Annonce d’un séminaire doctoral “Les langues des écrivains”, Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Les langues des écrivains

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : Centre Censier 13 rue de Santeuil 75005 Paris, 

Salle 410, trois séances les 25/01, 08/02 et 08/03 de 14h à 18h 

Jeudi 25 janvier 2018 :

Emilio Sciarrino, « Plurilinguisme et création littéraire » (Répondants : Fabiana Bartuccelli, Melissa Melodias et Rafael Mendes).

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur le plurilinguisme littéraire en poétique et didactique.

Jeudi 8 février  2018 :

Pascal Lefranc, « Les langues de Michel Chaillou » (Répondants : Valérie Ducrot, Alexis Hubert et Shungo Morita) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur la notion de langue(s) d’un écrivain en poétique et didactique.

Jeudi 8 mars 2018 :

Anne Godard, « Langue maternelle et autres : la familière étrangeté des métaphores familiales » (Répondants : Carla Campos Cascales, Sonia Delmas) ;

Daniel Delas : « Les écrivains africains francophones et leurs langues » (Répondants : Rosalie Ghanem, Charlotte Guennoc et Hanène Oueslati) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion et bilan du séminaire.

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations fortes de la théorisation et de la didactisation des langues et des cultures-littératures :

  • Les écrivains entre style et manière participent à la fois de l’entretien et de l’invention des langues ; qu’en est-il au juste de leur rapport à la langue, aux langues dans la(les)quelle(s) ils écrivent dans un monde où le plurilinguisme, les traductions, les migrations constituent des circonstances toujours singulières mais certainement très prégnantes pour bon nombre d’entre eux.elles ?
  • Poser soit comme « une sorte de langue étrangère » ainsi que Proust le suggérait, soit comme toujours singulière si ce n’est familière voire transparente, la langue dans laquelle s’écrivent les discours littéraires, montrerait la tension à l’œuvre entre des représentations et des pratiques, entre des usages et des conceptualisations. Cette tension ne permet pas de régler a priori les conflits inévitables dès que discours puisque « la seule manière de défendre une langue, c’est de l’attaquer » (encore Proust !) – ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes didactiques.

Le séminaire organisera trois moments forts autour de ces problèmes en invitant à chaque fois un écrivain ou un critique spécialiste d’un écrivain puis, après avoir interrogé son parcours du point de vue de ses langues au travail, en tentant à partir de ce premier échange une reconceptualisation de la (des) langue(s) des écrivains – qui est peut-être aussi celle de tous les discours où les processus de subjectivation jouent à plein régime…

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.