Tenir sa langue de Polina Panassenko, éditions de l’Olivier, 2022.

Entre les langues, entre Polina et Pauline, entre récit d’enfance et quête de soi…

Extraits :

« Russe à l’intérieur, français à l’extérieur. Ce n’est pas compliqué. Quand on sort, on met son français. Quand on rentre à la maison, on l’enlève. On peut même commencer à se déshabiller dans l’ascenseur. Sauf s’il y a des voisins. S’il y a des voisins, on attend. Bonjour. Bonjour. Quel étage ? Bon appétit. Il faut bien séparer, sinon on risque de se trouver cul nu à l’extérieur. »

« Il semblerait que si je dis Sava ?, l’autre va comprendre que je demande comment il se porte. Et si je dis Sava ! on comprendra que je vais bien. Je ne sais pas pourquoi. À Moscou, « sava » veut dire « hibou ». Je ne sais pas pourquoi ici il faut dire « hibou » pour se donner des nouvelles. » 

Polina Panassenko est autrice, traductrice et comédienne. Après des études à Sciences-Po Paris, elle suit une formation en art dramatique à la Comédie de Saint-Étienne et à l’École-studio du Théâtre d’Art de Moscou (MKhAT).
Avant Tenir sa langue, elle a publié en 2015 Polina Grigorievna, une enquête parue aux éditions Objet Livre dans laquelle, cherchant à “habiter son nom” (Saint-John Perse) elle part à la rencontre de femmes de Moscou qui sont ses homonymes.



Citer ce billet
Anne Godard (2023, 6 janvier). Tenir sa langue de Polina Panassenko, éditions de l’Olivier, 2022. Écriture et plurilinguisme. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://ecriplur.hypotheses.org/1761

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.