérature comparée pour aborder des questions didactiques, linguistique et anthropologiques est passionnant par ses ouvertures sur l’histoire longue des relations entre langue(s), apprentissage et identité et par la (re)découverte qu’il propose de textes appartenant à des canons et des ères linguistiques et culturelles différents en les relisant et en les reliant par le thème des langues.

Une première partie très étoffée est consacrée à la dimension pédagogique de l’apprentissage des langues. Elle est placée, dans l’introduction, sous le patronage de Comenius et son Orbis sensualium pictus (Le monde en images) édité à Nuremberg en 1658. Elle regroupe six contributions en français et en allemand consacrées à des genres typiques de la littérature didactique pour la jeunesse (fables et abécédaires) et aux relations entre le texte et l’image, sous différentes formes allant des illustrations des fables aux albums pop-ups et aux contributions d’artistes contemporains.

Pour présenter la deuxième partie, Britta Benert et Rainier Grutman se réfèrent aux sociolectes mis en scène dans  Huckleberry Finn de Mark Twain pour situer la question des rapports entre les langues que l’on parle (ou la manière de les parler) et les identités. Trois contributions étudient des corpus très divers – Tintin, un roman portugais, la littérature de jeunesse de l’Union soviétique – en montrant les enjeux d’identité, sociale, politique ou psychologique des langues dans des corpus et des contextes différents : la présence sous-jacente du flamand (que parlait de la mère d’Hergé) dans Tintin, la représentation des identités comme des données naturelles sous le régime de Salazar, la liberté prise à travers le langage poétique pour contourner la censure de l’époque stalinienne en Union soviétique.

La troisième partie, qui est peut-être la plus accessible, avec des contributions consacrées à des auteurs contemporains, est consacrée à la créativité littéraire des langues inventées. Elle est placée sous le patronage de Swift, dont on sait que les mondes imaginaires que parcours Gulliver dans ses voyages sont aussi une interrogation des pouvoirs et des limites du langage. Quatre contributions s’attardent sur la thématique linguistique et les difficultés de traduction que posent les jeux avec le langage et les langues.  Une exploration ludique de l’arbitraire du signe, des normes, des registres ou encore des représentations de l’apprentissage donnent à certaines oeuvres pour la jeunesse une dimension métalinguistique tout autant qu’interlinguistique.

Signalons également un volume paru en 2015 sous la direction de Britta Benert et consacré au plurilinguisme européen au tournant du XIXe-XXe siècle :

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection « Nouvelle poétique comparatiste » n°34, 2015. ISBN 978-2-87574-267-4

Compte-rendu ici-même : https://ecriplur.hypotheses.org/679

Pour citer cet article : Anne Godard, "Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 06/10/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/667.

Annonce : Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection « Nouvelle poétique comparatiste » n°34, 2015.

ISBN 978-2-87574-267-4

Présentation de l’autrice :

L’ouvrage s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion depuis le nouveau millénaire, le plurilinguisme littéraire, et qui a pour originalité d’historiciser le propos en explorant une période charnière, la fin du XIXe siècle.

Aucun ouvrage existant n’est vraiment centré sur ce tournant du siècle, moment où la doxa de pureté de la langue et les esprits nationalistes tendent à promouvoir, voire à imposer l’idéal du monolinguisme et où, parallèlement, persiste à travers l’Europe et le monde un nombre important de situations et d’expérimentations diverses à contre-courant du monolinguisme puriste.

Fruit d’un colloque qui s’est tenu dans le cadre du XXe Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée à l’Université de la Sorbonne à l’été 2013, les 14 contributeurs du présents volume interrogent cette situation paradoxale à partir de textes littéraires et de leurs auteurs, et contribuent à éclairer les différentes strates du plurilinguisme littéraire 1900 en leur complexe et souvent ambivalent enchevêtrement politique, éthique et esthétique – dont les problématiques ne sont pas sans rappeler les paradoxes du monde actuel dans un contexte où mondialisation et repli identitaire coexistent souvent.

A travers discussions théoriques et études de cas, les études réunies dans ce volume concourent à éclairer sous différents jours l’expression littéraire du plurilinguisme dans le dernier quart du XIXe siècle, au moment même où paraissent les premiers travaux scientifiques consacrés au bilinguisme. Le volume est découpé en trois parties :

  1. Pour une (nouvelle) histoire littéraire : le plurilinguisme 1900 dans différentes aires culturelles
  2. Le plurilinguisme d’auteurs et la question de l’identité
  3. Le plurilinguisme littéraire 1900 et ses connexions théoriques et disciplinaires

Les contributions s’ancrent dans la production littéraire européenne et américaine, autour d’auteurs phares comme les poètes symbolistes français, belges, russes ou allemand, mais aussi Oscar Wilde ou encore Joseph Conrad.

Paradoxes, vertiges et diffusion : le plurilinguisme littéraire comme objet au carrefour des disciplines

Comme le souligne Britta Benert dans son introduction-cadrage, la thématique du plurilinguisme, à la fois vertigineuse et diffuse. Elle implique une approche transdisciplinaire que revendique la littérature comparée, comme discipline « carrefour ». En effet, si l’objet est la littérature – textes et auteurs – les outils d’analyse et les champs disciplinaires convoqués sont nombreux – histoire, politique, linguistique, philosophie, didactique, psychologie – afin de mettre aux jours différentes strates : « des strates économiques, affectives, politiques, esthétiques qui se trouvent désormais souvent couplées à des questionnements identitaires de l’auteur » (p. 14). Le foisonnement des termes et leur instabilité (bilinguisme, plurilinguisme, polyglossie, multilinguisme, hétérolinguisme, hétéroglossie) témoigne de ce caractère diffus déjà évoqué. Cependant, selon Britta Benert, les études restituent, par leur diversité d’approches et d’auteurs traités dans ce moment historique particulier, des thématiques récurrentes :

– le cosmopolitisme, renvoyant aux notions de mélange et d’hybridité (politique et esthétique) avec son versant opposé, qui réduit l’altérité à soi à travers une forme d’assimilation que permet l’exotisme ou qui la rejette comme le font, à cette époque, les nationalismes et leur fantasme de pureté ;

– l’altérité linguistique, qui est le concept central du livre, amenant à réviser les histoires littéraires traditionnelles et à mettre en question la notion même de langue maternelle ;

– la question de la réception, qui voit notamment un intérêt porté aux écrivains eux-mêmes, à travers la dimension identitaire de l’écriture bi/plurilingue, ce dont témoigne également un indéniable foisonnement notionnel, qu’il s’agisse de la fin du XIXe siècle (cosmopolite, étranger, barbare, métèque) ou de la critique littéraire actuelle (écrivains bilingues, plurilingues, translingues, exophones, diglossiques).

Signalons également la parution d’un ouvrage également consacré au plurilinguisme littéraire selon une perspective comparatiste, consacrée au corpus de la littérature de jeunesse :

Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p. ISBN : 9783643911216

Compte-rendu ici-même : https://ecriplur.hypotheses.org/667

Pour citer cet article : Anne Godard, "Annonce : Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900, Britta Benert (dir.), Peter Lang, 2015.," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 06/10/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/679.

Concours inalco de la nouvelle plurilingue

La 1ère Edition 2020 du concours Inalco de la nouvelle plurilingue est lancée !

Le concours Inalco de la nouvelle plurilingue 2020, destiné aux étudiants francophones du monde entier, s’honore d’un très beau double parrainage avec la participation de deux écrivains francophones, Yasmine Khlat et Jean-Simon DesRochers.

Organisé dans le cadre de l’initiative éponyme de l’Organisation internationale de la francophonie, qui vise à promouvoir les différentes variétés de français et le multilinguisme dans l’espace francophone, le thème de cette année est :

Langues en dialogue

Libre à vous de traiter ce thème selon votre inspiration, en respectant la contrainte linguistique (nouvelle écrite en français mais avec présentant au moins une autre langue ou variété que le français standard).

« Le monde se créolise, c’est-à-dire que les cultures du monde mises en contact de manière foudroyante et absolument consciente aujourd’hui les unes avec les autres se changent en s’échangeant à travers des heurts irrémissibles, des guerres sans pitié mais aussi des avancées de conscience et d’espoir ». 

Introduction à une poétique du divers, Edouard Glissant

L’organisateur

Ce concours est organisé par l’Inalco (Institut des langues et civilisations orientales), dit aussi Langues’O, établissement public d’enseignement supérieur parisien créé en 1795, qui forme à une centaine de langues et de cultures.

Avec le soutien de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF, https://www.francophonie.org/).

Et en partenariat avec D’une langue à l’autre (DULALA, https://www.dulala.fr/) et l’Ouvroir de translatio potencial (Outranspo, http://www.outranspo.com/).

Participez à la première édition du Concours Inalco de la nouvelle plurilingue ! 

Quoi ? Un concours d’écriture plurilingue sur le thème « Langues en dialogue »

Pourquoi ? Pour promouvoir le plurilinguisme en francophonie – et ailleurs

En quelle langue ? En français mais avec le recours à (au moins) une autre variante que le français standard ou une autre langue

Pour qui ? Les étudiant.e.s francophones (de tout niveau) de France et d’ailleurs

Combien ? Bonne nouvelle, c’est gratuit !

Quand ? Du 1er juin au 1er septembre 2020 / Inscription avant le 28 juin / Remise des prix en mars 2021 à Paris (Inalco)

Les prix ? 500, 200 et 100 euros / une publication des nouvelles en 500 exemplaires / participation à un atelier d’écriture avec l’un de nos parrains

Les écrivains parrainant le concours ? Yasmine Khlat (France, Liban) et Jean-Simon DesRochers (Québec)

Le petit plus : sur inscription, un atelier d’écriture plurilingue en ligne offert à tous début juillet !  


Inscription obligatoire en ligne avant le 28 juin : https://concoursdelanouvelleplurilingue.wordpress.com/participer/

Site officiel du Concours de la nouvelle plurilingue : https://concoursdelanouvelleplurilingue.wordpress.com/

Annonce : séminaire DILTEC Ecriture « Les ateliers d’écriture dans les DU : un lieu de subjectivation de/dans la langue »

La quatrième séance du séminaire transversal du DILTEC « Ecritures » aura lieu jeudi 12 mars de 14h30 à 17h30

Maison de la Recherche – 4 rue des Irlandais, Paris 5e – salle Mezzanine.

Virginie Allaneau-Rajaud & Donatienne Woerly : « Les ateliers d’écriture dans les DU : un lieu de subjectivation de/dans la langue »

L’objectif de cette séance est de présenter la pérennité et la variété des ateliers d’écriture créative au département DFLE, et les recherches auxquelles ils sont liés. Les ateliers sont devenus depuis plusieurs années des lieux de recherche-action, notamment autour du plurilinguisme. La démarche choisie implique un rapport holistique à l’appropriation de la langue, qui passe par une subjectivation de/dans la langue.

La séance sera centrée sur l’analyse de corpus réunis dans le cadre des ateliers menés depuis 2017 au DULF et au DUEF, autour de la conscience linguistique et de l’expérience langagière. On évoquera la question de la posture de l’enseignant/animateur de l’atelier et celle de la socialisation des textes. A partir de l’analyse des corpus, on s’interrogera sur le statut des écrits de soi, entre autobiographie, intertextualité et émergence d’une voix propre en langue étrangère.

Annonce : colloque international « Les langues dans la famille » 26-28 mars 2020, Paris

Colloque international et pluridisciplinaire :

« Les langues dans la famille : attitudes, usages, politiques, histoires »

26-28 mars 2020, à Paris (Sorbonne et INALCO)

Organisation Sorbonne-Nouvelle Paris 3, Descartes-Paris 5, INALCO et Université Paul Valéry de Montpellier.

Les approches suivent les perspectives suivantes :

  • Axe 1 : Transmissions linguistiques et transmissions culturelles
  • Axe 2 : Acquisition et plurilinguisme
  • Axe 3 : Perspectives sociolinguistiques
  • Axe 4 : Les langues de l’enfant : de la maison à l’école et de l’école à la maison
  • Axe 5 : Approches transversales à partir de corpus littéraires et artistiques

Deux sessions seront consacrées aux corpus littéraires et artistiques

Jeudi 26 mars Sorbonne 46 rue Saint-Jacques 4e étage, salle L1 de 11h à 12h30
  • Borgé Nathalie, Paris 3 Sorbonne Nouvelle DILTEC & Marie Potapushkina-Delfosse, Université de Rouen, Laboratoire ERIAC (France). “​Imaginaire artistique, expérience esthétique plurilingue et ‘translangageance’”​ .
  • De Balsi Sara, Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille, Aix Marseille Université EA 4235 (France). “​Figure grand-maternelle et transmission des langues dans quelques romans francophones contemporains”​ .
  • Glâtre Philippe, Lacito, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (France). “​Poésie orale et branchements langagiers à La Réunion​”.
Vendredi 27 mars Sorbonne 46 rue Saint-Jacques 4e étage, salle L2 de 10h30 à 12h.
  • Woerly Donatienne, DILTEC Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 EA 2288 (France). “Représentations d’un plurilinguisme conflictuel dans l’album autobiographique L’Arabe du futur de Riad Sattouf”.
  • Schmidt-Fusco Kara, Centre transdisciplinaire d’épistémologie de la littérature et des arts vivants (France). “​Witnessing the Importance of Family Languages in Contemporary Literature: Leïla Sebbar, Carrianne Leung and Igiaba Scego / Témoignages de l’importance des langues familiales dans la littérature contemporaine : Leïla Sebbar, Carrianne Leung et Igiaba Scego”​ .
  • Godard Anne, Aboab Déborah, DILTEC, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : EA 2288 (France). “​La langue au corps : transgressions linguistique et sociale et construction identitaire dans un roman d’Annie Ernaux”.

Programme complet  :

https://languesfamille.sciencesconf.org/data/Programme_du_colloque_v_2_10_2019.pdf

Inscription (gratuite) :

https://languesfamille.sciencesconf.org/resource/page/id/4

Parution : Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue

Sara de Balsi, Agota Kristof, écrivaine translingue, Presses Universitaires de Vincennes, 2019, coll. « Littérature hors-frontière », 302 pages.

  • ISBN-10 : 2-37924-049-3
  • ISBN-13 : 978-2-37924-049-2
  • EAN-13 : 9782379240492

Présentation de l’éditeur :

Ce livre propose une lecture d’Agota Kristof à la lumière de sa situation d’écrivaine translingue.

Agota Kristof est une auteure pour laquelle le français est une langue apprise tardivement et par une démarche individuelle. L’ouvrage prend en compte l’ensemble de son œuvre, y compris ses poèmes hongrois, de publication récente, qui n’ont pas encore fait l’objet d’étude.

Le translinguisme, mode d’existence ainsi que thème constant de l’œuvre, constitue un accès privilégié aux textes. Il permet d’interroger les positionnements de l’auteure, les transformations de sa poétique, ses stratégies d’écriture, et de démontrer que l’expérience du changement de langue – de vie et d’écriture – a contribué de manière décisive à l’élaboration de la poétique de l’auteure.

Sara De Balsi est docteure en littérature française et comparée de l’université de Cergy-Pontoise. Son champ de recherche principal est la littérature translingue. Elle a publié une étude sur le théâtre d’Agota Kristof (Trois pièces d’Agota Kristof, Infolio, «Le Cippe», 2016, avec Rennie Yotova) et a codirigé l’ouvrage Le choix d’écrire en français. Études sur la francophonie translingue (Encrage, 2016, avec Cécilia Allard).

Sommaire

Avant-propos   
Introduction   

I. Comment devient-on Agota Kristof ?  

Un double écart. Kristof 
dans le champ littéraire français   
Une écrivaine « traduite »   
Élaboration d’une posture   

II. La langue et ses fictions  

La langue ennemie   
Un monolinguisme paradoxal   
Les voies de l’autotraduction   

III. Langues, genres et style  

Continuité des genres   
De l’imaginaire des langues 
à l’imaginaire des genres littéraires   
Poèmes et romans. Deux styles opposés ?  

IV. L’écrivaine isolée  

Isolement et paratopie   
Des scénographies déroutantes  
Une œuvre sans modèles ?   

V. Écrire la frontière 

Les représentations de la frontière   
Le franchissement de la frontière  
La frontière comme violence   

Conclusion   
Bibliographie   
Index  

Parution : Lise Gauvin, Le roman comme atelier. La scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains

Est paru un ouvrage de Lise Gauvin portant sur le personnage de l’écrivain  dans les romans d’auteurs francophones contemporains qui écrivent au contact de plusieurs langues et partagent de ce fait une sensibilité particulière à la langue, une « surconscience linguistique ». Le romancier fictif est le lieu d’une autoréflexivité, d’une mise en scène de l’écriture, et pose la question de la représentation de la création littéraire et des fonctions de l’écrivain. 

Le Roman comme atelier. La Scène de l’écriture dans les romans francophones contemporains, Lise Gauvin, Karthala, 2019.

ISBN : 9782811126025.

Description complète

Les écrivains francophones ont en commun de se situer « à la croisée des langues », dans un contexte de relations conflictuelles – ou tout au moins concurrentielles – entre le français et d’autres langues de proximité. Ce qui engendre chez eux une sensibilité plus grande à la problématique des langues, soit une surconscience linguistique qui fait de la langue un lieu de réflexion privilégié, un espace de fiction voire de friction. Si cette surconscience linguistique se traduit dans plusieurs récits par une interrogation sur la fonction du langage, une autre forme d’autoréflexivité traverse également l’ensemble de la production romanesque. Il s’agit alors de représenter, à travers un personnage d’écrivain, le « pourquoi écrire » et d’inscrire dans la texture même du récit la problématique de l’écriture.

Ces « romanciers fictifs », doubles plus ou moins avoués de leurs auteurs, jalonnent les récits à la manière d’une figure récurrente dont les modalités renvoient à autant de variations autour du personnage de l’écrivain et de l’image publique qui lui est attachée. Quels sont leurs attributs et quelles fonctions leurs sont dévolues ? Quelles représentations de l’écriture sont ainsi projetées ? « Un roman pour moi, [confie Chamoiseau] c’est quelque chose qui se situe dans ma confrontation avec la grande question qui vaille, la seule question qui vaille : Qu’est-ce que la littérature ? ».

Cette question fondamentale, chacun des romanciers francophones contemporains que nous présentons dans cet ouvrage l’a réfléchie selon des modalités qui lui sont propres. Un entretien inédit de Patrick Chamoiseau clôt cet ouvrage.

Écrivaine, critique littéraire et professeure, Lise Gauvin a publié des ouvrages consacrés à la littérature québécoise et aux littératures francophones. Son essai intitulé La fabrique de la langue de François Rabelais à Réjean Ducharme (Éditions du Seuil, collection « Points/Essais », 2004 et 2011) a reçu une mention spéciale du jury du Grand Prix de la critique du PEN français.

Table des matières

Introduction : Le roman comme atelier

1. Patrick CHAMOISEAU : Le scribouilleur de l’impossible

2. Assia DJEBAR : La conteuse et la sœur

3. Réjean DUCHARME : Le chiffonnier

4. Maryse CONDÉ : Nomade et confidente

5. Alain MABANCKOU : L’autodidacte érudit

6. France DAIGLE : Un très éventuel personnage

7. Dany LAFERRIÈRE : De l’écrivain japonais à l’écrivain en pyjama

8. Marie-Claire BLAIS : L’observatrice militante

Conclusion : Écrire, disent-ils

Document : Entretien de Cayenne avec Patrick Chamoiseau : « Qu’est-ce que la littérature ? »

Parution : Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle/ Mapping multilingualism in 19th century european literatures – sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann.

Vient de paraître un recueil d’études en français et en anglais sur le plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle, portant sur des ensembles géographiques/linguistiques (Pologne, Bulgarie, Italie, Allemagne, Russie, Finlande) et des analyses croisées d’œuvres parues entre 1800 et 1880, soulignant les relations littéraires nouées par les textes, par-delà les frontières linguistiques ou nationales. 

Mapping Multilingualism in 19th Century European Literatures – Le plurilinguisme dans les littératures européennes du XIXe siècle, sous la direction de Olga Anokhina, Till Dembeck and Dirk Weissmann. Berlin-Münster-Wien-Zürich-London, LIT-Verlag, 2019.

ISBN : 978-3-643-91098-1

Contents / Sommaire :

Introduction : Close the Gap! Literary Multilingualism Studies and the 19th Century / « Close the Gap! » Pour une étude du plurilinguisme littéraire européen au XIXe siècle par Olga Anokhina, Till Dembeck, Dirk Weissmann 

PART I / IÈRE PARTIE : LANDSCAPES / PANORAMAS 

  • Monolingual City, Multilingual Voices: Polish Exile Writers in 19th Century Paris, par Jana-Katharina Mende 
  • L’espace littéraire bulgare au XIXe siècle : plurilinguisme
    d’écriture, monolinguisme de l’historiographie littéraire nationale, par Marie Vrinat-Nikolov 
  • Le plurilinguisme italien au XIXe : le siècle des contraires, par Emilio Sciarrino 
  • Poetry and Literary Language Barriers in Nineteenth-Century Italy: The Case of Three ‘Dialect Poets’, par Valentina Gosetti and Paul Howard 
  • Politics of Language, Politics of Genre, and Jewish Authorship: Multilingual Panegyric Odes and German ‘Mother Tongue’ Songs
    in Napoleonic Europe, par Kathrin Wittler 
  • La dimension plurilingue de la littérature germanophone au XIXe
    siècle : les langues étrangères comme palimpsestes chez quelques écrivains du canon (Heine, Büchner, George, Wedekind), par Dirk Weissmann 
  • Écrivains russes du XIXe siècle : écrivains plurilingues ? par Olga Anokhina 

PART II / IIÈME PARTIE : INDIVIDUAL ANALYSES / ANALYSES INDIVIDUELLES 

  • The Glory and Confusion of Babel : Jac. Ahrenberg and Multilingualism par Julia Tidigs 
  • Léon Tolstoï et Charles De Coster : poétique et politique de l’hétérolinguisme romanesque au XIXe siècle par Rainier Grutman 
  • Jens Baggesen or the Attempt to Write in “European” at the Beginning of the 19th Century, par Ana-Stanca Tabarasi-Hoffmann 
  • Passion with(out) Reason? Heliade Radulescu’s Work as a Case of Literary Multilingualism in the 19th Century Romanian Principalities, par Iulia Cosma 
  • Foreign Words in German Lyric Poetry: Heinrich Heine and August von Platen par Till Dembeck 
  • « Quelle langue parlais-je ? » : la genèse plurilingue des Illuminations d’Arthur Rimbaud par Esa Christine Hartmann 

Parution : Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. hétérolinguisme et lettres québécoises

Vient de paraître une nouvelle édition, revue par l’auteur, de son ouvrage de référence sur l’hétérolinguisme littéraire.

Rainier Grutman, Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiques Garnier, 2019, 359 pages.

  • ISBN: 978-2-406-08095-4
  • ISSN: 2494-3975
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08097-8

Résumé: Par hétérolinguisme, on entend l’accueil réservé par la littérature à la diversité linguistique (qu’il s’agisse de langues étrangères ou de variétés de l’idiome principal). Comme l’illustre l’exemple du Québec, cette diversité est reliée à des enjeux majeurs, esthétiques aussi bien qu’identitaires.

La première édition, intitulée Des langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au xixe siècle québécois, est parue en 1997 à Montréal, (éditions Fides-CETUQ, coll. « Nouvelles études québécoises », 224 p.).

A la différence du bilinguisme ou du plurilinguisme, qui désignent le répertoire langagier des locuteurs, la notion d’hétérolinguisme permet de désigner des phénomènes de plurilinguisme à l’intérieur des textes littéraires. Il s’agit, selon Rainier Grutman, de « la présence dans un texte d’idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale » (1997 : 37). L’étude de ces formes et de leurs enjeux dans les lettres québécoises est l’objet de cet ouvrage inspirant pour tous les chercheurs intéressés par les relations entre écriture et plurilinguisme.

Cette nouvelle édition, entièrement revue et mise à jour, parait dans la collection « Bibliothèques francophones » dirigée par Dominique Combe et Jean-Marc Moura.

Série Littérature québécoise, n° 1,
dirigée par Élisabeth Nardout-Lafarge et Alessandra Ferraro.

Annonce de colloque : Les francophonies dans la mondialisation : entre transmission et recherche

Jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019
Sorbonne – Amphithéâtre Durkheim, 14 rue Cujas, 75005 Paris

COLLOQUE DU GROUPE INTER-UNIVERSITAIRE DE RECHERCHE SUR LA FRANCOPHONIE

Ce colloque pluridisciplinaire autour de la notion de francophonie rend compte des travaux menés au sein du pôle HALL-USPC dans la perspective de créer un programme de formation à distance pour les étudiants en sciences du langage.

Dans le cadre de ce colloque, une table ronde réunissant des écrivaines plurilingues/translingues est organisée jeudi 28 à 16h15 (voir plus bas).

PROGRAMME :

JEUDI 28 MARS : IDÉOLOGIES, DISCOURS ET ENSEIGNEMENT

Matinée 8h30-12h30
  • Accueil des participants
  • Présentation du numéro 64 de « Recherches et applications » «Enseigner la Francophonie, enseigner les francophonies »
  • Conférence d’ouverture par Loïc Depecker (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3-Ministère de la Culture) : « La Francophonie : grande idée du XXIe siècle »
  • Table ronde « La francophonie comme un projet : idéologies et circulation du français », animée par Isabelle Cros (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
Après-midi 14h15-18h15
  • Enseigner la francophonie et les francophonies dans le supérieur : présentation de l’architecture de la formation doctorale à distance « De la F/francophonie aux francophonies»
  • 16h15 Table ronde « Littératures francophones, langues du monde, formes de vie », animée par Aline Bergé (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3)

Sont invitées : Silvia Baron Supervielle (Argentine/France), poète, romancière, essayiste, traductrice ; Ying Chen (Chine/Québec/France), romancière, poète, essayiste ; Maryam Madjidi (Iran/France), romancière et enseignante de FLE ; Leïla Sebbar (Algérie/France), auteur de récits, nouvelles, carnets, correspondances et ouvrages collectifs.

VENDREDI 29 MARS : LA DYNAMIQUE DES PLURIPHONIES DANS LA MONDIALISATION

Matinée 9h-12h30
  • Accueil des participants
  • Conférence de Claire Joubert (Université Paris 8) : « Construire l’objet « -phonie » : savoirs du langage dans la mondialisation et enjeux de la diversité des langues »
  • Table-ronde « Regards croisés sur les pluriphonies : francophonies et autres phonies ». Partie 1, animée par Margaret Bento (Université Paris Descartes) et Jean- Pierre Cuq (Université de Nice)
Après-midi 14h-16h30
  • Table-ronde « Regards croisés sur les pluriphonies : francophonies et autres phonies ». Partie 2, animée par Margaret Bento (Université Paris Descartes) et Jean- Pierre Cuq (Université de Nice)
  • Conférence de clôture Pierre Martinez (Université Paris 8) «Polysémie francophone : des concepts aux réalités »

URL de référence : 

http://www.univ-paris3.fr/les-francophonies-dans-la-mondialisation-entre-transmission-et-recherche-549259.kjsp?RH=1310460012200

Appel à contribution : colloque international « Les langues dans la famille : attitudes, usages, politiques, histoires

Université Sorbonne Nouvelle, Université Paris Descartes et INALCO

5-7 décembre 2019

Colloque International organisé par l’EA 2288 Diltec, Didactique des Langues des Textes et des Cultures, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, avec la collaboration de EDA, Université Paris Descartes, l’INALCO, de PRAXILING, Université Paul Valéry Montpellier 3 et de Langscape.

Ce colloque a pour but de réunir des équipes de recherche intéressées par les problématiques autour des liens entre la famille, les langues et d’autres institutions socialement plus complexes.

Seront bienvenues des contributions qui s’inscrivent dans le domaine de la didactique des langues et cultures, l’acquisition des langues, les politiques linguistiques, la sociolinguistique, l’anthropologie, les sciences de l’éducation, la sociologie de la famille, les études esthétiques et littéraires.

Elles s’inscriront dans un de ces 5 axes :

  • Axe 1 : Transmissions linguistiques et transmissions culturelles
  • Axe 2 : Acquisition et plurilinguisme
  • Axe 3 : Perspectives sociolinguistiques
  • Axe 4 : Les langues de l’enfant : de la maison à l’école et de l’école à la maison
  • Axe 5 : Approches transversales à partir de corpus littéraires et artistiques

Parmi les 5 axes proposés, un axe est spécifiquement consacré au plurilinguisme littéraire. 

Dans ce cadre seront appréciées les communications consacrées à la manière dont les écrivains peuvent éclairer les pratiques plurilingues au sein de la famille que ce soit dans des textes autobiographiques ou fictionnels, en rendant compte de dimensions qui peuvent être liées aux contextes postcoloniaux, aux expériences de translinguisme, mais également de situation d’exil social, séparant l’écrivain des registres et des sociolectes familiaux. Pourront également être abordées à travers les oeuvres littéraires et artistiques les questions de représentations et de valeurs, mais également les études portant sur les métaphores autour du partage des langues dans le cadre familial et des connotations psychologiques des appellations telles que celle de langue maternelle.

Extrait de l’appel concernant l’axe 5 : Approches transversales à partir de corpus littéraires et artistiques

Les écrivains sont des observateurs privilégiés des pratiques, des attitudes et des médiations qui mettent en jeu le rapport aux langues dans la construction identitaire, au sein de la famille et dans les contacts de celle-ci avec la société. Explorant conjointement les imaginaires familiaux et langagiers, certaines œuvres nous donnent accès à des dimensions subjectives, difficilement observables, du rapport à la langue maternelle (lien au maternage, aux fonctions nutritives, contenantes etc.) ou de l’adoption d’une langue seconde comme langue d’écriture (sentiments d’abandon, de perte ​vs ​de liberté, d’émancipation).

Dans le cas d’écrivains plurilingues, de nombreuses œuvres, à mi-chemin entre l’autobiographie et l’essai explorent les dimensions psychologiques du partage des langues (Esteban), de la non-transmission de sa langue par un des parents (Sebbar), ou encore des pratiques plurilingues en contexte diglossique (Chamoiseau) ou de migration (Huston) en rendant sensible le mélange, la contamination, le métissage caractéristique de l’interlangue familiale (Begag, Salvayre). Par rapport à ces différentes configurations, le travail même de création littéraire, et plus largement artistique, peut revendiquer une forme de défamiliarisation ou d’étrangéisation de la langue d’écriture par rapport à la langue standard, qui se trouve altérée par des langues d’héritage, qu’elles soient effectivement transmises ou l’objet de reconstitutions plus ou moins fantasmatiques. Contextualisations sociolinguistiques, approches biographiques ou analyses textuelles pourront s’inscrire dans cet axe des travaux de divers horizons ayant en commun de considérer les corpus littéraires et artistiques comme sources et comme objets d’étude permettant d’aborder, à partir de l’écriture, la question des langues dans la famille.

Soumission des propositions de communication :

Les communications auront une durée de 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de discussion. Les propositions de communication, en français, en anglais ou en espagnol, compteront au maximum 400 mots, et indiqueront :

  • Un titre
  • Les nom et prénom de l’auteur / des auteurs / appartenance institutionnelle
  • 3 à 5 mots-clés et l’(les) axe(s) de réflexion retenu(s)
  • Références bibliographiques essentielles (5 maximum)

Au cours du colloque, deux créneaux d’une heure et demie seront consacrés à des symposia. Toute proposition de symposium devra réunir, au moins, deux équipes – des laboratoires ou des universités différents –, représentées par 5 personnes maximum. Il s’agira de présenter des résultats issus de projets de recherche (en cours ou finalisés). Il est attendu qu’il y ait une mise en valeur des analyses de données mais aussi des applications pour la didactique des langues et les disciplines voisines (intervention, praxis, conception de programmes, préconisations en matière de politiques linguistiques, …). Il est recommandé qu’environ un tiers de la durée du symposium ait une nature pratique, voire d’échange avec le public.

L’appel complet est à télécharger sur la page du colloque :

https://languesfamille.sciencesconf.org

Ou directement en :  français, en anglais, en espagnol

Le formulaire de soumission se trouve dans la rubrique “Déposer” sur le site du colloque : ​https://languesfamille.sciencesconf.org/submission/submit

Dates importantes :

  • Date limite de soumission des propositions : 15 mai 2019
  • Notification d’acceptation ou de refus : 1 juillet 2019
  •  Inscription : 1 octobre – 15 novembre 2019
  • Dates du colloque : 5-7 décembre 2019

Contact : ​languesfamille@sciencesconf.org

Annonce : colloque international « L’écriture du ‘je’ dans la langue de l’exil »

Paris ENS-Ulm 14-16 décembre 2018

Colloque organisé par Isabelle Grell-Borgomano (« Genèses d’autofictions » ITEM/ENS/CNRS) et Jean-Michel Devésa (EA EHIC, Université de Limoges, France)

Ecole Normale Supérieure

45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Vendredi après-midi : 14.30 – 18.00 – Salle Celan

 « Perspectives théoriques et critiques appliquées » 

(Modération : Isabelle Grell-Borgomano)

  • 14.30-14.45   Ouverture : Isabelle Grell et Jean-Michel Devésa  
  • 14.45-15.15  Alain Ausoni (ENS-Paris, France/Université de Lausanne, Suisse), « Jeaprès d’autres : affiliations littéraires et dialogues d’exilé·e·s dans les mémoires d’outre-langue »
  • 15.15-15.45   Faure Alexandre (Doctorant, Université de Rennes 2, France), « Les Langues de l’exil : écriture du reste »

Pause

  • 16.00-16.30 Dagtekin Seyhmus (Écrivain, Kurdistan-France),« Comme on changerait de monture en cours de route »
  • 16.30-17.00  Sarah Chiche (Écrivain, psychanalyste, Paris), « ‘Je ne suis rien’. Exil de soi et hantises dans le livre de l’intranquilité de Fernando Pessoa » 
  • 17.00-17.30  Darina al Joundi (Écrivaine, dramaturge, actrice, Liban-Paris)​, « Prisonnière de l’exil »
  • 17.30-18.00  Discussion

Samedi matin : 9.30 – 12.45 – Salle Cavaillès

« Voix (croisées) africaines »

(Modération : Lori Saint-Martin)

  • 9.30-10.00  Beata Umubyeyi-Mairesse (Écrivaine, Rwanda-France) :« Comprendre le je, dire le nous : élaboration d’un récit singulier entre français et kinyarwanda »
  • 10.00-10.30 Marie-Claude Hubert (Université de Lorraine, France), « Mukasonga, (se) réfléchir dans l’histoire »
  • 10.30-11.00  Karen Ferreira-Meyers (University of Eswatini)​, « L’Autofiction historique de Vamba Sherif : réécriture en langue étrangère »

Pause

« Se perdre ou se trouver dans la langue de l’A/autre »

(Modération : Jean-Michel Devésa)

  • 11.15-11.45  Lori Saint-Martin (Écrivaine, Université du Québec à Montréal, Québec), « Ma Vie entre les langues »
  • 11.45-12.15 Table ronde : Les Écrivains africains de la diaspora et leur(s) langues : Sami Tchak (Togo) et ​Théo Ananissoh (Togo)
  • 12.15-12.45  Discussion

Samedi après-midi : 14.30 – 18.15 – Salle Cavaillès

« Se dire en terre(s) d’islam »

(Modération : Sylvain Bureau)

  • 14.30-15.00  Arnaud Genon (Écrivain et critique, Allemagne)​,« De la langue du pouvoir au pouvoir de la langue : les différents ‘je’ d’Abdellah Taïa »
  • 15.00-15.30  Abdellah Taïa (Écrivain, scénariste, Maroc-Paris)​,« Manger ou ne pas manger, écrire ou ne pas écrire »
  • 15.30-16.00 Fadoua Roh (Doctorante, Université de Paris IV-Sorbonne), « L’Œuvre d’Abdellatif Laabi ou le moi ‘exilé’ marocain »

Pause

« La Difficulté d’être translingue »

(Modération : Arnaud Genon)

  • 16.15-16.45  Sylvain Bureau (Université fédérale du Paraná – Brésil), « L’« Écrivivance » de ConceiçãoEvaristo ou l’autofiction contemporaine des femmes brésiliennes »
  • 16.45-17.15  M’Raim Malika (Université Ibn Khaldoun, Tiaret,  Algérie), « Écriture et mise en scène du ‘je’ chez la romancière Assia Djebar »
  • 17.15-17.45  Houdu Lucie (Doctorante, Paris 3) : « Un Jetoujours entre deux langues : Tony Harrison et l’écriture poétique de l’exil »
  • 17.45-18.15   Discussion

 Dimanche matin : 9.30 – 12.45 – Salle Cavaillès

« Du choix de la langue du pays d’accueil »

(Modération : Nurit Levy) 

  • 9.30-10.00   Claire Olivier (Doctorante, Université de Limoges, France), « Agota Kristof et les ‘langues ennemies’ »
  • 10.00-10.30  Dirk Weissmann (Université de Toulouse – Jean Jaurès, France), « La Langue de l’Europe, c’est le plurilinguisme — Yoko Tawada et l’identité européenne »
  • 10.30-11.00 Entretien d’Isabelle Grell avec l’auteur Anne Weber

Pause

  • 11.15-11.45  Martina Wagner-Egelhaaf (Université de Münster, Allemagne) : « Autofiction et multilinguisme chez Emine Sevgi Özdamar »

« Fuir l’horreur pour la dire et l’écrire »

(Modération : Dirk Weissmann)

  • 11.45-12.15  Nurit Lévy (Université de Lille, France), « Raymond Federman dans l’entre deux langues. Étude de La Voix dans le débarras/The Voice in the Closet »
  • 12.15-12.45  Georges-Arthur​ Goldschmidt (Écrivain, Allemagne-France)

Dimanche après-midi : 14.30 – 17.45 – Salle Cavaillès

« Le Fil assumé ou dénié de l’exil »

(Modération : Romuald Fonkoua) 

  • 14.30-15.00  Rania Fathy (Université du Caire, Egypte), « La Trilogie de Gulpérie Efflatoun Addalla : l’exil de la langue ? »
  • 15.00-15.30 Nathalie Segeral (University of Hawaï, États-Unis), « Exil, langue maternelle et (non-)maternité dansUne Autobiographie allemandede Cécile Wajsbrot et Hélène Cixous »
  • 15.30-16.00  Linda Lê (Écrivaine, Vietnam-Paris), « Hors Je. À propos de Norman Manea »

Pause

« De l’exil, des langues et de leurs poétiques »  

(Modération : Karen Ferreira-Meyers)

  • 16.15-16.45 Romuald Fonkoua (Université de Paris IV – Sorbonne), « De la langue comme pré-texte : petite histoire d’un faux malentendu francophone » 
  • 16.45-17.15 Claire Legendre (Université de Montréal, Québec), « La Poétique de l’exil dans l’œuvre autofictionnelle de Fernando Arrabal »
  • 17.15-17.45  Discussions

Annonce : séminaire doctoral à l’INALCO « langue étrangère et étrangéisée »

PROGRAMME ANNUEL DU SEMINAIRE DOCTORAL PLIDAM 2018-2019

Langue étrangère et étrangéisée.
Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

(Responsable : Frosa Pejoska-Bouchereau)

INALCO- PLC- Salle 4.10 de 17h30 à 19h30

25.10.2018, Alain AUSONI, À ma gauche, Katalin Molnár ; à ma droite le «fransè ». L’écriture translingue comme sport de combat.

29.11.2018, Jordan PLEVNEŠ, L’écriture est l’art de la disparition.

20.12.2018, Nathalie KARAMANOUKIAN, L’écriture étrangéisée de Krikor Beledian.

17.01.2019, Damien EHRHARDT, Nouvelles approches des transferts culturels.

14.02.2019, Andrée GAYE, Traduire une langue européenne “rare”, le slovène.

14.03.2019, Sadia AGSOUS, La littérature palestinienne en hébreu : l’identité palestinienne à l’épreuve de la rencontre des langues arabes et hébraïque.

11.04.2019, Habib ABDURAB AL SORURI et Ali AL MUQRI). Dialogue entre deux romanciers yéménites: l’usage des langues française et arabe dans leurs œuvres (modérateur Malek AL-ZAUM).

17.05.2019, Houria ABDELOUAHED, Émigration des langues, émigration dans la langue.

13.06.2019, Christina ALEXOPOULOS, Accueillir la parole des sujets en exil : la narration comme traduction du monde.


Annonce : journée d’études 18 octobre 2018 « Ecrire dans / avec les langues »

Nous vous rappelons que le JEUDI 18 OCTOBRE 2018 – de 9h à 17h aura lieu une journée d’études autour des ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue, organisée par notre équipe.

A Censier 13 rue de Santeuil 75005 Paris, en salle 410 (Bâtiment A, 4e étage). Entrée libre, pensez à vous munir de votre carte d’étudiant ou bien d’une pièce d’identité et du programme de la journée (à télécharger ci-dessous).

« Ecrire dans / avec les langues : création, expression, réflexion. Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue »

A la croisée de plusieurs pratiques de création et de formation, les ateliers d’écriture créative en FLE visent à développer et affiner la conscience linguistique en relation avec la sensorialité et les émotions. 

Dans ce cadre, les textes littéraires et les projets artistiques autour de la langue et des langues offrent des modèles, des amorces et des médiations. Ils ouvrent pour les participants le champ des possibilités d’expression, de création et de réflexion, permettant de transformer le rapport à l’apprentissage et à la notion de maîtrise linguistique. Par le travail qu’ils permettent autour des sentiments et des affects liés aux langues, ils contribuent à la prise de conscience des implications personnelles et subjectives de l’expérience de la pluralité linguistique et culturelle.

Cette journée d’études consacrée aux ateliers d’écriture créative autour du plurilinguisme, est ouverte aux doctorants et masterants. 

Elle prolonge les questions ouvertes autour de littératureécritureet plurilinguismepar la journée du 18 octobre 2017 : « Plurilinguisme et arts du langage » organisée par Anne Godard, Serge Martin et Marina Krylyschin et tisse des liens avec les recherches menées au sein du DILTEC sur le plurilinguisme et la créativité, notamment « Langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (Muriel Molinié et Nathalie Borgé, 6 février et 29 mars 2018) et « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » (Muriel Molinié et Catherine Mendonça-Dias le 28 novembre 2018).

Au cours de la journée, les liens entre les ateliers d’écriture et le plurilinguisme seront explorés à travers :

  • une entrée par la pratique de l’écriture créative,
  • une rencontre avec une artiste à l’œuvre multiple qui s’inscrit dans l’expérience plurilingue,
  • deux conférences éclairant les ateliers d’écriture dans le domaine de la formation professionnelle et du soin,
  • une table ronde réunissant différentes chercheuses du DILTEC, qui permettra de faire un bilan des ateliers menés à Paris 3 dans le contexte du FLE, en interrogeant les dispositifs et les corpus dans une perspective linguistique et didactique.

9h Accueil

Ouverture par Valérie Spaëth, directrice du DILTEC

9h15-10h45 Entrée dans les ateliers d’écriture créative

par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly

  • Présentation des ateliers
  • Propositions d’écriture créative autour du plurilinguisme, de la conscience linguistique et de l’identité langagière à partir de textes littéraires et de projets d’artistes
  • Discussion et bilan collectif

10h45-11h Pause café 

11h-12h Rencontre avec Yolande Zauberman, 

écrivaine, documentariste et réalisatrice 

  • autour de son livre, co-écrit avec Paulina Mikol Spiechowicz, Les mots qui nous manquent, Calman Lévy, 2016

12h-14h Déjeuner 

14h-15h30 Perspectives professionnelles et thérapeutiques sur les ateliers d’écriture

  • « Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs » 

par Alain André(directeur pédagogique d’ALEPH-Ecriture)

  • « Vers une voix-peau plurilingue : l’atelier d’écriture dans un milieu de soin » 

par Sara Greaves(LERMA, université Aix-Marseille)

15h30-15h45 Pause café 

15h45-17h Table ronde interdisciplinaire sur les ateliers plurilingues à l’université Paris 3

  • Retour sur le projet mené en DULF et DUEF en 2017-2018
  • Articulation conscience/ expérience linguistique, créativité/réflexivité, performance/compétence
  • Perspectives pour l’analyses des corpus : interlangue, acquisition, énonciation, émotions
  • Transferts de pratiques, passerelles formation et recherche

Un compte rendu de la journée sera publié ici-même. Téléchargez ici l’affiche et le programme.

Annonce : programme 2018-2019 du séminaire d’ ITEM : « Multilinguisme, traduction, création »

Coordination : Olga Anokhina et Patrick Hersant

 

samedi 22 septembre 2018 de 14h30 à 16h30

Patrick HERSANT (Université de Paris 8) : L’étude génétique des brouillons de traducteurs

ENS, 45 rue d’Ulm 75005 Paris, Salle à confirmer. Séminaire en commun avec l’équipeValéry de l’ITEM

 

*vendredi 19 octobre 2018 de9h30 à 12h30

– Congrès du cinquantenaire de l’ITEM La critique génétique comme processus :  La génétique dans le monde (Brésil, Argentine, Japon, Italie, Allemagne)

ENS, Salle Dussane

 

vendredi 9 novembre 2018 de 14h30 à 16h30      

Alain AUSONI (Université de Lausanne)  : Mémoires d’outre-langue. Écrire la vie en L2

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 7 décembre 2018 de 16h30 à 18h30

Antonio LAVIERI et Danielle LONDEI (Université de Palerme/Université de Bologne) : Les manuscrits plurilingues des anthropologues. Traductologie et écriture ethnographique

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 159(1erétage)

 

*12-14 décembre 2018 

– Colloque international : Tsvetaieva et l’Europe

Université de Strasbourg /Collège Doctoral Européen

 

vendredi 8 février 2019 de 14h30 à 16h30

Frédéric WEINMANN

« En français dans le texte » : Comment les traducteurs réagissent-ils face aux passages écrits dans la langue d’arrivée ?

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 8 mars 2019 de 14h30 à 16h30

Zlatka TIMENOVA-VALTCHEVA (Université de Lisbonne) : Entre les langues : écriture de haïku et autotraduction(français, bulgare, portugais, anglais…)

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

vendredi 5 avril 2019 de 14h30 à 16h30

Myriam OLAH (Université de Lausanne) : Traces énonciatives de la langue hongroise dans les textes et les avant-textesd’Agota Kristof

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

*16-17 mai 2019 

– Colloque international : Écriture et traduction entre les langues : manuscrits, imprimés, archives littéraires

Bilbao (Espagne)

 

vendredi 7 juin 2019 de 14h30 à 16h30

Olga ANOKHINA (ITEM) : Quand le plurilinguisme fait vendre : de l’écriture littéraire à l’industrie musicale

CNRS, 59 rue Pouchet 75017 Salle 311(3ème étage)

 

*12-14 juin 2019

– Colloque international : Genetic Criticism: from Theory to Practice

Cracovie (Pologne)

Parution : Alain Ausoni, Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi

Alain Ausoni, docteur de l’université d’Oxford et maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne, publie:

Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi, Genève, Slatkine Erudition, 2018.

ISBN : 978-2-05-102824-0

Extrait de la 4e de couverture et du sommaire :

Explorant des textes autobiographiques contemporains jugés significatifs, cet essai propose une cartographie des poétiques translingues et montre ce que la pratique d’une langue étrangère fait à l’écriture de soi.

Auteurs étudiés : Andreï Makine, Hector Bianciotti, Vassilis Alexakis, Nancy Huston, Agota Kristof et Katalin Molnár.

Annonce : Ecrire dans / avec les langues : création, expression, réflexion – Ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue

Le 18 octobre 2018, de 9h à 17h30, au Centre Censier (salle 410), 13 rue de Santeuil 75005 Paris

Aura lieu une journée d’études organisée par Déborah Aboab, Anne Godard, Virginie Rajaud-Allaneau et Donatienne Woerly, Groupe de recherche : Ecriture et plurilinguisme

DILTEC « Didactique des langues, des textes et des cultures » (EA 2288), 

Présentation :

A la croisée de plusieurs pratiques de création et de formation, les ateliers d’écriture créative en FLE visent à développer et affiner la conscience linguistique en relation avec la sensorialité et les émotions. Dans ce cadre, les textes littéraires et les projets artistiques autour de la langue et des langues offrent des modèles, des amorces et des médiations. Ils ouvrent pour les participants le champ des possibilités d’expression, de création et de réflexion, permettant de transformer le rapport à l’apprentissage et à la notion de maîtrise linguistique. Par le travail qu’ils permettent autour des sentiments et des affects liés aux langues, ils contribuent à la prise de conscience des implications personnelles et subjectives de l’expérience de la pluralité linguistique et culturelle.

Une journée :

  • ouverte aux doctorants et masterants,
  • consacrée aux ateliers d’écriture créative en contexte plurilingue,
  • faisant suite à la journée du 18 octobre 2017 : « plurilinguisme et arts du langage »,
  • en synergie avec deux matinées sur les « langages artistiques, émotions et littératies multimodales » (6 février, 29 mars 2018) et une journée autour de « L’enfant migrant, ses langues et leurs histoires, à l’école » (28 novembre 2018).

 

Programme :

9h                   Accueil et présentation de la journée

Ouverture par Valérie Spaëth, directrice du DILTEC (EA2288)

9h15-10h45    « Ecrire dans / avec les langues » : entrée dans les ateliers d’écriture créative

  • Présentation des corpus littéraires, des objectifs des ateliers et des perspectives de recherche
  • Quatre ateliers en parallèle avec une activité emblématique pour chacun (interlangue, traduction, projet d’artiste, sensorialité/réflexivité)
  • Discussion  & bilan collectif

10h45-11h      Pause café

11h-12h          Rencontre avec Yolande Zauberman, écrivaine et réalisatrice

  • Auteure, avec Paulina Mikol Spiechowicz, de Les mots qui nous manquent, Calman Lévy, 2016
  • Questionnements littéraires et artistiques autour de la pluralité des langues et des cultures

12h-14h          Déjeuner

14h-15h30      Diversité des ateliers d’écriture : visées professionnelles et psycho-sociales

  • « Du plaisir d’écrire à la formation de formateurs » par Alain André (directeur pédagogique d’ALEPH-Ecriture)
  • « Vers une voix-peau plurilingue : l’atelier d’écriture dans un milieu de soin » par Sara Greaves (LERMA, université Aix-Marseille)
  • Discussion : supports, contextes, visés, enjeux : convergences et spécificités

15h30-15h45 Pause café

16h-17h30      Table ronde : retour sur les ateliers plurilingues à l’université avec des enseignants-chercheurs du DILTEC

  • Créativité/réflexivité, performances/compétences : spécificité des apports des ateliers d’écriture
  • Pistes d’analyse et de réflexions sur les productions des apprenants (DULF et DUEF 2017-2018)
  • Discussion : transferts de pratiques, partages d’expérience, passerelles vers formation et recherche

17h30             Clôture

Annonce : colloque « Ecritures créatives » à l’université catholique de l’ouest – Angers

6, 7 et 8 juin 2018 à Angers

Représentations contemporaines, processus créatifs et nouveaux enjeux professionnels

Articuler recherche et professionnalisation

Le colloque s’inscrit dans un contexte où les dispositifs d’éducation et de formation sont de plus en plus perméables aux pratiques d’écritures créatives. Outre les dimensions éthiques, anthropologiques et littéraires, seront interrogés les processus d’écriture créative à l’œuvre dans les domaines éducatifs (universitaires, scolaires, périscolaires), professionnels (insertion sociale, développement personnel, entreprise, domaine thérapeutique) et personnels.

On se demandera alors quels sont les enjeux contemporains de ces pratiques inédites en termes d’évolution des représentations, de transferts de compétences, de processus de création, d’autodidaxie…

Ce colloque interdisciplinaire se conçoit comme un espace de rencontres, de croisements et d’échanges ouvert à des chercheurs, des enseignants, des formateurs et des professionnels des domaines concernés.

4 axes

  • Axe 1 : Écrire, ça s’apprend ?
  • Axe 2 : Transmission et transfert de compétences
  • Axe 3 : Anthropologie et développement personnel
  •  Axe 4 : Écritures, nouvelles technologies et nouvelles sociabilités

Programme :

http://ecritures-creatives.uco.fr/navigation/programme/programme-du-colloque-8400.kjsp?RH=2344957599882752

L’écriture créative dans une perspective plurilingue et en contexte de français langue étrangère sera abordée dans plusieurs communications.

Parutions récentes : littérature, plurilinguisme et traduction

Olga Anokhina nous signale ces deux références consultables en ligne :

  • Revue COSMO : Comparative Studies in Modernism n°11 / 2017: Écrivains en transit. Translinguisme littéraire et identités culturelles | Scrittori in transito. Translinguismo letterario e identità culturali, a cura di Franca Bruera, Centro Studi Arti della Modernità, Università degli Studi Torino.

Sommaire et articles en téléchargement

http://www.ojs.unito.it/index.php/COSMO/issue/view/268

  • La main de Thôt n° 2 – Traduction, plurilinguisme et langues en contact (2014,  mis à jour à l’occasion de la  remise en ligne 2017)

La main de Thôt : Théorie, enjeux et pratiques de la traduction, est une revue scientifique multilingue de l’Université de Toulouse II – Le Mirail

Sommaire et articles en téléchargement :

http://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=87