Appel à contribution : colloque international « Les langues dans la famille : attitudes, usages, politiques, histoires

Université Sorbonne Nouvelle, Université Paris Descartes et INALCO

5-7 décembre 2019

Colloque International organisé par l’EA 2288 Diltec, Didactique des Langues des Textes et des Cultures, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, avec la collaboration de EDA, Université Paris Descartes, l’INALCO, de PRAXILING, Université Paul Valéry Montpellier 3 et de Langscape.

Ce colloque a pour but de réunir des équipes de recherche intéressées par les problématiques autour des liens entre la famille, les langues et d’autres institutions socialement plus complexes.

Seront bienvenues des contributions qui s’inscrivent dans le domaine de la didactique des langues et cultures, l’acquisition des langues, les politiques linguistiques, la sociolinguistique, l’anthropologie, les sciences de l’éducation, la sociologie de la famille, les études esthétiques et littéraires.

Elles s’inscriront dans un de ces 5 axes :

  • Axe 1 : Transmissions linguistiques et transmissions culturelles
  • Axe 2 : Acquisition et plurilinguisme
  • Axe 3 : Perspectives sociolinguistiques
  • Axe 4 : Les langues de l’enfant : de la maison à l’école et de l’école à la maison
  • Axe 5 : Approches transversales à partir de corpus littéraires et artistiques

Parmi les 5 axes proposés, un axe est spécifiquement consacré au plurilinguisme littéraire. 

Dans ce cadre seront appréciées les communications consacrées à la manière dont les écrivains peuvent éclairer les pratiques plurilingues au sein de la famille que ce soit dans des textes autobiographiques ou fictionnels, en rendant compte de dimensions qui peuvent être liées aux contextes postcoloniaux, aux expériences de translinguisme, mais également de situation d’exil social, séparant l’écrivain des registres et des sociolectes familiaux. Pourront également être abordées à travers les oeuvres littéraires et artistiques les questions de représentations et de valeurs, mais également les études portant sur les métaphores autour du partage des langues dans le cadre familial et des connotations psychologiques des appellations telles que celle de langue maternelle.

Extrait de l’appel concernant l’axe 5 : Approches transversales à partir de corpus littéraires et artistiques

Les écrivains sont des observateurs privilégiés des pratiques, des attitudes et des médiations qui mettent en jeu le rapport aux langues dans la construction identitaire, au sein de la famille et dans les contacts de celle-ci avec la société. Explorant conjointement les imaginaires familiaux et langagiers, certaines œuvres nous donnent accès à des dimensions subjectives, difficilement observables, du rapport à la langue maternelle (lien au maternage, aux fonctions nutritives, contenantes etc.) ou de l’adoption d’une langue seconde comme langue d’écriture (sentiments d’abandon, de perte ​vs ​de liberté, d’émancipation).

Dans le cas d’écrivains plurilingues, de nombreuses œuvres, à mi-chemin entre l’autobiographie et l’essai explorent les dimensions psychologiques du partage des langues (Esteban), de la non-transmission de sa langue par un des parents (Sebbar), ou encore des pratiques plurilingues en contexte diglossique (Chamoiseau) ou de migration (Huston) en rendant sensible le mélange, la contamination, le métissage caractéristique de l’interlangue familiale (Begag, Salvayre). Par rapport à ces différentes configurations, le travail même de création littéraire, et plus largement artistique, peut revendiquer une forme de défamiliarisation ou d’étrangéisation de la langue d’écriture par rapport à la langue standard, qui se trouve altérée par des langues d’héritage, qu’elles soient effectivement transmises ou l’objet de reconstitutions plus ou moins fantasmatiques. Contextualisations sociolinguistiques, approches biographiques ou analyses textuelles pourront s’inscrire dans cet axe des travaux de divers horizons ayant en commun de considérer les corpus littéraires et artistiques comme sources et comme objets d’étude permettant d’aborder, à partir de l’écriture, la question des langues dans la famille.

Soumission des propositions de communication :

Les communications auront une durée de 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de discussion. Les propositions de communication, en français, en anglais ou en espagnol, compteront au maximum 400 mots, et indiqueront :

  • Un titre
  • Les nom et prénom de l’auteur / des auteurs / appartenance institutionnelle
  • 3 à 5 mots-clés et l’(les) axe(s) de réflexion retenu(s)
  • Références bibliographiques essentielles (5 maximum)

Au cours du colloque, deux créneaux d’une heure et demie seront consacrés à des symposia. Toute proposition de symposium devra réunir, au moins, deux équipes – des laboratoires ou des universités différents –, représentées par 5 personnes maximum. Il s’agira de présenter des résultats issus de projets de recherche (en cours ou finalisés). Il est attendu qu’il y ait une mise en valeur des analyses de données mais aussi des applications pour la didactique des langues et les disciplines voisines (intervention, praxis, conception de programmes, préconisations en matière de politiques linguistiques, …). Il est recommandé qu’environ un tiers de la durée du symposium ait une nature pratique, voire d’échange avec le public.

L’appel complet est à télécharger sur la page du colloque :

https://languesfamille.sciencesconf.org

Ou directement en :  français, en anglais, en espagnol

Le formulaire de soumission se trouve dans la rubrique “Déposer” sur le site du colloque : ​https://languesfamille.sciencesconf.org/submission/submit

Dates importantes :

  • Date limite de soumission des propositions : 15 mai 2019
  • Notification d’acceptation ou de refus : 1 juillet 2019
  •  Inscription : 1 octobre – 15 novembre 2019
  • Dates du colloque : 5-7 décembre 2019

Contact : ​languesfamille@sciencesconf.org


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.