Dialogue interdisciplinaire sur “les langues comme objets migrateurs” – 10 juin 2022 – Marseille

Journée d’études vendredi 10 juin 2022

Coordination scientifique :

Muriel Molinié et Anne-Sophie Cayet Sorbonne Nouvelle, EA2288, DILTEC autour de l’œuvre de Marianne Mispelaëre dans le cadre de l’action “Nouveaux commanditaires

Centre de la Vieille Charité – Cinéma le Miroir, Marseille

Un projet soutenu par la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso, la Fondation des Artistes, le FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec l’Académie d’Aix-Marseille, dans le cadre du grand réseau académique Marseille Vieux Port et de la politique académique de l’Éducation Prioritaire, L’Université Sorbonne Nouvelle, EA2288 DILTEC, Aix-Marseille Université (LPL et SUPFLES).

Médiation – production de la commande : thankyouforcoming.

Cette journée d’étude lance le réseau de recherches Plurilinguisme, Arts, Didactique et Sociétés (PArDIS!), émergeant au sein du laboratoire de Didactique des Langues, des Textes et des Cultures (DILTEC – EA2288) dans des partenariats qui, depuis 2018, donnent une place centrale aux mises en relation entre plurilinguisme, narrations artistiques et littérature (Anne Godard), danse (Nathalie Borgé), créations plurilittératiées (Muriel Molinié, Danièle Moore, etc.), philosophie (Anne-Sophie Cayet) afin de rendre visible l’expérience plurilingue et interculturelle des acteurs, au cœur même de la Cité. Les créations et productions d’élèves, d’étudiants ou encore d’enseignants en formation sont centrales dans ces actions. Elles le sont d’autant plus dans les ateliers menés par l’artiste contemporaine Marianne Mispelaëre, sur la question « des langues comme objets migrateurs », auprès d’adolescents plurilingues de l’Académie d’Aix- Marseille.


Ces ateliers répondent à une commande « Nouveaux commanditaires » (nouveaux commanditaires.eu/) confiée depuis 2020 à Marianne Mispelaëre (mariannemispelaere.com/), l’association thankyouforcoming assurant la médiation-production (http://thankyouforcoming. net/). Le dispositif Nouveaux commanditaires, initié depuis 1990 par la Fondation de France, permet à des citoyennes et citoyens confrontés à des enjeux de société ou de développement d’un territoire d’associer des artistes contemporains à leurs préoccupations en leur passant commande d’une œuvre. Celle qui nous intéresse ici a été réalisée en partenariat avec l’Académie d’Aix-Marseille, dans le cadre du grand réseau académique Marseille Vieux Port et de la politique académique de l’Éducation Prioritaire. Elle est soutenue par la Fondation de France, la Fondation Carasso, la Fondation des Artistes et le Fonds Régional d’Art Contemporain de Marseille (FRAC PACA).
À Marseille, un groupe de travail composé, entre autres, d’enseignantes de lettres de différents établissements scolaires (collège, lycées) accueillant des classes caractérisées par la multiplicité et la diversité des langues et des cultures, se trouvait déjà réuni autour de différents projets portés par l’académicienne philosophe, philologue et helléniste, Barbara Cassin, également co-directrice de l’association des Maisons de la Sagesse – Traduire (https:// maisonsdelasagessetraduire.com/). Ces projets (culturels, artistiques, sociaux, pédagogiques) s’emparent des questions de traduction, de multilinguisme et de diversité culturelle, dans une perspective de savoir faire avec les différences, allant contre toute prétention universaliste de la langue. En 2020, ces enseignantes, des élèves, des parents d’élèves et une didacticienne (Anne – Sophie Cayet) ont activé le dispositif « Nouveaux commanditaires » avec le soutien de Barbara Cassin, afin de créer ensemble une démarche d’attention aux 40 langues parlées par les élèves, envisagées comme objets migrateurs, à la traduction comme enjeu politique, à l’interprétation, l’exil, l’hospitalité et la transmission. Les notions de fluidité, de métaphore et de métamorphose viennent alimenter cette réflexion collective.
Au-delà des impératifs normatifs du système académique et des injonctions sociétales à l’intégration, les commanditaires ont souhaité inciter les enfants à prendre la main sur la dynamique de transmission/apprentissage, à s’inscrire dans l’échange, la circulation, le partage, la médiation.
En mars 2020, la commande « Nouveaux commanditaires » est confiée à Marianne Mispelaëre. S’adaptant avec agilité et inventivité à la situation sanitaire (confinements, éloignement, protocoles scolaires successifs, etc.), l’artiste a développé son travail avec les élèves en s’appuyant sur de multiples ateliers en contexte scolaire, à la croisée de plusieurs disciplines (langues, histoire, arts, sciences). Le protocole artistique réalisé en 2020-2022 en réponse à la commande initiale ainsi qu’un ensemble d’œuvres créées dans ce contexte, seront au cœur de l’exposition « Objets migrateurs » co-curatée par Barbara Cassin, Muriel Garsson et Manuel Moliner au Centre de la Vieille Charité, à Marseille, d’avril à octobre 2022.

Réunies de février à mai 2022, dans le cadre du séminaire doctoral « Tensions et résistances dans les pratiques de recherche et de création en contexte plurilingue et interculturel » dirigé à l’Université Sorbonne Nouvelle par Muriel Molinié et co-animé avec Anne-Sophie Cayet (Université d’Aix- Marseille, SUFLE), des chercheuses du laboratoire de Didactique des Langues, des Textes et des Cultures (DILTEC – EA2288) et du Laboratoire Parole et Langage (Aix-Marseille Université et CNRS – LPL, UMR 7309) nouent un dialogue interdisciplinaire entre l’approche artistique de Marianne Mispelaëre et leurs propres travaux, sur la place et le rôle des processus de création et de l’expérience esthétique dans les apprentissages langagiers. Plus largement, elles engagent une réflexion sur les questions de performances et de performativité au travers des langues et des langages en contexte d’éducation plurilingue et interculturelle.

Le 10 juin 2022, dans le cadre de l’exposition « Objets migrateurs », les chercheuses présenteront le résultat de ces croisements de perspectives entre création, intervention et éducation valorisant le plurilinguisme. Elles soulèveront les enjeux à la fois scientifiques et sociaux d’œuvres collaboratives dans lesquelles, « chaque langue est elle-même une performance différente, un filet qui ramène d’autres poissons, et construit autrement le monde » (Cassin, 2016). Elles mettront en débat ces propositions éducatives avec l’artiste, la médiatrice culturelle, les enseignantes de lettres, les élèves, les parents d’élèves et les équipes pédagogiques.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.