« Une renaissance par la langue », un texte de Ke Tang

Ke Tang est née à Dandongdans le nord-est de la Chine. Passionnée par le français, elle vient à Paris pour perfectionner sa connaissance de la langue et apprendre les méthodologies d’enseignement/apprentissage du FLE dans le but de retourner en Chine pour aider les apprenants chinois. Elle est maintenant étudiante en Master 2 de Didactique du FLE/S et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Elle propose ici une réflexion personnelle autour du thème de la métamorphose inspirée par la lecture de La Ligne et l’ombre de Silvia Baron Supervielle.

[Silvia Baron Supervielle est née à Buenos-Aires en 1934, d’une mère uruguayenne et d’un père argentin ayant des origines béarnaises. Elle écrivait déjà en espagnol avant de s’installer définitivement à Paris. Après des années difficiles et silencieuses, elle reprend son écriture dans la langue française. Le texte auquel nous faisons référence fait partie de son œuvre La ligne et l’ombre publiée en 1999 aux éditions du Seuil.]

 

Arrachée de son pays natal par « une impulsion effrénée, irraisonnée », Silvia Baron Supervielle (1999, p. 52) a décidé de faire le même voyage que son grand-père paternel, qui s’embarqua de Bordeaux, traversa l’Océan Atlantique, pour finalement atteindre le Rio de la Plata. Silvia Baron Supervielle effectue néanmoins ce voyage dans le sens inverse de celui de son grand-père et par un aller-simple.

Cette langue française, ou autrement dit, cette carrière d’écriture en français est pour Baron Supervielle une renaissance d’elle-même. Elle s’est déterminée à replanter ses racines dans une terre où la langue employée lui était peu connue. C’est d’autant plus douloureux pour elle de poursuivre une vie d’écrivain en utilisant cette langue étrangère. Tandis que sa langue maternelle était pour elle, une compagne si agréable, l’écriture était par ailleurs, pour elle, « un jeu ou une consolation ». Mais il faut agir lorsqu’on l’a décidé ! On reprend la plume, on écrit dans cette langue encore ‘étrangère’, en espérant une renaissance de soi-même, et en risquant de souffrir une métamorphose. D’ailleurs, il faut renaître à la vie, s’adapter à cet environnement et mener une vie à la française, si l’on désire devenir écrivain dans cette langue. De toute façon, le processus de la vie, nos expériences et nos réflexions sur la vie nourrissent l’écriture. On renaît ainsi à l’écriture. En effet, la vie et l’écriture s’enrichissent et se soutiennent l’une l’autre. Baron Supervielle a finalement découvert et s’est reconnue dans un nouveau langage.

En réalité, je me reconnais dans les écritures de Silvia Baron Supervielle, car tout en lisant, les images de ce que j’éprouvais dès septembre dernier, lors de ma première arrivée en France, émergeaient comme un film dans ma tête. Je me disais, c’est tout ce que j’ai subi !

Je suis profondément touchée par la phrase « je subissais une métamorphose », ou plus précisément, par le mot « métamorphose ». Je me souviens clairement que c’était au même moment de l’année passée que j’ai dit à mes amis, « je sens dans ma tête et mon cœur à la fois, qu’une grande transformation se produit. Je me sens comme un vampire (l’idée de  ‘vampire’ vient des épisodes américains Vampire’s Dairy, un vampire nouveau-né doit souffrir le martyre en se transformant), qui a un désir tellement ardent d’absorber les connaissances de la langue française et de parler comme les Français! Que j’aime le français ! Cependant, il me semble qu’il y a quelque chose chez moi, qui résiste à cette imprégnation de cette langue extérieure ».

Parfois, quand je parle, on ne me comprend pas, j’ai un accent. Et quand je souhaite m’exprimer, je ne trouve parfois pas les mots pertinents. De temps en temps, c’est décourageant, surtout quand on a déjà fait pas mal d’efforts à apprendre cette langue par le passé. Par conséquent, il m’arrive de perdre confiance en moi. Avant d’arriver en France, l’apprentissage du français, et toute cette exploitation de la culture française étaient pour moi, un grand plaisir! Pourtant, il arrive que ce plaisir soit interrompu.

Mais je n’abandonne pas. Sous cette souffrance transparente mais tourmentante, je faisais une introspection de moi-même, afin d’essayer de résoudre mes problèmes de plusieurs façons. Enfin, j’ai décidé de ma renaissance. Ce texte de Baron Supervielle me donne beaucoup de consolation. Je sais maintenant qu’avec mes efforts et le temps, je vais m’améliorer. Et aujourd’hui, je retrouve le plaisir d’apprendre le français, bien qu’il existe encore des problèmes chez moi, je suis sûre qu’avec de la détermination et de la persévérance, ils seront résolus. Avoir pu briser les barrières de la langue sera pour moi un trésor précieux pour ma vie comme pour ma carrière d’enseignement de la langue. Je reprends le goût à l’apprentissage de la langue et de la vie en général. Je renais. Enfin, j’ai véritablement trouvé cette fois-ci, la vraie signification d’aller sur une terre étrangère pour y apprendre sa langue. C’est la renaissance de soi-même à la vie.



Citer ce billet
Anne Godard (2017, 9 mars). « Une renaissance par la langue », un texte de Ke Tang. Écriture et plurilinguisme. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o1kw

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.