L’autre nom du bonheur était français de Shumona Sinha, Gallimard, 2022

Extraits :

Moi qui imite assez fidèlement les chansons en bengali, hindi ou en anglais, je ne sais toujours pas chanter en français. Les consonnes muettes sont des repères perdus. Les voyelles sont la part virtuelle de la langue. Elles ne sont pas des sons, mais le souffle. Elles flottent, volent, éthériques. Elles ne m’aident pas à m’agripper aux mots et la mélodie s’éloigne de moi.

À l’heure du petit déjeuner, j’ai ma mère au téléphone. En bengali, je bafouille, je balbutie. Je prononce des mots en français et m’excuse auprès d’elle, du vide apparaît un mot, maladroit, affadi, un simulacre du vocabulaire bengali. J’emploie ces mots comme pour caler un meuble bancal avec les bouts de carton. Pour me féliciter, elle délaisse le bengali et choisit l’anglais, emploie des formules de politesse figées. Est-ce pour venir à mi-chemin vers moi, vers mon français ?

Shumona Sinha est née à Calcutta en 1973. À 22 ans, elle commence à apprendre le français en Inde, décision qu’elle définit comme « sa petite révolte post-coloniale » contre l’anglais, langue du colonisateur. Arrivée en France en 2001, elle poursuit des études de lettres et enseigne l’anglais en France. Traductrice de poésie bengalie contemporaine, romancière (Fenêtre sur l’abîme, 2008 ; Assommons les pauvres, 2011), elle raconte les changements et les croisements de culture (Apatride, 2017 ; Le Testament russe, 2020). Dans L’autre nom du bonheur était français, son sixième ouvrage, paru en octobre 2022, Shumona Sinha fait le récit de son voyage d’une langue à l’autre, de sa langue natale, le bengali, à sa langue « vitale », le français.



Citer ce billet
Donatienne Woerly (2023, 10 janvier). L’autre nom du bonheur était français de Shumona Sinha, Gallimard, 2022. Écriture et plurilinguisme. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o1mg

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.