Parution : Sara De Balsi, La francophonie translingue. Eléments pour une poétique

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. “Plurial”, 2024, 126 pages, 18€. EAN : 9782753594371

Qu’implique le choix d’écrire en français lorsque le français est une langue seconde, apprise dans une démarche individuelle à un âge relativement avancé ? S’agit-il d’une simple «conversion» à un centre politique et littéraire prestigieux et à sa tradition littéraire, ou bien d’une pratique littéraire hybride qui perturbe les liens supposés nécessaires entre langue, littérature et nation ?

Cet ouvrage est une étude synthétique de la francophonie translingue, de l’ensemble des œuvres d’écrivains pour lesquels le français est une langue seconde apprise tardivement et par une démarche individuelle, en l’absence d’une communauté linguistique d’origine partiellement ou totalement francophone. Ces œuvres sont envisagées à l’intérieur de la problématique des littératures francophones entendues comme des littératures de l’entre-deux et issues du contact linguistique ou culturel. Sont étudiées vingt-cinq auteurs ayant publié en français entre la fin des années quatre-vingt et aujourd’hui, parmi lesquels Vassilis Alexakis, Ying Chen, Nancy Huston, Agota Kristof, Milan Kundera.

Sara de Balsi, agrégée d’italien, est chercheuse associée de l’UMR Héritages à Cergy Paris Université. Ses recherches portent sur les différentes formes du plurilinguisme littéraire : les écrivains plurilingues, bilingues, migrants ; les écrivains traducteurs et auto-traducteurs ; les auteurs dits de la “post-migration”, ou de seconde génération ; et surtout le translinguisme, l’écriture dans une langue seconde apprise tardivement et dans une démarche individuelle. Un essai issu de sa thèse, Agota Kristof, écrivaine translingue, a été publié aux Presses Universitaires de Vincennes en 2019.



Citer ce billet
Anne Godard (2024, 29 mars). Parution : Sara De Balsi, La francophonie translingue. Eléments pour une poétique. Écriture et plurilinguisme. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4r4

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.