Tous les articles par Anne Godard

Maîtresse de conférences en langue et littérature françaises Université Sorbonne Nouvelle EA2288 DILTEC - Didactique des langues, des textes et des cultures CV HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/anne-godard

Elke de Rijcke, écrivaine translingue

Entretien avec une autrice à découvrir dans Les Plats-Pays

Elke de Rijcke, poétesse entre deux langues, le français et le néerlandais, interrogeant aussi les liens entre littérature, arts et sciences, s’entretient avec la journaliste Véronique Bergen.

Entretien à découvrir dans le magasine en ligne Les Plats-Pays, consacré à la création en Flandre et aux Pays-Bas

https://www.les-plats-pays.com/article/une-ecrivaine-translingue-elke-de-rijcke

Citation :

Extrait d’une anthologie de ses oeuvres publiée aux éditions Lanskine à découvrir en lecture dans le podcast SonaLitté :

https://soundcloud.com/sonalitte/elke-de-rijcke-et-puis-soudain-il-carillonne-318

Cycle « Paroles de créatrices » : Dialogue entre Négar Djavadi et Elitza Gueorguieva

Quatrième conférence ans le cadre de la résidence d’écriture d’Elitza Gueorguieva

portrait Négar Djavadi
portrait Négar Djavadi © Négar Djavadi‎

  • Jeudi 2 mai de 18h à 20h
  • Université Sorbonne Nouvelle Campus Nation 8 avenue Saint-Mandé 75012 Paris – Salle AS35
  • Entrée libre

Cycle « Paroles de créatrices » 

Dans le cadre de la résidence d’écriture d’Elitza Gueorguieva

Dialogue entre Négar Djavadi et Elitza Gueorguieva

Séance animée par Aline Marchand, en complicité avec Marielle Anselmo

Cette rencontre est la quatrième d’un cycle organisé dans le cadre de la résidence d’écriture de l’écrivaine franco-bulgare Elitza Gueorguieva à l’Inalco. Celle-ci anime deux ateliers d’écriture à destination des étudiants de Licence et de Master. Elle participe à une série de rencontres avec des écrivaines qui partagent avec elle le fait d’être translingues, c’est-à-dire d’être passées de leur langue maternelle au français, langue d’écriture.

La discussion gravitera autour du roman Désorientale de Négar Djavadi, qui déploie l’histoire de l’Iran sur trois générations, à travers le récit d’apprentissage de Kimiâ Sadr, fille d’un journaliste opposant au régime iranien et s’exilant avec sa famille en Europe. Dans cette fresque romanesque, les langues parlées, entendues et rêvées de l’enfance (le persan, le dialecte mazandarani ou encore le français) traversent les frontières géographiques pour interroger les représentations de l’Orient dans la société française d’aujourd’hui.

Négar Djavadi est née en Iran et vit en région parisienne. Elle arrive en France à l’âge de onze ans avec sa famille, des opposants au Shah puis à Khomeiny. Après des études en cinéma à Bruxelles (INSAS), Négar Djavadi réalise des documentaires et écrit des scénarios de fictions. En 2016, paraît son premier roman, Désorientale, aux éditions Liana Levi, primé en France, en Belgique comme aux États-Unis, et traduit dans une quinzaine de langues. Parallèlement à sa carrière de scénariste, elle signe Arène (2020) chez la même éditrice et La Dernière Place (2023) dans la collection « des nouvelles du réel » aux éditions Stock.

Elitza Gueorguieva est née à Sofia, en Bulgarie. Elle a publié deux romans aux éditions Verticales : Les cosmonautes ne font que passer (2016) et Odyssée des filles de l’Est (2024). Elle a réalisé plusieurs fils documentaires dont Chaque mur est une porte (2017) et Notre endroit silencieux (2021). Elle réalise des performances pour différents lieux scéniques.

Cette résidence d’écriture est réalisée dans le cadre du programme de résidences de la Région Île-de-France. Elle est portée par le Master de Traduction Littéraire, avec le soutien des équipes PLIDAM, CERLOM, CREE et la collaboration de l’UMR THALIM.

Les prochaines rencontres auront lieu : le mardi 14 mai 2024 à 19h avec L. Etchart à la Librairie des femmes et le 19 ou 20 juin 2024, pour une restitution du travail mené en atelier avec les étudiant.e.s de l’Inalco, à la Maison de la Poésie. 

Responsable : marielle.anselmo@inalco.fr 

Contact : aline.marchand@sorbonne-nouvelle.fr 

« Écrire en français langue autre au XXIe siècle »  Festival de la Francophonie 2024, 25-25 avril 2024 – Sorbonne Abu Dhabi

« Écrire en français langue autre au XXIe siècle »  

Colloque international25 et 26 avril 2024  

Festival de la Francophonie 2024 

Rencontres exceptionnelles avec les auteurs

Makenzy Orcel, Miguel Bonnefoy, Elke de Rijcke, Raluca Maria Hanea, François Heusbourg, Ryoko Sekiguchi, Mehtap Téké 

Sorbonne Université Abu Dhabi, Zayed Theater/Colloque en comodal  

Dans le sillage des travaux et réflexions séminaux consacrés depuis une trentaine d’années à l’hétérolinguisme, au plurilinguisme, et tout récemment encore à la francophonie translingue littéraire, le colloque international « Écrire en français langue autre au XXIe siècle » vise à interroger, dans toute sa diversité, sa complexité, et ses enjeux, tant esthétiques que linguistiques et politiques, l’écriture littéraire en français langue autre au XXIe siècle.  

Cet événement est organisé dans le cadre du Festival de la Francophonie 2024 par Sorbonne Université, Sorbonne Université Abu Dhabi et New York University Abu Dhabi, avec le mécénat d’Air France.  

  Possibilité de suivre en ligne sur demande aux organisteurs

Attention, horaire local (+2h) – il faut donc retirer 2h pour l’heure de Paris

Jeudi 25 avril 

Matin 

8h30. Accueil des participants 

8h45. Ouverture du colloque et introduction  

9h20-9h50. Sara De Balsi 

« Francophonie translingue : actualité et perspectives » 

9h50-10h10. Discussion  

10h30-12h00. Rencontre avec Makenzy Orcel et Miguel Bonnefoy 

« Le roman à l’épreuve du français langue autre » 

Table ronde animée par Leila Sammou et Célia Ouali (Sorbonne Université Abu Dhabi) 

Discussion et échange avec le public 

12h00-12h30. Dédicace avec les écrivains du colloque en présence de la Librairie Culture and Co: avec Makenzy Orcel, Miguel Bonnefoy, Elke de Rijcke, Raluca Maria Hanea, François Heusbourg, Ryoko Sekiguchi, Mehtap Téké  

Après-midi 

13h45. L’oeuvre du plurilinguisme, de l’Amérique du Sud à l’Europe de l’Est 

Présidente-discutante: Angeliki Kordoni 

13h50-14h10. Julie Corsin (Université de Castille-La Manche) 

« Le français comme langue d’écriture autre dans les œuvres de Silvia Baron Supervielle » 

14h10-14h30. Anne Godard (Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3) 

« Trois autofictions langagières contemporaines autour du plurilinguisme et de l’exil (Alcoba, Madjidi, Panassenko) »  

14h30-14h45. Discussion 

14h45-15h00. Pause 

15h00. L’Europe au crible du translinguisme 

Présidente-discutante: Karine Germoni 

15h00-15h20. Olga Anokhina (ITEM, UMR 8132 CNRS/ENS) 

« Écrire avec un accent ? Polina Panassenko, Tenir sa langue » 

15h25-15h45. Angeliki Kordoni (Sorbonne Université Abu Dhabi) 

« Entre deux langues et deux cultures : l’odyssée identitaire de Vassilis Alexakis » 

15h45-16h15. Bernard Franco (Sorbonne Université, Faculté des Lettres) 

« Giovanni Dotoli entre deux mondes : un poète italien de langue française ? » 

16h15-16h30. Discussion 

16h30-16h40. Pause  

16h40-17h20. Rencontre avec Elke de Rijcke :  

« Comment ma poésie translingue est prise dans plusieurs rapports de traduction » 

Lecture de poèmes d’Elke de Rijcke 

Discussion et échange avec le public  

17h20-17h30. Pause 

17h30-19h00. Rencontre avec Raluca Maria Hanea et François Heusbourg :  

« Aux sources du babil : Raluca Maria Hanea en dialogue avec son éditeur, le poète François Heusbourg » 

Lecture de poèmes de Raluca Maria Hanea 

Discussion et échange avec le public 

Vendredi 26 avril 

8h30. Accueil des participants 

8h45. Du Maghreb au Machrek : traversées et altérités linguistiques 

Président-discutant: Alvaro Luna-Dubois 

8h45-9h05. Soraya Refrari (Université de Biskra) 

« Les dynamiques de l’écriture en français langue autre : le cas d’Assia Djebar » 

9h10-9h30. Amel Maouchi (Université Frères Mentouri-Constantine 1) 

« De Babel à Terminus Babel : traversées littéraires et linguistiques dans l’oeuvre de Mustapha Benfodil » 

9h30-9h40. Discussion 

9h40-10h00. Lamia Mecheri (Université d’Annaba) 

« Écrire en français, une langue déterritorialisée : Ce que le mirage doit à l’oasis de Yasmina Khadra » 

10h00-10h20. Mouna Lahlah (Université Badji Mokhtar Annaba) 

« La langue plurielle de Fahla, reflet d’une Algérie en mutation » 

10h20-10h40. Souad Baba Saci (Université  Mohamed Lamine Debaghine-Sétif 2) 

« “Ma langue est celle de l’Autre” : représentations et choix linguistiques dans l’œuvre de Kaouther Adimi » 

10h40-11h00. Discussion 

11h00-11h15. Pause  

Présidente-discutante: Olga Anokhina 

11h20-11h40. Gleya Maatallah (Université de Manouba) 

« Écrire dans la langue de l’Autre chez Fawzia Zouari : entre mal être culturel et identité plurielle » 

11h40-12h00. Hind Aassouli et Salsabil Fakkar (Université Hassan II, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ain Chock) 

« L’exploration identitaire à travers l’écriture en langue française : regards croisés sur deux écrivain.e.s marocain.e.s » 

12h00-12h20. Claire Olivier (Université de Limoges) 

« Oliver Rohe : altérité des chants » 

12h20. Discussion 

14h00. Plurilinguismes et interculturalités de l’Afrique francophone 

Présidente-discutante: Bodo Ramangason 

14h00-14h20. Réka Belog (Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis) 

« Recréer en français langue autre et le plurilinguisme chez Alain Mabanckou » 

14h25-14h45. Aminata Aidara et Aliou Seck (Université Cheikh Anta Diop) 

« Le roman africain d’expression française: de l’hybridité linguistique à une interculturalité dynamique » 

14h45-15h00. Discussion 

15h00. Vers l’Inde, en passant par Madagascar: parcours identitaires en langue autre 

Présidente-discutante: Réka Balog 

15h00-15h20. Bodo Ramangason (Université d’Antananarivo) 

« Bilangue et Interculturalité : rencontre avec des traits identitaires de certaines œuvres de Michèle Rakotoson » 

15h25-15h45. Kshama D. Dharwadkar et Shourya S. Dalvi (Goa University) 

« Dévoiler la complexité culturelle: une exploration approfondie de l’identité, de la tradition et de la langue dans Nocturne Pondichéry d’Ari Gautier » 

15h50-16h10. Sharmili Jayapal (Université de Pondichéry) 

« De la Langue Natale à la Langue Vitale: le parcours atypique de Shumona Sinha vu à travers L’autre nom du bonheur était français » 

16h10-16h30. Discussion et pause 

16h30. Rencontre avec Ryoko Sekiguchi et Methap Téké :  

« Écrire entre deux langues »  

Table ronde animée par Saïd Nourine (Directeur de l’Alliance française de Dubai) et Karine Germoni (Sorbonne Université, Faculté des Lettres/Sorbonne Université Abu Dhabi) 

Discussion et échange avec le public 

18h00. Clôture du colloque  

Le public extérieur pourra se connecter à distance pour suivre le colloque grâce au lien ci-dessous:

https://events.teams.microsoft.com/event/08b71bcc-4730-4d0d-a3dd-2fa2a449ba81@ef07ba01-f2c4-4eaa-99d4-57ab649ee4ff

Parution : L’enfant plurilingue en littérature

GOURGUES, Marie ; SAMPAGNAY, Louise (dir.) (2024), L’enfant plurilingue en littérature, Editions des archives contemporaines, Coll. «Multilinguisme, traduction, création», France, ISBN : 9782813005205, 295p.,

Ouvrage en accès libre

doi : https://doi.org/10.17184/eac.9782813005205  

Présentation :

« Il existe une sorte d’étymologie privée liée aux langues qu’un enfant a précocement connues. En écrivant l’histoire d’une jeunesse, il me faudrait examiner sérieusement les noms et les mots en tant que tels » écrivit Canetti en 1973, prix Nobel de littérature pour une œuvre entièrement écrite en allemand.

Cette langue était pourtant sa cinquième, apprise à partir de ses huit ans après le judéo-espagnol, le bulgare, l’anglais et le français. D’une enfance pensée et écrite entre les langues résulte cette évidence : l’attention qui doit être portée aux mots est démultipliée par le nombre de langues parlées – autant de systèmes intimes et politiques où ils s’organisent.

Les contributions rassemblées dans ce volume proposent de penser la multiplicité des langues, leur entremêlement, changement, ou influence sur la ou les langues d’écriture. De l’hétérolinguisme au translinguisme, écrivains et chercheurs envisagent et retracent des itinéraires langagiers placés sous le signe de découvertes, d’apprentissages familiaux et scolaires, d’abandons ou de (re)conquêtes d’idiomes imposés ou choisis. Les figurations littéraires de l’enfance chez des auteurs déjà envisagés, ou non, par les études plurilingues (V. Nabokov, F. Laroui, M. Madjidi, F. Cavanna, E. Carrère, S. Varatharajah, S. Cisneros, D. Tammet…) sont explorées au même titre que celles d’auteurs de littérature de jeunesse (T. Ungerer, Y. Fastier, B. Atxaga…). Enfin nous sont données à lire des paroles d’écrivains plurilingues contemporains : Adolphe Nysenholc, Emilio Sciarrino, Alfons Cervera et Denis Lachaud.

Le retour à l’enfance dans la multiplicité de ses langues vécues corporellement, entendues, parlées, mises en littérature, permet de comprendre le paradigme post-monolingue de l’« au-delà de la langue maternelle » défini par Yildiz en 2012.

Parution : Sara De Balsi, La francophonie translingue. Eléments pour une poétique

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. “Plurial”, 2024, 126 pages, 18€. EAN : 9782753594371

Qu’implique le choix d’écrire en français lorsque le français est une langue seconde, apprise dans une démarche individuelle à un âge relativement avancé ? S’agit-il d’une simple «conversion» à un centre politique et littéraire prestigieux et à sa tradition littéraire, ou bien d’une pratique littéraire hybride qui perturbe les liens supposés nécessaires entre langue, littérature et nation ?

Cet ouvrage est une étude synthétique de la francophonie translingue, de l’ensemble des œuvres d’écrivains pour lesquels le français est une langue seconde apprise tardivement et par une démarche individuelle, en l’absence d’une communauté linguistique d’origine partiellement ou totalement francophone. Ces œuvres sont envisagées à l’intérieur de la problématique des littératures francophones entendues comme des littératures de l’entre-deux et issues du contact linguistique ou culturel. Sont étudiées vingt-cinq auteurs ayant publié en français entre la fin des années quatre-vingt et aujourd’hui, parmi lesquels Vassilis Alexakis, Ying Chen, Nancy Huston, Agota Kristof, Milan Kundera.

Sara de Balsi, agrégée d’italien, est chercheuse associée de l’UMR Héritages à Cergy Paris Université. Ses recherches portent sur les différentes formes du plurilinguisme littéraire : les écrivains plurilingues, bilingues, migrants ; les écrivains traducteurs et auto-traducteurs ; les auteurs dits de la “post-migration”, ou de seconde génération ; et surtout le translinguisme, l’écriture dans une langue seconde apprise tardivement et dans une démarche individuelle. Un essai issu de sa thèse, Agota Kristof, écrivaine translingue, a été publié aux Presses Universitaires de Vincennes en 2019.

Appel à communication : Écrire en français langue autre au XXIe siècle

Colloque international organisé à Sorbonne Université Abu DhabiÉmirats Arabes Unis.

jeudi 25-vendredi 26 avril 2024

Date limite d’envoi des propositions : 16 février 2024

Dans le sillage des travaux et réflexions séminaux consacrés depuis une trentaine d’années à l’hétérolinguisme, au plurilinguisme, et tout récemment encore à la francophonie translingue littéraire (Ausoni, Anokhina, Allard et De Balsi), ce colloque, qui se tiendra à Sorbonne Université Abu Dhabi, vise à interroger, dans toute sa diversité, sa complexité, et ses enjeux, tant esthétiques que linguistiques et politiques, l’écriture littéraire en français langue autre au XXIe siècle. Outre les communications scientifiques, ce colloque proposera également des rencontres avec des écrivains.

Deux précisions s’imposent d’emblée, l’une terminologique, l’autre périodique.

            1. L’appellatif « Français langue autre » est ici à envisager comme une catégorie générique rassemblant pour l’essentiel, mais pas seulement, le Français langue étrangère, le Français langue seconde ou d’enseignement1. Cette étiquette peut certes apparaître inexacte – après tout, l’hétérogénéité est constitutive de la langue maternelle pour le scripteur lambda et, a fortiori pour l’écrivain qui forge, inouïe, sa propre langue2 –, voire fourre-tout, ne serait-ce qu’au regard de toutes les variations diatopiques dont « les » français font l’objet, dans l’Hexagone et dans le monde. Son choix vise d’abord à fédérer dans un même corpus d’étude les écrivains « translingues » faisant littérature dans un français appris en l’absence d’une communauté linguistique d’origine partiellement ou totalement francophone, et les auteurs francophones pour qui le français est langue seconde ou langue de scolarisation, autrement dit une « alterlangue » (Caroline Hervé-Montel, 2012). Plus largement, son choix vise aussi et surtout à n’exclure de l’enquête aucune trajectoire d’écriture en français qui par sa « singularité » bi/plurilinguistique accentuerait la porosité des catégories didactiques et littéraires prédéfinies, défierait leurs limites et, ce faisant, confirmerait l’importance d’une « francophonie individuelle » (Dominique Combe, 1995) qui déjoue les représentations habituelles de la francophonie littéraire.  L’épithète « autre » a ainsi la vertu de souligner que le français langue d’écriture s’inscrit toujours ici dans un rapport (dont la nature reste à définir), au moins latent, à une ou plusieurs autres langues – (autre) langue première, (autre) langue de vie ou d’écriture, voire de traduction/d’auto-traduction, qui aiguise par la comparaison la conscience linguistique de l’auteur pour le doter d’une « surconscience linguistique » (Gauvin, 1996) – et, de facto, autres cultures.

            À titre d’exemple, on pourra ainsi choisir de se pencher sur l’œuvre : du poète de l’entre-deux Tom Riesen qui, « né entre deux langues », le luxembourgeois et le serbe, a choisi le français pour s’exprimer, la seule langue, « la langue de personne », que son père et sa mère avaient en commun ; du « décalé » Akira Mizubayashi qui se sent toujours « hors de place », étranger en français, comme en japonais, sa langue d’origine, à l’instar de la poétesse Ryoko Sekiguchi  qui a écrit en français sur le Liban3 et dont « l’écriture en français laisse percer l’ombre du japonais qui y passe »4 et inversement ; de l’exilé Eugène Green, écrivain américain devenu français à 29 ans, qui, arrivé en France à 22 ans n’avait du français que quelques notions scolaires ; du romancier Miguel Bonnefoy, qui a grandi au Venezuela et au Portugal où il a suivi sa scolarité au sein des Lycées français, qui explore dans son œuvre la question de la filiation et de l’héritage, tout comme la romancière Jakuta Alikavazovic qui est née, vit et travaille en France mais qui parle couramment l’anglais et dont le bosnien est la langue maternelle ; de la poétesse Elke de Rijcke qui « dispose de deux langues natales », l’une écrite (le français), l’autre orale (le néerlandais), et dont le « rapport à la langue est devenu hybride, de sorte que les termes de langue natale, maternelle et étrangère le sont devenus tout autant »5, à l’instar de Rebecca Gisler, qui expérimente une scission croisée au sein de son rapport à la langue natale, partagée entre l’allemand (langue d’écriture première) et le français, langue familiale et orale. 

            2. Quoique de prime abord arbitraire – plus encore dans le cas d’auteurs, tels Assia Djebar, An Antane Kapesh, Eduardo Manet, Vassilis Alexakis, Tahar Ben Jelloun, Amin Maalouf, Dany Laferrière dont l’œuvre appartient aussi au XXe siècle –, le choix de l’année 2000 comme terminus a quo de la période étudiée se justifie néanmoins par des phénomènes contrastés apparus parallèlement dans les années 2000. D’un côté, les positions de prestige conquises dans la Francophonie par les auteurs issus des anciennes colonies, la consécration institutionnelle des « écrivains francophones venus d’ailleurs » (Porra, 2011) par les prix littéraires français6, la contestation de la bipartition « littérature française »/ « littérature francophone » au profit des catégories fédératrices « littératures d’expression française » ou « littératures de langue française », la revendication d’une « littérature-monde » en français par nombre d’écrivains dont Fatou Diome et Alain Mabanckou, la transculturation du champ littéraire français de plus en plus prégnante. De l’autre, la moindre motivation à l’exil vers la France des écrivains latino-américains et centre-européens, la perte de vitesse du français en Afrique au profit de l’anglais voire du chinois7, la tentative de revalorisation des langues nationales africaines (le wolof), le déclin relatif ou mutation du rayonnement culturel de la France à l’étranger8, le recul, y compris en territoire francophone, du paradigme monolingue qui ne correspond plus à la réalité d’un nombre croissant de locuteurs urbains, davantage concernés, dans un monde globalisé, par le paradigme multilingue où des agrégats de la langue « maternelle » (familiaux, émotionnels, linguistiques, socio-culturels, identitaires, etc.) se répartissent sur plusieurs langues9.

 De fait, si les écrivains « migrants de langue française » (Mathis-Moser et Metz-Baumgartner, 2012) ou « Conrad français » constellent l’histoire de la littérature de langue française depuis longue date et plus particulièrement depuis les années 1950 – que l’on songe aux exemples fameux de Beckett, Cioran, Ionesco, Arrabal, Panaït Istrati… et, plus près de nous, Milan Kundera, Nancy Huston, François Cheng ou Wei-Wei –, il convient de se demander ce que faire littérature en français langue autre aujourd’hui veut dire. Quelles valeurs poétiques, sociologiques et idéologiques conférer à ce geste commun qui, « à la croisée des langues » (Gauvin, 2009), de l’intime et du collectif, défie les territoires, les nationalités et jusqu’aux frontières de la Francophonie elle-même ? À défaut de dépasser le caractère irréductible des singularités, peut-on trouver, afin d’esquisser une cartographie, des dénominateurs communs voire des constantes transversales, dans les pratiques, les discours et les imaginaires linguistiques qui le fondent ou l’accompagnent ?

Pour répondre à ces questions, trois axes de réflexion principaux pourront être envisagés et croisés, nullement exhaustifs, dans le cadre de contributions théoriques ou d’études de cas qui, usant de méthodologies variées, seront attentives à des considérations formelles et au travail de la langue :

1. Pour/quoi écrire en français langue autre ? 

– L’adoption du français est-elle revendiquée (Pia Petersen), subie (Agota Kristof), considérée « par défaut » (Danny Laferrière) ou « lingua franca » (Johansson et Dervin, 2009), présentée comme aléatoire (Pedro Kadivar) ou comme le fruit de requêtes éditoriales (Fabio Scotto) ? S’agit-il dans le cas de la diglossie arabe ou haïtienne d’une « chance mais non pas d’un choix »10 ?

– Où et comment ce « choix » est-il exprimé ? Dans des textes critiques, théoriques, affirmant une posture et un ethos, ou fait-il l’objet de considérations métalinguistiques ou d’un paratexte ?

– Pour quelles raisons la langue française est-elle librement « épousée » ? Pour ses « vertus propres » (Salah Stétié), « les possibilités vertigineuses de [s]a syntaxe » (Jan Baetens), ou ses vertus fantasmées (« plasticité particulière » selon Pia Petersen) ? Pour le sentiment de « refuge » (Rithy Panh) qu’elle procure ? Pour son rayonnement, pour l’amour des grands auteurs français (Jonathan Littell, Mahmud Nasimi) ou la passion de la culture française ? De quelles valeurs est-elle idéologiquement porteuse et de quelles représentations est-elle le vecteur dans la culture et l’imaginaire personnels de l’auteur, mais aussi dans sa culture et son pays d’origine ?

– En quoi la langue française permet-elle aux écrivains qui l’ont adoptée de trouver leur voie/voix, d’y (re)construire leur identité d’individu et d’auteur genré (Parlement des écrivaines francophones11), d’« inventer [s]on existence » (Carlo Iansiti), de se soustraire aux « connotations » (Flora Bonfanti) ou aux rigidités de sa langue d’origine (Anna Moï) ?

– Ou bien le français n’est-il qu’un moyen d’expérimentation au même titre que d’autres langues, le but ultime étant pour l’auteur dont la seule véritable patrie est l’écriture de forger sa langue, « sa poésie natale » (Souad Labbize), « la langue des anges » (Nimrod) ? 

– Le passage au français est-il exclusif et définitif (Eugène Green) ? Le français est-il au contraire une langue d’accueil que l’on finit par quitter (Radu Bata), secondaire (Fabio Scotto) ou encore, à la faveur d’un nomadisme interlinguistique, d’une langue d’écriture parmi d’autres (Maria Raluca Hanea) ?

2. Le(s) français au miroir des langues et cultures autres

Quels que soient les postures et les contextes, l’écriture en français – et quelle que soit la variation diatopique de ce français – ne peut s’envisager qu’en rapport, en creux ou en relief, à l’autre langue ou aux autres langues d’écriture possibles. 

– Si persiste/ insiste toujours dans la langue étrangère une part irréductible de langue maternelle, ou « co-maternelle » dans une perspective post-monolingue, quelles sont les traces et empreintes laissées par ce que Monique de Mattia-Vivies (2018) nomme la « langue mat-rangère12 » ? Ces traces sont-elles patentes dans la syntaxe, le lexique, ou sont-elles gommées, seulement visibles dans les avant-textes pour le chercheur en génétique textuelle ?

– En quoi les autres langues servent-elles de crible critique à la langue française, ses règles, son « conservatisme » et la « vigilance permanente autour du français […] très intimidante pour un étranger » (Jody Pou)? Comment celles et ceux qui écrivent en français langue autre poussent-ils « jusqu’à ses limites » (Yasmina Khadra) cette langue qui « par certains aspects […] est comme un État dans l’État » (Eugène Green) ?

– Sur quel mode formel la langue et la culture premières informent-elles le français : le métissage (Raphaël Confiant) ? l’hybridation ? la transmutation « de l’hérédité de sang dans la langue d’accueil » (Assia Djebar) ? l’archaïsation ? la transduction ? Par quels détours et truchements étrangéisent-elles et « transculturent »-elles le français langue d’écriture? Comment l’« intranquillisent »-elles13 en y faisant émerger quantité d’autres langues ?

– Inversement, comment le français, devenu langue « quasi-maternelle », altère-t-il en retour la pratique de l’autre ou des autres langues d’écriture, dans le cas de l’autotraduction notamment ? À moins que l’influence du français ne soit ancienne dans l’écriture d’un auteur, avant même qu’elle ne l’adopte – on pourra ainsi songer à l’exemple d’Atiq Rahimi14.

– La présence diffuse ou omniprésente des langues et cultures autres interroge la réception : quel est le lecteur idéal des œuvres écrites en français langue autre qui sollicitent des compétences linguistiques plurielles, culturelles et historiques que le lecteur occurrent ne possède que rarement ? Lire une de ces œuvres sans connaître la langue maternelle de l’auteur, n’est-ce pas comme lire une œuvre en traduction, sans accès direct à la langue originale ?

3. Des genres et des formes : que fait le changement de langue à la création littéraire ?  

– En quoi le passage au français comme langue d’écriture est-il source et catalyseur de créativité et donne-t-il naissance à des formes et des styles plus expérimentaux ? On pourra questionner la nature hybride du roman graphique, tel qu’il est produit par Zineb Benjelloun, qui tisse l’arabe au français, ou encore par Zeina Abirached qui écrit en français mais « pense [s]es histoires dans toutes [s]es langues, le français, l’arabe et le dessin »15.

– Selon quelles configurations les œuvres plurilingues où le français s’articule ou se mêle à d’autres langues relèvent-elles d’une innovation formelle ? « Les œuvres écrites entre les langues ne se contentent pas de mélanger ou d’alterner des langues, par la tension de l’entre-deux, elles figurent à la fois la présence et le manque, la proximité et la divergence » (Cros et Godard, 2022). Comment, dès lors, s’incarne dans la chair des textes ce qui apparaît comme une poétique des contraires ou du tiraillement ?

– Pourquoi, dans certains cas, l’écriture en français est-elle spécialisée, réservée à certains genres ? On mentionnera ainsi le cas de Simonetta Greggio, de Fouad Laroui et de Mercedes Deambrosis qui usent du français pour leurs romans, mais respectivement de l’italien, du néerlandais et de l’espagnol pour leur poésie.

– Comment le déplacement linguistique, presque toujours corollaire d’un déplacement physique16, se traduit-il sur le plan de l’écriture ? Favorise-t-il la création de personnages cosmopolites ainsi que la thématisation du bi/plurilinguisme et de la double/multiple appartenance culturelle ?

Modalités de participation 

Assorties d’une courte biobibliographie, les propositions de communication (400 mots environ et avec un titre provisoire) sont à envoyer jusqu’au 16 février 2024 à : karine.germoni@sorbonne.ae

Calendrier 

Jusqu’au 16 février 2024 : réception des propositions

23 février 2024 : envoi des notifications d’acceptation

25 et 26 avril 2024 : tenue du colloque

Comité scientifique

Karl Akiki (Université Saint Joseph/Académie Internationale de la Francophonie Scientifique -AUF)

Olga Anokhina (CNRS-ITEM)

Alain Ausoni (Université de Lausanne)

Lourdes Carriedo (Universidad Complutense de Madrid)

Sara De Balsi (Université de Cergy-Pontoise)

Romuald Fonkoua (Sorbonne Université)

Lise Gauvin (Université de Montréal)

Karine Germoni (Sorbonne Université/Sorbonne Université Abu Dhabi)

Anne Godard (Sorbonne Nouvelle)

Angeliki Kordoni (Sorbonne Université Abu Dhabi)

Álvaro Luna-Dubois (New York University Abu Dhabi)

Véronique Porra (Johannes Gutenberg-Universität)

Comité d’organisation

Alexis Collet (Sorbonne Université Abu Dhabi)

Karine Germoni (Sorbonne Université/Sorbonne Université Abu Dhabi)

Álvaro Luna-Dubois (New York University Abu Dhabi)

Célia Ouali (Sorbonne Université Abu Dhabi)

Leila Sammou (Sorbonne Université Abu Dhabi)

Mona Wehbe (Sorbonne Université Abu Dhabi)

 —

Format de l’événement

Événement comodal (sur site et en ligne)

Informations utiles

Il n’y a pas de frais d’inscription. Le transport et l’hébergement sont à la charge des participants. Les déjeuners seront pris en charge par les universités organisatrices Sorbonne Université, Sorbonne Université Abu Dhabi et New York University Abu Dhabi.

Bibliographie indicative

Allard, Cécilia et De Balsi, Sara, Le choix d’écrire en français. Études sur la francophonie translingue, Amiens, Encrage, 2016.

Anokhina, Olga et Sciarrino, Emilio, Entre les languesGenesis, 46 (18), Paris, PUPS, 2018.

Anokhina, Olga, Multilinguisme et créativité littéraire, Louvain-La-Neuve, L’Harmattan/Academia, « Au cœur des textes », n°20, 2012.

Anokhina, Olga, Ausoni, Alain (dir.), Vivre entre les langues, écrire en français, Paris, EAC, 2019.

Ausoni, Alain, Mémoires d’outre-langue. L’écriture translingue de soi, Slatkine Érudition, 2018.

Ausoni, Alain (dir.), La Francophonie translingue, Interfrancophonies, n°9, 2018.

Ben Saad, Nizar, « Écrire dans la langue de l’Autre : risques et enjeux », Revue de littérature comparée 2008/3 (n°327), p.289-298.

Cassin, Barbara, Plus d’une langue, Paris, Bayard, 2012.

Bruera, Franca (dir.), Écrivains en transit. Translinguisme littéraire et identités culturelles. Scrittori in transito. Translinguismo letterario e identità culturali, CosMo, 2017, n°11.

Chirila, Ileana Daniela, La République réinventée : les littératures transculturelles dans la France contemporaine, thèse de Doctorat, Duke University, 2012,

Combe, Dominique, Poétiques francophones, Paris, Hachette, 1995.

Combe Dominique, Littératures francophones. Questions, débats et polémiques, Paris, PUF, 2019 [2010].

Cros, Isabelle et Godard, Anne (dir.) (2022), Écrire entre les langues. Littérature, traduction, enseignement, Éditions des archives contemporaines. France. https://doi.org/10.17184/eac.9782813004642  

De Balsi, Sara, Agota Kristof : écrivaine translingue, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, 2019.

De Balsi, Sara, La francophonie translingue. Éléments pour une poétique, Rennes, PUR, 2024 (à paraître).

De Mattia-Viviès, Monique, « Entrer dans la langue ou dans les langues : de la langue maternelle à la langue “mat-rangère” », E-rea [En ligne], 16.1 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018. https://doi.org/10.4000/erea.6502

Delbart, Anne Rosine, Les Exilés du langage : un siècle d’écrivains français venus d’ailleurs (1919-2000), Limoges, Pulim, « Francophonies », 2005.

De Rijcke, Elke, « Mes langues natales : écrire entre deux langues », Poezibao, Disputaison « Quitter sa langue, écrire en français », série B, n°17, https://www.poesibao.fr/quitter-sa-langue-natale-ecrire-en-francais-17-elke-de-rijcke-2/ (25 janvier 2023).

Derrida, Jacques, Le monolinguisme de l’autre ou la prothèse d’origine, Paris, Galilée, 1996.

Duhan, Alice, « L’Écriture en langue étrangère comme pratique et comme poétique : le cas de deux écrivains « francographes », Nancy Huston et Andreï Makine », Nottingham French Studies, Volume 56 Issue 2, p. 212-226.

Fonkoua, Romuald et Pierre Halen, Pierre (dir.), Les Champs littéraires africains, Paris, Karthala, 2001.

Gauvin, Lise, « Glissements de langues et poétiques romanesques : Poulin, Ducharme, Chamoiseau », dans Gauvin, Lise (dir.), L’Écrivain et ses langues, 1996, n°101, p. 5-24.

Gauvin, Lise, Les Langues du roman : du plurilinguisme comme stratégie textuelle, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1999.

Gauvin, Lise (dir.), L’écrivain francophone à la croisée des langues. Entretiens. Paris, Karthala, « Lettres du Sud », 2009.

Gauvin, Lise, Des littératures de l’intranquillité, Paris, Karthala, « Lettres du Sud », 2023.

Hervé-Montel, Caroline, Renaissance littéraire et conscience nationale. Les premiers romans en francais au Liban et en Egypte (1908-1933), Paris, Geuthner, 2012.

Godard, Anne, La Littérature dans l’enseignement du FLE, Paris, Didier, 2015.

Ivantcheva-Merjanska, Irene, Écrire dans la langue de l’autre : Assia Djebar et Julia Kristeva, 2015.

Johansson, Marjut et Dervin, Fred, « Cercles francophones et français lingua franca : pour une francophonie liquide » International Journal of Francophone Studies, n° 2/3, 2009, p. 385-404.

Jouanny, Robert, Singularités francophones ou choisir d’écrire en français, Paris, PUF, « Écritures francophones », 2000.

Kellman, Steven G., The Translingual Imagination, Londres, University of Nebraska Press, 2000.

Emmanuel Khérad, « Écrire dans une autre langue ; Entretien avec Simonetta Greggio, Pedro Kadivar, Fouad Laroui ». https://www.sgdl.org/sgdl-accueil/presse/presse-acte-des-forums/lalangue-francaise-pour-territoire/3105-ecrire-dans-une-autre-langue

Laroui, Fouad, Le Drame linguistique marocain, Zellige Éditions, 2011.

Marchand, Aline, et Pascale Roux (dir.), « Entre deux langues : l’écrivain-traducteur et le bilinguisme aux XXe et XXIe siècles », Recherches & travaux, 2019, n°95.

Mathis-Moser, Ursula et Mertz-Baumgartner, Birgit (dir.). Passages et ancrages. Dictionnaire des écrivains migrants de langue française, Paris, Champion, 2012.

Porra, Véronique, Langue française, langue d’adoption. Une littérature « invitée » entre création, stratégies et contraintes (1946-2000), Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2011.

Solon, Pascale, « “Quand j’écris en arabe, je sens comme un poids sur ma main”.  L’écriture d’Amin Maalouf entre l’arabe et le français », dans Robert Dion, Hans-Jürgen Lüsebrink et János Riesz (dir.), Écrire en langue étrangère.  Interférences de langues et de cultures dans le monde francophone, Québec/Francfort, Nota bene/IKO-Verlag, 2002, p. 65-86.

Stétié, Salah, Le français, l’autre langue, Arles, Actes Sud, « L’impensé », 2001.

Suchet, Myriam, L’Imaginaire hétérolingue, Paris, Classiques Garnier, 2014.

Wismann, Heinz, Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 2012.

Yildiz, Yasedin, Beyond the Mother Tongue : The Postmonolingual Condition, New York, Fordham University Press, 2012.

— Notes —

1. La notion de « langue seconde » fait référence à une langue généralement reconnue officiellement et utilisée dans une zone géographique particulière, notamment dans les domaines de l’administration, du commerce et de l’enseignement (supérieur), tandis que « langue étrangère » renvoie à une langue qui n’est pas couramment utilisée dans cette zone spécifique. La notion de « français langue de scolarisation » (FLSco) s’est développée, depuis la fin des années 1980, tant pour les enfants migrant en France que pour les écoles françaises de l’étranger et pour l’enseignement des disciplines dites « non linguistiques ».

2. « L’“Autre” par excellence, c’est d’abord la langue elle-même », dit justement Ryoko Sekiguchi. On connaît encore cette fameuse citation de Proust : « Écrire, c’est toujours écrire dans une langue étrangère », ou celle de Sartre : « On parle une langue, on en écrit une autre ».

3. 961 heures à Beyrouth (et 321 plats qui les accompagnent), Paris, P.O.L, 2011.

4. Ryoko Sekiguchi, « Écrire double » https://remue.net/Ecrire-double-Ryoko-Sekiguchi

5. Elke de Rijcke, « Mes langues natales : écrire entre deux langues », Poezibao, Disputaison « Quitter sa langue, écrire en français », série B, n°17, https://www.poesibao.fr/quitter-sa-langue-natale-ecrire-en-francais-17-elke-de-rijcke-2/ (25 janvier 2023).

6. François Cheng est membre de l’Académie française depuis 2002. En 2008, le Goncourt est attribué à l’afghan Atiq Rahimi, tandis que le Renaudot va au guinéen Tierno Monembo (originaire de Guinée) et le prix Théophile Gautier de l’Académie française est remis à Seymus Dagtekin (né dans la partie turque du Kurdistan). 2008 est l’année où Tahar Ben Jelloun entre à l’Académie Goncourt.

7. L’exemple du Rwanda et du Burkina Faso est à ce titre édifiant.

8. « Culture française. Déclin ou mutation ? », Le Monde, 21 décembre 2007 ; Donald Morrison et Antoine Compagnon, Que reste-t-il de la culture française ? suivi de Le Souci de la grandeur, Paris, Denoël, 2008.

9. Voir Yasedin Yildiz, Beyond the Mother Tongue : The Postmonolingual Condition (2012), paraphrasé par l’écrivaine bruxelloise Elke de Rijcke, art. cité.

10. Le Drame linguistique marocain de Fouad Laroui (Zellige, 2011) concerne en réalité l’ensemble du Maghreb : « [G]énéralement on écrit dans sa langue maternelle, ce qui est le cas de 99% des auteurs. Mais les Maghrébins ne peuvent pas écrire dans leur langue maternelle car c’est une langue qui ne s’écrit pas. Personne n’écrit en dialecte. Alors vient le choix : est-ce qu’ils vont écrire en arable classique ? Très belle langue, certes, mais impossible à manier. […] Quelle est la solution ? C’est le français, pour ceux qui sont allés à l’école française, ceux pour qui le français est quasiment une langue maternelle. […] Cette analyse concerne la diglossie arabe. Techniquement la diglossie existe aussi en Haïti. […] Pour l’amour de dieu, si j’ose dire, n’utilisons plus jamais le mot « choisir » en ce qui concerne les écrivains du Maghreb qui s’expriment en français. Le français, je ne dirais pas que c’est un pis-aller, c’est une chance pour eux parce qu’ils peuvent s’exprimer avec le français mais ça n’a jamais été un choix et ce n’est pas un choix. » C’est une difficulté du même ordre que vivent les écrivains libanais, tels qu’Amin Maalouf, ainsi que le rappelle Pascale Solon (2002).

11. Ce collectif de 130 écrivaines venant des quatre coins du monde, a pour objectif, depuis 2018, de rendre visible l’apport des femmes en littérature, de constituer une force et un espace de parole au féminin, en français, cette « langue en partage, que nous métissons », commente Faouzia Zouari la présidente du collectif, « avec nos souffles singuliers mais qui reste notre véhicule de valeurs, de rêves et de combats », « “Les femmes qui écrivent sont-elles dangereuses ?” se demandera le Parlement des écrivaines francophones à Beyrouth ». Entretien avec Faouzia Zouari. Propos recueillis par Georgia Makhlouf, le 20 octobre 2022. https://www.lorientlejour.com/article/1315121/-35.html.

12. « Pourquoi ne pas parler une langue mat-rangère, tout à la fois in/hors matrie, sans pour autant dénaturer la langue étrangère mais en laissant s’y déposer un résidu, qui garde la trace de son rapport à lalangue, permettant ainsi, pour un locuteur donné, l’investissement corporel de la langue étrangère, qui aurait ainsi plus de chance de sonner juste ? »

13. En référence au titre de l’ouvrage récent de Lise Gauvin, Des littératures de l’intranquillité, Paris, Karthala, « Lettres du Sud », 2023, dont la thèse est qu’en situation de minorité face au français de France, les littératures francophones font émerger quantité d’autres langues en elles – créole, malinké ou encore l’anglais.

14. « [M]ême quand j’écrivais en persan, mon écriture dérangeait mes compatriotes. Non seulement sur le plan thématique contre la société phallocrate, les dogmes religieux, la frustration sexuelle… mais aussi sur le plan stylistique : j’appliquais dans ma langue maternelle la rhétorique de la langue française. Ensuite, quand je me suis mis à écrire en français, c’était l’inverse, j’appliquais et j’applique toujours la rhétorique de ma langue maternelle dans cette belle langue d’adoption. Cela donne, il me semble, une troisième langue, une langue presque étrangère. », « Rencontre avec Atiq Rahimi », mise en écrit par Carole Leymarie, Kristèle Nonnet-Pavois, Champ lacanien, 2019/2, n°23, p.141-147.

15. Baptiste Roger-Lacan, « Beyrouth nous reconnaîtra-t-elle ? Une conversation avec Zeina Abirached », Le Grand Continent, 29 novembre 2020. https://legrandcontinent.eu/fr/2020/11/29/zeina-abirached/

16. Dans les faits, la France et le Québec demeurent les deux pôles du monde francophone qui attirent le plus les « migrations littéraires ».

Evénement : Les anglaix et le Screen Talk en français au pluriel : recherches-créations en contagion

Paris, 11 décembre 2023 et 12 décembre 2023

Université Sorbonne Nouvelle, 8 avenue de Saint-Mandé, 75012 Paris, salle 312

Avec Nicoline van Harskamp, Myriam Suchet et de fabuleuXes invitéEs : Vincent Broqua, David Christoffel, Anne Godard, Loïc Grobol, Damien Nouvel et Sherry Simon.

Both not easily pinned down in their respective disciplines and visual art, Myriam Suchet and Nicoline van Harskamp met through their shared interest in pluralising languages; in Françaix and Englishes. On December 12th, they will organize half a day at the Sorbonne Nouvelle, to explore some current issues in their work. There will be a remue méninges with a number of invited colleagues, followed by a public event. You are very excited to welcome you to both !
 

The evening will stage a performance – and a cocktail.

11 décembre 2023


12 décembre 2023

  • 14h-18h Frenches, Englishes and Screen Talk – an interdisciplinary meeting about language variety in the age of AI avec Nicoline van Harskamp, Vincent Broqua, David Christoffel, Anne Godard, Loïc Grobol, Damien Nouvel, Sherry Simon et Myriam Suchet. The discussion (from 1pm to 5pm) will be held in English (with translation if required).
  • 18h-20h Soirée ouverte Contagious Speech : exposition et performance avec Jia Chen,  Davoud Farzam Azad.

_________


L’exposition de Myriam Suchet vous invitera à naviguer dans l’arborescence du site www.enfrancaisaupluriel.fr

Côté site de recherche, il s’agit de rendre disponibles les contenus et les résultats d’une enquête qui porte sur le « s » d’en français pour révéler qu’il s’agit d’une marque de pluriel.
Côté machine à chercher, le désir est d’inventer une manière de penser-pratiquer-créer susceptible de se surprendre elle-même.
Pour vous lancer, trois entrées :
1. la bibliothèque contenant les textes de départ,
2. le kit de désapprentissage qui réunit des propositions pédagogiques en FLE,
3. la galerie du musée numérique où sont exposés des œuvres inédites d’artistes invitéEs, librement inspirées par les textes de la bibliothèque de départ

_________
 

Nicoline van Harskamp is a visual artist whose work considers acts of language and solidarity. Her series Englishes and the online project Englishes MOOC are dedicated to the emancipation of “non-native” users of the English language. In her recent work Contagious Speech, she questions how the prevalence of virtual “screen talk” – conversation through devices connected to the internet – influences the nature of “real life” speech, as well as the power balance between languages. For this work, Nicoline synthesized her own voice, and learned about aspects of breath and voice in natural language processing and text-to-speech engines. This autumn and winter, Nicoline surveys prosodic factors like intonation, pitch and speed, in AI-generated speech, for a new work-in-progress. Her goal is to write and produce stage dialogues for human and “neural” performers.

www.englishes-mooc.org

www.contagious-speech.org

www.vanharskamp.net

Spectacle “En langueS françaiseS” à Paris, Le 8 octobre 2023 à la Cité Internationale des Arts de Paris et le 9 octobre 2023 à la Cité Universitaire de Paris

En langueS françaiseS, processus au long cours

Recherches, investigations, rencontres, écritures, jeux, traversées, imaginaires.

Dix textes.
Dix auteurs.
Dix interprètes.
Dix heures.

En langueS françaiseS débute en 2020 à la Cité Internationale des Arts.
Dix auteurs de l’espace dit « francophone » sont invités en écriture, en dramaturgies, en langages d’un monde en communs et en différences.

En LangueS françaiseS est une pièce de théâtres.
Un manifeste de mots dans les français du monde, un poème décuplé à l’horizon changeant.
Une audace partagée par-delà les frontières.

Et aussi tout autres choses. En langueS françaiseS.

En 2023, nous avons dit tout cela à Bordeaux en juin, à Uzeste en août, à Cognac en septembre.

Nous voici àLimoges. Le 30 septembre.

Et nous nous déployons à Paris les 8 et 9 octobre prochains.

C’est la dernière étape avant la suite. C’est un nouveau laboratoire de recherches, une suite en suspensions, un GRAND rendez-vous.

Avec les autrices et les auteurs :

Amira Gehanne Khalfallah (Algérie), 
Dorcy Rugamba (Rwanda), 
Jean d’Amérique (Haïti), 
Françoise Dô (Martinique),
Isabelle Loubère (Occitanie), 
Dalila Boitaud (France), 
Yaya Diomandé (Côte d’Ivoire), 
Valérie Cachard (Liban), 
Sedjro Giovanni Houansou (Bénin). 

Avec les actrices de la recherche

Myriam Suchet, Julie Peghini

Avec les actrices et acteurs du processus :

Claudia Noëlla Shimwa, François Rascalou, Wilda Philippe, Jean-Marie Songy, Marie-Leïla Sekri, 
Vincent Mazaudier, Isabelle Loubère, Christophe lafargue dit Garniouze, Dalilà Boitaud-Mazaudier, Cyril Dillard, Adrien Maufay, Nathalie Harb, Ingrid Serreau, Anouk Roussely, Christophe Quesnel, Sophie Duluc, Izène Depinay, Adrien Guillot, Katie Palluault

Nous vous invitons avec tant de plaisirs pour ces instants tout à fait extra ordinaires.

A Limoges.

A Paris.

Et dans les langueS françaiseS du Tout Monde.

Rejoignez-nous dans les communs de nos divergences, dans les espaces sensibles de nos éclats de verbes. 


Le 8.10.2023 de 14h à 21h à la Cité Internationale des Arts de Paris, 18 Rue de l’Hôtel de ville, 75004 Paris. Métro Pont Marie (Cité Internationale des Arts)

Le 9.10.2023 de 14h à 22h à la Cité Internationale Universitaire de Paris, Fondation Lucien Paye, 45 Bd Jourdan, 75014 Paris. Tram T3A et RER B Cité universitaire

Entrée libre 
Renseignements au 06 22 51 09 16 ou 07 60 88 28 40


Toute l’équipe de la compagnie Uz et Coutumes et du processus En langueS françaiseS adresse ses plus amples remerciements à Bénédicte Alliot et l’équipe de la Cité Internationale des Arts et à Julie PEGHINI, directrice de la Fondation Paye.
Vous avez su nous ouvrir les portes et la voie en toute dernière minute, sans vous cette invitation n’existerait pas.
Grâce à vous….

Katie Palluault
Compagnie Uz et Coutumes
www.uzetcoutumes.com

Estudios Románicos, n° spécial Plurilinguisme dans les langues romanes

Vol. 32 (2023): Plurilingüismo en la lenguas románicas

Coordonné par Maribel Peñalver Vicea et Cheryl Toman, le volume aborde le thème du plurilinguisme dans les littératures romanes, il inclut deux textes inédits de l’écrivain Nedim Gürsel et de l’écrivaine Ying Chen, ainsi que deux entretiens avec les écrivaines Carmen Boustani et Safaa Fathy.

Estudios Románicos

Vol. 32 (2023): Plurilingüismo en la lenguas románicas

El monográfico del volumen 32, coordinado por Maribel Peñalver Vicea (Universidad de Alicante) y Cheryl Toman (Universidad de Alabama), aborda el tema del plurilingüismo en las literaturas románicas e incluye dos textos inéditos, del escritor Nedim Gürsel y de la escritora Ying Chen respectivamente, además de dos entrevistas a las escritoras Carmen Boustani y Safaa Fathy.

Publicado: 24-04-2023

DOI: https://doi.org/10.6018/estudiosromanicos

Consultable en ligne : https://revistas.um.es/estudiosromanicos/issue/view/21451

Sommaire

Le plurilinguisme dans les littératures romanes par Maribel Peñalver Vicea y Cheryl Toman

Le soupir du Turc assis entre deux chaises par Nedim Gürsel

Pluriling par Ying Chen

Entretien avec Carmen Boustani par Maribel Peñalver Vicea

Entretien avec Safaa Fathy par Maribel Peñalver Vicea

Étrangéité culturelle et linguistique chez Akira Mizubayashi : comment dire ? ou nanto ittara iika ? par Margarita Alfaro Amieiro

Le roman marocain francophone et l’alternance codique par Abdelaziz Amraoui

Escritura translingüe en el Caribe colombiano : Los Cristales de la Sal (2019) de Cristina Bendek) par Kate Averis

Hétérolinguisme : écrire et figurer l’expérience plurilingue par Anne Godard

Les langues : carte(s) d’identité plurielle. L’écriture autobiographique de Rosie Pinhas-Delpuech, entre traumatismes historiques et enjeux linguistiques par Sarah Kouider Rabah

« Cette étrangère que je suis » : Immigration, Plurilinguisme et Contestation (Copi, Nella Nobili) par Anne-Laure Rigeade

Entre les langues ou la question du plurilinguisme littéraire par Isabelle Simões Marques

“Portraits de plurilingues : de l’école à la littérature” Séminaire de didactique des langues-cultures – jeudi 27 avril 2023 – 15h-17h

En présentiel à l’université de Savoie Mont-Blanc : Bâtiment 5 – Salle 502 – Campus Jacob Bellecombette (Chambéry) 
ou sur Zoom en cliquant sur ce lien : https://zoom.us/j/94123043615?pwd=eXAxOTNsN0Y0UEJCcitudmQrc0FVQT09

Clara Mortamet, Professeure, Université Jean Monnet Saint-Etienne (ECLLA), et Anne-Sophie Morel, MCF, Université Savoie Mont Blanc (LLSETI). 

Clara Mortamet
Dessiner les langues
La recherche présentée associe langue(s) et art(s) visuel(s). Elle repose sur une collaboration entre une artiste et une sociolinguiste. L’un des points de départ est le travail d’Eva Tornow, dont les « portraits-calligrammes d’élèves fictifs » prennent appui sur des propos entendus dans un collège d’éducation prioritaire. Ce travail offre, au-delà d’une simple représentation de la diversité langagière dans l’institution, une façon de conceptualiser l’espace de discours qu’est un collège.
Nous avons repris cette idée de conceptualiser, à travers le portrait, la diversité langagière, mais en augmentant ces œuvres des discours des acteurs sur leurs langues. Nous avons travaillé avec 28 enfants et collégiens issus de quartiers populaires, pour certains allophones. Avec ces « portraits de plurilingues », nous rejoignons les expériences de dessins réflexifs (Molinié, 2009), à ceci près qu’ici le dessin est guidé par l’artiste et sa technique, et que l’objectif est d’exposer ces œuvres ainsi que des extraits de discours. La richesse linguistique apparait à travers le nombre de langues évoquées (27), mais aussi les dizaines de façons d’en parler et de les dessiner.

Anne-Sophie Morel
« Entre deux territoires, entre deux langues, entre deux mémoires ». Étudier des écrivains plurilingues en classe de Français Langue Étrangère
Parce qu’elle offre des expériences propres à renforcer la conscience subjective des apprenants, en tant qu’apprenants d’une langue étrangère, mais aussi, plus largement, en tant qu’autres, la littérature est un outil de médiation, d’accès à la découverte de l’autre et de soi. C’est cette médiation interculturelle que favorise la littérature que nous souhaiterions explorer, en considérant plus particulièrement les récits des écrivains « migrants » plurilingues (Mathis-Moser, Mertz-Baumgartner, 2012).
Vivant ou ayant vécu entre plusieurs langues, ayant écrit en plusieurs langues dont le français, ces auteurs mettent au jour dans leurs récits la complexité de leur position « entre-deux » et de la construction de soi dans cet espace inédit. Ces passages d’une langue à l’autre, d’une frontière à l’autre, les poussent à interroger leur rapport aux langues et l’imaginaire qui leur est attaché, leur intrication avec l’Histoire, leur place dans leur processus de création et les reconfigurations identitaires qui en découlent. Dans la large gamme des écritures de soi, l’autobiographie langagière (Allouache, Blondeau, Potolia, 2020) est un lieu privilégié d’expression et de réflexion.
Les « portraits de plurilingues » qui s’y dessinent, permettent d’engager un processus réflexif auprès d’étudiants de Master FLE, futurs enseignants de FLE, inscrits en cours de Didactique de la littérature (Molinié, 2006, 2015 ; Godard, 2015). Ils favorisent, dans le cadre d’ateliers d’écriture, la prise de conscience interculturelle et métalinguistique, et participent d’une didactique de la littérature renouvelée, fondée sur une appropriation sensible du texte.

Lien vers l’actualité du site : http://www.llseti.univ-smb.fr/web/llseti/320-actualites-du-laboratoire.php?item=2403

Parution Glottopol n°38 Les langues dans la famille

Les langues dans la famille, Glottopol, Revue de sociolinguistique en ligne, Presses universitaires de Rouen et du Havre

https://journals.openedition.org/glottopol

Numéro dirigé par
J. Aguilar, N. Auger, M. Bento, C. Cavalla, A. Godard, C. Mendonça Dias, C. Peigné, S. Stratilaki-Klein, P. Trévisiol-Okamura

Ce numéro spécial est l’aboutissement d’un colloque, reporté à deux reprises, qui finalement n’a pas pu voir le jour (cf. https://languesfamille.sciencesconf.org/, dernière consultation le 1er septembre 2022). À part les neuf co-signataires de cette introduction, d’autres collègues, qui ont dû abandonner le projet pour différentes raisons, ont rendu possible cette publication. Nous tenons ici à remercier chaleureusement : Myriam Abouzaïd, Nadia Bacor, Alice Burrows, Isabelle Cros, Gilles Forlot, Paola Gamboa, Cécile Leguy et Muriel Molinié.

Ce numéro thématique propose des articles originaux qui cherchent à développer des problématiques autour des liens entre la famille, les langues et d’autres institutions socialement plus complexes. Les travaux sont regroupés autour de deux axes :

  • Les langues de l’enfant : de la maison à l’école et de l’école à la maison ;
  • Les perspectives sociolinguistiques sur les transmissions linguistiques et culturelles.

Accès direct au numéro à retrouver en ligne

https://journals.openedition.org/glottopol/2849

José Aguilar, Nathalie Auger, Margaret Bento, Cristelle Cavalla, Anne Godard, Catherine Mendonça Dias, Céline Peigné, Sofia Stratilaki-Klein, Pascale Trévisiol-Okamura : Introduction

Marija Apostolovic : Le romani familial et le romani de l’école : tensions, répercussions et choix didactiques

Nathalie Auger : Les langues des familles, des langues d’assez bonne « qualité » pour l’école ? Retour sur les représentations enseignantes

Déborah Caira : Une approche compréhensive des enjeux identitaires : Güldeniz, une mère d’élève turcophone en situation d’appropriation de la langue de l’école

Claude Devichi et Christelle Mazière : Les pratiques langagières familiales modulent-elles l’acquisition d’une langue régionale à l’école ?

Beñat Lascano : Immersive bilingual primary learning in a regional minority language (basque). Discourse outcomes in basque l1 and french l1 students

Sabrina Alessandrini : Deuxièmes générations d’adolescents et transmission intergénérationnelle des langues d’origine : étude de cas sur la politique linguistique des 68 familles migrantes d’origine africaine en contexte italien

Marina Branca et Nicolas Sorba : Un siècle d’évolution de la transmission intergénérationnelle du corse

Véronique Fillol et d’Elatiana Razafimandimbimanana: Gestions du plurilinguisme en famille : perspectives intergénérationnelles

Natacha Roudeix : Être Inuk et plurilingue à Kuujjuaq au Nunavik (grand Nord Québécois) pour marcher ensemble les langues

Sofia Stratilaki-Klein : Représentations identitaires, socialisation langagière et compétences plurilingues des élèves allophones

Philippe Glâtre : Ateliers de poésie orale et branchements langagiers à la Réunion

Donatienne Woerly : Représentations d’un plurilinguisme conflictuel dans l’album autobiographique L’arabe du futur de Riad Sattouf

Compte-rendus

par Sandra Pérez-Ramos : Pujol Berché, Mercè (Coord.), 2020, Le langage au carrefour des
disciplines. Hommage au professeur Christian Lagarde
. Perpignan : Presses Universitaires de Perpignan, 439 p.

par Héloïse Elisabeth Ducatteau : Mariana Dominguez Fonseca Favre, 2022, Didactique du plurilinguisme et intercompréhension intégrée : étude de pratiques en terrain catalan et occitan, Limoges, Lambert-Lucas, 266 p. (en corse, et en français)

Annonce rencontre 5 avril 2023 avec Shumona Sinha

autrice de L’autre nom du bonheur était français (Gallimard, 2022).

Née en 1973 à Calcutta, Shumona SINHA est une écrivaine franco- indienne, naturalisée française, qui vit à Paris depuis 2001. Dans ses livres elle explore les interrogations sur identité, exil, condition féminine, conflit des classes, identité multiple et non-binaire…

Dernier ouvrage paru : L’autre nom du bonheur était français

Dans ce sixième livre, un récit sur sa francophonie paru aux Éditions Gallimard (Blanche), en novembre 2022.

Shumona Sinha raconte son voyage du bengali, sa langue « natale », au français, sa langue « vitale ».

Le 5 avril 2023 à l’Université d’Angers, dans le cadre du printemps des francophonies, l’écrivaine franco indienne Shumona Sinha sera reçue par Nadja Maillard-De La Corte Gomez et Valentin Feussi.

La rencontre est accessible en ligne (de 17h à 18h) via ce lien : 

https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3aXUtx2TyZmDNbaB99aTUoCEHThm4XLsdYXAoTsIpwGVA1%40thread.tacv2/1679407205062?context=%7b%22Tid%22%3a%22ccbd4ee6-c847-429d-b947-a5cfdd04c963%22%2c%22Oid%22%3a%222d6e87c8-b430-4ecb-a296-04c24c9da922%22%7d

Exil et traduction : phénomènes parallèles et croisements

JOURNÉES D’ÉTUDE 27 et 28 mars 2023

Exil et traduction : phénomènes parallèles et croisements

Organisées par Stéphane Cermakian (Aix-Marseille Université, IREMAM) et Annamaria Bianco (Université de Toulouse 2, Jean Jaurès, Aix-Marseille Université, IREMAM).

27-28 mars 2023, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), salle Duby, 5 rue du Château de l’Horloge, Aix-en- Provence. Un lien zoom est proposé pour les personnes ne pouvant pas se déplacer. Pour obtenir le lien, merci de contacter Stéphane Cermakian et Annamaria Bianco : stephane.cermakian@univ-amu.fr ; annamaria.bianco@univ-tlse2.fr 

PROGRAMME

LUNDI 27 MARS 2023

8h45 – Accueil des participants

9h00 – Présentation inaugurale du colloque

9h30 – Conférence d’Alexis Nuselovici, professeur de littérature comparée (Aix-Marseille Université, CIELAM).

10h30 – 12h00 – 1. Pays d’origine, communauté en exil et tiers espace
Présidence de séance : Alexis Nuselovici, professeur de littérature comparée (Aix-Marseille Université, CIELAM).
 
– Atinati Mamatsashvili (Université d’État Ilia, ILC, Tbilissi, NIAS, Amsterdam), « Entre deux langues, entre deux patries : un difficile exil des écrivains géorgiens en France dans les années 1920-1940 ».
– Gérard Groc (Aix-Marseille Université, IREMAM), « Un exil en trois langues : Zaven Biberian, un intellectuel arménien en Turquie ».
– Giacomo Longhi (Université Sapienza, ISO, Rome), “From Tehran to Stockholm: a sarcastic representation of Iranian political refugees in a contemporary Persian novel”.
 
14h00-16h00 – 2. Traduire l’exil, traduire en exil 
Présidence de séance : Richard Jacquemond, directeur de l’IREMAM et professeur de langue et littérature arabes modernes (Aix-Marseille Université, IREMAM).
 
– Héléna Demirdjian Ulas (Université Paul-Valéry, RIRRA21, Montpellier), « Traduire un roman de l’exil : un paradoxal ancrage ».
– Chakib Ararou (Aix-Marseille Université, IREMAM, ENS Paris), « Un traducteur par exils : le cas d’Abdellatif Laâbi » (intervention à distance).
– Santa Vanessa Cavallari (Aix-Marseille Université, CIELAM, Université de Pise), « S’auto-transduire pour résister à l’exil. Apprivoisement des espaces exiliques dans На Тайти et à Tahiti ».
– Annamaria Bianco (Université Toulouse 2, Jean Jaurès, Aix-Marseille Université, IREMAM), « Villes-refuges, writing grants et programmes de traduction : accueil et soutien des écrivain·e·s arabes exilé·e·s en Europe ».
 
16h30 – 18h00 – 3. Exil, espace théâtral et traduction
Présidence de séance : Stéphane Cermakian, maître de conférences en langue et civilisation arméniennes (Aix-Marseille Université, IREMAM).

– Najla Nakhlé-Cerruti (CNRS, IREMAM), « Ubu Roi d’Alfred Jarry par François Abou Salem : des formes théâtrales de l’exil intérieur dans Abū Ūbū fī sūq al-laḥḥāmīn (Abū Ūbū au marché des bouchers) ».
– Lusiné Abgarian, (Université d’Etat V. Brussov, LCM, Erevan), « D’un exil à l’autre : traduire l’expérience du rapatriement des Arméniens de 1946-1948 à travers le théâtre ».
– Raffaele Esposito, (Université de Naples “L’Orientale”, DAAM), “Born in translation. An author’s life in exile and the multilingual history of a Jewish play”.

MARDI 28 MARS 2023

9h15 – Accueil des participants

9h30 – 11h30 – 4. Exil dans la langue, passage et multilinguisme
Présidence de séance : Annamaria Bianco, A.T.E.R. en langue et littérature arabes (Université Toulouse 2, Jean Jaurès, Aix-Marseille Université, IREMAM).
 
– Eva Raynal (Institut National Universitaire Champollion, Albi), « Ma parole plus que les mots est sans patrie ! Le langage, refuge des exilé.e.s ? ».
– Léa Polverini (Université Toulouse 2, Jean Jaurès, Allph@, Aix-Marseille Université), « L’amour n’est-il qu’un concept européen ? Revendiquer la pensée sauvage chez Driss Chraïbi ».
– Mihaela-Gențiana Stănișor (Université « Lucian Blaga » de Sibiu, CSLLS), « Le malheureux poli. Cioran et les avantages de l’exil ».
– Stéphane Cermakian (Aix-Marseille Université, IREMAM), « Traduire l’intraduisible : l’exil au bord du silence ».

11h30 – 12h00  – Clôture des journées d’étude.

ARGUMENTAIRE

L’idée des journées d’étude “Exil et traduction : phénomènes parallèles et croisements” découle d’une prise de conscience de l’importance de la notion d’exil au sein de la production littéraire mondiale actuelle et des liens qu’elle entretient avec une notion apparentée, la traduction, souvent stimulée et influencée par l’urgence des enjeux géopolitiques. Cette centralité devient encore plus flagrante dans certaines zones du monde affectées par des phénomènes migratoires ou diasporiques, qui opèrent une transformation radicale des textes et des conditions de création et de circulation, aussi bien au sein des champs de production nationaux que dans une perspective transnationale.
 
Les manifestations scientifiques et publications se sont multipliées sur le thème de l’exil et sur l’activité de traduction, mais qu’en est-il du lien qui unit ces deux notions ? Ne peut-on voir dans l’exil une forme de passage, de transfert inhérent à la démarche de la traduction ? Et celle-ci n’est-elle pas déjà le constat d’un départ définitif d’un système de pensée et de représentation, en direction d’une nouvelle appréhension d’un monde dont l’auteur conserve l’écho ancien ?
 
Ainsi, les expériences d’exil et de traduction ont en commun cette notion, et si la métamorphose induite par la première exclut la possibilité d’une réversibilité pure et simple, la seconde propose aussi une transformation assumée et fructueuse. Les répercussions sont donc à examiner non seulement dans l’œuvre comme expression résultant de l’exil mais, inversement, dans l’exil comme l’expérience même d’un passage qui préfigure celui d’une langue à l’autre.
 
Il s’agira donc d’appréhender le phénomène tel qu’il se manifeste à l’époque moderne et contemporaine, où il a pris une ampleur dramatique et s’est considérablement accru en littérature. Les analyses se feront sans limitation de genre littéraire, en englobant différentes aires linguistiques et culturelles. Cette approche transnationale et transhistorique, si elle part initialement des aires couvertes par l’IREMAM (Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale, avec leurs réseaux diasporiques), sera aussi ouverte aux contributions portant sur d’autres corpus induisant des modalités de représentation et d’expression différentes, que ce soit au sein des aires européenne, méditerranéenne, asiatique ou américaine. L’objectif sera de travailler dans une perspective comparatiste et interculturelle qui reflète la complexité de la littérature mondiale.
 
Il conviendra ainsi d’examiner la traduction comme reflet du passage et transfert de l’œuvre d’exil, mais aussi l’exil comme traduction en soi (dans le passage d’une culture à l’autre) ; enfin, la traduction pourra être perçue comme hospitalité, par l’accueil du récit d’exil.

Travaux de Littérature. Vol. XXXV

Francophonie, plurilinguisme et production littéraire transnationale en français depuis le Moyen Âge

Sous la direction scientifique de Maxime DEL FIOL

Ce volume, qui rassemble des spécialistes de littérature française des siècles anciens et des spécialistes de littératures « francophones » modernes et contemporaines, interroge de manière critique le paradigme national-monolingue qui a présidé à la construction du canon de l’histoire littéraire en France. Il envisage une nouvelle histoire mondiale des littératures de langue française, articulée autour de deux éléments principaux : d’une part, la dissociation entre langue française, littérature en français et territoire français ; d’autre part, la reconnaissance de l’environnement plurilingue de la production littéraire de langue française, pour les territoires extérieurs à la France comme pour la France elle-même. Cette relecture francophone de l’histoire littéraire, globale et plurilingue, invite ainsi à rompre avec le modèle de pensée francocentré et monolingue. La notion de francophonie es présente aussi du même coup comme une certaine manière de relire des textes écrits ne français entre les langues, en restituant les échanges culturels et linguistiques transnationaux qui, en France comme à l’extérieur du territoire français, ne cessent de les irriguer depuis les origines.

TABLE DES MATIÈRES

Maxime DEL FIOL, Introduction : Pour une histoire francophone, transnationale et plurilingue, des littératures de langue française

Florent COSTE, Francophonie médiévale et plurilinguismes médiévistes

Clothilde DAUPHANT, Eustache Deschamps, premier poète national ? Les débuts d’une conception politique de la francophonie au XIVe siècle

Alain CORBELLARI, Existe-t-il une littérature « suisse romande » au Moyen Âge ?

Muriel OTT, Villon, poète musicien ? Remarques sur la réception de Villon par Marot et Rabelais

Jean-Charles MONFERRAN, Choix du français et « surconscience linguistique » chez quelques écrivains français de la Renaissance

Sylvan CHABAUD, Louis Bellaud, un poète en provençal et en fran§ais ? Études de quelques textes en français dans une œuvre poétique en langue d’oc au XVIe siècle

Gilles SIOUFFI, Réflexions sur la déterritorialisation du français aux XVIIe et XVIIIe siècles

Alexandre STROEV, Des stratégies littéraires et politiques des écrivains russes des Lumières

Corinne SAMINADAYAR-PERRIN, Écrire latin en français au XIXe siècle

Rainier GRUTMAN, Le symbolisme, un mouvement francophone avant la lettre

Bernard RIBÉMONT, La Joyeuse entrée de Charles le Téméraire. Bruges-1467-Gand d’Edmond Picard. Une « joyeuse entrée lugubre » dans l’histoire de la Belgique

Anthony MANGEON, La littérature coloniale est-elle une littérature francophone ?

Mickaëlle CEDERGREN, Auteure suédoise, écrivaine fran§aise – La posture auctoriale et littéraire de Marika Stiernstedt

Christophe PREMAT, L’héritage francodoxe de Léopold Sédar Senghor

Jean-Marie KLINKENBERG, Insécurité langagière et identité dans les littératures francophones. Un discours bllge à la fin du XXe siècle

Paola CODAZZI, À travers et entre les langues : l’exemple de la Suisse romande

Jeanne E. GLESENER, Les langues sous la peau : perspectives translingues de la littérature francophone luxembourgeoise

Odile HAMOT, De la langue des Grands Nègres à la « chose la plus intime » : Les français pluriels dans Le Cœur à rire et à pleurer de Maryse Condé

Camille LOTZ, Abdellatif Laâbi, passeur de langues et de mondes

Lise GAUVIN, Des poétiques narratives à la croisée des langues

Laurent DEMOULIN, Belgicismes et littérature belge. Confidences d’un Belge francophone édité à Paris.

Mounira CHATTI, Entre les langues : pour une esthétique de l’hétérogène

Myriam SUCHET, Écrire en français au pluriel : une hypothèse pour une recherche affectée

Appel : Le Mythe de la Pentecôte : littérature, traduction, pensée, arts

Toulouse, France, 9 et 10 novembre 2023

APPEL À COMMUNICATIONS / CALL FOR PAPERS (31/03/2023)

Le Mythe de la Pentecôte : littérature, traduction, pensée, arts

The Myth of Pentecost: literature, translation, theory, arts

Der Pfingstmythos in Literatur, Übersetzung, Denken, Kunst

Colloque/Conference/Tagung

Toulouse, France/Frankreich 9+10 Novembre/November 2023

Université Toulouse Jean-Jaurès Maison de la recherche
5 allées Antonio Machado
31058 TOULOUSE

Organisé par/Organized by/Organisatoren :

Claire PLACIAL (Maitresse de conférences en littérature comparée, Université de Lorraine, UR Écritures, membre junior de l’IUF)

Dirk WEISSMANN (Professeur d’études germaniques, Université Toulouse Jean-Jaurès, Centre de Recherches et d’Études Germaniques et ITEM/CNRS)

Conférences / Keynotes :
Prof. Dr. Monika SCHMITZ-EMANS, Ruhr-Universität Bochum

Pr. Anne TOMICHE, Sorbonne-Université

[Scroll down for the English version] [Deutsche Fassung unten stehend]

Le mythe de la Pentecôte : littérature, traduction, pensée, arts

Si l’on ne compte plus les travaux consacrés aux reprises, représentations, interprétations du mythe biblique de la Tour de Babel (Genèse 11,1-9), le récit concurrent du « miracle » de la Pentecôte (Actes 2,1-4) et sa réception ont beaucoup moins retenu l’attention de la recherche. Cela vaut à la fois pour l’exégèse du texte biblique que pour ses diverses translations dans la littérature, les arts, la pensée et la traductologie. Tandis que le mythe de Babel a généralement donné lieu à des conceptions « malheureuses » de la diversité linguistique, l’épisode des « langues de feu » descendant sur les Apôtres en les transformant en traducteurs-interprètes universels, capables de parler et de se faire entendre en des langues qu’ils n’ont pas apprises, propose une autre vision du plurilinguisme, du langage, du sens, de la traductibilité.

De plus cet épisode légitime la diffusion du message biblique dans toutes les langues : la Bible chrétienne appelle elle-même à sa traduction, ce qui implique une conception du texte et du sacré différant de celle qui s’exerce dans le judaïsme et a fortiori l’islam, où la langue de fixation du texte est sacrée elle-même. De là la possibilité d’une prolifération de traductions bibliques, y compris pour servir de support à la fixation écrite de langues jusque-là essentiellement orales, dans le cadre des missions par exemple.

Sur la base de ce premier constat, notre colloque se propose d’analyser, à partir d’études de cas et d’aperçus historiques, les processus de réception, d’appropriation et de théorisation du récit de la Pentecôte à travers la littérature, les arts et l’histoire des idées. Pour le XXe siècle et la période récente, on pourra élargir le corpus étudié vers les médias audio- visuels (cinéma, pièces radiophoniques, séries, etc.). Reprise par des écrivains, artistes et philosophes, le paradigme pentecôtiste, aussi bien l’épisode narratif du « miracle » que ce qu’il sous-tend dans la pensée du langage, donne lieu à des représentations, fictionnalisations, problématisation de phénomènes tels que la glossolalie (psychologique, religieuse, littéraire), la xénoglossie, le plurilinguisme et la traduction, en véhiculant différentes conceptions de la relation de l’homme au langage et aux langues.

À quel moment, dans quels contextes, sous quelles formes, le récit de la Pentecôte a- t-il influencé la création littéraire, artistique et la vie intellectuelle dans les domaines français, allemand, anglais et dans d’autres aires linguistiques ? Comment les questions de la diversité linguistique, de la traduction, de la communication ou, plus généralement, du sens, y sont- elles abordées, parmi d’autres ? Quels liens s’y tissent avec le discours théologique, religieux, mystique ? Quels sont les liens entre le mythe de la Pentecôte et celui de Babel et leurs diverses interprétations ? S’agit-il d’un rapport antithétique ? complémentaire ? réparateur?

Nous invitons les chercheurs en littérature, langues, traductologie, histoire culturelle, histoire de l’art, philosophie, etc. à envoyer leurs propositions de contribution (entre 250 et 500 mots), accompagnée d’une brève notice bio-bibliographique, avant le 31 mars 2023, à claire.placial@univ-lorraine.fr et dirk.weissmann@univ-tlse2.fr.

Une publication des contributions au colloque est prévue aux Presses Universitaires de Lorraine.

Continuer la lecture de Appel : Le Mythe de la Pentecôte : littérature, traduction, pensée, arts

Tenir sa langue de Polina Panassenko, éditions de l’Olivier, 2022.

Entre les langues, entre Polina et Pauline, entre récit d’enfance et quête de soi…

Extraits :

« Russe à l’intérieur, français à l’extérieur. Ce n’est pas compliqué. Quand on sort, on met son français. Quand on rentre à la maison, on l’enlève. On peut même commencer à se déshabiller dans l’ascenseur. Sauf s’il y a des voisins. S’il y a des voisins, on attend. Bonjour. Bonjour. Quel étage ? Bon appétit. Il faut bien séparer, sinon on risque de se trouver cul nu à l’extérieur. »

« Il semblerait que si je dis Sava ?, l’autre va comprendre que je demande comment il se porte. Et si je dis Sava ! on comprendra que je vais bien. Je ne sais pas pourquoi. À Moscou, « sava » veut dire « hibou ». Je ne sais pas pourquoi ici il faut dire « hibou » pour se donner des nouvelles. » 

Polina Panassenko est autrice, traductrice et comédienne. Après des études à Sciences-Po Paris, elle suit une formation en art dramatique à la Comédie de Saint-Étienne et à l’École-studio du Théâtre d’Art de Moscou (MKhAT).
Avant Tenir sa langue, elle a publié en 2015 Polina Grigorievna, une enquête parue aux éditions Objet Livre dans laquelle, cherchant à “habiter son nom” (Saint-John Perse) elle part à la rencontre de femmes de Moscou qui sont ses homonymes.

Parution des actes du colloque “Écrire entre les langues”

Coordonné par Isabelle Cros et Anne Godard, Editions des archives contemporaines, France, 2022, 233 p. ISBN : 9782813004642 –

DOI : https://doi.org/10.17184/eac.9782813004642

Illustration extrait du Piano oriental de Zeina Abirached, avec l’aimable autorisation de l’autrice et des éditions Casterman.

Les œuvres écrites entre les langues ne se contentent pas de mélanger ou d’alterner des langues, par la tension de l’entre-deux, elles figurent à la fois la présence et le manque, la proximité et la divergence. Ce volume collectif, issu d’un colloque international co-organisé les 14 et 15 juin 2021 par l’Inalco, l’Université Sorbonne Nouvelle, Aix-Marseille Université et l’Université d’Angers, avec la participation de la Chaire UNESCO pour le multilinguisme et avec le soutien de l’Institut du Tout-Monde et de la Maison des Écrivains et de la Littérature a été pensé lui aussi en tension entre des pratiques et des approches – de recherche, d’intervention, de création et de traduction – ancrées dans des épistémologies et des disciplines différentes.

S’ouvrant par un entretien avec l’autrice et dessinatrice Zeina Abirached, il propose d’entrer dans le plurilinguisme littéraire à travers l’analyse de pratiques créatives entre les langues d’auteur.ices d’aires géographiques et linguistiques très diverses. Il présente ensuite un foisonnant espace de pratiques pédagogiques associant traduction et écriture créatives, entre les langues et les arts. Il a débouché sur une convention de partenariat de recherche, Lire et écrire entre les langues – LÉEL, 2022-2027 (https://ecriplur.hypotheses.org/category/leel) – pour fédérer, autour de la diversité des formes de lecture et d’écriture entre les langues, un réseau ouvert, où enseignant.es, chercheur.e.s, artistes, apprenant.e.s, actrices et acteurs locaux sont amenés à s’investir et dialoguer ensemble.

Ouvrage publié avec le soutien de l’Université Sorbonne Nouvelle (DILTEC et THALIM/CNRS), d’Aix-Marseille Université (LERMA, LPL/CNRS et SUPFLES), de l’Université d’Angers (CIRPALL) et de l’Inalco (PLIDAM).

Ouvrage accessible en accès libre en ligne :

https://eac.ac/books/9782813004642

Captations vidéos : Dialogue interdisciplinaire sur “les langues comme objets migrateurs” – 10 juin 2022 – Marseille


Journée d’études enregistrée le vendredi 10 juin 2022 au Centre de la Vieille Charité, Cinéma Le Miroir, à Marseille, diffusée sur la chaine Youtube des Musées de Marseille :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLok-Exu1uYxUEvtB8wz7mX9bdaSydGuLR

Coordination scientifique :

Muriel Molinié et Anne-Sophie Cayet Sorbonne Nouvelle, EA2288, DILTEC autour de l’œuvre de Marianne Mispelaëre dans le cadre de l’action “Nouveaux commanditaires

Un projet soutenu par la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso, la Fondation des Artistes, le FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec l’Académie d’Aix-Marseille, dans le cadre du grand réseau académique Marseille Vieux Port et de la politique académique de l’Éducation Prioritaire, L’Université Sorbonne Nouvelle, EA2288 DILTEC, Aix-Marseille Université (LPL et SUPFLES).

Médiation – production de la commande : thankyouforcoming.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-de%CC%81cran-2022-06-14-a%CC%80-13.04.49-355x500.png.

2e appel à proposition : Lire et écrire entre les langues : littérature, enseignement, traduction, création – Aix 15-16 juin 2023

COLLOQUE LÉEL les 15 et 16 juin 2023, Aix-en-Provence

Dépôt des propositions sur le site Sciencesconf des colloques LÉEL avant le 24 octobre  2023 : https://ecrire.sciencesconf.org/resource/page/id/6

APPEL A TELECHARGER ICI 

Mots clés : hétérogénéité énonciative ; hétérolinguisme ; plurilinguisme ; (auto)traduction ; ateliers d’écriture ; (recherche-)création ; transculture ; exophonie. 

Domaines : littératures ; didactique des langues et des cultures ; sociolinguistique ; traductologie, écriture et traduction créatives.

***

Comment écrire, comment donner à lire, à entendre mais aussi à dire jusque dans la classe le plurilinguisme inhéreant à notre monde urbanisé mondialisé (Calvet, 1994) mais aussi celui, moins étudié, des zones rurales (Cobbinah et al., 2016) ? C’est le dialogue entre la langue normée à diffusion internationale comme le français, l’anglais, l’arabe, l’espagnol, etc. et des langues qui leur semblent aux antipodes (à l’instar des langues orientales, africaines, océaniennes enseignées à l’Inalco), mais aussi entre les multiples variétés de langue, sociales (Gadet, 2007) et topiques (Likacheva-Philippe, 2010), que nous nous proposons d’explorer dans les colloques LÉEL (Lire et écrire entre les langues), à la fois dans son expression littéraire et dans ses exploitations pédagogiques. Dialogue qui ne va évidemment pas sans heurts, la littérature portant elle aussi le témoignage des rapports de dominations exercés dans la société (Giordan, Ricard & Balibar, 1976) ou d’histoires familiales ou personnelles mouvementées, tant au sein de la francophonie (Spaëth, 2018) où le français se décline sous des formes variées, trop souvent invisibilisées, que dans d’autres sphères géolinguistiques. Que ce soit dans l’exploration des corpus littéraires ou des expériences pédagogiques de création plurilingue, c’est donc aussi ce « bruissement de la langue » (Barthes, 1984) et ce plurilinguisme interne aux langues, que les colloques LÉEL cherchent à promouvoir. Ce plurilinguisme interne concerne certes le français, dont le singulier masque la diversité géolinguistique des variantes régionales comme nationales, autant de manifestations de l’hétérogénéité langagière (Glissant, 1995) propre à l’espace francophone, auquel aucun locuteur n’échappe (Derrida, 1996), mais aussi toutes les autres langues dominantes. 

La première édition d’Écrire entre les langues : littérature, enseignement et traduction (Inalco, 2021) ayant été entravée par la crise sanitaire et n’ayant pu se tenir qu’à distance avec un nombre d’intervenant.e.s réduit, l’édition 2023 en constituera le deuxième volet, prolongeant la réflexion autour des axes préalablement définis.

Axe 1 : L’hétérolinguisme en littérature : situations, représentations, traductions, création

Mots clefs : hétérolinguisme ; littérature translingue ; francophonies ; approche anthropologique ; sociolinguistique du contact ; traductologie ; numérique.

Cet axe porte principalement sur le corpus, texte et œuvre hétérolingue. La dimension plurilingue, hétérolingue (Grutman, 1997) ou translingue (Kellman, 2000) de la création littéraire francophone fait l’objet d’études de plus en plus nourries. On la retrouve du côté de la littérature comparée (Porra 2011), des études d’orientation discursive (Suchet, 2014), traductologiques (Ferraro et Grutman, 2016) ou encore de la génétique textuelle (Anokhina et Sciarrino, 2018). Ces études littéraires du champ contemporain en France (Ausoni, 2018 ; Marchand et Roux, 2019), en Europe (De Balsi, 2019) ou dans l’espace postcolonial (Moura, 1999) font écho ‒ de la glottocritique (Bernabé 1982) à la sociolinguistique critique (Heller, 2002 ; Boutinet 2017 ; Prudent, 2003 ; Faye 2010) en passant par l’analyse du discours (Maingueneau, 2006) ‒ à celles et ceux qui ont cherché et cherchent encore à dévoiler (voire subvertir) la question du pouvoir propre au langage.

Les écrivains, qu’ils aient grandi dans un environnement plurilingue et diglossique, qu’ils aient changé de langue par choix ou de manière subie, dans « l’exil ou l’errance » (Bonnet, 2007), peuvent adopter des postures diverses, écrire en une seule langue, normée ou non, dans leur langue maternelle ou en choisissant l’exophonie, ils peuvent « penser entre les langues » (Wismann, 2012) ou en « plus d’une langue » (Derrida, 1996 ; Cassin, 2012) ou encore créer une langue étrangéisée (Pejoska, 1995). L’espace numérique dessine pour la « littérature numérique » (Bouchardon, 2014) un autre territoire, plurisémiotique et multimodal, où le plurilinguisme est susceptible d’occuper une place de choix (Kuznierz, 2018 ; Bigot et Maillard de la Corte-Gomez, 2020). Pour donner la place qu’elles méritent aux voix singulières de robinsons (Ausoni, 2018) et aux langues minorées, en décentrant le regard vers d’autres aires géolinguistiques, les contributions portant sur des aires géolinguistiques autre que la francophonie seront les bienvenues. Ces textes plurilingues et les créations numériques (Leleu-Merveil, 2005) font résonner et tissent la pluralité des langues de façon diverse (Gauvin, 1999), en fonction de projets esthétiques, poétiques, linguistiques, culturels, politiques, qui sont à contextualiser. Ils témoignent de parcours qui peuvent être exemplaires et formateurs (Godard et Suchet, 2015) tant pour les apprenant.e.s que pour les enseignant.e.s de langue ou encore les participant.e.s à un atelier plurilingue thérapeutique (Greaves & Stefano, 2018).

Découvrir ces auteurs.rices et leurs œuvres, éclairer leurs pratiques de création avec/dans/entre/autour de la/des langue/s, donner des outils d’analyse, de compréhension et de réflexion, mais aussi penser la multiplication des recherches sur un phénomène qui pourtant n’est pas nouveau (Denti, 2017), tels sont les objectifs de ce premier axe.

Comment se manifeste l’hétérolinguisme en littérature dans les espaces francophones ? dans d’autres aires géolinguistiques ? dans l’espace numérique, francophone ou non ? Quels enjeux esthétiques lui sont associés ? Dans quelle mesure l’écrivain.e exprime-t-il dans son œuvre par cet hétérolinguisme des frictions ou tensions entre les langues individuelles ou sociales ? Comment la multimodalité et le plurisémiotisme inhérents au numérique modifient-ils la mise en “écriture” de l’hétérolinguisme ? Comment se mêlent les différentes voix et langues dans les formes littéraires et narratives propres à la littérature numérique ? Quel rôle joue – ou ne joue pas – la traduction dans la création d’œuvres plurilingues ? Comment celles-ci sont-elles traduites ? Quelle place occupe la traduction dans les ateliers plurilingues thérapeutiques ? Dans une dynamique cherchant à associer théorie et pratique artistique, comment la recherche peut-elle alimenter la création, et vice-versa, dans une dynamique propre à la recherche-création (Gosselin et Le Coguiec, 2006) ? Voilà quelques questions, non exhaustives, auxquelles les contributeurs et contributrices seront invité.e.s à répondre dans cet axe.

Axe 2 : Créativité plurilingue en (didactique des) langues : démarches, objectifs, expériences

Mots clefs : recherche-création ; traduction créative ; auto-traduction ; plurilinguisme ; créativité ; atelier d’écriture ; biographie langagière ; interculturel, numérique.

Ce deuxième axe s’oriente essentiellement vers les pratiques artistiques, pédagogiques ou thérapeutiques. L’expérience plurilingue, considérée comme un ferment de créativité dans le domaine littéraire et artistique (Anokhina, 2012) se trouve, en didactique des langues et du plurilinguisme (Candelier, 2008), nourrir de nombreux projets qui visent à développer les compétences langagières à travers un usage sensible et créatif des langues (Aden, 2012). À distance des approches fonctionnelles et communicatives qui envisageaient la langue comme système ou comme outil, ou de manière complémentaire avec elles, les ateliers créatifs qui puisent dans les ressources linguistiques et plurilingues des apprenants se multiplient (écriture créative, improvisation, théâtre, poésie, slam, kamishibaï, vidéo ou chanson…). Ils s’appuient sur une didactique qui privilégie les dimensions esthétique, expérientielle, émotionnelle, du langage (Eschenauer, 2014) ou qui vise une épistémologie de la relation à travers l’expérience vécue (Castellotti, 2017). De même la recherche-création (ou en anglais art-based approaches, practice as research, etc.) ouvre la recherche sur d’autres pratiques (Paquin et Noury, 2018), notamment dans le cadre de la littérature numérique (Saemmer, 2015), dont la pédagogie de la créativité pourrait utilement se nourrir.

Ces démarches entrent en résonance avec les corpus littéraires plurilingues, soit parce qu’elles s’en inspirent directement, dans un mouvement de lecture-écriture, soit qu’elles en rejoignent les présupposés, les enjeux ou les effets. Selon les cas, il s’agira de développer une relation sensible à une langue nouvelle ou de jouer avec les contraintes linguistiques et les passages de langue, articulant conscience linguistique et expérience langagière (Aboab, Allaneau-Rajaud, Godard & Woerly, 2020). Ou bien encore il s’agira d’insérer les ateliers d’écriture plurilingue dans les démarches biographiques (Mathis, 2016 ; Dompmartin-Normand, 2016), pour inaugurer une forme de réflexivité sur le parcours langagier ou migratoire, et redonner dans le système éducatif toute sa place à l’identité de l’apprenant (Cummins et al., 2005). Les contributions de ce deuxième axe consacré à la créativité plurilingue en didactique des langues permettront d’en explorer le fonctionnement à travers des analyses de dispositifs et de productions aussi bien que des restitutions de projets ou la participation à des ateliers. Un format « performance » est aussi proposé, pour se saisir de la réflexion scientifique du colloque à des fins créatives, comme cela a été fait lors du premier colloque Écrire entre les langues, slamé lors de la clôture (Dangers et Diop, à paraître).

Suivant quelles modalités mener des ateliers d’écriture créative et traductive plurilingues et à quelles fins ? Quels ateliers proposer aux migrants, aux primo-arrivants ou à l’hôpital (Greaves, 2017) ? Comment ouvrir ces ateliers à l’écriture numérique ? À partir de quel cadre épistémologique aborder en didactique des langues ces ateliers de pratiques artistiques ? Comment faire émerger par ces pratiques une œuvre artistique, individuelle ou collaborative, notamment en littérature numérique ? Quel positionnement pour l’enseignant.e/animateur.rice ? En quoi et comment ce matériau littéraire pourrait-il être un levier d’enseignement-apprentissage en didactique du français et des langues ? Quelle formation dispensée aux enseignant.e.s pour qu’ils.elles se saisissent de ces œuvres ? Quelle place pour la littérature numérique plurilingue en classe ? Comment créer en faisant de la recherche sur l’hétérolinguisme ou faire de la recherche en créant ? Comment faire œuvre autour des questions abordées par le colloque, dans une démarche de recherche-création ? Autant de questions parmi d’autres pouvant être abordées dans l’axe 2. 

Modalités de dépôt : avant le 24 octobre 2023

Les propositions de d’intervention seront rédigées en français ou en anglais et comprendront environ 500 mots (hors titre et bibliographie). Elles mentionneront clairement l’axe choisi, la thématique principale abordée et le type de format choisi (communication orale, poster, atelier, retour d’atelier, performance) ainsi que 5 mots-clés. Elles sont à déposer sur Sciencesconf pour une évaluation en double aveugle le 24 octobre 2022 au plus tard.

Formats possibles 

Remarque : bien que le colloque puisse être suivi en visio, les interventions devront se faire uniquement en présentiel.    

– Communication orale (20 minutes + 10 minutes d’échanges) : exposition des résultats d’une recherche

–  Retour d’atelier (20 minutes + 10 minutes d’échanges) : présentation d’un dispositif d’atelier d’écriture/traduction hétérolingue

–  Poster : présentation en format affiche d’une recherche

–  Atelier (1h30 ou 3h) : animation d’un atelier d’écriture/traduction hétérolingue

–  Performance (durée à voir en fonction de la proposition) : “carte blanche” à partir des thématiques du colloque. Bien préciser les conditions de réalisation de la performance.