Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)

Annonce de parution : Langue(s) et littérature de jeunesse, ouvrage dirigé par Britta Benert et Rainier Grutman. Zürich, Lit Verlag, 2019, 302 p.

ISBN : 9783643911216

Présentation des auteurs :

Les articles réunis dans cet ouvrage étudient des œuvres destinées à la jeunesse dans lesquelles une ou des langues constituent un enjeu littéraire. À l’instar de ce qui se passe dans la littérature « pour les grands », les langues y trouvent une place en tant qu’objet de la fiction.

La question est envisagée sous trois angles : l’apprentissage des langues comme apprentissage du monde ; le rapport entre langue(s) et identités ; les langues inventées et leur traduction.

Autant de pistes polyglottes qui sont explorées ici dans plusieurs genres et traditions : française et allemande, britannique et américaine, mais également belge et portugaise, polonaise, russe et tchèque, voire dans une perspective « weltlittéraire » (Knauth).

Table des matières

Introduction : Langue(s) et littérature de jeunesse par Britta Benert et Rainier Grutman

Première partie : L’apprentissage des langues comme apprentissage du monde

  1. La Fable animale, multilingue et métalinguistique. Le bibliotope du perroquet par K. Alfons Knauth
  2. Les abécédaires : outils d’apprentissage d’une langue ou lieux stratégiques de l’initation à un ordre social par Danièle Henky
  3. Sprache und Sprachen, Buchstaben und Vokabeln in Bewegungsbüchern und Pop-ups par Monika Schmitz-Emans
  4. Spielerische Erfahrungen von Mehrsprachigkeit : Internationale Kinderlyrik im Arche Kinder Kalender par Julia Bohnengel
  5. Bilderbuch im 19. Jahrhundert – ein Lektüreansatz par Gerson Pomari
  6. Pour adultes. Le langage des images dans la littérature pour la jeunesse par Biagio d’Angelo

Deuxième partie : Langue(s) et identités

  1. Les fictions linguistiques dans les Aventures de Tintin : voies et voix du bruxellois par Rainier Grutman
  2. Playing in the same language – Historia de Dona Redonda e da sua Gente (1942) by Virginia de Castro e Almeida par Maria Teresa Cortez
  3. « Malheur à moi, petit ballon vert. ». Le langage poétique dans la littérature russe pour enfants de 1917-1937 par Elisabeth Kaess

Troisième partie : Les langues inventées

  1. Strange signs. Invented languages from alienation to zany par Emer O’Sullivan
  2. Jeux et réflexions linguistiques dans Le Hollandais sans peine de Marie-Aude Murail par Britta Benert
  3. De l’adaptation à l’adoption : Le Bon Gros Géant de Roald Dahl (1982) et ses avatars français, polonais et tchèques par Mateusz Chmurski
  4. Les langues dans la série Harry Potter, marques d’identité/altérité, et leur traduction française par Catherine Delesse

Langues, apprentissage, identité, traduction

Cet ouvrage dont le propos dépasse la littérature comparée pour aborder des questions didactiques, linguistique et anthropologiques est passionnant par ses ouvertures sur l’histoire longue des relations entre langue(s), apprentissage et identité et par la (re)découverte qu’il propose de textes appartenant à des canons et des ères linguistiques et culturelles différents en les relisant et en les reliant par le thème des langues.

Une première partie très étoffée est consacrée à la dimension pédagogique de l’apprentissage des langues. Elle est placée, dans l’introduction, sous le patronage de Comenius et son Orbis sensualium pictus (Le monde en images) édité à Nuremberg en 1658. Elle regroupe six contributions en français et en allemand consacrées à des genres typiques de la littérature didactique pour la jeunesse (fables et abécédaires) et aux relations entre le texte et l’image, sous différentes formes allant des illustrations des fables aux albums pop-ups et aux contributions d’artistes contemporains.

Pour présenter la deuxième partie, Britta Benert et Rainier Grutman se réfèrent aux sociolectes mis en scène dans  Huckleberry Finn de Mark Twain pour situer la question des rapports entre les langues que l’on parle (ou la manière de les parler) et les identités. Trois contributions étudient des corpus très divers – Tintin, un roman portugais, la littérature de jeunesse de l’Union soviétique – en montrant les enjeux d’identité, sociale, politique ou psychologique des langues dans des corpus et des contextes différents : la présence sous-jacente du flamand (que parlait de la mère d’Hergé) dans Tintin, la représentation des identités comme des données naturelles sous le régime de Salazar, la liberté prise à travers le langage poétique pour contourner la censure de l’époque stalinienne en Union soviétique.

La troisième partie, qui est peut-être la plus accessible, avec des contributions consacrées à des auteurs contemporains, est consacrée à la créativité littéraire des langues inventées. Elle est placée sous le patronage de Swift, dont on sait que les mondes imaginaires que parcours Gulliver dans ses voyages sont aussi une interrogation des pouvoirs et des limites du langage. Quatre contributions s’attardent sur la thématique linguistique et les difficultés de traduction que posent les jeux avec le langage et les langues.  Une exploration ludique de l’arbitraire du signe, des normes, des registres ou encore des représentations de l’apprentissage donnent à certaines oeuvres pour la jeunesse une dimension métalinguistique tout autant qu’interlinguistique.

Signalons également un volume paru en 2015 sous la direction de Britta Benert et consacré au plurilinguisme européen au tournant du XIXe-XXe siècle :

Paradoxes du plurilinguisme littéraire 1900. Réflexions théoriques et études de cas, Britta Benert (dir.), Bruxelles, Peter Lang, collection « Nouvelle poétique comparatiste » n°34, 2015. ISBN 978-2-87574-267-4

Compte-rendu ici-même : https://ecriplur.hypotheses.org/679

Pour citer cet article : Anne Godard, "Annonce : Langue(s) et littérature de jeunesse, Britta Benert, Rainier Grutman (eds)," Carnet en ligne Écriture et plurilinguisme, 06/10/2020, https://ecriplur.hypotheses.org/667.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.